Gouvernement Raymond Poincaré (4)

Gouvernement Raymond Poincaré (4)

Troisième République

Description de cette image, également commentée ci-après
Les ministres du quatrième gouvernement Poincaré[N 1].
Président de la République Gaston Doumergue
Président du Conseil Raymond Poincaré
Formation
Fin
Durée 2 ans, 3 mois et 14 jours
Composition initiale
Coalition Union nationale (AD, RI, PRRRS, PRS, FR)
Représentation
XIVe législature
422  /  604
Drapeau de la France

Le quatrième gouvernement Raymond Poincaré est un gouvernement français de la Troisième République qui a duré du au . Le ralliement des radicaux à l'ancien Bloc national permet à Raymond Poincaré de disposer d'une forte majorité à la chambre, nommée Union nationale[1] (422 députés et 69,9 % des sièges) pour appliquer son programme économique de déflation. Mais cette alliance symbolise de fait la fin du premier Cartel des gauches.

Composition

Portefeuille Titulaire Parti
Président du Conseil Raymond Poincaré AD
Ministres
Ministre des Affaires étrangères Aristide Briand PRS
Ministre des Finances Raymond Poincaré AD
Ministre de la Guerre Paul Painlevé PRS
Ministre de la Justice Louis Barthou AD
Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts Édouard Herriot PRRRS
Ministre de l'Intérieur Albert Sarraut PRRRS
Ministre de la Marine Georges Leygues AD
Ministre de l'Air Laurent Eynac (à partir du ) RI
Ministre du Commerce, de l'Industrie, des Postes et des Télégraphes et de l'aéronautique Maurice Bokanowski (jusqu'au ) AD
Henry Chéron (à partir du ) AD
Ministre des Travaux publics André Tardieu AD
Ministre de l'Agriculture Henri Queuille PRRRS
Ministre des Colonies Léon Perrier PRRRS
Ministre du Travail, de l'Hygiène, de l'Assistance et des Prévoyances Sociales André Fallières (jusqu'au ) RI
Louis Loucheur RI
Ministre des Pensions Louis Marin FR
Sous-secrétaires d’État
Sous-secrétaire d’État au Travail, à l'Hygiène, à l'Assistance et aux Prévoyances Sociales Alfred Oberkirch (à partir du ) FR

Politique menée

Les lois du et du instituent pour les salariés titulaires d’un contrat de travail une assurance pour les risques maladie, maternité, invalidité, vieillesse et décès et la loi du un régime spécial pour les agriculteurs.

Bibliographie

  • Kenneth Mouré (trad. Jean-Marc Mendel, préf. Jean-Charles Asselain), La politique du franc Poincaré : perception de l'économie et contraintes politiques dans la stratégie monétaire de la France, 1926-1936 [« Managing the Franc Poincaré : Economic Understanding and Political Constraint in French Monetary Policy, 1928-1936 »], Paris, Albin Michel, coll. « Histoire de la mission historique de la Banque de France / Bibliothèque Albin Michel. Histoire », , 553 p. (ISBN 2-226-10076-8, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • Joseph Soavi, « La crise de stabilisation de 1927-1928 en France », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, Paris, Presses de Sciences Po, no 77,‎ , p. 85-93 (lire en ligne).

Notes et références

  1. De gauche à droite : Aristide Briand, Raymond Poincaré, Gaston Doumergue, Louis Barthou
    Derrière, de gauche à droite : Georges Leygues, Édouard Herriot, Paul Painlevé et à sa gauche Albert Sarraut
    Troisième rang, de gauche à droite : Léon Perrier, André Tardieu et derrière lui, au milieu, Maurice Bokanowski et à sa gauche Henri Queuille.
  1. Vincent Adoumié, De la République à l'État français 1918-1944, Hachette supérieur, dl 2013, ©2013 (ISBN 978-2-01-140014-7 et 2-01-140014-7, OCLC 862743948, lire en ligne), p. 41