1917 (film)

1917
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Réalisation Sam Mendes
Scénario Sam Mendes
Krysty Wilson-Cairns
Musique Thomas Newman
Acteurs principaux
Sociétés de production Neal Street Productions
Amblin Partners
Reliance Entertainment
DreamWorks SKG
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Guerre
Durée 119 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

1917 est un film de guerre britannico-américain réalisé et produit par Sam Mendes, qui coécrit le film avec Krysty Wilson-Cairns, sorti en 2019.

Le scénario, inspiré en partie par un récit raconté à Mendes par son grand-père paternel, Alfred Mendes[1], raconte l'histoire de deux jeunes soldats britanniques qui ont reçu l'ordre de délivrer un message annulant une attaque vouée à l'échec peu après la retraite allemande sur la ligne Hindenburg pendant l'opération Alberich en 1917. Ce message est particulièrement important pour l'un des jeunes soldats dont le frère doit participer à l'attaque imminente.

La réalisation du film, donnant l'illusion d'un seul long plan-séquence et d'une action en temps réel est largement saluée par la critique.

Le film reçoit de nombreuses nominations et remporte plusieurs prix, dont deux Golden Globes (meilleur réalisateur et meilleur film dramatique) et trois Oscars (meilleure photographie, meilleur mixage de son et meilleurs effets visuels).

Synopsis

Le , la Première Guerre mondiale fait rage sur le front Ouest. L'armée allemande s'est retirée d'un secteur du front occidental dans le Nord de la France. La reconnaissance aérienne a repéré que les Allemands ne battent pas en retraite mais ont effectué un retrait tactique sur la ligne Hindenburg, où ils attendent les Britanniques. Deux jeunes soldats britanniques, les caporaux suppléants Will Schofield et Tom Blake, sont chargés par le général Erinmore d'une mission vraisemblablement impossible : les lignes de communication étant coupées, ils vont devoir traverser seuls le no man's land et les lignes ennemies pour délivrer un message au deuxième bataillon du régiment Devonshire, stationné aux environs d'Écoust-Saint-Mein. Ce message, annulant leur attaque planifiée, doit permettre de sauver du piège tendu par l'armée allemande à 1 600 soldats britanniques, parmi lesquels se trouve le lieutenant Joseph Blake, frère de Blake[2].

Schofield et Blake traversent le no man's land et atteignent les tranchées allemandes abandonnées. Ils réalisent que ces dernières sont minées, mais un rat casse un fil relié aux mines, déclenchant leur explosion. Schofield est enseveli, mais Blake parvient à l'extirper des décombres et à l'emmener avec lui. Ils arrivent dans une ferme abandonnée, où ils assistent à un combat aérien entre deux avions britanniques et un appareil allemand. L'avion allemand est abattu et s'écrase en flammes dans la ferme. Schofield et Blake tentent de sauver le pilote brûlé. Schofield propose de le tuer par pitié, mais Blake demande à Schofield d'aller chercher de l'eau pour le pilote. Le pilote poignarde alors Blake avant d'être abattu par Schofield. Blake meurt dans les bras de ce dernier, qui lui promet de terminer la mission.

Schofield est récupéré par une unité britannique de passage et fait une partie du trajet avec les soldats en camion. Un pont détruit près du village bombardé d'Écoust-Saint-Mein empêche les véhicules de passer, et Schofield traverse seul sur les vestiges du pont. Il est attaqué par un tireur isolé allemand situé de l’autre côté du canal. Schofield traque et tue le tireur, mais est blessé pendant leur ultime échange de coups de feu et perd connaissance.

Schofield se réveille pendant la nuit et entreprend de traverser Écoust-Saint-Mein bombardée, où il progresse sous une pluie de fusées éclairantes. Pourchassé par un soldat allemand, il se réfugie dans la cachette d'une femme française accompagnée d'un bébé. Elle soigne ses blessures et pour la remercier, il lui donne sa ration de nourriture en conserve et sa gourde remplie de lait de la ferme. En repartant, Schofield tombe sur un soldat allemand et un combat s'ensuit. Il étrangle son adversaire et bouscule un autre soldat allemand qui est trop ivre pour l'arrêter. D'autres soldats le poursuivent, mais il échappe aux coups de feu en sautant dans une rivière. Emporté par les rapides, il parvient à nager et à atteindre la rive alors que le jour s'est levé.

Schofield atteint le 2e bataillon du régiment Devonshire juste avant le début de l'attaque britannique. Il sprinte à travers le champ de bataille après avoir réalisé que les tranchées sont trop remplies de soldats pour qu'il parvienne à rejoindre le colonel à temps. Alors que l'infanterie britannique commence à monter à l'attaque, elle est bombardée par l'artillerie allemande. Schofield se fraye un chemin pour rencontrer le colonel Mackenzie et réussit à le convaincre d'annuler l'attaque.

Schofield localise ensuite le lieutenant Joseph Blake — qui était parmi la première vague d'attaque, mais est indemne — et lui annonce la nouvelle de la mort de Blake. Joseph est bouleversé, mais remercie Schofield. Ce dernier demande à Joseph son accord pour écrire à sa mère et lui parler de l'héroïsme de Tom.

Schofield s'éloigne et s'assied sous un arbre à proximité. Le film se termine avec Schofield regardant plusieurs photos de sa famille, avec un message au dos de l'une d'elles : "Reviens-nous".

Fiche technique

Distribution

 Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[5] ; version française (VF) sur AlloDoublage

Production

Genèse

1917 est le premier film que Sam Mendes écrit en plus de réaliser[7]. Selon lui, l'écriture a nécessité une certaine prise de risque : « J'ai pris un pari calculé, et je suis heureux de l'avoir fait en raison de l'énergie que vous obtenez juste en allant de l'avant (dans le récit), dans une guerre qui était fondamentalement paralysée et statique »[c 1]. Les idées du scénario, que Mendes co-écrit avec Krysty Wilson-Cairns, proviennent d'une histoire que lui avait contée son grand-père, Alfred Mendes, messager pour les Britanniques sur le front occidental pendant la Grande guerre[8]. L'écrivain trinidadien avait déjà relaté son expérience dans le livre The Autobiography of Alfred H. Mendes 1897-1991[7].

Développement

En , la société de production Amblin Partners annonce avoir acquis un projet de film sur la Première Guerre mondiale réalisé par Sam Mendes et coécrit par ce dernier avec Krysty Wilson-Cairns[9].

En , Tom Holland révèle avoir été approché pour un rôle[10]. En octobre, Sam Mendes annonce qu’il va à nouveau collaborer avec le directeur de la photographie Roger Deakins[11], tandis que George MacKay et Dean-Charles Chapman entrent en négociation[12].

La distribution s'étoffe ensuite avec les arrivées de Benedict Cumberbatch, Colin Firth, Mark Strong, Richard Madden, Andrew Scott, Daniel Mays, Adrian Scarborough et Jamie Parker[13].

Préproduction

La préproduction dure quatre mois avec les acteurs. Afin de garantir une prise en plan séquence, l'équipe du film réalise des maquettes de chaque scène, pour prévoir le placement des acteurs et des caméras[14]. La scène de la traversée de nuit du village, éclairé par des fusées éclairantes, nécessite la construction d'un modèle réduit pour étudier précisément les sources de lumière et le mouvement des ombres[14]. Plus d'un kilomètre et demi de tranchées sont construites pour les besoins du film ; la taille de chaque décor (tranchées, champ, village, ruelles...) est calculée en fonction du temps mis par les protagonistes à la traverser, afin de pouvoir les filmer en temps réel[14]. Chaque plan séquence nécessite ainsi de nombreuses répétitions pour déterminer la taille et l'emplacement de chaque élément, puis une mise en place très précise des acteurs et des différentes actions ayant lieu à l'écran[14].

Lieux de tournage

Le tournage débute le et a lieu jusqu'en . Il se déroule dans le Wiltshire (Angleterre du Sud-Ouest), dans le Surrey (Hankley Common et les studios de Shepperton) ainsi qu'à Govan en banlieue de Glasgow en Écosse[15],[16],[17],[18]. Des inquiétudes sont exprimées au sujet du tournage dans la plaine de Salisbury par des défenseurs de l'environnement qui estiment que la production pourrait perturber des vestiges potentiellement non découverts, demandant une enquête avant toute construction de plateau[19],[20]. Certains plans nécessitent jusqu'à 500 figurants en arrière-plan[21].

Des séquences du film sont également tournées près de Low Force, sur la rivière Tees, à Teesdale, en . Les équipes de production ont dû installer des panneaux avertissant les promeneurs de la région de ne pas prendre peur devant les corps artificiels et les parties de corps éparpillés sur le site[22]. Pour les scènes sur la rivière, les acteurs et l'équipe ont été assistés par un prestataire local d'aventures en plein air pour la sécurité et les cascades[23].

Réalisation

La photographie est assurée par Roger Deakins, qui retrouve Sam Mendes pour leur quatrième collaboration[24]. Le tournage nécessite de très longues prises et des mouvements de caméra soigneusement chorégraphiés pour donner l'illusion d'un plan-séquence unique[25],[26]. Il s'agit finalement d'une série de plans-séquences dont le plus long fait environ neuf minutes[27], avec des transitions discrètes, donnant l’illusion de deux longs plans-séquences sur la durée totale du film. Entre quinze et quarante prises ont été nécessaires pour chacune de ces scènes (à l’exception d’une scène de course). Bien que l'action s'étale entre une fin de journée et le début de la suivante (soit en principe au moins une douzaine d'heures), le film avec ses deux plans-séquences de l'action est d'une durée d'environ une heure quarante. La perte de connaissance de William Schofield à Ecoust donne lieu à la seule coupure du film[28]. Sam Mendes justifie ainsi ce choix : « c'était lié au fait que je voulais que le film passe de l'après-midi au crépuscule, puis de la nuit à l'aube. Je voulais que le film soit en deux mouvements... Je voulais emmener le personnage dans un endroit qui ressemble davantage à une hallucination. Un endroit plus surréaliste, presque onirique. Et horrifiant aussi »[c 2],[25].

1917 est le premier film à être tourné avec la caméra numérique Arri Alexa Mini LF. Roger Deakins voulait utiliser une caméra dotée d'un capteur d'image grand format, mais estimait que l'Alexa LF originale était trop grande et trop lourde pour capturer les plans intimes qu'il souhaitait. Arri lui a fourni un prototype de la Mini LF deux mois avant le début du tournage, et deux autres caméras une semaine avant[24],[29]. Ses objectifs sont des Arri Signature Primes, dont il utilise trois focales : un objectif de 40 mm pour la majeure partie du film, un 35 mm plus large pour les scènes dans les tunnels et les bunkers afin d'accentuer le sentiment de claustrophobie[24], et un 47 mm plus étroit dans la rivière, pour faire disparaître une partie de l'arrière-plan[30]. Les scènes de jour sont tournées uniquement à lumière naturelle, car des lampes artificielles auraient pu se retrouver accidentellement à l'écran[31].

Musique

1917
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Thomas Newman
Sortie 20 décembre 2019
Durée 1:17:08
Genre Instrumental, Orchestral
Label Sony Records

L'album de la bande originale du film sort le . La partition est composée par Thomas Newman, collaborateur régulier de Sam Mendes. Elle est notamment nommée à l'Oscar de la meilleure musique de film[32],[33].

Liste des morceaux
No Titre Durée
1. 1917 1:17
2. Up the Down Trench 6:19
3. Gehenna 3:34
4. A Scrap of Ribbon 6:29
5. The Night Window 3:41
6. The Boche 3:21
7. Tripwire 1:40
8. A Bit of Tin 2:02
9. Lockhouse 4:03
10. Blake and Schofield 4:20
11. Milk 10:10
12. Écoust-Saint-Mein 2:36
13. Les Arbres 3:36
14. Engländer 4:29
15. The Rapids 1:29
16. Croisilles Wood 2:06
17. Sixteen Hundred Men 6:32
18. Mentions in Dispatches 3:44
19. Come Back to Us 5:39
1:17:08

Accueil

Sortie au cinéma

1917 est présenté en avant-première le lors du Royal Film Performance à Londres[34]. Le film bénéficie d'une sortie limitée aux États-Unis le , avant de faire l'objet d'une sortie nationale le [35]. Le studio dépense environ 115 millions de dollars en tirages et en publicités pour promouvoir le film[36]. Le film est spécialement formaté pour IMAX au format élargi de 1.9:1[37].

Accueil critique

Le film reçoit des critiques globalement très positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 89 % d'opinions favorables pour 454 critiques et une note moyenne de 8,410[38]. Le consensus critique du site Web est le suivant : « Percutant, immersif et techniquement impressionnant, 1917 capture la guerre de tranchées de la Première Guerre mondiale avec une intensité brute et saisissante »[c 3]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 78 % pour 57 critiques[39].

Dans la presse anglophone

Plusieurs critiques nomment 1917 parmi les meilleurs films de 2019, notamment Kate Erbland d'IndieWire[40] et Sheri Linden de The Hollywood Reporter[41]. Dans un article pour le Hindustan Times, Rohan Naahar déclare : « je ne peux qu'imaginer l'effet que 1917 aura sur les spectateurs qui ne sont pas familiers des techniques que Sam Mendes et Roger Deakins s'apprêtent à leur faire découvrir »[c 4],[42]. Dans sa critique pour National Public Radio, Justin Chang est plus mitigé. Il reconnaît que le film est un « exploit technique époustouflant » mais ne le trouve pas spectaculaire dans l'ensemble, car le style de Mendes, avec son illusion de plan séquence, « peut être aussi distrayant qu'immersif »[43].

D'autres critiques sont moins positives, comme Manohla Dargis du New York Times qui qualifie 1917 de « film de guerre soigneusement organisé et aseptisé [...] qui transforme l'un des épisodes les plus catastrophiques des temps modernes en un exercice de style prétentieux »[c 5],[44]. Alison Willmore de Vulture le compare défavorablement au film de guerre Dunkerque (2017), affirmant que « la prémisse esthétique écrase toutes les autres intentions du film »[c 6],[45].

En France

En France, 1917 est très bien accueilli avec une note moyenne de 4,25 sur le site Allociné pour 35 titres de presse. La presse loue notamment la puissance de sa dramaturgie et sa maestria technique[47].

Pour François Forestier de L'Obs, 1917 est une « extraordinaire plongée dans la Grande Guerre », qu'il compare à Lawrence d'Arabie pour son lyrisme et aux Sentiers de la gloire pour sa puissance[48]. Il loue aussi la dramaturgie et la mise en scène de Sam Mendes, qui « fait sentir, au plus près, la peur des hommes, la terreur de l’enfer ». Il écrit que 1917 est un film « furieux, poignant, prenant » qui réussit à faire oublier « la caméra, le tour de force, les coutures » pour se concentrer sur l'émotion[48].

Sandra Onana de Libération se montre plus mitigée : « Tout à ses ambitions visuelles dopées à la virtuosité technique, Sam Mendes rejoue la Grande Guerre dans un spectacle immersif et sans point de vue. [...] L’intrigue de 1917 ne prétend donc pas être autre chose qu’un prétexte à la mise en branle d’un dispositif visuellement subjuguant »[49].

Box-office

1917 rapporte 159,2 millions de dollars aux États-Unis et au Canada, et 225,7 millions de dollars dans le reste du monde, pour un total mondial de 384,9 millions de dollars[50], pour un budget de production de 90 à 100 millions de dollars[51],[52]. Selon Deadline.com, le bénéfice net du film s'élève à 77 millions de dollars[36].

Aux États-Unis, le film récolte 251 000 dollars le premier jour de sa sortie limitée[53]. Il connaît ensuite un week-end d'ouverture limité à 570 000 dollars et une recette brute sur cinq jours d'un million de dollars, soit une moyenne de 91 636 dollars par salle[54]. Le film réalise un total de 2,7 millions de dollars sur ses deux semaines de sortie limitée. Il sort ensuite en salles le 10 janvier, réalisant 14 millions de dollars le premier jour, dont 3,25 millions de dollars grâce aux avant-premières du jeudi soir. Il rapporte ensuite 36,5 millions de dollars pour le week-end (dépassant les prévisions initiales de 25 millions de dollars), devenant ainsi le premier film à détrôner Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker au box-office[55]. Pour son deuxième week-end de sortie en salles, le film rapporte 22 millions de dollars (et 26,8 millions de dollars pendant les quatre jours de vacances du Martin Luther King Day), finissant troisième derrière Bad Boys For Life et Le Voyage du Docteur Dolittle[56]. Il obtient 15,8 millions de dollars et 9,7 millions de dollars les deux week-ends suivants, se classant à chaque fois à la deuxième place[57],[58]. Pendant le week-end de la cérémonie des Oscars, 1917 obtient 9,3 millions de dollars[59],[60].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
159 227 644 $[61] [62] 13[62]
Drapeau de la France France 2 203 337 entrées[63] 9

Monde Total mondial 384 784 776 $[61] 13

Éditions en vidéo

1917 sort en digital sur les plateformes Prime Video et iTunes le 10 mars 2020, avant d'être publié en DVD, Blu-ray et Blu-ray Ultra HD le 24 mars[64].

Distinctions

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

1917 obtient dix nominations à la 92e cérémonie des Oscars où il remporte les catégories meilleure photographie, meilleur mixage de son et meilleurs effets visuels[65],[66]. Lors des Golden Globes, 1917 obtient trois nominations et remporte deux prix : ceux du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur[67]. Il reçoit également huit nominations aux Critics' Choice Awards pour trois récompenses, dont le prix du meilleur réalisateur ex-æquo avec Bong Joon-Ho pour Parasite[68],[69]. 1917 est aussi le film le plus récompensé lors des British Academy Film Awards, où il remporte sept prix, dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur film britannique[70],[71].

Récompenses[N 1]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2020 Golden Globes Meilleur film dramatique
Meilleur réalisateur Sam Mendes
Critics' Choice Movie Awards Meilleur réalisateur Sam Mendes
Meilleure photographie Roger Deakins
Meilleur montage Lee Smith
BAFTA Awards Meilleur film
Meilleur film britannique
Meilleurs décors Dennis Gassner et Lee Sandales
Meilleure photographie Roger Deakins
Meilleurs effets visuels Guillaume Rocheron, Greg Butler et Dominic Tuohy
Meilleur son Scott Millan, Oliver Tarney, Rachael Tate, Mark Taylor et Stuart Wilson
Oscars du cinéma Meilleure photographie Roger Deakins
Meilleur mixage de son Mark Taylor et Stuart Wilson
Meilleurs effets visuels Guillaume Rocheron, Greg Butler et Dominic Tuohy
Satellite Awards Meilleure photographie Roger Deakins
David di Donatello Meilleur film étranger

Nominations[N 2]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2020 Golden Globes Meilleure musique de film Thomas Newman
Critics' Choice Movie Awards Meilleur film
Meilleure musique de film Thomas Newman
Meilleure direction artistique Dennis Gassner et Lee Sandales
Meilleurs effets visuels Guillaume Rocheron, Greg Butler et Dominic Tuohy
Meilleur film d'action
BAFTA Awards Meilleurs maquillages et coiffures Naomi Donne
Meilleure musique de film Thomas Newman
Oscars du cinéma Meilleur film
Meilleur réalisateur Sam Mendes
Meilleur scénario original Sam Mendes
Meilleurs décors et direction artistique Dennis Gassner et Lee Sandales
Meilleure musique de film Thomas Newman
Satellite Awards Meilleur film dramatique
Meilleur réalisateur Sam Mendes
Meilleur acteur dans un film dramatique George MacKay
Meilleurs décors Dennis Gassner et Lee Sandales
Meilleure musique Thomas Newman
César du cinéma Meilleur film étranger

Exactitude historique

Soldats britanniques suivant les Allemands près de Brie en .

Le film s'inspire de l'opération Alberich, un repli allemand vers de nouvelles positions sur la ligne Hindenburg, plus courte et plus facile à défendre, qui a eu lieu entre le et le [73],[74]. Cependant, les personnages principaux et secondaires sont tous fictifs[75].

Selon l'historien militaire Jeremy Banning, « il n'est pas logique, comme le montre le film, que certains bataillons se trouvent à quatorze kilomètres au-delà de l'ancienne ligne allemande et que d'autres ne sachent apparemment pas si cette ligne est occupée [...] Quant à l'assaut des Devon, aucune unité n'attaquerait sans un soutien d'artillerie adéquat »[c 7],[76].

Contrairement à ce que le film dépeint, le nombre de soldats noirs servant directement dans l'armée britannique est inconnu mais négligeable, car la population noire en Grande-Bretagne était faible à l'époque. La majorité des troupes noires qui ont participé à l'effort de guerre britannique ont servi dans leurs propres régiments coloniaux en Afrique et aux Antilles britanniques[77]. Plus de 15 000 hommes originaires des Antilles britanniques se sont enrôlés dans l'armée pendant la Première Guerre mondiale. En 1915, ils étaient organisés dans le régiment des Antilles britanniques[78],[79],[80]. Le régiment a servi au Moyen-Orient pendant la Première Guerre mondiale, notamment lors de la campagne du Sinaï et de la Palestine et de la campagne de Mésopotamie[81],[82]. Les Sikhs indiens auraient également servi dans leurs propres régiments dans le cadre de l'armée indienne britannique, et non dans les rangs des régiments et des corps d'armée britanniques. À la fin de 1915, les formations d'infanterie indiennes ont été retirées du front occidental et envoyées au Moyen-Orient[78],[83].

Notes et références

Citations originales

  1. (en) « I took a calculated gamble, and I'm pleased I did because of the energy you get just from driving forward (in the narrative), in a war that was fundamentally about paralysis and stasis »
  2. (en) « It was to do with the fact that I wanted the movie to go from afternoon to dusk, and then from night into dawn. I wanted it to be in two movements...I wanted to take it somewhere more like a hallucination. Somewhere more surreal, almost dream-like. And horrifying too »
  3. (en) « Hard-hitting, immersive, and an impressive technical achievement, 1917 captures the trench warfare of World War I with raw, startling immediacy »
  4. (en) « I can only imagine the effect 1917 will have on audiences that aren't familiar with the techniques Sam Mendes and Roger Deakins are about to unleash upon them »
  5. (en) « A carefully organized and sanitized war picture [...] that turns one of the most catastrophic episodes in modern times into an exercise in preening showmanship »
  6. (en) « The artifice of the aesthetic premise overwhelms any of the film's other intentions »
  7. (en) « It made no sense, as the film depicts, to have some battalions nine miles beyond the former German line and others seemingly unaware of whether this line was manned [...] As for the assault by the Devons, no unit would attack without adequate artillery support »

Notes

  1. Seules les récompenses principales sont notées ici. Pour une liste exhaustive, se référer à la page Awards du film sur l'Internet Movie Database.
  2. Seules les nominations principales sont notées ici. Pour une liste exhaustive, se référer à la page Awards du film sur l'Internet Movie Database.

Références

  1. (en) Scott Simon, « 'It Was Part Of Me': Director Sam Mendes On The Family History In '1917' », sur KTEP, (consulté le 18 juin 2021)
  2. Alexandre Janowiak, « 1917 : le film de guerre en plan-séquence de Sam Mendes dévoile son synopsis...avant un trailer demain ? », sur Écran Large, (consulté le 31 juillet 2019)
  3. (en) Tatiana Siegel, « Making of ‘1917’: How Sam Mendes Filmed a “Ticking Clock Thriller” », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 26 décembre 2019).
  4. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage Québec (consulté le 13 janvier 2020)
  5. a et b Thierry Gandillot, « « 1917 » : Sam Mendes dans l'enfer des tranchées », sur Les Échos, (consulté le 17 juin 2021)
  6. (en) Karl Vick, « Sam Mendes on Taking World War I Out of the Trenches and Into the Theater in '1917' », sur Time, (consulté le 17 juin 2021)
  7. (en) Mike Fleming Jr., « Amblin, Sam Mendes Set WWI Drama ‘1917’ As His First Directing Effort Since James Bond Pics ‘Spectre’ & ‘Skyfall’ », sur Deadline, (consulté le 7 avril 2019)
  8. (en) Dan Zinski, « Tom Holland In Talks To Star In Sam Mendes' WWI Drama 1917 », sur Screen Rant, (consulté le 7 avril 2019)
  9. (en) Christopher Marc, « Oscar-Winning Blade Runner 2049 Cinematographer Roger Deakins Might Reunite With Sam Mendes For WWI Movie 1917 », sur Geeks WorldWide, (consulté le 7 avril 2019)
  10. (en) Mike Fleming Jr., « George MacKay, ‘GOT’s Dean-Charles Chapman In Talks For Leads In Sam Mendes WWI Pic ‘1917’ », sur Deadline, (consulté le 7 avril 2019)
  11. (en) Mia Galuppo, « Colin Firth, Benedict Cumberbatch Join Sam Mendes' WWI Movie 1917 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 28 mars 2019)
  12. a b c et d (en) Alissa Wilkinson, « Why Sam Mendes made 1917 look like it was shot in a single, continuous take », sur Vox, (consulté le 20 mai 2020)
  13. (en) « Chance to star in Hollywood movie filming in Wiltshire », sur Spire FM, (consulté le 7 avril 2019)
  14. (en) « World War One film to begin production on Hankley Common », sur Eagle Radio, (consulté le 7 avril 2019)
  15. (en) Claire Diamond, « Spielberg movie wants to film in Glasgow », sur BBC, (consulté le 7 avril 2019)
  16. (en) Christopher Marc, « EXCLUSIVE: Sam Mendes’ 1917 Adds Skyfall/Blade Runner 2049 Production Designer and Atonement Art Director – Confirmed To Shoot At Shepperton Studios », sur Hybrid Network, (consulté le 7 avril 2019)
  17. (en) Andrew Pulver, « Spielberg and Mendes Stonehenge war film plans hit by locals' objections », sur The Guardian, (consulté le 17 juin 2021)
  18. (en-US) Anthony D'Alessandro, « Sam Mendes’ ‘1917’ Nears Production: Mark Strong, Colin Firth, Benedict Cumberbatch & More Join Cast », sur Deadline.com, (consulté le 17 juin 2021)
  19. (en-US) Tatiana Siegel, « Making of ‘1917’: How Sam Mendes Filmed a “Ticking Clock Thriller” », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 17 juin 2021)
  20. (en) Hannah Chapman, « "They are not real" - Steven Spielberg's new drama filmed in Teesdale warns of prosthetic bodies », sur The Northern Echo, (consulté le 17 juin 2021)
  21. (en-GB) « Shooting 1917 on Location on the River Tees », sur Keswick Adventures, (consulté le 17 juin 2021)
  22. a b et c (en) Rachael Bosley, « Lives Under Siege: The Goldfinch and 1917 », sur American Cinematographer, (consulté le 17 juin 2021)
  23. a et b (en) Dirk Libbey, « Why 1917 Director Sam Mendes Broke The One Shot Format For That Scene », sur CINEMABLEND, (consulté le 17 juin 2021)
  24. (en) David Sims, « 1917 Is a Visual Feat and a Bad Movie », sur The Atlantic, (consulté le 17 juin 2021)
  25. Gaëlle Moury, « «1917», une prouesse technique et un grand moment de cinéma », sur Le Soir, (consulté le 17 juin 2021)
  26. (en) Barry Hertz, « Let’s talk about 1917’s ‘one-shot’ conceit, and the line between gimmick and greatness », sur The Globe and Mail, (consulté le 17 juin 2021)
  27. (en-US) Jason Guerrasio, « Roger Deakins won his second Oscar using a first-of-its-kind camera on '1917.' Here's the inside story of the Arri ALEXA Mini LF. », sur Business Insider, (consulté le 17 juin 2021)
  28. (en) Arri, « ARRI Interview: The immersive camera movement of “1917” », sur YouTube, (consulté le 17 juin 2021)
  29. (en) Insider, « How '1917' Was Filmed To Look Like One Shot | Movies Insider », sur Youtube, (consulté le 17 juin 2021)
  30. (en-US) « ‘1917’ Soundtrack Details », sur Film Music Reporter, (consulté le 16 juin 2021)
  31. (en) Rosie Pentreath, « ‘1917’ film soundtrack: who wrote it and how can I listen? », sur Classic FM, (consulté le 16 juin 2021)
  32. (en-US) Tom Grater, « Sam Mendes War Movie ‘1917’ To World Premiere As UK Royal Charity Event », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  33. (en) « 1917 (2019) », sur The Numbers (consulté le 16 juin 2021)
  34. a et b (en-US) Anthony D'Alessandro, « WWI Epic ‘1917’ Entrenched At No. 19 In Deadline’s 2019 Most Valuable Blockbuster Tournament », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  35. (en-US) « 1917 – IMAX Exclusive Artwork Released », sur The Arts Shelf, (consulté le 16 juin 2021)
  36. (en) « 1917 (2020) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 17 juin 2021)
  37. (en) « 1917 Reviews », sur Metacritic (consulté le 17 juin 2021)
  38. (en) Eric Kohn, Anne Thompson, Kate Erbland, David Ehrlich, Tambay A. Obenson, Christian, « The 15 Best Film Performances By Actors in 2019 », sur IndieWire, (consulté le 17 juin 2021)
  39. (en-US) David Rooney, « Hollywood Reporter Film Critics Pick the 25 Best Performances of the Year », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 17 juin 2021)
  40. (en) Rohan Naahar, « 1917 movie review: Sam Mendes directs one of the best war movies of all time, will leave you stunned in your seat », sur Hindustan Times, (consulté le 17 juin 2021)
  41. (en) Justin Chang, « '1917' Is A Mind-Boggling Technological Achievement — But Not A Great Film », sur NPR, (consulté le 17 juin 2021)
  42. (en-US) Manohla Dargis, « '1917' Review: Paths of Technical Glory », sur The New York Times, (consulté le 17 juin 2021)
  43. (en-US) Alison Willmore, « 1917 Is More Filmmaking Stunt Than Movie », sur Vulture, (consulté le 17 juin 2021)
  44. « La critique encense 1917 de Sam Mendes, véritable «choc visuel» », sur Le Figaro, (consulté le 18 juin 2021)
  45. a et b François Forestier, « « 1917 », « Je ne rêve que de vous », « Swallow »… les films à voir (ou pas) cette semaine », sur L'Obs, (consulté le 18 juin 2021)
  46. Sandra Onana, « «1917», TU T’ES VU QUAND T’OBUS ? », sur Libération, (consulté le 21 janvier 2020)
  47. (en) « 1917 », sur Box Office Mojo (consulté le 16 juin 2021)
  48. (en-US) Tatiana Siegel, « Making of ‘1917’: How Sam Mendes Filmed a “Ticking Clock Thriller” », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 16 juin 2021)
  49. (en-US) Brent Lang, « Box Office: ‘1917’ Picks Up Impressive $3.2 Million in Previews, Kristen Stewart’s ‘Underwater’ Bombing », sur Variety, (consulté le 16 juin 2021)
  50. (en-US) Anthony D'Alessandro, « ‘Rise Of Skywalker’ Rings Up Second Best Christmas Ever With $32M+; ‘Little Women’ $6M+; ‘Spies In Disguise’ Near $5M », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  51. (en-US) Dino-Ray Ramos, « ‘1917’, ‘Just Mercy’ And ‘Clemency’ Open Strong In Limited Debuts Over Busy Holiday Weekend – Specialty Box Office », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  52. (en-US) Anthony D'Alessandro, « ‘1917’ Great $37M, ‘Like A Boss’ Bests ‘Just Mercy’ For 4th With $10M; Why Kristen Stewart’s ‘Underwater’ Went Kerplunk – Update », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  53. (en-US) Anthony D'Alessandro, « How Sony Built ‘Bad Boys For Life’ Into A Success With $101M+ WW & $73M+ U.S.; ‘Dolittle’ Poised For $50M+ Loss – Monday Update », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  54. (en-US) Anthony D'Alessandro, « January B.O. +13% Over 2019 Thanks To ‘Bad Boys For Life’ & ‘1917’; ‘The Turning’ Slammed With Second ‘F’ Of 2020 », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  55. (en-US) Anthony D'Alessandro, « ‘Bad Boys For Life’ Scores Over Super Bowl Weekend With Near $18M; ‘Rhythm Section’ Remains A Mess With $2M+ », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  56. (en-US) Anthony D'Alessandro, « How ‘Birds Of Prey’ Went Astray With $33M+ Opening – Sunday Final », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  57. (en-US) Anthony D'Alessandro, « ‘Sonic The Hedgehog’ Breaks Video Game Pic Opening Record With $70M & Reps 4th-Best Presidents’ Weekend Debut – Monday Update », sur Deadline.com, (consulté le 16 juin 2021)
  58. a et b (en) « Box-office de 1917 », sur Box Office Mojo (consulté le 16 janvier 2020).
  59. a et b (en) « Box-office de 1917 par semaine », sur Box Office Mojo (consulté le 16 janvier 2020).
  60. « 1917 », sur JP's Box-office (consulté le 16 janvier 2020).
  61. (en) « 1917 DVD Release Date March 24, 2020 », sur DVDs Release Dates (consulté le 16 juin 2021)
  62. (en-US) Josh Rottenberg, « 'Joker' tops this year's Oscar nominations, with '1917,' 'Irishman,' 'Once Upon a Time' close behind », sur Los Angeles Times, (consulté le 17 juin 2021)
  63. (en) Dan Snierson, « See the complete winners list from the 2020 Oscars », sur Entertainment Weekly, (consulté le 17 juin 2021)
  64. (en) Jennifer Bisset, « Golden Globes 2020: All the winners from last night », sur CNET, (consulté le 17 juin 2021)
  65. (en-US) Marc Malkin, « Critics’ Choice: ‘The Irishman,’ ‘Once Upon a Time in Hollywood’ Lead Movie Nominations », sur Variety, (consulté le 17 juin 2021)
  66. (en-US) « Critics' Choice Awards 2020: The complete winners list », sur USA Today, (consulté le 17 juin 2021)
  67. (en-US) Alex Ritman, « BAFTA Nominations: ‘Joker’ Leads the Pack », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 17 juin 2021)
  68. (en) Mark Brown, « Baftas 2020: Sam Mendes and 1917 emerge victorious with seven awards », sur The Guardian, (consulté le 17 juin 2021)
  69. (en) « Operation Alberich, the campaign that inspired Sam Mendes' 1917 », sur History.co.uk., (consulté le 16 juin 2021)
  70. (en) Geoffrey Jukes, Peter Simkins et Michael Hickey, The First World War: The war to end all wars, Oxford, Bloomsbury USA, , 352 p. (ISBN 978-1-84176-738-3, lire en ligne), p. 111–119
  71. (en) « 1917 was Inspired by a True Story Sam Mendes' Grandfather Told Him », sur History vs. Hollywood, (consulté le 16 juin 2021)
  72. (en) « “A staggering tour de force – but an opportunity missed”: a historian’s review of the film 1917 », sur HistoryExtra, (consulté le 16 juin 2021)
  73. (en) « Experiences of colonial troops », sur British Library, (consulté le 16 juin 2021)
  74. a et b (en) « Fact-checking 1917: how historically accurate is Sam Mendes's First World War film? », sur The Daily Telegraph, (consulté le 16 juin 2021)
  75. (en) Eric Storm et Ali Al Tuma, Colonial Soldiers in Europe, 1914-1945: "Aliens in Uniform" in Wartime Societies, Routledge, (ISBN 978-1-317-33098-1, lire en ligne), p. 97–102
  76. (en) Ben Macintyre, « How accurate is Sam Mendes's film, 1917? », sur The Times, (consulté le 16 juin 2021)
  77. (en) Spencer Tucker et Priscilla Mary Roberts, Encyclopedia of World War I, p. 508
  78. (en) Stefan Aguirre Quiroga, « Race, Battlefield 1 and the White Mythic Space of the First World War », Alicante Journal of English Studies / Revista Alicantina de Estudios Ingleses, vol. 0, no 31,‎ , p. 187–193 (ISSN 2171-861X, DOI 10.14198/raei.2018.31.12, lire en ligne, consulté le 16 juin 2021)
  79. (en-GB) Dr David Omissi, « BBC - History - World Wars: India and the Western Front », sur www.bbc.co.uk, (consulté le 16 juin 2021)

Annexes

Articles connexes

Liens externes