Grand Prix automobile d'Abou Dabi 2021

Grand Prix d'Abou Dabi 2021
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 58
Longueur du circuit 5,281 km
Distance de course 306,183 km
Résultats
Vainqueur Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen,
Red Bull-Honda,
h 30 min 17 s 345
(vitesse moyenne : 203,468 km/h)
Pole position Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen,
Red Bull-Honda,
min 22 s 109
(vitesse moyenne : 231,541 km/h)
Record du tour en course Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen,
Red Bull-Honda,
min 26 s 103
(vitesse moyenne : 220,801 km/h)

Le Grand Prix automobile d'Abou Dabi 2021 (Formula 1 Etihad Airways Abu Dhabi Grand Prix 2021) disputé le 12 décembre 2021 sur le Circuit Yas Marina, est la 1 057e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la 12e édition du Grand Prix d'Abou Dabi comptant pour le championnat du monde et la vingt-deuxième et dernière manche du championnat 2021. La course à Abou Dabi clôture la saison comme c'est la tradition depuis 2014 mais sur un tracé grandement remanié. Max Verstappen et Lewis Hamilton prennent le départ de cette manche finale à égalité de points en tête du championnat, ce qui n'est arrivé précédemment qu'en 1974.

Bénéficiant, dans la deuxième grande ligne droite du circuit, de l'aspiration offerte par son coéquipier Sergio Pérez, qui sacrifie son tour pour lui, Max Verstappen établit, dès sa première tentative en Q3, un temps record de min 22 s 109 que Lewis Hamilton ne parvient à approcher que de 37 centièmes de seconde en fin de séance. Le Néerlandais obtient sa dixième pole position de l'année (deux fois plus que Hamilton) et la treizième de sa carrière. Choisissant de s'extraire de la Q2 en pneus tendres, il sera ainsi chaussé au départ de la course alors que son rival en première ligne s'élancera en pneus medium. Lando Norris crée la surprise en réalisant le troisième temps ; il part en deuxième ligne, devant Pérez. Sur la troisième ligne, Carlos Sainz Jr. est accompagné par Valtteri Bottas, sixième pour sa dernière course avec Mercedes. En quatrième ligne, Charles Leclerc part septième devant Yuki Tsunoda qui, pour la première fois de la saison, bat son coéquipier Pierre Gasly, éliminé en Q2. La cinquième ligne est composée d'Esteban Ocon et Daniel Ricciardo.

Max Verstappen est le champion du monde 2021 en dépassant Lewis Hamilton dans le cinquante-huitième et dernier tour de la course pour remporter sa dixième victoire de la saison, la vingtième de sa carrière, au caractère décisif. Le Britannique, qui a pris un meilleur départ, mène l'épreuve à sa main jusqu'à cinq boucles de l'arrivée, toutes les tentatives stratégiques de Red Bull n'y ont rien fait, son avance est supérieure à onze secondes sur son rival et il semble filer sans problème vers son huitième titre mondial. Mais au cinquante-troisième tour, Nicholas Latifi perd l'arrière de sa Williams à la sortie du virage n°14 et l'écrase dans le rail. La voiture de sécurité entre en piste, Verstappen en profite immédiatement pour rentrer au stand chausser des pneus tendres, alors que Hamilton reste en piste avec ses pneus durs vieux de quarante tours. Cinq voitures retardataires (Lando Norris, Fernando Alonso, Charles Leclerc, Sebastian Vettel et Esteban Ocon) sont intercalées entre la Mercedes et la Red Bull. Dans un premier temps, elles ne sont pas autorisées à dépasser la voiture de sécurité pour rejoindre le peloton dans le même tour. Puis, dans la cinquante-septième boucle, elles sont invitées à le faire, laissant Hamilton et Verstappen seuls pour un face-à-face final. Une fois que la Safety Car s'est écartée, pour un tour de course, Verstappen avec ses pneus frais n'a aucun mal à dépasser son rival pour le titre, en plongeant à l'intérieur du virage n°5. Le septuple champion du monde tente de reprendre l'avantage après la deuxième ligne droite au virage no 9 en attaquant par l'extérieur, mais ses gommes ne lui permettent pas de boucler la manœuvre, et Max Verstappen passe le premier la ligne d'arrivée pour remporter le titre, obtenant de surcroit, avec le meilleur tour réalisé dans sa trente-neuvième boucle, le troisième hat trick de sa carrière.

Cet incroyable dénouement provoque deux protestations de Mercedes, l'une parce que Verstappen s'est porté à la hauteur de Hamilton sous voiture de sécurité, son aileron dépassant légèrement le sien, l'autre en raison de la décision de la direction de course de laisser passer les cinq retardataires mais pas les trois autres qui roulaient derrière Verstappen, et pour ne pas avoir attendu un tour de plus pour relâcher la meute, ce qui de fait, aurait entraîné une arrivée en ordre et au ralenti derrière la voiture de couleur verte. Elles sont toutes deux rejetées. Ainsi, la période de domination des pilotes de l'écurie de Toto Wolff depuis le début de l'ère hybride en 2014, a pris officiellement fin cette saison à Abou Dabi ; Mercedes, qui avait annoncé son intention de contester la décision des commissaires auprès de la Cour d'appel internationale de la FIA, y ayant finalement renoncé le 16 décembre.

Au départ, Hamilton prend le meilleur sur Verstappen, Pérez bondit à la troisième place, Sainz grimpe au quatrième rang, Bottas recule huitième. À la sixième courbe, le pilote Red Bull attaque par l'extérieur en serrant son rival conte le vibreur ; ce dernier coupe la chicane et en ressort avec un avantage de plusieurs mètres. Les commissaires ne donnent pas suite. Le Néerlandais distancé s'arrête pour chausser des pneus durs dès le treizième tour, le Britannique couvre sa stratégie en stoppant dans la boucle suivante, laissant Pérez en tête. Le pilote Mexicain va tout faire pour le ralentir et permettre à son coéquipier de revenir. Dans les vingtième et vingt-et-unième tours il offre une défense acharnée, est doublé, se dédouble, réduit son rythme jusqu'à céder quand Verstappen est revenu dans les roues de Hamilton. Mais la Mercedes W12, plus rapide et sur une stratégie à un seul arrêt, reprend instantanément le large en alignant les meilleurs tours, alors que le Néerlandais retourne au stand au trente-sixième tour au moment du déploiement de la voiture de sécurité virtuelle à la suite de la panne d'Antonio Giovinazzi en bord de piste. Il repart à 17 secondes de Hamilton, et tente de revenir en abaissant le record du tour. Le pilote Mercedes conserve une avance confortable de près de 12 secondes, et Christian Horner note : « maintenant, il nous faudrait un miracle », quand Latifi a son accident.

Sous voiture de sécurité, Sergio Pérez doit abandonner, un problème moteur ayant été décelé sur sa RB16B. Cela laisse la troisième place à Carlos Sainz, son quatrième podium à sa première saison chez Ferrari, qui devance les deux AlphaTauri, Yuki Tsunoda (sa quatrième place est le meilleur résultat de sa jeune carrière), et Pierre Gasly qui double Bottas dans le dernier tour, lui laissant la sixième place. Lando Norris, parti hors-piste au départ, termine la course au septième rang, devant les deux Renault, Fernando Alonso et Esteban Ocon, alors que Charles Leclerc ne fait pas mieux que dixième. Dans son casque, quand il gare sa Red Bull devant le panneau 1, Max Verstappen s'exclame à l'attention de son équipe : « Je vous aime les gars, est-ce qu'on peut continuer comme ça pour les dix, quinze prochaines années ? ».

 24 ans et 73 jours, avec dix victoires dans la saison, Max Verstappen est le trente-quatrième champion du monde de Formule 1 (395,5 points). Il détrône le quadruple tenant du titre Lewis Hamilton (387,5 points). Valtteri Bottas est troisième (226 points) devant Sergio Pérez (190 points), alors que le classement évolue derrière eux. Carlos Sainz arrache la cinquième place finale (164,5 points), Lando Norris progresse au sixième rang (160 points), tous deux dépassant Charles Leclerc (159 points). Daniel Ricciardo termine le championnat à la huitième place (115 points) avec cinq unités d'avance sur Pierre Gasly (110 points). Fernando Alonso est dixième avec 81 points. Mercedes Grand Prix augmente son record avec un huitième sacre consécutif chez les constructeurs (613,5 points), devant Red Bull Racing (585,5 points). Ferrari est sur le podium (323,5 points), après avoir pris le large sur McLaren (275 points). Alpine termine cinquième (155 points), avec treize points de mieux qu'AlphaTauri (142 points). Aston Martin (77 points), Wiliams (23 points) et Alfa Romeo (13 points) ferment la marche. Haas n'a pas marqué.

Contexte

Nouvelle configuration de la piste

Réputé pour engendrer des courses manquant d'action, le tracé de Yas Marina a été profondément modifié pour l'édition 2021. La chicane et l'épingle serrées qui se trouvaient avant la longue ligne droite laissent place à une seule épingle moins fermée[1], l'enchaînement de quatre virages à angle droit à l'entrée du troisième secteur disparait au profit d'une seule courbe et les virages qui passent sous l'hôtel Yas Island sont modifiés avec des angles plus ouverts[1].

Saif Al Noaimi, le patron d’Abu Dhabi Motorsports, explique que l'objectif principal de cette reconfiguration est « d'augmenter les dépassements et de permettre aux pilotes de rester proches les uns des autres. Cela permet plus de luttes roue contre roue, avec plus de changements de positions en piste, plutôt que dans la voie des stands. C'est l’objectif et nous sommes convaincus de l'avoir atteint »[1].

Le titre mondial décidé sur une course

Max Verstappen et Lewis Hamilton prennent le départ de la vingt-deuxième et dernière manche de la saison à égalité de points (369,5) ; le Britannique, qui comptait 21 points de retard au soir de la qualification sprint du Grand Prix du Brésil, reste sur trois victoires consécutives. Ainsi, sur le tracé réaménagé de Yas Marina, celui qui finira devant son rival parmi les dix premiers, sera champion du monde (une huitième fois pour Hamilton, une première pour Verstappen). Ce dernier, comptant une victoire de plus que le Britannique (9 à 8), conserve un léger avantage : dans le cas où aucun ne finirait la course ou la terminerait hors des points, Verstappen remporterait le titre[2]. Une autre possibilité d'égalité de points en faveur de Verstappen existe si l'un finit dixième avec le meilleur tour, et l'autre neuvième : ils marqueraient deux points chacun[3].

Une telle situation ne s'est produite qu'une seule fois dans l'histoire de la Formule 1. En 1974, Emerson Fittipaldi et Clay Regazzoni étaient à égalité de points au départ de la dernière manche, le Grand Prix des États-Unis à Watkins Glen. Le Brésilien pilote McLaren avait eu le dernier mot en se classant quatrième alors que le Suisse sur Ferrari terminait onzième et hors des points[2]. Le Grand Prix d'Abou Dabi a déjà été le théâtre de finales décisives pour l'attribution du titre pilotes, en 2010 en faveur de Sebastian Vettel, en 2014 au bénéfice de Lewis Hamilton, et en 2016 pour le sacre de Nico Rosberg[4].

Coté constructeurs, avec une avance de 28 points sur Red Bull Racing, Mercedes Grand Prix a son huitième sacre consécutif en vue, sauf en cas de doublé des voitures autrichiennes et un très mauvais résultat des monoplaces allemandes. En cas de doublé Red Bull avec le meilleur tour (44 points) Mercedes peut se permettre de n'en marquer que 17[3].

Pneus disponibles

Pneus disponibles à Yas Marina[5]
Pneus pour piste sèche Pneus pluie
Représentation des pneus durs
Durs (Type C3)
Représentation des pneus medium
Medium (Type C4)
Représentation des pneus tendres
Tendres (Type C5)
    Représentation des pneus intermédiaires
Intermédiaires
   Représentation des pneus pluie
      Pluie

Essais libres

Première séance, le vendredi de 10 h 30 à 11 h 30

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[6]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 25 s 009
2 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 1 min 25 s 205 + 0 s 196
3 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 25 s 355 + 0 s 346
4 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 1 min 25 s 363 + 0 s 354
5 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 1 min 25 s 378 + 0 s 369
6 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 1 min 25 s 625 + 0 s 616

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[9]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 23 s 691
2 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 1 min 24 s 034 + 0 s 343
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 1 min 24 s 083 + 0 s 392
4 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 24 s 332 + 0 s 641
5 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 1 min 24 s 400 + 0 s 709
6 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 1 min 24 s 495 + 0 s 804
  • À la toute fin de la séance, alors que le chronomètre est déjà arrêté, Kimi Räikkönen crashe son Alfa Romeo C41 dans les protections TecPro du virage no 14[10]. Le drapeau rouge est alors brandi et les essais de départ des pilotes par conséquent annulés. Sur les flancs de sa monoplace, pour le 350e et dernier Grand Prix de sa carrière, est inscrit : « Dear Kimi, we will leave you alone now » (Cher Kimi, on va te laisser tranquille maintenant), référence à son « Leave me alone » adressé à son ingénieur chez Lotus-Renault alors qu'il roulait vers la victoire à Abou Dabi en 2012[11].

Troisième séance, le samedi de 11 h à 12 h

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[12]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 23 s 274
2 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 23 s 488 + 0 s 214
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 1 min 24 s 025 + 0 s 751
4 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 1 min 24 s 047 + 0 s 773
5 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 1 min 24 s 106 + 0 s 832
6 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 1 min 24 s 223 + 0 s 949

Séance de qualifications

Résultats des qualifications

Résultats des qualifications[13]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 23 s 322 1 min 22 s 800 1 min 22 s 109
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 22 s 845 1 min 23 s 145 1 min 22 s 480
3 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 1 min 23 s 553 1 min 23 s 256 1 min 22 s 931
4 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 1 min 23 s 350 1 min 23 s 135 1 min 22 s 947
5 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Ferrari 1 min 23 s 624 1 min 23 s 174 1 mlin 22 s 992
6 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 1 min 23 s 117 1 min 23 s 246 1 min 23 s 036
7 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Ferrari 1 min 23 s 467 1 min 23 s 202 1 min 23 s 122
8 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 1 min 23 s 428 1 min 23 s 404 1 min 23 s 220
9 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 1 min 23 s 764 1 min 23 s 420 1 min 23 s 389
10 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo McLaren-Mercedes 1 min 23 s 829 1 min 23 s 448 1 min 23 s 409
11 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 1 min 23 s 846 1 min 23 s 460
12 Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 1 min 23 s 489 1 min 24 s 043
13 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 1 min 24 s 061 1 min 24 s 066
14 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 1 min 24 s 118 1 min 24 s 251
15 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 1 min 24 s 225 1 min 24 s 305
16 Drapeau du Canada Nicholas Latifi Williams-Mercedes 1 min 24 s 338
17 Drapeau du Royaume-Uni George Russell Williams-Mercedes 1 min 24 s 423
18 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Alfa Romeo-Ferrari 1 min 24 s 779
19 Drapeau de l'Allemagne Mick Schumacher Haas-Ferrari 1 min 24 s 906
20 Russian Automobile Federation flag.svg Nikita Mazepin Haas-Ferrari 1 min 25 s 685
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 28 s 644 (107 % de 1 min 22 s 845)
  • À cause d'un « plat » commis sur sa gomme medium avant gauche en début de Q2, Max Verstappen décide de chausser des pneus tendres pour s'extraire de cette deuxième partie des qualifications. En conséquence, c'est avec ce train de pneus qu'il doit prendre le départ de la course alors que Lewis Hamilton partira en pneus medium, l'option traditionnelle pour démarrer un Grand Prix compte tenu d'une durée de vie plus longue pour un premier relais. Lando Norris et Sergio Pérez sont eux aussi en gommes tendres et Valtteri Bottas en medium[14].

Grille de départ

  • Auteur du vingtième et dernier temps des qualifications, Nikita Mazepin, testé positif à la Covid-19, déclare forfait pour le Grand Prix et ne peut être remplacé pour la course puisqu'aucun pilote remplaçant n'a effectué de séance d'essais libres ou de qualification ; seule la Haas de Mick Schumacher est engagée pour la course, en conformité avec l'article 31.1 du règlement sportif[15],[16].

Course

Les cinq tours qui ont décidé du titre

Dès le trente-sixième tour, quand une procédure de voiture de sécurité virtuelle est enclenchée à cause de la panne d'Antonio Giovinazzi en bord de piste et que Max Verstappen en profite pour rentrer une deuxième fois au stand afin de chausser des pneus durs, le leader de la course Lewis Hamilton s'interroge : « Ça n'était pas un peu risqué de me laisser en piste ? » Peter « Bono » Bonnington lui répond : « Le potentiel de perdre notre position était trop élevé[17]. » Verstappen attribue directement à Sergio Pérez l'impossibilité de s'arrêter pour Hamilton à ce moment de la course. En effet, le Mexicain, en retenant le Britannique derrière lui durant quelques tours, aura permis à son coéquipier de combler un écart d'environ huit secondes[18], et donc de pouvoir profiter d'un arrêt sous Virtual Safety Car en interdisant à son rival d'en faire de même après lui. Il adressera ainsi un grand merci à Pérez une fois titré[18].

Au cinquante-troisième tour, à cinq boucles de l'arrivée, alors que le septuple champion du monde caracole en tête avec une avance de douze secondes sur Verstappen, il passe devant la Williams de Nicholas Latifi qui a tapé dans le rail au virage no 14 et lâché de nombreux débris ; il comprend instantanément la tournure des événements : « Merde et merde, Bono, incroyable, mec[17]! »

Pendant ce temps, Toto Wolff intervient sur le canal radio de la FIA pour implorer le directeur de course Michael Masi de ne pas déployer la voiture de sécurité[19]. Mais l'Aston Martin Vantage entre bel et bien en piste et Verstappen reprend prestement pour la troisième fois la voie des stands pour se chausser de pneus tendres[20]. Lorsque Hamilton, qui demande à rentrer, se voit intimer un refus de Peter Bonnington, il ne peut que lâcher « Insensé[17]! » Il vient en effet de dépasser l'entrée de la pitlane et son ingénieur lui explique qu'il a alors toutes les chances de perdre les commandes de la course derrière la Safety Car s'il s'arrête un tour après son rival[21]. Le Britannique, qui roule avec le même train de gommes dures depuis le quatorzième tour[22], analyse clairement la situation dans laquelle il se trouve désormais : « Il va être juste derrière moi en pneus neufs ? »[17].

La confusion règne. Cinq pilotes retardataires sont intercalés entre Hamilton et Verstappen derrière la voiture de sécurité, trois autres roulent plus loin ; ils devront la dépasser pour se dédoubler. Dans un premier temps, au 56e tour, le directeur de course envoie un message spécifiant qu'il ne délivre pas cette autorisation, ll attend en effet que les débris de la Williams dans le secteur du virage no 14 soient complètement nettoyés[21]. Max Verstappen ironise « Mais bien sûr, décision typique ! Je ne suis pas surpris[21]! ». Lorsque Fernando Alonso, qui s'apprêtait à se dédoubler apprend cela, sa réaction est d'éclater de rire[17]. Sur le canal FIA, Christian Horner intervient à son tour pour demander à Michael Masi la raison pour laquelle les retardataires sont encore retenus, et ce dernier lui répond : « Donne-moi juste une seconde... »[19],[17].

Finalement, à un tour de l'arrivée, seuls Lando Norris, Fernando Alonso, Charles Leclerc, Sebastian Vettel et Esteban Ocon, intercalés entre les deux rivaux, sont invités à dépasser la voiture de sécurité. Les autres retardataires, qui roulent derrière Verstappen, entre lui et le troisième Carlos Sainz Jr., ne sont pas autorisés à effectuer la même manœuvre, et ne comprennent rien aux décisions de la direction de course[23]. Daniel Ricciardo expliquera ainsi : « J’étais confus car j’avais reçu le message que personne n’allait dépasser. Je me disais donc que c’était une décision juste car Lewis avait une telle avance et Max était chaussé de nouveaux pneus, et il devait ainsi se débarrasser de plusieurs voitures si jamais ils décidaient de relancer la course. Puis j’ai vu que d’autres voitures dépassaient, je me suis donc dit ’Que dois-je faire ? Puis-je dépasser ?’ ». C’est alors que son ingénieur Tom Stallard lui dit de rester là où il est, se retrouvant du coup aux premières loges derrière les deux pilotes en lutte pour le titre[23]. Carlos Sainz qui a d'autres retardataires devant lui au moment du « feu vert » s'exclame à la radio « Que font-ils ? Ils ne se dédoublent pas, il faut qu’ils le fassent ! »[23], tandis que le retardataire Lance Stroll qui doit rester à sa place, lâche « C'est quoi ce bordel ? »[23].

À l'attaque du dernier tour, la voiture de sécurité s'écarte. Michael Masi n'a donc pas attendu un tour pour que les retardataires autorisés à la dépasser reviennent en queue de peloton, comme le veut la procédure habituelle[21]. Mais si cela avait été le cas, la course se serait achevée derrière elle au ralenti, avec Hamilton en tête et donc titré[20]. Repartis à pleine vitesse, Verstappen calé dans ses échappements, le dépasse facilement en plongeant à l'intérieur du virage n°5[21]. Toto Wolff intervient à nouveau sur radio FIA, éructant : « Michael! Non, Michael ! Non ! Noooooooon ! , Michael ! Ca n'est vraiment pas juste ! »[19]. Après une dernière tentative de repasser en tête en attaquant sans succès Verstappen à l'extérieur du virage n°9, Hamilton s'écrie : « C'est de la manipulation ! »[21]. La course s'achève, Verstappen est champion du monde, le patron de Mercedes interpelle encore Michael Masi : « Tu dois rétablir le classement au tour précédent, ça n'est pas juste ! ». Ce dernier répond : « Toto, it's called a motor race. We went car racing » (« Toto, cela s'appelle la course automobile. Nous avons fait courir les voitures »)[24].

Après la course, le directeur sportif de la Formule 1 Ross Brawn fustige les interventions de Horner et Wolff à la radio : « C’est un peu comme négocier avec un arbitre dans le football. Il n’est pas acceptable que les chefs d’équipe mettent Michael sous une telle pression pendant la course. Toto Wolff ne peut pas exiger qu’une voiture de sécurité ne vienne pas, et Christian Horner ne peut pas exiger que les voitures soient obligées de revenir à l'arrière. C’est à la discrétion du directeur de course. Nous arrêterons ce contact l’année prochaine »[19].

Mercedes fait un double appel auprès des commissaires, le principal concernant les décisions prises derrière la voiture de sécurité. Il est rejeté. Dans l'avis, il est spécifié que ne pas avoir attendu le délai réglementaire (soit un tour après que les cinq retardataires se soient dédoublés), fait que « l'article 48.12 n'avait pas été appliqué pleinement », Mais il est également expliqué que la décision du directeur de course est prioritaire sur tout le reste. Dans cet avis, Michael Masi note également qu'offrir une arrivée « sous drapeau vert » était hautement souhaitable, et que la volonté de ne pas terminer une couse derrière la voiture de sécurité était partagée de longue date par toutes les équipes[20].

Un observateur comme le double champion du monde Mika Häkkinen prend la défense de Masi : « Je pense que cela aurait été bien pire si ce championnat du monde s’était terminé derrière une voiture de sécurité. Cela aurait vraiment été une telle déception... La décision du directeur de course, soutenue ensuite par les quatre commissaires, est basée sur sa compréhension des règles, y compris sa responsabilité de décider du moment où la voiture de sécurité retourne dans les stands. Trouver un équilibre entre la sécurité et la volonté de promouvoir la poursuite de la course sur la piste est la tâche la plus difficile du directeur de course. Au vu du résultat, en termes de sécurité et de promotion de la course, Michael a fait son travail »[25]. Le vainqueur du championnat 1996 Damon Hill n'est pas du même avis : « C'est une nouvelle manière de diriger ce sport quand le directeur de course prend des décisions ad hoc. Cela donne un peu trop l'impression d'un "devinez ce que je vais faire maintenant ?" »[26].

Les réactions des pilotes sont partagées, nombre d'entre eux estimant que Max Verstappen mérite son titre pour l'ensemble de sa saison 2021, et comme Esteban Ocon, saluant « les choix agressifs de Red Bull » durant la course[27]. Il y a également les pilotes qui, comme George Russell, crient au scandale après la course : « C'est n'importe quoi ! Max est un pilote absolument fantastique qui a fait une saison incroyable et je n’ai qu’un immense respect pour lui, mais ce qui vient de se passer est absolument inacceptable. Je ne peux pas croire ce que nous venons de voir ». Russell est le futur coéquipier d'Hamilton chez Mercedes[28]. L'écurie qui gagne toutefois son huitième titre constructeurs consécutif, annonce dans un premier temps son intention de porter cette affaire devant la Cour d'appel internationale de la FIA, afin de faire changer le résultat de la course, disposant de 96 heures pour notifier cet appel, soit jusqu'au jeudi 16 décembre. Plusieurs personnalités de la Formule 1 exhortent alors l'équipe allemande à s'abstenir[29].

Max Verstappen révèle pour sa part que Toto Wolff lui a envoyé un message pour le féliciter et lui écrire qu'il méritait son titre : « C'était vraiment gentil de sa part[30]. » Il ajoute : « Lewis est un grand sportif, il est aussi venu vers moi pour me féliciter alors que cela a dû être très difficile pour lui dans le dernier tour. Cela montre aussi le respect que nous avons l'un pour l'autre. Bien sûr nous avons eu des moments tendus durant la saison mais au final, nous nous respectons et nous respectons le fait d'avoir poussé l'autre jusqu'à la limite. Ça a été génial de me battre contre lui et ce dernier Grand Prix résume bien cette saison. Ça a été fou et intense[30]! »

Mercedes renonce à faire appel

La FIA, sur proposition de son président Jean Todt, à la veille de quitter son poste, annonce le 15 décembre qu'elle a décidé d'analyser les événements survenus à partir de l'entrée en piste de la voiture de sécurité, déplorant « un débat qui ternit actuellement l'image du championnat et la célébration attendue du premier titre mondial des pilotes remporté par Max Verstappen et du huitième titre mondial des constructeurs remporté par Mercedes ». Ainsi, « le président de la FIA a proposé au Conseil Mondial du Sport Automobile qu'une analyse détaillée et un exercice de clarification pour l'avenir avec toutes les parties concernées aient lieu. Cette question sera discutée et abordée avec toutes les équipes et tous les pilotes afin de tirer les leçons de cette situation et de fournir des éclaircissements aux participants, aux médias et aux fans sur les règlements actuels afin de préserver la nature compétitive de notre sport tout en assurant la sécurité des pilotes et des officiels »[31].

Saluant cette décision de la FIA, Mercedes publie un communiqué le 16 décembre dans lequel elle déclare qu'elle renonce à faire appel avec la volonté de travailler activement avec la commission destinée à analyser les événements. Tout en soulignant : « Nous avons quitté Abu Dhabi avec incrédulité face à ce que nous venions de voir. Bien sûr, cela fait partie du jeu de perdre une course, mais c'est quelque chose de différent lorsque vous perdez confiance en la course »[32] et en insistant sur le fait que la réglementation de la voiture de sécurité a été appliquée d'une nouvelle manière qui a affecté le résultat du Grand Prix alors que « Lewis Hamilton était un solide leader en route pour gagner le championnat »[32]. L'écurie veut désormais œuvrer « pour une meilleure Formule 1, pour tous les teams et tous les fans qui aiment ce sport autant que nous »[32],[33], ajoutant dans son communiqué : « À Max Verstappen et Red Bull Racing : nous tenons à exprimer notre sincère respect pour vos réalisations cette saison. Vous avez rendu ce combat pour le titre de champion de Formule 1 vraiment épique. Max, nous te félicitons ainsi que toute ton équipe. Nous sommes impatients de livrer un nouveau combat sur la piste la saison prochaine. »[32]

Cependant, Toto Wolff ne décolère pas. Il déclare dans une conférence de presse donnée le jour même : « Nous ne retirons pas notre appel parce que nous pensons avoir tort. Du côté légal, je pense que nous aurions pu gagner au tribunal. Mais je ne suis pas certain que nous ayons envie de gagner ainsi un titre sur tapis vert. Près d'une semaine plus tard, je ne peux pas encore digérer ce qu'il s'est passé. Pour moi, ce fut du freestyle qui a envoyé Lewis à l'abattoir. Il y a des règles qui n'ont pas été respectées »[34]. Remonté contre Michael Masi, il dit aussi : « Je n'ai pas envie de discuter avec lui. Sa décision a privé Lewis d'un titre. On lui a volé sa couronne »[34].

Épilogue

En guise d'épilogue, la FIA publie le 19 mars, en amont du départ du premier Grand Prix de la saison 2022, le rapport de sept pages apportant les conclusions de la commission mise en place après les évènements d'Abu Dabi[35]. Les mesures qu'elle préconise ont pour la plupart déjà été prises : découplage des nombreuses tâches dévolues au directeur de course (Michael Masi a été limogé, il est remplacé par deux nouveaux directeurs de course qui doivent alterner d'un Grand Prix à l'autre, assistés par le conseiller spécial permanent Herbie Blash, et par une salle de contrôle virtuelle basée dans les bureaux de la FIA à Genève[36]), précisions concernant la procédure de voiture de sécurité (dans le règlement, le mot « chaque voiture doit se dédoubler » est remplacé par « toutes les voitures »)[37], le « procédé manuel » de comptage des voitures retardataires devient un procédé automatique avec un logiciel dévolu à cet effet[37], et le canal de discussion entre la FIA et les directeurs d'équipe n'est plus ouvert au public. Ils pourront éventuellement continuer à se parler, mais « de manière non intrusive[38]. Enfin, tout en estimant que Masi a agi « de bonne foi », le rapport note que «  c'est une erreur humaine qui a conduit au fait que toutes les voitures n'ont pas été autorisées à se dédoubler »[37].

Classement de la course

Classement de la course[39]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 33 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 58 1 h 30 min 17 s 345 (203,54 km/h) 1 25 + 1
2 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 58 + 2 s 256 2 18
3 55 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Ferrari 58 + 5 s 173 5 15
4 22 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 58 + 5 s 692 8 12
5 10 Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 58 + 6 s 531 12 10
6 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 58 + 7 s 463 6 8
7 4 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 58 + 59 s 200 3 6
8 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 58 + 1 min 01 s 708 11 4
9 31 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 58 + 1 min 04 s 026 9 2
10 16 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Ferrari 58 + 1 min 06 s 057 7 1
11 5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 58 + 1 min 07 s 527 15
12 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo McLaren-Mercedes 57 + 1 tour 10
13 18 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 57 + 1 tour 13
14 47 Drapeau de l'Allemagne Mick Schumacher Haas-Ferrari 57 + 1 tour 19
15 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 55 Pression d'huile 4
Abd. 6 Drapeau du Canada Nicholas Latifi Williams-Mercedes 50 Accident 16
Abd. 99 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 33 Boîte de vitesses 14
Abd. 63 Drapeau du Royaume-Uni George Russell Williams-Mercedes 26 Transmission 17
Abd. 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Alfa Romeo-Ferrari 25 Freins 18
Forf. 9 Russian Automobile Federation flag.svg Nikita Mazepin Haas-Ferrari 0 Positif à la Covid-19 (20)

Deux réclamations de Mercedes rejetées

À la suite d'une fin de Grand Prix controversée, deux protestations sont ouvertes par Mercedes à l'encontre de Red Bull. La première porte sur un dépassement sous le régime de la voiture de sécurité (article 48.8 du règlement sportif) lorsque Lewis Hamilton et Max Verstappen se sont retrouvés côte à côte lors de la relance de l'ultime boucle. La deuxième porte sur l'autorisation des retardataires à dépasser la voiture de sécurité où la procédure est remise en cause par l'écurie allemande (article 48.12 du règlement sportif)[40].

Après la convocation des deux écuries, les deux réclamations sont rejetées ; « Une fois que le message « Safety Car in this lap » a été annoncé aux écuries, la voiture de sécurité doit obligatoirement se retirer à la fin du tour. Par conséquent, la requête de Mercedes qui demandait que ce soit le classement de l'avant-dernier tour qui soit pris en compte a été refusée[41],[42]. »

Mercedes, qui dispose de quatre jours pour contester la décision des commissaires auprès du pouvoir sportif, a signifié son intention de faire appel en invoquant l'article 15 du code sportif et l'article 10 des règles judiciaires et disciplinaires[43].

Pole position et record du tour

Tours en tête

Classements généraux à l'issue de la course

Pilotes[48]
Pos. Pilote Écurie Points
Champion Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 395,5
2 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 387,5
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 226
4 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 190
5 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Ferrari 164,5
6 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 160
7 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Ferrari 159
8 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo McLaren-Mercedes 115
9 Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 110
10 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 81
11 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 74
12 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 43
13 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 34
14 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 32
15 Drapeau du Royaume-Uni George Russell Williams-Mercedes 16
16 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Alfa Romeo-Ferrari 10
17 Drapeau du Canada Nicholas Latifi Williams-Mercedes 7
18 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 3
Constructeurs[49]
Pos. Écurie Points
Champion Drapeau de l'Allemagne Mercedes 613,5
2 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Honda 585,5
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 323,5
4 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 275
5 Drapeau de la France Alpine-Renault 155
6 Drapeau de l'Italie AlphaTauri-Honda 142
7 Drapeau du Royaume-Uni Aston Martin-Mercedes 77
8 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Mercedes 23
9 Drapeau de la Suisse Alfa Romeo-Ferrari 13
10 Drapeau des États-Unis Haas-Ferrari 0

Statistiques

Le Grand Prix d'Abou Dabi 2021 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Max Verstappen remporte son premier titre de champion du monde et devient le 34e champion du monde de Formule 1[62] ;
  • Mercedes remporte son 8e championnat des constructeurs consécutif[63] ;
  • le motoriste Honda est associé au titre de champion des pilotes pour la première fois depuis Ayrton Senna en 1991[64] ;
  • les Pays-Bas sont le quinzième pays à compter un champion du monde de Formule 1 dans ses rangs ; il n'y avait pas eu de nouvelle nation à ce palmarès depuis 2005 et l'Espagne de Fernando Alonso[65] ;
  • à la veille de l'épreuve, Max Verstappen était, avec dix-neuf victoires, le pilote comptant le plus de victoires sans avoir gagné le titre ; Stirling Moss reprend dès lors la tête de ce palmarès, avec seize succès[66] ;
  • à 24 ans et 73 jours, Max Verstappen est le quatrième plus jeune pilote champion du monde, derrière Sebastian Vettel en 2010 (23 ans et 133 jours), Lewis Hamilton en 2008 (23 ans et 300 jours), et Fernando Alonso en 2005 (24 ans et 57 jours)[67] ;
  • Max Verstappen n'est que le quatrième pilote à compter au moins dix victoires dans une saison, comme Lewis Hamilton (cinq fois), Sebastian Vettel (deux fois) et Michael Schumacher (deux fois)[68] ;
  • S'il ne mène que le dernier tour à Abou Dabi, Max Verstappen en a passé 652 en tête cette saison, soit 50,3 % du total, contre 317 (29,9 %) à Lewis Hamilton[69] ;
  • Mercedes Grand Prix et Red Bull Racing ont remporté tous les titres pilotes et constructeurs depuis 2010 soit sur douze saisons consécutives, une série record puisque l'autre période de domination de deux écuries s'était arrêtée à dix doubles sacres partagés entre McLaren Racing et Williams F1 Team de 1984 à 1993[68] ;
  • Pierre Gasly passe la barre des 300 points inscrits en Formule 1 (309 points)[70] ;
  • Valtteri Bottas a toujours atteint la dernière phase qualificative avec Mercedes (101 Grand Prix depuis 2017)[71] ;
  • Kimi Räikkönen est élu « pilote du jour » à l'issue d'un vote organisé sur le site officiel de la Formule 1[72] ;
  • Derek Warwick (146 départs en Grands Prix entre 1981 et 1993, quatre podiums, 71 points inscrits) est nommé conseiller par la FIA pour aider dans leurs jugements le groupe des commissaires de course[73].

Notes et références

  1. a b et c Emmanuel Touzot, « Abou Dabi présente son nouveau tracé et ses virages modifiés », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  2. a et b Stéphane Vrignaud, « GP d'Arabie saoudite - Bonus-Malus : le cirque Max Verstappen, (Red Bull), le miracle Lewis Hamilton (Mercedes) », sur eurosport.fr, (consulté le ).
  3. a et b Olivier Ferret, « Verstappen ou Hamilton ? Mercedes F1 ou Red Bull ? Les scénarios pour les titres », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le ).
  4. Stéphane Barbé, « 2010, 2014 et 2016, les 3 Grand Prix d'Abu Dhabi décisifs pour le titre mondial », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  5. « Pirelli reveal compounds for 2021 season, including nominations for new Dutch and Saudi Arabian GPs », sur formula1.com, (consulté le )
  6. a et b (en) Formula One Management, « FORMULA 1 ETIHAD AIRWAYS ABU DHABI GRAND PRIX 2021 - PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le )
  7. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 ETIHAD AIRWAYS ABU DHABI GRAND PRIX 2020 - PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le )
  8. a et b Emmanuel Touzot, « Abu Dhabi, EL1 : Verstappen devance les pilotes Mercedes F1 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  9. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 ETIHAD AIRWAYS ABU DHABI GRAND PRIX 2021 - PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le )
  10. (en) Formula One Management, « WATCH: Raikkonen ends his final Friday practice session in the wall after Turn 14 crash in Abu Dhab », sur formula1.com, (consulté le )
  11. (en) « Dear Kimi, we will leave you alone now », sur grandprix247.com, (consulté le )
  12. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 ETIHAD AIRWAYS ABU DHABI GRAND PRIX 2021 - PRACTICE 3 », sur formula1.com, (consulté le )
  13. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 ETIHAD AIRWAYS ABU DHABI GRAND PRIX 2021 - QUALIFYING », sur formula1.com, (consulté le )
  14. Stéphane Vrignaud, « Qualifications du Grand Prix d'Abu Dhabi : Max Verstappen en pole devant Lewis Hamilton. », sur eurosport.fr, (consulté le )
  15. Basile Davoine, « Mazepin positif au COVID-19 et forfait à Abu Dhabi. », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  16. Olivier Ferret, « Officiel : Mazepin forfait à Abu Dhabi suite à une infection au Covid-19. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  17. a b c d e et f « Say What? 2021 Abu Dhabi Grand Prix: The best team radio », sur formula1.com, (consulté le ).
  18. a et b Thibaut Le Moal, « Formule 1. Max Verstappen sacré champion du monde devant Lewis Hamilton lors du tout dernier tour », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  19. a b c et d Cesare Ingrassia, « Les contacts radio entre équipes et FIA interdits en 2022 ? », sur f1only.fr, (consulté le ).
  20. a b et c Maxime Mallet, « FIA, Mercedes, Perez, le Grand Prix d'Abu Dhabi en questions après le sacre de Max Verstappen », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  21. a b c d e et f Alex Bardot et Maxime Malet, « Les onze minutes qui ont bouleversé le duel pour le titre entre Hamilton et Verstappen », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  22. (en) « Formula 1 Etihad Airways Abu Dhabi Grand Prix 2021 - pit stop summary », sur formula1.com, (consulté le ).
  23. a b c et d Paul Gombaud, « Safety car : les pilotes ne comprennent pas les choix de la FIA à Abu Dhabi », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le ).
  24. (en) Jamie Woodhouse, « Wolff urges Masi to reinstate Hamilton as winner », sur planetf1.com, (consulté le ).
  25. Alexandre C., « Hakkinen donne raison à Masi : ‘bien pire’ de finir sous Safety Car », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le ).
  26. Fabrice Bosset, « Le carnet de notes de la saison 2021 de F1 », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  27. {{|lien web|auteur=Ouest-France avec AFP|titre=Formule 1. Les réactions du paddock après le titre mondial de Verstappen, « un très grand pilote »|url=https://www.ouest-france.fr/sport/formule-1/formule-1-les-reactions-du-paddock-apres-le-titre-mondial-de-verstappen-un-tres-grand-pilote-194d116c-5b69-11ec-9150-4b0cb97a43dd%7Csite=ouest-france.fr%7Cen ligne le=12 décembre 2021|consulté le=15 décembre 2021}}.
  28. Cesare Ingrassia, « Le désormais pilote Mercedes, George Russell, furieux contre la FIA », sur f1only.fr, (consulté le ).
  29. Olivier Ferret, « Marko et Haug exhortent Mercedes F1 à ne pas faire appel », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le ).
  30. a et b « Max Verstappen : « Toto (Wolff) m'a envoyé un message pour me féliciter » », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  31. « La FIA va lancer une analyse sur la fin mouvementée du Grand Prix d'Abu Dhabi », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  32. a b c et d (en) Mercedes-AMG Petronas Formula One Team, « Statement », sur mercedesamgf1.com, (consulté le ).
  33. « Mercedes renonce à faire appel », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  34. a et b Frédéric Ferret, « « On a volé sa couronne à Lewis », fulmine le patron de Mercedes Toto Wolff », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  35. (en) Fédération Internationale de l'Automobile, « 2021 F1 Abu Dhabi Grand Prix - Report to the World Motor Sport Council - 19 march 2022 », sur fia.com, (consulté le )
  36. « Michael Masi perd son poste de directeur de course en F1. », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  37. a b et c « Peu de nouveautés dans le rapport de la FIA sur le GP d'Abu Dhabi », sur lequipe.fr, (consulté le )
  38. Rémy Georges, « Masi perd son poste de directeur de course ! », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  39. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 ETIHAD AIRWAYS ABU DHABI GRAND PRIX 2021 - RACE RESULT », sur formula1.com, (consulté le )
  40. Basile Davoine et Benjamin Vinel, « Mercedes porte réclamation après le GP d'Abu Dhabi », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  41. Basile Davoine, « La première réclamation de Mercedes rejetée », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  42. « La réclamation de Mercedes rejetée, Max Verstappen est bien champion du monde », sur lequipe.fr, (consulté le )
  43. « Mercedes annonce son intention de faire appel de la décision des commissaires du GP d'Abu Dhabi », sur lequipe.fr, (consulté le )
  44. « Abou Dhabi 2021 - Qualifications », sur statsf1.com, (consulté le ).
  45. Basile Davoine, « GP d'Abu Dhabi : les meilleurs tours en course », sur fr.motorsport.com, (consulté le ).
  46. « Abou Dabi 2021 - Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le ).
  47. « Abou Dabi 2021 Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le ).
  48. « Abou Dabi 2021 - Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le )
  49. « Abou Dabi 2021 - Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le )
  50. « Max Verstappen - Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le ).
  51. « Max Verstappen - Victoires », sur statsf1.com, (consulté le ).
  52. « Max Verstappen - Hat trick », sur statsf1.com, (consulté le ).
  53. « Max Verstappen - Podium », sur statsf1.com, (consulté le ).
  54. « Podiums dans une année », sur statsf1.com, (consulté le ).
  55. « Red Bull Victoires », sur statsf1.com, (consulté le ).
  56. « Moteur Honda - Victoires », sur statsf1.com, (consulté le ).
  57. « Lance Stroll - Grands Prix disputés », sur statsf1.com (consulté le ).
  58. « Kimi Räikkönen - Grands Prix disputés », sur statsf1.com, (consulté le ).
  59. « Pilotes - Grands Prix - Nombre », sur statsf1.com, (consulté le ).
  60. Aurélien Attard, « Les cinq Grands Prix marquants de Kimi Räikkönen », sur fr.motorsport.com, (consulté le ).
  61. « Antonio Giovinazzi - Grands Prix disputés », sur statsf1.com, (consulté le ).
  62. Benjamin Vinel, « Max Verstappen est Champion du monde ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le ).
  63. « Titres de Champion du Monde - Consécutivement », sur statsf1.com, (consulté le ).
  64. « Moteur - Honda », sur statsf1.com, (consulté le ).
  65. « Nations - Titres de Champion du Monde Chronologie », sur statsf1.com, (consulté le ).
  66. Journal l'équipe no 24594, , p. 12.
  67. (en) « The youngest Formula 1 world champions – Where does Max Verstappen rank alongside Vettel, Alonso and Hamilton? », sur www.formula1.com, (consulté le ).
  68. a et b « La saison historique de Max Verstappen en chiffres », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  69. Michael Delaney, « Les chiffres de Yas Marina », (consulté le ).
  70. « Pierre Gasly points », sur statsf1.com, (consulté le ).
  71. Alexandre C., « Les statistiques après le Grand Prix d’Abu Dhabi », sur motorspot.nextgen-auto.com, (consulté le ).
  72. Benjamin Vinel, « Kimi Räikkönen élu "Pilote du Jour" du GP d'Abu Dhabi. », sur fr.motorsport.com, (consulté le ).
  73. (en) FIA Communications Department, « 2021 Abu Dhabi Grand Prix - Race Stewards Biographies », sur fia.com, (consulté le ).
  1. Selon les sources, Kimi Räikkönen peut également être crédité de 349 participations, étant considéré soit comme non partant ou ayant abandonné pour le Grand Prix automobile de Belgique 2001.

Lien externe