École Saint-Maurille

École Saint-Maurille
[[Fichier: |frameless |upright=0.5 |alt=Description de l'image . ]] [[Fichier: |frameless |upright=0.5 |alt=Description de l'image . ]]
[[Fichier: |frameless |upright=1 |alt=Description de cette image, également commentée ci-après ]]
Histoire et statut
Nom original École Saint-Maurille
Fondation
Dissolution
Type Privée
Domaine
Administration
Études
Niveaux délivrés Établissement Primaire
Localisation
Ville Les Ponts-de-Cé
Pays France
Site web http://www.ec49.org/ecole-stmaurille-lespontsdece/ site de l'école
Coordonnées

L'école Saint-Maurille, est une école primaire privée, situé sur l'île du même nom, aux Ponts-de-Cé. Elle accueille entre 120 et 150 enfants de la maternelle au CM2. Comme la plupart des établissements sous contrat d'association, elle est gérée par un OGEC (Organisme de Gestion de l'Enseignement Catholique). Un lien est établi avec le collège Saint-Laud qui se trouve à trois cents mètres.

Historique de l'école

  • Le 24 mai 1837, Mr Lechalas Médéric (Notaire) enregistre un acte de don (Lègue au centre communal d'action sociale en 1835 par François Gazeau), d'un ensemble immobilier (ancienne tannerie du XVIIIe siècle) situé au 74 rue du commandant Bourgeois, aux pauvres les plus nécessiteux de la paroisse de Saint-Maurille.
  • Vers 1850, des religieuses créent une école de garçons au 78 et une école de filles au 74 de la rue du Commandant Bourgeois.
  • En 1982, les "deux" écoles sont unifiées, elles deviennent mixtes et s'associent à la commune des Ponts-de-Cé (Contrat d'association).
  • En 1996, la vente et la construction d'une nouvelle école à quelques pas de l'ancienne (chemin de la Grasserie) permet d'installer les maternelles dans des locaux plus adaptés.
  • En 2001, des préfabriqués sont installés dans la cour de la nouvelle école pour rassembler tous les enfants sur un même site.
  • En 2008, un nouveau bâtiment est construit pour permettre aux primaires de travailler dans des conditions optimum.

Voir aussi

Article connexe

Lien externe

Notice no IA49002932, base Mérimée, ministère français de la Culture

Article publié sur Wikimonde Plus