Cons-la-Grandville

Cons-la-Grandville
Cons-la-Grandville
Le château.
Blason de Cons-la-Grandville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Canton Mont-Saint-Martin
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Longwy
Maire
Mandat
Lucien Hochstrasser
2014-2020
Code postal 54870
Code commune 54137
Démographie
Population
municipale
527 hab. (2016 en diminution de 9,91 % par rapport à 2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 06″ nord, 5° 42′ 07″ est
Altitude Min. 228 m
Max. 388 m
Superficie 8,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Cons-la-Grandville

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Cons-la-Grandville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cons-la-Grandville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cons-la-Grandville

Cons-la-Grandville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie

Le bois de Cons-la-Grandville est une exclave située au nord-ouest de la commune et séparé de celle-ci par Fresnois-la-Montagne et Villers-la-Chèvre

Toponymie

  • Cunensis (1173), Cons (1231), Kuns & Cuns (1235), Kons (1309), Con-le-Chastel (1311), Conz (1573), Contz (1682), Coms (1689)[1], Cons la Grandville (1793).
  • En Lorrain : Con-lai-gran-velle[1].

Histoire

  • Présence antique.
  • Château mentionné XIe siècle.
  • Dénommé Cunhs en 1222.
  • Prieuré bénédictin de Saint-Michel fondé en 1088.
  • Sidérurgie au XIXe siècle.
  • Durant la Première Guerre mondiale, le 11 octobre 1914, la ligne de front se situe dans la commune, tenue par le 106e régiment d'infanterie.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1876 Rogissart[2]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2008 Édouard Jacque UDF-RAD puis UMP Conseiller général du canton de Mont-Saint-Martin (2001-2008)
Député (2002-2007)
mars 2008 En cours
(au 16 avril 2014)
Lucien Hochstrasser    

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 527 habitants[Note 1], en diminution de 9,91 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
550577655845548504507556480
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
457485434414423479480480462
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
549623632578630790828769669
1990 1999 2006 2011 2016 - - - -
596608572585527----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Sidérurgie

Le premier haut-fourneau de Cons-la-Granville, situé en aval du village, sur la rive droite de la Chiers, date de 1820; il est remplacé par un nouveau haut-fourneau en 1865. L'activité est définitivement arrêtée en 1878. On peut encore voir aujourd'hui sur le site un haut-fourneau portant la mention de 1865 et classé au titre des Monuments Historiques en 1974.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Édifices civils

Église Saint-Hubert.
  • Le magnifique château des XIIIe, XVIe et XVIIIe siècles, la crypte du XIe siècle et ses fresques du XIVe siècle, le prieuré bénédictin du XVIIIe siècle, sa grange, le parc romantique et les anciens jardins, le haut-fourneau du XIXe siècle forment un ensemble monumental témoin d'une continuité familiale de plus de neuf siècles. Cet ensemble d'abord inscrit partiellement au titre des monuments historiques par arrêté du 4 novembre 1947 est totalement protégé par classement de l'arrêté du 11 août 1987[7].
  • Ancien haut fourneau ayant fonctionné au charbon de bois de 1819 à 1873, classé au titre des monuments historiques par arrêté du 25 février 1974[8].
  • Activité faïencière : une manufacture de faïence a été créée à la fin du XVIIIe siècle. Les faïences étaient sans doute cuites dans les fours à forges du pays. La Société des mines et hauts-fourneaux a obtenu une médaille d'or en 1840 pour sa présentation de céramique[9].

Édifices religieux

  • Église Saint-Hubert, reconstruite en 1732 sur une crypte XIIe siècle avec peintures murales XIIIe siècle ; voûtes d'ogives dans l'église haute, Mise au tombeau XVIe siècle, retable* XVIIIe siècle baroque, stalles XVIIe siècle , balustrade XVIIIe siècle. L'Église Saint-Hubert comprenant crypte et église haute est classée au titre des monuments historiques par arrêté du 11 août 1987[10].
  • Prieuré de bénédictins Saint-Michel, Saint-Hubert. Fondé vers 1065 par Dudon de Cons, le prieuré Saint-Michel est donné vers 1090 à l'abbaye bénédictine de Saint-Hubert d'Ardenne et construit à proximité immédiate du château, il ne subsiste de cette époque ou du début XIIe siècle que la crypte servant de sépulture familiale à la famille de Lambertye ; maison du jardinier construite en 1566, date portée ; colombier construit en 1688, date portée ; rétabli en 1788, date donnée par un chronogramme, après avoir été endommagé par la foudre ; logis des moines et église priorale reconstruite en 1732, date portée par la 2e travée de la voûte ; porte nord de la nef datée 1702 en remploi ? ; voûtes et toitures de l'église rétablies entre 1944 et 1950 ; en 1792, l'église priorale devint église paroissiale et à l'époque du Concordat, elle abandonna le vocable de Saint-Michel pour celui de Saint-Hubert, patron immémorial de la paroisse, les autres bâtiments furent vendus comme biens nationaux en 1794, la famille de Lambertye, propriétaire du château, se rendant par la suite acquéreur de l'ensemble des bâtiments, le logis prioral, en très mauvais état de conservation, est en cours de restauration. Le bâtiment du prieuré proprement dit, le bâtiment de ferme du XVIe siècle et le bâtiment de ferme du XVIIIe siècle sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 11 août 1987[11].
  • Dans l'église une mise au tombeau en pierre datant de la seconde moitié du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Voir aussi

Bibliographie

  • Hubert Collin, Cons-la-Grandville, château et prieuré Saint-Michel, dans Congrès archéologique de France. 149e session. Les Trois-Évêchés et l'ancien duché de Bar. 1991, p. 79-93, Société française d'archéologie, Paris, 1995

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité :
  • Site Historique de Cons-la-Grandville
  • « Cons-la-Grandville », Monographies communales de Meurthe-et-Moselle réalisées pour l'exposition universelle de 1889 et conservées par les Bibliothèques de Nancy, sur https://galeries.limedia.fr
  • Cons-la-Grandville sur le site de l'Institut géographique national
  • Château de Cons-la-Grandville

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  2. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1876, p197.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Château de Cons-la-Grandville », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Ancien haut fourneau », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Les Poteries et faïences françaises - Adrien Lesur et Tardy - Édition de 1957 pages 183-184
  10. « Église Saint-Hubert comprenant crypte et église haute », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Prieuré de bénédictins Saint-Michel », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture