Gouvernement Albert de Broglie (2)

Gouvernement Albert de Broglie (2)

Troisième République

président de la république Patrice de Mac-Mahon
Président du Conseil Albert de Broglie
Formation
Fin
Durée 5 mois et 20 jours
Composition initiale
Coalition Royalistes
Parti politique Orléaniste, Légitimiste
Représentation
Assemblée nationale
396  /  638

Le deuxième gouvernement Albert de Broglie est le gouvernement de la Troisième République en France du au .

Composition

Nominations du 26 novembre 1873

Fonction Image Nom Parti politique
  Vice-président du Conseil Broglie Albert.JPG Albert de Broglie Orléaniste
Fonction Image Nom Parti politique
  Ministre de l’Intérieur Broglie Albert.JPG Albert de Broglie Orléaniste
  Ministre des Affaires étrangères Nadar - Louis Decazes (1819-1886).jpg Louis Decazes Orléaniste
  Ministre de la Justice Depeyre, Octave.jpg Octave Depeyre Légitimiste
  Ministre de la Guerre Portrait of François Claude du Barail.jpg François Charles du Barail[1] Bonapartiste
  Ministre de la Marine et des Colonies Dompierre d'Hornoy, Charles Marie Albert.jpg Charles de Dompierre d'Hornoy[1] Légitimiste
  Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes Oscar Bardi de Fourtou (1836-1897).jpg Oscar Bardi de Fourtou Orléaniste
  Ministre des Finances Pierre Magne - photo Disdéri.jpg Pierre Magne[1] Bonapartiste[2]
  Ministre des Travaux publics Roger de Larcy.jpg Charles de Larcy Légitimiste
  Ministre de l'Agriculture et du Commerce Alfred Pierrot-Deseilligny (1828-1875).jpg Alfred Deseilligny Orléaniste
  Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur Louis-Numa Baragnon Carjat phot.jpg Louis-Numa Baragnon Légitimiste

Nominations du 27 novembre 1873

Fonction Image Nom Parti politique
  Sous-secrétaire d'État aux Finances Albert-Léon Lefébure (cropped).jpg Léon Lefébure Orléaniste
  Sous-secrétaire d'État à la justice Sin foto.svg Ambroise Vente Orléaniste
  Sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique Sin foto.svg Albert Desjardins Orléaniste

Actions du gouvernement

Le gouvernement poursuit la politique d'Ordre moral qui a été instauré par le premier gouvernement Albert de Broglie. Le gouvernement fait voter la loi des maires pour lutter contre le républicanisme municipal. La loi du 20 janvier 1874 déclarait : « Jusqu'au vote de la loi organique municipale, les maires et les adjoints seront nommés par le président de la république dans les chefs-lieux de départements, d'arrondissement et de canton ; dans les autres communes par le préfet. » Cette mesure fut mal reçue dans les campagnes. Par ailleurs, Magne, le ministre des finances, fait voter derechef une augmentation des contributions directes. La loi du 19 mai interdit l'emploi des enfants de moins de douze ans (article 2). Ils ne doivent pas être présents à l'atelier plus de douze heures ; le travail de nuit est interdit pour les filles mineurs, pour les garçons de moins de 16 ans (article 4). Les monarchistes intransigeant jugeaient Broglie et les orléanistes responsables de l'échec de la restauration. Le gouvernement avait interdit plusieurs journaux légitimistes, car ils critiquaient le pouvoir. Par conséquent, les légitimistes s'allièrent aux républicains et aux bonapartiste et repoussèrent le projet de loi sur la création d'une seconde chambre par 388 voix contre 317.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs

Le , une coalition contre nature des légitimistes, bonapartistes et républicains mirent le gouvernement de Centre droit en minorité en obtenant 381 voix contre 317[3]. Albert de Broglie remit la démission du gouvernement au président de la République, Patrice de Mac-Mahon.

Le , Patrice de Mac-Mahon nomma Ernest Courtot de Cissey à la vice-présidence du Conseil[4].

notes et références

  1. a b et c Membre du précédent gouvernement ayant conservé son poste.
  2. Guy Antonetti, Fabien Cardoni et Matthieu de Oliveira, « Magne (Pierre) », dans Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III) : Dictionnaire biographique 1848-1870, Institut de la gestion publique et du développement économique, coll. « Histoire économique et financière - XIXe-XXe », (ISBN 978-2-8218-2827-8, lire en ligne), § 183.
  3. Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la IIIe République, Le Seuil 1973, coll. Points, p. 31
  4. Ce n'est qu'en 1876 que le titre de Président du Conseil s'imposera

Vincent Duclert, la république imaginée 1870-1914 (page 109 à 115) Jean Marie-Mayeur, les débuts de la troisième république (page 28-31 et 72) Pierre Miquel, la troisième république, (chapitre 2) https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/Loi_du_19_mai_1874.pdfhttps://www.economie.gouv.fr/saef/pierre-magne https://www.gouvernement.fr/partage/10938-premiere-loi-en-france-limitant-le-travail-des-enfants-employes-dans-les-manufactures-usines-ou