Déclaration du 1er novembre 1954

La Déclaration du 1er novembre 1954 est le premier appel adressé par le Front de libération nationale (FLN) au peuple algérien, en liaison avec la journée d'action de la « Toussaint rouge », marquant le début de la guerre d'indépendance de l'Algérie.

Rédaction

C'est le journaliste Mohamed El Aïchaoui (-) qui a écrit la déclaration du 1er novembre 1954 sous la dictée de Mohamed Boudiaf et de Mourad Didouche dans le magasin du tailleur et militant du Parti du peuple algérien (PPA), Aïssa Kechida[1], dans la casbah d'Alger[2].

Le journaliste Mohamed El Aïchaoui a été ensuite arrêté, dès son retour de la Kabylie où les documents de la proclamation du ont été tirés au domicile des Zaâmoum.

Présentation et analyse

Cette déclaration avait pour but l'indépendance nationale algérienne par :

  1. La restauration de l’État algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques[3].
  2. Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions[4].

Objectifs intérieurs

  1. Assainissement politique par la remise du mouvement national révolutionnaire dans sa véritable voie et par l’anéantissement de tous les vestiges de corruption et de réformisme, cause de notre régression actuelle.
  2. Rassemblement et organisation de toutes les énergies saines du peuple algérien pour la liquidation du système colonial.

Objectifs extérieurs

  1. Internationalisation du problème algérien.
  2. Réalisation de l’Unité nord-africaine dans le cadre naturel.
  3. Dans le cadre de la Charte des Nations unies, affirmation de notre sympathie à l’égard de toutes nations qui appuieraient notre action libératrice.

Moyens de lutte

Conformément aux principes révolutionnaires et compte tenu des situations intérieure et extérieure, la continuation de la lutte par tous les moyens jusqu’à la réalisation de notre but.

Pour parvenir à ces fins, le Front de libération nationale aura deux tâches essentielles à mener de front et simultanément : une action intérieure tant sur le plan politique que sur le plan de l’action propre, et une action extérieure en vue de faire du problème algérien une réalité pour le monde entier avec l’appui de tous nos alliés naturels.

C’est là une tâche écrasante qui nécessite la mobilisation de toutes les énergies et toutes les ressources nationales. Il est vrai, la lutte sera longue mais l’issue est certaine.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Yves Courrière, La Guerre d'Algérie 1. Les fils de la Toussaint, Paris, Fayard, 1970 (réédition : Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1990).
  • Yves Courrière, La Guerre d'Algérie, édition 1990, p. 899-901.

Articles connexes

Liens externes

  • Texte de la déclaration sur le site de la présidence de la République algérienne.
  • Ministère de l'information de la République algérienne, 1er novembre 1954-1er novembre 1962, Algeria Wizārat al-Irshād al-Qwamī, 1962, p. 8.