Gap

Gap
Gap
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Centre-ville de Gap.
Blason de Gap
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Blason
Gap
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
(préfecture)
Arrondissement Gap
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance
(siège)
Maire
Mandat
Roger Didier (UDI)
2020-2026
Code postal 05000
Code commune 05061
Démographie
Gentilé Gapençais
Population
municipale
40 111 hab. (2020 en diminution de 0,28 % par rapport à 2014)
Densité 363 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 34″ nord, 6° 04′ 43″ est
Altitude Min. 625 m
Max. 2 361 m
Superficie 110,43 km2
Unité urbaine Gap
(ville-centre)
Aire d'attraction Gap
(commune-centre)
Élections
Départementales Cantons de Gap-1, de Gap-2, de Gap-3 et de Gap-4
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Crédit image :
Eric Gaba (Sting - fr:Sting)
licence CC BY-SA 4.0 🛈
City locator 14.svg
Gap
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
City locator 14.svg
Gap
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes
Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
City locator 14.svg
Gap
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
City locator 14.svg
Gap
Liens
Site web ville-gap.fr

Gap (/gap/) est une commune française d'un peu plus de 40 000 habitants située dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle est le chef-lieu du département des Hautes-Alpes et la ville la plus peuplée de la moitié sud du massif alpin. La ville est située au carrefour d'un axe Nord-Sud reliant Grenoble à Sisteron et d'un axe est-ouest reliant la vallée du Rhône à Briançon.

Gap est située au milieu d'une région montagneuse faiblement peuplée. Elle occupe une vallée, le sillon de Gap, modelée par le glacier de la Durance durant la dernière glaciation. Le cœur urbain est situé à une altitude de plus de 700 mètres mais on trouve sur son territoire des sommets de près de 2 000 mètres (montagne de Charance, pic de Gleize) ou les dépassant (Raz de Bec à 2 385 m). La ville bénéficie d'un climat méditerranéen sous influence montagnarde caractérisé par un ensoleillement important et des hivers froids.

Gap était historiquement rattachée au Dauphiné. Peu concernée par la Révolution industrielle du XIXe siècle malgré l'arrivée du train en 1875, la commune est restée relativement rurale jusque dans les années 1950. Elle connait alors un boom démographique qui résulte de son rôle de pôle commercial et de services du département. La croissance de sa population se poursuit à un rythme plus modéré au début des années 2020. Relativement isolée sur le plan géographique, Gap a développé une économie d'autosubsistance reposant sur les secteurs public et tertiaire.

Géographie

Localisation

Gap est située dans le sud-est de la France au coeur du massif alpin. Elle se trouve à la limite nord des Alpes du Sud dont elle constitue, avec un peu plus de 40 000 habitants, la ville la plus peuplée. Elle est située à 103 kilomètres au sud de Grenoble par la route (75 kilomètres à vol d'oiseau), à 151 kilomètres au nord d'Aix en Provence (125 kilomètres à vol d'oiseau), à 160 kilomètres à l'est de Valence (103 kilomètres à vol d'oiseau) et à 674 kilomètres de la capitale du pays Paris (551 kilomètres à vol d'oiseau).

Gap se trouve au croisement de deux axes de circulation majeurs. Un axe nord-sud qui relie Grenoble au nord par route Napoléon (RN 85) en empruntant le col Bayard à Aix en Provence au sud via l'autoroute A51 et un axe est-ouest qui relie la vallée du Rhône à l'ouest à l'Italie à l'est (via les RN94-RD994)[1].

Communes limitrophes

Dix-sept communes sont limitrophes de Gap[2] :

Représentations cartographiques de la commune
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte OpenStreetMap
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte topographique

Géologie et relief

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Vue hivernale du pic de Charance (1 825 m), sommet emblématique de la commune.

Le territoire de la commune de Gap est situé pour l'essentiel dans le fond et sur les flancs d'une vallée glaciaire en forme de croissant, le sillon de Gap, qui s'insère entre trois massifs : au nord-ouest le massif du Dévoluy, au nord le massif des Écrins et au sud-est le massif du Colombis. Les reliefs de ces massifs délimitent le contour de la commune : crête de Charance (Massif du Dévoluy) et col Bayard au nord, collines de Saint-Mens dans le massif du Colombis. La vallée glaciaire rejoint la vallée de la Durance à l'est au niveau du lac de Serre-Ponçon et au sud-ouest au niveau de la commune de Tallard[3]. Le sillon de Gap est une large vallée dont le fond se trouve à environ 735 mètres d´altitude et dont le flanc ouest atteint près de 2 000 mètres (montagne de Charance et pic de Gleize). Le point culminant de la commune se trouve cependant hors de cette grande vallée, sur un autre bassin versant, au Raz de Bec, à 2 385 m, en limite communale, dans l'ancienne commune de Chaudun, fusionnée avec Gap à la fin XIXe siècle.

La vallée dans laquelle se situe Gap a été modelée par le glacier de la Durance[4] lors de la dernière période glaciaire appelée glaciation de Würm. Ainsi, les sols sont très souvent constitués par des dépôts morainiques. Pas moins de cinq niveaux de moraines latérales et frontales sont observables[5]. Celles-ci sont bien visibles, notamment sur les pentes sud du col Bayard, où elles forment par endroits des terrasses utilisées par l'agriculture. En se retirant, le glacier a également laissé des blocs erratiques de plusieurs mètres de haut. On peut citer entre autres les blocs erratiques de Peyre-Ossel[6] et de la Justice[7].

Le glacier, qui au Quaternaire a modelé le sillon de Gap, présentait plusieurs diffluences : une vers le glacier du Drac par les cols de Manse et de Bayard[8] et une vers la vallée du Buëch par le seuil de La Freissinouse[9].

La couverture de débris morainiques omniprésente dans le sillon de Gap n'est pas le seul vestige de la glaciation du Quaternaire. On retrouve également la topographie typique des vallées glaciaires. L'emplacement même de la ville de Gap correspond à un ombilic glaciaire, où se sont déposées de grandes quantités d'argile. En amont se situe le verrou glaciaire de Pont-Sarrazin et en aval celui de la Tourronde[10].

L'action mécanique du glacier de la Durance a été facilitée par la présence de couches relativement friables. La partie centrale et sud-est de la commune est principalement constituée de roches tendres (marnes noires Callovo-Oxfordien). Elles sont constituées de schistes argileux tendres de couleurs bleutées ou brunes[11]. Dans la partie nord-ouest, des roches plus dures de couleurs claires, en calcaires du Tithonien, forment par endroits des barres rocheuses voire des corniches[12].

Hydrographie

Le territoire de la commune fait partie de trois bassins versants : ceux de la Luye, de la Rousine et du Petit Buëch eux-mêmes sous-bassins de la Durance. La majorité du territoire fait partie du bassin de la Luye, un affluent de la Durance dont le cours mesure 22,6 kilomètres qui prend sa source à La Bâtie-Neuve peut avant de pénétrer sur le territoire de la commune et se jette dans la Durance en amont de Lettret quelques kilomètres après avoir quitté le territoire de Gap. Pour rejoindre la Durance, au lieu de suivre l'ancienne vallée glaciaire, il a creusé une gorge dans le massif du Colombis. Ses principaux affluents sont des torrents situés en rive droite qui descendent de la montagne de Charance ou du plateau Bayard et qui ont entaillé fortement la topographie. Ce sont les torrents du Buzon long de 5,1 kilomètres de Bonne (9,4 km) et de Tournefave. Des torents plus modestes car produits par des reliefs de moindre importance rejoignent la rive gauche de Luye : ce sont le canal de la Magdeleine (5,3 km), le Riotort (4,8 km) et le torrent du Partiment, long de 6,7 km. Le Riotort a contribué à façonner la topographie en créant une vallée qui sépare la colline de Saint-Mens et celle de Sainte-Marguerite[13],[14].

Le sud-ouest du territoire de la commune (quartier Saint-Jean) fait partie du bassin versant de la Rousine, un affluent de la Durance qui se jette dans celle-ci au sud de Tallard. Sur le territoire de la commune elle est alimentée par deux torents qui descendent de la montagne de Charence : les torrents de Malecombe et de la Selle. Au nord-ouest de la commune (situé de l'autre côté du col de Gleize) le cirque montagneux dont le centre était occupé autrefois par le village de Chaudun fait partie du bassin Petit Buëch. Cet affluent du Buëch lui même affluent de la Durance prend sa source dans ce cirque à une altitude de 1 700 mètres à partir de plusieurs torrents qui y convergent[2],.

Un important canal artificiel alimente Gap en eau brute, destinée à être potabilisée et à l'irrigation (60% de la consommation totale). Le canal de Gap, ou canal du Drac, long d'environ 30 kilomètres, conduit l'eau captée dans le Drac via un tunnel sous le col de Manse jusqu'au réservoir des Jaussauds (altitude 1 141 m[2]), où il se divise en deux branches, dont la principale contourne Gap par l'ouest jusqu'à Corréo en passant par Charance[15].

Les zones humides occupent une superficie d'environ 400 hectares en 2011 mais sont en régression. Ce sont principalement (par ordre d'importance) les bordures des cours d'eau et les plaines alluviales, des marais et des lanbdes humides (Plaine de Lachaup, les Terrasses, Les Abadous, Petit Séminaire...), des zones humides artificielles (lac de Charance notamment), des zones humides de bas-fond et en-tête de bassin (Plateau de Bayard, Col de Manse...) et des zones humides ponctuelles (Les Terrasses)[16].

Les eaux souterraines (nappe phréatique dans le sous-sol de Gap) se rattache au « Domaine plissé BV Haute et moyenne Durance» un vaste aquifère très compartimenté dont les eaux alimentent de nombreuses sources de plusieurs communes. La qualité de cet aquifère est dégrédée et il connait des chutes de pression importantes en période de sécheresse[17].

Climat

Le climat de Gap est méditerranéen sous influence montagnarde. En effet le département est bien ouvert aux influences méditerranéennes par les vallées de la Durance et du Buëch tandis que l'altitude contribue à la note montagnarde qui accentue la pluviométrie. Au nord le col Bayard constitue une limite climatique, Gap étant ainsi située au bord de la zone du climat méditerranéen. Localement appelé bise, le mistral s'y fait moins sentir que dans la vallée du Rhône. Les étés sont secs et chauds, les hivers sont humides et d'un froid modéré[18].

Ainsi la caractéristique principale du climat local est l'importance de l'ensoleillement dont bénéficie la ville. En outre les chutes de neige soulignent le caractère montagnard de la cité. Si les orages sont fréquents en été, le brouillard est plutôt exceptionnel.

Tableau comparatif des données météorologiques de Gap et de quelques villes françaises
Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Gap 2 511 h/an 868 mm/an[19] 19,1 j/an[20] 32 j/an[21] 7 j/an[21]
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Les tableaux ci-dessous représentent les moyennes des températures mensuelles.

Ils montrent aussi les températures moyennes maximales et minimales sur la période 1951-1970.

Nuvola apps kweather.png Températures en °C
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Moyenne année
Températures moyennes maximales(1951-1970)[22] 6,3 8 13,3 16,8 21,5 24,5 27,6 26,5 23 18,2 10,8 7,7 17,0
Températures mensuelles moyennes[19] 0,6 2,4 5,3 8,7 12,5 16,4 19,5 18,8 15,6 10,7 5 1,5 9,8
Températures moyennes minimales(1951-1970)[22] -4,6 -3,7 -0,3 2,3 6 9,2 11,2 10,5 8,5 3,9 0,1 -3,6 3,3

Des comparaisons avec les relevés de la période 1878-1940 ont montré des moyennes maximales plus faibles sur la période 1950-1970 pour les mois d'hiver et d'été. Sur cette même période, toujours pour les mois d'hiver et d'été, on a constaté des moyennes minimales en hausse. Ainsi l'évolution du climat tend vers une atténuation très légère des différences entre les températures hivernales d'une part, et estivales d'autre part[22].

Les températures extrêmes soulignent aussi les composantes montagnardes et méditerranéennes du climat. En effet, le minimum absolu enregistré a été de −18 °C le 3 février 1956. Le maximum absolu a été de 38,5 °C observé le 28 juin 2019 (station Météo France de Gap-Varsie).

Ci-dessous on trouve les précipitations mensuelles moyennes.

Nuvola apps kweather.png Précipitations en mm
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Cumul annuel
Précipitations mensuelles moyennes[19] 70,8 70 72,5 70,8 81,7 70 45,8 58,3 64,2 95 91,7 77,5 868,3

L'évolution des températures mensuelles moyennes (en rouge) et des précipitations mensuelles moyennes (en bleu) est résumée dans le graphe ci-dessous.

Températures et précipitations mensuelles moyennes
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Températures et précipitations mensuelles moyennes.
Station météorologique de Gap Varsie
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Station météorologique de Gap Varsie.
La « barre de Bayard »
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
La « barre de Bayard », synonyme de beau temps au-dessus de la ville.

En dehors des brises de vallées, le vent dominant est le vent de nord, nommé localement la bise. Il s'agit d'une composante du mistral. Remontant la vallée du Drac, ce vent franchit le plateau Bayard pour redescendre sur Gap. Lorsqu'il entraîne avec lui des nuages, il se produit le phénomène de « la barre de Bayard » : un amoncellement compact de nuages recouvre le plateau de Bayard. Poussés par le vent, ils descendent dans la vallée. Sous l'effet de l'augmentation de la pression et de la température, ces nuées disparaissent aussitôt quelques centaines de mètres plus bas (Effet de foehn). Même en perpétuel mouvement, la couverture nuageuse semble immobile. Si ces conditions sont synonymes de fraîcheur en automne et au printemps, et de froid vif en hiver, elles s'accompagnent toujours d'une atmosphère limpide et parfaitement ensoleillée au-dessus de la ville[22].

Vue panoramique de Gap
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Vue panoramique de Gap.

Histoire

Préhistoire

Le premier peuplement de Gap daterait du néolithique[23]. La culture de ces premiers habitants faisait partie du Chasséen méridional[24].

Les très rares témoignages de l'époque préromaine sont constitués par les vestiges d'un oppidum situés au sommet de la colline de Saint-Mens avec quelques traces visibles d'un dolmen mis au jour en 1866[25] et d'un ancien cimetière au lieu-dit Pré Camargue ; mais aucun reste n'a été conservé de ces deux dernières découvertes. Des deniers gaulois ont également été retrouvés[26]. Selon le Histoire du passage des Alpes par Annibal p. 212 par l'historien Jean-André de Luc, Gap est la capitale du peuple celto-ligures des Tricorii. Ces peuples, appartenant probablement à des tribus Caturiges, étaient de langue celtique[27]. Une autre hypothèse est qu'il s'agit de la capitale des Avantiques[28].

La période romaine

Les voies romaines dans les Alpes au IVe siècle
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Les voies romaines dans les Alpes au IVe siècle.

Le Gapençais fait alors partie du territoire des Voconces, peuple gaulois romanisé lors de la conquête de la Narbonnaise en 125-124 av. J.-C., dont les capitales étaient Luc-en-Diois et Vaison-la-Romaine.

Vers 20 av. J.-C., Cottius, un chef de tribus de la vallée de Suze, allié à Rome, et exhorté par Auguste, entreprit l'édification d'une voie de communication dans la vallée de la Durance. Il dut soumettre les différents peuples concernés, ceux-ci désireux de conserver leur indépendance. Cet itinéraire, édifié entre 14 et 6 av. J.-C., et qui reçut le nom de Via Cottia per Alpem, reliait Turin à Sisteron et comportait six stations. La ville de Gap a été fondée à partir d'une de ces stations. En 22, le site de Gap devient le départ d'une voie romaine vers Valence[29].

À cette époque, l'emplacement de la future ville se résumait à un camp romain. Ce camp était protégé par un mur terrassé entouré d'un fossé[30]. Il était le plus important entre Montgenèvre et Sisteron. La garnison qui l'occupait pouvait être estimée à 360 hommes. Ceux-ci provenaient des peuplades alentour. Ils étaient chargés de protéger les utilisateurs des voies romaines contre les pillards. Plus tard, un axe vers le Champsaur est créé. Le site de Gap prend de l'importance en devenant un nœud de communication[29]. L'économie est alors principalement pastorale et les premières cultures se développent sur les pentes de Puymaure[29]. Certaines habitations sont construites sur pilotis ainsi que le montrent des fouilles.[23]

Durant les premiers siècles, la population s'accroît de façon importante, agriculteurs, marchands, colons venus d'Italie ou des régions avoisinantes virent se grouper sous la protection des légionnaires romains. Vers la fin du IIIe siècle et au IVe siècle, est édifiée une nouvelle fortification. Ces remparts[31], qui entourent totalement la première enceinte, sont composés de onze côtés et de onze tours qui protègent les habitants de la ville des invasions barbares[32],[33]. Le monde romain se sentit en effet très tôt menacé par les envahisseurs germaniques. La superficie enclose, 2 ha, fait de Gap un gros bourg[34].

La région évangélisée aux IIIe et IVe siècles, un grand diocèse fut créé en incorporant à la cité d'Aix toute la vallée de la Durance jusqu'à Chorges, et à partir du concile de Nîmes de 396, Remigius fut chargé de le diriger. Au moment où la hiérarchie chrétienne, qui symbolisait la paix romaine et l'organisation sociale, s'implantait à Gap, l'Empire romain qui avait apporté à ses habitants un début de civilisation et un espoir de progrès, tombait en décrépitude puis succombait sous le coup des envahisseurs germaniques, auparavant maintenus au-delà du Rhin.

Ils commencèrent à envahir la Gaule vers 400. La région des Alpes, longtemps épargnée, parce qu'elle était pauvre, fut envahi par les Wisigoths en 412 et occupé par les Burgondes dès 450. Puis vinrent de nombreuses incursions barbares, des hordes germaniques, vinrent du nord, les Danois, les Scandinaves, de l'est, les Hongrois, les Huns, du sud les Sarrasins.

Le haut- Moyen Âge

Gap et sa région firent partie du comté de Provence constitué à la fin du Xe siècle, puis du comté de Forcalquier qui s'en est détaché au XIIe siècle. Les évêques de Gap étaient aussi les seigneurs temporels de la ville. Mais leur contrôle fut longtemps contesté par les officiers des comtes de Forcalquier, notamment sous l'épiscopat d'Arnoux, qui devint par la suite le saint évêque de la cité[35].

À partir de 1044, le comte de Provence devient l'hôte de l'évêque. Le pouvoir quasi absolu de l'évêque ne trouve ses bornes que dans ces liens d'homme à homme qui sont spontanément noués depuis deux siècles entre gouvernant et gouvernés La souveraineté de l'évêque est exercée par ses officiers (bailli, procureurs d'offices, chapitre). Le chapitre organisé au début du XIe siècle a ses officiers, doyen, sacristin, archidiacre, et compte 15 à 18 chanoines recrutés parmi les bourgeois et la noblesse de la ville. A cette bourgeoisie gapençaise, dont l'origine peut être considérée comme très ancienne, car il n'y a pas de cloison étanche entre la civilisation gallo-romaine et celle du haut Moyen Age, viennent s'agréger aussi des éléments étrangers : dauphinois, provençaux du sud, italiens, un très grand nombre d'individus qui, après avoir suivi la grande route, ont trouvé à Gap une place de choix.

Cette population urbaine s'organise dès le XIIe siècle. Comme dans toute la moitié sud de la France, les institutions gallo-romaines sont conservées (en particulier le système juridique) et les magistrats municipaux prennent le nom de consuls tandis que le régime municipal adopte celui de consulat. L'évêque de Gap, en principe souverain dans la cité de Gap, y logeait tout de même le comte de Provence et de comte d'Albon. La politique des évêques fut donc très délicate, prise entre trois feux : ceux du Dauphin, ceux du comte et ceux de la commune naissante.

La cité épiscopale de Gap

Les bourgeois de Gap profitant du passage dans leur ville de Gautier de Pabiatis, vicaire impérial, obtinrent la reconnaissance officielle de leur consulat et de leurs libertés : droit d'élire leurs consuls, d'avoir un juge, des revenus communaux, droit de légiférer en matière de police et de finances. Cet acte de 1238 constitue la Charte de la commune de Gap[36]. Gap est une ville fortifiée des le XIIeme siècle et compte sept portes.

À la mort du dernier comte de Forcalquier en 1209, les régions d'Embrun et de Gap étaient transmises au Dauphiné tandis que celles de Forcalquier et de Sisteron retournaient au comté de Provence. C'est pour cette raison que le blason actuel de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur porte le blason du Dauphiné. En 1349 le Dauphin de Viennois Humbert II transmit sa principauté au petit-fils de Philippe VI de France, le futur roi de France Charles V. De 1349 à 1457 le Dauphiné demeura une principauté séparée de la France, dont le prince était le fils aîné du roi de France. En 1457 Charles VII mit fin à ce statut et intégra la province au royaume de France.

Les templiers possédaient une maison à Gap, établissement secondaire qui dépendait d’une commanderie[37]. La création du consulat qui gouvernait la ville remonte à avant 1209[38].

Au XIVe siècle, la ville profite des bénéfices de l'installation des papes à Avignon qui lui apporte un passage plus fréquent de voyageurs pour développer un artisanat de laines et de peaux qui la fait prospérer. Les liens avec Avignon sont renforcés par la présence de nombreux clercs de l'entourage du pape au sein du chapitre des chanoines de Gap[39].

Renaissance et ère moderne

Gap en 1607
Gap en 1607.

Guerres de religion

Les XVIe et XVIIe siècles sont des périodes particulièrement sombres pour la ville. Les Guerres de religion sont meurtrières dans la région. Gap est un fief catholique, alors que le Champsaur a basculé dans la « religion prétendument réformée ». Il est à noter que le célèbre réformateur protestant Guillaume Farel (Natif des Farreaux près de Gap) prêchera avec ferveur dans le Dauphiné et en Suisse, après sa participation à l'embryon de la Réforme française de Meaux. Après diverses escarmouches, François de Bonne de Lesdiguières, chef des protestants, décide d'attaquer Gap, pourtant protégée par 20 tours. Dans la nuit du 3 janvier 1577, François Philibert, dit « Cadet de Charance », lui ouvre la porte Saint-Arey, et lui permet de pénétrer par surprise dans la ville[40],[41]. De Bonne incendie la cathédrale, pille les couvents[40] et s'édifie une orgueilleuse citadelle sur la colline de Puymaure d'où il domine tout Gap[42]. Remarqué par Henri III, Lesdiguières mènera une longue carrière au service des rois de France qui lui vaudront d'être nommé maréchal de France, gouverneur de la province du Dauphiné et à la suite de sa conversion au catholicisme de devenir le dernier connétable de France en 1622 à la fin de sa vie.

Invasion du Dauphiné en 1692

En 1692, les troupes du souverain piémontais Victor-Amédée II de Savoie, engagé dans la Ligue d'Augsbourg contre la France de Louis XIV, prennent la ville, abandonnée par ses habitants, le . Gap est pillée et incendiée[43] : sur les 953 maisons de la commune, 798 sont détruites.

Une des dix villes du Dauphiné

Au XVIIe et XVIIIe siècles, selon les géographes et voyageurs de l'époque mais également pour l'autorité royale, Gap fait partie des dix villes de la province du Dauphiné bien que ce statut soit accordé sans que des critères clairs (démographiques, administratifs, religieux, militaires ou économiques) soient établis. Ce statut leur valait de pouvoir envoyer des députés aux états de la province avant que ceux-ci ne soient suspendus mais également de subir une fiscalité plus lourde[Note 1]. Les témoignages datant de cette époque sont peu nombreux et souvent peu précis car le Dauphiné ne fait pas partie des régions fréquentées par les voyageurs. Pour tous Gap est néanmoins une ville mineure. Jouvin de Rochefort remarque que sa cathédrale qui « si elle n'est pas des plus grandes, est une des mieux baties pour durer longtemps étant flanquée de grosses pierres de taille de couleur grisâtre comme sa haute tour qui est proche du palais de l'évêque » (la cathédrale, tombée en ruines, sera reconstruite au XIXe siècle). Sur le plan économique au XVIe siècle Aymar du Rivail note à Gap l'existence de fabriques de chandelles en graisse de chèvres. Au XVIIe siècle Pierre Davity note que Gap est un centre de négoce actif du froment et de l'huile de noix. Jouvin de Rochefort souligne le rôle joué par la ville dans le commerce entre la France et l'Italie et la fertilité des campagnes voisines qui en font une des villes bonnes et riches de la province malgré son enclavement dans les montagnes. Il y a peu de témoignages sur l'urbanisme à cette époque. Jouvin de Rochefort signale « des rues belles et droites, principalement la grande où se tiennent plusieurs riches marchands, des maisons de la Grande Place très bien bâties et une fontaine qui mérite le détour ». Mais Piganiol trouve que Gap est « une ville médiocrement grande avec des rues étroites et mal percées »[44].

Sur le plan démographique Gap compte dès 1635 environ 5 000 habitants et fait partie des six villes les plus peuplées du Dauphiné. La population descend à 4 500 habitants en 1690 avant de remonter vigoureusement au XVIIIe siècle : elle passe à 5 500 personnes en 1725 et 6 000 en 1760[45].

L'exercice de la justice est à cette époque une marque de l'importance d'une agglomération. Gap devient un chef lieu de baillage à compter de 1512 (à la suite de la confirmation du rattachement de la ville au Dauphiné, Gap remplace Serres). Gap rassemble 88 juridictions seigneuriales mais elles doit en laisser Serres exercer 22 et Veynes 14. Par ailleurs les seigneuries voisines de Tallard et du Champsaur[46] et la justice seigneuriale à Gap était exercée sans partage par l'évêque de la ville[47]. Les juridictions seigneuriales ayant leur siège à Gap amenaient chaque année environ 2000 à 3000 plaideurs à Gap avec un pic d'activité marqué à la belle saison[48].

Montée en puissance de l'administration royale

Dans la première moitié du XVIIe siècle, le pouvoir royal (Richelieu) décide de renforcer son pouvoir au détriment des parlements des régions. Profitant de la mort du gouverneur de la province de Lesdiguières en 1626 et d'un conflit qui oppose le tiers état à la noblesse et au clergé (Procès des tailles) Richelieu lance une réforme fiscale qui doit mettre fin aux particularismes du Dauphiné et priver le Parlement du Dauphiné de l'essentiel de ses pouvoirs. Dans le cadre de cette réforme la répartition des impôts échappe désormais au parlement régional (ce qui met fin en partie aux privilèges que s'octroyait le clergé et la noblesse) et est pris en charge par un représentant du gouvernement royal, l'intendant. Ces représentants royaux sont nommés dans dix villes de la province (les élections). Gap devient le siège d'une de ces élections et sa compétence s'étend aux baillages d'Embrun et de Briançon. Le Parlement du Dauphiné perd également son rôle de juge suprême. Pour Gap cela se traduit par la création dans cette ville d'un bureau des finances et d'une juridiction des gabelles[49]. au 17ème siècle Gap profite pleinement de l'expansion de l'administration royale. On y trouve ainsi les services administratifs des haras, de la régie générale, de la marque des cuirs, de l'administration générale des domaines et la maréchaussée[50].

Institutions religieuses

Dès le XIIIe siècle Gap est le siège de deux autres ordres mendiants. Au XVIIe siècle, période la Contre-Réforme catholique qui voit la création de nombreux couvents (une centaine dans le Dauphiné), deux nouveaux ordres s'établissent à Gap malgré l'opposition, dans le cas des capucins, du gouverneur huguenot de la ville Montauban de Villars. Le premier séminaire de Gap est installé d'abord à La Roche des Arnauds en 1675 avant d'être rapatrié dans la ville quelques années plus tard[51].

Révolution française et ses suites

Gap à la fin du XVIIIe siècle
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Gap et ses environs à la fin du XVIIIe siècle, Carte de Cassini.

A la veille de la Révolution française, l'habitant du Dauphiné est loin d'être libre. Il est exploité par des seigneurs laïques ou ecclésiastiques (à Gap l'évêque de Gap). Dans les villes comme Gap, il dispose d'un peu plus d'autonomie. Les idées des Lumières n'y sont pas inconnues mais l'influence de l'église reste importante. Profitant de la crise financière qui frappe le régime dans les années 1780, les États de Dauphiné, comme ceux des autres provinces, tentent d'affirmer leurs droits : à l'issue de trois réunions, dont la dernière se tient à Romans le 31 décembre 1788, les représentants des trois ordres (noblesse, clergé, tiers-état) définissent une ligne politique commune. Devançant la procédure de rédaction des cahiers de doléances (modalités définies par le pouvoir royal le 28 janvier 1989), l'assemblée produit un document qui exige la rédaction d'une constitution pour le royaume, la consultation des trois ordres réunis et le vote par tête au lieu du vote par ordre[52].

Durant le printemps 1789 le sud de la France connait une pénurie partielle de blé. L'évêque de Gap, François-Henri de La Broüe de Vareilles, choisit ce moment pour rétablir une taxe (le droit de cosse) sur la commerce des grains arguant ses charges. Cet acte déclenche un mouvement de protestation populaire qui prend la forme le 22 mars d'un caillassage du domicile de l'évêque et de la procession devant la cathédrale. Après avoir maintenu ses exigences l'évêque finit par renoncer à l'application de la taxe deux semaines plus tard[53]. Les États généraux de 1789 ne comportent aucun représentant des Hautes-Alpes stricto sensu mais il y siège l'abbé Rolland natif de Gap et vicaire à la Motte-du-Caire (Alpes de Haute-Provence) qui va défendre les intérêts de la ville lors des délibérations de l'assemblée nationale et qui militera pour la création d'un département centré sur Gap. Par ailleurs Paul-Esprit Delafont fils du subdélégué de Gap va assister et témoigner des événements parisiens de la Révolution[54].

La réforme administrative qui accompagne la Révolution française permet à Gap d'assoir son rôle de centre administratif. Sous l'Ancien Régime sur le plan administratif Gap est le siège d'une subdélégation au même titre que Briançon, Queyras et Embrun. Toutes dépendent de la délégation dont le siège est à Grenoble. L'administration fiscale (élection) de ce qui va devenir le futur département des Hautes-Alpes est déjà à Gap (à quelques paroisses près). Sur le plan judiciaire, le territoire du futur département est réparti entre trois baillages dont les sièges sont à Briançon, Embrun et Gap mais certaines communes relèvent d'autres baillages. Enfin sur le plan religieux le territoire est partagé entre l'archidiocèse d'Embrun et le diocèse de Gap qui lui dépend d'un autre archidiocèse. La Révolution française va unifier tous ces découpages administratifs. En 1790 la province du Dauphiné est scindée en trois départements : la Drôme, l'Isère et les Hautes-Alpes. Gap, après de vifs débats qui opposent ses représentants à ceux d'Embrun, est choisie comme préfecture et donc devient l'unique siège de l'administration du territoire. Les Hautes-Alpes deviennent alors le plus haut département de France (la Savoie ne fait pas partie du territoire français à l'époque)[55]

XIXe siècle

Le préfet Ladoucette

En 1802, le baron Charles-François de Ladoucette est nommé préfet des Hautes-Alpes. Sous son administration, la ville de Gap et le département des Hautes-Alpes connaîtront un certain essor. Il fera construire des routes reliant Gap à l'Italie par le col de Mongenèvre et à Valence par le col de Cabre et créera la pépinière départementale. Il lance le projet de redressement des rues moyennageuses et fait démolir les remparts. Son rôle est commémoré par une statue réalisée par le sculpteur gapençais Jean Marcellin et érigée en 1866 sur le cours qui porte son nom[56].

Accueil de Napoléon à son retour de l'île d'Elbe

De retour de l'île d'Elbe, Napoléon s'arrête à Gap le . Reconnaissant de l'accueil de la population de ces régions, il adresse aux Haut-Alpins un message les remerciant de leur accueil[Note 2].

Fresque représentant le centre-ville de Gap en 1899
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Fresque représentant le centre-ville de Gap en 1899.

Un petit centre semi-industriel

Malgré sa faible taille et son isolement Gap joue au milieu du XIXe siècle un rôle de métropole pour l'espace économique qu'elle domine et dispose d'un petit centre industriel. Un érudit local a fait rétrospectivement l'inventaire de ces activités en se basant sur ses souvenirs. Les tisserands, qui occupaient le quartier de Saint-Arey (au nord-est) représentaient un quart de la population de Gap. Les peigneurs et cardeurs sur laine étaient installés dans le quartier de Chaudière où ils étaient 350 au milieu du XIXe siècle. Parmi les autres métiers figuraient les chapeliers et les cordiers ainsi que deux brasseries fondées en 1820 et en 1832 qui avaient prospéré grâce à la maladie du vignoble. Une affaire de roulage (diligences) créée à Gap par JJ Aubert en 1809 entretient jusqu'à 1200 chevaux sur l'ensemble du territoire desservi[57].

Arrivée du chemin de fer

Les activités semi-industrielles et artisanales sont balayées par l'arrivée du chemin de fer en 1875 et la montée en puissance des grands centres industriels de la région. Les tisserands sont chassés par les manufactures en particulier celles de la ville de Voiron (Isère). Les peigneurs et cardeurs disparaissent en 1875 car ne pouvant faire face à la concurrence étrangère et au peignage mécanique des grands centres de production. Les brasseries ne peuvent résister à la concurrence des bières allemandes et du nord de la France arrivant désormais par le chemin de fer tout comme l'affaire de roulage créée par JJ Aubert[57]. Avec l'arrivée du chemin de fer conjugué avec la disparation des remparts la ville commence à s'agrandir en sortant des limites du bourg du Moyen-Age.

Construction du canal de Gap

Malgré une pluviométrie correcte les terres agricoles autour de Gap ont recours depuis longtemps à l'irrigation comme c'est souvent le cas dans les Alpes du sud du fait des conditions climatiques et géographiques. Dès le XVe siècle les eaux du torrent d'Ancelle sont captées pour arroser les terres agricoles de Gap. Mais les canaux construits sont progressivement abandonnés au cours des siècles suivants. Au XVIIIe siècle un nouveau projet d'envergure commence à être étudié reposant sur la capture d'une partie des eaux du Drac dans le Champsaur à une vingtaine de kilomètres de Gap. Plusieurs scénarios sont étudiés et il faudra une centaine d'années avant que le projet se concrétise avec un canal capable de faire transiter 4 mètres-cubes d'eau par seconde. Les travaux sur le canal de Gap, ou canal du Drac débutent en 1864 et s'achèvent en 1880. Le canal traverse des zones montagneuses au sol mal stabilisé et il faut à plusieurs reprises reconstruire de longues portions de la conduite. À compter des années 1970 plusieurs réservoirs sont créés sur le pourtour de la ville pour stocker l'eau captée[58].

Annexion du territoire de l'ancienne commune de Chaudun

La commune de Chaudun, qui occupait le vallon supérieur du Petit Buëch au sud-est du massif du Dévoluy, était situé à environ 1300 mètres d'altitude au centre d'un large vallon de forme circulaire —le « cirque de Chaudun »—, ceinturé de sommets dépassant les 2000 mètres. Le village, qui comptait 126 habitants en 1884 vivait en quasi en autarcie car les accès à Chaudun étaient particulièrement limités et difficiles, surtout en hiver. Découragés par la difficulté de vivre en ce lieu inhospitalier, les habitants de Chaudun offrirent à l'État de lui vendre leurs terres. La vente eut lieu en 1895 pour une somme de 186000 francs-or. Une fois l'acte conclu, tous les habitants durent quitter le village, plusieurs émigrèrent, et le territoire de la commune vide d'habitants fut annexé à celui de Gap, qui lui était contigu au sud-est[59]. La commune de Chaudun fut réunie à celle de Gap par un arrêté préfectoral du 22 octobre 1895[60],[61].

XXe siècle

Seconde Guerre mondiale

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la ville fait partie de la zone libre. Mais après novembre 1942 et l'Opération Anton, elle est intégrée à la zone occupée. Après l'Opération Overlord du 6 juin 1944, les Allemands placent quelque 1000 hommes pour tenir la cuvette de Gap, point clé de l'axe Cannes-Lyon. Jean Drouot-L'Hermine[62], 37 ans, résistant gaulliste de la première heure et soldat accompli (il a à son actif plus de 4 000 résistants formés au combat et une centaine de sabotages) est envoyé par le GPRF du Général de Gaulle pour libérer la ville au nom de la Résistance. Aidé par les Résistants et maquisards locaux, il n'a cependant pas les moyens de prendre la ville par la force. Il se lance alors avec ses hommes dans une campagne de sabotages et d'attentats qui dure plus d'un mois. Après avoir isolé la ville en détruisant les infrastructures de transport l'entourant (viaducs, lignes de chemin de fer, ponts…), les FFI parviennent à se rallier la population et à donner à l'occupant l'impression d’un encerclement.

À la mi-août 1944, Drouot-L'Hermine, qui a perdu son bras droit Paul Héraud quelques jours plus tôt, envoie deux émissaires pour négocier la reddition des Allemands. Ces derniers sont persuadés de faire face à une soulèvement de grande ampleur, et acceptent de déposer les armes à condition que ce soit face à des troupes régulières (ils refusent donc de se rendre aux Résistants). Alors que les Américains ne sont plus qu'à une cinquantaine de kilomètres, le temps presse pour Drouot-L'Hermine. Il a en effet reçu de De Gaulle l'ordre de libérer la ville avant l'arrivée des Alliés, afin d'appuyer la position de la France comme nation victorieuse, libérée grâce à la participation active de la Résistance. Drouot-L'Hermine élabore alors un nouveau stratagème. Il parvient à convaincre les Alliés de faire avancer un de leurs chars en terrain ennemi, et de tirer quelques salves à proximité de Gap. Les tirs résonnent dans la vallée, et les Allemands identifient immédiatement le bruit caractéristique d'un char, arme que les maquisards ne peuvent pas détenir. Pensant alors avoir affaire aux Alliés, les troupes du Reich se rendent aux Résistants. C'est ainsi que quelques centaines de Résistants ont pu capturer 1200 soldats allemands, dont 40 officiers. La ville est libérée le soir du 19 août 1944[63].

Après guerre : Une forte croissance démographique

La population de la commune connait une forte croissance entre 1954 et 2009 passant de 23 400 à environ 40 000 habitants(+136%) alors que durant la même période la population du département n'enregistre qu'un gain de 68%. Cette envolée démographique est majoritairement due à un solde migratoire positif lié au développement des équipements et des services (hôpital, commerces, ...) eux-mêmes générateurs d'emplois. Par ailleurs Gap, au coeur d'une région naturelle privilégiée par le climat et qui permet de nombreuses activités (ski, randonnée, ...), attire de nombreux retraités venus d'autres régions. Durant cette période le nombre d'emplois dans la ville passe de 6 613 en 1954 à 21 765 en 2011. À compter de 1995 la croissance démographique se reporte sur les communes périphériques dont les habitants viennent de plus en plus souvent travailler à Gap. Le poids du secteur primaire (agriculture) et secondaire (industrie) régresse fortement[64].

Etalement urbain

La ville s'étend au fur et à mesure de sa croissance démographique.En 1950 la ville compte 16670 habitants. Dans les années 1950 et 1960, les nouvelles constructions se concentrent autour du centre historique et le long des grands axes de communication. Les premiers lotissements de maison, relativement denses, sont construits dans les quartiers Fontreyne et Le Rochasson. En 1970 la population a atteint 25000 habitants. Au cours de la décennie suivante la ville s'agrandit en tâche d'huile. Des grands ensembles forment les quartiers Beauregagrd, Forest d'Entrais et Kapados tandis que l'habitat individuel toujours relativement dense forme les quartiers Serrebourges et Matagots. En 1990 la population a atteint 33500 habitants. Désormais l'habitat individuel l'emporte dans les nouvelles constructions. Les nouvelles habitations sont dispersées avec une consommation importante d'espace par habitant. En 2006 la population atteint 37332 habitants. L'étalement urbain se poursuit et en parallèle de nouveaux ensembles d'immeubles sont construits en profitant de la défiscalisation introduite par le gouvernement[65].

La commune de Romette est associée à celle de Gap, par l'arrêté préfectoral du 25 novembre 1974[66]. En janvier 2014 Gap crée avec les communes voisines de La Freissinouse et de Pelleautier, la communauté d'agglomération du Gapençais pour mutualiser certains compétences. En janvier 2017 cette structure est remplacée par la communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance élargie à l'ancienne communauté de communes centrée sur Tallard[67].

Photographies aériennes de Gap au XXe siècle

Toponymie

Signalisation bilingue en provençal alpin et en français à Gap
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

La première attestation du nom de la ville se trouve dans les textes antiques sous la forme Vappincum avant le IVe siècle, réduite par la suite à Vappum, on trouve la forme Gap dès le XIIIe siècle[68].

Le toponyme Vappincum s'analyse sur la base d'un radical Vapp- de sens inconnu et du suffixe -incu d'origine ligure que l'on retrouve de la Provence et du Massif central aux Alpes (cf. Arlanc, Nonenque, Moirans, Morencum au Xe siècle, Lemenc, quartier de Chambéry, anciennement Lemencum)[69]. La forme Gap remonte en réalité à la forme abrégée Vappum, bien attestée, par chute de la finale.

Le v- du radical a été traité comme un w- germanique[70], d'où *Wap, puis Gap (voir pour ce type d'évolution les mots guêpe, latin vespa, traité comme *wespa ; gui, latin viscum, traité comme *wiscum, etc.[Note 3], selon le cheminement phonétique [w]> [gw]> [g]). Cette évolution phonétique se serait faite plus spécifiquement sous l'influence de la langue gotique[71]. Le nom en provençal gavot (vivaro-alpin) est également Gap.

Le toponyme Gap est expliqué par le linguiste Xavier Delamarre tels que : " Dans la toponymie, la souche Vap- gaulois, et dont le sens est probablement 'voix'', on a un thème Vap-, Vapus- de l'onomastique personnelle qui se relie probablement à la même racine indo-européenne ṷek w-'parler', continuée par le latin vōx, le sanskrit vac-, le tokharien A wak, B wek 'voix', etc."

Les habitants de Gap sont appelés les Gapençais[72].

Urbanisme

Morphologie urbaine

Jusqu'à la fin du XIXe siècle Gap est restée une simple bourgade dépendante de villes plus importantes comme Serres. Ce n'est qu'à cette date qu'elle acquiert sa fonction et son importance actuelle. Pour cette raison Gap possède peu de monuments historiques et d'ensembles architecturaux notables. Ceux-ci se limitent à la cathédrale Notre-Dame, la tour de l'Horloge, la cité Desmichels et plusieurs casernes militaires[73] .

La ville s'est développée selon un tissu lâche sans véritable identité architecturale. L'hypercentre de très petite taille est constitué d'immeubles bas anciens construits le long de rues étroites qui ont été piétonnisées récemment. A la périphérie immédiate de cet hypercentre ont été édifiés des grands ensembles. Au delà l'habitat individuel domine. La croissance de la ville est à l'origine d'un phénomène de périurbanisation qui s'est traduit par la construction de quartiers de maisons individuelles sur les coteaux (Charance, Rommette,...) dans le cadre de lotissements ou au coup par coup. Ces formes urbaines consommatrices d'espaces ont nécessité la multiplication des routes d'accès et ont conduit au mitage du paysage[73].

L'augmentation de la population a entrainé une croissance économique qui s'est accompagnée de la construction de vastes zones d'activité le long de l'axe routier principal qui traverse la ville (route nationale 94). Situées aux entrées Sud et Est de Gap, elles comprennent plusieurs centres commerciaux, la zone d'activités de Tokoro ainsi que la zone tertiaire de Micropolis. Ces différentes zones, caractérisées par des bâtiments aux formes géométriques flanqués de vastes parkings et d'enseignes proéminentes et criardes, offrent des paysages de qualité médiocre en particulier aux principales entrées de la ville[73].

Typologie

Gap est une commune urbaine[Note 4],[74]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[75],[76]. Elle appartient à l'unité urbaine de Gap, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[77] et 41 361 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[78],[79].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gap, dont elle est la commune-centre[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[80],[81].

Occupation des sols

Les espaces naturels et agricoles représentent plus des deux tiers de la superficie de la commune. Les forets publiques sont la forêt domaniale de Chaudun (2181 hectares) et les forêts communales de Bayard (101 hectares), Saint-Mens (31 hectares) et Charance (424 hectares). La forêt de Chaudun comprend le bois de Chapitre (195 hectares) qui est classé réserve biologique. Les forêts de feuillus dominent (1661 hectares) devant les forêts de conifères (810 hectares) et les forêts mixtes (190 hectares). Les forêts privés représentent par ailleurs 1670 hectares. Aucune parcelle ne fait plus de 25 hectares[82]. Les espaces à usage agricole représentent une superficie totale de 5464 hecates dont 2142 hectares de terres labourables, 562 hectares de prairies permanentes, 2263 hectares de parcours et estives[83]. 1305 hectares étaient irrigués en 2007 (en diminution) via le canal du Drac et un système de bassins de retenue (réserve des Jaussauds, réservoir des Mannes, lac de Pelleautier) pour faire face aux sécheresses estivales[84].

Le tableau ci-dessous présente l' occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain continu 0,3 % 34
Tissu urbain discontinu 9,7 % 1076
Zones industrielles ou commerciales et installations publiques 2,0 % 222
Extraction de matériaux 2,0 % 20
Terres arables hors périmètres d'irrigation 17,8 % 1971
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 7,1 % 788
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 11,3 % 1253
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 6,2 % 692
Forêts de feuillus 5,9 % 652
Forêts de conifères 3,6 % 403
Forêts mélangées 10,3 % 1140
Pelouse et pâturages naturels 9,2 % 1024
Landes et broussailles 2,8 % 310
Forêt et végétation arbustive en mutation 3,2 % 350
Roches nues 1,8 % 201
Végétation clairsemée 6,7 % 744
Source : Corine Land Cover[85]

Logement

Sur 21 594 logements, à Gap, en 2012, 88,2 % sont des résidences principales (contre 89 % des 19 579 logements en 2007), et 8,4 % sont vacants (contre 7,3 % en 2007). Les ⅔ d'entre eux sont des appartements (près de 66 %). Une majorité de ces habitations sont composées de 4 pièces (30 %) ou 5 pièces (27 %). Dans l'ensemble, les constructions datent de la période 1946 - 1990 (64 %). La moitié des habitants de résidences principales sont propriétaires (51 %), la part d'habitat locatif social, quant à elle, ne représente que 16,3 %[86].

Projets d'aménagement

  • Rocade, dorénavant appelée boulevard urbain[15].
  • Rénovation du Carré de l'Imprimerie en Centre-Ville avec un certain nombre d'aménagements (logements, surfaces commerciales, parking souterrain, maison médicale…)[87]. Le projet prend forme, les travaux devant débuter au cours de l'année 2022[88].
  • Aménagement et modernisation de la gare de Gap[89].

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Le maire sortant, Roger Didier, s'est représenté aux élections municipales de 2014 ; il est réélu à l'issue du second tour avec 53,37 % des voix. Le taux de participation était de 57,41 %[90].

Récapitulatif de résultats électoraux récents

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e % 4e %
Municipales 2014 DVD 49,03 DVG 26,24 DVG 12,41 FG 12,30 DVD 53,37 DVG 26,90 FG 11,20 DVG 8,51
Européennes 2014 FN 23,62 UMP 21,19 PS 14,13 EELV 11,18 Tour unique
Régionales 2015 FN 31,45 UMP 27,26 PS 24,56 EELV 7,55 UMP 63,48 FN 36,52 Pas de 3e Pas de 4e
Présidentielle 2017 EM 25,20 FN 20,50 LR 19,41 LFI 19,21 LREM 67,45 FN 32,55 Pas de 3e Pas de 4e
Législatives 2017 EM 36,00 LR 13,98 PS 12,74 FN 11,98 LREM 61,16 LR 38,84 Pas de 3e Pas de 4e
Européennes 2019 LREM 23,92 RN 21,75 EELV 16,08 LR 8,22 Tour unique
Présidentielle 2022 LREM 26,15 LFI 21,52 RN 21,47 REC 7,98 LREM 58,89 RN 41,11 Pas de 3e Pas de 4e
Législatives 2022 LFI 28,06 LREM 26,99 RN 18,15 LR 14,50 LREM 50,36 LFI 46,97 Pas de 3e Pas de 4e

Administration municipale

Le conseil municipal est composé de 43 membres, dont 20 sont élus au conseil communautaire[90].

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance[91] Liste[91] présidée par[91] Sièges[90] Statut
DVG « Gap @venir 2014 » Bernard Jaussaud 6 (3) opposition
FG « Tous capables G.A.U.C.H.E. » Jean-Claude Eyraud 2 (1) opposition
DVG « Bien Vivre A Gap » Guy Blanc 1 opposition
DVD « Gap Devant » Roger Didier 34 (16) majorité

Liste des maires

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Robert Bidault SFIO Directeur de société, conseiller général
1947 1971 Émile Didier Parti radical Député et sénateur des Hautes-Alpes
mars 1971 mars 1989 Bernard Givaudan DVD  
mars 1989 février 2007 Pierre Bernard-Reymond UDF-CDS puis UMP Ministre, député, sénateur, parlementaire européen, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, conseiller général des Hautes-Alpes
février 2007 En cours Roger Didier[92],[93] DVD Ancien cadre

Politique de développement durable

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[94].

Gap est classé trois fleurs au concours des villes et villages fleuris.

Intercommunalité

Depuis janvier 2017 Gap fait partie de la communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance qui comprend 17 communes a été créé par fusion de trois entités : la Communauté d'Agglomération "Gap en + Grand" (Gap, Pelleautier et La Freissinouse) créée en 2014, la Communauté de communes de Tallard-Barcillonnette créée en 1964 et deux communes situées dans le département de Haute Provence - Claret et Curbans - ayant exprimé le souhait d'être rattachée à la nouvelle agglomération. La communauté regroupe 50302 habitants sur une superficie de 351,41 km². La commune de Gap regroupe l'essentiel de la population (plus de 80%) de cette entité et en constitue le principal pôle économique[67],[95].


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Gap
(siège)
Gapençais (2020) 363
Barcillonnette Barcillonnettois (2020) 6,3
Châteauvieux Châteauvieillains (2020) 73
Claret Claretains (2020) 13
Curbans Curbannais (2020) 20
Esparron Esparronnais (2020) 2,4
Fouillouse Fouillousards (2020) 36
La Freissinouse Freissinousiens (2020) 112
Jarjayes Jarjayais (2020) 21
Lardier-et-Valença Lardiériens (2020) 23
Lettret Lettretiens (2020) 48
Neffes Neffois (2020) 93
Pelleautier Pelleautiards (2020) 63
La Saulce Saulcetiers (2020) 177
Sigoyer Sigoyards (2020) 30
Tallard Tallardiens (2020) 153
Vitrolles Vitrollains (2020) 14

La compétence de la communauté d'agglomérations porte principalement sur le développement économique (zones d'activités, promotion du tourisme), l'aménagement de l'espace (SCOT, ZAC), la gestion des transports (réseau de 54 lignes de bus urbains, scolaires et inter-communaux) la politique de l'habitat, la politique de la ville, l'assainissement (17 stations d'épuration et réseaux de collecte des eaux usées), le réseau de distribution d'eau potable (géré par VEOLIA sauf pour quelques centaines d'utilisateurs), la gestion des déchêts (collecte, tri, déchetteries) l'école de musique, la gestion d'activité de loisirs des enfants, le centre d'incendie et de secours de Gandière, la protection et mise en valeur de l'environnement, l'action sociale, l'amélioration de l'habitat[96]. Le budget annuel de la communauté d'agglomérations en 2022 (budget initial) était de 23 millions euros dont 1,7 millions € pour les investissements[97].

Divisions administratives

Jusqu'en mars 2015, Gap était divisée en six cantons : Gap-Campagne (+ 5 communes : La Freissinouse, Manteyer, Pelleautier, Rabou et La Roche-des-Arnauds), Gap-Centre, Gap-Nord-Est, Gap-Nord-Ouest, Gap-Sud-Est et Gap-Sud-Ouest.

À la suite du redécoupage des cantons du département des Hautes-Alpes, Gap ne compte plus que quatre cantons[98] : Gap-1, Gap-2 (Romette comprise), Gap-3 et Gap-4.

Instances judiciaires et administratives

Présence d'un tribunal de grande instance[99].

Transports et voies de communication

Transports urbains

Logo du réseau L'Agglo en bus

La ville de Gap ainsi que les communes environnantes sont desservies par un réseau de lignes de bus dont certaines sont spécialisées dans le ramassage scolaire. Ces transports sont gratuits. La ville a amorcé au cours des dernières années la construction de pistes cyclables. Mais les déplacements dans la ville se font essentiellement en voiture comme en témoigne les statistiques de 2019 relatives aux moyens de transport utilisés pour se rendre au travail : la voiture prend en charge 67,2% des déplacements contre 16,2% pour la marche à pied, 6,6% pour les transports en commun, 3,9 % pour le vélo et 1,3% pour les motocycles[100].

Gap est reliée aux villes environnantes (Embrun / Briançon, Grenoble, Valence) par un réseau de nationales et de départementales à deux voies. L'Autoroute A51 qui débute à une vingtaine de kilomètres relie Gap à Aix en Provence et Marseille. La SNCF assure la desserte de ces mêmes villes à l'aide d'automotrices mais la fréquence et la vitesse commerciale réduites limitent l’attractivité de ce mode de transport dont la pérennité est par ailleurs menacée.

Les transports en commun de la ville sont assurés par le réseau intercommunal L'Agglo en bus (anciennement Linéa). Neuf lignes principales desservent la ville : 123456789. On trouve en outre, un service de transport scolaire, une navette domaine de Gap-Charance/Centre ville/Gap-Bayard fonctionnant en juillet et en août : 7375, une navette desservant l'hyper-centre et des taxibus à la demande. Mis à part les taxibus, ces services sont totalement gratuits pour les usagers[101].

Aménagements cyclables

Plusieurs pistes cyclables parcourent la ville. Certaines sont installées en site propre ; d'autres sont des bandes cyclables. Bien que le réseau soit encore très discontinu et morcelé, la liaison de fond de vallée qui relie Micropolis (entrée sud-ouest de la ville) à Tokoro (entrée nord-est) est presque complète. Le développement des aménagements cyclables en site propre a permis la croissance du nombre d'usagers du vélo dans la ville.

Réseau routier

Carte des principaux axes routiers et des voies ferroviaires de Gap
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Carte des principaux axes routiers et des voies ferroviaires de Gap.

La ville de Gap se situe à un carrefour routier : la route nationale 85 d'une part vers le nord et le sud ; la route nationale 94, vers l'est et la route départementale 994 vers l'ouest d'autre part.

La RN 85 assure une liaison en direction de Grenoble distante de 103 kilomètres, de Sisteron, située à 48 kilomètres, et de la Méditerranée. La RN 94 permet d'atteindre Briançon à 87 kilomètres et l'Italie via le col de Montgenèvre. Quant à la départementale 994, elle rejoint Pont-Saint-Esprit, dans le Gard à plus de 150 kilomètres.

Quinze kilomètres séparent Gap du péage autoroutier de la Saulce sur l'autoroute A51. Cette autoroute assure une liaison rapide vers Aix-en-Provence et Marseille à 170 kilomètres de là, via la vallée de la Durance. Un projet de prolongement de cette autoroute vers le nord, jusqu'au col du Fau semble définitivement enterré. Bien que ce prolongement soit souhaité par les élus pour les électeurs et l'État pour détourner les camions de l'A7, son absence n'a pas entraîné le déclin annoncé. Au contraire, la ville n'a cessé de se développer (cf. démographie) sans être absorbée par ses voisines relativement lointaines grâce justement à son relatif isolement du réseau routier principal, notamment Grenoble (pas d'effet ville-dortoir).

Compte tenu de l'augmentation de la circulation routière, la création d'une rocade permettant de contourner la ville est en cours de réalisation. Celle ci est longue de 9 kilomètres et comporte plusieurs ouvrages d'art. Concernant aussi bien le trafic de transit que la desserte de la ville elle-même, il pourrait partir de la RN 85, à proximité de la zone d'activités de Micropolis au sud-ouest, pour aboutir à la RN 94, vers le carrefour de Romette au nord-est[102].

Le territoire communal est également desservi par les routes départementales suivantes[2] :

  • entre la route de Grenoble (RN 85) et celle de Briançon (RN 94) : la route départementale (RD) 944, en direction d'Orcières, les RD 92 et 292 desservant Romette ;
  • entre la route de Briançon (RN 94) et celle de Sisteron (RN 85) : la RD 6 vers Rambaud et La Bâtie-Vieille, la RD 942a vers Jarjayes, la RD 244, la RD 900b vers Remollon et Barcelonnette, la RD 45 vers Châteauvieux ;
  • entre les routes de Sisteron (RN 85) et de Veynes (RD 994) : la RD 46 vers Neffes et la RD 47 vers Pelleautier, la RD 291 ou route des Eyssagnières et la RD 91 près du centre-ville ;
  • entre les routes de Veynes et de Grenoble : la RD 503 vers La Roche-des-Arnauds.

Transports ferroviaires

Gap dispose de liaisons ferroviaires qui permettent théoriquement au voyageur de rejoindre les principales agglomérations de la région.

  • Gap est reliée par le train à Briançon distante de 60 kilomètres vers l'est terminus de la ligne de Veynes à Briançon en s'enfonçant au cœur du massif alpin. La principale desserte intermédiaire est Embruns.
  • l'usager peut se rendre en train à Valence à l'ouest dans la vallée du Rhône (sur la radiale Paris-Marseille) en traversant le département de la Drôme (Ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch). Le tracé dans une région montagneuse est peu favorable à la vitesse et la distance de 103 kilomètres est parcourue en plus de deux heures vingt minutes.
  • la liaison ferroviaire Gap-Grenoble au nord (132 kilomètres) emprunte la Ligne des Alpes. Le tracé de cette ligne de montagne est spectaculaire avec des rampes atteignant 28 ‰, 10 viaducs de plus de 100 mètres et 28 tunnels dont 3 de plus de 500 mètres. La vitesse commerciale est faible descendant sur certaines sections à 50 km/h et le temps de transport d'environ 2h10 reste concurrentiel par rapport à la route dont le tracé est tout aussi peu favorable à la vitesse.
  • Enfin vers le sud Gap est reliée par le train via Sisteron à Aix-en-Provence distante de 138 kilomètres et Marseille (Ligne Marseille - Briançon) en 2 heures 30 minutes.

Les deux axes ferroviaires est-ouest et nord-sud qui desservent Gap se croisent à Veynes située à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Gap.

Toutes les lignes desservant Gap sont gérées par la SNCF. Lignes à voie normale desservant des régions très faiblement peuplées, elles ne sont pas électrifiées et sont à voie unique avec une signalisation souvent rudimentaire (cantonnement téléphonique ou Block Manuel de Voie Unique) qui ne peut faire passer qu'un nombre limité de trains. Le profil des lignes (pentes, courbes) limite la vitesse commerciale et impose une multitude d'ouvrages couteux à entretenir. Aussi la fréquence des trains est faible et la vitesse commerciale très réduite. Faute d'une politique volontariste de la part de la SNCF et des régions qui les financent, ces lignes ont tendance à se dégrader ou sont même menacées de disparition comme la ligne des Alpes sauvée in extremis en décembre 2019 grâce à la réalisation de travaux pour un montant de 28,3 millions € apportés à la fois par l'Etat, les régions PACA et AURA, les départements, la ville de Grenoble et la SNCF.

Les lignes sont généralement desservies par des rames TER automotrice bi-modes (Diesel - 1500 V) multi-caisses notamment des AGC. Gap est reliée directement à Paris quotidiennement par un train-couchettes du réseau Intercités de nuit.

Par le passé la construction de deux autres lignes desservant Gap a été amorcée mais a été abandonnée avant leur achèvement. Dans les années 1930, des travaux visant à la mise en place d'une ligne métrique entre Gap et Corps par le col de Manse furent entrepris. Ceux-ci ne furent jamais terminés et la ligne du Champsaur ne vit jamais le jour. Certaines portions ont été réutilisées pour la plateforme de la route nationale. Des ouvrages d'art abandonnés témoignent également de ce projet. Une ligne fut également commencée vers Barcelonnette à l'est, mais jamais achevée. Un viaduc étonnant, en double courbe, demeure sous les eaux du lac de Serre-Ponçon.

Transports aériens

Aéroports à proximité
Nom Destinations Distance
Grenoble-Isère Europe 140 km (dont 45 d'autoroute)
Marseille-Provence Europe, Afrique, Amérique du Nord, Asie 180 km (dont 160 d'autoroute)
Lyon-Saint-Exupéry Europe, Afrique, Amérique du Nord 195 km (dont 100 d'autoroute)
Turin Caselle Europe, Afrique 200 km (dont 70 d'autoroute)

Situé à 13 kilomètres de Gap, l'aérodrome de Gap-Tallard peut recevoir du trafic voyageur. Toutefois la grande majorité des mouvements aériens est à vocation sportive.

De 1973 à 1977, la compagnie Air Alpes a exploité une relation régulière avec l'aéroport de Paris-Le Bourget, avec un appareil de type DHC-6 Twin Otter. Afin de favoriser le désenclavement de la ville et son essor économique, un projet de réactivation de cette liaison aérienne entre Gap et Paris-Le Bourget a été porté par l'Union pour les entreprises du département des Hautes-Alpes, la Chambre de commerce et d'industrie des Hautes-Alpes et la députée LREM de la première circonscription des Hautes-Alpes Pascale Boyer[107]. L'enquête commandée par l'Union pour les entreprises du département des Hautes-Alpes vise à « mieux connaître les besoins en matière de déplacement, notamment vers Paris »[108].

À la suite de cette réflexion, une première liaison aérienne a pu être inaugurée le mardi par un Pilatus PC-12[109].

Population et société

Démographie

Évolution démographique

Avant la Révolution française[45]
  • vers 1635 : 5 000 habitants
  • vers 1690 : 4 500 habitants
  • vers 1725 : 5 500 habitants
  • vers 1760 : 6 000 habitants
À compter de la Révolution française

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[110],[Note 6].

En 2020, la commune comptait 40 111 habitants[Note 7], en diminution de 0,28 % par rapport à 2014 (Hautes-Alpes : +0,52 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 0148 0508 8916 7147 2157 8548 5998 7248 797
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 9128 2198 1658 9279 29410 76511 62110 47811 376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11 01810 82310 6479 85910 66011 71713 60016 37117 317
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
20 47823 99428 23330 67633 44436 26237 33240 65440 805
2020 - - - - - - - -
40 111--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[111] puis Insee à partir de 2006[112].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de Gap a connu une forte croissance à compter des années 1960 à la fois du fait d'un excédent des naissances sur les décès et de flux migratoires. La variation annuelle de la population s'est fortement réduite au cours de la décennie 2010 tout en restant positive.

Indicateurs démographiques depuis 1968[113]
Indicateur 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999 1999-2008 2008-2013 2013-2019
Variation annuelle moyenne de la population 2 % 1,2 % 1,1 % 0,9 % 0,7 % 0,9 % 0,2 %
... due au solde naturel' 0,9 % 0,5 % 0,5 % 0,4 % 0,3 % 0,2 % 0,1 %
... due au solde des entrées/sorties 1,1 % 0,7 % 0,6 % 0,5 % 0,3 % 0,6 % 0,1 %
Taux de natalité 17,1 ‰ 13,7 ‰ 13,5 ‰ 12,2 ‰ 11,8 ‰ 11,3 ‰ 9,8 ‰
Taux de mortalité 8,3 ‰ 8,5 ‰ 8,5 ‰ 8,6 ‰ 8,4 ‰ 8,8 ‰ 9,3 ‰

Pyramide des âges

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (29,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,9 % la même année, alors qu'il est de 31,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 19 305 hommes pour 21 254 femmes, soit un taux de 52,4 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[114]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,2 
8,4 
75-89 ans
11,6 
17,3 
60-74 ans
19,0 
19,9 
45-59 ans
20,9 
16,7 
30-44 ans
16,7 
19,2 
15-29 ans
15,0 
17,5 
0-14 ans
14,7 
Pyramide des âges du département des Hautes-Alpes en 2018 en pourcentage[115]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,3 
8,5 
75-89 ans
11,2 
20 
60-74 ans
20,2 
21,5 
45-59 ans
21 
17,3 
30-44 ans
17,3 
14,9 
15-29 ans
12,6 
16,9 
0-14 ans
15,4 

Économie

Emploi

En 2019, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 24 688 personnes, parmi lesquelles on comptait 74 % d'actifs dont 64,9 % ayant un emploi et 9,6 % chômeurs[116].

On comptait 21 716 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 16 201, l'indicateur de concentration d'emploi est de 134 %, ce qui signifie que la commune offre plus d'un emploi par habitant actif[117].

Secteurs d'activité

Les principaux employeurs des salariés sont la fonction publique (administration publique, enseignement, santé, action sociale et territoriale qui représentent en tout 47,4% des emplois) et le tertiaire (commerce, transports, services : 43,3 %). Le BTP représente 5,8 % et l'industrie 3%[118]. Le poids de la fonction publique est lié au statut de préfecture de la ville qui héberge de ce fait un grand nombre d'administrations ainsi que le principal hôpital du département.

Postes salariés par secteur d'activité (hors secteur de la défense et hors particuliers employeurs)[118]
Secteur d'activité Emplois Pourcentage dans entreprises de 100 salariés
Agriculture, syliviculture et pêche 100 0,5 % 0
Industrie 582 3 % 0
Construction 1115 5,8 % 131
Commerces, transports services, divers 8370 43,3 % 1027
... dont commerce et réparation automobile 3280 17 % 529
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 9147 47,4 % 5471

Les 23 entreprises employant plus de 100 salariés sur le territoire de la communauté de communes de Gap Tallard (25000 emplois) font dans une écrasante majorité partie du secteur public (administration, enseignement, santé, action sociale). Les exceptions font partie des secteurs de la grande distribution (3), du secteur bancaire (1), du service (1) et du BTP (1)[119].

Gap héberge le 4e régiment de chasseurs ainsi qu'une base de défense[120]). Avec environ 1000 militaires et une masse salariale de 28 millions d'euros (en 2008), les militaires représentent un poids notable dans l'économie locale. Aussi les coupes régulières des dernières décennies dans les effectifs de l'Armée de Terre sont suivies de très près par les élus locaux[121].

Gap est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie des Hautes-Alpes. Elle gère le Centre régional et européen du tourisme (CRET) de Briançon, l’ADAPEI de Gap et le CEMBREU de Briançon.

Revenus de la population et fiscalité

Revenus

Le salaire médian, à Gap, en 2011, est de 18 944 euros. La majorité des revenus sont issus d'un travail salarial (55 %), contre un tiers issus de retraites (30 %)[86].

Fiscalité

En 2012, 18 354 ménages logent à Gap, 63,4 % d'entre eux sont imposable fiscalement[86].

L'imposition des ménages et des entreprises à Gap en 2010[122]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 12,44 % 0,00 % 6,05 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 35,58 % 0,00 % 16,33 % 2,86 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 123,32 % 0,00 % 85,50 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 28,25 % 0,00 % 0,00 % 0,00 %

Equipements et services publics

Enseignement

Gap dépend de l'académie d'Aix-Marseille.

Établissements scolaires

La ville administre 12 écoles maternelles, 13 écoles élémentaires communales et 6 écoles rurales. Il existe également plusieurs écoles maternelles et élémentaires privées[123].

Le département y gère cinq collèges et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur cinq lycées, le lycée professionnel Paul-Héraud, le lycée professionnel Sévigné, le lycée d'enseignement général et technologique agricole « les Emeyères », le lycée Dominique-Villars et le lycée Aristide-Briand. Il existe également un collège et un lycée privés(collège et le lycée Saint-Joseph).

Enseignement supérieur

Université d'Aix-Marseille, pôle universitaire de Gap.
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Pôle universitaire de Gap.

L'enseignement supérieur à Gap est représenté par le pôle universitaire de Gap, annexe de l'université d'Aix-Marseille. Il comprend notamment un pôle STAPS, un IUT « Gestion des entreprises et des administrations » (GEA), un IUP « Métiers de la montagne » (master professionnel) unique en France ainsi qu'une licence de maintenance aéronautique (la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est pôle de compétitivité aéronautique, et le département a créé le pôle d'excellence rurale Excell(Air).

Dans les lyclées existent plusieurs classes préparatoires et filières BTS dont un BTS Services Informatiques aux Organisations, un BTS Négociations et Relation Clients au lycée Dominique-Villars ainsi qu'un BTS Assistant Manager au lycée Aristide-Briand.

Manifestations culturelles et festivités

Durant les mois estivaux, l'association des commerçants du centre-ville « Les Vitrines de Gap » organise les Nocturnes, à savoir des animations festives et musicales assorties de l'ouverture des magasins du centre-ville de 19 h jusqu'à 23 h.

Chaque année a lieu la Foire Expo, au Parc de la Pépinière au mois de mai[124].

Le Quattro, salle de spectacle à gradins rétractables, organise toutes sortes d'évènements, à savoir des concerts, des spectacles, des séminaires d'entreprises, etc.

Santé

La ville possède un hôpital, le centre hospitalier intercommunal des Alpes du Sud (CHICAS) qui se divise en trois entités. Le premier site, le plus important, est celui de Gap qui est le plus grand centre hospitalier des Alpes du Sud. Gap est également doté d'un site spécialisé dans la gériatrie. À la suite d'une fusion, le CHICAS gère le site de Sisteron.

La polyclinique des Alpes du Sud est la seule clinique présente sur la ville ainsi que d'autres centres de rééducations. Il existe également une maison médicale du Gapençais aux larges horaires.

Sports

Le stade de glace Alp'Arena
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le stade de glace Alp'Arena où évoluent les Rapaces de Gap.
Salle polyvalente de la Blâche
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Salle polyvalente de la Blâche.
Stade nautique
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le stade nautique.

Elle compte un nombre important de clubs, parmi lesquels :

  • Les Rapaces de Gap, équipe de hockey sur glace évoluant en Ligue Magnus (premier échelon national), 4 fois champions de France.
  • L'équipe de football le Gap FC, qui évolue en 1re division de district des Alpes.
  • Le club d'athlétisme, le Gap Hautes-Alpes Athlétisme (GH2A).
  • Le club de ski de fond, Ski club Gap-Bayard.
  • Le club de vélo (route et VTT), l'UCPG.
  • Le club de VTT, le PJPC.
  • Le club de rugby le Gap Hautes Alpes Rugby a évolué en Fédérale 3 en 2012-2013.
  • Le Gap Basket évoluant en Pré-Nationale.
  • Le Gap Handball qui joue en Nationale 3.
  • Le Gap Volley-Ball qui joue en Championnat Régional
  • Les Sasquatchs Gapençais, club permettant la découverte ou la pratique du Football Américain

La ville de Gap accueille régulièrement des étapes du Tour de France ou Critérium du Dauphiné en cyclisme ou du Rallye Monte-Carlo en sport mécanique.

Elle a organisé en août 1972 les championnats du monde de cyclisme sur route remportés respectivement par l'Italien Marino Basso et la Française Geneviève Gambillon.

La ville de Gap est connue pour son « Raid VTT des Chemins du soleil », entre Saillans et Gap.

De nombreux équipements sportifs, stades, gymnases, piscines (dont le stade nautique doté de plongeoirs), patinoire, salle polyvalente (boulodrome), courts de tennis sont installés sur la commune. Par ailleurs, la ville de Gap fait actuellement construire une nouvelle patinoire.

Le centre d'oxygénation de Gap-Bayard, situé sur le plateau de Bayard, est le départ d'un golf 18 trous l'été et d'un foyer de ski de fond l'hiver.

En octobre 2004, l'association Objectif JO 2018 a œuvré pour une candidature française des Alpes du Sud, aux Jeux olympiques d'hiver de 2018. La ville de Gap avait été pressentie pour se lancer dans la course. Son désistement a laissé la place en octobre 2008 à une candidature portée par la commune de Pelvoux et la communauté de communes du Pays des Écrins[125].

Médias

Presse locale

  • Le Dauphiné libéré (quotidien)[126] est présent à Gap via une rédaction locale.
  • Alpes et Midi (hebdomadaire)[127]
  • Anima Gap[128] est le site d'information de la vie gapençaise.

Radios locales

Les radio locales ont une audience totale d'environ 25% en 2019. Les principales radios locales sont[129] :

  • 90.9 Alpes 1 : radio locale commerciale. Elle est présente également dans les Alpes de Haute-Provence[130]. Elle appartient au groupe lyonnais Espace et dispose de l'audience la plus élevée (13,1 % en 2019)..
  • 102.3 Là la Radio programme La Radio Plus : radio locale commerciale syndiquée avec La Radio Plus depuis 2013. Elle appartient au même groupe qu'Alpes 1, Espace Group. Ses studios sont à Gap (elle les partage avec Alpes 1) et diffuse son programme savoyard (les studios de La Radio Plus se trouvent à Annecy-le-Vieux) avec des décrochages gapençais[131].
  • 90.2 D!Ci Radio : radio locale commerciale de Gap[132]. Ses studios sont à Chorges.
  • 103.1 Imagine : radio basée à Montgenèvre[133].
  • 93.7 RAM (Radio Alpine Meilleure) : radio associative implantée à Embrun (100.2 FM) où se trouvent ses studios. Elle émet aussi depuis Risoul sur 93.3 FM[134].
  • 107.3 Fréquence Mistral : radio associative basée à Sisteron et qui possède des stations locales un peu partout dans les Alpes du Sud[135], dont à Gap[136].
  • 87.7 RCF Alpes-Provence : radio locale du Diocèse de Gap[137] , associée au réseau de radios chrétienne RCF. Elle émet aussi à Digne-les-Bains sur 92.0 FM où un studio local est présent.
  • 106.3 Radio Zinzine : radio associative se trouvant à Limans. Il s'agit d'une radio émettant sur une large couverture des Alpes du Sud. Son programme fait une large part à la défense de l'environnement.

Télévision

Gap possède trois émetteurs de télévision : Sur le Mont Colombis (qui couvre toutes les Hautes-Alpes), la Serre des Aiguilles et la colline de Saint-Mens à Brémont, au sud de Gap[139].

Cultes

Église catholique

Église réformée et évangélique

Autres églises

  • Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, avenue Jean Jaurès.
  • Salle du royaume des Témoins de Jéhovah, rue Maurice Garnier.

Culte musulman

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Le lac de Charance
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le lac de Charance.

Le domaine de Charance

Ville de Gap vue de Charance
Ville de Gap vue de Charance.

Le château de Charance fut édifié au XVIe siècle. Il comprend un bâtiment principal, qui aujourd'hui est le siège du parc national des Écrins, et plusieurs annexes dont une accueille le musée du Parc.

Le domaine de Charance comprend aussi le Conservatoire botanique national alpin, un jardin en terrasses et un espace arboré de 220 hectares autour du château et au milieu duquel se trouve un petit lac : le lac de Charance.

L'ensemble domine la ville.

Patrimoine culturel

  • Le théâtre de La Passerelle, scène nationale des Alpes du Sud.
  • Le Quattro, nouvel espace culturel polyvalent inauguré le 27 mai 2008, appelé dans un premier temps le « Cube »
  • Le Conservatoire à rayonnement départemental.
  • Le Centre municipal culture et loisirs (CMCL).
  • La bibliothèque municipale
  • Le festival international de danses folkloriques, qui a lieu tous les ans en juillet.
  • Trois cinémas existent à Gap (dont deux ont dû être sauvés par la mairie lorsque le bâtiment abritant leurs murs a été vendu[141])
  • La Cinémathèque d'images de montagne (la "CIM") est une association loi 1901 créée en 1996 qui a pour mission la collecte, la sauvegarde et la diffusion de tous les films professionnels et amateurs tournés en zone de montagne depuis l'invention du cinéma. En 2020, plus de 11 000 films sur la montagne y sont conservés. Elle organise chaque année un festival, les "Rencontres de la cinémathèque de montagne"[142].

Patrimoine gastronomique

Le gratin dauphinois

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le traditionnel Gratin dauphinois.

Le gratin dauphinois est officiellement mentionné pour la première fois le (à la veille de la Révolution française) à l'occasion d'un dîner offert aux officiers municipaux de la ville de Gap, par le duc Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre, alors lieutenant général du Dauphiné ; le plat était servi avec des ortolans[143].

Vie militaire

Unités militaires ayant eu garnison à Gap :

Patrimoine environnemental

Une association gapençaise, Société alpine de protection de la nature, créée en 1971, est chargée de la protection de l'environnement dans la région de Gap.

Personnalités liées à la commune

Cette liste non exhaustive comprend des personnalités nées à Gap ou ayant un attachement particulier à la ville :

Guillaume Farel
Guillaume Farel.
Statue de Ladoucette à Gap
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Statue de Ladoucette à Gap réalisée par le sculpteur gapençais Jean Marcellin.

Relations internationales

Gap est désignée Ville alpine de l'année en 2002 pour son engagement dans la Convention alpine.

Jumelages

Localisation des villes jumelées avec Gap.
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Gap est jumelée avec plusieurs villes européennes. C'est dans ce cadre que sont réalisés des échanges socioculturels, scolaires et sportifs.

Coopération décentralisée

De plus, des accords de coopération décentralisée ont été signés avec plusieurs villes en Afrique et en Asie.

Héraldique, logotype et devise

Armes de Gap
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : « azur, à un château d'or crénelé maçonné de sable, sommé de quatre tours du même, couvertes en pointe. »[172]

Pour approfondir

Bibliographie

Histoire de Gap
  • Gap et ses territoires des siècles d'histoire, XIe-XXe s : actes du colloque de Gap, 12-13 avril 2013, Presses universitaires de Grenoble, , 482 p. (ISBN 2-7061-2521-7)
    Construction du territoire autour de la ville de Gap, dans les Hautes-Alpes, depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine.
  • René Favier, Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, Presses universitaires de Grenoble, , 512 p. (ISBN 2-7061-0525-9)
  • Richard Duchamblo, Histoires de notre ville : Gap, ses rues, ses hommes, Gap, Librairie des Hautes-Alpes, , 137 p. (ISBN 2-909956-10-5)
    Histoire, anecdotes sur la ville de Gap
  • Richard Duchamblo, La libération de Gap, Gap, Louis-Jean, , 39 p.
    Opuscule sur la libération de Gap en août 1944
  • Société d'études des Hautes-Alpes, Histoire de la ville de Gap, Gap, x, , 377 p.
    Couvre la période allant jusqu'au règne de Napoléon.
  • Théodore Gautier, Précis de l'histoire de la ville de Gap, Afred Allier, imprimeur-libraire, 1844
  • père Pierre Fournier, René Ariey-Jouglard et Jean Ebrard, Le diocèse de Gap et d'Embrun : hier & aujourd'hui, Éditions du Signe, (ISBN 2-7468-3293-3)
Géologie
Urbanisme
  • Ville de Gap, Plan local d'urbanisme (PLU) de la ville de Gap (2017), 2018-2021, 172 p. (lire en ligne)
    Document de planification de l'urbanisme de la ville de Gap reposant sur les prévisions économiques et démographiques et établissant les principales orientations en matière d'opérations d'aménagement de règles d'occupation des sols,....
  • Communauté d’agglomération Gap-Tallard-Durance, Plan climat-air-énergie territorial (PCAET) de la communauté d’agglomération Gap-Tallard-Durance, (lire en ligne)
    Déclinaison locale des objectifs nationaux et internationaux en matière de qualité de l'air, d'énergie et de climat. Définitio des objectifs stratégiques et opérationnels pour atténuer le changement climatique, le combattre efficacement et s'y adapter, dont en développant les énergies renouvelables, en maîtrisant la consommation d'énergie, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et la dépendance énergétique, tout en favorisant l'adaptation aux changements climatiques sur les court, moyen et long termes.
  • x, Schéma de cohérence territoriale (SCOT) de l'aire gapençaise - livret 1 : Introduction, diagnostic du territoire, (lire en ligne)
    Document fixant les objectifs des politiques d'urbanisme, du logement, des transports et des déplacements, d'implantation commerciale, d'équipements structurants, de développement économique, touristique et culturel, de développement des communications électroniques, de protection et de mise en valeur des espaces naturels, agricoles et forestiers et des paysages, de préservation des ressources naturelles, de lutte contre l'étalement urbain, de préservation et de remise en bon état des continuités écologique.
  • Département des Hautes Alpes, L'atlas des paysages des Hautes Alpes - Le Bassin de Gap, (lire en ligne)
    Description des paysages du bassin de Gap avec une mise en exergue des dynamiques à l’œuvre afin de repérer les enjeux qui y sont associés.
  • x, Agenda 21 Diagnostic du territoire de Gap (synthèse de l’état des lieux), (lire en ligne)
    Diagnostic effectué pour parvenir à un développement durable.
Statistiques économiques et démographiques
  • INSEE, Dossier complet sur la ville de Gap, (lire en ligne)
    Evolution de la population, formation, emplois, entreprises (source : chiffres 2019).

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Les autres villes sont la capitale régionale Grenoble, Valence, Romans, Vienne, Montélimar, Die, Crest, Embruns et Briançon
  2. « Aux habitants des départements des Hautes et Basses Alpes, Citoyens, J'ai été vivement touché de tous les sentiments que vous m'avez montrés, vos vœux sont exaucés. La cause de la Nation triomphera encore. Vous avez raison de m'appeler votre Père ; je ne vis que pour l'honneur et le bonheur de la France. Mon retour dissipe toutes vos inquiétudes ; il garantit la conservation de toutes les propriétés, l'égalité entre toutes les classes et les droits dont vous jouissez depuis vingt-cinq ans, et après lesquels nos pères ont tant soupiré forment aujourd'hui une partie de votre existence. Dans toutes les circonstances où je pourrai me trouver, je me rappellerai toujours avec un vif intérêt tout ce que j'ai vu en traversant votre pays. »

  3. En revanche, ces termes n'ont pas subi d'influence germanique dans les autres langues romanes, y compris en provençal : latin vespa> provençal vèspa, latin viscum> provençal vesc.
  4. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références

  1. [[#PLU|Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PLU) de la ville de Gap]], p. 131
  2. a b c et d Carte de Gap sur Géoportail.
  3. « Gap », sur geol-alp.com : Atlas géologique des Alpes françaises (consulté le ).
  4. « Les dépôts quaternaires dans le Gapençais », sur geol-alp.com : Atlas géologique des Alpes françaises (consulté le ).
  5. Carte géologique de la France au 1/80 000. Feuilles de Gap, no 200, 3e édition. Ministère de l'Industrie.
  6. Site DIREN PACA, bloc erratique de Peyre-Ossel
  7. Site DIREN PACA, bloc erratique de la Justice
  8. « Col Bayard, Puymonbeau », sur geol-alp.com : Atlas géologique des Alpes françaises (consulté le ).
  9. Claude EYZENQ, Hautes-Alpes, Ubaye, Haut-Drac, Préalpes drômoises.
  10. Pierre Chauvet et Paul Pons, Les Hautes-Alpes, hier, aujourd'hui, demain, p. 863.
  11. Notice explicative de la Carte géologique de la France au 1/80 000. Feuilles de Gap, no 200, 3e édition. Ministère de l'Industrie., p. 7.
  12. Pierre Chauvet et Paul Pons, Les Hautes-Alpes, hier, aujourd'hui, demain, p. 862.
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Luye (X0600500) » (consulté le ).
  14. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Gap]], p. 13-14
  15. a et b « Le canal de Gap (ou du Drac) », sur le site de l'office de tourisme de Gap.
  16. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Gap]], p. 15
  17. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Gap]], p. 14
  18. Fiche Météo-France du climat des Hautes Alpes http://meteo05.sepcs.fr/climat/hautes-alpes.pdf
  19. a b et c Bulletin climatologique des Hautes-Alpes (Bulletin de la commission météorologique) Année 1995, p. 10
  20. Thèse de recherche et de développement de Pierre-André Pissard, Intégration des données écologiques et paysagères dans l'aménagement des territoires de montagne. Expérimentation sur la commune de Gap.
  21. a et b Données météo pour la ville d'Embrun située à 20 kilomètre de Gap à vol d'oiseau Site l'Internaute
  22. a b c et d Les Hautes-Alpes, hier, aujourd'hui, demain. Tome 1. P. Chauvet; P. Pons; pages 55-99
  23. a et b Société d'études des Hautes-Alpes, Histoire de la ville de Gap, p. 4.
  24. Bernard Bligny, Histoire du Dauphiné, p. 28.
  25. Colette Jourdain-Annequin, Atlas culturel des Alpes occidentales. De la préhistoire à la fin du Moyen Âge, p. 78.
  26. Joseph Roman, L'Époque préhistorique et gauloise dans le département des Hautes-Alpes, pages 16 à 18.
  27. Société d'études des Hautes-Alpes, Histoire de la ville de Gap, p. 5.
  28. Fiche de Vapincum sur l'arbre celtique
  29. a b et c Société d'études des Hautes-Alpes, Histoire de la ville de Gap, pages 7 à 9.
  30. Georges de Manteyer, Le nom et les deux premières enceintes de Gap, p. 146.
  31. Georges de Manteyer, Le nom et les deux premières enceintes de Gap, schémas et plans en fin d'ouvrage.
  32. Société d'études des Hautes-Alpes, Histoire de la ville de Gap, p. 11.
  33. L'histoire de Gap sur le site de l'Office de Tourisme
  34. Gérard Coulon, Les Gallo-Romains : vivre, travailler, croire, se distraire - 54 av. J.-C.-486 ap. J.-C., Paris, Errance, coll. « Hespérides », , 219 p. (ISBN 2-87772-331-3), p. 21.
  35. Olivier Hanne, « La genèse médiévale d'une figure de l'épiscopat de Gap : saint Arnoux (c.1065-c.1079 », Les évêques de France au XXe siècle,‎ , p. 1-11 (résumé).
  36. Vaillant, Pierre, « Le consulat et ses origines dans les Alpes françaises », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 16, no 1,‎ , p. 311–324 (DOI 10.3406/shmes.1985.1476, lire en ligne, consulté le ).
  37. Jean-Paul Clébert et Jean-Pierre Rouyer, La Durance, Toulouse, Privat, coll. « Rivières et vallées de France », , 189 p. (ISBN 2-7089-9503-0), p. 73.
  38. André Gouron, « Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux XIIe et XIIIe siècles », Bibliothèque de l'école des chartes, t. 121,‎ , p. 49 (lire en ligne).
  39. Olivier Hanne, « Des chanoines de Gap à la cour pontificale au XIVe siècle », Église dans les Hautes-Alpes, vol. 94,‎ , p. 15 (résumé).
  40. a et b Richard Duchamblo, Histoires de notre ville, Gap, ses hommes, ses rues, Librairie des Hautes-Alpes, (ISBN 2-909956-10-5), p. 126-127.
  41. Faure de Prégentil, Encyclopédie du Champsaur, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, , 382 p. (ISBN 2-909956-49-0), p. 26.
  42. id., p. 54
  43. André Golaz, Odette Golaz et A. Guillaume (préfacier), Notice historique et descriptive sur Mont-Dauphin (Hautes-Alpes), Gap, Société d’études des Hautes-Alpes, , 3e éd. (1re éd. 1966) (ISBN 2-85627-001-8), p. 16.
  44. Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 16-35
  45. a et b Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 45 et 437
  46. Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 60-61
  47. Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 85
  48. Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 78
  49. Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 61-63
  50. Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 72
  51. Les villes du Dauphiné aux XVII et XVIII siècle, p. 84-100
  52. Les Hautes-Alpes et la Révolution, Archives départementales des Hautes-Alpes - Fascicule pédagogique, , 497 p. (ISBN 2-86005-008-6), p. 45
  53. Les Hautes-Alpes et la Révolution, Archives départementales des Hautes-Alpes - Fascicule pédagogique, , 497 p. (ISBN 2-86005-008-6), p. 70
  54. Les Hautes-Alpes et la Révolution, Archives départementales des Hautes-Alpes - Fascicule pédagogique, , 497 p. (ISBN 2-86005-008-6), p. 77-79
  55. Les Hautes-Alpes et la Révolution, Archives départementales des Hautes-Alpes - Fascicule pédagogique, , 497 p. (ISBN 2-86005-008-6), p. 100
  56. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme de la ville de Gap]], p. 145
  57. a et b Histoire du Dauphiné : Le Dauphiné contemporain, Horvath, , 384 p. (ISBN 2-7171-0781-9), p. 261-263
  58. Gap et ses territoires des siècles d'histoire, XIe-XXe s : actes du colloque de Gap, 12-13 avril 2013 2016, p. 377-379
  59. R.Duchamblo, HistoireS, p. 114.
  60. Jean-Pierre Bardet et Claude Motte, Paroisses et communes de France; Hautes-Alpes, p. 144.
  61. Richard Duchamblo, HistoireS de notre ville, Gap, ses hommes, ses rues, librairie des Hautes-Alpes, Gap, (ISBN 2-909956-10-5), p. 114
  62. « Ordre de la Libération : Jean Drouot-L'Hermine », sur www.ordredelalibération.fr, (consulté le ).
  63. Histoires Interdites : La Face cachée de la Libération - documentaire raconté par Pierre Lescure, avec la collaboration de l'historien Olivier Wieviorka.
  64. Gap et ses territoires des siècles d'histoire, XIe-XXe s : actes du colloque de Gap, 12-13 avril 2013 2016, p. 393-397
  65. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Gap]], p. 147-148
  66. Jean-Pierre Bardet et Claude Motte, Paroisses et communes de France ; Hautes-Alpes, p. 145.
  67. a et b Direction des libertés publiques et des collectivités locales, « Création de la communauté d'agglomération « Gap-Tallard-Durance » par fusion-extension » [PDF], Recueil des actes administratifs no 05-2016-013, Préfecture des Hautes-Alpes, (consulté le ).
  68. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 310a.
  69. Charles Rostaing, Les noms de lieux, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je », , 1re éd., chap. II (« Les Ligures »), p. 31.
  70. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Op. cité.
  71. A. Farnaud, « Étymologie du nom de Gap », Bulletin de la Société d'études des Hautes-Alpes,‎ , p. 431-434
  72. « Hautes-Alpes > Gap (05000) », sur habitants.fr (consulté le ).
  73. a b et c L'atlas des paysages des Hautes Alpes - Le Bassin de Gap, p. 10
  74. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  75. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  76. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  77. « Unité urbaine 2020 de Gap », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  78. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  79. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  80. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  81. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  82. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Gap]], p. 36-45
  83. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Gap]], p. 65
  84. [[#PLU|Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Gap]], p. 61-62
  85. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  86. a b et c Dossier local relatif à la commune, sur le site de l'Insee.
  87. http://www.dici.fr/actu/2013/11/20/gap-le-carre-de-limprimerie-fait-peau-neuve
  88. https://www.ledauphine.com/economie/2022/01/23/gap-ou-en-est-le-projet-du-carre-de-l-imprimerie
  89. « GAP : UNE NOUVELLE GARE ! », sur Alpes et Midi, (consulté le ).
  90. a b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2014. HAUTES ALPES (05) - Gap », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  91. a b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2014. Candidatures par commune. HAUTES ALPES (05) - Gap », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  92. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le )
  93. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  94. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Gap, consultée le 26 octobre 2017
  95. « Carte d'identité de l’Agglo », sur communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance,
  96. « Compétences générales de l'Agglo », sur communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance,
  97. « Budget primitif exercice 2022 », sur communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance,
  98. « Décret no 2014-193 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Hautes-Alpes », sur Légifrance (consulté le ).
  99. http://lannuaire.service-public.fr/services_locaux/provence-alpes-cote-d-azur/hautes-alpes/ti-05061-01.html
  100. Dossier INSEE ville de Gap 2022, p. ACT G2
  101. Site de la Communauté d'agglomération Gap-Tallard-Durance
  102. Carte du boulevard urbain de Gap, avec les trois tronçons successifs programmés : http://u.osmfr.org/m/36443/
  103. Eric Ambrosini, « Gap : premier vol pour Paris », sur francetvinfo.fr, France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, (consulté le ).
  104. Alpes 1 Team, « Hautes-Alpes : et si on reliait Paris à Gap en avion ? », sur alpes1.com, (consulté le ).
  105. « TRANSPORTS / Desserte aérienne Gap - Paris : premier vol le 23 octobre », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  106. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  107. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  108. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  109. Dossier INSEE ville de Gap 2022, p. POP T2M
  110. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Gap (05061) », (consulté le ).
  111. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Hautes-Alpes (05) », (consulté le ).
  112. Dossier INSEE ville de Gap 2022, p. EMP T1
  113. Dossier INSEE ville de Gap 2022, p. EMP T5
  114. a et b Dossier INSEE ville de Gap 2022, p. RES T2
  115. PCAET de la communauté d'agglomération Gap Tallard Durance - volet 1 Diagnostic 2021, p. 13
  116. Gap, base de défense
  117. Gap et ses territoires des siècles d'histoire, XIe-XXe s : actes du colloque de Gap, 12-13 avril 2013 2016, p. 428-434
  118. « Impôts locaux à Gap », sur taxe.com.
  119. Écoles maternelles et primaires sur le site de la mairie.
  120. [1]
  121. site officiel de la candidature aux JO de 2018
  122. - édition Hautes-Alpes et Ubaye
  123. - Hautes-Alpes et vallée de l'Ubaye
  124. Le portail des images et des animations à Gap
  125. (en) « Radios : France Inter en tête devant Alpes 1 », Le Dauphiné,
  126. Alpes 1, la radio des Alpes du Sud
  127. Fiche de Là la Radio sur SchooP
  128. Site web de D!Ci Radio
  129. Site web de Radio Imagine
  130. Fiche radio d'RAM sur SchooP
  131. Fiche de Fréquence Mistral sur SchooP
  132. "La station à Gap" sur frequencemistral.com
  133. "RCF Alpes-Provence" sur diocesedegap.fr
  134. "France 3 Gap" sur pagesjaunes.fr
  135. Emetteurs TNT dans les Hautes-Alpes
  136. « « Historique » pour Gap : la première mosquée a été inaugurée ce dimanche », sur dici.fr, .
  137. article Gap poursuit son cinéma dans le mensuel régional le Ravi, septembre 2012
  138. « Accueil », sur www.cimalpes.fr, Gap (consulté le ).
  139. Claude Muller, Les Mystères du Dauphiné, Éditions de Borée, (ISBN 978-2-84494-086-5), p. 242.
  140. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, p. 86.
  141. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, p. 200.
  142. Joseph Roman, Tableau historique du département des Hautes-Alpes, p. 100 [2]
  143. Félix Allemand, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, p. 344.
  144. Jean-Michel Rolland sur le site de l'Assemblée nationale
  145. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, pages 392,393.
  146. Félix Allemand, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, pages 278-279.
  147. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, p. 235.
  148. « Adrien Ruelle », sur Écomusée du cheminot Veynois (consulté le ).
  149. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, pages 277,277.
  150. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, pages 349,350.
  151. Hippolyte Müller sur le site de l'Institut de l’information scientifique et technique [3]
  152. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, pages 320, 321.
  153. Georges Dioque, Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Société d'études des Hautes-Alpes, pages 286, 287.
  154. Valéry d'Amboise, Dictionnaire d'Amboise Dauphiné-Ardèche, pape 44.
  155. Jean Michard-Pellissier sur le site de l'Assemblée nationale
  156. Biographie de Francis Masse
  157. Biographie de Michel Crespin
  158. Biographie de Jean-Christophe Lafaille
  159. Christian Pouget sur le site Eurohockey.net
  160. http://www.sebastien-ogier.com/-Pilote-.html
  161. a et b Le jumelage avec Pinerolo et Traunstein: article sur le site de la mairie
  162. Le jumelage avec Pinerolo: article sur le site de la Commission Nationale de la Coopération Décentralisée
  163. Le jumelage avec Traunstein: article sur le site de la Commission Nationale de la Coopération Décentralisée
  164. La coopération décentralisée avec Bangou: article sur le site de la Commission Nationale de la Coopération Décentralisée
  165. La coopération décentralisée avec Katmandou: article sur le site de la Commission Nationale de la Coopération Décentralisée
  166. Jean-Charles d'Amat (Société d'étude des Hautes-Alpes) rapporté par Malte-Brun dans la France illustrée (1882), Armorial des communes des Hautes-Alpes.