Guerre d'indépendance des États-Unis

Guerre d'indépendance des États-Unis
Description de cette image, également commentée ci-après
Depuis le coin supérieur gauche dans le sens des aiguilles d'une montre :
bataille de Bunker Hill ; la mort de Richard Montgomery lors de la bataille de Québec ; bataille de Cowpens ; Bataille du cap Saint-Vincent.
Informations générales
Date - (cessez-le-feu)[a]
(7 ans, 11 mois et 23 jours)
Traité de paix : 3 septembre 1783
Ratification : 12 mai 1784
Lieu Est de l’Amérique du Nord, Îles Baléares, Mer des Caraïbes, Océan Atlantique, Mer Méditerranée.
Issue

Indépendance des États-Unis

Belligérants
Drapeau des États-Unis Treize colonies
(avant 1776),
Drapeau des États-Unis États-Unis
(après 1776)
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Flag of the Vermont Republic.svg République du Vermont
Flag of the Iroquois Confederacy.svg Iroquois Onneiouts
Iroquois Tuscarora
Catawba
Lenapes
Flag of Mysore.svg Royaume de Mysore
Drapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Flag of Hesse.svg Landgraviat de Hesse-Cassel
Flagge Herzogtum Braunschweig.svg Brunswick-Lunebourg
Flag of Waldeck before 1830.svg Principauté de Waldeck-Pyrmont
Red Ensign of Great Britain (1707-1800).svg Province de Québec
Iroquois Cayugas
Iroquois Mohawks
Iroquois Onondagas
Iroquois Tsonnontouans
Cherokees
Commandants
US flag 13 stars – Betsy Ross.svg
George Washington
Horatio Gates
Nathanael Greene
Friedrich Wilhelm von Steuben
Gilbert de La Fayette[b]

Royal Standard of the King of France.svg
Vimeur de Rochambeau
François de Grasse
Pierre André de Suffren
Charles Henri d'Estaing

Bandera de España 1760-1785.svg
Bernardo de Gálvez
Luis de Córdova y Córdova
Flag of Great Britain (1707-1800).svg
William Howe
Thomas Gage
Henry Clinton
Charles Cornwallis
Guy Carleton
John Burgoyne
Francis Rawdon-Hastings
George Brydges Rodney
Richard Howe
Samuel Hood
Joseph Brant

Flag of Hesse.svg
Wilhelm von Knyphausen
Flagge Herzogtum Braunschweig.svg
Friedrich Adolf Riedesel
Forces en présence
Armée continentale
20 000 hommes
Miliciens et volontaires
23 000 hommes
Armée française
35 000 hommes
Armée espagnole
8 000 hommes
Canadiens
1 000 hommes
Armée britannique
50 000 soldats
Loyalistes
50 000 hommes
Allemands
30 000 soldats
Amérindiens
5 000 guerriers
Canadiens
3 000 hommes
Pertes
US flag 13 stars – Betsy Ross.svg
70 000 morts[2]
Flag of Great Britain (1707-1800).svg
31 000 morts[2]

Guerre d'indépendance des États-Unis

Batailles

Guerre d'indépendance des États-Unis

La guerre d'indépendance des États-Unis opposa les Treize colonies d'Amérique du Nord au royaume de Grande-Bretagne, de 1775 à 1783 et fut l'un des processus de la révolution américaine qui permit aux États-Unis d'accéder à l'autonomie et de construire des institutions républicaines.

La guerre entraîna à partir de 1777 d'autres puissances européennes, dont la France par l'intermédiaire de La Fayette et influença aussi l'histoire du Canada, alors en majorité francophone (environ 90 000 francophones où se réfugièrent 50 000 loyalistes à la couronne britannique tandis que 20 000 autres optèrent pour les colonies des Caraïbes.

La France a fourni des soldats, du matériel, des dons et des prêts aux insurgés. Elle s'engagea ensuite officiellement en 1778. L'aide française navale et terrestre et le soutien de ses alliés contribuèrent à la victoire américaine, notamment à la bataille de Yorktown.

Le traité de Paris de 1783 reconnaît l'indépendance des États-Unis d'Amérique, qui avait été déclarée le par le Congrès continental[3].

Origines de la rupture avec la métropole

Les treize colonies qui entrèrent en rébellion avec leur métropole

Lois controversées

La guerre de Sept Ans (1756-1763), connue pour ses combats en Amérique du Nord sous le nom de French and Indian War, opposa la Grande-Bretagne à la France et à l'Espagne. Ce conflit vida les caisses de la Couronne britannique. Londres décida alors de faire supporter une partie des frais de guerre aux colons américains[4]. Le Parlement britannique imposa de nouvelles taxes en votant une série de lois qui provoquèrent le mécontentement de ceux-ci (Sugar Act en 1764, Stamp Act en 1765, Townshend Acts en 1767, Tea Act en 1773). Ils refusèrent de payer parce qu'ils n'étaient pas représentés politiquement à la Chambre des communes à Londres, revendication résumée dans le slogan "no taxation without representation".

Avec la Proclamation royale de 1763, le gouvernement britannique empêcha également les colons des treize colonies d'étendre leurs territoires à l'ouest des monts Appalaches afin, entre autres, d'éviter les conflits avec les Amérindiens[5].

Contentieux économique et social

Les colons américains, en particulier les marchands des ports de la Nouvelle-Angleterre, reprochaient à la Grande-Bretagne sa politique commerciale : le trafic de certaines marchandises comme le thé était réservé aux navires britanniques, en vertu du monopole en vigueur. D'autre part, dans le but d'atrophier l'économie américaine, les Britanniques en vinrent à interdire à leurs colonies de vendre leurs produits à un autre pays que la Grande-Bretagne, car l'on estimait que si les colons avaient le droit de vendre leurs produits comme bon leur semblait et à qui bon leur semblait, les treize colonies américaines regorgeraient d'argent, argent qui ne profiterait pas à la couronne.

Rapport de force avant 1778

Hessois durant la guerre d'indépendance des États-Unis.

Planteurs et puritains d'un côté, Ecossais, noirs et Amérindiens de l'autre

Certains historiens affirment que la révolution américaine fut une guerre civile entre loyalistes et patriotes[réf. nécessaire].

Dès la proclamation d'indépendance du , chacun dût choisir. Les favorables à l'indépendance furent appelés « Americans », « Patriotes », "insurgents" ou encore « Congressistes ». Les autres furent appelées « Loyalistes » ou les « hommes du roi »[c].

Le Congrès disposait de 40 à 45 % d'opinions favorables dans la population. Les loyalistes, représentant 15 à 20 % de la population[6], étaient partisans du roi George III durant la guerre. Quelques-uns (particulièrement dans les Carolines) changèrent de camp.

Les descendants des Puritains de Nouvelle Angleterre, les planteurs de la côte dans le Sud, et les "Scots-Irish" d'Ulster de l'arrière-pays ont soutenu les patriotes. La très grande majorité des esclaves noirs libérés et des Amérindiens étaient de l'autre côté, de même que les immigrants récents d'Angleterre et les Écossais des "Highlands", implantés dans le piémont des Appalaches, qui ont soutenu les loyalistes.

Les Quakers de Pennsylvanie, généralement pacifistes, ne voulaient pas combattre.

Forces américaines contre forces britanniques

Au départ, les insurgés n'avaient qu'une petite armée de 5 000 hommes[7] et l'essentiel des forces reposait sur des milices : en 1775, le général Gage disposait d'une armée d'environ trois mille cinq cents hommes dans le Massachusetts[8], alors que l'armée britannique pouvait aligner au plus quarante-neuf mille hommes, en dehors des milices[9].

Tout le monde n'étant pas favorable à la guerre, créer une armée était difficile. Dans un premier temps, cette armée ne consista qu'en des milices des États américains ; mais ces dernières, composées de vétérans de la French and Indian War aussi bien que de fermiers et autres volontaires, s'entraînaient une à deux fois par semaine sous le commandement d'ex-officiers de l'armée britannique. Le refus du Congrès de l'aider frustrait George Washington. Ses hommes avaient désespérément besoin de tentes, de chaussures, de nourriture, de fusils et de munitions.

Former une véritable armée était le premier objectif de George Washington. Les Britanniques pensaient que les forces américaines n'étaient que des rebelles désorganisés. Une victoire décisive et les Américains se rendraient. Au contraire, le seul but de George Washington était de survivre, de remporter quelques petites victoires et d'éviter une lourde défaite.

Le congrès continental nomma George Washington commandant en chef de l'armée continentale (qui deviendra après guerre l'United States Army). Washington avait été, de longues années durant, officier de la milice de Virginie, opérant notamment lors de la Guerre de Sept Ans, contre les Français du Canada. Il avait été impliqué dans « l'incident » (selon les Anglais et Américains) de Fort Necessity, que la Cour de France a considéré comme une traîtrise majeure. Ce qui expliquera, vingt ans plus tard, le peu d'empressement initial de Versailles pour aider les Insurgents.[réf. nécessaire] Bien que plus de 250 000 hommes[10] servissent du côté américain, l'armée ne dépassa jamais quatre-vingt-dix mille hommes, et Washington n'en commanda directement pas plus de 17 000[d]. De plus, cette armée américaine était moins bien organisée que l'armée britannique : moins disciplinée, elle subit de nombreuses désertions et la solde restait aléatoire[11].

camembert
Sort des soldats allemands à l'issue de la guerre d'Indépendance :
- bleu : morts d'accidents ou de maladie : 6 354
- vert : établis sur place (Canada et États-Unis) : 4 972
- orange : tués au combat : 1 200
- rouge : revenus en Europe : 17 313

L'armée britannique disposait en Amérique du Nord d'environ cinquante mille soldats, auxquels s'ajoutaient trente mille mercenaires allemands loués par leurs souverains[7] (les Hessiens) et des colons américains loyalistes.

Les dizaines de milliers d'esclaves noirs libérés par les Anglais

La guerre d'indépendance des États-Unis a été considérée par des historiens américains comme « l’occasion du plus grand soulèvement d’esclaves de notre histoire »[12],[13]. Si la majorité des esclaves noirs travaillant dans les 13 colonies ne furent pas affranchis[14], plusieurs dizaines de milliers se sont enfuis ou ont été libérés par les Anglais[15],[16],[17] dans les deux Caroline, mais aussi en Virginie, en Georgie ou encore dans le Maryland, en échange de leur enrôlement dans les combats[13]. Parmi eux, 20 appartenaient au futur président américain Thomas Jefferson, planteur en Virginie[13].

Au total, « on estime qu’environ 100 000 personnes tenues en esclavage ont ainsi trouvé asile à l’arrière des lignes britanniques »[17]. Parmi ce nombre, ceux qui ont réussi à s'enfuir définitivement furent plus nombreux que les volontaires pour combattre dans l'un ou l'autre camp[13]. Environ un tiers des 15000 esclaves de la Géorgie et plus de 20000 de la Caroline du Sud se sont enfuis pendant la Guerre[13], en grande partie vers la Floride espagnole[13], comme les 8500 sont partis avec les Britanniques lors des évacuations de Savannah et Charleston[13]. D'autres sont partis vers les bois et les montagnes de l'arrière-pays[13], où ils ont constitués des gangs hors-la-loi[13] difficiles à traquer[13]. Beaucoup sont morts de malnutrition[13] et quelques uns furent capturés par des officiers et revendus[13]. En 1786, deux ans après la guerre[13], pas moins de 100 esclaves en fuite vivaient dans une communauté sur une île de la rivière Savannah[13]. Selon Jill Lepore, historienne à Harvard, c'est ce qui « a fait pencher la balance en faveur de l’indépendance américaine »[16] en faisant basculer les riches propriétaires d'esclaves contre l'Angleterre[16].

Les Anglais ont été les premiers à recruter des esclaves comme combattants dès les premiers jours de la guerre. Dès le 19 avril 1775, quand les premiers combats éclatèrent à Lexington et à Concord, plus au sud, le gouverneur de Virginie Lord Dunmore, menaça d’armer des esclaves pour contrer l'insubordination croissante des Blancs dans sa colonie[16] et dans les mois qui suivirent il en recruta des centaines. En mai, des rumeurs circulent à Charleston à ce sujet et la milice de la Caroline du Sud est « appelée principalement pour se prémunir contre toute tentative hostile » des Anglais en la matière. À peu près au même moment, des fugitifs se rassemblent sur l’île Sullivan, dans le port de Charleston, protégé par la flotte britannique, après qu'une attaque américaine contre l’île ait « tué plusieurs d'entre eux », les « premières victimes de la guerre d’Indépendance dans le Sud ». En mars 1776, lorsque la Caroline du Sud s'est déclarée indépendante de la Grande-Bretagne trois mois avant les 13 colonies dans leur globalité, elle citera comme motif le fait que les Britanniques avaient « excité les insurrections domestiques » et « les ont armés contre leurs maîtres ».

La politique Lord Dunmore contribua à la guerre car « les rumeurs autour de son plan alarmèrent les propriétaires Blancs »[16] et « de toutes les préoccupations, la plus grave était la menace potentielle contre esclavage », l'obligeant « dans un premier temps »[16] à renoncer officiellement à cette idée. Mais dès novembre 1775, il y revient, avec prétexte de sanctionner des indépendantistes qui avaient capturé quelques marins anglais[16], par le biais d'un appel officiel, qui promit l'affranchissement à tous les esclaves s'enrôlant dans l'armée britannique : c'est "la Dunmore's Proclamation"[15], effectuée dans le village de Kemp’s Landing[16].

Cette proclamation « suscite immédiatement un large mouvement de défection » des esclaves « des fermes et plantations »[15],[18]. Pour les militaires anglais, qui l'avaient nourri en réquisitonnant les stocks alimentaires dans les plantations[16], il « dépassa leurs espérances »[15]. La Virginia Gazette annonce que Norfolk (Virginie) est « pleine d’esclaves, prêts à s’insurger sous les ordres de leur chef »[16]. Dunmore créé pour eux le « régiment éthiopien »[18] qui dès la Bataille de Great Bridge du 9 décembre 1775, constitue près de la moitié des militaires britanniques[16].

Il confie d'abord en 1775 à beaucoup d'autres des rôles de soutien: construction de tranchées et ouvrages mécaniques, fabrication de chaussures, forge et menuiserie[17], et aux femmes, des missions d'infirmières, cuisinières et couturières [17], car le camp d'en face conteste ces recrutements sur le plan juridique[18]. Mais après la déclaration de la guerre, le besoin de combattants supplémentaires l'amène à armer des esclaves noirs avec des fusils[17]. « Des dizaines de milliers de noirs cherchèrent à rejoindre »[19] ce régiment éthiopien, et si « peu d'entre eux y parvinrent réellement » lors de sa création, leurs défections « sabotèrent » l'économie de plantation. La déclaration de Lord Dunmore s'est en effet répandu comme une « trainée de poudre » chez les esclaves[18] et a aussi semé la « fureur »[18] et « la panique en Caroline du Nord et du Sud car tous les gouverneurs royaux font savoir qu'ils vont s'inspirer de cette stratégie »[15], avec pour conséquence involontaire de « précipiter l'adhésion des élites locales à la cause » indépendantiste[15].

Ce que les historiens appellent «l'insurrection de Dunmore »[15], a provoqué chez les esclaves « un départ massif des plantations »[15]. Au même moment, les opérations militaires anglaises « se déportent au Sud » : chassé des terres par les propriétaires d'esclaves, Lord Dunmore « attaque les plantations depuis ses navires », ce en quoi « ses soldats et marins noirs lui sont fort utiles »[15]. Pendant la guerre, la part de la population noire a chuté de manière significative en Géorgie, passant de 45,2 % de la population à seulement 36,1 %[20] car 7 000 des 21 000 noirs de la colonie en ont profité pour s'échapper ou pour se faire affranchir.

Les planteurs de coton des îles se réfugient aux Bahamas, tandis que les Anglais s'emparent, à la pointe sud des 13 colonies, de la bourgade fortifiée de Savannah, qu'ils conserveront en 1779 face au Siège de Savannah, majoritairement mené par 3500 soldats français venus de Saint-Domingue. L'échec de ces derniers est largement causé par un dédale de fortifications érigé en quelques jours par des centaines d'ex-esclaves autour de Savannah, obligeant les Français à s'enliser dans la zone marécageuse qui les complétait, sous forme de défense naturelle. En 1779 aussi, quatre ans après "la Dunmore's Proclamation" de 1775, Sir Henry Clinton édicta la très officielle "Philipsburg Proclamation", son pendant pour la région de New York, où travaillaient beaucoup moins d'esclaves mais dans le port duquel se réunissent ceux qui ne peuvent plus revoir leurs anciens maîtres.

Une partie d'entre eux a pu être recensée: ceux qui ont accepté de donner leur nom, âge et la date de leur fuite et attesté qu'ils avaient combattu avant le 30 novembre 1782, ont reçu un "certificat de liberté" et furent inscrits dans un "Book of Negroes", ce qui a facilité, à l'issue de la guerre, leur évacuation dans plusieurs provinces du Canada, restées possession anglaise, en particulier la Nouvelle-Ecosse[17], le Nouveau-Brunswick[17] et la Colombie britannique car il leur était difficile de revenir de manière trop visible ou trop nombreuses dans les colonies de leurs anciens maîtres. Quelques années plus tard, une partie d'entre-eux tenteront d'éviter les rigoureux hivers de la Nouvelle-Ecosse, où ils se heurtèrent par ailleurs à des oppositions locales[17], en participant à la création du Sierra Leone.

Par ailleurs, plus de la moitié avait été auparavant emportés par les épidémies de variole qui frappèrent les armées britanniques pendant la guerre car ils étaient « les premières victimes du froid, de la faim et du manque d’hygiène »[16], avec 150 morts dans leurs rangs au cours du seul mois de mars 1776[16]

D'autres avaient fui et réussissent à se réinstaller aux Antilles [17] ou en Floride espagnole, qui sera elle aussi visée par une expédition des militaires français de Saint-Domingue. Des milliers d’esclaves ont aussi accompagné, sans en avoir le choix, leurs maitres loyalistes émigrant vers les Bahamas et la Jamaïque, détenues par la Couronne britannique[17], et qui revinrent pour beaucoup aux USA une fois finie la guerre, en particulier après la taxe à l'importation de coton de 1789.

D'anciens esclaves combattirent au contraire du côté américain : ils furent près de 5000 [21], recrutés par leurs maitres[15], et « quelques-uns gagnèrent leur liberté » , [22], mais cette pratique divisait les planteurs du sud, bon nombre d'entre eux refusant que les esclaves fussent armés, préférant qu'ils servent comme éclaireurs ou ouvriers, ou refusant tout simplement.

Dès mars 1779, le Congrès a autorisé un plan pour libérer et armer 3000 esclaves pour défendre la Géorgie et la Caroline du Sud[13], où John Laurens, fils de l’un des plus grands propriétaires d’esclaves[13], en fit la proposition, cependant « balayée » par l'opposition des propriétaires[13].

Le besoin de soldats a surmonté les réticences des planteurs[13] et James Madison exhorta la Virginie à s’enrôler et à libérer des esclaves[13]. Le Maryland, en 1780, réclama explicitement le recrutement d’esclaves[13]. Certains se firent passer pour libres ou de substituts à leurs maîtres[13], mais une grande partie sont morts pendant la guerre sans être armés, comme simple ouvriers[13].

Les 13000 Amérindiens qui ont soutenu l'Angleterre

Selon l'historienne Nancy Bercaw, la guerre dans l’arrière-pays de la Géorgie fut du début à la fin, une guerre indienne[23],[13]. Les Anglais avaient promis de ne pas franchir les Appalaches pour fidéliser les Indiens dans la guerre contre les Français, dès la Guerre de sept ans, dans les années 1750, promesse qui avait pris une importance accrûe avec la pression démograhique blanche au pied des Appalaches dans les deux décennies suivantes.

La "Proclamation du 7 octobre 1763"[24] créé en particulier un "Territoire indien à l'ouest des Appalaches"[24] et son texte effectue une promesse solennelle, respectée jusqu'à la Guerre d'Indépendance[24]: « Les nations ou tribus indiennes [...] ne devront être ni maltraitées ni dérangées dans nos territoires qui n'ayant été ni cédés à nous ni achetés par nous leur sont réservés comme terrains de chasse. » Et pour dissiper tout malentendu, la Proclamation précise : « Nous interdisons formellement à tous nos sujets bien-aimés sous peine de nous causer du déplaisir d'acheter, de coloniser ou de prendre les terres ainsi réservées sans avoir obtenu une autorisation spéciale. »[24].

Les historiens estiment que 13 000 guerriers des Amérindiens ont combattu au côté des Britanniques. Parmi eux, le groupe le plus important, la Confédération Iroquoise, en représentait 1 500[25].

La plupart des tribus d'Amérindiens[e] vivant à l'est du Mississippi ont été touchés par la guerre. La plupart se sont opposées aux États-Unis, car leurs propres terres étaient menacées par les accords d'expansion américaine[13].

Les Cherokees ont attaqué les bourgades indépendantistes de Caroline du Sud dès 1776[13], déclenchant des expéditions punitives, qui ont dévasté les territoires des Cherokees[13], ordonnées par les exhortations du planteur et avocat de Charleston, William Henry Drayton, principal représentant de la Caroline du Sud[13], à « brûler toutes les villes indiennes »[13] et à tuer ou asservir tous les Indiens, jusqu’à ce que leur « nation soit disparue »[13]. Les tribus Creeks et les Choctaws ont évité un sort identique[13]. Après qu'un groupe de « garçons de la liberté » d’Augusta ait goudronné et emplumé le très riche planteur loyaliste Thomas Brown[13], puis l'ait torturé sur ses pieds[13], ce dernier a fui en Floride, où il a créé les ""East Florida Rangers", groupe de loyalistes et d'Amérindiens, formés à se battre pour les Britanniques[13].

Mobilisation progressive dans les colonies

La plus impopulaire des taxes, celle de 1765 sur les timbres, qui pénalisait la diffusion de tous les journaux[13], devait servir à financer les troupes à la frontière indienne[13]. Son retrait immédiat en 1766 en raison des protestations[13], amène une mobilisation des journaux de toutes les colonies pour partager leurs informations et se connecter plus rapidement. Peu à peu, elles se sont toutes déclarées « assemblées indépendantes »[13], afin de recruter des officiers[13]. Dans le Sud, chacune força ensuite son gouverneur britannique à partir[13], par la violence[13]. Au cours de la même semaine d'avril 1775[13] a lieu la première bataille de Lexington et Concord tandis qu'en Virginie et Caroline du Sud des miliciens veulent récupérer les armes des entrepôts publics, saisis en Virginie par le gouverneur Dunmore[13].

Les colons du Sud sont ensuite les plus pressants pour une déclaration d’indépendance[13]. A l'été de 1776, une flotte britannique échoue à prendre Charleston, mais la situation militaire n'évolue pas[13]. En 1777-1778, l'armée continentale de George Washington subit des défaites humiliantes mais pas totales[13]. Lorsque la France intervint en 1778, les britanniques durent opter pour "une stratégie du Sud", prenant Savannah, puis Augusta[13]. Ils prennent Charleston en mai 1780 afin d'obtenir en Caroline du Nord une milice loyaliste[13], semblant l'emporter[13]. Mais la demande que les prisonniers de guerre prêtent allégeance au roi[13] et les exactions loyalistes firent que l’opinion se tourna vers l'autre camp[13].

Washington collabora avec la flotte française pour bloquer Yorktown, en Virginie, obtenant la reddition anglaise le 19 octobre 1781[13], mais le Traité de paix ne sera signé qu’en 1783[13].

Opérations dans les colonies du Nord (1775-1777)

Débuts heureux des indépendantistes

Bataille de Chelsea Creek (blocus de Boston) pendant la guerre d'indépendance des États-Unis, 1775.

Les débuts du conflit furent heureux pour les indépendantistes. Leurs milices battirent à Lexington () un détachement britannique. Le général Thomas Gage fut assiégé dans Boston. Le Congrès confia à Washington la tâche difficile d'organiser les bandes de miliciens et de les mettre en état de vaincre les troupes aguerries de la Grande-Bretagne.

Les indépendantistes américains firent une expédition dans les colonies du nord, la Province du Québec de l'époque, espérant convaincre les Canadiens français de se joindre à eux. Les Américains occupèrent Montréal ; mais leur chef Montgomery ayant été tué devant Québec, Carleton mit fin aux opérations terrestres de la campagne américaine au Canada en décembre 1775. Carleton après la bataille navale de Valcourt ne poursuivit pas Arnold et fut remplacé par le général John Burgoyne l'année suivante.

Des Canadiens avec les Américains

Cette incursion donna aux Américains le soutien de deux régiments de Canadiens, le Congress Own Regiment de Moses Hazen et de Clément Gosselin et le 1er Régiment canadien de James Livingston, un Écossais vivant au Canada depuis 1744. Selon Baby, Tachereau et Jenkins, des pro-britanniques, 747 Canadiens prirent les armes pour soutenir les Américains au tout début du conflit, soit deux ans avant l’arrivée de Lafayette en 1777. Les partisans pro-indépendantistes étaient disséminés dans toutes les paroisses du territoire de la province. Les régiments canadiens étaient avec James Livingston à la Porte Saint-Jean pour aider Arnold et Montgomery. À l'ouest, des habitants de Vincennes aidèrent à la prise de la ville par Clark. Le régiment de James Livingston participa à la bataille de Saratoga et protégea West Point de la traîtrise de Benedict Arnold en 1780 en tirant sur le vaisseau Vulture.

Les Américains reprirent Boston le , à la suite de la fortification de Dorchester Heights.

Puis George Washington dirigea son armée sur New York, où il avait prévu que se ferait la retraite britannique après la chute de Boston. Un des objectifs des Britanniques était de repousser les attaques des villes côtières pour que les renforts venus par la mer puissent arriver.

Le ministère britannique n'avait pas cru d'abord à une résistance si énergique[f]. Les colonies, mises au ban des nations par la métropole, prirent alors une mesure à laquelle presque personne n'avait songé au commencement de la lutte.

Congrès à Philadelphie, 1776

Après que la Virginie se fut dotée d'une déclaration des droits, en juin 1776, Thomas Jefferson fut chargé de préparer l'ébauche d'une déclaration d'indépendance.

Le document, qui représente l’un des textes fondamentaux du pays, fut approuvé le par le Congrès après remaniement[3]. La proclamation d'indépendance des treize colonies conduisit à une confédération où chaque État conserva sa liberté et sa souveraineté, et qui rompit irrévocablement avec la Grande-Bretagne.

Les volontaires américains, sans munitions, sans ressources, ne purent d'abord tenir tête aux régiments expérimentés qu'on envoyait contre eux. En , le général Howe prit New York et Rhode Island avec 20 000 tuniques rouges. Pendant plusieurs mois, Howe et Washington se battirent pour l'État de New York et finalement, Washington, obligé de battre en retraite par le New Jersey jusqu'au-delà du Delaware, eut la douleur de voir un grand nombre de ses soldats l'abandonner.

De là, il fit une tentative imprévue et d'une audace remarquable. À Noël 1776, l'armée continentale avait besoin d'une victoire. Il franchit le fleuve malgré la glace pendant la nuit du , surprit à Trenton un corps de mille Allemands commandés par Johann Rall, tua celui-ci et fit prisonniers ses soldats[g].

Ce succès, qui dégageait Philadelphie, releva le moral de la population. De nouveaux miliciens accoururent de la Pennsylvanie, et Washington, reprenant l'offensive, força Charles Cornwallis à se replier jusqu'à Brunswick.

L'armée de Washington eut une autre victoire lors de la bataille de Princeton le . Ces succès redonnèrent confiance aux insurgés et entraînèrent l'enrôlement de nouveaux volontaires dans l'armée continentale.

Un nouveau plan

Le Congrès, rassuré sur le sort de Philadelphie, était rentré dans cette ville le . L'arrivée de volontaires européens[h] apportait plutôt aux Américains un secours moral qu'une aide effective[i]. Ils étaient de beaucoup inférieurs en nombre à leurs adversaires mais l'habileté des chefs et l'opiniâtreté des soldats suppléèrent à cette infériorité numérique.

La tactique de la Grande-Bretagne était d'isoler la Nouvelle-Angleterre des autres régions en s'emparant de la vallée de l'Hudson. Le général Burgoyne était censé envoyer des troupes vers le sud depuis le Canada, en passant par le lac Champlain et en reprenant le fort Ticonderoga. Le colonel Saint Leger devait se détacher de l'armée de John Burgoyne avec ses troupes en suivant la rivière Mohawk afin de diviser les défenses américaines. Le général William Howe était censé rejoindre Burgoyne et Saint Leger à Albany en remontant le fleuve Hudson vers le nord[26]. Ce plan ne fut jamais concrétisé car le général William Howe préféra envahir la Pennsylvanie et capturer Philadelphie, et la diversion de Saint Leger échoua.

William Howe débarque dans le Maryland, 1777

Aquarelle représentant des soldats noirs du First Rhode Island Regiment (unité d'élite) et un officier français, peinte par le Français Jean-Baptiste Antoine de Verger (1762-1851), sous-lieutenant dans un régiment français engagé dans la guerre d'Indépendance, 1781-84.

Dès le mois de juin 1777, on apprit que sir William Howe, parti de New York, se dirigeait avec seize mille hommes sur les côtes de la Pennsylvanie. Il débarqua ses troupes dans le Maryland, et Washington s'avança au-devant de lui avec onze mille hommes.

Les Américains perdent la bataille de Brandywine

Les deux armées ne tardèrent pas à se rencontrer sur les bords de la rivière Brandywine (près de Philadelphie), et le 11 septembre elles se livrèrent un combat que les généraux américains perdirent. Howe battit Washington mais ne put le capturer lors de la bataille de Brandywine.

Le Congrès évacue Philadelphie

Sir William Howe entra à Philadelphie et le Congrès se transporta à Lancaster.

D'un autre côté, le général Horatio Gates avait succédé à Arthur Saint Clair dans le commandement des troupes qui avaient abandonné le siège de Fort Ticonderoga au début de la campagne. Il rejoignit les généraux Arnold et Morgan, qui avaient dû abandonner le Canada, et résolut de s'opposer à la marche hardie du général Burgoyne.

Les Britanniques battus en septembre et octobre 1777

Le général Burgoyne, qui avait remplacé Carleton, avait besoin de renforts. Il se rendit dans le Vermont pour voir ce qu'il y trouverait. Il attendit les Américains sur les hauteurs de Bemis Heights. Une bataille opiniâtre s'y livra le 19 septembre[j]. Les Britanniques furent battus, sans perdre toutefois leur position. L'armée y subit une défaite par les troupes de la Nouvelle-Angleterre à la bataille de Bennington le . Puis ses hommes, coupés de leur retraite, durent marcher vers Albany. En chemin ils rencontrèrent une force continentale le 7 octobre menée par Horatio Gates. Cette armée attendait sur la rive près de Saratoga.

Le général anglais John Burgoyne est obligé de capituler

Une succession de batailles conduisit à la reddition finale de Burgoyne. La victoire de Saratoga marqua un tournant dans la guerre d'Indépendance. Ce fut le plus beau succès des Américains depuis le commencement de la lutte : une artillerie nombreuse, des armes et dix mille prisonniers tombèrent en leur pouvoir.

Les ennemis européens de la Grande-Bretagne prirent conscience que la guerre pourrait finir en la faveur des continentaux[réf. nécessaire]. La France de Louis XVI, suivie de l'Espagne et des Provinces-Unies, s'engagea alors du côté des Américains.

Washington reprend l’offensive

Cependant George Washington reprenait l'offensive. Au moment où les Britanniques le croyaient en pleine retraite à la suite de sa défaite de Brandywine, il les rejoignit par une route détournée et les attaqua avec vigueur dans leurs lignes. Un brouillard mit le désordre dans ses corps d'armée et lui ravit une victoire qu'on eût pu penser certaine. Il fut forcé à la retraite après avoir infligé à l'ennemi des pertes bien supérieures aux siennes à la bataille de Germantown ().

Défense du fort Red Bank par le capitaine de Mauduit du Plessis

C'est à cette époque que le capitaine de Mauduit du Plessis, volontaire, défendit le fort Red Bank. Il était à la tête de quatre cents hommes et se battait contre le colonel Donop , à la tête d'un régiment hessois qui ne comptait pas moins de seize cents soldats. Ce dernier perdit la vie à cette occasion et son régiment fut en partie détruit. Les Américains durent pourtant abandonner la place, ainsi que le fort Mifflin.

Continuation et résumé des opérations

Fin 1777, le général anglais William Howe força Washington à quitter Philadelphie. Au cours de l'hiver 1777-1778, qui s'avéra le plus cruel de l'époque révolutionnaire, Washington et son armée campaient dans Valley Forge, dans le sud-est de la Pennsylvanie. Washington et ses hommes firent preuve d'une endurance surhumaine, mais le manque de vêtements appropriés, la malnutrition, la maladie, notamment la fièvre typhoïde, eurent raison du quart des soldats. S'ils restaient, c'était pour George Washington qu'ils adoraient et pour qui ils seraient et sont morts ; c'est ce que rapporte le colonel John Brocks.

Engagement des ennemis européens de la Grande-Bretagne (1777-1783)

Devant l'enlisement militaire, les insurgés américains cherchèrent des soutiens étrangers : ils firent appel aux Canadiens français. Ceux-ci, en raison de l'acte de Québec et du souvenir de la Conquête et des exactions britanniques ainsi que leur perception du fait que cette guerre était une querelle familiale entre Britanniques, refusèrent d'apporter leur aide et demeurèrent neutres dans cette guerre, car ils ne prirent pas plus les armes pour la Grande-Bretagne. La défaite britannique de Saratoga en 1777 encouragea la France à entrer en guerre contre la Grande-Bretagne. Dès le , la France passa une alliance et un traité d'amitié avec les insurgés américains et le théâtre de la guerre s'ouvrit avec le Combat de la Martinique (1779)[réf. nécessaire]. En 1779, l'Espagne rejoignit l'alliance conformément au pacte de famille entre les Bourbons sans pour autant reconnaître l'indépendance des Treize Colonies. Puis, en 1780, les Provinces Unies s'allièrent à la France et à l'Espagne.

L'engagement français

Bataille de Philadelphie : l'avancée des insurgés et des Français

La marche vers Valley Forge, passage glorifié de l'Histoire américaine et correspondant à cet épisode historique (1777-1778). Peinture de William B. T. Trego, effectuée en 1883.

Le général anglais Henry Clinton, menacé d'être encerclé dans Philadelphie par l'armée de Washington et par la flotte du comte d'Estaing, se replia sur New York, où il ne rentra toutefois qu'après avoir essuyé un échec à Monmouth ().

Diversion dans le Sud

Pour diviser les forces qui le poursuivaient, il envoya le colonel Campbell  en Géorgie, et la guerre s'étendit alors aux colonies du Sud.

C'est ensuite l'Espagne, puis les Provinces-Unies qui s'opposèrent à la puissance britannique, faisant basculer le rapport de force. En 1779, la France persuada l'Espagne et les Provinces Unies, deux autres ennemies de la Grande-Bretagne, à cause des colonies, d'aider les Américains. Le gouverneur de la Louisiane, le général de l'armée espagnole Bernardo de Gálvez prit les forteresses de Natchez et de Bâton-Rouge, le long du Mississippi. De là, il attaqua Mobile et Pensacola dans l'ouest de la Floride. Ces victoires empêchèrent les Britanniques d'attaquer depuis le sud-ouest. Les Britanniques durent se battre sur plusieurs fronts et furent contraints ainsi d'éparpiller leurs ressources militaires. L'aide européenne arriva au moment où les Américains en avaient désespérément besoin.

Exactions des Britanniques en Caroline et en Géorgie

Le général britannique Augustine Prévost vint rejoindre le général Archibald Campbell ce qui obligea le chef des milices américaines, Benjamin Lincoln de leur abandonner, avec la Géorgie, toute la Caroline du Sud. Les Britanniques faisaient dans ces états une guerre d'extermination qui soulevait contre eux les populations, aussi le général Lincoln put-il bientôt reprendre l'offensive et forcer l'ennemi à lever le siège de Charleston (mars 1779).

En même temps, sir H. Clinton envoyait des détachements sur les côtes de la Virginie et de la Nouvelle-Angleterre pour tout ravager. Ce général concentra ses troupes sur le bord de l'Hudson et vint attaquer les forts de Verplanck  et de Stoney-Point . Cette dernière place fut prise, puis reprise par Wayne. Le lieutenant-colonel de Fleury se précipita le premier dans les retranchements qu'il avait fait construire et saisit le drapeau britannique. Les Américains accordèrent la vie sauve à la garnison britannique, bien qu'elle eût commis d'horribles massacres. Washington dut pourtant abandonner ce poste après en avoir enlevé les munitions et en avoir détruit les défenses.

Savannah et Charleston

Les Britanniques pensaient que les sudistes étaient plus loyaux. Ainsi, en 1778, ils décidèrent de déplacer la guerre au Sud en l'attaquant. Les Britanniques savaient qu'ils n'avaient connu que des petits succès au Nord pendant trois ans et que la victoire serait difficile. Ils espéraient ainsi davantage de succès. Ils promirent de plus à beaucoup d'esclaves noirs la liberté s'ils rejoignaient l'armée. Environ 3000 de ces loyalistes noirs seront affranchis et installés en Nouvelle-Ecosse en 1783. Relativement bien acclimaté aux maladies tropicales de la Géorgie, ils sont utilisés aussi par les troupes de Lafayette venues de Saint-Domingue. D'autres furent vendus par des officiers britanniques comme esclaves en Inde[réf. nécessaire].

Échec des troupes alliées devant Savannah


Ils capturèrent alors la ville portuaire de Savannah, et de là, ils envahirent la plus grande partie de la Géorgie. En , une armée britannique sous les ordres du général Henry Clinton arriva de Caroline du Sud et encercla l'armée américaine à Charleston. Quand les 5 000 défenseurs se rendirent, les Américains perdirent pratiquement toute leur armée au Sud. Ce fut la plus grande défaite américaine de la guerre[réf. souhaitée].

La flotte française a contrôlé à partir de 1779 les eaux des Antilles et d'Estaing put se diriger vers les côtes de la Géorgie pour reconquérir cette province en soutenant le général Lincoln.

Le siège de Savannah (septembre 1779) puis une attaque infructueuse, furent entrepris par le comte d'Estaing, avec des esclaves affranchis, parfois passés par la France, comme André Rigaud et Alexandre Pétion, membres de la célèbre brigade des 1500 Chasseurs volontaires de Saint-Domingue, considérés en Haïti comme des héros de la Guerre d'indépendance des États-Unis car leur assaut a permis de réduire les pertes lors de la retraite.

Diversion de Clinton en Géorgie

La diversion tentée par Clinton en Géorgie avait complètement réussi par l'échec de d'Estaing devant Savannah. Ce général profita du moment où Washington était réduit à l'inaction par la misère de son armée pour faire quitter New York à une partie de ses troupes et pour s'emparer de Charleston, dans la Caroline du Sud, où il fit prisonniers 5 000 Américains (mai 1780). Il laissa ensuite dans cette province Lord Cornwallis, qui battit tous ceux que le Congrès chargea de le chasser.

Rochambeau

En juillet, le corps expéditionnaire aux ordres du vicomte de Rochambeau et fort de 6 000 hommes débarqua à Newport avec une escadre de dix vaisseaux aux ordres du chevalier de Ternay. C'est pendant que Washington s'était rapproché de New York pour mieux correspondre avec Rochambeau que le traître Benedict Arnold entama des négociations avec Clinton pour lui livrer West Point, dont Washington lui avait confié la garde[k].

Avant de commencer ses opérations, Rochambeau attendait des renforts que le comte de Guichen devait lui amener de France; mais celui-ci avait rencontré dans les Antilles l'amiral Rodney, qui obligea le convoi français à se réfugier en Guadeloupe. Washington ne put qu'envoyer quelques renforts, avec La Fayette, aux patriotes du Sud, et se résigna à remettre à la campagne prochaine l'expédition décisive qu'il concertait avec Rochambeau. De son côté, Cornwallis recevait des troupes qui portaient son armée à 12 000 hommes. La situation des Britanniques paraissait donc aussi prospère que par le passé.

Même les batailles dans le sud pouvaient être utiles aux Américains. Par exemple, la bataille de King's Mountain, à la frontière entre la Caroline du Sud et la Caroline du Nord, en octobre 1780. Le gros des forces britanniques et des 1 000 miliciens furent tués. Les survivants furent presque tous fusillés ou pendus.

Coalition contre la Grande-Bretagne

Une vaste coalition se formait pourtant contre le despotisme maritime de la Grande-Bretagne. Cette nation s'arrogeait le droit de visite sur les bâtiments neutres, sous prétexte qu'ils pouvaient porter des secours et des munitions à ses adversaires. Catherine II de Russie, la première, proclama, en août 1780, la franchise des pavillons, à la condition qu'ils ne couvriraient pas de contrebande de guerre.

Déclaration de guerre aux Provinces-Unies

Pour soutenir ce principe, appelé droit des neutres, elle proposa un plan de neutralité armée qui fut successivement adopté par la Suède et le Danemark, la Prusse, le Portugal, les Deux-Siciles et les Provinces-Unies. Cette dernière nation, en donnant asile à des corsaires américains, avait excité au plus haut degré la fureur des Britanniques. Ils lui déclarèrent la guerre. C'est alors que l'amiral Rodney leur enleva Saint-Eustache. Les Espagnols prirent de leur côté Pensacola, en Floride, tandis que de Grasse ravageait les Antilles britanniques et que Bouillé reprenait Saint-Eustache.

Expéditions décisives

Opérations simultanées de Washington et de Rochambeau

Ces victoires permirent à Washington et à Rochambeau d'exécuter enfin une expédition qui fut aussi décisive qu'habilement menée. Pendant l'hiver, l'armée américaine, privée des choses les plus nécessaires, avait supporté les plus rudes épreuves. Quelques régiments de Pennsylvanie et du New-Jersey s'étaient même mutinés. Les partisans américains Marion et Sumter avaient trop peu de troupes pour entreprendre contre Cornwallis autre chose qu'une guerre d'escarmouches.

Le corps de Gates fut battu à Camden (août 1780) et de Kalb y fut tué. Pourtant Daniel Morgan[l], à la tête d'un corps de troupes légères, battit Tarleton au Cowpens (). Par une retraite habile, Green amena Cornwallis jusqu'au-delà du Dan, qui sépare la Virginie de la Caroline septentrionale. Il se renforça des milices de Virginie et tomba à l'improviste sur les corps récemment levés par Cornwallis, qu'il jeta dans un désordre tel qu'ils s'entretuèrent et que Cornwallis fit tirer des coups de canon contre ses propres troupes, mêlées aux milices.

Green livra un nouveau combat à Cornwallis, le 15 mars, près de Guilford-House, et lui fit éprouver des pertes qui le forcèrent à se replier sur Wilmington. Par une marche habile, il coupa la retraite de la Caroline du Sud au général britannique, et il manœuvra si bien qu'après la sanglante bataille de Eutaw Springs il ne resta plus aux Britanniques en Géorgie et en Caroline que la ville de Savannah et le district de Charleston.

La Fayette en Virginie

Pendant ce temps, La Fayette, chargé d'opérer en Virginie contre des forces quatre fois supérieures en nombre, sacrifia encore une partie de sa fortune pour maintenir ses soldats sous ses ordres, et, joignant la prudence au courage, il sut, par des marches forcées et des retours subits, tellement fatiguer Cornwallis et harceler ses troupes, que le général britannique, après avoir méprisé sa jeunesse, fut forcé de redouter son habileté[m].

Tout à coup, les troupes de Rochambeau quittent leur position de Newport et de Providence, où étaient établis leurs quartiers d'hiver, et s'avancent vers Hartford. Washington arrête quelque temps l'armée coalisée devant l'île de New York. Il fait des reconnaissances devant la place et entretient son adversaire dans cette idée qu'il va diriger tous ses efforts contre cette ville. Mais il n'attendait que la promesse du concours de la flotte pour changer ses dispositions.

Campagne de 1781

La bataille de Chesapeake achève d'isoler l'armée anglaise retranchée à Yorktown.
Vue générale de la capitulation de Yorktown le , avec le blocus de la flotte française.

Le comte de Barras arrive de France sur la Concorde. Il venait remplacer dans son commandement le chevalier de Ternay, et était accompagné du comte de Rochambeau, qui avait été chargé de hâter l'envoi des renforts et des secours promis.

Ces renforts n'arrivent pas ; mais en revanche on apprend que la flotte de l'amiral de Grasse, après avoir pris Tobago et tenu Rodney en échec, s'avance avec 3 000 hommes tirés des colonies sous les ordres du marquis de Saint-Simon, pour forcer la baie de Chesapeake défendue par Graves, et bloquer dans Yorktown le marquis Cornwallis, que La Fayette poursuit dans sa marche rétrograde.

Les camps sont levés devant New York, et tandis que le comte de Barras, malgré son ancienneté de grade, va se mettre avec un noble désintéressement sous les ordres de Grasse, les généraux alliés se dirigent à marche forcée vers la Virginie. C'est vers Yorktown que, plein de confiance désormais dans le nombre et la bravoure de leurs troupes, ils font converger tous leurs efforts. L'armée est divisée en deux corps. L'un suit la voie de terre et, par Philadelphie et Baltimore, arrive bientôt à Williamsburg pour donner la main aux troupes de Saint-Simon et de La Fayette. Un autre corps, sous les ordres de Custine, s'embarque à Head-of-Elk, touche à Annapolis, et, sous la direction de Montchoisy et du duc de Lauzun, prend position devant Glocester. De son côté le comte de Grasse occupait la baie de Chesapeake et coupait aux Britanniques toute communication par eau.

Quelques jours suffirent pour tracer la première et la seconde parallèle. Deux redoutes arrêtaient les travaux des alliés. On décida de leur donner l'assaut. La Fayette avec une colonne de milices américaines fut chargé de s'emparer de celle de droite, tandis que Christian, comte de Forbach, marquis de Deux-Ponts, colonel commandant le régiment royal Deux-Ponts, montait à l'assaut de celle de gauche. Les troupes alliées rivalisèrent d'ardeur. En quelques minutes ces obstacles furent enlevés.

En vain Cornwallis, reconnaissant que la résistance était désormais impossible, essaya-t-il de forcer le passage du York River en abandonnant ses canons et ses bagages. Sa tentative ne réussit pas et il dut capituler. La garnison fut faite prisonnière de guerre. Les vaisseaux britanniques furent capturés par la flotte française, tandis que plus de 150 canons ou mortiers, la caisse militaire et des armes de toute sorte furent remis aux Américains ().

Capitulation de Cornwallis. À « York-town » en 1781, par Nathaniel Currier. D'Amour Museum of Fine Arts. Quoique Cornwallis soit représenté sur ce dessin, il refusa de se présenter, prétextant être malade.

Les insurgés furent victorieux en 1781 à Yorktown, sous le commandement de Rochambeau et George Washington ce qui permit aux Français d'approvisionner les insurgés en armes et en argent. Les Européens fournirent aussi des corps expéditionnaires et des escadres. La France s'engagea car elle avait de la rancune à l'égard de la Grande-Bretagne.

Campagne de 1782

La guerre d'indépendance américaine se présenta comme une occasion d'effacer l'affront de sa défaite dans les guerres indiennes et de la perte de ses colonies en Amérique du Nord. La Grande-Bretagne n'a pas capitulé uniquement à cause de la défaite de Yorktown. La France avait tout fait pour l'obliger à disperser ses forces. Elle avait attaqué les Britanniques en Inde, colonie précieuse s'il en était, source de la fortune des Pitt. Elle avait également attaqué Malte, conquis Minorque (qui était la grande base navale britannique de Méditerranée, avant Malte), assiégeait Gibraltar qui était sur le point de tomber. La France encerclait les Antilles britanniques, et elle faisait manœuvrer depuis des mois 60 000 hommes en Bretagne, prêts à débarquer en Grande-Bretagne quasiment vidée de troupes. Des vaisseaux français croisaient, pavillon haut, au large de Southampton, provoquant une panique à la bourse de Londres. Le soutien financier des Insurgés, par les canaux espagnols d'abord, puis directement, n'est pas, pour la France, la seule cause du coût exorbitant de l'indépendance américaine.[réf. nécessaire] Le coût de la guerre, pour la Grande-Bretagne, devenait également très lourd.

Signature du traité de Paris, 1783. La délégation britannique refusa de poser.

La dette de la Grande-Bretagne était considérablement accrue. Lord North dut quitter la direction des affaires pour céder la place à un ministère whig qui demanda la paix au cabinet de Versailles. La France, qui n'était pas moins épuisée, accepta ces propositions. Les préliminaires furent arrêtés à Paris, le , entre les plénipotentiaires des puissances belligérantes, au nombre desquels étaient pour les États-Unis Benjamin Franklin, John Adams, John Jay, et Henry Laurens . Le traité définitif fut signé le . Les Britanniques furent vaincus et durent reconnaître l'autonomie des États-Unis en 1783, en signant le traité de Paris, le .

Cette nouvelle fut rapidement portée en Amérique. Le , Lauzun partit de Wilmington pour ramener dans leur patrie les derniers soldats français. Ainsi l'indépendance des États-Unis était fondée, et le monde comptait une nation de plus.

Chronologie des événements

Bataille de Bunker Hill, 1775.
Reddition du Britannique Cornwallis après la bataille de Yorktown, 1781.
Le Dragon, corvette royale française 1783.

Les conséquences

Les pertes humaines

Côté américain

Le décompte des pertes humaines de la guerre d'Indépendance n'est pas précis. Les forces régulières des États-Unis ont estimé les leurs à 4 435 morts et 6 188 blessés aux combats[27]. D'autres sources les estiment à au moins 25 000. Environ 6 800 de ces morts l'ont été en guerre ; les 17 000 autres décès enregistrés proviennent de maladies, dont environ 8 000 à 12 000 morts de faim ou de maladie provoquées par des conditions déplorables de détention des prisonniers de guerre[28], la plupart dans la pourriture des navires-prisons britanniques à New York.

Côté anglais

Côté esclaves

Près de 100000 esclaves ont profité de la Guerre pour s'enfuir en franchissant les lignes des Anglais et en s'enrôlant dans leur armée, où plus de la moitié des recrues sont mortes de la variole, ou en trouvant de nouvelles destinations.

Conséquences économiques et financières

L'économie de plantation a été dévastée, les champs saccagés et plus grave, une grande partie de la main d'oeuvre a fui soit avec ses propriétaires au Canada soit sans eux[13].

Le tabac et le riz n'étant plus cultivés, les clients européens, Antillais et sud-américains trouvent pendant la Guerre d'autres fournisseurs ou des produits de substitution face à un prix trop élevé. Les petits producteurs de tabac américains préfèrent ensuite se reconvertir dans la culture des céréales, pour survivre, et revendre leurs esclaves, en Virginie, où le marché local qui existait avant la guerre s'étend à la Caroline, où les couples d'esclaves étaient moins nombreux avant la guerre, la Traite négrière y ayant pris le relais de celle des Amérindiens vers 1710. Les captifs africains sont dirigés ainsi, après 1784, essentiellement sur la Caraïbe, tout particulièrement vers Saint-Domingue.

Parmi les autres conséquences, dans la première décennie qui a suivi la guerre, les exportations par habitant des Américains ont chuté de près de moitié[13], ce qui rend plus difficle le remboursement des emprunts effectués pendant la guerre.

Cette situation fragilise aussi par ricochet le créancier Français. Pierre Goubert a écrit qu'en France les Etats Généraux se réunirent en 1789 "parce que la banqueroute totale paraissait inévitable; elle était apportée à la fois par les énormes dépenses de la guerre d'Amérique et le refus de toute l'aristocratie (mais aussi des banquiers) de contribuer sérieusement au soutien financier de l'Etat" [29].

La France dépensa un peu moins de 2 millions de livres[30] dans ses expéditions militaires, douze fois moins que soj financement indirect, via les 12 millions de livres prêtés aux Américains et les 12 autres millions qu'elle leur donna pour la guerre [30].

Après la Guerre, la France consentit aux USA à une avance de six millions de livres pour la reconstruction du pays[30]. Les historiens Jean Tulard et Philippe Levillain estiment que le coût de l'aide apportée par la France à l'indépendance américaine a "précipité la chute de Louis XVI" [31].

Conséquences politiques et constitutionnelles

Politiquement, la nouvelle nation était aussi en grand danger, en raison du doute de voir les 13 États concilier leurs intérêts conflictuels et, la Royal Navy étant repartie avec les Anglais, trouver les moyens de se défendre contre les puissances étrangères présentes non loin, France et Espagne[13].

La confédération de type très souple et minimal établie pendant la guerre reflétait la crainte presque générale parmi les habitants qu’un gouvernement central fort verse dans dans la tyrannie, comme l’ancien gouvernement britannique[13]. Elle prive ainsi le gouvernement fédéral de pouvoir exécutif et de véritable pouvoir de lever des taxes, symbole de l'ex-oppression anglaise[13]. Certains États vont contrecarrer rapidement toute mesure dans ce sens, tandis que beaucoup d'entre eux se sont fait concurrence, dans leurs projets au plan commercial[13]. Face à ces problèmes, en 1787, une convention de délégués a été réunie, la Convention de Philadelphie. Elle a écrit une Constitution entièrement nouvelle à cette occasion[13], qui instauré via le compromis des trois-cinquièmes (Three-fifths compromise) entre les colonies du Nord et du "Old South". Ce texe a instauré des règles de comptage des personnes représentées à la Chambre des représentants, en déclarant qu'un esclave est comptabilisé à hauteur de trois cinquièmes d'un homme libre. Ce compromis proposé par James Wilson et Roger Sherman fut inscrit dans la Constitution des États-Unis, dans l'article premier.

Dès la période de guerre, la plupart des conflits d’intérêts entre les colonies portaient sur la question de l’esclavage, jugée vitale par celles du Sud[13], y compris en matière d'impôt et de contribution au budget fédéral[13]. Les délégués du Nord plaidaient pour des évaluations basées sur la population totale, mais quatre colonie du sud ont voulu exclure les esclaves, la cinquième, la Géorgie, restant divisée[13]. Dans une version adoptée pendant la guerre, il avait été décidé de se baser sur la valeur des biens totale de chaque Etat[13], mais il s'est avéré trop difficile de calculer la valeur des biens immobiliers[13] et dès 1783, le Congrès a examiné un amendement visant à se baser sur la population[13]. Mais les délégués des colonies à forte population d’esclaves ont souhaité à nouveau exclure ces derniers dans le calcul[13]. Une première proposition de compromis des 3/5 en matière de fiscalité, qui en découle[13], n’a cependant pas été adoptée car 4 colonies n’ont pas ratifié l’amendement[13]. Mais elle a constitué une référence pour la clause des compromis des trois-cinquièmes de 1787[13], d'autant que la question de l'indemnisation des propriétaires d'esclaves n'avait pas été résolue[13].

Dans tous les États du Sud, surtout au Maryland et en Caroline du Sud, la représentation a été calculée pour donner aux régions plus anciennes et plus riches de la côte le moyen de contrôler les assemblées législatives[13], chargées aussi de désigner la plupart des fonctionnaires locaux[13]. Seule la Géorgie n'a pas suivi[13]. Tous les nouveaux États du Sud ont restreint leur droit de vote aux hommes propriétaires fonciers ou contribuables[13] et créé des conditions d'éligibilité très contraignantes. Au Maryland, les députés devaient posséder au moins 500 livres[13]. En Caroline du Sud, les sénateurs de l'État devaient en détenir au moins 2000[13].

Conséquences pour les femmes

Tandis que les hommes étaient massivement mobilisés pour la guerre dans certaines colonies du sud, les femmes géraient les plantations, fermes et entrepôts, face aux pénuries et à l’inflation[13], renchéries par les taxes levées pour financer la guerre[13].

Au début de la guerre, elles ont boycotté par patriotisme les produits de « luxe » importés de Grande-Bretagne comme le thé et les textiles haut-de-gamme et filé puis tissé pour montrer l'exemple[13]. Un poème dans la Gazette de Virginie les a appelé à oublier le thé dès 1773[13]. Au cours du mois d'octobre 1774 en Caroline du Nord, 51 femmes d’Edenton ont signé une pétition réclamant ce boycott[13] et, forte du prestige découlant de ce boycott[13], pour la première fois des femmes ont publié dans les journaux sur des sujets politiques[13]. La Caroline du Sud a changé ses lois sur l'héritage pour donner aux filles les mêmes droits que leurs frères mais ce fut une exception[13]. La féministe anglaise radicale Mary Wollstonecraft, qui appelait à la pleine égalité des sexes dans un texte de 1792 n'a pour autant été suivie[13]. Alice DeLancey Izard, issue d'une riche famille de la Caroline du Sud, l'a même traitée de femme « vulgaire et effrontée »[13].

Conséquences politiques et religieuses pour l'esclavage

Les baptistes s'opposant à l’esclavage ont obtenu satisfaction juste après la guerre, en 1785, quand le "General Committee of Virginia Baptists" a qualifié l’esclavage de « contraire à la parole de Dieu »[13] puis en 1789 de « privation violente des droits de la nature et incompatible avec le gouvernement républicain »[13]. La même évolution conduit à la scission religieuse de 1784, qui voit les méthodistes quitter l’Église épiscopale héritière de l'anglicanisme[13]. Leur choix est motivé par leur souhait de mesures pour « extirper cette abomination (de l’esclavage) du milieu de nous »[13].

Plusieurs propriétaires très croyants ont fait scandale car ils ont libéré leurs propres esclaves, comme Robert Carter, l'un des plus riches de tous les Virginiens, avec environ 500 esclaves[13], qui décide ensite de leur louer des terres et de leur verser des salaires[13]. Il prend cette voie dès 1778, provoquant le scandale chez ses fils et gendres, qui se voient ainsi en grande partie déshérités[13]. Même s'ils furent des exceptions, le nombre de Noirs libres en Virginie s'est rapidement envolé, pour dépasser 20000 en 1800[13], tout en ne représentant que moins de 10% de la population noire[13]. Dans ce nouvel Etat, l'accroissement de la population noire s'est faite uniquement par des naissances, comme c'était déjà presque le cas avant la guerre[13], car l’épuisement des sols[13] a conduit les petits planteurs du Piedmont (États-Unis) et de la zone dite "Tidewater", qui le sépare de l'atlantique, affaiblis par la Guerre, à passer du tabac aux céréales[13] et donc à vendre leurs esclaves à des planteurs plus riches du « Southside »[13], zone proche de la Caroline du Nord, où ces derniers ont par ce biais augmenté de moitié leur récolte de tabac entre 1785 et 1790[13]: dès 1800, le « Southside » était à 57 % habité par des esclaves[13].

Plus au Nord, au moins cinq des nouveaux États de la Nouvelle-Angleterre et de la Pennsylvanie, bastion historique des quakers, ont réagi à la guerre par l’abolition de l’esclavage, via des voies différentes[13]. L'abolition est passée par les actions devant les tribunaux dans le New Hampshire et le Massachusetts[13]. En Pennsylvanie en 1780, dans le Connecticut et le Rhode Island en 1784, l'abolition a pris la forme du vote d'une loi exigeant une émancipation graduelle[13], le Rhode Island ayant des ports négriers.

Mais juste après la guerre, James Madison prit des mesures pour faciliter la traque des esclaves en fuite[18] et augmenter le pouvoir politique des planteurs du Sud[18], tandis qu'à la fin des années 1780, une nouvelle loi sur l'esclavage durcit encore le tout par « affirmation de la suprématie blanche »[18]. Dans les colonies de plantation du sud, l'esclavage a non seulement continué[13] mais s'est accompagné d'une hostilité virulente à l'abolitionisme, via des pétitions ouvertement racistes en Virginie[13], ou plus violemment en Caroline, comme à Charleston ou en 1788[13], où des héritiers de planteurs ont symboliquement lapidé des lieux de prêche des méthodistes[13]. Pour eux, libérer les esclaves est dangereux car ils risquent de se venger [13] et sont incapables de vivre en paix compte tenu des nombreuses révoltes d'esclaves spécifiques à l'histoire de la colonie de Caroline[13], où les esclaves amérindiens fuaient dans la forêt[13] alors que les Noirs le faisaient moins souvent mais revenaient libérer d'autres esclaves par la force[13]. Après la Guerre, certains baptistes et méthodistes autrefois abolitionnistes changent d'idée sous la pression de leurs proches, pour prôner un "évangile des plantations"[18].

La saga du projet d'indemnisation des propriétaires d'esclaves

Réclamé dès la fin des hostilités en 1783 par leurs ex-propriétaires, le projet d'indemnisation pour esclaves perdus pendant la guerre restera pendant onze ans un point d'achoppement[15] du projet de Traité de Londres (1795) signé le , qui déclenche l'impopularité du président Jay[32], son rival, du parti français à Washington, Thomas Jefferson, fustigeant le négociateur américain, un anti-esclavagiste militant, qui n'obtint pas gain de cause[15]. L'article 7 traite des esclaves volés[15], mais «on ne dit rien [...] des esclaves qui avaient été emportés »[15].

Mécontent de la fermeté anglaise sur ce point litigieux[33], le Congrès américain avait voté dès 1789 la taxe à l'importation de coton de Saint-Domingue ou des îles anglaises, de 3 cents par livre, pour ramener sur le sol américain le Sea Island cotton, cultivé aux Bahamas pendant la guerre d'indépendance par des loyalistes exilés, puis implanté en Caroline du Sud et en Géorgie. Le désaccord sur l'indemnisation des propriétaires d'esclaves ne sera finalement réglé qu'après la guerre de 1812 lors du traité de Gand.

La révolution américaine : un modèle ?

La révolution américaine a influencé les autres pays et fait partie des révolutions atlantiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. L'organisation du pouvoir américain a instauré la stabilité et l'équité des pouvoirs exécutif, législatif et juridique, lesquels étaient assignés de tâches particulières mais qui restaient régis par le chef d'État et son Premier ministre. La révolte des « patriotes du Cap » (Afrique du Sud actuelle) contre l'administration coloniale s'inspira de la révolution américaine[34]. Les généraux français qui appuyaient les indépendantistes, et qui avaient vu le succès de cette révolution, ramenèrent eux aussi des idées qui ont pu avoir un impact sur la Révolution française.

Historiographie

La révolution américaine fut d'abord vue par les contemporains comme la confrontation entre les colons et la couronne britannique. Pendant la guerre froide, les historiens français exceptionnalistes considéraient que la révolution américaine était imparfaite parce qu'elle n'était pas sociale[35]. De leur côté, les exceptionnalistes américains soulignaient l'échec final de la révolution française de 1789 (établissement du Premier Empire, Restauration monarchique) et mettaient en avant l'antériorité du soulèvement américain. Dans les années 1970, l'historiographie de la révolution américaine se renouvelle grâce aux études d'Edward Countryman, Alfred Young ou Gary Nash. Elle s'attache à élargir le sujet en s'intéressant à l'histoire sociale et non plus seulement aux événements. Elle met en valeur, au travers de nombreuses monographies, le rôle des Noirs, des femmes ou encore de la foule[36] ; on peut comparer la démarche à celle de l'école des Annales en France. Dans les années 1980, les discussions historiographiques opposaient les historiens libéraux ou républicanistes. Depuis quelques années, les historiens et le grand public reviennent à l'étude des grands personnages de la révolution américaine, en particulier des plus conservateurs[36].

Descendants des combattants de la guerre d'Indépendance

Notes et références

Notes

  1. Après l'accord du 20 janvier 1783 entre la France et la Grande-Bretagne, le cessez-le-feu a été proclamé par le Congrès le [1], le traité de paix est signé le et il est ratifié le par les États-Unis et en Europe le 12 mai 1784.
  2. Bien que français, La Fayette combat dans l'armée américaine et non dans l'armée française.
  3. N.B.: le mot « Tory » était rarement employé.
  4. Dans l’Encyclopedia of the American Revolution, p. 264, l'historien avance le chiffre maximal de 17 000 soldats américains. Pour Christopher Duffy (The Military Experience in the Age of Reason, 1715–1789, p. 17), l'effectif maximum devait être de treize mille insurgés.
  5. Native Americans en anglais
  6. Pour la vaincre, il acheta aux princes allemands, qui étaient sous sa dépendance depuis la guerre de Sept Ans, une armée de 17 000 mercenaires.
  7. Les soldats passèrent la rivière Delaware, marchèrent et attaquèrent par surprise les mercenaires hessiens. Neuf cents d'entre eux furent tués et les autres (8 100) rejoignirent le camp américain.
  8. On trouve parmi les volontaires français qui accompagnèrent La Fayette, le précédèrent ou le suivirent de très près : de Mauroy et Charles-François du Buysson, qui l'avaient accompagné dans sa fuite de France à bord du vaisseau La Victoire ; de Gimat , son aide de camp intime, Pontgibaud, qui fut aussi son aide de camp ; Armand de la Rouerie, plus connu sous le nom de « colonel Armand », de Fleury, le héros de Stony-Point, Mauduit du Plessis, le héros de Redbank, Thomas Conway, de Ternant, de La Colombe, Touzard, le major Pierre Charles L'Enfant et d'autres. Enfin, parmi les étrangers : Pulaski et Kosciusko, qui ont tous deux joué des rôles importants dans les révolutions de Pologne ; de Steuben, officier prussien, arrivé au début 1778, et qui organisa la discipline et les manœuvres dans l'armée américaine.
  9. Le , le général Washington écrivait au gouverneur Morris, à Philadelphie : « La prodigalité avec laquelle on a distribué les grades aux étrangers amènera certainement l'un de ces maux : de rendre notre avancement militaire méprisable, ou d'ajouter à nos charges actuelles en encourageant les dessus d'eux des étrangers qui n'ont d'autres Titres qu'un orgueil et une ambition effrénés... » Mémoires de Gouverneur Morris, I, 135. Paris, 1842.
  10. On trouva sur le champ de bataille le cadavre d'une femme qui avait été tuée dans les rangs des milices américaines ; ses armes étaient encore disposées pour le combat et ses mains étaient pleines de cartouches. (Fait rapporté par le capitaine Anbury, des troupes royales; Voyages, Londres, 1789, I, 437; Paris, I, 311).
  11. On sait comment le complot fut découvert et comment le major John André, de l'armée britannique, périt victime de ses relations avec le traître.
  12. La Chesnais a communiqué à Thomas Balch une lettre manuscrite trouvée dans les papiers de Blanchard et signée Daniel Morgan. Elle donne une relation authentique de cette affaire. Elle est datée du camp de Craincreek, le , et est adressée au général Nathanael Greene.
  13. « La nation était loin d'être prête pour les éventualités. Un esprit de lassitude et d'égoïsme régnait dans le peuple. L'armée, mal disciplinée et mal payée, était très-inquiète. Les milices de Pennsylvanie et de New-Jersey s'étaient révoltées au commencement de l'année. Le gouvernement était encore impuissant, la Confédération faible, le Congrès inerte, quoique existant toujours. Quand on lit que ce corps était prêt à livrer le Mississippi à l'Espagne, bien plus, à abandonner la reconnaissance expresse de l'indépendance de l'Amérique, comme le préliminaire indispensable des négociations avec la Grande-Bretagne, quand on lit cela, on peut bien se figurer qu'il y avait quelques préparatifs pour se soumettre aux exigences du moment. Le baron allemand de Steuben, qui rassemblait des troupes en Virginie au moment de l'invasion, fut rejoint après par La Fayette, dont les troupes avaient été habillées pendant la marche aux frais de celui-ci. Sur mer, la flotte française était occupée à défendre les côtes contre les envahisseurs. Il semble que les étrangers étaient les seuls défenseurs de la Virginie et de l'Amérique. » Manual of United States History, de Samuel Eliot. Boston, 1856, 258.

Références

  1. (en) « British-American Diplomacy Proclamation Declaring the Cessation of Arms ; April 11, 1783 », sur avalon.law.yale.edu, The Avalon Project, Yale Law School (consulté le 9 novembre 2016).
  2. a et b American War of Independence
  3. a et b Wood 2002, p. 56.
  4. Wood 2002, p. 17-18.
  5. Wood 2002, p. 21-22.
  6. Calhoon 1994, p. 247.
  7. a et b Marienstras et Wulf 2005, p. 79.
  8. Cottret 2003, p. 162.
  9. Cottret 2003, p. 418.
  10. Sur l'importance numérique des armées, cf. Boatner 1994, p. 264 et 663.
  11. Marienstras et Wulf 2005, p. 80.
  12. "Deep Souths: Delta, Piedmont, and Sea Island Society in the Age of Segregation" par J. William Harris, éditions Johns Hopkins University Press, en 2003, (finaliste du Prix Pulitzer) cité par lui-même plus tard
  13. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm bn bo bp bq br bs bt bu bv bw bx by bz ca cb cc cd ce cf cg ch ci cj ck cl cm cn co cp cq cr cs ct cu cv cw cx cy cz da db dc dd de df dg et dh "The Making of the American South: A Short History, 1500–1877", par J. William Harris, en janvier 2006. Editions Blacwell Publishing.
  14. Kaplan, p. 71-89.
  15. a b c d e f g h i j k l m et n "Esclavage et espace atlantique. Courants et contre-courants révolutionnaires. L'article 7 du traité anglo-américain de 1783 et ses conséquences jusqu'en 1794" par Marie-Jeanne Rossignol, dans la revue Dix-Huitième Siècle en 2001 [1]
  16. a b c d e f g h i j k l et m "La première proclamation d'émancipation n'a pas été signée par Abraham Lincoln", par Andrew Lawler, dans le National Geographic le 2 mars 2021 [2]
  17. a b c d e f g h i et j "Loyalistes noirs en Amérique du Nord britannique" par L'Encyclopédie canadienne le 25 mars 2019 [3]
  18. a b c d e f g h et i ""Les Hors-la-loi de l'Atlantique. Pirates, mutins et flibustiers", par Marcus Rediker, aux Editions du Seuil en 2017 [4]
  19. "De retour en Afrique: Des révoltes d'esclaves au panafricanisme", par João Bernardo, en 2020 aux Editions Librinova [5]
  20. « Slavery in Antebellum Georgia », sur New Georgia Encyclopedia
  21. Kaplan, p. 64-69.
  22. Bacharan 2005, p. 117.
  23. Nancy Bercaw, "Gendered Freedoms: Race, Rights, and the Politics of the Household in the Delta, 1861–1875" Editions University Press of Florida, en 2003)
  24. a b c et d "1776 : les colons prennent le pouvoir", par l'historien spécialiste des USA André Kaspi dans le magazine L'Histoire d'octobre - décembre 2010 [6]
  25. Merrell 1994, p. 393.
  26. Wood 2002, p. 80.
  27. « Principal wars in which the United States participed - U.S. military personnel serving and casualties », sur Defense Casualty Analysis System, (consulté le 11 octobre 2012).
  28. (en) Edwin G. Burrows, « Patriots or Terrorists », American Heritage, no 5,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 29 novembre 2014).
  29. Initiation à l'histoire de France, Fayard-Tallandier,1984, réédition "Pluriel", p. 244.
  30. a b et c Richard 1997, p. 141.
  31. Entretien de Jean Tulard avec Philippe Levillain, Les lundis de l'Histoire, France Culture, 11/02/2013.
  32. (en) Walter Stahr, John Jay : Founding Father, , 482 p. (ISBN 978-0-8264-1879-1, lire en ligne), p. 341.
  33. (en) John Leander Bishop, Edwin Troxell Freedley et Edward Young, A History of American Manufactures from 1608 to 1860..., , 662 p. (lire en ligne), p. 355.
  34. Fauvelle-Aymar 2006, p. 224.
  35. Marienstras 2006.
  36. a et b Wulf et Rossignol 2010.
  37. Sons of the American Revolution.
  38. Société des Cincinnati de France.

Annexes

Bibliographie

  • Lucien Bély, La France moderne (1498-1789) Quadrige Manuels, éditions PUF, 1994
  • Nicole Bacharan, Faut-il avoir peur de l’Amérique ?, Paris, Seuil, , 217 p. (ISBN 2-02-079950-2).
  • Thomas Balch, Les Français en Amérique pendant la guerre de l’Indépendance des États-Unis 1777-1783, [détail des éditions]
  • (en) Mark Mayo Boatner, Encyclopedia of the American Revolution, Mechanicsburg (Pa.), Stackpole Books, , 3e éd., 1290 p. (ISBN 0-8117-0578-1).
  • (en) Robert M. Calhoon, The Blackwell Encyclopedia of the American Revolution, Wiley, John & Sons, , 850 p. (ISBN 1-55786-547-7), « Loyalism and Neutrality ».
  • Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur, Paris, Perrin, , 525 p. (ISBN 2-262-01821-9).
  • (en) Christopher Duffy, The Military Experience in the Age of Reason, 1715–1789, Barnes & Noble, 1re éd. (ISBN 978-0-7607-0441-7 et 0-7607-0441-4).
  • François-Xavier Fauvelle-Aymar, Histoire de l'Afrique du Sud, Paris, Seuil, , 468 p. (ISBN 2-02-048003-4).
  • (en) Sydney Kaplan et Emma Nogrady Kaplan, The Black Presence in the Era of the American Revolution, Amherst, University of the Massachusetts Press, octobre 1973, rééd. 1983, 324 p. (ISBN 9780870236631, lire en ligne).
  • Élise Marienstras et Naomi Wulf, Révoltes et révolutions en Amérique, Neuilly-sur-Seine, Atlande, , 219 p. (ISBN 2-35030-015-3).
  • Élise Marienstras, « Révoltes, révolution, radicalisme », Transatlantica,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2007).
  • (en) James H. Merrell, The Blackwell Encyclopedia of the American Revolution, Wiley, John & Sons, , 850 p. (ISBN 1-55786-547-7), « Indians and the New Republic ».
  • Moran, Donald M. Haym Salomon –The Revolution's Indispensable Financial Genius. Revolutionary War Archives, Sons of Liberty Chapter.
  • Guy Richard, Européens et espaces maritimes au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du Temps, , 190 p. (ISBN 2-84274-006-8).
  • Gordon S. Wood, The American Revolution : a History, New York, Modern Library, , 190 p. (ISBN 0-8129-7041-1).
  • Naomi Wulf et Marie-Jeanne Rossignol, « La Révolution américaine : sujet brûlant ou vieille querelle ? », Transatlantica,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2007).
  • Freddy Van Daele, L'Énigmatique Maquette d'Ostende le Dragon-1783, Alfred Van Daele,
    • Version originale : (nl) Freddy Van Daele, De Oostendse raadselachtige Maquette Le Dragon-1783, Alfred Van Daele, .

Lectures approfondies

En français
  • Odet-Julien Leboucher, Histoire de la dernière guerre entre la Grande-Bretagne, les États-Unis de l’Amérique, la France, l’Espagne et la Hollande, depuis son commencement en 1775, jusqu’à sa fin en 1783, Paris, Brocas, (lire en ligne).
  • Les Guerres américaines : l'Indépendance, Paris, Éditions Atlas, (ISBN 2-7312-0363-2 (édité erroné), notice BnF no FRBNF35872898).
  • Paul et Pierrette Girault de Coursac, Guerre d'Amérique et liberté des mers 1778-1783, F.X. de Guibert, .
  • Jean Vincent Couzigou, L'Aigle et le Lys, Muller édition,
    Cet ouvrage retrace les deux conflits pour l'indépendance américaine. Les relations de cette époque entre la France et l'Amérique se nouèrent dans la fraternité d'armes.
En anglais
  • (en) Mark Mayo Boatner, Encyclopedia of the American Revolution, Mechanicsburg, Pa, Stackpole Books, , 3e éd., 1290 p. (ISBN 978-0-8117-0578-3, OCLC 29595553).
  • (en) Christopher Duffy, The Military Experience in the Age of Reason, 1715–1789, New York, Barnes & Noble, (ISBN 978-0-689-11993-4, OCLC 865554478).
  • (en) Edward Countryman, A People in Revolution : the American Revolution and Political Society in New York, 1760-1790, Baltimore, Johns Hopkins University Press, coll. « Johns Hopkins University studies in historical and political science », , 388 p. (ISBN 978-0-8018-2625-2, OCLC 7551670).

Filmographie

Articles connexes

Liens externes