Critical race theory

La critical race theory (littéralement « théorie critique de la race ») est un courant de recherche militant focalisé sur l'application de la théorie critique[1],[2] aux relations entre la race, la loi, et le pouvoir[1],[2]. Il est né d’une rencontre entre le champ de la réflexion universitaire et l’action pour les droits humains[3].

Elle interprète la notion de race comme construction socio-juridique et socio-politique, ce qui en fait un courant constructiviste, et critique notamment l’égalitarisme ignorant la couleur (en anglais « colorblind » - daltonisme racial en français), qui soutient que pour réaliser la justice sociale, il faudrait ne tenir aucun compte des distinctions raciales[4]. Ainsi, les théories critiques de la race opèrent un déplacement de l’attention prêtée aux préjugés et attitudes intentionnellement racistes, vers des processus sociaux considérés comme créateurs d’un racisme inscrit dans les relations et pratiques sociales, qui dépasseraient les volontés individuelles[3].

Les universitaires travaillant dans ce courant s'accordent sur deux choses : premièrement, le suprémacisme blanc et le pouvoir « racial » se maintiennent à travers le temps, en partie grâce aux lois mises en place ; deuxièmement, les disciples de la critical race theory ont montré qu'il était possible de changer les relations entre la loi et le pouvoir dit « racial » et, plus généralement, de poursuivre un projet d'émancipation « raciale »[5].

Histoire

Apparue dans les écoles de droit des États-Unis au milieu des années 1980, la critical race theory naît dans le sillage des critical legal studies (CLS)[6],[4]. Des professeurs de droit comme Derrick Bell , Alan Freeman et Richard Delgado  émettent le constat que, malgré une législation permettant de garantir l’égalité formelle, de considérables inégalités de fait continuaient à caractériser les relations « raciales » au sein de la société américaine des années 70. Dans une perspective combinée de recherche académique et d'action pour les droits humains, ces académiques commencent à interroger les principes libéraux, méritocratiques et prétendument colour-blind (« aveugle vis-à-vis de la couleur »). Selon ces chercheurs, ces principes confortent aux États-Unis des rapports de pouvoir établis en faveur de la population blanche, sans nécessairement s’appuyer sur des idéologies racistes ou des comportements intentionnels. Ce courant de pensée prend en point de mire des dimensions du racisme vues comme structurelles et inscrites dans le fonctionnement sociétal, au sein des institutions (juridiques, éducatives, administratives, policières, etc.) et dans ce qui sont dénommées des « micro-agressions » au cours des interactions sociales quotidiennes. Par la suite, l’approche a influencé d’autres disciplines, qui ont à leur tour inspiré le développement des théories critiques[3].

En , après des révélations sur des formations à la diversité  données à des fonctionnaires des agences fédérales des États-Unis qui utiliseraient des concepts de théorie critique de la race comme le « privilège blanc », le président Donald Trump ordonne aux agences de cesser d'utiliser de l'argent public pour financer des programmes où il est affirmé, selon lui, que les États-Unis sont un pays raciste ou mauvais par essence, ou qu'une race ou ethnie est raciste ou mauvaise par essence, ces programmes étant qualifiés de « propagande anti-américaine, qui divise » et de « racistes »[7].

En 2020 également, une proposition de loi est soumise au gouverneur de Californie, Gavin Newsom, avec pour objectif de rendre les cours d’ethnic studies obligatoires dans tous les lycées publics de l'État. Ce texte de plus de 500 pages, largement influencé par la « théorie critique de la race », décrit la mission du cursus pour lycéens de la façon suivante : « critiquer l’empire et sa relation à la suprématie blanche, au racisme, au patriarcat, au capitalisme […], défier les croyances impérialistes et coloniales hégémoniques »[8]. Le contenu est jugé tellement orienté idéologiquement que Newsom met son véto en septembre 2020, le Los Angeles Times regrettant, dans un éditorial, que « ce cursus tente d’imposer des points de vue politiques prédigérés plutôt que d’aider les élèves à élargir leurs horizons »[8]. La seconde et la troisième version proposée de cette loi liée à la théorie critique de la race, sont toutes aussi controversées[9].

Début 2021, des projets de loi sont introduits dans un certain nombre de législatures d'État des États-Unis contrôlées par les républicains afin de restreindre l'enseignement du racisme dans les écoles publiques[10]. Plusieurs de ces projets de loi mentionnent spécifiquement la « critical race theory » ou désignent le projet 1619 du New York Times. À la mi-avril 2021, un projet de loi est ainsi introduit dans la législature de l'Idaho, qui interdirait effectivement à toute entité éducative (y compris les districts scolaires, les écoles publiques à charte et les établissements publics d'enseignement supérieur) de l'État d'enseigner ou de prôner le « sectarisme », notamment la théorie critique de la race ou d'autres programmes impliquant la justice sociale[11]. Le projet de loi est promulgué le 4 mai 2021 par le gouverneur Brad Little[12]. Le 10 juin 2021, le Conseil de l'éducation de l'État de Floride vote à l'unanimité pour interdire aux écoles publiques d'enseigner la théorie critique de la race, à l'instigation du gouverneur Ron DeSantis[13]. En juin 2021, huit États américains avaient adopté des lois interdisant l'enseignement de la théorie critique de la race et neuf autres étaient en voie de le faire[14].

Critiques

Critiques académiques

Les professeurs de droit Daniel A. Farber et Suzanna Sherry soutiennent que la théorie critique de la race manque de preuves, repose sur une croyance invraisemblable selon laquelle la réalité est socialement construite et rejette les preuves au profit des récits, la vérité et le mérite en tant qu'expressions de la domination politique ainsi que le rule of law[15]. Farber et Sherry affirment en outre que les principes anti-méritocratiques de la théorie critique de la race, du féminisme critique et des études juridiques critiques peuvent involontairement conduire à des implications antisémites et anti-asiatiques[16],[17]. En particulier, ils estiment que la réussite des Juifs et des Asiatiques dans ce que les partisans de la théorie critique de la race considèrent comme un système structurellement injuste peut se prêter à des allégations de tricherie, de prise d'avantage ou d'autres allégations de ce type. Une série de réponses à Farber et Sherry sur cette question a été publiée dans la Harvard Law Review[18]. Ces réponses soutiennent qu'il y a une différence entre critiquer un système injuste et critiquer les individus qui sont performants dans ce système[15],[18].

Dans un article paru en 1997 dans la Boston College Law Review, Jeffrey Pyle a soutenu que la critical race theory sapait la confiance dans l'État de droit, écrivant que « les théoriciens critiques de la race attaquent les fondements mêmes de l'ordre juridique libéral, notamment la théorie de l'égalité, le raisonnement juridique, le rationalisme du siècle des Lumières et les principes neutres du droit constitutionnel »[19].

Le juge Richard Posner, de la Cour d'appel du septième circuit, a soutenu en 1997 que la théorie critique de la race « tourne le dos à la tradition occidentale de l'enquête rationnelle, délaissant l'analyse pour la narration », et qu'« en répudiant l'argumentation raisonnée, [les théoriciens critiques de la race] renforcent les stéréotypes sur les capacités intellectuelles des non-Blancs »[20]. L'ancien juge Alex Kozinski, qui a siégé à la Cour d'appel du neuvième circuit, a critiqué en 1997 les théoriciens de la critique raciale, leur reprochant de dresser des « barrières insurmontables à la compréhension mutuelle » et d'éliminer ainsi les possibilités de « dialogue constructif »[21].

Critiques politiques

La critical race theory a suscité la controverse aux États-Unis depuis les années 1980 pour sa critique du daltonisme racial, la promotion de l'utilisation de la narration dans les études juridiques, le plaidoyer pour l'utilisation de « l'instrumentalisme juridique » par opposition aux utilisations idéales de la loi, l'analyse de la Constitution des États-Unis et de la loi existante comme construites en fonction du pouvoir racial et le perpétuant, et l'encouragement des juristes à promouvoir l'équité raciale[22].

La défense de l'avocat Johnnie Cochran Jr dans l'affaire du meurtre d'O. J. Simpson est un exemple d'approche instrumentaliste. Cochran a exhorté le jury à acquitter Simpson en dépit des preuves qui pesaient contre lui, dans une forme d'annulation de la décision du jury, pour se venger du passé raciste des États-Unis[22][source insuffisante].

Références

  1. a et b (en) Tara J. Yosso, « Whose culture has capital? A critical race theory discussion of community cultural wealth », Race Ethnicity and Education, vol. 8, no 1,‎ , p. 69–91 (DOI 10.1080/1361332052000341006, lire en ligne [PDF]).
  2. a et b (en) Lewis Gordon, « A Short History of the 'Critical' in Critical Race Theory », Newsletter on Philosophy and the Black Experience, American Philosophical Association, vol. 98, no 2,‎ , p. 23–26 (lire en ligne).
  3. a b et c Denise Efionayi-Mäder, Didier Ruedin, Mélanie-Evely Pétrémont, Noémi Michel et Rohit Jain, Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population (SFM), Université de Neuchâtel, « Etat des lieux du racisme anti-Noir·e en Suisse », SFM Studies, no 67f,‎ , p. 7 (ISBN 978-2-940379-62-0, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  4. a et b Magali Bessone, « Quelle place pour la critique dans les théories critiques de la race ? », Revue philosophique de la France et de l'étranger, no 142,‎ , p. 359-376 (DOI 10.3917/rphi.173.0359, lire en ligne).
  5. (en) Kimberlé Crenshaw (dir.), Neil Gotanda (dir.), Gary Peller (dir.) et Kendall Thomas (dir.), Critical Race Theory : Key Writings That Formed the Movement, New York, New Press, , 494 p. (ISBN 1-56584-226-X), « Introduction ».
  6. (en) Marxism and educational theory: origins and issues By Mike Cole.
  7. (en) Riley Beggin, « Trump eliminates federal anti-racism training, calling it "a sickness" », sur Vox, (consulté le ).
  8. a et b Claire Levenson, En Californie, les "études ethniques" tentent de s’implanter à l’école, marianne.net, 24 février 2021
  9. (en) Ethnic Studies Curriculum Promotes Divisiveness and Indoctrination, independent.org, 19 janvier 2021
  10. (en-US) Caitlin O'Kane, « Nearly a dozen states want to ban critical race theory in schools » [archive du ], sur www.cbsnews.com, (consulté le )
  11. (en-US) Kevin Richert et Blake Jones, « Legislative roundup, 4.19.21: New bill targets sectarianism, critical race theory » [archive du ], sur Idaho Education News, (consulté le )
  12. (en-US) Biba Adams, « Bill banning critical race theory in public schools becomes law » [archive du ], sur news.yahoo.com, (consulté le )
  13. (en-US) Leslie Postal, « Florida board votes to ban critical race theory from state classrooms » [archive du ], sur orlandosentinel.com, (consulté le )
  14. (en-US) Nathan M Greenfield, « Why are states lining up to ban critical race theory? » [archive du ], sur University World News, (consulté le )
  15. a et b (en) Daniel A. Farber, Beyond all reason, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-510717-3, lire en ligne), p. 5, 9–11, 58, 118–119, 127
  16. (en) Berta E. Hernández-Truyol, Angela P. Harris et Francisco Valdes, « Beyond the First Decade: A Forward-Looking History of LatCrit Theory, Community and Praxis », Berkeley la Raza Law Journal, Social Science Research Network,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  17. (en-US) Daniel A. Farber et Suzanna Sherry, « Is the Radical Critique of Merit Anti-Semitic? », California Law Review, vol. 83, no 3,‎ , p. 853–884 (ISSN 0008-1221, DOI 10.2307/3480866, lire en ligne, consulté le ) :

    « Therefore, the authors suggest, the radical critique of merit has the wholly unintended consequence of being anti-Semitic and possibly racist. »

  18. a et b (en-US) Richard Delgado et Angela Harris, Critical race theory : an introduction, (ISBN 978-1-4798-5139-3 et 1-4798-5139-6, OCLC 972291310, lire en ligne), p. 103–104
  19. Jeffrey Pyle, « Race, Equality and the Rule of Law: Critical Race Theory's Attack on the Promises of Liberalism », Boston College Law Review, vol. 40, no 3,‎ , p. 787 (lire en ligne, consulté le )
  20. (en-US) Richard Posner, The Skin Trade, vol. 217, The New Republic (lire en ligne[archive du ]), pp. 40–43.
  21. (en-US) Alex Kozinski, « Bending the Law » [archive du ], sur archive.nytimes.com, (consulté le )
  22. a et b (en-US) Richard T. Schaefer, Encyclopedia of race, ethnicity, and society, SAGE Publications, (ISBN 978-1-4129-2694-2 et 1-4129-2694-7, OCLC 166387368, lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes