Sorbonne Université

Sorbonne Université
Logo Sorbonne Université.png
Marque déposée 🛈
Chapelle Sainte-Ursule de la Sorbonne, Paris 001.jpg
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
La Chapelle Sainte-Ursule de la Sorbonne en 2015.
Histoire
Fondation
Statut
Type
Forme juridique
Établissement public national à caractère scientifique culturel et professionnel ()
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
55 600 ()
Effectif
10 000 ()
Budget
1 000 000 000 d’euros ()
Classement
Rang national
2e/85 ARWU (2022)
2e/85 THE (2022)
Rang international
35e/1 000 ARWU (2022)
88e/1 600 THE (2022)
Localisation
Pays

Sorbonne Université est une université française située à Paris. Elle est créée le en regroupant deux universités, Paris-Sorbonne (ex-Paris-IV) et Pierre-et-Marie-Curie (ex-Paris-VI).

Elle est organisée en trois facultés, réparties sur plusieurs sites, principalement dans le quartier latin. Elle possède également un campus à Abu Dhabi.

En 2019, Sorbonne Université compte 55 600 étudiants dont 10 200 étudiants internationaux, et 6 700 chercheurs et enseignants-chercheurs.

Historique

Origines

Robert de Sorbon (1201-1274), chapelain du roi Louis IX (Saint Louis), observe les difficultés qu'éprouvent les « écoliers » sans fortune pour parvenir au grade de docteur. En , il fait établir de façon officielle[1] une maison (domus) qu'il destine à un certain nombre d'ecclésiastiques séculiers qui, vivant en commun et sans souci pour leur existence matérielle, seraient entièrement occupés à l'étude et l'enseignement. Cette maison est nommée collège de Sorbonne.

L'ancien slogan de l'établissement, « Sorbonne Université, créateurs de futurs depuis 1257 », fait référence à cette date. Le collège de Sorbonne est fermé en 1793 avec l'ensemble des autres collèges de l'ancienne université de Paris.

Le collège de Sorbonne est situé à l'emplacement de l'actuel bâtiment de la Sorbonne, partagé entre la Chancellerie, Sorbonne Université et les universités Paris I Panthéon-Sorbonne et Paris III Sorbonne Nouvelle.

La loi du donnant la personnalité civile aux corps formés par la réunion de plusieurs facultés d’une académie et celle du donnant le nom d’université aux corps de facultés, la nouvelle université de Paris est créée en 1896 comme groupement de la faculté des sciences, de la faculté des lettres, de la faculté de droit, de la faculté de médecine, de la faculté de théologie protestante (créée en 1877, transformée en faculté libre en 1905) et de l’École supérieure de pharmacie.

Elle est inaugurée le par le président de la République Félix Faure.

1968 : scission de l'université de Paris

En 1968, l'Université de Paris est démantelée et les universités de Paris-Sorbonne et de Pierre-et-Marie-Curie sont créées (réforme Edgar Faure)[2]. L'université de Paris, qui était divisée en cinq facultés, est fractionnée en plusieurs universités interdisciplinaires. Certaines, dont l'université Paris-Sorbonne, conservent le nom de « Sorbonne » et des locaux au centre historique de l'université de Paris, essentiellement dévolus jusqu’alors aux facultés des lettres et des sciences.

1971 : création des universités Paris-IV et Paris-VI

Les professeurs de l'université de Paris étant libres de se répartir comme ils l'entendent, beaucoup se réunissent dans un premier temps selon leur couleur politique, notamment face aux événements de Mai 1968. L'université Paris-Sorbonne regroupe ainsi les professeurs « de droite » par opposition à Paris-I « Panthéon-Sorbonne », qui est marquée « à gauche ». Cela explique les orientations scientifiques divergentes. Pour prendre l'exemple de l'histoire des sociétés, Paris-Sorbonne s'illustre ainsi par une historiographie suivant les thèses de Roland Mousnier, et conserve toujours une distance à l'égard de l'analyse marxiste de Boris Porchnev, davantage à l'honneur à Paris-I Panthéon-Sorbonne[réf. nécessaire].

À la suite de l'entrée en vigueur de la loi du 12 novembre 1968 sur l'enseignement supérieur, la faculté des sciences de l'université de Paris est scindée en plusieurs unités d'enseignement et de recherche dont une majorité rejoint l'université Paris-VI. En physique, on compte quatre UER : « Application de la physique » ; « Optique et physique moléculaire », qui devient l'UER no 52 « Optique, physique atomique, moléculaire et cristalline » ; « Physique des solides », qui devient l'UER no 53 « Physique des matériaux condensés » ; « Physique théorique », qui devient l'UER no 54 « Physique théorique et corpusculaire ».

En 1974, l'université de Paris-VI prend le nom d'Université Pierre-et-Marie-Curie[3].

En 1989, en application de la loi du 26 janvier 1984 sur l'enseignement supérieur, une unité de formation et de recherche de « Physique » (UFR no 925) est créée par fusion des UER no 52, 53 et 54. L'UER « Application de la physique » rejoint elle l'unité de formation et de recherche d'« Électronique, électrotechnique, automatique et applications de la physique » (UFR no 924). Cette dernière est dissoute en 2008 et une partie de ses anciens membres rejoignent l'UFR de « Physique », les autres constituant deux nouvelles unités, l'UFR d'« Ingénierie" et l'UFR « Terre, environnement, biodiversité ». À cette occasion, l'UFR de « Physique » est dotée de nouveaux statuts.

L'université Paris-VI est créée à partir de la majorité des unités d'enseignement et de recherche de la faculté des sciences de Paris (les autres rejoignant les universités Paris-VII Denis Diderot, Paris-XI à Orsay, Paris-XII (à Créteil), et Paris-XIII à Villetaneuse) et une partie des unités de la faculté de médecine de Paris (les autres rejoignant les universités de Paris-V René Descartes, Paris-VII Denis Diderot et Paris-XIII).

En dépit du renouvellement des générations de professeurs et d'étudiants, l'université Paris-Sorbonne conserve sa réputation que la dureté des grèves du printemps 2009 dans cette université n'écorne pas.

En 2010, Paris-Panthéon-Assas, Paris-IV « Paris-Sorbonne » et Paris-VI « Pierre-et-Marie-Curie » créent Sorbonne Universités[4], qui existe jusqu'en 2017. L'anglicisme du nouveau nom est dénoncé par de nombreux intellectuels dont l'académicien Frédéric Vitoux[5]. En 2015, l'Université de Paris II (Panthéon-Assas) fait retraite, pensant s'allier à d'autres grandes écoles dans un partenariat public-privé et devenir un Grand établissement.

2018 : fusion des universités de Paris-IV et Paris-VI

L'établissement Sorbonne Université est créé le [6],[7] de la fusion des universités Paris-Sorbonne (ancienne Université de Paris-IV, 19 000 étudiants, 1 200 personnels) et Pierre-et-Marie-Curie (ancienne Université de Paris-VI, 35 000 étudiants, 1 500 personnels). On trouve la trace de cette histoire dans la structure de la nouvelle entité, la faculté des lettres recoupant les activités de Paris-IV, les faculté des sciences et la faculté de médecine reprenant les activités de Paris-VI.

En , Sorbonne Université est distingué par un jury international réuni dans le cadre d'une Initiative d'excellence (IDEX). Le projet SUPER (« Sorbonne Université à Paris pour l'enseignement et la recherche ») reçoit l'appui du programme d’Investissements d'avenir sans limitation de durée : environ 27 millions d'euros annuels supplémentaires, octroyés par l'État et issus du revenu du placement à la Caisse des dépôts et consignations d’une dotation non consommable de 900 millions d'euros (soit 3 %). C'est le premier établissement d'enseignement supérieur francilien à obtenir cet accord définitif[8].

Organisation

Sorbonne Université est structurée en unités de formation et de recherche et instituts, regroupés[9] en trois « facultés »[10] :

Crédit image :
Thierry Bezecourt
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Bâtiments de La Sorbonne abritant la faculté des lettres de Sorbonne Université (rue Saint-Jacques).

Les deux dernières facultés sont issues de l'Université Pierre-et-Marie-Curie, tandis que la première est issue de la transformation de l'ancienne Université Paris-Sorbonne.

Implantations et moyens

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Siège de la présidence et des services centraux de Sorbonne Université, rue de l'École-de-Médecine.
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Place de la Sorbonne.

Sorbonne Université possède cinq campus principaux : la Sorbonne, le campus Pierre-et-Marie-Curie, la Pitié-Salpêtrière (2 500 étudiants), Saint-Antoine, le Centre Clignancourt et Malesherbes, ainsi que 26 autres sites, à Paris, en Ile-de-France et sur le littoral français[12].

Le budget de l'université est évalué à 656 millions d'euros annuels (2017)[13], dont 489 millions de subvention pour charges de service public (2018)[14].

Enseignement et recherche

Sorbonne Université compte, en 2019, 55 600 étudiants dont 10 200 internationaux et 4 500 doctorants[15] répartis dans 24 écoles doctorales[16]. Ses 6 700 chercheurs et enseignants-chercheurs sont répartis dans 137 structures de recherche dans ses trois facultés. De manière anecdotique, on relève que plus d'un quart des membres des académies des Sciences et de Médecine est issu de Sorbonne Université et 40 % des « Immortels » de l'Académie française y ont suivi tout ou une partie de leur cursus universitaire[réf. nécessaire].

Sorbonne Université propose 53 licences, dont 19 parcours bi-disciplinaires et 33 masters avec plus de 30 spécialisations à l'international. Près de 10 000 étudiants sont diplômés chaque année et environ 1 000 doctorats y sont décernés.

Sorbonne Université abrite sur le campus Pierre-et-Marie-Curie à Paris le siège européen du Centre national de ressources biologiques marines (EMBRC) regroupant 14 stations de biologie marine dans 9 pays européens. Parmi ces 14 stations, trois font partie de Sorbonne Université : la Station biologique de Roscoff, l'Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer et l'Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer.

Six instituts thématiques pluridisciplinaires de recherche sont créés par Sorbonne Université afin de répondre à des enjeux sociaux contemporains : l'Institut des sciences du calcul et des données (ISCSD), l'Institut universitaire d'ingénierie en santé (IUIS), l'Institut de la transition environnementale (ITE), l'Institut du patrimoine, le Collegium Musicae[17], ainsi que le Sorbonne Center for Artificial Intelligence (SCAI)[18].

Partenariats

Sorbonne Université était membre de l'association Sorbonne Universités[19], et est depuis 2018 membre de l'Alliance Sorbonne Université[20] qui comprend le Muséum national d’Histoire naturelle, l’université technologique de Compiègne, l’Insead, le pôle supérieur d’enseignement artistique Paris Boulogne-Billancourt et France Education International. Au niveau européen, elle est membre de la Ligue européenne des universités de recherche et de l'alliance 4EU+[21],[22] avec les universités Charles de Prague (République Tchèque), de Heidelberg (Allemagne), de Varsovie (Pologne), de Milan (Italie) et de Copenhague (Danemark). Elle est membre de Udice depuis sa création[23].

Classements internationaux

Sorbonne Université apparaît dans plusieurs classements internationaux:

  • dans le Academic Ranking of World Universities (ARWU, dit classement de Shanghai): en 2021, 2e en France et 35e dans le monde[24] (en 2021, 3e mondiale en mathématiques et en océanographie);
  • dans le Center for World University Rankings (CWUR) : en 2022-2023, 3e en France et 38e dans le monde[25] ;
  • dans le classement QS World University : en 2023, 3e en France et 60e dans le monde[26] ;
  • dans le classement du Times Higher Education : en 2022, 2e en France et 88e au monde[27] ;
  • dans le classement du U.S. News Best Global Universities Rankings : en 2022, 1re en France et 46e dans le monde, 3e mondiale en mathématiques[28] ;
  • dans le classement du NTU World University Rankings : en 2021, 2e en France et 30e dans le monde, 7e mondiale en mathématiques[29].

Personnalités liées

Anciens étudiants et enseignants (Paris-IV Sorbonne et Paris-VI Pierre-et-Marie-Curie)

Sorbonne Université compte notamment parmi les anciens étudiants et enseignants des établissements qui l'ont constituée des personnalités scientifiques comme :

Elle compte aussi des personnalités politiques, écrivains, journalistes, hommes d'affaires, parmi lesquels :

Notes et références

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Campus Pitié-Salpêtrière » (voir la liste des auteurs).
  1. « La fondation du Collège de Sorbonne » par Jacques Verger, Archives de France, document d'autorité, en ligne.
  2. « Décret du 23 décembre 1970 portant érection d’universités et instituts nationaux polytechniques en établissements publics à caractère scientifique et culturel », sur www.legifrance.gouv.fr
  3. Université Pierre et Marie Curie - UPMC, « 900 ans de formation supérieure et de quête intellectuelle au cœur de Paris », sur www.upmc.fr (consulté le )
  4. Décret du 22 juin 2010 portant approbation des statuts de la fondation de coopération scientifique « Sorbonne Universités » et décret no 2015-664 du 10 juin 2015 portant création de la communauté d'universités et établissements « Sorbonne Universités » et approbation de ses statuts
  5. Le Figaro, «La France doit résister à l’invasion du franglais», F. Vitoux, 1er décembre 2019, en ligne.
  6. Camille Stromboni, « « Sorbonne université » : Pierre-et-Marie-Curie et Paris-Sorbonne en route vers la fusion », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Décret no 2017-596 du 21 avril 2017 portant création de l'université Sorbonne Université
  8. « L’université de Paris-Saclay conserve le label IDEX, et le projet toulousain recalé », sur Le Monde,
  9. Arrêté du 4 août 2017 portant création de regroupements de composantes à l'université Sorbonne Université
  10. [PDF]Statuts de la nouvelle université votés par l’assemblée constitutive provisoire de Sorbonne Université le 13 juin 2017
  11. « Création d’AP-HP.Sorbonne Université », sur Sorbonne Université - Faculté de Médecine, (consulté le )
  12. « Campus et sites », sur sorbonne-universite.fr, (consulté le )
  13. « Sorbonne Université en chiffres », sur Sorbonne Université (consulté le )
  14. CNESER, « Annexe - répartition des moyens 2019 par établissement »,
  15. « Sorbonne Université en chiffres », sur sorbonne-universite.fr, (consulté le )
  16. « Faire son doctorat à Sorbonne Université », sur Sorbonne Université
  17. Nicolas Gutierrez C., « Un institut interdisciplinaire pour écouter le passé, le présent et le futur de la musique », sur sciencesetavenir.fr,
  18. Remy Demichelis, « Sorbonne Université lance son centre d'intelligence artificielle », sur lesechos.fr,
  19. http://www.sorbonne-universites.fr/a-propos-de/les-membres-de-lassociation-sorbonne-universite.html
  20. « Alliance Sorbonne Université », sur sorbonne-universite.fr, (consulté le )
  21. http://sorbonne-universite.fr/alliance-4eu
  22. « 4EU+ : Jean Chambaz président pour un an de l’alliance européenne, les premières actions lancées », News Tank Higher Ed and Research,‎ (lire en ligne)
  23. René-Luc Benichou, « Udice, une nouvelle association pour porter la voix des universités de recherche »
  24. (en) « ARWU World University Rankings 2019 »
  25. https://cwur.org/2019-2020/Sorbonne-University.php Center for World University Rankings (CWUR)
  26. (en) « Sorbonne University | Top Universities » (consulté le )
  27. , (en) « World Reputation Rankings », Times Higher Education (THE),‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. (en) « Sorbonne Universite in France - US News Best Global Universities » (consulté le )
  29. (en) « Sorbonne University » (consulté le )
  30. (en-US) Christina Marmet, « Rencontre avec Charlotte et Laura Tremble », sur Inside Synchro, (consulté le )
  31. François Wenz-Dumas, « Laurent Wauquiez : retour à la fac», Libération, 30 juin 2011 (https://www.liberation.fr/france/2011/06/30/laurent-wauquiez-retour-a-la-fac_746182/) consulté en octobre 2021
  32. « Portrait de David Castello-Lopes – Depuis quand se moque-t-on des Suisses à la télé? », sur 24 heures (consulté le )

Voir aussi

Liens externes