SES (entreprise)

SES
logo de SES (entreprise)

Création 1985
Forme juridique Société anonyme de droit Luxembourgeois
Action LuxSE : SESG
Euronext : SESG
Siège social Betzdorf
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Direction Stephen Collar, CEO
Frank Esser, président
Activité diffusion satellite
Produits Satellite de télécommunications
Sociétés sœurs LuxGovSat
Effectif 2 159 (2019)
Site web http://www.ses.com/

Chiffre d'affaires 1,983 milliards d'euros (2019)
Résultat net 276 millions d'euros (2019)

Lancement du satellite SES-10 par SpaceX en mars 2017.

SES est le premier[1],[2] fournisseur de services de télécommunications par satellites au monde avec plus de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires[3].

La société, basée à Betzdorf au Luxembourg, est créée en 1985 sous le nom de SES (Société Européenne des Satellites). Le premier satellite, ASTRA 1A est lancé en .

SES dispose d’une flotte de plus de 70 satellites en l'orbite géostationnaire et en l'orbite terrestre moyenne qui couvrent la totalité du globe[4],[5]. Ces satellites diffusent près de 8 500 chaînes TV et radio () (dont plus de 3000 en Haute ou Très Haute Définition) à plus de 361 millions de foyers dans le monde ; ils proposent par ailleurs des services de communication par satellites pour entreprises, opérateurs de télécommunication et agences gouvernementales.

SES est coté au Luxembourg Stock Exchange et à Euronext Paris sous le code SESG, elle est une composante des indices boursiers LuxX, CAC Next 20 et Euronext 100.

Historique

Débuts européens

SES est créée en 1985 au Luxembourg avec l’appui du gouvernement luxembourgeois[6]. L'État du Grand-Duché de Luxembourg demeure un actionnaire de SES.

En 1988, SES voit son premier satellite, Astra 1A, être lancé. Il émet vers l’Europe et propose des services de télévision par satellite[6].

En 1990, SES s'associe à Canal HD faisant de ce dernier son principal distributeur en télécommunication.

En 1998, les actions de SES sont introduites en bourse.

Croissance internationale

En 1999, SES s'empare de 34,13 % du capital de la Asia Satellite Telecommunications Holding Ltd (AsiaSat)[6].

En 2000, SES acquiert 50 % du capital de Nordic Satellite AB (NSAB) et une participation de 19,99 % dans Embratel Satellite Division[6].

En 2001, SES devient SES GLOBAL à la suite de l'acquisition à 100 % de GE Americom, opérateur américain de satellites de diffusion. Par la même occasion, deux nouvelles sociétés sont créées, à savoir SES ASTRA S.A. pour l'Europe et SES Americom pour les Amériques. Les firmes possédées à 100 % par SES GLOBAL et ses partenaires gèrent une flotte de 41 satellites couvrant le monde entier[7].

En 2004, SES Global augmente à 75 % sa participation dans NSAB Sirius, opérateur de satellites de télécommunications basé en Suède, qui devient SES Sirius.

En 2005, SES Global prend des participations dans l’opérateur de satellites Ciel au Canada (70 %) et QuetzSat au Mexique (49 %).

En mai 2006, SES Global conclut l'acquisition de l'opérateur de satellites New Skies Satellites basé aux Pays-Bas qui devient SES New Skies. SES Global redevient SES.

En 2007, SES porte sa participation dans SES Sirius à 90 % et se défait de ses participations dans AsiaSat et Star One.

Diversification des métiers

En 2008, SES s’engage aux côtés de Eutelsat dans une entreprise commune, Solaris Mobile, qui commercialise des services pour la réception mobile par satellite en Europe sur la bande de fréquence S.

En 2009, SES devient actionnaire de O3b Networks, un projet de constellation satellitaire destiné à servir les régions du monde en développement, et prend une participation dans YahLive, une coopération avec l'opérateur Yahsat basé dans les Émirats arabes unis. SES Americom et SES New Skies deviennent SES World Skies. En novembre, la société lance un bouquet de chaînes télévisées allemandes par satellite nommé HD+.

En septembre 2011, SES fait disparaître les marques commerciales SES Astra et SES World Skies.

En , SES met en orbite le nouveau satellite amiral SES-4. Lancé dans l'espace depuis le cosmodrome de Baïkonour à bord d'un lanceur ILS Proton Breeze M à 01 h 36 heure locale, soit 20 h 36 heure de Paris, le . Ce nouveau satellite est basé sur la plate-forme Space Systems/Loral 1300, dont la durée de vie est de quinze ans ou plus. Il s'agit du 50e satellite de la flotte mondiale de SES, dont il est également le fleuron puisqu'il est le plus grand et le plus puissant du parc. Il remplace le satellite NSS-7 à 338° E et renforce la capacité disponible sur cette position orbitale.

Le , SES finalise l'acquisition de O3b Networks pour un montant de 730 millions de dollars[8].

En 2017, SES annonce le lancement du projet O3b mPOWER : un groupe de 11 satellites à grande capacité de connexion, construits par Boeing et déployés par la fusée Falcon 9 de SpaceX, mis en place en orbite moyenne à partir de 2021. En février 2020, le croisiériste Carnival Group et Orange signent un partenariat pour exploiter les capacités d’O3b mPOWER.

Innovation

Le , SES est le premier opérateur de satellites à faire appel à SpaceX en lançant son satellite SES-10 à bord d'un lanceur dont le premier étage est déjà utilisé lors de la mission de ravitaillement CRS-8 de la Station spatiale internationale.

En mai 2018, SES a diffusé pour la première fois une émission en définition ultra-haute définition (ou 8K) grâce à son satellite Astra 3B à l’occasion de la conférence Industry Days : une résolution de 7680 x 4320 pixels à un taux de rafraîchissement de 60 frames/s, en couleurs 10 bits et à un débit de 80 Mbit/s.

En septembre 2019, SES est devenu partenaire des services Microsoft Azure ExpressRoute, permettant la connexion à des réseaux privés pour les navires, aéronefs, industries et gouvernements utilisant les services cloud d’Azure grâce à son réseau géostationnaire et d’orbite terrestre moyenne O3b MEO[9].

Le partenariat avec SpaceX est renforcé en 2020 avec un accord pour le lancement des satellites de télécommunication de grande capacité O3b mPOWER, utilisés notamment par Carnival Cruises et Orange.

Activités

SES Video

La branche SES dédiée à la vidéo commercialise et distribue des services de télévision par câble, satellite et IPTV.

En 2019, SES Satellites diffuse plus de 8 150 chaînes de télévision, dont 2 960 en haute définition et 59 en ultra-haute définition. En tout, plus de 367 millions de foyers reçoivent des chaînes de télévision transmises par SES[10].

SES Networks

La branche réseaux fournit des solutions de connexion, essentiellement aux entreprises de télécoms, de cloud computing, à des secteurs qui ont des besoins de géolocalisation exigeants, qu’ils soient commerciaux (croisières, énergie, transport aérien et maritime, forages) ou non (défense, humanitaire).

SES Networks comprend les satellites du réseau O3b MEO, GovSat (un partenariat public-privé à participation égale 50-50) ainsi qu’une filiale SES Government Solutions.

Flotte de satellites

SES ASTRA

ASTRA 1 à 19,2°E : les satellites ASTRA 1 sont captables en Europe depuis la position orbitale de 19,2° E grâce à une antenne parabolique d'au moins 60 cm de diamètre, voire dans la seule partie centrale des 4 faisceaux, d'antennes « plus petites » dites discrètes-compactes, souvent plates.

De nombreuses chaînes de radio et de télévision numériques (pour la plupart allemandes) sont diffusées depuis cette position. Lors de son lancement, Astra 1A ne peut émettre que 16 chaînes analogiques. Elles sont remplacées au fil du temps par des chaînes numériques, ce qui permet d'en augmenter le nombre. Les diffusions analogiques sur ASTRA 1 cessent complètement le à 3 h. Tout cela est possible grâce à la sous-traitance ; en effet un peu plus de 400 personnes travaillent en sous traitance pour construire ces satellites.

Depuis l'été 2012, la flotte Astra à 19° E se compose de 4 satellites : Astra 1KR, Astra 1L, Astra 1M et Astra 1N. La société y diffuse depuis 1996 le bouquet numérique Canalsat du groupe Canal+ majoritairement chiffré en MediaGuard pour les abonnés louant le terminal satellite à l'opérateur ou chiffrement Viaccess pour les abonnés cartes seules. Astra diffuse aussi les chaînes de la TNT via l'offre chiffrée TNT Sat. Les chaînes Arte, LCP, CStar, BFM TV et CNews sont diffusées en clair. D'autres chaînes françaises émettent en clair : France 24, Euronews, BFM Business, TV5 dans ses versions Europe et France Belgique Suisse, Montagne TV, Renault TV, Best of Shopping, M6 Boutique, (Liberty TV, arrêt définitif de la diffusion de la chaîne sur Astra le vendredi à 16 heures). On retrouve également un grand nombre de programmes radio diffusés par les émetteurs terrestres nationaux ou régionaux.

ASTRA diffuse un très grand nombre de chaînes allemandes en clair avec les bouquets nationaux allemands de la ARD et de la ZDF, des chaînes régionales et les chaînes du groupe RTL et ProSieben Sat1. Le public allemand peut également accéder au bouquet chiffré Sky Deutschland.

Le bouquet espagnol Digital + utilise Astra pour diffuser ses programmes. Quelques chaînes régionales espagnoles dont Canal Sur Televisión (Andalousie), Canal Extremadura Televisión (Estrémadure), Aragón TV Internacional (Aragon) et Televisión de Galicia (Galice) sont diffusées gratuitement. Les chaînes internationales de Cuba (Cubavisión) et du Venezuela (Tele Sur) sont également diffusées.

ASTRA 2 à 28,2° E : les satellites 2E, 2F et 2G diffusent depuis 1998 à destination des îles Britanniques.

ASTRA 3 à 23,5° E : le satellite ASTRA 3B fournit des services de télécommunications principalement à destination de l'Allemagne, ainsi que l'internet par satellite sur une grande partie de l'Europe.

ASTRA 4 à 5° E : au-dessus de l'océan Atlantique, le satellite ASTRA 4A permet de desservir l'Europe ainsi que l'Afrique sub-saharienne.

ASTRA 5 à 31,5° E : le satellite diffuse sur l'Europe centrale et orientale.

O3b et O3b mPOWER

En 2009, SES annonce son intention d’investir dans le réseau O3b Networks, un projet financé par Google, HSBC et John Malone visant à établir une constellation de satellites en orbite Terrestre moyenne (Medium Earth Orbit en anglais) pour fournir une connexion Internet à haut débit et faible latence dans les pays émergents ("the Other 3 billion" : les 3 autres milliards d’humains).

Les premiers satellites d'O3b sont construits par Thales Alenia Space et lancés par grappes le long de l’équateur. La première grappe de 4 satellites a été déployée par un lanceur Soyouz en 2013, deux autres grappes de 4 satellites ont été mis en orbite en 2014, une quatrième en 2018.

A partir de 2020, les 11 nouveaux satellites de la constellation sont construits par Boeing Satellite Systems International, elle prend le nom d'O3b mPOWER.

Notes

  1. « WORLD TELEPORT ASSOCIATION PUBLISHES TOP OPERATOR RANKINGS FOR 2017 - World Teleport Association », sur www.worldteleport.org (consulté le )
  2. (en) « Comparison of communication satellite operators », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  3. (en) « Financial Results », sur ses.com (consulté le )
  4. (en) « Our Coverage », sur SES.com (consulté le )
  5. (en) « GEOSTATIONARY SATELLITES », sur N2YO.com (consulté le )
  6. a b c et d (en) Jonathan Higgins, Satellite Newsgathering, Focal Press, , 2e éd., 468 p. (ISBN 978-0-240-51973-9, lire en ligne), chap. 8.3 (« SES »), p. 296-297
  7. « SES Global finalise l'acquisition de GE Americom pour 4,3 milliards de USD et devient le numéro un des opérateurs de satellites mondiaux », sur paperjam.lu, (consulté le )
  8. awp/afp, 2 août 2016, « SES finalise l'acquisition d'O3b Networks pour 730 mio USD »
  9. SES extends reach of Microsoft Azure ExpressRoute, Advanced Television, 9 septembre 2019
  10. (en) « SES Delivers Over 8,300 TV Channels to 367 Million Homes Worldwide », sur ses.com (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes