Non-mixité

La non-mixité est une pratique consistant à organiser des rassemblements réservés aux personnes appartenant à un ou plusieurs groupes sociaux considérés comme opprimés ou discriminés, en excluant la participation de personnes appartenant à d'autres groupes considérés comme potentiellement discriminants (ou oppressifs), afin de ne pas reproduire les schémas de domination sociale.

Cette pratique est utilisée par certains groupes de divers courants militants, notamment du féminisme, de l'antiracisme, du mouvement LGBT ou de personnes en situation de handicap.

Cette stratégie fait régulièrement polémique, y compris au sein même de ces mouvements, car elle oppose deux visions de la lutte contre les discriminations ou inégalités. Les détracteurs considèrent que la non-mixité — excluant certaines catégorie de personnes des espaces « réservés » — recrée une inégalité entre individus, au lieu de la supprimer, et présente un caractère discriminatoire. Les partisans de la pratique soutiennent que de tels moments ponctuels en non-mixité sont une nécessité, l'absence de remises en cause par des personnes ne partageant pas leur expérience permettant de libérer la parole et de favoriser l'auto-émancipation.

Description

Les réunions en non-mixité sont des « espaces revendiqués de non-cohabitation, [constituant] un mode de militantisme caractéristique de certains mouvements féministes, LGBT ou anti-racistes »[1]. Adoptant la même description, Eléa Pommiers, du Monde précise :

« Dans les années 1970, la non-mixité est devenue une forme de militantisme, caractéristique de certains mouvements féministes, ou encore des mouvements antiracistes ou LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres). Dans cette perspective, il s’agit de réserver ponctuellement des espaces de réunion et de parole à des groupes perçus comme opprimés, en excluant des personnes considérées comme appartenant à un groupe de « dominants », voire d’« oppresseurs »[2]. »

Pour la sociologue Christine Delphy, en situation de mixité, les rapports de domination sociale[n 1] et les discriminations sont reproduits[4]. Selon cette dernière ou Caroline De Haas, « les individus appartenant au groupe dominant ont tendance à imposer leurs vues et à monopoliser la parole par rapport aux groupes discriminés ». Par exemple, dans les groupes qui mélangent hommes et femmes, des hommes auraient tendance à recentrer le sujet sur eux en assurant qu'ils ne sont pas sexistes, ou encore, selon Christine Delphy, dans les rassemblements antiracistes, « les dominants tirent la discussion sur les sujets qui les intéressent, se plaignent, rappellent qu'eux ne sont pas racistes »[4],[5],[6].

Pour Christine Delphy, la mise en pratique de la non-mixité « participe en réalité d’un processus d’auto-émancipation »[1]. Elle est conçue comme un moyen pour des personnes s'estimant subir des discriminations systémiques de partager des expériences communes et de s'exprimer librement dans un endroit où elles risquent moins d'être remises en cause par des personnes ne partageant pas cette caractéristique et où leur expérience vécue risque moins d'être questionnée ou délégitimée. Les participants doivent pouvoir s'exprimer sans ressentir le besoin de s'autocensurer ou de se justifier ni la crainte de blesser[4],[7],[8],[9].

« Car dans les groupes mixtes, Noirs-Blancs ou femmes-hommes, et en général dans les groupes dominés-dominants, c’est la vision dominante du préjudice subi par le groupe dominé qui tend à… dominer. Les opprimés doivent non seulement diriger la lutte contre leur oppression, mais auparavant définir cette oppression elles et eux-mêmes. C’est pourquoi la non-mixité voulue, la non-mixité politique, doit demeurer la pratique de base de toute lutte ; et c’est seulement ainsi que les moments mixtes de la lutte – car il y en a et il faut qu’il y en ait – ne seront pas susceptibles de déraper vers une reconduction douce de la domination[10]. »

Il est parfois souligné que les espaces non mixtes sont utiles pour libérer la parole, en permettant à certaines personnes d'oser livrer des expériences qu'elles n'auraient pas exprimées autrement[5],[7],[9].

Parmi les intérêts avancés en faveur de la pratique de la non-mixité figurent notamment[7],[11] :

  • l'espace sécurisant, le fait pour les participant.e.s de se savoir dans un Safe space, qui permet d'éviter de reproduire des rapports de domination sociale et/ou d'être « victime de micro-agressions racistes, sexistes » ;
  • l'auto-émancipation, la non-mixité peut être conçue comme une démarche d'empowerment qui permet aux participants de prendre confiance en eux et de s'affirmer, y compris dans d'autres contextes, de « définir leur oppression et donc leur libération elles/eux-mêmes […] ».

Les réunions non mixtes sont ainsi employées par différents groupes sociaux considérés, notamment par les organisateurs, comme opprimés : les femmes, les personnes trans, « racisés » ou les minorités sexuelles ainsi que des personnes se situant à l'intersection de plusieurs groupes[7].

La non-mixité est toutefois critiquée, y compris au sein des mouvements militants[8] : en excluant certaines catégories de personnes, elle est parfois considéré comme discriminatoire[7]. Cet argument est cependant rejeté par des militants, comme la féministe française Caroline De Haas, en raison du caractère ponctuel des évènements non mixtes, qui ne s'inscriraient donc pas dans le cadre d'une discrimination systémique[7].

La militante antiraciste Rokhaya Diallo défend l'usage ponctuel des réunions en non-mixité raciale mais les distingue de leur finalité : « les réunions afroféministes non mixtes n’ont en aucun cas vocation à proposer un projet de société ségrégationniste définitif puisqu’elles s’inscrivent dans la temporalité d’un événement ponctuel »[12],[13]. Un point de vue soutenu par Julien Talpin[n 2], qui note :

« La non-mixité temporaire constitue une stratégie, pas un projet de société. Il s’agit de permettre à ceux qui subissent le racisme de s’auto-organiser pour mettre à mal les formes de hiérarchisation et de ségrégation qui structurent la société, afin d’accéder au mélange si les gens le souhaitent, et surtout à l’égalité[15]. »

Description critique des identités et remise en question

À l’intérieur du mouvement anarchiste, anarcha-féministe et plus largement des milieux radicaux et autonomes, la non-mixité est un sujet clivant, sa pratique est parfois remise en question ; « une ligne de démarcation est ainsi tracée, enfermant d’une part des victimes et de l’autre des coupables a minima, voire des bourreaux, imposant à chacun à la fois une identité et un rôle dont il ne veut pas forcément (peut-être même ne veut-il pas d’identité du tout) »[16],[17],[18].

Dans le féminisme

Historique

En France, la non-mixité provient en premier lieu du mouvement féministe,[Information douteuse] et ce dès la Révolution française. Pauline Léon et Claire Lacombe, proches des Jacobins, fondent le le club des Citoyennes républicaines révolutionnaires, qui compte uniquement des femmes (170 au total)[19]. Au bout d'à peine quelques mois, la Convention montagnarde dissout, le , la société des Citoyennes ainsi que tous les clubs féminins[19].

Lors de la Troisième République, seule une minorité d'associations féministes et suffragistes est non mixte. Cette non-mixité est alors censée garantir l'expression des femmes, éviter que les hommes ne se mettent en avant et ne menacent l'autonomie du mouvement, mais surtout elle montrait que les femmes étaient capables de prendre en charge, seules, des tâches en général dévolues aux hommes[20]. Le journal La Fronde, par exemple, fondé par Marguerite Durand en 1897 — considéré comme le « premier quotidien féministe au monde »[21] —, est « entièrement écrit et administré par des femmes »[20].

La non-mixité dans le mouvement féministe en France est cependant considérée comme issue des années 1970 et du Mouvement de libération des femmes (MLF)[22],[23]. Des groupes de parole non-mixtes sont ainsi organisés à la CFDT, où la secrétaire générale adjointe, Jeannette Laot, est également présidente du Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (MLAC)[24]. Influencées par les mouvements des droits civiques et féministes américains et à la suite d'un certain sexisme constaté dans les mouvements militants de mai-juin 1968, des « femmes excluent les hommes et théorisent la non mixité »[25] :

« Nous en sommes arrivées à la nécessité de la non mixité. Nous avons pris conscience qu'à l'exemple de tous les groupes opprimés, c'était à nous de prendre en charge notre propre libération. En effet, si désintéressés soient-ils, les hommes ne sont pas directement concernés et retirent objectivement des avantages de leur situation d'oppresseurs[26]. »

Pour l'historienne Christine Bard, « Les groupes de conscience qui ont éclos à ce moment-là ont joué un rôle fondamental dans la libération de la parole des victimes de violences sexuelles. Ça n'était pas possible dans des groupes mixtes »[27].

Dans les années 1980 et 1990, la mixité dans les mouvements militants féministes revient[22], encouragée par des personnes ayant évolué dans un environnement scolaire mixte[20].

Expérimentations d’espaces non-mixtes dans les écoles

En 2010, Martine Chaponnière, professeure en sciences de l'éducation à l'université de Genève, évoque quelques difficultés liées à la mixité dans les écoles[28] :

  • « En Suisse romande, dans les centres de loisirs, les travailleurs sociaux ont de grosses inquiétudes car les filles ne viennent plus. Cet absentéisme est dû aux violences sexistes (verbales ou physiques) qu’elles subissent et au fait que les garçons monopolisent l’espace et les installations (jeux, parc informatique) et qu’elles ont beaucoup de peine à y avoir accès. Finalement les adolescentes s’excluent d’elles-mêmes de ces ambiances machistes, basées sur des rapports de force et sur un langage vulgaire et irrespectueux » ;

et l'intérêt de conduire des expérimentations de non-mixité chez les plus jeunes ;

  • « les évaluations de ces expérimentations sont contrastées : à l'abri des remarques sexistes, les filles plus en confiance opteraient davantage pour des orientations moins stéréotypées, réussiraient mieux dans des matières considérées comme masculines. Mais dans ces mêmes classes, les enseignants adaptent les contenus ou méthodes d'enseignement au sexe des élèves. Ils risquent de renforcer les représentations sexistes, les garçons et les filles étant réassignés à leur catégorie respective. »

Le sociologue de l'éducation Gaël Pasquier[n 3] voit un effet « paradoxal » dans ce recours à la non-mixité scolaire, « Dans les arguments en faveur de ces expériences ciblées se retrouvent les justifications de certains mouvements féministes des années soixante-dix, qui ont parfois pu considérer la décision de se retrouver uniquement entre femmes comme un « acte fondateur » ». Cependant, une singularité réside dans le fait que l'école ne s'inscrit pas dans une logique d'engagement militant — contrairement à l'activisme afroaméricain ou au féminisme — et ces expérimentations confrontent « les élèves à des injonctions paradoxales : alors que les textes officiels de l’Éducation nationale demandent à l’école d’affirmer l’égalité des filles et des garçons, de les inviter à déconstruire les stéréotypes de sexe, de lutter contre l’homophobie, celle-ci les sépare et les réassigne dans une catégorie à laquelle elle leur demande de ne pas se limiter »[30]. La sociologue Marie Duru-Bellat (elle aussi, spécialiste de l'éducation) « pense que les situations de non-mixité peuvent être profitables, aux filles notamment, qui se libèrent ainsi de la « menace du stéréotype », à condition qu’elles soient temporaires »[31].

Points de vue

La militante féministe Caroline De Haas affirme qu'il est souvent jugé qu'au sein d'une assemblée mixte, la situation de parole n'est pas égalitaire[5]. Les hommes présents auraient tendance à monopoliser la parole au détriment des femmes[5],[6],[20], reproduisant ainsi au sein du milieu militant les inégalités et les rapports de pouvoir entre hommes et femmes[22]. Selon Christine Delphy, sociologue française, en plus de l'aspect selon lequel les hommes monopolisent le discours, les hommes féministes ont également tendance à substituer leur parole à celle des femmes, mais aussi à imposer leur conception de la libération des femmes à celles-ci, dans une optique où ils pourraient contrôler ce mouvement[32]. Pour elle, la non-mixité choisie est une conséquence de l'« auto-émancipation », c'est-à-dire de la lutte par et pour les personnes opprimées[8],[33].

Pour le courant du féminisme radical, la non-mixité a pour but de rendre la situation plus égalitaire au niveau des relations sociales. Il s'agit alors de se regrouper, tout en se passant de la domination masculine, de prendre confiance en soi, aboutissant ainsi à une analyse politique collective à partir des expériences individuelles[11]. La non-mixité peut s'inscrire dans une démarche d'empowerment[9].

Selon plusieurs personnalités militantes, dont Caroline de Haas[5], Christine Delphy[33], certaines féministes radicales[11] et des chercheurs[6], le principe de la non-mixité est une nécessité pour le féminisme militant, sans pour autant que les rassemblements non mixtes aient vocation à remplacer les réunions mixtes[6] qui sont jugées comme demeurant nécessaires[9].

La réalisatrice afroféministe Amandine Gay raconte son expérience à Osez le féminisme ! : « Nous n’étions pas non mixte mais il y avait très peu d’hommes. Se retrouver entre femmes, ça a été plus facile pour discuter de certains enjeux parce qu’on ne se coupait pas la parole. Tu apprends beaucoup mieux en non-mixité sans qu’on délégitime ton expérience, qu’on te coupe la parole ou qu’on t’attaque ». Toutefois, elle estime que « la non-mixité est un outil très important pour prendre confiance. Après, j’émettrais des réserves quant au fait de la présenter comme une fin en soi. C’est un outil vers lequel on peut toujours se tourner quand on a besoin de faire le point, de réfléchir à certains enjeux et de développer des stratégies qui nous soient propres. Mais, mon objectif, c’est de vivre dans la société dans laquelle j’évolue : je veux que cette société change, pas en être exclue »[34].

En 2018, la présidente d'un syndicat étudiant "Lilâ Le Bas" explique l'apport de la non-mixité pour faire face aux violences sexuelles à l'UNEF : « Les réunions non mixtes, que certains décrient, sont un instrument important : elles ont permis que les femmes se rendent compte que ce qu’elles vivaient n’était pas individuel mais collectif et qu’il fallait répondre de manière collective. D’ailleurs les débriefings de ces réunions non mixtes sont, eux, mixtes : les femmes ne sont pas seules dans ce combat »[35].

Certains avancent que les opposants aux réunions non mixtes sont généralement des personnes qui n'auraient de toute manière pas participé aux réunions mixtes habituellement[8]. Selon le chercheur français Alban Jacquemart, « en instaurant la non-mixité, les féministes [mettent] en évidence la position de dominant des hommes. Or, les dominants n’acceptent pas d’être renvoyés à leur position de dominants »[36].

Dans l'antiracisme

Mouvement des droits civiques

Les réunions non mixtes ont notamment été employées lors du mouvement des droits civiques aux États-Unis dans les années 1960[8],[9], où les personnes blanches étaient exclues de certains rassemblements[8], comme au sein des collectifs des Black Panthers, du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) et du Congress of Racial Equality (CORE)[37]. La pratique de la non-mixité s'inscrit la démarche du Black Power et de la radicalisation du mouvement civique. Pour Stokely Carmichael, les Noirs doivent s'organiser entre eux, la non-mixité permet l'autodétermination et l'empowerment des Noirs, face aux Blancs qui se retrouvaient nécessairement dans une position de dominants lors de leurs rassemblements, comme lors des réunions du SNCC et du CORE[37]. Cette évolution vers une radicalisation est critiquée par des militants modérés, qui sont pour certains exclus du mouvement. Le Times juge alors le Black Power de « philosophie raciste » tandis que Roy Wilkins, activiste depuis les années 1930, considère que « peu importent leurs efforts pour l’expliquer, le terme « Black power » signifie “pouvoir anti-Blancs” »[37].

En France

Collectif Mwasi

En , le collectif Mwasi organise une projection du film Black Panther « en non mixité pour les personnes noires quel que soit le genre » en mettant en vente les tickets sur Internet[38], la non-mixité n'étant ici pas justifiée par la nécessité de favoriser un échange libre la soirée étant un divertissement[39]. À la suite de cela, la LICRA dénonce un acte de « ségrégation » et annonce avoir déposé plainte[réf. souhaitée].

Camp décolonial

En 2016, se tient à Reims un « camp d'été décolonial » non-mixte, réservé aux personnes considérées comme « subissant à titre personnel le « racisme d'État » en contexte français ». L'évènement se définit comme s'inscrivant « dans la tradition des luttes d’émancipation décoloniales, anti-capitalistes et d’éducation populaire » « afin de se former, de partager et de renforcer [les personnes invitées] pour les luttes et mobilisations à venir »[40]. La non-mixité y est défendue par les organisatrices comme une nécessité politique, car selon elles ; « les paroles blanches sont survalorisées, surinterprétées, surlégitimées comparées aux paroles et pensées non blanches »[41].

L'évènement suscite la polémique en France, il est notamment critiqué par des associations antiracistes comme la LICRA[n 4] ou SOS Racisme[n 5].

La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem déclare — dans une réponse à Bernard Debré — qu'elle « condamne absolument la tenue de ces réunions comme celle du camp d’été que vous avez évoqué […] Ces initiatives sont inacceptables, car, bien loin de l’objectif qu’elles prétendent poursuivre, elles confortent une vision racialiste et raciste de la société qui n’est pas la nôtre […] Au bout de ce chemin, je le dis à tous ceux qui l’empruntent, il n’y a que le repli sur soi, la division communautaire et le chacun chez soi »[43].

D'autres observateurs qualifient l'événement de « racisme à l’envers[44]», de racisme culturel, ou d'apartheid opposé à l'« universel humain »[45], de « remix de l‘extrême-droite identitaire » cultivant les divisions[46], de « forme d’apartheid mental qui aboutit à des manifestations racialistes sous prétexte de lutte contre le racisme »[47], d'ostracisme assumé qui exclut une partie des individus du débat au nom de la lutte contre un «système» dominant[48].

Fania Noël, coorganisatrice du camp d'été avec Sihame Assbague, pense que « l’autonomie est vue comme un danger par les personnes qui ont des choses à perdre dans l’émancipation.[49] ». Selon Sylvia Zappi[n 6], journaliste au Monde, les réunions réservées aux « non blancs » se multiplient et « rassemblent des jeunes militants désireux de défendre un “antiracisme politique”, qu’ils opposent à l’antiracisme “moral” des années 1980 ».

En mai 2016, un collectif d'une cinquantaine d'universitaires, militants et artistes prend la défense de l'événement sur un blog de médiapart[51].

La politologue Audrey Célestine[n 7] considère la polémique comme incarnant parfaitement la difficulté « à avoir une discussion critique non hystérique »[54]. Pour Faïza Zerouala, cette polémique a finalement « phagocyté le fond, dont il a peu été question. En réalité, le camp d’été décolonial pourrait se résumer à une série de conférences, imprégnées de sociologie et d’outils conceptuels »[49].

Malgré les critiques et la polémique, le rassemblement n'est pas interdit ; le préfet estimant « qu'il n'y avait eu ni “expression publique de racisme ou d'exclusion”, ni de “trouble à l'ordre public” pouvant justifier l'interdiction de l'événement ».

Une deuxième édition du camp d'été décolonial est organisé en août 2017 dans un lieu confidentiel. Marianne voit dans la stratégie qui consiste à réserver la réunion « uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français » l'effet d'une « rhétorique identitaire »[55].

Festival Nyansapo

Du 28 au , le festival Nyansapo, qui se décrit comme un festival « afroféministe militant à l’échelle européenne »[56], est organisé par le collectif Mwasi et doit se tenir dans les locaux de la Générale Nord-Est (qui loue ses locaux à la mairie de Paris), dans le onzième arrondissement de Paris[57]. Le festival est organisé en quatre espaces, dont trois sont annoncés en non-mixité : un espace non mixte pour les femmes noires (80 % du festival), un espace non mixte pour les personnes « noires » ou « afro-descendante » (les deux termes sont utilisés comme synonyme) et un espace non mixte pour les femmes « racisées » ; le dernier espace est ouvert à tous[56]. L'élu du Front National Wallerand de Saint-Just, la LICRA et la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo évoquent un festival « interdit aux blancs ». La maire de Paris publie ainsi le une série de tweets où elle dit « demander l’interdiction du festival » et annonce qu’elle va « saisir le préfet de police en ce sens »[57]. Le lendemain, elle annonce qu'une solution a été trouvée, les ateliers organisés en non-mixité se tenant dans un lieu privé sans lien avec la mairie de Paris ; les organisateurs du festival répondent que c'était déjà ce qui était prévu[58].

Le président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme, Michel Tubiana, qui se dit « sceptique sur le processus utilisé », y voit « surtout le signe « d’un symptôme dont il faut tenir compte » : la frustration de la jeune génération de militants face aux échecs de l’antiracisme « universaliste » ou « moral » »[59].

Pierre-André Taguieff écrit à propos du festival Nyansapo : « L'impératif d'auto-émancipation peut ainsi venir légitimer un communautarisme identitaire séparatiste »[60].

Stages Sud-éducation

En , le syndicat d'enseignants Sud-Éducation 93 organise un stage visant notamment à analyser le « racisme d'État » en France. Des conférences données par des proches du Parti des Indigènes de la République et du CCIF, ainsi que des ateliers interdits aux Blancs font polémiques. L'annonce du stage publiée sur le site du syndicat le 19 octobre est relevée un mois plus tard par Nassim Seddiki, secrétaire général du Printemps républicain et membre du Parti socialiste. La LICRA reproche au syndicat d'« étiqueter les enfants des écoles de la République et leurs enseignants en fonction de critères dignes d’une exposition coloniale », tandis que le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer dénonce un « projet d'une réunion syndicale triant les membres sur la base de leur origine », le jugeant « inconstitutionnel et inacceptable ». Sud-Éducation répond par un communiqué, dénonçant « des messages mensongers, de haine et d'attaques sur les réseaux sociaux » et « la coïncidence des agendas des réseaux d'extrême droite et de notre ministère »[61],[62]. Une plainte pour « discrimination » et « exploitation des personnes vulnérables » déposée en avril 2018 par Jean-Michel Blanquer est classée sans suite[63].

Le même syndicat organise, en , un nouveau stage de formation sur le thème « Comment entrer en pédagogie antiraciste ? » — dont le but revendiqué est de « donner des outils pour lutter contre le racisme que rencontrent, au sein de l'institution scolaire, différentes catégories de personnes membres de la communauté éducative » — comprenant un atelier non-mixte intitulé « Comment se défendre dans son environnement professionnel ». L'entourage de Jean-Michel Blanquer dénonce « une initiative "contraire aux valeurs de l'école républicaine" ». Le syndicat soutient que la non-mixité est un outil militant « qui n'a pas pour but d'être "généralisé" mais de permettre "à un moment donné, dans un endroit donné" à des personnes de "discuter des discriminations" et "des problématiques propres" qu'elles subissent »[64]. Selon le magazine Marianne, le stage « aux relents racialistes » reprend « tous les fondamentaux de la pensée indigéniste »[65].

Points de vue

Pour Jean-Loup Amselle, « La non-mixité est une nouveauté en Europe ». « La non-mixité est dramatisée en France sur le plan politique, notamment par la droite et l'extrême droite qui fustigent ces réunions non mixtes, alors que dans la pratique — par exemple les réunions non mixtes qui ont eu lieu à l'université Paris 8 et qui ne regroupaient en principe que des Noirs — on a pu observer que, dans ces réunions, les Blancs étaient acceptés. »

« Mais, par ailleurs, cette idée de réunion non mixte est difficile à défendre, selon moi, parce qu'elle est aussi revendiquée par des associations d'extrême-droite, type « Riposte laïque » dont les « apéros saucissons-vin rouge » sont destinés à éloigner les musulmans. »

« La non-mixité a été critiquée par la gauche républicaine, par la droite et par l’extrême droite qui y voient un phénomène de «communautarisme» ou de «séparatisme». »

Souleymane Bachir Diagne déclare dans ce même entretien avec Jean-Loup Amselle : « S'il me fallait avoir un énoncé général sur ces rencontres de non-mixité, je crains pour l'exigence d'universalité sur laquelle j'insiste particulièrement, et je ne voudrais pas que la réflexion devienne un enfermement dans une expérience que l'on jugera incommunicable [66]. »

Dans les mouvements LGBT

Défense des personnes en situation de handicap

Dans certaines organisations luttant pour les droits des personnes handicapées, la pratique de la « pairémulation » (traduction de l'anglais « peer counseling »[67]), se répand. Il s'agit, lors de réunions entre des personnes atteintes d'un handicap, de partager des expériences relatives à la vie de tous les jours mais aussi de parler de l'oppression souvent vécue par les personnes handicapées dans la société. La « pairémulation » vise en premier lieu à rendre la parole à celui ou celle qui doit se construire ou se reconstruire, et à la réinstauration d’une parité pour trouver ou retrouver la confiance[67]. Pour ce faire, cette pratique se fait souvent en non-mixité : « Pour obtenir la parité, seules les personnes qui surmontent des restrictions de capacité sont en effet invitées à participer et, surtout, à prendre la parole. Cette règle destinée à libérer la parole de celles et de ceux qui n’ont que rarement l’occasion de s’exprimer en dehors de la présence des personnes qui les accompagnent dans le quotidien est parfois difficile à mettre en œuvre, surtout avec les personnes dites « handicapées mentales »[67].

Certains groupes de personnes en situation de handicap se rassemblent en statut associatif spécifique pour se préserver de la présence des personnes non handicapées, parents, professionnels de santé (ou du handicap) et bénévoles, comme le Réseau des diplômés ou étudiants de l'enseignement supérieur et cadres Asperger ou autistes (DÉesCAa).

Critiques

Pour Eléa Pommiers (Le Monde), « La non-mixité fait régulièrement polémique car elle oppose deux visions de la lutte contre les discriminations et heurte le principe d’égalité entre les individus ». Dans le cas de la non-mixité raciale, ses détracteurs y voient une pratique raciste, qualifiée parfois de « racisme à l’envers » et « estiment que la non-mixité recrée une inégalité au lieu de la supprimer et encourage le communautarisme plutôt qu’elle ne le fait reculer. Dans cette conception, la mixité permettrait un mélange des groupes sociaux nécessaire à leur connaissance, à leur respect mutuel. C’est la diversité qui serait la condition de l’égalité entre les personnes »[2].

Fin 2017, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer prend position contre la non-mixité, dénonçant « des pratiques contraires à la Constitution » et qui portent atteinte à la « cohésion nationale »[2]

Auteur de recherches sur la notion de « racisme institutionnel », le sociologue Michel Wieviorka juge qu'organiser des ateliers de « non-mixité raciale » est « dangereux et malsain, c'est aller en sens inverse de ce qu’il faut faire pour faire respecter, comprendre et partager les valeurs universelles. En disant que pour partager certaines expériences, il faut appartenir à un groupe racialisé, on joue la fragmentation de la société, on s'éloigne des idéaux universels. Mais le discours universaliste, incarné en France par l'idéal républicain, lance des promesses d'égalité ou de fraternité qui ne sont pas tenues pour tout le monde. Il devient alors abstrait, incantatoire, répressif et contre-productif. Pour résister aux tentations de fragmentation, on met en avant des valeurs sans les appliquer à tous. La situation est donc délicate, il faut combattre sur deux fronts : à la fois défendre les valeurs de la République et, en même temps, reconnaître que le racisme se fixe sur des populations plutôt que d'autres »[69].

Pour l'essayiste Barbara Lefebvre, la non-mixité : « C'est le modèle autoségrégatif des minorités ethniques et des féministes américaines importé par les décoloniaux depuis plus de quinze ans en France » ; « Sans vergogne les décoloniaux défenseurs de la non-mixité se réclament de Frantz Fanon pour en caricaturer la pensée et la racialiser alors qu'il écrivait dès 1952 : « Seront désaliénés Nègres et Blancs qui auront refusé de se laisser enfermer dans la Tour substantialisée du passé ». Nous sommes au contraire dans l'aliénation volontaire d'identitaires obsédés par la race, au sens raciste de Gobineau et non dans l'acception culturelle et naturellement ethnocentrée de Lévi-Strauss ! »[70].

Identitarisme

En 2016, le philosophe et professeur des universités François Noudelmann écrit une tribune dans le journal Le Monde pour dénoncer la non-mixité, la considérant comme étant une « rhétorique identitaire dépassée », « une logique séparatrice » et une « dangereuse régression »[71].

Ghetto

En 1981, lors d'une interview, Marguerite Yourcenar suggère la non-mixité liée au sexe en ces termes : « Ce qui m’inquiète dans le féminisme de nos jours, avec lequel je suis tout à fait d’accord quand il s’agit d’égalité des salaires à mérite égal […], c’est l’élément de revendication contre l’homme, une tendance à se dresser contre l'homme en tant que femme qui ne me paraît pas naturelle, qui ne me parait pas nécessaire et qui tend à établir des ghettos. Des ghettos, on en a déjà assez […] [72],[73].

Racialisme

En 2016, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem dénonçait la non-mixité, déclarant que « ces initiatives sont inacceptables, car, bien loin de l’objectif qu’elles prétendent poursuivre, elles confortent une vision racialiste et raciste de la société qui n’est pas la nôtre […] Au bout de ce chemin, je le dis à tous ceux qui l’empruntent, il n’y a que le repli sur soi, la division communautaire et le chacun chez soi »[43].

Cette pratique est aussi critiquée par des associations qui luttent contre les différentes formes de discriminations. Pour la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, la non-mixité raciale est « un scandale ». Elle affirme que « le mot « racisé » est une résurgence raciste qui vise à assigner à des groupes une identité victimaire » et la considère comme étant « digne d’une exposition coloniale »[74]. Pour SOS Racisme, « la non-mixité est un très fumeux concept en vogue », affirmant « que cette façon de procéder renvoie à une vision racialiste que nous condamnons avec la plus grande fermeté car ne correspondant en rien à une dynamique antiraciste fondée, tout au contraire, sur le vivre ensemble et la rencontre »[75]. Son président Dominique Sopo considère que le concept de non-mixité est « aberrant et irresponsable » déplorant un « retour aux catégories raciales » et s'indigent que les gens qui la défendent « s’arrogent le droit de déterminer qui est afrodescendant »[76].

Racisme

Alors président de la LICRA, Alain Jakubowicz écrit en 2016 : « Désigner “le Blanc” comme symbole dominateur d’un prétendu “racisme d’État” qui sévirait en France, c’est être raciste. Quitter une réunion féministe en raison du trop grand nombre «de meufs blanches et assimilationnistes», c’est aussi être raciste. Revendiquer le communautarisme et accueillir à bras ouverts le fondamentalisme religieux pour “guérir la France de l’islamophobie”, c’est offrir à l’extrême droite un boulevard pour promouvoir une conception contre-nature de la laïcité[77]. » Il critique aussi le caractère identitaire, symétrique de l'extrême droite, de réunion en non-mixité racisée d'un groupuscule à l'université Paris-8[78].

Proche des mouvements syndicaux, le parti politique La France insoumise est aussi majoritairement opposé à la non-mixité. Bien que la députée Danièle Obono aille à contre-courant de l'avis du parti en affirmant que « la pratique de la non-mixité n'est pas dangereuse dans le sens où c'est une pratique qui répond, à un moment donné, à des besoins d'une catégorie », le député Alexis Corbière affirme être « universaliste et républicain » et considère que « ce qu'il y a de formidable dans notre pays, c’est qu’il est basé sur la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Et si on rentre dans un système, fût-ce au nom du fait qu’il y a des discriminations qu’il faut combattre, où des réunions sont ouvertes à certains et pas à d’autres, je crois que nous avons perdu ». De son côté, son collègue Adrien Quatennens affirme que « le fait de tenir des réunions syndicales qui font le tri de manière raciale me pose un problème évident. Moi je suis pour que les réunions soient ouvertes à tous »[79]. Jean-Luc Mélenchon affirme quant à lui « être choqué même par l'idée qu'on puisse appeler une réunion 'racialisée' », indiquant « qu'il ne croit pas à l'existence des races », tout en affirmant qu'« il y a plein de gens qui ont souffert de racisme, de la discrimination, qu'ils éprouvent une espèce de sentiment réconfort parfois à se retrouver ensemble. Ça c'est l'échec de la République »[80].

Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), dit être « gêné » par le concept de non-mixité raciale, tout comme ceux de « blanchité », « souchiens » ou « non-souchiens ». Selon lui « on est dans de l’assignation identitaire. Je suis un homme blanc, donc il faudrait que je sois forcément un mâle dominant ou un post-colonisateur… ». Il s’interroge également de la manière dont ceux qui défendent la non-mixité considèrent « la question des personnes métisses »[81].

Notes et références

Notes

  1. Un postulat de base de la théorie de la dominance sociale — qui vise à apporter une explication scientifique aux phénomènes de préjugés, d'oppression ou de discrimination entre groupes sociaux — énonce que « chaque société peut se caractériser par l'existence de hiérarchie sociale avec au sommet un groupe hégémonique et des groupes dominés à la base. Ainsi la plupart des formes de conflits et d'oppression résulteraient de la lutte des groupes dominants et dominés pour maintenir et/ou améliorer leur position sociale au sein de la hiérarchie sociale[3]. »
  2. Julien Talpin, chercheur en sciences politiques, est directeur adjoint du Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS, Lille)[14].
  3. Gaël Pasquier soutient en 2013 sa thèse « Les pratiques enseignantes en faveur de l’égalité des sexes et des sexualités à l’école primaire : vers un nouvel élément du curriculum ». Ses recherches portent sur les politiques éducatives et les pratiques enseignantes en faveur de l’égalité des sexes et des sexualités à l’école primaire[29].
  4. Son président, Alain Jakubowicz, y voyant un « racisme qui ne dit pas son nom »[42].
  5. Pour l'association : le camp, « un rassemblement ouvertement raciste organisé par des individus qui ont choisi de transformer leurs névroses identitaires en haines politiques », n'a aucun rapport avec l'antiracisme[41]
  6. Pour Les Inrocks, S. Zappi, ex-militante d’extrême gauche, est « la voix des banlieues au journal Le Monde »[50].
  7. Audrey Célestine, Docteure en science politique de l’IEP de Paris[52], est maître de conférence à l’université de Lille et chercheuse au CECILLE et à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP-Nanterre)[53].

Références

  1. a et b « La non-mixité en question » [texte et audio], sur franceculture.fr (consulté le 12 avril 2020), min 7 s.
  2. a b et c Eléa Pommiers, « Pourquoi la « non-mixité » est-elle critiquée ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2020).
  3. Sandra Duarte, Michal Dambrun et Serge Guimond, « La dominance sociale et les "mythes légitimateurs" : Validation d'une version française de l'échelle d'orientation à la dominance sociale », Revue internationale de psychologie sociale, Presse Universitaire de Grenoble, no 4,‎ , p. 97-126 (lire en ligne).
  4. a b et c Mathilde Goupil, « Festival afroféministe : "Les dominants ont toujours imposé leurs vues" », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 1er juin 2017).
  5. a b c d et e Caroline de Haas, « De l'utilité de la non mixité dans le militantisme », sur Les Blogs de Mediapart,
  6. a b c et d Patricia Roux, Céline Perrin, Gaël Pannatier et Valérie Cossy, « Le militantisme n’échappe pas au patriarcat », Nouvelles Questions Féministes, Éditions Antipodes, vol. 24,‎ , p. 4-16 (ISBN 9782940146703, DOI 10.3917/nqf.243.0004, lire en ligne)
  7. a b c d e et f Marie Kirschen, « Les festivals et les réunions non-mixtes, à quoi ça sert ? », sur buzzfeed.com,
  8. a b c d e et f Clarence Edgard-Rosa, Les gros mots - Abécédaire joyeusement moderne du féminisme, Hugo Document, , 224 p. (ISBN 978-2755624908)
  9. a b c d et e Camille Bordenet, « À la Nuit debout, les réunions non mixtes des féministes font débat », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. Extrait du discours prononcé à l'occasion des 50 ans du Monde Diplomatique en 2006, retranscrit en totalité sur le site Les mots sont importants ; Christine Delphy, « La non-mixité : une nécessité politique », sur lmsi.net, .
  11. a b et c Ashley Fortier, Anna Kruzynski, Jacinthe Leblanc, Leah Newbold, Magaly Pirotte et Coco Riot, « Questionnements sur la compréhension de militantEs libertaires : Queer et féministes au Québec à l’égard du Nous femmes et de la non-mixité : recoupements et divergences », Cahiers de l’IREF/UQAM, no 19 « Faut-il réfuter le Nous femmes pour être féministe au XXIe siècle ? »,‎ , p. 23-32 (lire en ligne [PDF])
  12. Rokhaya Diallo, « La non-mixité, un outil politique indispensable », slate.fr, (consulté le 24 avril 2018)
  13. L.C., « Ateliers non mixtes: Le débat sur la non-mixité relancé par des étudiants de Tolbiac », 20minutes.fr, (consulté le 24 avril 2018)
  14. « Julien Talpin », sur ceraps.univ-lille2.fr (consulté le 18 avril 2020).
  15. Julien Talpin, « La non-mixité, étape sur le chemin de l’égalité », sur liberation.fr, (consulté le 18 avril 2020).
  16. « La non-mixité en question : Être en lutte ou être lutte ? », sur www.c,
  17. https://lesfleursarctiques.noblogs.org/?p=392
  18. Paris-luttes.info, « La question de la non-mixité dans l’auto-organisation dite radicale : au-delà du paradoxe », sur Luttes.info, Paris-luttes.info, (consulté le 29 juillet 2020).
  19. a et b  Martial Poirson, « Les trois vies de Théroigne de Méricourt », L'Histoire, n°480, février 2021, p. 62-67.
  20. a b c et d Liane Henneron, « Être jeune féministe aujourd’hui : les rapports de génération dans le mouvement féministe contemporain », L'Homme et la société, L'Harmattan, no 158,‎ , p. 93-111 (ISBN 9782296016385, DOI 10.3917/lhs.158.0093, lire en ligne).
  21. Pierre Ancery, « C'était en 1897. « La Fronde », premier quotidien féministe au monde, était ridiculisé », sur Rue89, (consulté le 15 janvier 2018).
  22. a b et c Sylvie Chaperon et Christine Bard, Dictionnaire des féministes : France - XVIIIe -XXIe siècle, Presses universitaires de France, , 1700 p. (ISBN 978-2130787204, présentation en ligne).
  23. Christine Delphy, « Retrouver l’élan du féminisme », sur monde-diplomatique.fr, , p. 24-25.
  24. Marie-Noëlle Thibault, « Je ne peux m’empêcher de voir dans l’actuel déferlement de haine contre l’UNEF un vertigineux retour en arrière », Le Monde, 25 mars 2021.
  25. Alban Jacquemart, « Du registre humaniste au registre identitaire : La recomposition du militantisme féministe masculin dans les années 1970 », Sociétés contemporaines, no 85,‎ , p. 65-83 (lire en ligne).
  26. « La libération des Femmes : Année Zéro », Partisans, Maspéro, nos 54-55 « Le féminisme pour quoi faire ? »,‎ .
  27. « Mais qu’est-ce que la non-mixité ? », sur francetvinfo.fr, .
  28. Entretien avec Martine Chaponnière, propos recueillis par Françoise Vouillot, « La mixité, une évidence trompeuse ? », Revue française de pédagogie, no 171,‎ (DOI 10.4000/rfp.1905, lire en ligne).
  29. « Gaël Pasquier », sur haut-conseil-egalite.gouv.fr (consulté le 14 avril 2020).
  30. Gaël Pasquier, « Les expériences scolaires de non-mixité : un recours paradoxal », Revue française de pédagogie « La mixité scolaire : une thématique (encore) d’actualité ? », no 171,‎ , p. 97-101 (lire en ligne).
  31. Mattea Battaglia, « La non-mixité à l’école, une option pédagogique encore taboue », sur lemonde.fr, (consulté le 19 avril 2020).
  32. Christine Delphy, « Nos amis et nous. Les fondements cachés de quelques discours pseudo-féministes », Questions Féministes, no 1,‎ , p. 20-49 (résumé, lire en ligne [PDF])
  33. a et b Christine Delphy, « La non-mixité, une nécessité politique : Domination, ségrégation et auto-émancipation », sur lmsi.net,
  34. Emeline Amétis, «J'ai compris qu'il y avait un rapport de force quand mes profs se sont réjouis à l'idée d'envoyer un non-blanc en CAP», sur Slate, (consulté le 9 octobre 2017)
  35. Laure Bretton, « Abus sexuels. Lilâ Le Bas : «L’injonction à protéger l’Unef ne tient plus» », liberation.fr, (consulté le 25 avril 2018)
  36. Aude Lorriaux, « Comment (et pourquoi) des hommes deviennent-ils des militants féministes ? », sur slate.fr,
  37. a b et c Camille Renard, « Trois exemples historiques de non-mixité choisie », sur France Culture, (consulté le 1er juin 2017)
  38. « Un collectif afro-féministe organise une projection du film “Black Panther” réservée aux Noirs », Valeurs actuelles, (consulté le 30 janvier 2018)
  39. « Une séance Black Panther réservée aux non-mixtes, un acte signé MWASI », sur afro-trendz.com, (consulté le 30 janvier 2018)
  40. Anne-Charlotte Dancourt, « Un camp d’été “décolonial” non-mixte à Reims suscite de nombreuses réactions », sur lesinrocks.com,
  41. a et b Maxime Bourdier, « Le camp d'été "décolonial" à Reims ne sera pas interdit », sur huffingtonpost.fr,
  42. Alain Jakubowicz, « La non-mixité racisée : un racisme qui ne dit pas son nom », .
  43. a et b Compte rendu de la séance du 27 avril 2016, Najat Vallaud-Belkacem, « Questions au Gouvernement : Racisme antiblanc et antisémitisme », sur assemblee-nationale.fr, (consulté le 8 janvier 2017).
  44. Jack Dion, « Quand Mediapart blanchit la censure chère au Camp d'été décolonial" », sur marianne.net, .
  45. Yvan Droumaguet, « Point de vue : Ne tolérer aucun racisme dans la République », sur ouest-france.fr, .
  46. Tefy Andriamanana, « Le Camp d’été décolonial ou les pseudos antiracistes dévoilés », sur causeur.fr, (consulté le 9 janvier 2017)
  47. Vallaud-Belkacem face au "camp d'été" interdit aux blancs Challenges, 28 avril 2016
  48. Eugénie Bastié, « Un camp d'été « décolonial » interdit aux blancs », sur lefigaro.fr,
  49. a et b Faïza Zerouala, « Au camp d'été décolonial, les « racisés » plaident pour l'autonomie », sur mediapart.fr, .
  50. Fanny Marlier, « Qui est Sylvia Zappi, la voix des banlieues au “Monde” ? », sur lesinrocks.com, .
  51. Collectif, « Pour le droit à la non-mixité », sur Mediapart, (consulté le 9 janvier 2017)
  52. « Fiche A. Célestine », sur univ-lille3.fr
  53. « Audrey Célestine », sur laviedesidees.fr
  54. Iris Deroeux, « Nacira Guénif: "On ne peut pas parler de racisme sans parler de race" », sur mediapart.fr, (consulté le 15 janvier 2017)
  55. Louis Hausalter, « Interdit aux Blancs ! Le "camp d’été décolonial" remet ça », sur marianne.net, (consulté le 20 mars 2020).
  56. a et b « Festival NYANSAPO », sur mwasicollectif.com, .
  57. a et b Frantz Durupt, « Aux origines de la polémique sur le festival afroféministe Nyansapo », Libération,‎ (lire en ligne).
  58. « Hidalgo assure avoir trouvé une « solution » pour la tenue du festival afroféministe Nyansapo », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  59. Louise Couvelaire, « Festival en partie réservé aux femmes noires à Paris : la polémique ne s’éteint pas », sur lemonde.fr, .
  60. L'émancipation promise de Pierre-andré Taguieff, Éditions du Cerf, Paris, 19 sept. 2019.
  61. « Les ateliers « en non-mixité raciale » du syndicat SUD-Education 93 créent une polémique », sur lemonde.fr, .
  62. Hadrien Mathoux, « Les participants au stage "non-mixte" de Sud-Education 93 seront payés par l'Education nationale », Marianne,‎ (lire en ligne).
  63. Hélène Haus, « Seine-Saint-Denis : la plainte de Blanquer contre le stage «en non-mixité» chez les profs classée sans suite », sur leparisien.fr, .
  64. La rédaction, « Un syndicat enseignant organise un nouveau "stage antiraciste" sur le "traitement des populations non-blanches" », sur francetvinfo.fr, .
  65. Stéphane de Sakutin, AFP, « Le syndicat SUD-Education 93 récidive avec un nouveau stage contre "une école raciste et libérale" », sur marianne.net, .
  66. Souleymane Bachir Diagne et Jean-Loup Amselle (préf. Anthony Mangeon), En quête d'Afrique(s): Universalisme et pensée décoloniale, Paris, éditions Albin Michel, coll. « Itinéraires du savoir », (ISBN 2226397191, lire en ligne), « La non-mixité et le communautarisme ».
  67. a b et c Jean-Luc Simon (Président du GFPH), « La pairémulation - Faciliter la participation des personnes handicapées au développement des actes de formation » [PDF], sur ccb-formation.fr
  68. Frantz Durupt, « Michel Wieviorka : Blanquer a eu raison de porter plainte, de ne pas laisser faire » », sur www.liberation.fr, (consulté le 6 février 2018).
  69. C'est ça la France… : Qu'a-t-on fait pour mériter ça ?, Albin Michel, , 224 p. (ISBN 2226439528, lire en ligne).
  70. François Noudelmann (, « « Contre la logique séparatrice, il faut défendre la mixité comme principe sociopolitique » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juin 2018).
  71. Mireille Blanchet-Douspis, L'influence de l'histoire contemporaine dans l'œuvre de Marguerite Yourcenar, , 513 p. (ISBN 978-90-420-2373-4, lire en ligne).
  72. [vidéo] Marguerite Yourcenar - La condition féminine 1/3 sur YouTube, à partir de min 40 s.
  73. « LICRA : Le scandale de la non-mixité ».
  74. « Communiqué de SOS Racisme : Sud Éducation 93 a-t-il perdu le Nord ? ».
  75. « Festival en partie réservé aux femmes noires à Paris : la polémique ne s’éteint pas », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juillet 2020)
  76. Alain Jakubowicz, « La supercherie antiraciste », sur liberation.fr, .
  77. Alain Jakubowicz, « La non-mixité racisée : un racisme qui ne dit pas son nom », sur alainjakubowicz.fr, .
  78. « À contre-courant de La France insoumise, la députée Danièle Obono défend les stages en non-mixité raciale ».
  79. « Mélenchon est opposé à la position de Danièle Obono sur les stages en non-mixité raciale mais il la respecte : "Je ne ferai pas la police politique" ».
  80. Kim Hullot-Guiot et Frantz Durupt, « Frédéric Potier : «La notion de racisme d’Etat est une insulte» », sur liberation.fr.

Voir aussi

Articles connexes