Grand Prix automobile d'Italie 2021

Grand Prix automobile d'Italie 2021
Grand Prix d'Italie 2021
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 53
Longueur du circuit 5,793 km
Distance de course 306,720 km
Conditions de course
Météo temps chaud et ensoleillé[1] (air : 30°C - piste : 45°C)
Affluence 16 000 spectateurs[2]
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo,
McLaren-Mercedes,
h 21 min 54 s 367
(vitesse moyenne : 224,686 km/h)
Pole position Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen,
Red Bull-Honda,
27 min 56 s 403
(vitesse moyenne : 223,260 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo,
McLaren-Mercedes,
min 24 s 812
(vitesse moyenne : 245,894 km/h)

Le Grand Prix automobile d'Italie 2021 (Formula 1 Gran Premio Heineken d'Italia 2021) disputé le 12 septembre 2021 sur le circuit de Monza, est la 1049e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 où le circuit, situé dans le Parco Reale de Monza et surnommé « le Temple de la vitesse », faisait partie des sept pistes utilisées pour cette édition inaugurale. Il s'agit de la soixante-douzième édition du Grand Prix d'Italie comptant pour le championnat du monde de Formule 1, la soixante-et-onzième se tenant à Monza et la quatorzième manche du championnat 2021.

L'édition 2021 du Grand Prix d'Italie est la deuxième épreuve de la saison à tester un nouveau format du week-end de course[3], avec la « qualification sprint » introduite le 17 juillet en Grande-Bretagne pour déterminer la grille de départ. Une séance d'essais libres, d'une heure le vendredi, est suivie l'après-midi d'une séance de qualification selon le système Q1, Q2, Q3, pour déterminer l'ordre de départ de la qualification sprint qui se dispute sous la forme d'une course de 100 km (soit 18 tours de la piste lombarde), disputée le samedi. Son classement compose alors la grille de départ de la course du dimanche et attribue des points aux trois premiers[4],[5].

Auteur du meilleur temps des qualifications disputées le vendredi, Valtteri Bottas s'élance, le lendemain, en tête sur la grille de départ de la qualification sprint, devant son coéquipier Lewis Hamilton. Néanmoins, quel que soit son résultat, le Finlandais s'élancera dernier du Grand Prix, pénalisé après le changement complet de son unité de puissance. En deuxième ligne pour les dix-huit tours de circuit, Max Verstappen devance Lando Norris ; suivent Daniel Ricciardo et Pierre Gasly en troisième ligne et les Ferrari de Carlos Sainz Jr. et Charles Leclerc sur la quatrième ligne.

En tête de bout en bout, Valtteri Bottas remporte la qualification sprint et marque trois points mais est relégué en fond de grille pour le Grand Prix. Max Verstappen, bien que deuxième du sprint, récupère donc la pole position, accompagné en première ligne par Daniel Ricciardo qui n'avait pas connu une telle place sur la grille depuis son départ de Red Bull en 2018. Alors que Bottas réussit parfaitement son envol, Lewis Hamilton rate le sien : il est débordé par Verstappen, Ricciardo, Pierre Gasly et Lando Norris. Dans la première chicane, Gasly touche la roue arrière de la McLaren de Ricciardo et casse son aileron avant. Lorsque celui-ci se loge sous sa voiture, il sort immédiatement de la piste à pleine vitesse dans la Curva grande et traverse le bac à graviers avant de taper les protections. La voiture de sécurité est de sortie pour trois tours, et les positions sont acquises à la relance : Bottas, suivi par Verstappen, Ricciardo, Norris et Hamilton, qui ne trouvera jamais l'ouverture face à son jeune compatriote et termine le sprint à la cinquième place devant les Ferrari de Leclerc et de Sainz. Sur la grille de départ du Grand Prix, Norris et Hamilton sont sur la deuxième ligne, Leclerc et Sainz sur la troisième ligne, devant Antonio Giovinazzi et Sergio Pérez, suivis par Lance Stroll et Fernando Alonso.

Daniel Ricciardo remporte la huitième victoire de sa carrière, sa première depuis le Grand Prix de Monaco 2018 (soit soixante-sept Grands Prix disputés), tandis que son écurie McLaren Racing obtient, avec la deuxième place de son coéquipier Lando Norris, son premier doublé depuis le Grand Prix du Canada 2010. L'équipe dirigée par Zak Brown n'avait plus fêté de victoire depuis celle de Jenson Button au Grand Prix du Brésil 2012. Ricciardo construit son succès en prenant un meilleur départ que Max Verstappen pour s'installer aux commandes de la course qu'il va mener quasiment de bout en bout ; toutefois, le véritable tournant de la course intervient au vingt-sixième tour, quand Verstappen et Hamilton s'accrochent à la première chicane. L'arrêt au stand du Néerlandais, un tour après Ricciardo, s'éternise pendant onze secondes. Relâché dans le peloton, Verstappen se retrouve à la hauteur de Hamilton qui vient de sortir à son tour de la voie des stands, les deux pilotes se battant à ce moment pour la septième place. Les voitures sont côte à côte dans la variante del Retiffilo, celle de Verstappen escalade le vibreur extérieur, se soulève, sa roue arrière s'engrène sur celle de la voiture de Hamilton et le fond plat de la Red Bull s'écrase sur le halo de la Mercedes W12, tandis que la roue arrière droite touche le casque de Hamilton. Ce double abandon spectaculaire (le premier pour Hamilton depuis le Grand Prix d'Autriche 2018) provoque la sortie de la voiture de sécurité. Charles Leclerc bénéficie ainsi d'un arrêt gratuit et se retrouve deuxième derrière Ricciardo.

Daniel Ricciardo gère la relance sans problème tandis que Leclerc, en manque de puissance, cède rapidement aux assauts de Lando Norris puis de Sergio Pérez qui coupe la deuxième chicane pour le dépasser sans lui rendre sa position, ce qui lui vaut cinq secondes de pénalité. Valtteri Bottas, revenu du fond de grille, dépasse ensuite Leclerc pour se caler dans les échappements de la Red Bull. Alors que les McLaren s'acheminent vers un doublé, Norris interroge son stand pour savoir s'il est opportun d'aller chercher son coéquipier ; ils conviennent par la négative, l'essentiel étant d'assurer ce résultat inattendu. Alors que les voitures orange papaye franchissent triomphalement la ligne d'arrivée, sous le drapeau à damier brandi par le champion olympique du 100 mètres Lamont Marcell Jacobs, Pérez troisième est rétrogradé au cinquième rang, compte tenu de sa pénalité. Bottas accompagne par conséquent Ricciardo et Norris sur le podium et Leclerc se classe quatrième. Son coéquipier Carlos Sainz prend la sixième place, Lance Stroll amène son Aston Martin en septième position, Fernando Alonso prend les quatre points de la huitième place, George Russell marque, à nouveau, pour Williams et Esteban Ocon récolte l'unité restante. Daniel Ricciardo s'adjuge par ailleurs le point bonus du meilleur tour dans la dernière boucle et est élu « pilote du jour ». Dans la soirée, après avoir été entendu avec son rival par les commissaires de course, Max Verstappen, jugé responsable de l'accrochage, écope d'une pénalité de trois places sur la grille de départ du prochain Grand Prix de Russie.

Si Verstappen et Hamilton font match nul, les deux points gagnés par le Néerlandais à l'arrivée de la qualification sprint lui permettent de porter son avance à cinq points : 226,5 à 221,5. Bottas reste troisième (141 points) devant Norris (132 points) alors que Pérez est toujours cinquième (118 points) talonné par Leclerc (104 points). Suivent Sainz (97,5 points) et Ricciardo qui grimpe à la huitième place (83 points). Gasly qui n'a pas marqué est au neuvième rang (66 points) devant Alonso (50 points) et Ocon, onzième avec 45 points. En tête du championnat des constructeurs, Mercedes Grand Prix (362,5 points) possède 18 points d'avance sur Red Bull Racing (344,5 points). McLaren (215 points) reprend la troisième place à Ferrari (201,5 points). Beaucoup plus loin, Alpine tient le cinquième rang (95 points), devant Alpha Tauri qui reste à 84 points, Aston Martin (59 points), Williams (22 points) et Alfa Romeo (3 points). Haas attend toujours son premier point.

Pneus disponibles

Pneus disponibles à Monza[6]
Pneus pour piste sèche Pneus pluie
Représentation des pneus durs
Durs (Type C2)
Représentation des pneus medium
Medium (Type C3)
Représentation des pneus tendres
Tendres (Type C4)
    Représentation des pneus intermédiaires
Intermédiaires
   Représentation des pneus pluie
      Pluie

Essais libres et qualifications

Première séance d'essais libres, le vendredi de 14 h 30 à 15 h 30

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[7]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 20 s 926
2 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 21 s 378 + 0 s 452
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 1 min 21 s 451 + 0 s 525
4 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 1 min 21 s 676 + 0 s 750
5 Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 1 min 21 s 719 + 0 s 793
6 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 1 min 21 s 824 + 0 s 898

Séance de qualification, le vendredi de 18 h à 19 h

Qualification pour la Qualification Sprint[8]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 1 min 20 s 685 1 min 20 s 032 1 min 19 s 555
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 20 s 543 1 min 19 s 936 1 min 19 s 651
3 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 21 s 035 1 min 20 s 229 1 min 19 s 966
4 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 1 min 20 s 916 1 min 20 s 059 1 min 19 s 989
5 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo McLaren-Mercedes 1 min 21 s 292 1 min 20 s 435 1 min 19 s 995
6 Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 1 min 21 s 440 1 min 20 s 556 1 min 20 s 260
7 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Ferrari 1 min 21 s 118 1 min 20 s 750 1 min 20 s 462
8 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Ferrari 1 min 21 s 219 1 min 20 s 767 1 min 20 s 510
9 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 1 min 21 s 308 1 min 20 s 882 1 min 20 s 611
10 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 1 min 21 s 197 1 min 20 s 726 1 min 20 s 808
11 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 1 min 21 s 394 1 min 20 s 913
12 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 1 min 21 s 415 1 min 21 s 020
13 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 1 min 21 s 487 1 min 21 s 069
14 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 1 min 21 s 500 1 min 21 s 103
15 Drapeau du Royaume-Uni George Russell Williams-Mercedes 1 min 21 s 890 1 min 21 s 392
16 Drapeau du Canada Nicholas Latifi Williams-Mercedes 1 min 21 s 925
17 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 1 min 21 s 973
18 Drapeau de l'Allemagne Mick Schumacher Haas-Ferrari 1 min 22 s 248
19 Drapeau de la Pologne Robert Kubica Alfa Romeo-Ferrari 1 min 22 s 530
20 Russian Automobile Federation flag.svg Nikita Mazepin Haas-Ferrari 1 min 22 s 716
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 26 s 181 (107 % de 1 min 20 s 543)
  • Nicholas Latifi, auteur du seizième temps, rate sa qualification en Q2 pour 36 millièmes de seconde, forcé de ralentir dans son dernier tour lancé afin d'éviter un lapin qui a traversé la piste juste devant sa trajectoire[9].

Deuxième séance d'essais libres, le samedi de 12 h à 13 h

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[10]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 23 s 246
2 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 1 min 23 s 468 + 0 s 222
3 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 23 s 662 + 0 s 416
4 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 1 min 23 s 917 + 0 s 671
5 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 1 min 24 s 263 + 1 s 017
6 Drapeau de la Pologne Robert Kubica Alfa Romeo-Ferrari 1 min 24 s 280 + 1 s 034
  • Peu avant la mi-séance, le drapeau rouge est agité après que Carlos Sainz Jr. a perdu le contrôle de sa Ferrari dans la variante Ascari et percuté le mur par l'avant ; ses deux suspensions avant sont détruites et, comme la semaine précédente, ses mécaniciens doivent s'engager dans une course contre la montre pour remettre en état la Ferrari SF21 avant la qualification sprint à Monza[11].

Qualification Sprint

Résultats de la Qualification Sprint, le samedi de 16 h 30 à 17 h

Résultats de la Qualification Sprint[12]
Pos. Pilote Voiture Tours Temps/Abandon Grille Points
1 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 18 27 min 54 s 078 1 3
2 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 18 + 2 s 325 3 2
3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo McLaren-Mercedes 18 + 14 s 534 5 1
4 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 18 + 18 s 835 4
5 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 18 + 20 s 011 2
6 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Ferrari 18 + 23 s 442 8
7 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Ferrari 18 + 27 s 952 7
8 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 18 + 31 s 089 10
9 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 18 + 31 s 680 9
10 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 18 + 38 s 671 12
11 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 18 + 39 s 795 13
12 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 18 + 41 s 177 11
13 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 18 + 43 s 373 14
14 Drapeau du Canada Nicholas Latifi Williams-Mercedes 18 + 45 s 977 16
15 Drapeau du Royaume-Uni George Russell Williams-Mercedes 18 + 46 s 821 15
16 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 18 + 49 s 977 17
17 Russian Automobile Federation flag.svg Nikita Mazepin Haas-Ferrari 18 + 1 min 2 s 599 20
18 Drapeau de la Pologne Robert Kubica Alfa Romeo-Ferrari 18 + 1 min 5 s 096 19
19 Drapeau de l'Allemagne Mick Schumacher Haas-Ferrari 18 + 1 min 6 s 154 18
Abd. Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 0 Sortie de piste 6

Grille de départ

  • Valtteri Bottas, auteur du meilleur temps des qualifications et vainqueur de la qualification sprint, est pénalisé d'un recul sur la grille de départ à la suite de l'installation d'une unité de puissance entièrement neuve, son quatrième bloc de la saison, dépassant ainsi le quota alloué pour l'année ; il s'élance donc de la vingtième et dernière place[13] ;
  • La pole position revient dès lors à Max Verstappen, accompagné par Daniel Ricciardo sur la première ligne. Cinquième du sprint, Lewis Hamilton part en deuxième ligne, derrière Lando Norris ; la troisième ligne est composée des Ferrari de Charles Leclerc qui devance Carlos Sainz Jr. ;
  • Pierre Gasly, après son accident lors de la qualification sprint, reçoit une pénalité d'un recul de cinq places pour le changement de sa boîte de vitesses. Il est ensuite contraint de prendre le départ depuis la voie des stands car sa voiture a été modifiée sous le régime du parc fermé et a reçu plusieurs éléments neufs, dont plusieurs d'une nouvelle spécification[14] ;
  • Yuki Tsunoda est victime d'un problème à moins de dix minutes du départ et sa monoplace est ramenée dans son box ; il doit désormais partir depuis la voie des stands[15] ; le problème ne pouvant pas être résolu, Tsunoda ne prend finalement pas le départ de l'épreuve.

Course

L'accrochage Verstappen-Hamilton

La lutte entre deux rivaux pour le titre mondial a engendré par le passé des accrochages restés fameux, comme entre Alain Prost et Ayrton Senna en 1989 et 1990, Michael Schumacher et Damon Hill en 1994 ou encore Schumacher et Jacques Villeneuve en 1997 mais ceux-ci se sont à chaque fois produits à la dernière course de la saison alors que cette année, c'est déjà la deuxième fois après le Grand Prix de Grande Bretagne que Lewis Hamilton et Max Verstappen s'accrochent sévèrement en course[16].

À Monza, Hamilton et Verstappen sont proches de l'accident dans la deuxième chicane au premier tour, quand Verstappen empêche, de manière musclée, son rival de passer[17]. Le fait qu'ils se retrouvent à batailler dans la première chicane à l'entame du 26e tour, résulte de circonstances particulières : quand Daniel Ricciardo s'arrête au stand au vingt-deuxième tour, Verstappen occupe brièvement la tête avant d'aller changer ses pneus à la fin de la boucle suivante tandis qu'Hamilton roule en quatrième position, à un peu plus de six secondes. À cause d'une écrou de roue récalcitrant causant un problème de serrage de la roue avant-droite, le Néerlandais n'est relâché qu'après onze secondes et reprend la piste en neuvième position toute provisoire, au milieu du ballet des premiers arrêts[18]. Hamilton est, à son tour, en tête de la course dans la vingt-cinquième boucle quand il oblique vers la voie des stands ; son arrêt, de quatre secondes, est tout aussi catastrophique[17]. Lando Norris est devant Verstappen, aileron arrière mobile ouvert dans la ligne droite, quand il repart en piste. Le jeune pilote McLaren garde l'avantage, Verstappen arrive au freinage de la première chicane quasiment à la hauteur de Hamilton qui conserve un museau d'avance. Dans la deuxième partie de la chicane, la Mercedes W12 a toujours une très légère avance, la place manque et Verstappen rebondit sur le gros vibreur extérieur (appelé « la saucisse »), ce qui déstabilise sa monoplace et la soulève suffisamment pour que sa roue arrière droite escalade celle de la voiture rivale[19]. Le fond plat de la RB16B s'écrase sur la halo qui protège le cockpit de la voiture d'Hamilton mais sa roue arrière droite appuie sur le casque du pilote[17]. Les deux voitures, l'une sur l'autre, s'arrêtent dans le bac à graviers. Verstappen s'extrait et n'a pas un regard pour Hamilton en train de tenter de se dégager pour reprendre la piste avant que son stand ne lui demande de couper son moteur[17].

Sur l'attitude de Verstappen, Hamilton se montre surpris : « J'ai vu Max sortir et passer à côté de moi. J'ai trouvé cela un peu surprenant parce qu'en fin de compte, je pense que lorsque nous avons des incidents, la première chose que nous voulons faire est de nous assurer que le gars avec lequel nous nous sommes crashés va bien. Mais j'ai pu sortir[20]. » Il explique aussi avoir un peu mal au cou[20]. Son rival se justifie : « Lewis allait bien, il essayait toujours de reculer alors que j'étais déjà sorti de la voiture. Quand tu ne vas pas bien, tu ne fais pas ça[20]. » Hamilton considère que le halo lui a sauvé la vie : « Je ne pense pas avoir jamais été frappé à la tête par une voiture auparavant. Ma tête a vraiment bougé vers l’avant. Je cours depuis très, très longtemps et je suis très reconnaissant d’être encore là. Je me sens incroyablement béni, comme si quelqu'un avait veillé sur moi aujourd'hui[21]. »

Les deux patrons d'écurie, Toto Wolff et Christian Horner, louent aussi de concert la présence du halo sans lequel les conséquences de cet accrochage auraient pu être autrement plus graves[21]. Mais sur les responsabilités de l'accident, leurs avis divergent. Pour Toto Wolff : « Je pense qu'il y a principalement un pilote à blâmer, comme nous l'avons vu dans le passé. Dans le football, vous diriez qu'il s'agissait d'une faute tactique, donc volontaire. Il savait probablement que si Lewis restait en tête, c'était peut-être la victoire pour Lewis. Il est donc clair que Verstappen est en faute. » Il ajoute : « Je pense que si nous ne gérons pas cela de la bonne manière cela va continuer à dégénérer. Ils ont eu un accident à grande vitesse à Silverstone et aujourd'hui nous avons eu une voiture qui a terminé sur l’autre, sur la tête de Lewis, alors jusqu'où pouvons-nous aller ? Peut-être que la prochaine fois, nous aurons un accident à grande vitesse et que les deux voitures atterriront cette fois-ci l'une sur l'autre, le résultat pourrait être dramatique[22]. » Pour Christian Horner, appuyé par Helmut Marko, « Le plus important aujourd'hui est que le halo a fait son travail, car c'est un accident étonnant, Dieu merci personne n'a été blessé. Maintenant, je suis déçu que Toto dise que ce serait une faute tactique. Je pense que Max a le droit d'avoir plus d'espace pour travailler dans le virage no 2 mais je pense que l'on pourrait voir ça comme un incident de course. Je pense que l'on pourrait dire que Max aurait pu lâcher et passer un peu plus à gauche et l'on peut dire que Lewis aurait pu lui donner plus d'espace. Faire pencher la responsabilité d'un côté ou de l'autre est difficile dans cet incident. Max avait la bonne dynamique, il avait assez d'espace à l'extérieur. Lewis lui a laissé assez de place au virage no 1 et je pense que d'après nous, peut-être que Lewis a trop refermé au virage no 2. C'est très frustrant d'abandonner[23]. »

Après la course, les commissaires en fonction à Monza entendent les deux rivaux et leurs conclusions sont claires : le responsable de l'accrochage est Max Verstappen. En conséquence, ils le pénalisent d'un recul de trois places sur la grille de départ de la quinzième manche, en Russie et lui retirent deux points sur sa Super Licence[24].

Classement de la course

Classement de la course[25]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo McLaren-Mercedes 53 1 h 21 min 54 s 367 (224,686 km/h) 2 25 + 1
2 4 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 53 + 1 s 747 3 18
3 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 53 + 4 s 921 19 15
4 16 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Ferrari 53 + 7 s 309 5 12
5 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 53 + 8 s 723 (+ 5 s de pénalité) 8 10
6 55 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Ferrari 53 + 10 s 535 6 8
7 18 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 53 + 15 s 804 9 6
8 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 53 + 17 s 201 10 4
9 63 Drapeau du Royaume-Uni George Russell Williams-Mercedes 53 + 19 s 742 14 2
10 31 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 53 + 20 s 868 (+ 5 secondes de pénalité purgées en course) 12 1
11 6 Drapeau du Canada Nicholas Latifi Williams-Mercedes 53 + 23 s 743 13
12 5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 53 + 24 s 621 11
13 99 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 53 + 27 s 216 7
14 88 Drapeau de la Pologne Robert Kubica Alfa Romeo-Ferrari 53 + 29 s 769 17
15 47 Drapeau de l'Allemagne Mick Schumacher Haas-Ferrari 53 + 51 s 088 18
Abd. 9 Russian Automobile Federation flag.svg Nikita Mazepin Haas-Ferrari 41 Moteur 16
Abd. 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 25 Accrochage 4
Abd. 33 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 25 Accrochage 1
Abd. 10 Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 3 Panne mécanique Pitlane
Np. 22 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 0 Freins (15)

Pole position et record du tour

Tours en tête

Classements généraux à l'issue de la course

Pilotes[32]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-Honda 226,5
2 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 221,5
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 141
4 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris McLaren-Mercedes 132
5 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Red Bull-Honda 118
6 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Ferrari 104
7 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Ferrari 97,5
8 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo McLaren-Mercedes 83
9 Drapeau de la France Pierre Gasly AlphaTauri-Honda 66
10 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Alpine-Renault 50
11 Drapeau de la France Esteban Ocon Alpine-Renault 45
12 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Aston Martin-Mercedes 35
13 Drapeau du Canada Lance Stroll Aston Martin-Mercedes 24
14 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda AlphaTauri-Honda 18
15 Drapeau du Royaume-Uni George Russell Williams-Mercedes 15
16 Drapeau du Canada Nicholas Latifi Williams-Mercedes 7
17 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Alfa Romeo-Ferrari 2
18 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 1
Constructeurs[33]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 362,5
2 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Honda 344,5
3 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 215
4 Drapeau de l'Italie Ferrari 201,5
5 Drapeau de la France Alpine-Renault 95
6 Drapeau de l'Italie AlphaTauri-Honda 84
7 Drapeau du Royaume-Uni Aston Martin-Mercedes 59
8 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Mercedes 22
9 Drapeau de la Suisse Alfa Romeo-Ferrari 3

Statistiques

Le Grand Prix d'Italie 2021 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • testé positif au Covid-19 le samedi matin avant la troisième séance d'essais libres du Grand Prix des Pays-Bas, Kimi Räikkönen n'est toujours pas autorisé à rejoindre les paddocks, une semaine plus tard, à Monza ; Robert Kubica le remplace à nouveau au volant de l'Alfa Romeo C41 pour l'ensemble du weekend[39] ;
  • les Aston Martin AMR21 de Sebastian Vettel et Lance Stroll arborent un logo 007, le matricule de James Bond, sur les flancs du cockpit, à la place du logo ailé de la marque pour faire la promotion du film Mourir peut attendre : « Aston Martin fait partie de l'ADN de Bond. C'est un partenariat qui n'a pas besoin d'être expliqué. »[40] ;
  • McLaren inscrit 45 points (ceux du doublé auxquels s'ajoutent le meilleur tour en course et le point du résultat de la qualification sprint), le meilleur total d'une écurie sur une course cette saison[41] ;
  • McLaren réalise, lors de la quatorzième manche, le premier doublé de la saison[42] ;
  • sur le podium, Daniel Ricciardo procède à son traditionnel shoey de la victoire : il verse du vin pétillant dans sa bottine de course, le boit, et demande à ceux qui se trouvent autour de lui de faire de même : Lando Norris et Zak Brown acceptent tandis que Valtteri Bottas décline l'invitation[43] ;
  • Daniel Ricciardo est élu « pilote du jour » à l'issue d'un vote organisé sur le site officiel de la Formule 1[44] ;
  • l'abandon de Lewis Hamilton met fin à sa série de 63 arrivées consécutives (un record) ; il n'avait pas abandonné depuis le Grand Prix d'Autriche 2018[45] ;
  • Vitantonio Liuzzi (80 départs en Grands Prix entre 2005 et 2011, 26 points inscrits) est nommé conseiller par la FIA pour aider dans leurs jugements le groupe des commissaires de course[46].

Notes et références

  1. Revue Auto hebdo n°2329 - 15 septembre 2021
  2. Pierre van Vliet, « Monza inquiète la Formule 1. », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  3. Guillaume Maillard Pacini, « F1 - Saison 2021 : La deuxième course sprint se déroulera à Monza », sur lequipe.fr, Eurosport, (consulté le )
  4. Luke Smith, « Les obstacles que la F1 devra surmonter pour ses courses sprint. », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  5. (en) Formula One Organisation, « Sprint Qualifying to debut at three Grands Prix in 2021 following unanimous agreement from teams », sur formula1.com, (consulté le )
  6. (en) « Pirelli reveal compounds for 2021 season, including nominations for new Dutch and Saudi Arabian GPs », sur formula1.com, (consulté le )
  7. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 HEINEKEN GRAN PREMIO D’ITALIA 2021 - PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le )
  8. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 HEINEKEN GRAN PREMIO D’ITALIA 2021 - QUALIFYING », sur formula1.com, (consulté le )
  9. Rémy Georges, « Latifi éliminé de la Q1 à cause d'un lapin! », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  10. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 HEINEKEN GRAN PREMIO D’ITALIA 2021 - PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le )
  11. Aurélien Attard, « EL2 - Hamilton en tête, Sainz part à la faute », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  12. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 HEINEKEN GRAN PREMIO D’ITALIA 2021 - SPRINT », sur formula1.com, (consulté le )
  13. Basile Davoine, « Valtteri Bottas pénalisé sur la grille à Monza. », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  14. Cesare Ingrassia, « Changement de moteur sur la monoplace de Gasly avant le départ. », sur f1only.fr, (consulté le )
  15. « Italie 2021 - Grille de départ », sur statsf1.com, (consulté le )
  16. Stephane Barbé, « L'édito de Stéphane Barbé sur l'accrochage Hamilton-Verstappen : Chicaneries. », sur lequipe.fr, (consulté le )
  17. a b c et d Maxime Mallet, « L'accrochage entre Lewis Hamilton et Max Verstappen à la loupe. », sur lequipe.fr, (consulté le )
  18. Emmanuel Touzot, « Ricciardo gagne un Grand Prix fou à Monza, McLaren signe le doublé. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  19. « Le crash entre Verstappen et Hamilton en images », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  20. a b et c Olivier Ferret, « Hamilton : "Surprenant" que Max soit parti sans vérifier que j'allais bien. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  21. a et b Emmanuel Touzot, « Hamilton et Wolff sont d'accord : Le Halo a sauvé le pilote Mercedes F1. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  22. Rémy Georges, « Wolff : Verstappen a été « volontairement » au crash », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  23. Emmanuel Touzot, « Horner et Marko voient un incident de course entre Verstappen et Hamilton », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  24. Rémy Georges, « La FIA inflige une double sanction à Verstappen! », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  25. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 HEINEKEN GRAN PREMIO D’ITALIA 2021 - RACE RESULT », sur formula1.com, (consulté le )
  26. « Italie 2021 2021 - Qualifications », sur statsf1.com, (consulté le )
  27. Emmanuel Touzot, « Bottas gagne la Qualification Sprint, Verstappen partira en pole à Monza. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  28. Formula One Management, « Verstappen claims pole position for Italian Grand Prix as penalty-hit Bottas wins Monza Sprint. », sur formula1.com, (consulté le )
  29. « Monaco 2012 Grille de départ », sur statsf1.com, (consulté le )
  30. Formula One Management, « FORMULA 1 HEINEKEN GRAN PREMIO D’ITALIA 2021 - FASTEST LAPS », sur formula1.com, (consulté le )
  31. « Italie 2021 - Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le )
  32. « Italie 2021 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le )
  33. « Italie 2021 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le )
  34. « Max Verstappen -Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le )
  35. « Daniel Ricciardo Victoires », sur statsf1.com, (consulté le )
  36. « McLaren Victoires », sur statsf1.com, (consulté le )
  37. « McLaren Doublés », sur statsf1.com, (consulté le )
  38. « Moteur Mercedes Victoires », sur statsf1.com, (consulté le )
  39. (en) Formula One Management, « Raikkonen ruled out of Italian Grand Prix, with Kubica set to deputise again for Alfa Romeo. », sur formula1.com, (consulté le )
  40. Luke Smith et Aurélien Attard, « Aston Martin aura une livrée "James Bond" au GP d'Italie. », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  41. Stéphane Vrignaud, « Grand Prix d'Italie - Bonus-Malus : Ricciardo sort du néant, sans l'aide de Verstappen et Hamilton », sur eursport.fr, (consulté le )
  42. Michael Delaney, « Les chiffres de Monza. », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  43. (en) « Daniel Ricciardo Dismayed for Depriving Valtteri Bottas of Shoey Experience at Monza », sur essentiallysports.com, (consulté le )
  44. Fabien Gaillard, « Daniel Ricciardo élu "Pilote du Jour" du GP d'Italie 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  45. « Lewis Hamilton - Abandons », sur statsf1.com, (consulté le )
  46. (en) « 2021 Italian Grand Prix Preview - Race Stewards Biographies », sur fia.com, (consulté le )

Lien externe