BB 1320

BB 1320 (PO SNCF)

Identification
Exploitant(s) PO puis SNCF
Désignation E 221-224 PO
puis BB 1321-1324 SNCF
Type locomotive électrique
Motorisation électrique
Construction 4 locomotives
Constructeur(s) SACM
Livraison 1927
Effectif 0
Retrait radiées en 1975
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
Alimentation continu 1,5 kV
Pantographes 2
Moteurs de traction 4 moteurs DK 87 F CEF
1500 V continu
Puissance continue 912 kW
Masse en service 77 t
Longueur HT 13,100 m
Vitesse maximale 65 km/h

Les BB 1320 sont quatre anciennes locomotives électriques du Paris-Orléans. À la création de la SNCF, elles sont classées comme machines de manœuvre.

Caractéristiques et carrière

La BB 36, extérieurement semblable aux BB 1320.

En 1922, le PO commande 200 locomotives électriques (courant continu 1 500 V) de type BB pour assurer un service mixte sur l'axe Paris-Vierzon, en cours d'électrification. Réparties en plusieurs séries, leur aspect extérieur est assez semblable à celui des BB 1-80, les plus connues. Quatre d'entre elles, numérotées E 221 à 224, livrées en 1926-1927, ont une partie mécanique construite par la SACM et des équipements électriques fournis par les CEF, avec notamment quatre moteurs Dick-Kerr DK 87 F. Elles sont rapidement limitées à 65 km/h[1] au lieu des 90 km/h escomptés[2].

Leur comportement décevant en ligne provoque leur déclassement au service de manœuvre à la création de la SNCF, d'abord au triage de Juvisy, puis à ceux de Brétigny, Paris-Ivry et Vierzon ; leur équipement électrique est bien adapté au fonctionnement à allure très réduite. Elles sont pour l'occasion adaptées à la marche en unités multiples (UM)[3].

Après la guerre, elles sont regroupées à Paris-Ivry, puis elles travaillent sur les buttes des triages de Juvisy et Brétigny. Elles sont renumérotées BB 1321 à 1324 en 1950[4].

Au début des années 1960, elles perdent la possibilité de fonctionner en UM et sont mutées à Bordeaux pour prendre en charge les manœuvres en gare et la formation des rames de voyageurs. En 1967, elles rejoignent le dépôt de Montrouge où elles assurent, à Paris-Montparnasse, les mêmes services qu'à Bordeaux. La BB 1322 est radiée en 1973, les trois autres en 1975[4].

Voir aussi

Bibliographie

  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du rail, (1re éd. 1969), 655 p.
  • Frédéric Didelot, « CC 1100, BB 1200, 1300, 1400 : les locomotives de manœuvre conçues par le P.O. », Ferrovissime, no 103,‎ , p. 30-51 (ISSN 1961-5035).

Article connexe

Références

  1. Didelot 2020, p. 39.
  2. Didelot 2020, p. 42.
  3. Didelot 2020, p. 39-40.
  4. a et b Didelot 2020, p. 40.