Groupe d'autodéfense (guerre d'Algérie)

Les groupes d'autodéfense (GAD) étaient des supplétifs, de l'armée française durant la guerre d'Algérie (1954-1962). Leur nombre culmina à 28 800 au début de l'année 1961 puis diminua constamment selon l'historien Charles-Robert Ageron, il est a noter que le nombre parfois avancé de 60 000 n'est pas prouvé et serait issu de la propagande du gouvernement français de l'époque[1].

Organisation

Il s'agissait de villageois algériens volontaires et bénévoles (à l'exception de leur chef) auxquels l'armée française avait distribué des armes. Ils déchargèrent celle-ci de la défense de leur douar, libérant ainsi des effectifs pour les « opérations de pacification » proprement dites et avaient pour principale mission d'alerter les unités militaires de proximité du passage d'éléments de l'ALN[2].

Notes et références

  1. Charles-Rober Ageron, L'Algérie des Français, Paris, Editions du Seuil, , 371 p. (ISBN 9-782020-203036), p.11 - 12
  2. Charles-Robert Ageron, « Les supplétifs Algériens dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, no 48,‎ , p. 4 (DOI 10.3406/xxs.1995.4419, lire en ligne).

Voir aussi