Gouvernement Paul Painlevé (1)

Gouvernement Paul Painlevé (1)

Troisième République

président de la république Raymond Poincaré
Président du Conseil Paul Painlevé
Formation
Fin
Durée 2 mois et 1 jour
Composition initiale
Coalition Union sacrée (PRS-PRRRS-PRD-FR-RI)
Représentation
Chambre des députés
499 / 601

Premier gouvernement Paul Painlevé du au .

Paul Painlevé

Composition

Portefeuille Titulaire Parti
Président du Conseil Paul Painlevé PRS
Ministres
Ministre des Affaires étrangères Alexandre Ribot
(jusqu'au )
FR
Louis Barthou ARD
Ministre de la Guerre Paul Painlevé PRS
Ministre de la Justice Raoul Péret ARD
Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts Daniel Vincent PRRRS
Ministre de l'Intérieur Théodore Steeg PRRRS
Ministre de la Marine Charles Chaumet ARD
Ministre de l'Agriculture Fernand David PRRRS
Ministre des Finances Louis-Lucien Klotz PRRRS
Ministre des Travaux publics et du Transport Albert-André Claveille SE
Ministre du Ravitaillement Maurice Long PRRRS
Ministre du Commerce, de l'Industrie et P.T.T. Étienne Clémentel RI
Ministre des Colonies René Besnard ARD
Ministre de l'Armement et des Fabrications de guerre Louis Loucheur ARD
Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale André Renard PRRRS
Ministre d'État, membre du comité de Guerre Louis Barthou
(jusqu'au )
ARD
Ministre d'État, membre du comité de Guerre Léon Bourgeois PRRRS
Ministre d'État, membre du comité de Guerre Paul Doumer PRRRS
Ministre d'État, membre du comité de Guerre Jean Dupuy ARD
Sous-secrétaires d’État
Sous-secrétaire d’État au Blocus Albert Métin PRRRS
Sous-secrétaire d’État à l'Intérieur Victor Peytral PRRRS
Sous-secrétaire d’État aux Finances Élisée Bourely PRRRS
Sous-secrétaire d'État à l'Administration de l'armée Louis Mourier PRRRS
Sous-secrétaire d’État au Service de Santé militaire Justin Godart PRRRS
Sous-secrétaire d’État à l'Aéronautique militaire et maritime Jacques-Louis Dumesnil PRRRS
Sous-secrétaire d’État aux Transports maritimes et à la Marine marchande Anatole de Monzie PRS
Sous-secrétaire d’État aux Inventions intéressant la Défense nationale Jules-Louis Breton PRS
Sous-secrétaire d’État au Commerce, Industrie et P.T.T. Paul Morel RI
Sous-secrétaire d'État au Travail et à la Prévoyance sociale Constant Roden RI
Sous-secrétaire d’État à l'Instruction publique et aux Beaux-Arts Albert Dalimier PRRRS

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs

Malgré un fort soutien initial de la Chambre des députés, le gouvernement n’arrive pas à imposer son autorité.

En septembre 1917, Léon Daudet, polémiste de l'Action française, envoie une lettre au Président de la République Raymond Poincaré pour accuser Louis Malvy, ancien ministre de l'Intérieur, d'avoir entretenu des contacts avec le haut commandement allemand et d'avoir contribué au déclenchement des mutineries de 1917. A la demande de Malvy, cette lettre est lue à la Chambre le 4 octobre 1917 par le Président du Conseil Paul Painlevé et déclenche des discussions houleuses parmi les parlementaires[1].

Lors de la séance du 13 novembre, Jules Delahaye, soutenu par ses collègues du Groupe des droites Jacques de Juigné, Armand de Baudry d'Asson, Henri de La Ferronnays et par les indépendants Jean Ybarnégaray, Ferdinand Bougère et Jules-Albert de Dion, interpelle violemment le Gouvernement Painlevé en l'accusant de persécuter l'Action française et donc de rompre l'Union sacrée en vigueur depuis le début de la Grande guerre. Le gouvernement demande l’ajournement de la discussion mais l'action vigoureuse des membres du Groupe des droites fait basculer la Chambre, amenant les députés à refuser cet ajournement à 277 voix contre 186[1]. Paul Painlevé donne sa démission le jour même, entraînant la chute de son gouvernement.

Le président Poincaré appelle Georges Clemenceau à former un nouveau gouvernement.

Notes et références

  1. a et b Jean Garrigues, « Le moment parlementaire de l’Action française : 1919-1924 », dans L’Action française : culture, société, politique, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », (ISBN 978-2-7574-2123-9, lire en ligne), p. 243–253

Annexes