Monsieur et Madame Adelman

Monsieur et Madame Adelman
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Réalisation Nicolas Bedos
Scénario Nicolas Bedos
Doria Tillier
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du kiosque
France 2 Cinéma
Orange Studio
Umedia 
Le Pacte
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 120 minutes
Sortie 2017


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Monsieur et Madame Adelman est un film français, le premier long métrage réalisé par Nicolas Bedos, sorti en 2017[1].

Synopsis

Sarah Adelman enterre son mari, Victor Adelman, ancien écrivain à succès tombé dans l'oubli, prix Goncourt et membre de l'Académie française. Après la cérémonie, elle reçoit chez elle un journaliste venu l'interviewer pour écrire une biographie sur Victor Adelman. Par flash-back et en différents chapitres, elle évoque alors quarante-cinq années de relation tumultueuse mais passionnée, de joies et de peines, de complicités et de disputes. Tout a commencé en 1971 avec leur rencontre dans une discothèque...

Résumé

Victor Adelman, vieux romancier autrefois célèbre, lauréat du prix Goncourt et membre de l’Académie française, diminué par la maladie d’Alzheimer, vient de mourir en tombant des falaises d’Etretat. Les obsèques bruissent de rumeurs : et si Sarah, sa femme, l’avait poussé ? Un jeune journaliste ose aborder celle-ci, qui accepte de lui raconter leur vie, à sa façon.

Elle relate d’abord sa première rencontre, laborieuse, en 1971, avec cet homme égocentrique et fantasque, écrivain peu doué mais plein de fantaisie, pour lequel elle ressentit aussitôt un véritable coup de foudre.

Avec ténacité et à force de ruses, elle était enfin parvenue à s’imposer auprès de lui. Elle a alors corrigé ses textes et l’a ainsi aidé à devenir publiable. Puis est venue l’heure du mariage réunissant deux univers dissemblables : du côté de Victor, une vieille famille aisée et conservatrice et, du côté de Sarah, une famille juive, modeste mais conviviale.

Vint ensuite le premier enfant, terrible épreuve, car attardé, pervers et méchant. Heureusement, une petite fille suivit, normale, entretenant une relation fusionnelle avec son père.

Puis est arrivée la gloire littéraire avec son cortège de satisfactions factices : l’opulence, une immense demeure, des domestiques noirs, etc. mais avec pour revers l’ennui, puis les violentes disputes et le divorce à la clé, leur fille prenant le parti de son père.

Quelques années plus tard, ce furent les retrouvailles, Sarah n’ayant au fond jamais cessé d’aimer Victor.

Arriva ensuite la mort du fils mal aimé, libératrice, dont Victor tira un best-seller décapant et scandaleux.

Enfin, vint le déclin progressif des fonctions cognitives de Victor, qui conduisit Sarah, en 2016, à mettre fin à 45 ans de vie commune et à une existence qui n’était plus digne de lui.

Perspicace, le jeune journaliste observe en prenant congé que le style de Victor était différent lorsqu’il vivait avec Sarah de lorsqu'il vivait sans elle. Elle lui en révèle alors la raison…

Fiche technique

Distribution

Critiques

Le film recueille une moyenne de 3,4 sur 5 des critiques presse sur Allociné.

Sorj Chalandon dans Le Canard enchaîné parle d'un « film aux accents de théâtre, drôle, mordant, servi par une exubérance acide et contagieuse »[3]. Jacques Mandelbaum pour le journal Le Monde, est plus critique en évoquant un film « gâché par la grandiloquence et les clichés en série »[4]. Tandis que Les Inrocks parle de « deux heures exténuantes d'un mélo boursouflé »[5].

Box-office

La première semaine en France film réalise 126 787 entrées, puis rassemble 329 419 spectateurs au total, à l'affiche durant quatre semaines[6].

Diffusion

Le film est diffusé pour la première fois à la télévision le sur Canal+[7]. Il est de nouveau télévisé sur France 2 le et réunit 1 764 000 de téléspectateurs, soit 10,6 % du public[8]. Lors de ses diffusions télévisuelles, le film est déconseillé aux moins de 10 ans du fait de quelques scènes et dialogues particulièrement crus.

Distinctions

Récompenses

Nominations

Notes et références

  1. « Nicolas Bedos et Doria Tillier joueront un vieux couple au cinéma », Premiere.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2016)
  2. Hugo-Pierre Gausserand, « Nicolas Bedos et Doria Tillier, ensemble sur grand écran », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 20 octobre 2016)
  3. Sorj Chalandon, Le Canard enchaîné no 5028, 8 mars 2017, page 6
  4. Jacques Mandelbaum, « "Monsieur et madame Adelman" : chronique désinvolte de la vie conjugale » sur Le Monde, 7 mars 2017
  5. Romain Blondeau, « "Monsieur & Madame Adelman" : Nicolas Bedos nous offre deux heures exténuantes d’un mélo boursouflé » sur Les Inrocks, 3 mars 2017
  6. « M. & Mme Adelman - Box-office », sur www.jpbox-office.com (consulté le 23 avril 2018)
  7. Émilie Leoni, « Nicolas Bedos et Doria Tillier (M. & Mme Adelman, Canal+): "il y a des points communs entre Monsieur & Madame Adelman, et nous" », sur Télé Loisirs,
  8. Joshua Daguenet, « Audiences TV Prime (dimanche 21 juillet 2019) : Le journal de Bridget Jones et Capital dominent, Monsieur et Madame Adelman déçoit, Le Pacha et Les sorcières d'Eastwick font recette », sur Toutelatele.com,

Liens externes