Égalité des sexes

Un des symboles représentant l'égalité des sexes.

L'égalité des genres, aussi connue sous les termes d'égalité des sexes, est le principe selon lequel les femmes et les hommes doivent recevoir un traitement égal et ne doivent pas être victimes de discriminations basées sur leur appartenance à l'un ou l'autre genre, hormis les cas où une différence de traitement serait normalisée[pas clair], comme dans le cadre sportif par exemple.

L'égalité des genres est un objectif de la Déclaration universelle des droits humains et constitue l'Objectif de développement durable no 5 de l'Organisation des Nations Unies, qui prévoit une égalité en droit et dans des situations sociales, et en particulier un salaire égal pour un travail égal .

Égalité dans les faits

Si l'égalité entre genres présuppose une égalité de droits, et notamment la transcription dans les lois nationales des droits des femmes, elle ne se limite pas à ces aspects légaux et visent des inégalités de fait, lorsque ces lois ne sont pas respectées[1].

Inégalités au travail : salaires et conditions de travail

Selon le 10e baromètre des discriminations perçues dans l'emploi du Défenseur Des Droits en France, le genre est le deuxième motif de discrimination dans le monde professionnel[2].

Salaires

Selon l'Observatoire des Inégalités, en France, les femmes seraient, quel que soit le temps de travail, payées 25,7% de moins que les hommes qui sont eux, payés 34,6% de plus que les femmes (situation en 2012)[3].

Étude INSEE 2013 (France)

En 2013, l'INSEE synthétise les facteurs observables qui participent à la différence de salaire entre femmes et hommes. L'INSEE prend l'exemple des salariés de Bourgogne-Franche-Comté[4]:

- La salariée obtient un salaire annuel inférieur de 26% en moyenne.

- Les salariées travaillent en moyenne moins que les salariés car elles peuvent moins se dérober aux charges familiales (36 % d'entre elles font du temps partiel contre 12 % d'entre eux). Ramenée à un volume horaire équivalent, la différence passe de 26 % à 16,7 %. Le temps de travail est donc le premier facteur discriminatoire.

- Le second facteur est l'inégalité interprofessionnelle : les femmes sont concentrées dans des métiers en moyenne moins bien rémunérés bien qu'indispensables (métiers du soin : puériculture, services d'aide aux personnes âgées, personnels soignants, etc.). L'INSEE estime que sans ce facteur, l'écart passerait de 16,7 % à 10 %.

- Différents facteurs que l'INSEE nomme les « effets de structures observables » (type de contrat de travail, secteur de l'entreprise etc.), participent, toujours selon l'INSEE, à 3,2% de l'écart salarial. Sans tenir compte de ces facteurs, on arriverait à une différence salariale de 6,8 %.

- L'Insee évoque une discrimination salariale « pure » de 6,8 % entre hommes et femmes. Cependant, « d'autres facteurs comme l'expérience professionnelle, l’ancienneté dans l’entreprise ou encore le niveau de diplôme acquis peuvent contribuer à l'expliquer. Il peut aussi être le reflet de pratiques discriminatoires en termes d’avancement ou de primes. »

Études Glassdoor 2016 et 2019 (France, États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Canada, Pays-Bas et Singapour)

Se basant sur des informations salariales à l’échelle du poste et de l’entreprise dans plusieurs pays riches, le cabinet de ressources humaines Glassdoor publie une étude sur le sujet en 2016, puis une étude similaire en 2019. En France, l'étude trouve un écart de rémunération “non ajusté” entre femmes et hommes est de 11,6 %. En appliquant des contrôles statistiques, on trouve un écart, dit “ajusté”, de 3,7 % (ce dernier étant significativement plus bas que celui de 6,3 % en 2016), qui correspond à l'écart que l'étude ne parvient pas à expliquer[5],[6].

Présence d'un enfant dans le foyer familial (études OCDE 2012 et Glassdoor 2016)

D'après plusieurs études, la différence de revenus serait accentuée avec la présence d'un enfant dans le foyer familial.

  • En 2012, un rapport de l'OCDE montre une différence de salaires quasiment nulle en France (et en France uniquement) entre femmes et hommes travaillant à temps plein dans la tranche 25-44 ans lorsque aucun enfant n'est présent dans la famille[7]. La différence s'établissait alors à 13 % en défaveur des femmes-mères par rapport aux hommes-pères lorsqu'un ou plusieurs enfants étaient présents dans le foyer.
  • En 2016, le cabinet Glassdoor indique qu'à poste égal, la différence de salaires entre femmes et hommes est quasiment nulle (0,4 %) lorsque aucun enfant n'est présent dans la cellule familiale. En revanche, les femmes qui ont eu au moins un enfant gagnent 12,4 % de moins que les hommes[8][réf. à confirmer].

Conditions de travail

  • les hommes sont plus exposés aux conditions de travail pénibles que les femmes[9] et sont plus touchés par les accidents du travail[10] ;
  • les hommes sont victimes de remarques sexistes lorsqu'il est question de leur statut de père au sein de leur entreprise. Ainsi Noam Leandri, président de l'Observatoire des Inégalités note que « Peu d'hommes prennent un congé paternité et lorsqu'ils le font, cela peut être perçu de manière négative »[10].

En 2019 le Projet Interrégional Laboratoire de l’égalité (PILE) initié par l’Université de Franche-Comté (UFC) et l’Université de Genève (UNIGE) lancent une plateforme de bonnes pratiques et de ressources transfrontalières pour les entreprises souhaitant s'informer et prendre des mesures en faveur de l'égalité et la diversité professionnelle[11].

Inégalités dans la famille

Familles monoparentales

Dans la majorité des familles monoparentales, en France, les pères et les mères n'ont pas un partage égalitaire des enfants.

Comparaison des familles
Source : Institut national de la statistique et des études économiques, enquête Familles et logements concernant 3,4 millions d'enfants résidant principalement avec un seul de leurs parents, 2011[12]

Certaines revendications hoministes dénoncent les jugements en matière de divorce ou de séparation qui auraient selon eux tendance à favoriser les femmes. Le droit des pères, notamment en ce qui concerne la garde des enfants, y serait insuffisamment reconnu. Ainsi, si d'après Gérard Réverend, président de l'association Les papas=les mamans, "à peine 1 père sur 5 (20%) demande à avoir la résidence principale de son enfant"[réf. nécessaire], en 2009 selon le Ministère de la Justice seulement 1 enfant sur 12 (8%) est confié au père contre 74,6 % à la mère et 16,9 % en résidence alternée aux deux parents[13]. D'après Marc Juston, juge aux affaires familiales à Tarascon, « les juges ne sont pas contre les pères » mais restent dans un « schéma où il est acquis que la mère doit garder son enfant et que le père doit se battre pour obtenir davantage »[13].

Inégalité : les violences contre les femmes

De profonds dysfonctionnements existent encore en 2020 quant au traitement réservé aux différents genres. En effet, les violences subies le sont très majoritairement par des femmes et commises par des hommes, cela se nomme la Violence contre les femmes. Cette violence inclut tous les types de violences et dans tous les aspects de la société, qu'il s'agisse du cercle familial et conjugal, du domaine professionnel, ou de l'espace public dans son ensemble le plus large.

Inégalités devant l'institution judiciaire

  • Pour un même fait, les hommes sont plus souvent présumés coupables là où les femmes bénéficient plus souvent de relaxe[10] ;
  • Pour un même fait, les hommes condamnés le sont plus souvent à de la prison ferme là où les femmes obtiennent plus souvent de la prison avec sursis[10];
  • Les femmes bénéficieraient d'une image de victime, mais pas les hommes[10].

Filières d'études mathématiques et techniques

La sous-représentation des femmes dans tout ou partie des filières d'études des mathématiques, des sciences physiques, des technologies et de l’ingénierie est constatée dans de nombreux pays[14]. La réduction de ce déséquilibre est souvent un objectif affirmé dans les politiques publiques. La sous-représentation des femmes dans les domaines d'étude ayant une forte composante mathématique est restée constante ou a même augmenté dans la plupart des pays développés au cours des deux dernières décennies [15],[16]. Une exception notable concerne le domaine informatique, où les femmes étaient majoritaires dans les temps précurseurs aux États-Unis et en France, à l'époque des calculatrices[17], et tant que le métier était jugé comme peu qualifié[18] mais où leur nombre a chuté drastiquement à partir des années 1980[19]. Selon une étude largement commentée et critiquée de 2018[20],[21],[22],[23],[24], les femmes auraient une propension moindre à se diriger vers des études scientifiques et mathématiques dans les pays ou l'égalité des sexes est promue socialement. Une explication couramment avancée dans certains ouvrages récents pour expliquer ce qui est quelquefois qualifié de«  paradoxe de l'égalité des sexes » est que, dans les pays plus égalitaires et plus développés, les filles et les garçons ont plus de liberté et de facilité à exprimer leurs préférences et intérêts personnels supposés intrinsèquement distincts[25],[26],[22]. Cette explication prend appui sur des fondements théoriques issus de la psychologie évolutionniste, qui postule l'existence de différences innées entre les sexes sur plusieurs plans, par exemple en matière de personnalité ou d'intérêts[27]. Toutefois, d'autres explications sur cette ségrégation du travail sont plus communément partagées. En Malaisie, où les métiers de l'informatique sont considérés comme particulièrement bien adaptés aux femmes, celles-ci sont majoritaires aussi bien dans le corps enseignant que parmi les diplômés des universités de Penang et Kuala Lumpur[18]. Le poids des stéréotypes de genre jouerait donc un grand rôle dans ces inégalités de représentation[28],[18]. L'Unesco relève par ailleurs que « De notables différences régionales et nationales dans la représentation des filles et des femmes dans les études des STEM peuvent être observées, suggérant la présence de facteurs contextuels influant sur la participation des filles et des femmes dans ces domaines »[29].

Inégalités face au logement

Les femmes sans-domicile bénéficient de conditions d’hébergement plus stables que les hommes. Ces derniers constituent la quasi-totalité de la population des sans-abri[30].

Oppositions à la notion d'égalité des genres

La théorie de la « complémentarité » entre femmes et hommes, sexisme déguisé

L'idée de complémentarité entre femmes et hommes évoque l'idée qu'il existerait des rôles prédéterminés naturels ou d'origine divine pour les deux genres, rôles polarisés "qui permettrait la coexistence des femmes et de hommes au sein des couples hétérosexuels ainsi que dans la société". Elle est l'argument principal fréquemment invoqué par les opposants pour faire barrage aux initiatives, notamment légales, visant à instaurer l'égalité entre les genres.

En France, en 2014, des opposants à un projet d'éducation scolaire à l'égalité pour lutter contre les préjugés et stéréotypes sexistes à l'école, l'ABCD de l'égalité, font échec à ce projet[Pas dans la source] en réclamant « un ABCD de la complémentarité »[31],[32].

En Tunisie, lors d'un projet de réforme de la Constitution, le parti islamiste Ennahda, opposé à l'idée d'égalité, annonce en 2012 vouloir y introduire cette notion de complémentarité, provoquant une levée de boucliers, mais aussi une formulation très vague et donc jugée peu opérante de la formulation sur l'égalité finalement retenue[33].

En France, depuis 1983, les entreprises d'au moins 300 salariés doivent établir chaque année un Rapport de situation comparée sur l'égalité femme-homme pour « comprendre et agir sur les inégalités ».

Son abandon dans le cadre d'un projet de loi sur le dialogue social est dénoncé comme une régression en matière de lutte contre les inégalités (tout comme l'abandon de l'obligation de négocier)[34].

Politiques relatives à l'égalité des genres

Depuis 1957, de la CEE à l'Union européenne

Au début du XXIe siècle, en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, l'Union européenne, qui mène une politique de réduction des inégalités, est considérée comme très avancée par rapport au reste de l'Europe[35]. Sa politique dans le domaine, qui comprend la promotion de l'égalité et la lutte contre les discriminations de genre, impose aux États membres des normes et valeurs élevées, au-dessus de celles qu'ont la plupart des pays[35].

En 1957, est créée la Communauté économique européenne (CEE), qui consiste essentiellement en la création d'un vaste marché entre ses pays[35] (initialement : Allemagne de l'Ouest, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas). Lors de sa fondation, marquée par le traité de Rome de 1957, les personnalités ayant négocié considèrent que du progrès économique naîtra le progrès social[35]. Au fur et à mesure de la construction de ce qui deviendra l'Union européenne, avec l'adoption de différents traités, l'adjonction de nouveaux pays et le développement de nouvelles compétences communautaires, les politiques d'égalité entre genres ont été mises en place et développées[35]. Des femmes politiques telles que Jacqueline Nonon, Éliane Vogel-Polsky (1926-2015), Barbara Helfferich et Eryl McNally ont fortement contribué à celle-ci, notamment en raison de leur militantisme pour cette cause[35]. Les premières actions de la CEE dans le domaine social ont été négociées sur la base d'arguments économiques, puisque la CEE ciblait le développement économique en premier lieu : ainsi, dans le contexte de progressive levée des barrières douanières et commerciales au sein de la CEE, l'article 119 (entré en vigueur en janvier 1958 et qui deviendra l'article 157 du traité sur le fonctionnement de l’UE) concernant l'égalité de rémunération entre travailleurs femmes et hommes, a surtout trait au fait qu'il fallait éviter de trop grandes disparités de rémunérations entre les pays afin que certaines entreprises ne soient pas tentées de profiter d'une main-d’œuvre moins rémunérée pour réduire leurs coûts de production, les femmes étant nombreuses à être moins payées que les hommes dans certains secteurs de l'industrie (par exemple dans le textile)[35]. De 1958 à 1997, cet article est la base de la politique européenne en matière d'égalité des genres, politique qui va s'étoffer au fil du temps[35]. La CEE et les organisations qui la remplaceront utiliseront pour leur politique en matière d'égalité femmes-hommes différents dispositifs[35]. Peu à peu, grâce à différents textes juridiques, l'Europe sociale se constitue, avec l'égalité femmes-hommes comme élément central ayant permis de bâtir le reste autour[35]. De plus, des outils financiers spécifiques, comme par exemple des financements en matière de projets traitant de l'égalité femmes-hommes ou aux luttes contre les violences liées au genre, ont permis d'avancer sur d'autres plans que celui de la seule réglementation[35]. Enfin, des dispositifs non contraignants sur le plan réglementaire ont été adoptés, qui ont aussi participé à la valorisation et aux actions en faveur de cette égalité[35].

Toutefois, des évolutions dans le temps ont pu ou peuvent marquer des différences dans le traitement de cet objectif d'égalité entre les genres : ainsi, si en 2000 l'Europe sociale était l'une des priorités importantes de la communauté, ce n'est plus le cas en 2010[35]. Par ailleurs, à partir de 2011, le sujet égalité femmes-hommes a quitté le pan Europe sociale pour aller dans celui de la justice, s'y insérant parmi la politique plus vaste des droits fondamentaux[35]. La spécialiste de sociologie de l’action publique, des politiques européennes et des études de genre Sophie Jacquot indique qu'« au début du XXIe siècle, après plusieurs décennies de développement, la politique européenne d’égalité est menacée de démantèlement, voire en voie d’extinction progressive »[35]. Les modifications se font très progressivement et de façon assez peu visible de prime abord, mais la politique d'égalité européenne se craquelle peu à peu, à différents niveaux[35]. Sophie Jacquot souligne que ceci a paradoxalement lieu avec l'affirmation de plus en plus nette de l'égalité entre les genres comme l'une des valeurs fondamentales de l'Union européenne[35].

Législation relative à l'égalité des genres

Indices de mesure de l'égalité des sexes

Dans le monde

L'indice genre de Equal Measures 2030

L'organisation indépendante Equal Measures 2030, rassemblant une coalition d'ONG œuvrant en faveur de l'égalité des sexes et des femmes[36], publie un Indice Genre qui vise à mesurer l'accomplissement de l'objectif de développement durable no 5 (ODD) de l'ONU, qui a pour échéance l'année 2030. L'indice se base sur 51 indicateurs d’égalité des sexes pour 129 pays, en cohérence avec 14 autres ODD (Production et Consommation durable, Vie aquatique et biodiversité étant exclus car jugés peu pertinents par rapport au sujet de l'égalité des sexes).

Ces indicateurs montrent que globalement, la couverture des besoins fondamentaux pour toutes - l'ODD 2 (Faim Zéro), l'ODD 3 (Bonne santé et bien-être), l'ODD 4 (Éducation de qualité) et l'ODD 6 (Eau propre et assainissement) - progressent, mais, quel que soit le pays, les promesses d’égalité entre les genres ne sont pas encore tenues, en particulier face aux changements climatiques (ODD 13), à l’emploi dans l'industrie et l’innovation (ODD 9), ou encore dans le domaine des partenariats notamment en termes de finances publiques et de collecte de données (ODD 17). L’ODD 5 (égalité des genres) est loin d’être atteint [37].

D'après l'indice 2019 c'est en Europe du Nord (Danemark, Finlande, Suède, Norvège et Pays-Bas) que l'égalité des sexes est la mieux respectée, alors que le Canada est huitième et l’Australie dixième. C'est au Congo, en République Démocratique du Congo et au Tchad qu'elle est le moins respectée. Le niveau de richesse est assez corrélé au degré de respect de l'égalité des sexes, mais pas toujours (ex : le Rwanda, la Slovénie ou le Vietnam sont plus respectueux des femmes par rapport à des pays au PIB comparable, alors que la Russie, la Suisse ou la Turquie ont des scores plus faibles que d'autres pays comparables en termes de richesse.

En France

La loi no 2018-771 du [38] prévoit la mise en place d'un index égalité femmes-hommes devant être calculé et publié chaque année par les entreprises d'au moins 50 salariés. Un décret publié le précise ses modalités de calcul[39]. Sur 100 points, l'index est calculé à partir de 5 indicateurs :

  • L'écart de rémunération entre les hommes et les femmes (40 points),
  • L'écart dans les augmentations annuelles entre les hommes et les femmes (20 points),
  • L'écart dans les promotions entre les hommes et les femmes (15 points),
  • Les augmentations au retour de congé maternité (15 points),
  • La parité parmi les plus grosses rémunérations (10 points).

Les entreprises avaient jusqu’au pour publier le premier index. Des pénalités pouvant s'élever à 1 % de la masse salariale[40] sont prévues si l'index n'atteint pas au moins 75 points dans les trois ans.

La parité signifie que chaque sexe est représenté à égalité dans les institutions.

C'est un instrument au service de l'égalité, qui consiste à assurer l'accès des femmes et des hommes aux mêmes opportunités, droits, occasions de choisir, conditions matérielles tout en respectant leurs spécificités.

Prospective

Selon l'étude annuelle du Forum économique mondial publiée en 2021, il faudra encore compter 135,6 années avant de parvenir à la parité à l’échelle mondiale, tant sur le plan économique que politique, de santé ou encore d’éducation[41]. Cette échéance est retardée de 36 ans par la pandémie de Covid-19, dont les répercussions ont été plus sévères pour les femmes, qui ont notamment été plus nombreuses à perdre leur emploi[41].

Annexes

Articles connexes

Sources et bibliographie

  • Élisabeth Doutre, « « Inégalités et discrimination en Recherche & Développement : analyse de l’effet des stéréotypes de genre dans les représentations sociales et les attitudes des élèves ingénieurs » », L'orientation scolaire et professionnelle, nos 41/1,‎ (DOI 10.4000/osp.3740, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2015)

Notes et références

  1. Jacqueline Laufer, « Entre égalité et inégalités : les droits des femmes dans la sphère professionnelle », L'Année sociologique, vol. 53, no 1,‎ , p. 143 (ISSN 0066-2399 et 1969-6760, DOI 10.3917/anso.031.0143, lire en ligne, consulté le 3 janvier 2019)
  2. « Le Défenseur des droits agit pour faire respecter les droits de toutes les femmes et lutter contre les discriminations », sur Défenseur des Droits, (consulté le 12 mars 2020)
  3. « Site de l'observatoire des inégalités », sur inegalites.fr, (consulté le 20 mars 2018)
  4. « Inégalités salariales entre hommes et femmes : les métiers exercés et le temps de travail expliquent plus de la moitié des écarts - Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté - 8 », sur www.insee.fr (consulté le 15 novembre 2019)
  5. « Inégalités de salaires hommes/femmes en France et dans le monde : l'étude 2019 de Glassdoor », sur Glassdoor FR, (consulté le 15 novembre 2019)
  6. Thomas Chenel, « L'écart de salaires entre hommes et femmes est beaucoup moins important en France qu'en Allemagne ou aux Pays-Bas », sur Business Insider France, (consulté le 15 novembre 2019)
  7. « L'égalité hommes-femmes en matière d'emploi | READ online », sur OECD iLibrary (consulté le 15 novembre 2019)
  8. « Les Françaises sans enfant mieux payées que les mères », sur www.20minutes.fr (consulté le 15 novembre 2019)
  9. INSEE, « Regards sur la parité, édition 2012 »
  10. a b c d et e « Les hommes aussi sont victimes de discriminations », sur Le Huffington Post, (consulté le 15 novembre 2019)
  11. « Genèse du projet », sur ÉGALITÉ : AU TRAVAIL ! (consulté le 16 mai 2019)
  12. « Vivre dans plusieurs configurations familiales | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 24 juin 2017)
  13. a et b « Nantes: Pourquoi les pères divorcés obtiennent rarement la garde de leurs enfants », sur LExpress.fr, (consulté le 15 novembre 2019)
  14. « Déchiffrer le code: l'éducation des filles et des femmes aux sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) », sur unesdoc.unesco.org, (consulté le 29 mai 2021), p. 19-21
  15. (en) Thomas Breda, Elyès Jouini, Clotilde Napp et Georgia Thebault, « Gender stereotypes can explain the gender-equality paradox », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 117, no 49,‎ , p. 31063–31069 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 33229558, PMCID PMC7733804, DOI 10.1073/pnas.2008704117, lire en ligne, consulté le 29 mai 2021)
  16. Organisation for Economic Co-operation and Development, Education at a glance, 2011 : OECD indicators., OECD, (ISBN 978-92-64-11705-1 et 92-64-11705-9, OCLC 769188298, lire en ligne)
  17. « Pourquoi les femmes ont déserté l’informatique dans les 80’s », sur Les Echos Start, (consulté le 29 mai 2021)
  18. a b et c Isabelle Collet, « Effet de genre : le paradoxe des études d’informatique », tic&société, no Vol. 5, n° 1,‎ (DOI 10.4000/ticetsociete.955, lire en ligne, consulté le 29 mai 2021)
  19. « Pourquoi les femmes ont déserté l’informatique dans les 80’s », sur Les Echos Start, (consulté le 29 mai 2021)
  20. (en) Stephanie M. Lee, « A Controversial Study Claimed To Explain Why Women Don’t Go Into Science And Tech. It Just Got A 1,113-Word Correction. », sur Buzzfeed,
  21. (en) Sarah S. Richardson, Meredith W. Reiches, Joe Bruch et Marion Boulicault, « Is There a Gender-Equality Paradox in Science, Technology, Engineering, and Math (STEM)? Commentary on the Study by Stoet and Geary (2018) », Psychological Science, vol. 31, no 3,‎ , p. 338–341 (ISSN 0956-7976 et 1467-9280, DOI 10.1177/0956797619872762, lire en ligne, consulté le 5 septembre 2020)
  22. a et b (en) Gijsbert Stoet et David C. Geary, « The Gender-Equality Paradox in Science, Technology, Engineering, and Mathematics Education », Psychological Science, vol. 29, no 4,‎ , p. 581–593 (ISSN 0956-7976, DOI 10.1177/0956797617741719, lire en ligne, consulté le 9 décembre 2019)
  23. le figaro, « Plus un pays est développé, moins les femmes font d’études scientifiques », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 9 décembre 2019)
  24. Béatrice Kammerer, « Plus un pays est riche, moins les femmes choisissent les sciences... », sur Sciences Humaines (consulté le 9 décembre 2019)
  25. (en) Armin Falk et Johannes Hermle, « Relationship of gender differences in preferences to economic development and gender equality », Science, vol. 362, no 6412,‎ , eaas9899 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.aas9899, lire en ligne, consulté le 28 mai 2021)
  26. (en) Richard A. Lippa, Marcia L. Collaer et Michael Peters, « Sex Differences in Mental Rotation and Line Angle Judgments Are Positively Associated with Gender Equality and Economic Development Across 53 Nations », Archives of Sexual Behavior, vol. 39, no 4,‎ , p. 990–997 (ISSN 1573-2800, DOI 10.1007/s10508-008-9460-8, lire en ligne, consulté le 28 mai 2021)
  27. (en) David P. Schmitt, Audrey E. Long, Allante McPhearson et Kirby O'Brien, « Personality and gender differences in global perspective », International Journal of Psychology, vol. 52, no S1,‎ , p. 45–56 (ISSN 1464-066X, DOI 10.1002/ijop.12265, lire en ligne, consulté le 29 mai 2021)
  28. « Déchiffrer le code: l'éducation des filles et des femmes aux sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) », sur unesdoc.unesco.org, (consulté le 29 mai 2021), p. 12, 19, 32, 40
  29. « Déchiffrer le code: l'éducation des filles et des femmes aux sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) », sur unesdoc.unesco.org, (consulté le 29 mai 2021), p. 19-23
  30. « L’hébergement des sans-domicile en 2012 », insee.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  31. Qui a peur de l’égalité entre les sexes ? Libération, 28 janvier 2014
  32. L’opposante aux « ABCD de l’égalité » Farida Belghoul sanctionnée par l’éducation nationale, Le Monde, 30 octobre 2014
  33. Le projet de Constitution tunisienne veut établir l'égalité des sexes, Libération, 6 janvier 2014
  34. Le projet de loi sur le dialogue social, une menace pour l'égalité homme-femme ?, L'Express, 15 mai 2015
  35. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Sophie Jacquot (professeure de science politique, chercheuse, spécialiste de sociologie de l'action publique, des politiques européennes et des études de genre), « Politiques d’égalité hommes/femmes de l’Union européenne depuis 1957 », sur Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe, (après 2012) (consulté le 10 juin 2021)
  36. (en) « Who We Are », sur Equal Measures 2030 (consulté le 15 novembre 2019)
  37. [ https://www.equalmeasures2030.org/products/global-report-2019/ Global Report “Harnessing the power of data for gender equality: Introducing the 2019 EM2030 SDG Gender Index”], |equalmeasures2030
  38. LOI n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, (lire en ligne)
  39. « Décret n° 2019-15 du 8 janvier 2019 portant application des dispositions visant à supprimer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes dans l'entreprise et relatives à la lutte contre les violences sexuelles et les agissements sexistes au travail | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 août 2019)
  40. Joseph Martin, « Index égalité homme femmes : des sanctions pour les entreprises retardataires », sur RSE Magazine (consulté le 4 juillet 2019)
  41. a et b Le Monde avec AFP, « La pandémie de Covid-19 retarde les progrès vers l’égalité femmes-hommes d’une génération », sur lemonde.fr, (consulté le 7 avril 2021).