Gouvernement Louis Buffet

Gouvernement Louis Buffet

Troisième République

Description de l'image Gouvernement Louis Buffet.jpg.
président de la république Mac-Mahon
Président du Conseil Louis Buffet
Formation
Fin
Durée 11 mois et 13 jours
Composition initiale
Coalition Royalistes
Représentation
Assemblée nationale
396 / 638

Le gouvernement Louis Buffet est le gouvernement de la Troisième République en France du au .

Composition

Nominations du 10 mars 1875

Fonction Image Nom Parti politique
  Vice-président du Conseil Buffet.jpg Louis Buffet 'Orléaniste
Fonction Image Nom Parti politique
  Ministre de l’Intérieur Buffet.jpg Louis Buffet Orléaniste
  Ministre des Affaires étrangères Nadar - Louis Decazes (1819-1886).jpg Louis Decazes[1] Orléaniste
  Ministre de la Justice Jules Armand Dufaure.jpg Jules Dufaure Républicain conservateur
  Ministre des Finances Léon Say (1826-1896).jpg Léon Say Centre gauche
  Ministre de l'Agriculture et du Commerce Maries-Camille vicomte de Meaux.jpg Camille de Meaux Légitimiste modéré[2]
  Ministre de la Guerre Cissey.jpg Ernest Courtot de Cissey[1] Orléaniste
  Ministre de la Marine et des Colonies Amiraldemontaignacdechauvance.jpeg Louis Raymond de Montaignac de Chauvance[1] Orléaniste
  Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes Henri Wallon.jpg Henri Wallon Républicain conservateur
  Ministre des Travaux publics Caillaux, Eugene.jpg Eugène Caillaux[1] Orléaniste

Nominations du 15 mars 1875

Fonction Image Nom Parti politique
  Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur Sin foto.svg Albert Desjardins Orléaniste
  Sous-secrétaire d'État aux Finances Louis Passy en 1910.JPG Louis Passy[1] Orléaniste
  Sous-secrétaire d'État à la Justice Agénor Bardoux.jpg Agénor Bardoux (du au ) Centre gauche
Vacant

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs

Le , Louis Buffet subit un échec personnel aux élections législatives et remit la démission du gouvernement au président de la République, Patrice de Mac-Mahon.

Le , Patrice de Mac-Mahon nomma Jules Dufaure à la vice-présidence du Conseil.

Bilan des actions du gouvernement

Il fait voter en une loi sur la presse qui maintient l'état de siège à Paris, Lyon, Marseille et Alger.

Sous son influence, l'Assemblée achève son œuvre constituante, en adoptant en juillet la troisième et dernière loi constitutionnelle sur les rapports entre les pouvoirs publics.

La loi Wallon du , promulguée le , met fin au monopole d'État dans l'enseignement supérieur, et son article 5 permet aux établissements d'enseignement supérieur dont cette nouvelle loi permettait l'existence de prendre le nom d'« universités libres » s'ils réunissent trois facultés. Quatre établissements universitaires privés furent ainsi créés à Paris, Lille, Lyon et Angers.

Voir aussi

Notes et références

  1. a b c d et e Membre du précédent gouvernement ayant conservé son poste.
  2. Daniel Halévy, La fin des notables, Hachette, , 222 p., p. 35.