Sophie Cluzel

Sophie Cluzel
Illustration.
Sophie Cluzel en 2018.
Fonctions
Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées
En fonction depuis le
(2 ans, 6 mois et 20 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Ségolène Neuville
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Marseille (France)
Nationalité Française

Sophie Cluzel, née Marchand le à Marseille, est une femme politique et militante associative française.

Elle est nommée secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, dans le gouvernement Édouard Philippe sous la présidence d'Emmanuel Macron.

Au cours de son mandat, Sophie Cluzel créée le DuoDay, initiative visant à promouvoir l'emploi des personnes handicapées. Son mandat est marqué par une forme de dépolitisation et de peopolisation de la thématique du handicap.

Biographie

Origines et formation

Sophie Cluzel est une ancienne élève de Sup' de Co' Marseille (aujourd'hui KEDGE Business School).

Elle est mariée et mère de quatre enfants, dont une fille trisomique, née en 1995, Julia[1]. Elle gère initialement un chantier naval en Floride puis un réseau de boutiques de linge de maison, Descamps, alors que son mari est dans le domaine de la fusion-acquisition. Elle abandonne cette vie professionnelle et, alors que Julia a 3 ans, s'engage dans le militantisme associatif en faveur du handicap[2].

Carrière

Elle est la fondatrice de différentes associations de scolarisation d’enfants handicapés, dont le collectif SAIS 92 et l’association Grandir à l’école, qu'elle préside et qui s'occupe plus spécifiquement de la trisomie 21 (permettant notamment d'employer des auxiliaires de vie pour que les trisomiques puissent aller à l'école[2]). Depuis juin 2011, elle est présidente de la FNASEPH (Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap)[3] et administratrice de l'UNAPEI de 2011 à 2013.

À ce titre, elle participe régulièrement à des débats télévisés, comme « Les 100 Français qui font bouger la France » de Béatrice Schönberg en octobre 2007[4], ou les journaux télévisés de France 2 et de LCI. Elle a participé à l’élaboration et au suivi de la loi 2005 pour l’égalité des droits et des chances, pour la participation et pour la citoyenneté des personnes handicapées[5].

En janvier 2012, elle organise le premier Grenelle de l'intégration des jeunes handicapés dans la société[6], où près de 50 associations locales ou nationales rédigent une plateforme de mesures qui sont transmises aux candidats à l'élection présidentielle.

Le 17 mai 2017, elle est nommée secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées au sein du gouvernement Édouard Philippe[7]. Issue du milieu associatif, elle ne dispose alors d'aucune formation ou expérience en politique[8].

Début avril 2018, elle présente le quatrième plan autisme (2018-2022). Son budget de 344 millions d'euros est en hausse mais jugé insuffisant, tout comme la question de la scolarisation de tous les enfants autistes, 30 % seulement étant scolarisés à la maternelle et 40 % par la suite[9].

Le 5 juin 2018, elle assure sur RMC que la loi ELAN, qui fait passer l'obligation de construction de logements neufs accessibles aux personnes handicapées de 100 % à 10%, ne sera pas défavorable aux personnes handicapées[10] : « La loi permettra de construire plus, plus vite et moins cher, ce qui servira à tous, y compris aux personnes handicapées, car aujourd'hui les logements sont manquants et chers »[11].

Début juillet 2018, la prime d'activité est supprimée pour les invalides et accidentés du travail qui travaillent un peu, mais conservée pour les adultes handicapés qui ont l'AAH (Allocation Adultes Handicapés)[12]. Cette mesure touche surtout des mères célibataires aux revenus très modestes. Interpellée à l'assemblée par Ericka Bareigts, députée Nouvelle Gauche de La Réunion, Sophie Cluzel répond que l’ancien mode de calcul ne serait « pas cohérent avec l’esprit de la prime d'activité »[13].

Le 9 juillet 2018, lors de son message aux parlementaires à Versailles, le président Emmanuel Macron propose à l'assemblée de laisser le droit de vote aux personnes sous tutelle, notamment les personnes en situation de handicap intellectuel, permettant à près de 400 000 personnes de retrouver leur pleine citoyenneté. Cette proposition, portée par Sophie Cluzel depuis son arrivée à son poste, est demandée par les principales associations concernées depuis près de 30 ans[14].

DuoDay

Le Duoday est une initiative lancée par Sophie Cluzel, visant à promouvoir l'emploi des personnes handicapées en proposant aux entreprises d'accueillir bénévolement une personne handicapée durant une journée de découverte d'un emploi[15].

Au contraire de ce qui est annoncé dans la communication officielle, et comme le soulignent un article de Libération[16] et un autre de France Handicap Info[17], l'initiative DuoDay est un échec partiel, car elle est perçue comme une opération de communication cachant la réalité de la discrimination systémique des personnes handicapées à l'emploi, et les raisons de leur taux de chômage particulièrement élevé[18].

Analyse de sa communication

D'après le mémoire de Lauranne Arneton-Racon, Sophie Cluzel appuie principalement son action de secrétaire d'état sur la communication, à travers de vastes diffusions médiatiques de formules consensuelles telles que « changer de/le regard (de la société / des français) sur le handicap »[19]. Elle fait régulièrement usage de la formule « société inclusive », et évite le mot « inclusion », vraisemblablement sous l'influence de Charles Gardou[20]. À titre d'exemple, Lauranne Arneton-Racon souligne que le slogan du DuoDay en 2019 a été modifié à la demande de Sophie Cluzel, passant de « L'inclusion par l'emploi » à « Un tremplin vers l'emploi ».[21]

Sophie Cluzel répond régulièrement aux invitations des médias, tout en leur dévoilant certains aspects de sa vie privée, notamment en parlant de sa fille trisomique[8]. Cette communication lui donne une image « proche du peuple et de ses préoccupations quotidiennes », tout en montrant de l'empathie vers les citoyens ordinaires[22]. Elle participe ainsi à une forme de dépolitisation et de peopolisation, par exemple en répondant à plusieurs reprises à l'invitation de Cyril Hanouna pour l'émission grand public Touche pas à mon poste ![23].

Le secrétariat d'état de Sophie Cluzel fait en revanche appel à une image stéréotypée du handicap, utilisant le fauteuil roulant et la représentation de la cécité avec la canne blanche, ou encore les stéréotype de l'« handicapé-héros » (qui surmonte son handicap pour s'accomplir), et de l'« handicapé-victime », objet de pitié[24].

Controverse

Plusieurs polémiques ont opposé Sophie Cluzel à des personnes handicapées, notamment Marcel Nuss (qui l'accuse de se servir de son image et de le présenter comme « excessivement handicapé »[25]), Elisa Rojas, et Elena Chamorro, toutes deux membres du Collectif Luttes et handicaps pour l'égalité et l'émancipation[26].

Décorations

Notes et références

  1. M.D., « Il faut savoir rassurer les enseignants » Sophie Cluzel est mère de quatre enfants, dont Julia, onze ans, trisomique et membre de l’association Grandir à l’école », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 8 avril 2008)
  2. a b c et d Mariana Grépinet, « Sophie Cluzel, un atout maître contre le handicap », Paris Match, semaine du 24 au 31 mai 2017, pages 50-53.
  3. « FNASEPH ».
  4. « Les 100 qui font bouger la France. Béatrice Schonberg ce mardi. », sur leblogtvnews.com, (consulté le 8 avril 2009)
  5. « Grandir à l'École et en Société », sur grandiralecole.fr
  6. Aurélie Collas et Mattea Battaglia, « La militante Sophie Cluzel nommée secrétaire d’Etat aux personnes handicapées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. « Gouvernement Philippe en direct : Collomb à l’intérieur, Hulot à la transition écologique, Bayrou à la justice », sur Le Monde.fr, (consulté le 17 mai 2017).
  8. a et b Arneton-Racon 2019, p. 38.
  9. Agnès Leclair, « Plan autisme : le grand défi de la scolarisation », Le Figaro, samedi 7 / dimanche 8 avril 2018, p. 13.
  10. RMC, « Sophie Cluzel assure que la loi Elan ne sera pas défavorable aux personnes handicapées », sur RMC (consulté le 20 septembre 2018)
  11. Emmanuelle Dal'Secco, « Accessibilité logements : l'Europe met la France en garde », Handicap.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018)
  12. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F12242
  13. https://www.capital.fr/votre-argent/le-gouvernement-sucre-la-prime-dactivite-aux-travailleurs-invalides-1297533 Le gouvernement sucre la prime d’activité aux travailleurs invalides Sophie LEVY AYOUN pour Capital
  14. « L'État s'engage pour le droit de vote “inconditionnel” des handicapés », valeursactuelles.com, 15 juillet 2018.
  15. « Accueil », sur www.duoday.fr (consulté le 5 décembre 2019)
  16. Inès El Kaladi, « Duo Day, changement de regard ou opération de com sur le handicap ? », sur Libération.fr, Libération, (consulté le 5 décembre 2019).
  17. Stéphane LAGOUTIÉRE, « DuoDay 2019 : Sophie CLUZEL perd son objectif de 40 000 duos pour cacher une réalité d’un chômage à 23 % », sur france-handicap-info.com (consulté le 5 décembre 2019).
  18. Arneton-Racon 2019, p. 64.
  19. Arneton-Racon 2019, p. 24-25.
  20. Arneton-Racon 2019, p. 29.
  21. Arneton-Racon 2019, p. 30.
  22. Arneton-Racon 2019, p. 38-39.
  23. Arneton-Racon 2019, p. 66.
  24. Arneton-Racon 2019, p. 50-51 ; 54 ; 60.
  25. Marcel Nuss, «Excessivement handicapé», sur Club de Mediapart, (consulté le 5 décembre 2019)
  26. Arneton-Racon 2019, p. 76 - 81.
  27. « Sophie CLUZEL : une militante des écoliers handicapés », sur vanves92170.hautetfort.com, (consulté le 8 avril 2009)

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

Bibliographie

  • [Arneton-Racon 2019] Lauranne Arneton-Racon, Formes et paradoxes d’une communication élaborée pour produire le consensus en discours : les discours du SEPH et la promotion d’une “ société inclusive ”, Mémoire de communication politique et publique en France et en Europe, , 106 p. (lire en ligne)