Viterne

Viterne
Viterne
La Mairie
Blason de Viterne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes Moselle et Madon
Maire
Mandat
Jean-Marc Dupon
2020-2026
Code postal 54123
Code commune 54586
Démographie
Gentilé Viternois [1]
Population
municipale
733 hab. (2017 en augmentation de 1,1 % par rapport à 2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 19″ nord, 6° 02′ 01″ est
Altitude Min. 250 m
Max. 443 m
Superficie 23,17 km2
Élections
Départementales Canton de Meine au Saintois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Viterne
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Viterne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viterne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viterne
Liens
Site web www.viterne.fr

Viterne est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie

Village situé au pied d'un coteau, près de la route de Nancy à Colombey, à 16 km de Vézelize.

Fig 1 - Viterne (ban communal)

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 2333 hectares comportait en 2011, plus de  57 % de terres arables et de prairies, près de 46  % de forêt,  25% de surfaces agricoles diverses, 1,5 % de mines et carrières et 1,2  % de zones industrielles et urbanisées[2].

Le territoire est arrosé par les cours d'eau suivants : Ruisseau de l'Arot (0.245 km - autres graphies rencontrées : de Larot (cartes IGN), de Larrot ou de l'Arrot) , Ruisseau de Viterne (2.937 km) , Ruisseau de Rouau (0.863 km)[3]

communes limitrophes

Toponymie

H. Lepage donnait comme origine du nom de village Villa Stefani, déjà avancé par le révérend père B. Picart[4] mais reconnait lui même que cela est sujet à débat :

« Je ne connais aucun document ancien relatif à cette commune, car c'est par erreur que je lui ai attribué, dans la Statistique[5], avec la dénomination de Villa Stephani, qui s'applique à Villey-Saint-Etienne, une charte émanée de l'évêque Henri de Lorraine, et datée de 1127… »[6].

La toponymie reste donc hypothétique : Via terna,  Vita aeterna,  Vitis, ont été cités[7].

Histoire

Jules Beaupré signale dans son répertoire archéologique, des trouvailles indices d'une occupation ancienne du territoire et cite une archive indiquant la présence au musée lorrain de Nancy de deux doloires provenant de la commune , mais détruits lors de son incendie en 1871 :

«Le long d'un chemin, dit de Viterne à Pont-Saint-Vincent, tuiles et briques romaines, et au lieu-dit Prugneux[8], trouvaille de vases et autres ustensiles...»[9]

Au Xème siècle, Viterne fut cédé à l'évêché de Toul grâce à un don de l'empereur Othon 1er du Saint Empire germanique. Ensuite Viterne appartint au fief de l'abbaye de St-Epvre de Toul, ainsi que le précise B Picart dans son pouillié vers 1711 :

«V I T E R N E Patron , l'Abbé de S. Evre. décimat. le Curé pour le tiers des grosses et menues dîmes , & l' Abbé pour les deux autres tiers. Les Religieux de S. Evre ont les deux tiers de la dîme de chanvre. ... Seigneur , l'Abbé de S. Evre. Baill.de Nancy...»[4]

Dans leurs notices, les historiens plus récents (E. Grosse, H. Lepage) rappellent que la notoriété du village est grandement due à ses carrières dans lesquelles ont été pris les matériaux qui ont servi à la construction de la cathédrale de Toul et de l'église de St.- Nicolas de Port[10].

Durant la guerre 1914-18, Viterne fut préservé des bombardements de l'ennemi car le village et ses alentours servaient de bases de repli pour toutes les garnisons de l'Est de la France. C'est pendant la seconde guerre mondiale que Viterne connut ses heures les plus sombres avec notamment des victimes civiles quand les armées allemandes effectuèrent un bombardement du village.

Carrières de pierre calcaire ayant servi à l'édification de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1947 Julien Jolly    
1947 1953 René Boulange    
1953 1961 Marcel Laurent    
1961 1971 Marcel Senique (1902-1982)    
1971 1983 Jean Haltier    
mars 1989 juin 1995 Bernard Jacquot (1933-2019)    
juin 1995 mars 2001 Bernard Michel (°1930)    
mars 2001 mars 2014 Daniel Gasser    
mars 2014 décembre 2016 Ismail Tahtaci (°1970)   Démissionnaire
décembre 2016 juillet 2020 Guy Devaux    
juillet 2020 août 2020 Jean-Pierre Oudenot[11]    
août 2020 En cours Jean-Marc Dupon    

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2017, la commune comptait 733 habitants[Note 1], en augmentation de 1,1 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7928328939059451 0091 0021 0321 112
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1001 1141 0231 003964910828815769
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
751788705649646636609596658
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
629605620634661700721729733
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

D'après les historiens, (Grosse, Lepage[10]) l’activité était assez florissante au XIXe siècle :

«  Surf. territ. : 2 317 hect. dont 845 en terres lab., 71 en prés, 112 en vignes,1176 en bois, 54 en vergers, chènevières, etc. L'hectare semé en blé et seigle peut rapporter 15 hectol., en orge 14, en avoine 25 ; planté en vignes 70. Chevaux, vaches et moutons. Moulin à grains, four à chaux, carrières considérables dont l'exploitation occupe une partie des habitants.»

et également viticole.

Le répertoire des carrières exploitées en France, publié en 1899, rappelle que les carrières de Viterne ont fourni des matériaux pour les édifices suivants : Pont de Pont-Saint-Vincent ; pont sur la Moselle, à Flavigny; basilique de Saint-Nicolas-du-Port ; églises de Viterne, de Flavigny et de Gerbécourt ; escaliers de l'église Saint-Mansuy, à Nancy.[16] (description géologique : « Géologie de la Lorraine », SVT Lorraine > Géologie Lorraine > Carrière VICAT de Viterne >, sur http://www4.ac-nancy-metz.fr (consulté le 17 octobre 2019))

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

  • Fontaines et lavoirs
  • Croix et calvaires
  • Église paroissiale de Tous-les-Saints construite en 1774, date portée autrefois sur une pierre de la tour, en remplacement d'une église élevée sans doute au même endroit mais orientée différemment.


  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Paix au lieu-dit Bois de Fréty, qui s'appela chapelle de Frétis ou, du nom de son constructeur, chapelle Masson. Ce propriétaire terrien décida en 1892 de construire un premier édifice au-dessus de Viterne ; quatre murs s'élevèrent et on pouvait lire au-dessus de l'entrée l'inscription : "Aux martyrs de Queretaro", M. Masson ayant été particulièrement frappé par la guerre du Mexique. Sa situation financière se dégradant, la construction resta à l'abandon jusqu'en 1948 où l'abbé Thomas, curé de Viterne, reprit le projet en dédiant la chapelle à Notre-Dame-de-la-Paix ; la population y travailla bénévolement et des dons divers affluèrent ; la bénédiction eut lieu le .


  • Monument aux Morts, guerre de 1914-1918
Monument aux morts de Viterne.jpg


Personnalités liées à la commune

  • Louis Sencert (1878-1924), médecin et chirurgien né à Viterne, professeur des facultés de médecine à Nancy et à Strasbourg.
  • François Boileau, ancien chirurgien des Armées de Napoléon , né à Viterne en 1786[17].

Héraldique, logotype et devise

Blason de Viterne Blason
D'azur au chevron d'argent, accompagné en chef de deux roses de même, et en pointe d'un lion d'or.
Détails
Ce sont les armes de Jean Viterne anobli par le duc Léopold en 1723. Les roses de l'écu peuvent rappeler que l'abbaye de Saint Epvre de Toul possédait la cure de Viterne.

Voir aussi

Bibliographie

  • Histoire méconnue du canton de Vézelise, tome I, Bernard Perrin, imprimerie Christmann.

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 17 octobre 2019)
  3. « Ruisseau de viterne [A5440420] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 17 octobre 2019) : « Ruisseau de viterne [A5440420] Ruisseau de la Saus (5 km) Ruisseau de Rouau (2 km) »
  4. a et b Benoit de Toul, Pouillé ecclésiastique et civil du diocèse de Toul, L. et E. Rolin, (lire en ligne), p. 373
  5. Henri Lepage, Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative
  6. Henri Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département, vol. 2, (lire en ligne), p. 698
  7. Site de la commune : https://www.viterne.fr/
  8. 54586B143N du fichier FANTOIR pour cette commune
  9. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle : époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, (lire en ligne), p. 147
  10. a et b Henri Lepage, Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative, (lire en ligne), p. 496
  11. « Conseil municipal 2020-2026 », sur le site de Viterne, (consulté le 4 juillet 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  16. France Ministère des travaux publics (1869-1906) Auteur du texte, Répertoire des carrières de pierre de taille exploitées en 1889 : recherches statistiques et expériences sur les matériaux de construction, (lire en ligne), p. 179
  17. Lubin (1772-1839) Auteur du texte Griois, Mémoires du général Griois : 1792-1822. T.1 / publ. par son petit neveu, [Léon Griois] ; avec introd. et notes, par Arthur Chuquet,..., (lire en ligne), Boileau (chirurgien-major), II, 221, :

    « Je reçus enfin du grand maréchal du palais Duroc l'ordre de rejoindre l'armée avec une batterie d'artillerie à cheval, et, le 4 mai, je vins coucher à Hanau. J'avais avec moi le lieutenant d'artillerie Raoul, en qualité d'adjoint (1), et le chirurgien-major Boileau (2). 2) François Boileau, né en 1786 à Viterne (Meurthe), chirurgien »