Dugny

Dugny
Dugny
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈

La mairie.
Blason de Dugny
Crédit image:
licence CC BY-SA 2.5 🛈

Blason
Dugny
Marque déposée 🛈

Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement Le Raincy
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Paris Terres d'Envol
Maire
Mandat
Quentin Gesell (DVD)
2020 - 2026
Code postal 93440
Code commune 93030
Démographie
Gentilé Dugnysien(s), Dugnysienne(s)
Population
municipale
11 328 hab. (2021 en augmentation de 7,83 % par rapport à 2015)
Densité 2 912 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 13″ nord, 2° 24′ 59″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 47 m
Superficie 3,89 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de La Courneuve
Législatives 4e circonscription de la Seine-Saint-Denis
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Crédit image:
Eric Gaba (Sting - fr:Sting)
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Dugny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Dugny
Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis
Voir sur la carte topographique de la Seine-Saint-Denis
Crédit image:
Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Dugny
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Crédit image:
Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Dugny
Liens
Site web https://www.ville-dugny.fr/

Dugny, est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis, en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Dugnysiens et les Dugnysiennes[1].

Petit village jusqu'à la Révolution française, la commune de Dugny subit de nombreux dégâts et destructions à l'époque contemporaine. En 1814 et 1815, lors de la première restauration, Dugny est occupée par les armées alliées (russe, prussienne et autrichienne) qui y font des dégâts, les batailles du Bourget de 1870 détruisent en partie la commune et les bombardements aériens qui visent l'aéroport du Bourget, lors de la Seconde Guerre mondiale, rasent la ville à plus de 90 %.

L'histoire et le patrimoine de la ville sont fortement liés à l'aviation. L'aéroport du Bourget et le musée de l'air et de l'espace couvrent une partie du territoire dugnysien. La base aérienne 104 était implantée à Dugny depuis la Première Guerre mondiale et elle accueillait depuis 1953, l'Établissement d'aéronautique navale de Dugny-Le Bourget. Elle a définitivement fermé en 2011. Des installations rénovées accueillent fin 2016[2] le transfert d'activités d'Airbus Helicopters implantées antérieurement à La Courneuve.

Géographie

Localisation

Vue de la commune de Dugny en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France.

Dugny est une commune de la banlieue nord de Paris, elle se situe à 8 kilomètres des boulevards des Maréchaux à Paris, et à 11,6 kilomètres au nord-est de la cathédrale Notre-Dame de Paris, centre de la capitale française[3]. Dugny se situe à une dizaine de kilomètres de l'Aéroport Roissy Charles de Gaulle[4] et de sa zone aéroportuaire. Elle se trouve proche de la Plaine Saint-Denis et fait partie de la zone économique de l'aéroport du Bourget.

La commune est située dans la partie méridionale du pays de France[5], qui est aujourd'hui fortement urbanisée.

Dugny est limitrophe de six communes. Elle est voisine de Stains, de La Courneuve, du Bourget et du Blanc-Mesnil, communes de la Seine-Saint-Denis et de Bonneuil-en-France et de Garges-lès-Gonesse, communes du Val-d'Oise[6].

Carte
Carte de la commune avec localisation de la mairie.
Communes limitrophes de Dugny
Garges-lès-Gonesse Bonneuil-en-France Bonneuil-en-France
Stains Dugny Le Blanc-Mesnil
La Courneuve Le Bourget Le Blanc-Mesnil

Géologie et hydrologie

À l'époque glaciaire, les berges et les lits de la Marne et de la Seine recouvraient sans doute la ville[7]. Aussi, le sol de la commune est-il composé en partie de limons et de marnes.

Le Petit Moulin de Dugny au début du XXe siècle.

Dugny est baignée par de nombreux petits cours d'eau qui ont été pour la quasi-totalité busés et enterrés au cours du XXe siècle[8]. Les plus importants sont le Croult, qui prend sa source à Goussainville, traverse Dugny sur une étendue de 1 580 mètres et se jette dans la Seine, à Saint-Denis et la Morée, qui prend sa source au Tremblay-en-France et se jette dans le Croult à Dugny. Sa longueur dans la traverse de Dugny est de 2 600 mètres. Le Croult est encore visible à Dugny dans le parc Georges-Valbon[8],[9],[10]. La Morée forme la limite entre Dugny et Bonneuil-en-France et est aujourd'hui busée[11]. On peut également citer la Vieille Mer, petite rivière alimentée par les eaux du Croult, qui prend naissance à Dugny. Elle traverse le département de la Seine-Saint-Denis sur un tronçon de 7 km avant de se jeter dans la Seine. Cette rivière est, sans doute, la troisième en importance en Seine-Saint-Denis après la Seine et la Marne. Le cours d'eau a été canalisé et busé entièrement entre 1954 et 1964[12].

D'autres cours d'eau plus modestes traversaient la ville mais ont disparu et ont été transformés en conduit d'assainissement, comme la Molette, qui prend naissance à Rosny-sous-Bois, et reçoit les égouts de cette commune et de différentes routes nationales comme ceux de la route nationale 3 et de la route nationale 2[13]. Ce ruisseau formait la limite entre les communes de la Courneuve et de Dugny et se jetait dans le Rouillon, cours d’eau fait de main d’homme, aujourd'hui disparu, était alimenté par une prise d’eau dans le Croult, dite le « trou provendier »[8].

Climat

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[14]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[15].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 657 mm, avec 10,4 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[14]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Bonneuil-en-France à 2 km à vol d'oiseau[16], est de 12,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 616,3 mm[17],[18]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[19].

Statistiques 1991-2020 et records LE BOURGET (95) - alt : 49m, lat : 48°58'02"N, lon : 2°25'39"E
Records établis sur la période du 01-07-1920 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,3 2,1 4,2 6,3 9,8 13 14,9 14,6 11,5 8,8 5,2 2,8 8
Température moyenne (°C) 4,9 5,4 8,4 11,2 14,7 18 20,2 20 16,5 12,7 8,1 5,4 12,1
Température maximale moyenne (°C) 7,5 8,7 12,6 16,1 19,6 23 25,5 25,4 21,5 16,5 11,1 7,9 16,3
Record de froid (°C)
date du record
−18,2
17.01.1985
−16,8
14.02.1956
−9,6
07.03.1971
−3,7
01.04.1931
−1,6
06.05.1957
0,9
13.06.1935
3,5
09.07.1929
1,9
01.08.1923
0,1
24.09.1931
−5,6
30.10.1985
−9,5
28.11.1921
−15,1
16.12.1925
−18,2
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
16,1
27.01.03
20,8
28.02.1960
25,5
31.03.21
31,9
18.04.1949
35
24.05.1922
36,9
27.06.11
42,1
25.07.19
40,2
12.08.03
35,3
09.09.23
29,4
04.10.1921
21,3
08.11.15
17,2
16.12.1989
42,1
2019
Ensoleillement (h) 574 737 1 293 171 1 894 203 2 132 2 064 1 616 1 113 637 543 16 342
Précipitations (mm) 46,8 41,1 43,9 43,1 60,5 53,8 56,3 52,5 44,6 56,7 53,6 63,4 616,3
Source : « Fiche 95088001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Urbanisme

Typologie

Dugny est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[20],[21],[22]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[23] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[24],[25].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[26],[27].

Morphologie urbaine

Occupation des sols à Dugny en 2008
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 60,3 % 233,44
Espace urbain non construit 21,2 % 81,85
Espace rural 18,5 % 71,64
Source : Iaurif[28]

En 2008, Dugny a une surface totale de 386,93 hectares. Ses 383,93 ha sont répartis pour l'habitat individuel et l'habitat collectif, qui couvrent respectivement 15,09 ha et 29,80 ha. Ils sont également couvert par les voies de transports (rues, voies ferrées...) avec 112,88 ha, et par les entreprises (incluant bureaux, commerces...) avec 39,89 ha. Les espaces verts couvrent 75,74 ha de la commune soit près de 19,6 % de son territoire. Les équipements sportifs ouverts couvrent eux 6,27 ha et quant aux autres équipements (de loisir et culturel, de santé, d'enseignement...) ils occupent 16,70 ha de la ville[29].

Quartiers

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Plan de Dugny :
1. Quartier du centre-ville
2. Quartier du Pont-Yblon
3. Partie sud de l'Aéroport du Bourget
4. Parc d'activités
5. Partie est du Parc Georges-Valbon

Dugny est divisée en deux quartiers d'habitation. Le quartier principal qui s'étend le long de la route départementale 114 et le quartier du Pont-Yblon qui longe la route nationale 2. Les deux quartiers sont séparés par l'Aéroport du Bourget[30].

Habitat et logement

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Différents types de logements à Dugny.

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 4 271, alors qu'il était de 4 222 en 2013 et de 4 047 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 93,9 % étaient des résidences principales, 0,4 % des résidences secondaires et 5,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 8,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 90,2 % des appartements[I 2]. Parmi les 4 013 résidents principales, 65,7% sont des logements HLM[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Dugny en 2018 en comparaison avec celle de la Seine-Saint-Denis et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (0,4 %) inférieure à celle du département (1,1 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 13,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (17,1 % en 2013), contre 38,8 % pour la Seine-Saint-Denis et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Dugny en 2018.
Typologie Dugny[I 1] Seine-Saint-Denis[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 93,9 93 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,4 1,1 9,7
Logements vacants (en %) 5,6 5,9 8,2

Le Village des médias

Depuis 2007, le projet d'aménagement de la zone dite des « chapeaux chinois » est en cours d'aménagement. D'une surface de 10,35 ha et située à l'entrée de la ville, la zone accueille depuis 2017 la nouvelle gare de Dugny - La Courneuve. Le projet prévoyait alors la construction d'un peu plus de 300 logements dont 20 % de logements sociaux, des commerces, un nouveau groupe scolaire et un lieu de prière de religion musulmane[31]. En 2010,le secrétaire d'État à la région capitale Christian Blanc voit la zone comme des projets phares du Grand Paris dont la maîtrise d’œuvre devait alors être assurée par la Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget[32].

Toutefois, l'attribution en 2017 à la France de l'organisation des JOP 2024 fait réviser le projet : le village des médias prend place sur six hectares de l'Aire des vents alors que la zone industrielle cède en partie la place à une fonction résidentielle[33],[34]. Pour assurer la continuité des déplacements entre le village des médias et le site des compétitions d'escalade au Bourget, il est installé en 2023 une passerelle piétons et vélos de 125 mètres au-dessus de l'autoroute A1[35],[36],[37].

Le siège et le site industriel de l'entreprise de recyclage Chimirec sont relocalisés sur une partie des terrains de l'ancienne usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, pour permettre la réalisation du Village des médias[38].

Voies de communication et transports

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
La RD114 et le bus 133.

Réseaux routiers

La ville est principalement accessible par la RD 114 puis par la RD 50 qui se raccorde à celle-ci et va en direction du Bourget. Dugny est frontalière à la RN 2 et à la RN 17 au quartier du Pont-Yblon[39],[30].

Elle est également située à proximité de l'A1, l'Autoroute du Nord, qui est l’autoroute française la plus fréquentée[40]

Les rues du centre-ville viennent presque toutes se raccorder à la RD 114 et se terminent souvent en impasse[39].

Transports actuels

La ville est desservie par la la ligne de tramway T11 à la gare de Dugny - La Courneuve et par les réseaux de bus RATP et Terres d'Envol.

Les projets de transports

Un hypothétique prolongement de la ligne 7 du métro de Paris est possible au nord, jusqu'au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget et bénéficierait aux Dugnysiens puisqu'une station serait prévue à la Gare du Bourget[41], accessible en bus ou avec le T11 express.

De plus, la ligne 17 prévue pour fin 2026 comprendra deux arrêts au Bourget, une située à l'aéroport du Bourget (à proximité du quartier du Pont-Yblon) et l'autre à la gare du Bourget (desservie également par la ligne 16)[42].

Transports aériens

Crédit image:
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Le tarmac de l'Aéroport de Paris-Le Bourget.

L'aéroport de Paris-Le Bourget est situé sur le territoire de la commune. Il est géré par Aéroports de Paris. L'aéroport est ouvert au trafic national et international commercial non régulier, aux avions privés, à l'aviation générale, aux IFR et aux VFR avec certaines restrictions. Il est le premier aéroport d'aviation d'affaires en Europe[43].

Situé à treize kilomètres au nord-est de Paris, il occupe une superficie de 550 hectares, répartis sur quatre communes et deux départements : la Seine-Saint-Denis (Le Bourget et Dugny) et le Val-d'Oise (Bonneuil-en-France et Gonesse)[44].

Toponymie

Dugny viendrait du gallo-romain Duniacum qui signifie domaine de Dunius, son propriétaire[45]. Plus tard, le site est surnommé Dugny-en-France, du fait de la plaine de France dans laquelle elle se situe.

Histoire

Les origines de Dugny

Une fouille de sauvetage effectuée en 1998 a permis de mettre au jour deux enclos circulaires et sont datables de l'holocène et plus spécifiquement de la Protohistoire (à l'âge du bronze ou à l'âge du fer). On pense qu'ils délimitaient des tertres et même si aucune inhumation ou incinération de l'époque n'a été découverte, la fonction funéraire du lieu semble certaine. Quatre sépultures datées de l'époque mérovingienne ont néanmoins été retrouvées sur ce même lieu, de même que des bijoux qui sont datables de la fin du VIIe siècle ou du début du VIIIe siècle[46],[47]. À cette même époque, le territoire de Dugny est situé sur un plateau entouré de marais, au carrefour de sept rivières[45]. La première apparition de Dugny dans les documents paraît dater de 832[48].

À l'époque féodale et sous l'Ancien Régime

Carte de Cassini du Bourget et ses environs vers 1780.

En 1119, Dugny appartient au prieuré de Saint-Martin-des-Champs puis aux Montmorency avant d'être cédée à l'Abbaye de Saint-Denis en 1216[45].

En 1443, Henri VI, roi d'Angleterre, confisque la terre de Dugny à Jacques de Luiller resté fidèle à Charles VII, pour la donner à un Français qui avait embrassé son parti[48].

Au XVIe siècle, des aménagements ont lieu sur le Croult et l'on voit au XVIIe siècle, la création de trois moulins. Ces derniers ne survivront pas à l'avènement des minoteries industrielles[48].

Au XVIIe siècle, Dugny dépend du département de Gonesse qui fournit le blé et le pain pour la population parisienne. Le village compte alors 200 habitants[45]. À cette même époque, le hameau du Bourget, qui n'est alors constitué que d'une seule rue, est rattaché à Dugny, ainsi que le hameau du Pont-Yblon qui ne constitue lui qu'un groupement de maisons[48].

De la Révolution française à la fin de la Belle Époque

Dugny au début XXe siècle.

En 1789, c'est la fin de l'Ancien Régime, les privilèges sont abolis par la Révolution. Cette même année, Dugny organise des élections, c'est Pierre Trossu qui est élu[49]. En 1790, Le Bourget, qui dépendait à ce moment-là de Dugny, se sépare de sa tutelle pour devenir une commune autonome[50].

En 1814 et 1815, lors de la Restauration, Dugny est occupé par les armées alliées (russe, prussienne et autrichienne) qui y font des dégâts[45]. Les jours paisibles reviennent peu à peu à Dugny, la commune devient un lieu de villégiature et de plaisance pour les Parisiens. Dès 1858, le village est plutôt bien desservi grâce au chemin de fer et à la gare du Bourget. Dugny passe de 328 habitants en 1806 à 611 en 1866.

Mais la guerre franco-allemande de 1870 vient changer les choses et plus particulièrement le Siège de Paris (1870), le territoire de Dugny est alors occupé par les Prussiens et subit des tirs de l'artillerie française implantée au Bourget[45],[51]. De même, lors de la première bataille du Bourget mais surtout lors de la deuxième bataille du Bourget, qui ont respectivement lieu du 28 au 30 octobre 1870 et le 21 décembre 1870, les affrontements provoquent d'importants dégâts sur la commune. Sous le feu des canons, l'église est détruite et le village ravagé[45],[52].

À la Belle Époque, la commune se reconstruit peu à peu et le XXe siècle va marquer un tournant dans l'histoire du village. Au début du siècle, Dugny, qui est encore un village de campagne, se transforme peu à peu en une petite ville de la banlieue parisienne[53].

1914-1945 : l'influence de l'aéroport

La cité de l'Eguillez construite en 1932.

Au XXe siècle, l'histoire de Dugny, comme celle du Bourget, est liée à celle de l'aérodrome puis aéroport du Bourget. Même s'il est, à l'époque, principalement situé sur la commune de Dugny, l'aéroport a pris le nom du Bourget, lieu où se trouvait la gare de chemin de fer[54],[55],[56]. Les évènements se déroulant sur l'aéroport sont donc associés le plus souvent à la ville du Bourget. Il en va ainsi pour l'arrivée de Charles Lindbergh à l'aéroport du Bourget et qui réalise ainsi la première traversée aérienne de l'Atlantique Nord entre New York et Paris le [57], ou encore pour le retour d'Édouard Daladier en France, le après la signature des accords de Munich, où une foule énorme vient le saluer à l'aéroport du Bourget[58].

Parallèlement, le département achète les terres labourables pour y construire des logements HBM. Avec cela la population change, elle se militarise notamment de par la présence de l'aéroport du Bourget sur le territoire communal et elle devient de plus en plus ouvrière de par les nombreux sites industriels qui ouvrent au nord de Paris.

En 1932, la cité-jardin de l'Eguillez est édifiée par les architectes Georges Albenque et Eugène Gonnot pour l'Office public d'HBM de la Seine[59]. En 1933, la cité du Pont-Yblon est bâtie par l'architecte Germain Dorel, composée de 334 logements. Cet ensemble HBM, isolé du centre de Dugny par l'aérodrome, accueillant exclusivement des militaires à partir de 1934, intègre alors un dispensaire et un groupe scolaire[60],[61]. L'architecte Félix Dumail s'est aussi impliqué dans les travaux.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands prennent possession de l’aéroport et l’agrandissent considérablement. Le 16 août 1943, les forces américaines et anglaises bombardent les pistes mais la base aérienne reste occupée jusqu’à sa libération[55],[57]. Ce bombardement du , appelé opération Starkey, destiné à détruire l'aéroport, rase la commune à 95 ou 98 %[62],[63], notamment l'hôtel de ville qui sera reconstruit en 1952.

De la libération à nos jours

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Un P-47 Thunderbolt de 1941, avion de chasse américain, au musée de l'air et de l'espace.

Pour avoir subi pas moins de quinze bombardements, la ville de Dugny est alors décorée de la croix de guerre avec palmes le [53],[62]. De même, l'aéroport du Bourget, sérieusement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale est reconstruit à l'identique, et sert d'aéroport civil de Paris jusque dans les années 1970. La création du nouvel aéroport de Roissy libère de la place au Bourget et le regroupement des collections dispersées dans une partie du hall de l'aéroport est étudié. C'est à partir de 1973 que le musée de l'air et de l'espace déménage progressivement de Chalais-Meudon à l'aéroport du Bourget. Le premier hall, le hall B, est inauguré en 1975 peu avant le salon du Bourget[64].

Parallèlement, la ville de Dugny, qui a été en grande partie détruite, se reconstruit peu à peu. Finalement, seul le quartier du Pont-Yblon avait été en quelque sorte préservé[53]. En plus de sa reconstruction, la ville doit aussi faire face à un développement démographique qui est la conséquence d'une demande de construction très rapide de logements entre les années 1950 et les années 1970, en partie pour loger les rapatriés d'Algérie mais aussi la population issue du grand bidonville de Saint-Denis-La Courneuve qui a été démantelé. Ces années voient aussi l’arrivée de nouvelles populations immigrées[53].

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le site Eurocopter de La Courneuve.

En 1973, c'est la fin des Trente Glorieuses, il marque aussi pour Dugny et de manière plus générale pour la banlieue nord de Paris, le début des difficultés économiques. La crise du pétrole, la désindustrialisation de la région parisienne et, à une échelle plus locale, la cessation des activités de l'aéroport du Bourget provoquent un taux de chômage explosif[53].

En novembre 2005, comme de nombreuses communes de l'agglomération parisienne et celles des grandes villes de province, des faits de délinquance touchent la ville mais restent plus modérés que dans d'autres communes du département, même voisines, telle Le Blanc-Mesnil. Il n'y a pas eu de violences accrues à Dugny comme le montre la chronologie des émeutes de 2005 en France. Néanmoins, cet épisode relayé par les médias de nombreux pays montre alors l'état de ghettoïsation ethnique et sociale de nombreux secteurs de banlieue et l'incapacité du pouvoir politique à faire face à l'échec de l'intégration d'une importante population immigrée[65].

La base aérienne 104 implantée à Dugny depuis la Première Guerre mondiale en bordure des pistes de l'aéroport du Bourget, et qui accueillait depuis 1953, l'Établissement d'Aéronautique Navale de Dugny-Le Bourget, ferme définitivement le [66]. Ses installations accueillent depuis Airbus Helicopters, qui inaugure officiellement le site le [67], qui y relocalise son usine de La Courneuve[68],[69].

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

Avant le , la ville de Dugny est une commune du département de la Seine mais celui-ci est supprimé, en application de la loi du portant sur la réorganisation de la région parisienne et intégré dans le département de la Seine-Saint-Denis.

Dugny a fait partie de l'arrondissement de Bobigny de 1968 à 2016. La commune est rattachée à l'arrondissement du Raincy depuis le 1er janvier 2017, comme l'ensemble des communes de l'EPT Paris Terres d'Envol[71].

Dugny a fait partie de 1967 à 2015 du canton du Bourget. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de La Courneuve.

La commune de Dugny fait partie de la quatrième circonscription de la Seine-Saint-Denis[72].

Dugny est dans le ressort du tribunal d'instance d'Aubervilliers[73], du tribunal de grande instance et du tribunal de commerce de Bobigny[74],[75].

Intercommunalité

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Carte de la Seine-Saint-Denis. En rouge : l'ex-communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget

Les villes de Drancy et du Bourget ont créé, fin 2006, une communauté de communes qui porte le nom de communauté de communes Drancy-Le Bourget, et dont le premier conseil communautaire a eu lieu le . Le , Dugny rejoint la communauté, qui prend le nom de communauté de communes de l'aéroport du Bourget[76],[77].

À compter du , cette communauté de communes se transforme en communauté d'agglomération[78].

Dans le cadre de la mise en place de la métropole du Grand Paris, la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (Loi NOTRe) prévoit la création d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale.

La création des EPT s'accompagne de la suppression des EPCI à fiscalité propre situés dans leur périmètre, et qui exercent désormais les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées.

La commune est donc désormais membre de l'Établissement public territorial Paris Terres d'Envol, créé par un décret du 11 décembre 2016[79] et qui regroupe :

Tendances politiques et résultats

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de Dugny sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Tendance politique Début de mandat Fin de mandat
Municipales 2020 Commune de Dugny Maire Quentin Gesell DVD
Départementales 2021 Canton de la Courneuve Conseillers départementaux Zaïnaba Saïd-Anzum et Stéphane Troussel PS
Législatives 2022 4ème circonscription de la Seine-Saint-Denis Députée Soumya Bourouaha PCF

Élections présidentielles

Élections législatives

Résultats des seconds tours :

Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales

Résultats des seconds tours :

Élections départementales

Résultats des seconds tours :

Élections cantonales

Résultats des seconds tours ou des deux meilleurs scores du premier tour si dépassement de 50 % :

Élections municipales

Au second tour des élections municipales de 2014 dans la Seine-Saint-Denis, la liste d'union de la droite menée par le maire sortant André Veyssière remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 384 voix (52,97 % des suffrages exprimés), devançant largement les listes menées par Janine Lopez (PS, 753 voix, 28,82 %) et par Michel Delplace (FG, 476 voix, 18,22 %), l'abstention s'étant élevée à 50,43 %[80].

Au second tour des élections municipales de 2020 dans la Seine-Saint-Denis, marqué par une quadrangulaire, la liste menée par Quentin Gesell (DVD), ancien maire adjoint du mandat précédent, remporte la majorité des suffrages exprimés, avec 852 voix (27,55 des suffrages exprimés), avec une faible avance sur les listes menées respectivement par :
- Faouzy Guellil (DVG, 812 voix, 26,25 %) ;
- Frédéric Nicolas (Divers, 725 voix, 23,44 %) ;
- le maire sortant André Veyssière (LR, 704 voix, 22,76 %),
l'abstention s'étant élevé à 40,75 %[80],[81].
En raison du faible écart séparant sa liste de celle menée par Quentin Gesell — 40 voix — Faouzy Guellil (PS) conteste sans succès le résultat des élections, alléguant que la rédaction des procurations de l'entre deux tours aurait favorisé la liste du maire sortant. Le tribunal administratif de Montreuil puis le Conseil d'État (France) ont rejeté son recours, rendant définitifs les résultats du scrutin[82].

Administration municipale

Compte tenu de la population de la commune, le Conseil municipal de Dugny comporte 33 sièges[83].

Liste des maires

Six maires se sont succédé à Dugny depuis la Libération de la France[49] :

Liste des maires successifs depuis la Libération de la France[49].
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1944 François Larivière[84] PCF Ouvrier cimentier
Président du Comité Local de Libération
1944 1945 Emmanuel Lambert
1945 mars 1965 François Larivière[84] PCF Ouvrier cimentier
mars 1965 mars 1989 Félix Lacan[85] PCF Instituteur
mars 1989 juillet 2020[86],[87] André Veyssière[88] RPR puis UMPLR Vice-président de la CA de l'aéroport du Bourget (2009 → 2015)
juillet 2020[89] En cours
(au 3 janvier 2022)
Quentin Gesell DVD Collaborateur d'élu, cadre territorial,
Vice-président de la Métropole du Grand Paris (2020 →)

Jumelages

Au 11 février 2012, Dugny est jumelée avec[90] :

Population et société

Équipements et services publics

Enseignement

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le collège Jean-Baptiste Clément à Dugny.

Dugny est en zone C, sous la direction de l'académie de Créteil[91]. Les écoles de la commune appartiennent à la circonscription de l’Éducation nationale de Dugny - Le Bourget, dirigée par l'Inspecteur de l'éducation nationale. L'inspection est située dans les locaux de l'école Paul Langevin.

En 2012, la commune compte quatre écoles maternelles (Irène et Frédéric Joliot-Curie, Nelson Mandela, Marcel Cachin, Colonel Fabien), quatre écoles élémentaires (Jean Jaurès, Henri Wallon, Paul Langevin, Colonel Fabien), un collège (Jean-Baptiste Clément), un lycée polyvalent hôtelier (Rabelais) et un lycée privé (Robert Schuman)[92],[93].

Le lycée professionnel privé Robert Schuman propose diverses filières, des sections maintenance (MEI), électronique (SEN) et production informatisée (TU)[94].

Un lycée voit le jour en 2013 au Bourget, conséquence de la saturation du lycée Eugène-Delacroix à Drancy[95]. Il accueille les élèves du Bourget, de Dugny et une partie des Drancéens. Il peut accueillir 665 élèves en filières générales et technologiques[96].

Jeunesse

Chaque mercredi, les jeunes Dugnysiens peuvent aller dans des espaces de jeux situés dans divers maisons de quartiers (salles de quartiers Allende et Thorez) et dans le préau de la maternelle Colonel Fabien dans le quartier du Pont-Yblon. Elles sont aussi accessibles pendant les vacances scolaires[97].

Dans le quartier du Pont-Yblon, un espace de rencontre est également mis à la disposition des 15-25 ans. Il propose diverses activités et permet l'aide à la rédaction de CV et de lettre de motivation et à la réalisation de projets[98]. Un point accueil jeunesse a ouvert en janvier 2012 dans le centre-ville de Dugny et a pour but l’orientation et l’insertion professionnelle des 18-25 ans[99].

Équipements culturels

Dugny dispose d'une médiathèque[100] qui est gérée par la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget. Cette médiathèque fonctionne en réseau avec les six autres médiathèques situées sur les communes de Drancy et du Bourget. Les prêts de livres sont gratuits pour les habitants de la communauté d'agglomération qui disposent d'une même carte pour l'ensemble des 7 médiathèques.

Il existe à Dugny un conservatoire de musique, de danse et d'art dramatique qui accueille les Dugnysiens dès l'âge de 3 ans et qui relève de la compétence de la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget.

Dugny dispose par ailleurs d'une salle de spectacle - la salle Henri Salvador - et d'une salle polyvalente - la salle Victor Hugo - toutes deux situées en centre-ville.

Santé

En 2012, il existe à Dugny un centre municipal de la santé. Y sont pratiqués de la médecine générale et spécialisée, des soins infirmiers et des prélèvements de laboratoire, des soins dentaires et de la kinésithérapie[101].

Équipements sportifs

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Les salles sportives municipales David-Douillet

La commune de Dugny dispose d'un stade (Alain-Mimoun), de deux gymnases (Alain-Mimoun et Jean-Jaurès), des terrains de Tennis (Tennis Club de Dugny) et des salles de sports (salles sportives municipales David Douillet), et d'une salle d'arts martiaux[102]

Dans le cadre de la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget, les Dugnysiens peuvent accéder aux stades nautiques du Bourget et de Drancy aux mêmes tarifs que les habitants de ces mêmes communes[103].

Justice, sécurité, secours et défense

Sur son territoire, Dugny accueille une caserne de la Garde républicaine, la caserne de Rose à l'emplacement de l'ancienne Base aérienne 104[104].

Depuis le 1er juillet 2015, la caserne abrite également l'escadron de Gendarmerie mobile 22/1 de Dugny, qui était auparavant implanté à Melun.

Ce dernier est rattaché au Groupement II/1 de Gendarmerie mobile de Maisons-Alfort.

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
La Caserne de Rose, où est implanté une compagnie de la Garde Républicaine, ainsi qu'un escadron de la Gendarmerie mobile.

Tout comme pour Paris, mais aussi pour les autres communes de la Seine-Saint-Denis, les communes des Hauts-de-Seine et les communes du Val-de-Marne, la sécurité et la police dépendent avant tout de la Préfecture de police de Paris et dépendent ensuite du maire de la commune et du préfet de la Seine-Saint-Denis[105].

Dugny, le Bourget et la Courneuve font partie de la circonscription de police de la Courneuve[106]. En 2008, la circonscription de police de la Courneuve a un taux de criminalité moyen de 113,38 crimes et délits pour 1 000 habitants[107].

La commune a installé un système de vidéosurveillance en juin 2011. Cette opération a pour but de préserver la sécurité des citoyens, de maintenir un climat de sécurité auprès de la population et d'empêcher tout fait de délinquance[108].

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[109],[Note 3].

En 2021, la commune comptait 11 328 habitants[Note 4], en augmentation de 7,83 % par rapport à 2015 (Seine-Saint-Denis : +4,77 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270333328344460532592548564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
533594611489517601643611643
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6446186151 3803 3154 3074 2891 3916 960
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2011
6 1857 8608 0948 4518 3618 64110 33610 60310 783
2016 2021 - - - - - - -
10 65911 328-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[110] puis Insee à partir de 2006[111].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les ménages

En 2007, le nombre total de ménages dugnysiens est de 3 883[112]. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Personnes par ménage (2007) 1 2 3 4 5 6 ou plus
Dugny 27,7 % 26,2 % 17,7 % 15,3 % 7,4 % 5,7 %
Paris 52,4 % 25,9 % 10,5 % 7,1 % 2,7 % 1,4 %
Moyenne nationale 31,0 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[112]

Pyramides des âges

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 48,2 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (42,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 13,6 % la même année, alors qu'il est de 16,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 5 192 hommes pour 5 565 femmes, soit un taux de 51,73 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (50,82 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[113]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
0,4 
2,5 
75-89 ans
4,3 
9,7 
60-74 ans
10,1 
17,4 
45-59 ans
16,4 
20,9 
30-44 ans
21,6 
23,1 
15-29 ans
22,0 
26,3 
0-14 ans
25,1 
Pyramide des âges du département de la Seine-Saint-Denis en 2020 en pourcentage[114]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,9 
3,9 
75-89 ans
5,2 
11,4 
60-74 ans
11,9 
18,7 
45-59 ans
18,1 
22,2 
30-44 ans
22,2 
20,4 
15-29 ans
20 
23,1 
0-14 ans
21,7 

Manifestations culturelles et festivités

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
La fête de l'Huma en 2006 à Dugny.

Dugny accueille sur son territoire des festivités d'envergure nationale et internationale. Les deux plus célèbres sont la fête de l'Humanité qui avait lieu chaque année au mois de septembre au parc Georges-Valbon, dans l'aire des vents à Dugny[115] jusqu'en 2021[116], et le salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget qui a lieu au mois de juin à l'aéroport du Bourget tous les deux ans (années impaires)[117].

Pour la fête nationale, un feu d'artifice est organisé, le 13 juillet au soir[118]. Depuis 2021, la municipalité a renforcé les évènements de la Fête Nationale en ajoutant un concert et une retraite aux flambeaux[119].

Depuis 2014, la municipalité organise au mois de novembre la Semaine de la citoyenneté qui a pour but de valoriser le statut de citoyen et d'encourager la participation à la vie collective. Cette manifestation donne lieu à diverses activités (ravivage de la flamme du soldat inconnu à l'Arc de Triomphe, visite du Sénat, rencontres entre élus et habitants, interprétation de La Marseillaise, théâtre...)[120].

Médias

La commune de Dugny édite un journal trimestriel, « Dugny Plus ». C'est un journal d'informations locales d'une quarantaine de pages en couleur. Il est possible de le consulter via le site de la ville[121].

Dugny dispose d'un portail institutionnel[122], site sur lequel il est possible de s'informer sur l'actualité de la ville, mais également sur ses infrastructures et son histoire.

La commune a adhéré au SIPPEREC, syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication, afin de procéder à l'étude de la mise en place du câble sur la commune dans les prochaines années[123].

Cultes

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
L'église Saint-Denys.

Les Dugnysiens disposent de lieux de culte catholique et musulman :

Dugny est une commune qui dépend du secteur pastoral du Blanc-Mesnil au sein du diocèse de Saint-Denis dont le lieu de culte est l'église Saint-Denys de Dugny[124],[125].

La ville dispose également d'une salle de prières de confession musulmane, gérée par l'association culturelle des musulmans de Dugny. L'association, crée en 1989, gère des activités cultuelles (organisation du culte), mais aussi culturelles (enseignement de l'arabe et de l'histoire de la civilisation musulmane)[126],[127].

Économie

Revenus de la population et fiscalité

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 702 , ce qui plaçait Dugny au 29 885e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[128].

Emploi

En 2008, 7 012 Dugnysiens avaient entre 15 et 64 ans, les actifs ayant un emploi représentaient 62,6 % de la population dugnysienne, les retraités représentaient 4,4 % des Dugnysiens, 10,3 % de la population était considéré comme autres inactifs et 876 Dugnysiens étaient chômeurs, ce qui donne un taux de chômage de 12,5 % pour la commune contre 11,8 % pour le département la même année[128]. Et enfin la population estudiantine représentait 10,2 % des Dugnysiens[129],[130].

Répartition des emplois par domaines d'activité en 2008

  Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Dugny 0,09 % 6,08 % 4,52 % 50,43 % 38,86 %
Moyenne nationale 3,48 % 15,40 % 6,45 % 13,32 % 61,40 %
Sources des données : INSEE[131]

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2008

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Dugny 0,0 % 2,3 % 9,0 % 25,2 % 41,9 % 21,6 %
Moyenne Nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[131]

Entreprises et commerces

En 2004 à Dugny, 22 entreprises ont été créées, la ville se place à la 2 213e place au niveau national sur la création d'entreprise, cette année-là. Le nombre total d'établissements est d'environ 602 (en 2004). Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 3,2 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de cinq établissements, les industries des biens de consommation représentent 1,9 % avec trois établissements, les industries des biens d'équipement représentent une part de 1,3 % avec deux entreprises. L'industrie des biens intermédiaires comporte cinq entreprises soit 3,2 %, la construction avec ses treize entreprises représente 8,3 %, le commerce représente pas moins de 26,7 % du nombre total d'entreprises avec quarante-trois établissements, le transport comprend dix-sept établissements soit 10,9 %. Les activités immobilières totalisent trois entreprises soit 1,9 %, les services aux entreprises représentent 16,7 % avec vingt-six établissements, les services aux particuliers comprennent dix-sept entreprises soit 10,9 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre vingt-deux entreprises soit 14,1 % du nombre d'établissements total.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Patrimoine aéronautique

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
L'entrée du Musée de l'air et de l'espace.

Tout comme l'histoire de la ville, le patrimoine de Dugny est intimement lié au patrimoine aéronautique. En effet, l'aéroport du Bourget couvre à peu près la moitié du territoire dugnysien et une grande partie des collections du musée de l'air et de l'espace est située à Dugny[30],[133],[134]. Bien qu'ils soient tous deux, de par leurs noms, associés à la ville du Bourget.

L'aéroport du Bourget est le premier aéroport parisien à avoir été construit et il est aujourd'hui le premier aéroport d'affaires européen[43], il accueille, tous les deux ans (mois de juin des années impaires), le salon international de l'aéronautique et de l'espace.

Le musée de l'air et de l'espace est le plus important musée aéronautique de France. Lors de son déménagement au Bourget en 1975, le musée occupait une partie de l'esplanade ainsi qu'un hangar, au sud de l'aérogare[135]. En 1977, la disparition du trafic commercial entraîne une reconversion rapide de l’aéroport dans l’aviation d’affaires, et libère de l'espace pour l'extension du musée qui ouvre. C'est en 1987 que l'aérogare, en partie désaffectée depuis 1977, devient « La Grande Galerie », qui présente une grande collection d’avions originaux des débuts de l’aviation et de la « Première Guerre mondiale »[64],[134],[136]. Le musée a eu une fréquentation de 274 678 visiteurs en 2008, le classant à la 24e place des musées français les plus visités[137].

Monuments commémoratifs

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Monument aux morts, place du 16 août 1943.

Sur la place du 16 août 1943, on trouve un monument aux morts, sur lequel est écrit « À la glorieuse mémoire des enfants de Dugny morts pour la France ».

Au cimetière du Hazeret, on trouve aussi une stèle commémorative, dressé en souvenir des bombardements du , il rend hommage aux deux-cents victimes qui n'avaient pas quitter les lieux, le bombardement avait touché trois abris sur cinq. On voit aussi dans ce cimetière, de nombreuses tombes d'inconnus mort lors de ce tragique événement.

La tombe de François Cretté de Palluel est un des éléments du patrimoine dugnysien. Avant tout parce que l'homme est un personnage important de la commune. Riche propriétaire et savant agronome, il contribue au progrès agricole de la commune et fait partie de la première municipalité de Dugny pendant la Révolution française. Il est incarcéré comme suspect, avec son père et son frère, en 1794, il doit en partie sa libération aux démarches des habitants de Dugny[138].

Espaces verts

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Parc Georges Valbon.

Une partie du territoire communal est occupée par le parc départemental Georges-Valbon. Le parc, anciennement appelé parc départemental de La Courneuve (avant 2010), est un site du réseau Natura 2000. Il a été officiellement rebaptisé parc Georges-Valbon le samedi , en hommage au premier président du conseil général de Seine-Saint-Denis[139]. Il est le plus grand parc d'Île-de-France avec une superficie de 415 hectares[140]. La partie dugnysienne du parc est composée de l'aire des Vents et du bassin du Brouillard[30].

Dugny dispose également d'autres espaces verts, les jardins de la Morée au nord de la commune et le square Jean Jaurès à proximité de l'aire des Vents[30].

Patrimoine culturel

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
L'espace culture Victor-Hugo et la médiathèque Anne-Frank.

La ville dispose d'un conservatoire municipal. Celui-ci abrite une école municipale de musique, de danse et de théâtre[141].

Dugny possède une salle de spectacle, la salle Henri Salvador, qui propose des séances de cinéma[142].

La commune dispose de l'espace culturel Victor-Hugo[143],[144]. La médiathèque Anne-Frank, est située au premier étage de l'espace culturel et couvre une superficie de 540 m2.

La ville de Dugny dispose de nombreuses médiathèques administrées par la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget[143]. La médiathèque Georges Brassens d'une surface de 4 000 m2, a été inaugurée le 28 avril 2007. Elle a coûté 13 millions d'euros, dont 5,6 de subventions. C'est l'une des très rares médiathèques ou bibliothèques françaises à être ouverte 7 jours sur 7. Elle fait trois étages et comprend au sous-sol un auditorium. L'accueil et la section jeunesse (650 m2) se trouve au rez-de-chaussée, les documentaires pour adultes au 1er étage, la fiction pour adulte, la musique et les films au second étage (soit 1 600 m2 pour la section adulte) et les services administratifs et scientifiques au 3e étage. Au total, elle donne accès à 65 000 livres, 8 000 DVD et 6 500 CD, et comprend 65 postes informatiques connectés à Internet ainsi que 10 postes de recherche documentaire. Elle constitue l'élément central d'un réseau de six médiathèques de quartier (quatre à Drancy, une au Bourget et celle de Dugny citée précédemment). Les quatre médiathèques drancéennes de proximité sont celles de l'Économie, du Bois de Groslay, de l'Avenir et de Gaston Roulaud.

Architecture

La Cité du Pont-Yblon construite par Germain Dorel en 1933.

L'architecture de Dugny est avant-tout marquée par le logement social et la présence militaire. De plus, après la Seconde Guerre mondiale la commune est détruite à 95 ou 98 %[62],[63], les bâtiments de la commune datent donc majoritairement du XXe siècle et du XXIe siècle.

Les cités de l'Eguillez et du Pont-Yblon, construite respectivement en 1932 et 1933, sont le parfait exemple de l'histoire et de l'architecture de la ville. Elles s'inscrivent dans le plan des constructions d'urgence édifiées pendant l'entre-deux-guerres et sont des habitations à Bon Marché (HBM). La première bénéficiait de la proximité de la cité-jardin, détruite pendant les bombardements qui ont touché la ville en 1943 et elle témoigne du Dugny ouvrier[59]. La seconde, éloignée du centre-ville par l'aéroport, était destinée à recevoir les familles de gardes mobiles et un groupe scolaire et un dispensaire y sont intégrés ; elle témoigne alors du Dugny militaire[60],[61]. Ce côté militaire se remarque aussi par la présence de la caserne militaire de Rose[104].

Personnalités liées à la commune

Crédit image:
Georges Biard
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Shirley & Dino aux césars.

Nées à Dugny

Autres résidents dugnysiens

  • François Cretté-Palluel (1741-1798) - Agronome. Député de l'Assemblée Législative et membre de la municipalité de Dugny en 1791. Juge de Paix. Il est enterré dans la commune.
  • Alexandre Cretté de Palluel, (1766-1844), (fils du précédent), conseiller général de la Seine, maire de Paris XVIIIe, (anobli par lettres patentes du 31 mai 1817, baron le 18 novembre 1827, officier de la Légion d'honneur le 19 mai 1825).
  • Lucie Aubrac (1912-2007) - Résistante et épouse de Raymond Aubrac. Elle a passé une partie de son enfance à Dugny.
  • Philippe de Gaulle (1921) - Amiral, officier général de marine et homme politique français, ancien sénateur, fils de Charles et Yvonne de Gaulle. Il y a dirigé la Base aéronavale 104 de 1964 à 1966.
  • Dominique Bertinotti (1954) - Femme politique et historienne, Ministre déléguée à la Famille de 2012 à 2014, a enseigné l’histoire au sein du collège Jean-Baptiste Clément dans les années 1980[146].
  • Franck Tanasi (1959) - Ancien joueur de football du PSG. Il a été entraîneur du Sporting Club Dugnysien.
  • Djimi Traoré (1980) - Ancien joueur de football de Liverpool, qui a remporté la Ligue des champions 2004/2005. Il a grandi à Dugny[147].
  • Gwladys Épangue (1983) - Taekwondoïste, double championne du monde et médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Pékin 2008, licenciée du club de Taekwondo de Dugny.
  • Laëtitia Payet (1985) - Judoka, Championne du Monde, entraîneuse au sein de la section Judo de l'Union Sportive de Dugny de 2018 à 2019[148].
  • Fradique Mendes Ferreira (1985) - Chanteur et musicien, membre du groupe d’origine Sao Toméenne Calema, a vécu plusieurs années à Dugny et a été conseiller municipal aux côtés du maire André Veyssière[149].
  • António Mendes Ferreira (1992) - Chanteur et musicien, membre du groupe d’origine Sao Toméenne Calema, a vécu plusieurs années à Dugny.
  • Sidney Obissa (2000) - Footballeur international gabonais et défenseur de l'AC Ajaccio habite à Dugny.
  • Reda Benchaa (2002) - Joueur de football et défenseur du Dijon Football Côte-d'Or a grandi et vit à Dugny.
  • Fadi El Hage (1984) - Historien moderniste et a enseigné au Lycée Hôtelier François Rabelais de Dugny jusqu’en 2021.

Héraldique

Blason de Dugny
Crédit image:
licence CC BY-SA 2.5 🛈
Blason
Écartelé : au premier et au quatrième d'azur au clou d'argent accompagné de trois fleurs de lys d'or, au deuxième et au troisième de gueules à l'anille d'argent accompagnée de neuf épis de blé d'or, formant trois fleurs de lys ordonnées 2 et 1[150],[151].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi

Bibliographie

  • Raymond Viguier, Nous n'irons plus au bois, Dugny 1933-1944, Paris : Messidor, 1988. (ISBN 2-209-06082-6)
  • Dugny : notice historique et renseignements administratifs, Montévrain, coll. « État des communes à la fin du XIXe siècle, », , 61 p. (lire en ligne), lire en ligne sur Gallica.
  • Le patrimoine des Communes de la Seine-saint-Denis, Flohic éditions, 1994, (ISBN 2-908958-77-5).
  • Le Fantôme de Dugny, film de Patrick Laroche et Philippe Nasse 1995 - 59 min - Betacam - Couleur - France.
  • Fernand Bournon : Notice historique et renseignements administratifs de Dugny

Articles connexes

Liens externes

  • « Dugny »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références

Site de l'Insee

  1. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Dugny » (consulté le ).
  2. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Dugny - Section LOG T2 » (consulté le ).
  3. a et b « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Dugny - Section LOG T7 » (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Seine-Saint-Denis » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).

Autres sources

  1. « Carte d'identité de la ville », Mairie de Dugny (consulté le ).
  2. « Visite du chantier d’Airbus Helicopters », sur ville-dugny.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie d'après les longitudes et latitudes des communes sélectionnées »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le ).
  4. « Orthodromie d'après les longitudes et latitudes des communes sélectionnées »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre. (consulté le ).
  5. « Carte d'identité », sur le site de l'établissement public d'aménagement Plaine de France, (consulté le ).
  6. « Cartes des limites administratives d'Île-de-France - Limites administratives des communes et départements », sur Institut d'aménagement et d'urbanisme - Île-de-France (consulté le ).
  7. Raymond Liegibel, Regards sur Drancy : Une commune dans l'Histoire de France, Société Drancéenne d'Histoire et d'Archéologie, 350 p., p. 14.
  8. a b et c État des communes du département de la Seine à la fin du XIXe siècle : Monographie sur Dugny, Montévrain
  9. « Fiche cours d'eau - Le Crould (F70-0410) », sur Sandre, portail national d’accès aux référentiels sur l’eau (consulté le ).
  10. « Fiche cours d'eau - La Moree (F7075000) », sur Sandre, portail national d’accès aux référentiels sur l’eau (consulté le ).
  11. « Archéologie & histoire de Bonneuil-en-France », sur le site du conseil général du Val-d'Oise (consulté le ).
  12. Patrice Dupont et Thierry Maytraud, « La dé-couverte d'une rivière urbaine : Le projet de la Vieille mer en Seine-Saint-Denis », dans Les cahiers de l'IAURIF : Le fleuve, un système, des territoires, des acteurs, Paris, IAURIF, (ISSN 0153-6184), chap. 141, p. 82-86.
  13. « Histoire d'une rivière disparue - Où est passée la Molette ? », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  14. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  15. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  16. « Orthodromie entre Dugny et Bonneuil-en-France », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station Météo-France « Le Bourget » (commune de Bonneuil-en-France) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  18. « Station Météo-France « Le Bourget » (commune de Bonneuil-en-France) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  20. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  24. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  27. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  28. « Fiche communale d'occupation des sols, vue satellite simplifiée », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France, (consulté le ).
  29. « Fiche communale d'occupation des sols, plan détaillé », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France, (consulté le ).
  30. a b c d et e « Plan de la ville », Mairie de Dugny (consulté le ).
  31. « L'aménagement de la zone des "Chapeaux chinois". », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  32. « Grand Paris : trois architectes chargés de l'aménagement de Paris Le Bourget », sur Le Point, (consulté le ).
  33. « Le Cluster des médias », sur projets.ouvrages-olympiques.fr (consulté le ).
  34. « Le village des médias », sur paris2024.org (consulté le ).
  35. Kevin Bernardi, « Paris 2024 : Début des travaux de pose de la passerelle entre Dugny et Le Bourget », sur sportetsociete.org, (consulté le ).
  36. « Découvrez la future passerelle entre Le Bourget et Dugny », sur ouvrages-olympiques.fr (consulté le ).
  37. Claire Guédon, « JO 2024 : une passerelle et un parcours de 2024 mètres pour relier Le Bourget, Dugny et La Courneuve », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  38. Alexandre Arlot, « Boutée de Dugny par les JO, l’entreprise familiale Chimirec atterrit et s’agrandit à Aulnay-sous-Bois », sur leparisien.frdate=8 novembre 2023 (consulté le )
  39. a et b « Transports à Dugny », Mairie de Dugny (consulté le ).
  40. Jamila Aridj, « Ces pilleurs d'autoroute qui cisaillent les câbles électriques », magazine Le Point, (consulté le ).
  41. « Prolongement de la ligne 7 », sur le site de la communauté d'agglomération Plaine-Commune (consulté le ).
  42. « Grand Paris Express », sur le site de la RATP (consulté le ).
  43. a et b [PDF] Aéroports de Paris, « Plaquette de présentation de Paris-Le Bourget : Premier aéroport d'aviation d'affaires en Europe »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le ).
  44. « Aéroport du Bourget », Mairie de Bonneuil-en-France (consulté le ).
  45. a b c d e f et g  « Les origines de Dugny », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  46. Pascal Métrot et Cécile Buquet, Dugny, av. du Maréchal Leclerc de hautecloque (RD 50) 93 09 030 (Seine-Saint-Denis). DFS de fouille d'évaluation archéologique (22/12/1997 - 31/05/1998), Conseil général de la Seine-Saint-Denis, .
  47. Laëtitia Bouniol & Josabeth Millereux-Le Béchennec, Dugny. Rue de la Luzernière 93 030 (Seine-Saint-Denis). Rapport de diagnostic archéologique, Conseil général de la Seine-Saint-Denis, .
  48. a b c et d Jean Lebeuf, Histoire de la banlieue ecclésiastique de Paris, vol. 6, Prault, , p. 250-268.
  49. a b et c « Les maires depuis 1789 », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  50. « Des origines jusqu’au début de l’ère industrielle »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le ).
  51. [PDF]« Plan de ville de 1882 », sur Mairie de Dugny.
  52. Raymond Liegibel, Regards sur Drancy : Une commune dans l'histoire de France, Société Drancéenne d'Histoire et d'Archéologie, , 349 p., p. 264-278.
  53. a b c d et e « Dugny à l’ère contemporaine », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  54. « L'aéronautique navale fait ses adieux à l'établissement de Dugny », sur Mer et Marine, site de toute l'actualité maritime (consulté le ).
  55. a et b « Histoire de l'aéroport du Bourget », sur le site officiel du musée de l'air et de l'espace (consulté le ).
  56. « Le « port aérien » du Bourget », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le ).
  57. a et b « Le Bourget, une ville liée à l'histoire de l'aéronautique »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le ).
  58. « De la conférence de Munich à la Seconde Guerre mondiale », sur Chemins de mémoire, site gouvernemental (consulté le ).
  59. a et b « Cité-jardin de L'Eguiller ou de L'Esguillez - Dugny », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis, édité par le conseil général (consulté le ).
  60. a et b « La cité du Pont-Yblon à Dugny », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le ).
  61. a et b Jean-Barthélémi Debost (coord.), Éléments d'architecture des années 1930 - Dugny, Le Blanc-Mesnil, Le Bourget, Conseil général de la Seine-Saint-Denis, , 6 p..
  62. a b et c « Dugny », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le ).
  63. a et b « Le temps et la ville - transformations », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  64. a et b « Histoire », sur le site officiel du musée de l'air et de l'espace (consulté le ).
  65. Sebastian Roché, « Des émeutes en 2005, quelles émeutes ? », sur le site du quotidien Le Figaro (consulté le ).
  66. « Fermeture de l'Établissement d'aéronautique navale de Dugny-Le Bourget », sur le site du ministère de la Défense (consulté le ).
  67. Léo Barnier, « 3 décembre 2017 », journal-aviation.com, (consulté le ).
  68. Nathalie Perrier, « La base aérienne de Dugny, c'est fini : Ce site où s'était posé Lindbergh après sa traversée de l'Atlantique de 1927 et qui était la base de l'aéronautique navale depuis 1953 ferme aujourd'hui ses portes. », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  69. Nathalie Perrier, « Eurocopter, c'est gagné ! : L’usine de pales d’hélicoptères d’Eurocopter, avec ses 700 emplois, ne sera pas délocalisée en Allemagne : elle restera en Seine-Saint-Denis et déménagera de La Courneuve à Dugny. », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  70. [PDF] « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de l'Essonne - Recueil no 1 des actes administratifs du 2 janvier 2017 de l'Île-de-France », sur prefectures-regions.gouv.fr, (consulté le ).
  71. « Carte des circonscriptions - Seine-Saint-Denis », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le ).
  72. « Tribunal d'instance », sur le site de la mairie d'Aubervilliers (consulté le ).
  73. « Arrondissement judiciaire de Bobigny », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  74. « Ressort territorial », sur le site du greffe du tribunal de commerce de Bobigny (consulté le ).
  75. [PDF] « communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget », sur le site de l'nstitut d'Aménagement et d'Urbanisme - Île-de-France (consulté le ).
  76. « La communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  77. « Trois agglomérations sont nées », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ , p. III (ISSN 0767-3558).
  78. « Décret no 2015-1660 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Aulnay-sous-Bois », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  79. a et b « Dugny 93440 », Résultats aux municipales 2020, sur lemonde.fr (consulté le ).
  80. C. G., « Municipales à Dugny : André Veyssière, 82 ans, battu par Quentin Gesell, son ex-dauphin de 27 ans : André Veyssière (LR), maire sortant a été battu par celui qui était en son dauphin, en 2014 et qui est devenu son adversaire, en 2020 », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Voilà, c'est fini. André Veyssière, 82 ans dont 31 à la tête de la petite ville de Dugny est battu. Il est même bon dernier dans la quadrangulaire qui l'opposait à son jeune ex-adjoint Quentin Gesell (DVD), Faouzy Guellil (PS) et Frédéric Nicolas (SE), son ancien premier adjoint démis de son poste en 2017. Quentin Gesell (DVD), 27 ans a remporté la victoire dans un scrutin aux résultats extrêmement serrés. « Il y a de la joie, c'est évident, s'exclame celui qui était présenté en 2014, comme le dauphin d'André Veyssière ».
  81. Alexandre Arlot, « Dugny : le conseil d’État valide les résultats (très serrés) des dernières élections municipales : En juin 2020, Quentin Gesell (DVD) l’avait emporté avec 40 voix d’avance. Son adversaire socialiste, arrivé deuxième d’une quadrangulaire, avait déjà saisi le tribunal administratif, qui l’avait débouté en février 2021 », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  82. Article L. 2121-2 du Code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  83. a et b Jean-Pierre Lacan, « LARIVIÈRE François, Louis : Né le 18 juin 1903 à Liévin (Pas-de-Calais), mort le 3 février 1987 à Miniac-Morvan (Ille-et-Vilaine) ; ouvrier cimentier ; militant communiste ; résistant ; maire de Dugny (Seine- / Seine-Saint-Denis) », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  84. Jacques Girault, « LACAN Félix, Jacques : Né et mort à L’Escarène (Alpes-Maritimes), 23 septembre 1929-22 décembre 1999 ; instituteur ; militant syndical ; militant communiste, maire de Dugny (Seine puis Seine-Saint-Denis) », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  85. Anthony Lieures, « Municipales : le doyen des maires de Seine-Saint-Denis sur un siège éjectable : Le maire (LR) de Dugny, André Veyssière, 82 ans, affrontera deux de ses anciens proches et le PS dans une quadrangulaire où les listes se tiennent en 39 voix après le 1er tour. Une aubaine pour la gauche ? », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ).« Dans cette ville de 10 700 habitants, quatre listes seront présentes au second tour des municipales, et elles se tiennent dans un mouchoir de poche : seulement 39 voix séparent Quentin Gesell (DVD) - arrivé en tête le 15 mars avec 24,42 % des voix - du socialiste Faouzi Guellil (22,82 %) ».
  86. C. G., « Municipales à Dugny : André Veyssière, 82 ans, battu par Quentin Gesell, son ex-dauphin de 27 ans : André Veyssière (LR), maire sortant a été battu par celui qui était en son dauphin, en 2014 et qui est devenu son adversaire, en 2020 », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  87. Réélu pour le mandat 2014-2020 : CG et Marie-Pierre Bologna, « 18 maires déjà sur le pont », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ , p. IV.
  88. Hajera Mohammad, « Dugny : Quentin Gesell, élu maire à 27 ans, se prépare à prendre ses fonctions : Après sa défaite aux élections municipales et après 31 ans de mandat, André Veyssière (LR), 82 ans, va céder son fauteuil de maire de Dugny (Seine-Saint-Denis), ce vendredi soir, à Quentin Gesell. Son ancien adjoint à la jeunesse devient maire à 27 ans seulement », France Bleu Paris,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  89. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le ).
  90. « Créteil », sur le site du ministère de l’Éducation nationale (consulté le ).
  91. « Les écoles maternelles et élémentaires », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  92. « Le collège et les lycées », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  93. « Filières », sur le site du lycée Robert Schuman (consulté le ).
  94. « Lycée Eugène Delacroix- Un des deux lycées de Drancy », sur le site de la mairie de Drancy (consulté le ).
  95. « Le projet du nouveau lycée qui ouvrira en 2012 a été choisi »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site de la mairie du Bourget (consulté le ).
  96. « Des espaces jeux pour les enfants », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  97. « Accueil des 15-25 ans au Pont-Yblon », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  98. « Ouverture d’un Point Accueil Jeunesse (PAJ) », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  99. Site de la médiathèque Anne-Frank
  100. « Les professionnels du centre municipal de santé », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  101. « Les équipements sportifs », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  102. « Piscine pour tous ! », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  103. a et b « Quartiers et casernes », sur le site de la gendarmerie nationale (consulté le ).
  104. « La préfecture de police, au service du public de l'agglomération parisienne », sur Préfecture de police (consulté le ).
  105. « Commissariat de La Courneuve », sur le site de la préfecture de Seine-Saint-Denis (consulté le ).
  106. [PDF]« Classement par tranche de population suivant le taux de criminalité globale pour 1 000 habitants », sur le site du journal Le Monde (consulté le ).
  107. « L'installation de la vidéo protection au service des dugnysiens », Dugny, une ville qui vous informe, no 46,‎ (lire en ligne).
  108. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  109. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  110. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  111. a et b « MEN1 - Ménages par taille du ménage et catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  112. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Dugny (93030) », (consulté le ).
  113. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Seine-Saint-Denis (93) », (consulté le ).
  114. « Pour se rendre à la fête »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur le site du journal l'Humanité (consulté le ).
  115. « Essonne : la Fête de l'Huma prend ses quartiers sur la base 217 », sur Les Echos (consulté le ).
  116. « Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget », sur le site du salon du Bourget (consulté le ).
  117. « Fête nationale 2011 à Dugny », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le ).
  118. « Fête Nationale à Dugny : concert, retraite aux flambeaux et feu d'artifice », sur le site du Parisien Étudiant (consulté le ).
  119. « Semaine de la citoyenneté 2014 », sur ville-dugny.fr.
  120. « Les publications municipales », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  121. « Site municipal de Dugny », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  122. « Le syndicat - Les adhérents », sur le site du SIPPEREC (consulté le ).
  123. « Paroisses, lieux de culte », sur le site du diocèse de Saint-Denis (consulté le ).
  124. « Horaires des messes 2011-2012 », sur le site du secteur pastoral du Blanc-Mesnil, Le Bourget, Dugny et St Louis de Drancy, (consulté le ).
  125. « Salle de prières de confession musulmane de Dugny : décisions du Conseil Municipal (07/01/2010) », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  126. « Association Culturelle des Musulmans de Dugny », sur le site de l'Association Culturelle des Musulmans de Dugny (consulté le ).
  127. a et b INSEE, « Chiffres clés - Résumé statistique par commune, département, zone d'emploi - multi-sources » (consulté le ).
  128. « Commune : Dugny (93030) - EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  129. « Département Seine-Saint-Denis (93) - EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  130. a et b Données démographiques d'après l'Insee
  131. « Hangars du Bourget, dits hangars Lossier - Dugny », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général (consulté le ).
  132. a et b  « Présentation du musée », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le ).
  133. « Le musée de l'air et de l'espace », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le ).
  134. « Le Musée de l’Air et de l’Espace (MAE) du Bourget », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le ).
  135. [PDF] « Chiffres clés 2010 : Statistiques de la culture », sur le site du ministère de la culture et la communication (consulté le ).
  136. « François Cretté de Palluel (1741 - 1798) », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le ).
  137. « La Courneuve : Le parc départemental baptisé Georges Valbon », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ .
  138. « Le parc Georges Valbon », sur parcsinfo.seine-saint-denis.fr, un site du Conseil général de la Seine-Saint-Denis (consulté le ).
  139. « Le conservatoire », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  140. « Le cinéma », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  141. a et b « Présentation des médiathèques », sur le site des médiathèques de la Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget (consulté le ).
  142. « Médiathèque », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).
  143. Elsa Sabado, « Dominique Bertinotti, une ministre pour « toutes les familles » », sur le site du journal La Croix, (consulté le ).
  144. Julien Laurens, « L'incroyable parcours de Djimi Traoré », sur le site du journal Le Parisien, (consulté le ).
  145. « Les Professeurs de l'USD Judo » (consulté le ).
  146. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 de Dugny », (consulté le ).
  147. « Dugny », sur le site OLDJP, la banque du blason 2 (consulté le ).
  148. « Les armoiries de Dugny-en-France », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le ).