Manon Aubry

Manon Aubry
Illustration.
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈

Manon Aubry en 2019.
Fonctions
Co-présidente du groupe confédéral GUE/NGL au Parlement européen
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 7 jours)
Avec Martin Schirdewan
Législature 9e
Prédécesseur Gabriele Zimmer
Députée européenne
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 23 jours)
Élection 26 mai 2019
Réélection 9 juin 2024
Circonscription France
Législature 9e et 10e
Groupe politique GUE/NGL
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance Fréjus (Var)
Nationalité Française
Parti politique LFI (depuis 2018)
Diplômée de Institut d'études politiques de Paris
Profession Humanitaire, enseignante

Manon Aubry, née le à Fréjus (Var), est une militante associative et femme politique française.

Elle est porte-parole de l'organisation non gouvernementale Oxfam France sur les questions de lutte contre l'évasion fiscale et les inégalités sociales, jusqu'en .

Elle devient députée européenne lors des élections européennes de 2019 en tant que tête de liste de La France insoumise (LFI), parti auquel elle adhère l'année précédente. Elle est ensuite élue coprésidente du groupe de la Gauche au Parlement européen. Durant son mandat, elle siège à la Commission des affaires économiques et monétaires, à la Commission des affaires juridiques et à la Commission du développement du Parlement européen.

Elle est à nouveau tête de liste pour les élections européennes de 2024.

Situation personnelle

Famille

Manon Aubry est née le à Fréjus (Var)[1]. Elle est la fille de Bruno Aubry, journaliste, auteur, enseignant et haut fonctionnaire de la communauté du pays d'Aix[2] et de Catherine Poggi-Aubry[3],[4],[5], journaliste et femme politique[6] d'origine corse. Son grand-père maternel, Modeste Poggi (1928-2018), est un militant de gauche à Bonifacio[7],[8]

Engagée au Parti de gauche depuis 2015, sa mère représente La France insoumise aux élections législatives de 2017 dans la cinquième circonscription du Var et figure en 59e position sur la liste LFI menée par sa fille aux élections européennes de 2019[9].

Études et débuts militants

Elle étudie au lycée Saint-Exupéry de Saint-Raphaël (Var) en même temps que David Rachline, futur maire Front national de Fréjus, sa ville natale[3].

En 2005, elle milite pour le non au référendum sur le traité constitutionnel européen et s’oppose à la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école[10]. Elle participe en 2006 au mouvement contre le contrat première embauche (CPE), organise la contestation et le blocage de son lycée à Saint-Raphaël[11] et est élue en tant que lycéenne au Conseil supérieur de l'éducation[12].

Elle est diplômée en affaires internationales et droits de l’homme de Sciences Po Paris. Au cours de ses études, elle est visiting student à l'université Columbia. À Sciences Po, elle préside en 2009 la section locale de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF)[13], où milite également le futur Premier ministre Gabriel Attal[14], et assure la fonction de vice-présidente étudiante au conseil de direction de l'école[15].

Elle affirme avoir « voté Hollande » au second tour de l'élection présidentielle de 2012 « comme beaucoup de gens de gauche dans notre pays, parce qu'on en avait marre de la droite et qu'on ne voulait plus de Nicolas Sarkozy notamment »[16].

Pratique sportive

Durant le lycée, elle pratique la natation en compétition[17],[18]. Puis, elle joue au water-polo à l'Association Montmartre natation sauvetage et son équipe remporte en 2019 le championnat régional[11].

Parcours professionnel

Une fois diplômée, elle travaille dans le secteur humanitaire à Médecins du monde au Liberia puis pendant près de deux ans en République démocratique du Congo, où elle intervient pour l’ONG The Carter Center travaillant notamment sur la violation des droits humains par les entreprises minières[19].

En 2014[18], Manon Aubry devient membre de l'association Oxfam France où elle est responsable du plaidoyer « justice fiscale et inégalités »[20],[21] jusqu'en [22]. Elle écrit plusieurs rapports sur l'évasion fiscale, les inégalités et le partage des richesses au sein des grandes entreprises[18].

Elle est enseignante à Sciences Po Paris en droits de l’homme[23] depuis 2014. Elle fait partie de l'équipe pédagogique de la clinique du droit Human Rights, Economic Development and Globalization de Sciences Po de 2017 à 2023[24][source secondaire souhaitée].

Parcours politique

Tête de liste LFI aux européennes de 2019

Le , Manon Aubry est désignée par le comité électoral de La France insoumise (LFI) comme tête de liste du mouvement aux élections européennes de 2019[25]. À cette occasion, elle rejoint LFI[26].

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Manon Aubry en conférence de presse au Parlement européen en décembre 2020.

Députée européenne

Le , elle est élue au Parlement européen. Sa liste recueille 6,3 % des suffrages exprimés[27] et obtient ainsi six des 74 sièges français. Elle arrive en cinquième position, derrière le Rassemblement national (23,3 %), la coalition La République en marche-MoDem-Agir (22,4 %), Europe Écologie Les Verts (13,5 %) et Les Républicains (8,5 %)[28].

Elle préside à partir du , avec l'Allemand Martin Schirdewan, le groupe confédéral GUE/NGL au Parlement européen, devenu « Groupe de la gauche » en 2020. Elle devient la plus jeune présidente de groupe de l'histoire du Parlement européen[29],[30]. Elle est la seule Française à siéger au sein de la conférence des présidents du Parlement européen[31]. Elle coordonne également le groupe de la Gauche dans la commission des affaires juridiques, et siège dans la commission du développement, la commission des affaires économiques et monétaires[30], et dans la sous-commission à l'évasion fiscale créée pendant la mandature[32].

Elle est vice-présidente de l’intergroupe Green New Deal et de celui sur l’économie sociale et solidaire au Parlement européen[33].

En , elle dénonce l'opacité de la procédure de contrôle des conflits d'intérêts des candidats aux postes de commissaires européens[34]. Elle défend par la suite la création d’une autorité éthique indépendante chargée du contrôle des conflits d’intérêt[35] et la proposition est inscrite dans la lettre de mission de la commissaire aux valeurs et à la transparence en [36].

En , elle initie un périple à vélo, intitulé « 1 000 bornes dans une Europe en berne », dans l’objectif d’aller à la rencontre des citoyens engagés, pour combler la déconnexion entre les institutions européennes et la réalité[37]. La première série d’étapes se déroule dans le sud de la France entre Marseille et Nice à la rencontre de militants politiques, syndicalistes, associatifs et activistes, d’associations paysannes ou de secteurs mobilisés sur les questions environnementales[37]. Elle se voit refuser l’accès pour inspection des locaux de la Police aux frontières de Menton où se trouvaient détenus des dizaines de migrants[38].

Le , elle reçoit un blâme de la part de David Sassoli, président du Parlement européen, pour avoir, dans une vidéo diffusée sur son compte Twitter, incité les membres d'Extinction Rebellion à occuper le Parlement européen[39]. Elle défend à cette occasion les actions de désobéissance civile comme indispensables pour pousser les élus à agir face à l’urgence climatique[40].

Le , elle est verbalisée à Calais aux côtés d’autres députés nationaux (Mathilde Panot, Ugo Bernalicis) lors d’une distribution alimentaire qui dénonçait un arrêté préfectoral interdisant les actions de solidarité auprès des migrants. Elle reçoit une amende de 132 pour cette infraction et dépose un recours en justice aux côtés des autres élus présents pour dénoncer l’introduction de ce « délit de solidarité »[41].

En , durant un débat télévisé avec Florence Portelli durant lequel elle s'emporte contre le racisme pratiqué aujourd'hui contre les personnes de couleur, elle crée la polémique en affirmant que traiter une personne d'origine italienne de « sale macaroni » ne relèverait pas du racisme, après avoir nié l'existence de tout racisme antiblanc puis avoir entendu son interlocutrice évoquer en retour l'hostilité xénophobe entre Blancs sur la base de sa propre expérience familiale en France. Elle revient ensuite sur ses propos dans la nuit même[42].

Elle prend position au Parlement européen contre l’évasion fiscale des multinationales et le rôle joué par les paradis fiscaux européens en particulier[43]. Le , pour le départ de Jean-Claude Juncker à la tête de la commission européenne, elle lui offre un cadeau symbolique rempli de faux billets de 500 pour symboliser son rôle joué dans le scandale d’évasion fiscale des Luxembourg Leaks et fustiger un mandat axé sur les grandes entreprises et émaillé de scandales d’évasion fiscale[44]. À l’occasion des négociations sur la directive européenne sur la transparence fiscale, elle est l'une des nombreuses personnalités politiques à réagir au communiqué du CCFD-Terre Solidaire, d'Oxfam France et de Transparency International France affirmant que le document précisant la position française a été « rédigé en partie par le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) »[45].

Crédit image:
licence CC BY 2.0 🛈
L’eurodeputée en 2020.

Le , à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, elle arbore la tenue de Rosie la riveteuse, image de la pop culture américaine utilisée par les militantes féministes[45]. Le , à l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, elle déroule dans l'hémicycle une banderole recensant les victimes de féminicides en France au cours de l’année 2020 et prononce les noms de ces 132 femmes[46].

Elle est à l’initiative d’une proposition de directive européenne sur le devoir de vigilance européen dans l’objectif de rendre juridiquement responsables les multinationales qui commettent des violations des droits humains ou détruisent l’environnement dans leurs chaînes d'approvisionnement[47].

En , elle réclame davantage de transparence lorsque des contrats relatifs aux vaccins lors de la pandémie de Covid-19 sont rendus publiques aux députés européens[48]. Le , Manon Aubry et le groupe de la Gauche obtiennent le vote au Parlement européen d’un amendement en faveur de la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid[49].

En , elle interpelle le Premier ministre du Luxembourg au Parlement européen qu’elle accuse d’être à la tête d’« un paradis fiscal qui organise au cœur de l’Europe un vol en bande organisée »[50].

Le , elle s'entretient avec la journaliste Rachel Garrat-Valcarcel au Hang'art (café-restaurant du 19e arrondissement de Paris) et lui annonce qu'elle sera de nouveau la tête de liste de La France insoumise aux élections européennes. L'entretien est publié le lendemain dans 20 Minutes[51].

En , Valérie Hayer, tête de liste de la majorité présidentielle, annonce porter plainte pour diffamation contre Manon Aubry à la suite de la publication d'un tweet où cette dernière accuse Valérie Hayer, ainsi que d'autres eurodéputés, d’être « payés par des entreprises, des lobbys ou des États étrangers » en plus de leur « indemnité d’élu ». Selon Manon Aubry, les sommes concernant Valérie Hayer pourraient aller « entre 12 000 à 60 000 euros ». L'élue mayennaise se défend en précisant que les seuls revenus supplémentaires qu'elle a touchés durant son mandat sont ceux liés à son mandat de conseillère départementale jusqu'en [52],[53],[54].

Le , la liste qu'elle conduit aux élections européennes arrive en quatrième position du scrutin en France, avec 2,4 millions de voix et 9,89 % des suffrages exprimés[55]. Elle améliore ainsi son score de plus d'un million de voix par rapport à 2019 et arrive en tête des urnes dans trois départements : la Seine-Saint-Denis (37,13 %), le Val-de-Marne (21,19 %) et la Martinique (18,6 %)[56],[57].

Prises de position

Invasion de l'Ukraine par la Russie

En 2024, elle défend une issue diplomatique à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, appelant à négocier la paix ainsi que des référendums d'autodétermination en Crimée et dans le Donbass[58].

Résultats électoraux

Élections européennes

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Parti Circonscription Voix % Rang Sièges Groupe
2019 LFI France 1 428 548 6,31 5e
6  /  79
GUE/NGL
2024 2 448 703 9,89 4e
9  /  81

Publications

Filmographie

  • Elle fait une brève apparition dans la série télévisée franco-germano-belge (saison 3) Parlement (2023), où elle interprète son propre rôle de députée européenne.
  • Le compromis - Dans les coulisses du pouvoir, film documentaire de Fanny Tondre (2024). Le film suit le combat de trois eurodéputées, dont Manon Aubry, pour faire adopter par le Parlement européen une loi sur le devoir de vigilance des entreprises[59].

Notes et références

  1. Josian Bonnouvrier, « Tout savoir sur Manon Aubry, tête de liste LFI aux élections européennes », CNews, (consulté le ).
  2. « Bruno Aubry », sur Babelio (consulté le )
  3. a et b Robin Verner, « Européennes: Manon Aubry, la nouvelle figure insoumise », BFM TV, (consulté le ).
  4. Mathilde Cousin, « Européennes : quatre parents ou proches de Mélenchon et Aubry figurent bien sur la liste de LFI, et le site du parti n’indique pas ces liens », 20 Minutes, (consulté le )
  5. « Élections européennes, LA FRANCE INSOUMISE, liste des candidats », sur Politologue.com (consulté le )
  6. Prisma Média, « Manon Aubry : qui est la mère de la candidate insoumise aux européennes ? - Gala », sur Gala.fr, (consulté le )
  7. J.-M.R., « Une jeune Bonifacienne tête de liste de La France Insoumise », Corse-Matin, (consulté le )
  8. Rémy Dodet, « Manon Aubry, la carte jeune de Mélenchon », L'Obs, (consulté le )
  9. « Européennes : la mère de Manon Aubry, tête de liste LFI, figure-t-elle aussi sur la liste? », Libération, (consulté le )
  10. Cazenave 2018.
  11. a et b Laïreche 2018.
  12. « Bulletin officiel n°17 du 26 avril 2007 », sur education.gouv.fr (consulté le )
  13. Louise, « Élections syndicales 2009 : L’UNEF », sur lapeniche.net,
  14. « Manon Aubry et Gabriel Attal ont-ils milité ensemble à Sciences-Po ? », Checknews, sur Libération, (consulté le )
  15. https://www.sciencespo.fr/sites/default/files/pv/1890_1_9-02-09.pdf.
  16. « La grande interview : Manon Aubry », CNews, (consulté le )
  17. « Les performances pour : Aubry Manon (1989) », sur ffn.extranat.fr, Fédération française de natation.
  18. a b et c Robin Prudent, « Militante à l'Unef, porte-parole d’Oxfam… Sept choses à savoir sur Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise aux européennes », sur francetvinfo.fr, 20 mai 2019 (consulté le 22 mai 2019).
  19. « Manon Aubry Responsable de plaidoyer justice fiscale & inégalités à Oxfam », sur ideas4development.org, ID4D
  20. « Biographie de Manon Aubry », sur France Culture.
  21. « Vers un monde de plus en plus inégal ? », sur iris-france.org, (consulté le )
  22. « Communiqué Oxfam France », sur Oxfam France,
  23. « Manon Aubry : podcasts et actualités », Personnes, sur Radio France (consulté le )
  24. « La clinique : Human rights, economic development and globalization (HEDG) », sur sciencespo.fr (consulté le )
  25. Anne-Charlotte Dusseaulx, « Européennes : Manon Aubry, porte-parole d'Oxfam France, sera tête de liste de La France insoumise », Le Journal du dimanche, (consulté le )
  26. Marianne Lecach, « Manon Aubry, l’insoumise qui veut changer l’Europe », sur Valeurs actuelles (consulté le )
  27. Résultats des élections européennes 2019 Ministère de l’Intérieur, 27 mai 2019
  28. « Résultats nationaux France | Résultats des élections 2019 | Résultats des élections européennes 2019 | Parlement européen », sur resultats-elections.eu (consulté le )
  29. « Qui est vraiment Manon Aubry, "l'activiste" du parlement européen ? », Challenges (consulté le )
  30. a et b « À 29 ans, Manon Aubry devient la plus jeune présidente d'un groupe parlementaire », L'Express, (consulté le )
  31. Jean Comte, « Au sein des institutions européennes, l’influence en progression, mais encore inégale, de la France », sur Contexte, (consulté le )
  32. « Membres | Accueil | FISC | Commissions | Parlement européen », sur europarl.europa.eu (consulté le )
  33. « Intergroupes », sur Intergroupes (consulté le )
  34. « Thierry Breton candidat à la Commission européenne : "Emmanuel Macron joue avec le feu", dénonce Manon Aubry », sur Europe 1 (consulté le )
  35. « Manon Aubry veut mieux contrôler les activités de lobbying au Parlement », sur 20 Minutes, (consulté le )
  36. Ursula von der Leyen, « Mission letter for Věra Jourová, Vice-President for Values and Transparency », sur Commission Européenne, (consulté le )
  37. a et b « La Varoise Manon Aubry (LFI) va parcourir « 1 000 bornes » à vélo à la rencontre des citoyens européens », Var-Matin, (consulté le )
  38. « Migrants : Manon Aubry interdite d'accès au centre d'accueil de la Police aux frontières de Menton », sur France info, (consulté le )
  39. « Manon Aubry incite Extinction Rebellion à occuper le Parlement européen et reçoit un blâme », Huffingtonpost, (consulté le )
  40. « Manon Aubry (LFI) : "C'est le rôle d'une députée européenne d'être à l'écoute de la société civile" », sur France inter (consulté le )
  41. « Calais : trois députés LFI verbalisés pour avoir donné à manger à des migrants », sur RTL (consulté le )
  42. « "Sale macaroni" : l'élue "insoumise" Manon Aubry reconnaît qu'il s'agit d'une "insulte raciste" après avoir défendu le contraire », sur France Info, (consulté le )
  43. G20 Finances : taxer les multinationales à "15%, ce n'est pas suffisant si on veut enrayer l'évasion fiscale", estime l’eurodéputée LFI Manon Aubry , Franceinfo, 10 juillet 2021
  44. « Manon Aubry a offert un cadeau de départ à Jean-Claude Juncker », Huffingtonpost, (consulté le )
  45. a et b « Le Medef a-t-il écrit la position de la France sur la transparence fiscale? La gauche demande des comptes », Huffingtonpost, (consulté le )
  46. « Au Parlement Européen, Manon Aubry fait le décompte glaçant des victimes de féminicides en France », Huffingtonpost, (consulté le )
  47. Devoir de vigilance des entreprises : « Une vraie révolution juridique » selon Manon Aubry, L'Humanité, Jean-Jacques Régibier, 7 juin 2023.
  48. « VIDEO. Vaccins : "Il y a des mentions rayées" sur les contrats "parce qu'il y a des secrets industriels", assure Clément Beaune », sur France info, (consulté le )
  49. Vaccins contre le Covid-19 : le Parlement européen en faveur d’une levée des brevets, Le Monde, 10 juin 2021
  50. Manuel Santos, « Xavier Bettel et l’évasion fiscale : la passe d’armes qui passe mal » [html], sur Le Quotidien indépendant Luxembourgeois, (consulté le )
  51. Rachel Garrat-Valcarcel, « Européennes 2024 : « Je lance un appel aux orphelins de la Nupes »… L’insoumise Manon Aubry officialise sa candidature », 20 Minutes, (consulté le )
  52. Ouest-France, « Européennes 2024 : Valérie Hayer va porter plainte contre Manon Aubry pour diffamation », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  53. « Valérie Hayer va porter plainte contre Manon Aubry pour un visuel sur les candidats aux européennes », sur Le HuffPost, (consulté le )
  54. « Européennes: Valérie Hayer va porter plainte contre Manon Aubry pour diffamation », sur BFMTV (consulté le )
  55. Fanny Rocher, « Résultats élections européennes: le RN arrive en tête avec 31,7%, Renaissance deuxième avec 14,9% », BFM TV, (consulté le )
  56. Antoine Oberdorff, « Affranchi de LFI, François Ruffin à découvert sur le front de la Somme », L'Opinion, (consulté le )
  57. « Résultats des élections européennes 2024 : ces cinq départements où le RN n’est pas arrivé en tête », sur Le HuffPost, (consulté le )
  58. « Ukraine : Manon Aubry lassée d'une "soi-disant ambiguïté" de LFI à l'égard de Vladimir Poutine », sur France info, (consulté le )
  59. « Le compromis - Dans les coulisses du pouvoir », sur Arte France (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes