Attentat du Milk-Bar

Attentat du Milk-Bar

Attentat du Milk Bar
Image illustrative de l’article Attentat du Milk-Bar
Le Milk Bar à Alger en 2011.

Localisation Alger (Algérie française)
Coordonnées 36° 46′ 33″ nord, 3° 03′ 30″ est
Date
18 h 35
Morts 3
Blessés 60
Auteurs Djamila Bouhired et Zohra Drif
Participants 2
Organisations Front de libération nationale
Mouvance Indépendantisme algérien

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Attentat du Milk-Bar

Géolocalisation sur la carte : Alger-Centre

(Voir situation sur carte : Alger-Centre)
Attentat du Milk-Bar

L'attentat du Milk-Bar est un attentat du Front de libération nationale (FLN) perpétré à Alger le , pendant la guerre d'Algérie, à l'aide de deux engins explosifs déposés devant le Milk-Bar, un glacier, un troisième à la cafétéria rue Michelet, ainsi qu'une bombe au Maurétania qui n'explosera pas[1]. Cet attentat marque le début de la bataille d'Alger[2],[3],[4].

Description

Nicole G 10 ans et Danielle Michel-Chich, 7 ans victimes de l'attentat du Milk bar à Alger, perpétré par le réseau bombe de Yacef Saadi durant la guerre d'Algérie.
Nicole G 10 ans et Danielle Michel-Chich, 7 ans victimes de l'attentat du Milk bar à Alger, perpétré par le réseau bombe de Yacef Saadi durant la guerre d'Algérie.

Le Milk Bar est un glacier réputé et fréquenté par des enfants revenant de la plage à cette heure là. Le dimanche était le dernier jour des vacances scolaires (l’école débutait le en 1956)[5]. Le jour de l'attentat, il y a beaucoup de monde. Des jeunes gens, mais surtout des familles avec leurs enfants[5]. L'explosion a lieu à 18 h 35. Trois jeunes femmes sont tuées, 60 blessés dont de nombreux enfants. Douze personnes doivent être amputées d'un membre dont une petite fille de 8 ans, Nicole Guiraud, amputée du bras[6]. Parmi les victimes se trouve également Danielle Michel-Chich (7 ans), amputée de la jambe[7].

Les bombes ont été posées par deux femmes du FLN : Djamila Bouhired et Zohra Drif qui pose la bombe dans le glacier[5]. Djamila Bouhired est capturée en avril 1957 et Zohra Drif le 22 septembre 1957. Soutenues par une intense campagne internationale les deux femmes sont graciées et libérées en 1962 par le général de Gaulle.

Références

  1. Yves Courrière, La Guerre d'Algérie Tome 1 (1954-1957), Fayard, , 947 p. (ISBN 978-2-213-61118-1)
  2. Jean Sévillia, Les vérités cachées de la Guerre d'Algérie, Fayard, (ISBN 9782213674261, lire en ligne)
  3. « Bombes à Alger au Milkbar et à la cafétaria en septembre 1956 », sur www.histoire-en-questions.fr (consulté le 14 août 2019)
  4. Brigitte Benkemoun, La petite fille sur la photo: La guerre d'Algérie à hauteur d'enfant, Fayard, (ISBN 9782213667485, lire en ligne)
  5. a b et c « Algérie – Attentat du Milk Bar à Alger », sur AfVT – Association française des Victimes du Terrorisme (consulté le 14 août 2019)
  6. « Les casiers du temps », La croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 14 août 2019)
  7. Amy L. Hubbell, « Scandalous Memory: Terrorism Testimonial from the Algerian War », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 22, no 1,‎ , p. 49–57 (ISSN 1740-9292, DOI 10.1080/17409292.2018.1452822, lire en ligne, consulté le 14 août 2019)