Mobilisation russe de 2022

Le 21 septembre 2022, une mobilisation russe est annoncée par le président Vladimir Poutine lors de l'invasion russe de l'Ukraine débutée le 24 février précédent dans le cadre de la guerre russo-ukrainienne, avec la signature du décret (ukase) correspondant no 647. La décision a été prise peu après le succès de la contre-offensive ukrainienne dans l'oblast de Kharkiv et un jour après l'annonce des référendums sur l'adhésion à la Russie des territoires ukrainiens occupés par l'armée russe.

Des manifestations sont organisées après l’annonce de la mobilisation des réservistes. Des Russes quittent le pays pour éviter cette mobilisation. Le magazine Forbes avance le départ de 700 000 Russes en deux semaines depuis le 21 septembre.

Début novembre, Vladimir Poutine affirme que 318 000 Russes ont été mobilisés. Toutefois, plusieurs ONG russes estiment ce nombre à près de 500 000.

Historique

Déclaration de Vladimir Poutine dans la matinée du 21 septembre[1].

Le , un discours pré enregistré de Vladimir Poutine est diffusé, dont les principales annonces sont une mobilisation partielle des civils réservistes et une utilisation de toutes les armes à disposition pour défendre la Russie. Il évoque ainsi l'arme nucléaire mais sans nommer précisément celle-ci[2]. Le gouvernement russe entend mobiliser 300 000 réservistes (sur un potentiel de 25 000 000 mobilisables) ; les hommes ayant une formation spécialisée (tankistes, servants de pièces anti aérienne...) seront mobilisés en priorité[3],[4].

Toutefois, le média Novaïa Gazeta affirme, sur la base de sources du Kremlin, qu’un million de russes pourraient être concernés[5].

Dans le Caucase et en Sibérie, un nombre important d'hommes sont regroupés avant d’être emmenés dans des bus. Contrairement aux engagements des autorités russes, des civils sans expérience miltaire sont enrôlés. En Bouriatie, une vidéo montre la police militaire qui vient chercher des étudiants dans leurs classes : « Je vais citer une série de noms de famille… En sortant de la classe, vous allez directement dans les bus ». Sur l'île de Sakhaline, au large de la Sibérie, des mineurs doivent immédiatement monter dans des bus de l'armée après la sortie du puits. De nombreux civils sont recrutés dans les régions reculées et pauvres mais le recrutement s'effectue aussi plus à l'ouest à Moscou ou à Koursk par exemple[6],[7].

Valentina Matvienko, réputée proche de Poutine et présidente du Conseil de la fédération, affirme que des Russes ont reçu des avis de conscription sans être éligibles à la mobilisation : « De tels excès sont absolument inacceptables. Et, je considère absolument normal qu'ils déclenchent une vive réaction dans la société ». De même, Viatcheslav Volodine président de la Douma d'État indique : « Si une erreur est commise, il est nécessaire de la corriger. Les autorités à tous les niveaux doivent prendre conscience de leurs responsabilités » [8].

Le 25 septembre, le Kremlin s'excuse de cette mobilisation excessive. C'est ainsi le cas d'un ancien militaire de plus de 60 ans gravement malade ou d'un directeur d'école, âgé de 58 ans, sans expérience militaire. De même des infirmières, des sages-femmes, des étudiants sont convoqués dans les centres de recrutement[9]. Il faut la publication de plusieurs décrets successifs pour réussir à stopper la mobilisation des étudiants. Pour la politologue Tatiana Stanovaya [10] :

« Les acteurs qui se rejettent la responsabilité, les cris sur les “excès involontaires”, les tentatives de se faire bien voir de Poutine tout en accusant ses subordonnés… Le pouvoir réagit très mal aux pressions sociales, et non politiques, venant de la base. Poutine apparaît faible, indécis et contraint à l’improvisation permanente. »

Le 29 septembre, Vladimir Poutine intervient directement dans cette controverse : « Cette mobilisation suscite beaucoup d’interrogations. Il faut corriger toutes les erreurs et faire en sorte qu’elles ne se reproduisent plus »[11]. Début octobre, le ministre de la Défense de la fédération de Russie, Sergueï Choïgou, annonce la mobilisation effective de 200 000 personnes qui seront formées avant de rejoindre le front ukrainien[12].

Le 14 octobre, Vladimir Poutine annonce la mobilisation effective de 222 000 hommes et la fin de celle-ci en octobre. Par ailleurs il ne prévoit pas une nouvelle mobilisation dans un avenir proche[13].

Début novembre Vladimir Poutine affirme que 318 000 Russes ont été mobilisés. Toutefois, plusieurs ONG russes estiment ce nombre à près de 500 000. Par ailleurs, la mobilisation pourrait continuer, de façon officieuse, avec l’appel au service militaire qui s'effectuera ultèrieurement[14],[15].

Décret

Publication officielle et entrée en vigueur

Le décret présidentiel du 21 septembre 2022 n° 647 "Sur l’annonce d’une mobilisation partielle en fédération de Russie" a été publié sur le Portail Internet Officiel d’Information Juridique pravo.gov.ru le 21 septembre 2022[16]. Le décret a également été publié le 22 septembre 2022 en première page du numéro 223(8861) de la Rossiskaïa Gazeta[17].

Selon le point 10 du décret, celui-ci entre en vigueur à compter de la date de publication officielle, soit le 21 septembre 2022 lors de sa publication sur le Portail Internet Officiel d’Information Juridique.

Contenu

Le décret se compose de dix points :

  1. Déclarer la mobilisation partielle en fédération de Russie à partir du 21 septembre 2022.
  2. Effectuer l'appel des citoyens de la fédération de Russie au service militaire pour la mobilisation dans les forces armées de la fédération de Russie. Les citoyens de la fédération de Russie appelés au service militaire par mobilisation ont le statut de personnel militaire servant dans les Forces armées de la fédération de Russie en vertu d'un contrat.
  3. Notez que le niveau de salaire des citoyens de la fédération de Russie appelés à mobiliser le service militaire dans les Forces armées de la fédération de Russie est le même que le niveau de salaire des soldats servant sous contrat dans les Forces armées de la fédération de Russie.
  4. Les contrats de service militaire se poursuivent jusqu’à la fin de la période de mobilisation partielle, sauf en cas de licenciement pour les motifs établis par le présent décret.
  5. Établir, pendant la période de mobilisation partielle, les motifs suivants pour le licenciement du service militaire des militaires effectuant le service militaire sous contrat, ainsi que des citoyens de la fédération de Russie qui ont été appelés au service militaire pour la mobilisation dans les forces armées de la fédération de Russie:
    1. selon l’âge, au moment d’atteindre la limite d’âge pour le service militaire;
    2. pour des raisons médicales - pour des raisons d’inaptitude au service militaire par une commission médicale militaire, à l’exception du personnel militaire qui a exprimé le souhait de poursuivre son service militaire à des postes militaires qui peuvent être remplacés par ledit personnel militaire;
    3. dans le cadre de l’entrée en vigueur de la peine d’emprisonnement.
  6. Le gouvernement de la fédération de Russie devrait:
    1. financer les mesures de mobilisation partielle.
    2. prendre les mesures nécessaires pour répondre aux besoins des Forces armées de la fédération de Russie, des autres troupes, formations et corps militaires pendant la période de mobilisation partielle.
  7. Confidentiel
  8. Les hauts fonctionnaires des unités constitutives de la fédération de Russie veillent à ce que les citoyens soient appelés au service militaire lorsqu'ils sont mobilisés dans les forces armées de la fédération de Russie selon le nombre et les délais établis par le ministère de la Défense de la fédération de Russie pour chaque sujet de la fédération de Russie.
  9. Accorder aux citoyens de la fédération de Russie travaillant dans les organisations du complexe militaro-industriel le droit de reporter leur conscription pour la mobilisation (tout en travaillant dans ces organisations). Les catégories de citoyens de la fédération de Russie qui ont droit au report et la procédure pour l’accorder sont déterminées par le gouvernement de la fédération de Russie.
  10. Ce décret entre en vigueur le jour de sa publication officielle[16].

Le 7e point

L'article 7 du décret présidentiel de mobilisation est classifié et tenu secret. Il concerne le nombre de civils russes qui doivent rejoindre l'armée. Aussi des médias indépendants avancent, après enquête, la possibilité de mobiliser au moins un million de Russes[7].

Ainsi le journal en ligne indépendant Novaïa Gazeta Europe, une nouvelle édition de Novaïa Gazeta, a rapporté que l'article classifié 7 donne au ministère de la Défense la permission de mobiliser jusqu'à un million d'hommes[18]. Le secrétaire de presse du président de la fédération de Russie, Vladimir Poutine, Dmitri Peskov a qualifié ces informations de « mensonge »[19].

De même, le journal en ligne indépendant Meduza évoque 1,2 million de personnes à recruter dans la mobilisation partielle et cite une source proche d'un des ministères fédéraux du pays[20].

Recrutement par le Groupe Wagner

Selon l'ONG Rus Sidiachaïa, 30 000 à 35 000 détenus recrutés par le Groupe Wagner, ont été retirés des prisons, maisons d’arrêt et colonies pénitentiaires de Russie pour aller combattre en Ukraine. Evgueni Prigojine, dirigeant le Groupe Wagner, participe directemment à ce recrutement. Une vidéo le montre devant les prisonniers de la maison d’arrêt n° 15 de Bataïsk, dans la région de Rostov, proposer la liberté au bout de six mois à ceux qui rejoignent le Groupe pour combattre. Les statistiques de Rus Sidiachaïa montrent qu'un tiers des détenus signent un contrat, alors que le recruteur précise que l'objectif est l'assaut des troupes ennemis avec de faibles chances de réussite. Par ailleurs le mercennaire qui recule, se rend ou déserte sera immédiatement tué. Olga Romanova responsable de Rus Sidiachaïa indique : « Ils sont exclusivement déployés en première ligne. Derrière eux se trouvent les troupes barrières (chargées de tirer sur les soldats de première ligne au cas où ils reculeraient), puis les mobilisés et enfin les soldats professionnels »[21],[22].

Conséquences en Russie

Manifestations

En Russie de nombreuses protestations de masse contre la mobilisation ont lieu. Le nombre de personnes arrêtées est, à la date du 22 septembre, d'au moins 1 300 Russes, selon l'ONG OVD-Info[23]. Cette même ONG rapporte l'arrestation de plus de 710 Russes dans la journée du 24 septembre et ce dans 32 villes[24]. Le 25 septembre à Makhatchkala, capitale du Daghestan, selon différents médias locaux, des policiers ont tiré des coups de feu pour contrôler les manifestants. D'autres localités, sont concernées par ces manifestations y compris dans les villages où les habitants essayent de bloquer des axes de circulation. Les femmes y sont particulièrement actives : « Nos enfants ne sont pas de l’engrais » ou « non à la guerre »[25],[10].

Plusieurs vidéos sont diffusées sur les réseaux sociaux, où des femmes, sans s'opposer à l’« opération militaire spéciale » ou aux autorités russes, demandent de l'aide pour leurs proches mobilisés : « Nos fils et nos maris ne sont pas de la chair à canon. Ils ont besoin d’aide »[26]. Vladimir Poutine reçoit le 25 novembre un groupe de mères et d’épouses d’hommes mobilisés pour présenter ses condoléances à celles qui ont perdu un proche et échanger avec elles. Dans les faits nombre de ces femmes sont des proches du pouvoir permettant à Poutine de diffuser des images de propagande favorables au régime russe [27],[28].

Refus de mobilisation

En vertu d'amendements adoptés par la Douma, la loi prévoit dix ans de prison pour les citoyens qui ne répondent pas à l'ordre de mobilisation. Et la même peine pour ceux qui se rendent sans combattre[29].

Nikolaï Peskov  fils de Dmitri Peskov est l'objet d'un appel téléphonique par des membres de l’équipe d’Alexeï Navalny, qui se présentent comme recruteurs et lui demandent de rejoindre son centre d’affectation. Nikolaï Peskov refuse et indique : « Je réglerai ça à un autre niveau ». Le Kremlin affirme que la vidéo est tronquée alors qu'elle est diffusée en direct[6].

En Sibérie, le 26 septembre un homme a blessé grièvement un militaire par arme à feu dans un centre de mobilisation de l’armée russe[30]. Par ailleurs, certains centres ont été incendiés ces derniers jours avec des cocktails Molotov. Le site biélorusse Nexta, indique qu’un homme a essayé de s’immoler à Riazan pour refuser la guerre[31]. Le 30 septembre, le rappeur Ivan Petunin, Walkie T  de son nom de scène, se suicide à Krasnodar, refusant d'avoir à tuer des hommes[32].

Équipements des mobilisés

Certains mobilisés considèrent être mal traités, manquer de nourriture et être sous équipés[a]. Il apparait sur des réseaux sociaux des conseils pour que les nouveaux soldats achètent leurs armements ou protections et payent la nourriture. Le journaliste Vladimir Soloviev proche du pouvoir déclare : « Je suis fatigué de recevoir des messages disant que les mobilisés doivent acheter leur équipement avec leur argent. Qu'est-ce que c'est que ça ? Où sont les uniformes ? Où sont les bottes ? Où sont les casques ? Où sont les gilets parre-balles ? »[33],[34]. Pour équiper les futurs militaires, des familles dépensent entre 80 000 et 150 000 roubles (soit 1 300 à 2 400 euros) à partir de listes qui circulent sur les réseaux sociaux : « sac à dos, chaussettes, dessous chauds, trois briquets, une pharmacie complète, un gilet multipoche, quelques aliments non périssables… Et, dans la catégorie « souhaitable » – de quoi plonger les femmes dans un désarroi sans fin – un gilet pare-balles de quatrième ou cinquième catégories »[35],[36].

Départs de Russes à l'étranger

Certains civils réussissent à quitter la Russie pour éviter d'être envoyés se battre en Ukraine. Selon Novaïa Gazeta Europe, le service fédéral de sécurité (FSB) de la fédération de Russie estime à 261 000 hommes qui ont quitté la Russie entre les 21 et 24 septembre 2022[30].

Début octobre, l'édition russe du magazine Forbes avance le départ de 700 000 Russes depuis le 21 septembre. Forbes s'appuie sur deux sources anonymes au Kremlin : l'une pour un million de Russes, et l'autre pour 600 à 700 000 Russes [37].

Destinations

Les vols en aller simple à destination de l'Arménie, de la Serbie ou la Turquie sont complets avec des prix annoncés de 4 000 euros. En réaction les autorités russes empêchent des hommes de partir en exigeant le justificatif d'un déplacement professionnel[38]. Des autorités régionales à l'est de la Russie interdisent aux hommes mobilisables de quitter leurs résidences. Mais, du moins à la date du 23 septembre, ce n'est pas le cas à Moscou[7].

Le 24 septembre, le quotidien Le Monde rapporte des prix de billet d'avion vers Istanbul en Turquie à hauteur de 4 000 à 9 000 dollars (4 127 à 9 285 euros). Trouver une place avant la fin du mois de septembre parait impossible[39].

Des milliers de Russes quittent le pays par les voies terrestres pour rejoindre la Géorgie, la Turquie, le Kazakhstan, l'Arménie (pas de visas nécessaires ou les formalités sont légères) ou la Finlande. Ils quittent la Russie sans choisir la destination mais en fonction des possibilités qui s'offrent à eux[37].

Le Kazakhstan indique l'arrivée de 200 000 Russes sur son territoire en septembre. Pour l'Union européenne c'est 66 000 entrées dans la dernière semaine de septembre[40],[37]. La Géorgie avance plus de 53 000 réfugiés russes en trois semaines depuis le 21 septembre et des milliers affluent chaque jour au poste frontière de Verkhniy Lars[41]. Début novembre, la présidente géorgienne, Salomé Zourabichvili, estime que depuis l'ordre de mobilisation « 700 000 Russes ont franchi la frontière, et quelque 600 000 sont repartis » vers d'autres pays. Ces exilés sont en général des jeunes « éduqués », issus « d’une classe intermédiaire »[42].

Conditions d'accueil à l'étranger

Kassym-Jomart Tokaïev, président du Kazakhstan s'engage à protéger les Russes qui fuient pour échapper à la mobilisation militaire[43].

Certains pays européens sont réticents à accueillir des Russes. Dès le 19 septembre 2022, les trois pays baltes leurs ont interdit l'entrée. Ainsi, les autorités lituaniennes refusent de donner l'asile à des personnes qui ne font que « fuir leurs responsabilités ». Puis la Finlande a suivi ces interdictions. Toutefois les journalistes visés par la répression, les diplomates ou les routiers peuvent rentrer[44],[45].

Économie

Alors que l'économie russe entre en récession au deuxième et troisième trimestre 2022, avec un recul de son produit intérieur brut de 4%, la mobilisation de 300 000 hommes (500 000 selon certaines ONG) et le départ à l'étranger d’un million de Russes entraînent un manque de personnel dans près d'un tiers des entreprises[46],[47],[48].

Prises de position

Le politicien de l'opposition Alexeï Navalny, condamné à 10 ans de captivité en Russie, a accusé le président Poutine d'avoir créé une « tragédie massive » avec un « nombre massif de morts » juste pour maintenir son pouvoir personnel[49] Navalny parle de « guerre criminelle » et qualifie la mobilisation de « crime contre son pays »[50] et il appelle à des protestations de masse[51].

Le 23 septembre le patriarche orthodoxe Cyrille de Moscou a exhorté ses fidèles à rejoindre l'armée pour combattre en Ukraine[52], précisant que si une personne « meurt dans l’accomplissement de ce devoir, alors (...) elle se sera sacrifiée pour les autres. Et donc, nous croyons que ce sacrifice lave tous les péchés qu’une personne a commis »[30].

Réactions internationales

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne, Olaf Scholz considère les annonces du président russe comme « un acte de désespoir », « Poutine ne fait qu'empirer les choses. Il a depuis le début complètement sous-estimé la situation, et la volonté de résistance des Ukrainiens (...) »[23].
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères appelle à « un cessez-le-feu à travers le dialogue »[23].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis, Antony Blinken accuse Vladimir Poutine de « verser de l’huile sur un feu qu’il a lui-même allumé »[53].
  • Drapeau de la France France, le président Emmanuel Macron estime que les dernières décisions de Poutine conduisent à « isoler davantage la Russie », il salue les déclarations de la Chine et de l'Inde qui appellent à la fin de la guerre en Ukraine[23].
  • Drapeau de l'Inde Inde, le Ministre des affaires extérieures de l’Inde appelle à la paix et ajoute : « Ce ne peut être une ère de guerre »[53].
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine, pour le président Volodymyr Zelensky s'adressant directement aux Russes : « C'est l'heure du choix pour vous. Pour les hommes en Russie, c'est le choix de mourir ou vivre, devenir invalide ou préserver sa santé. »[52].
  • Drapeau de l’Union européenne Union européenne, Joseph Borrel considère que la mobilisation des civils russes montre le « désarroi » de Vladimir Poutine[23].

Notes et références

Notes

  1. Quelques jours après la mobilisation partielle entamée le 21 septembre 2022, le ministère russe de la Défense annonce le remplacement du général Dmitry Boulgakov, responsable de l'approvisionnement technique et matériel des troupes russes, par le colonel général Mikhaïl Mizintsev au poste de vice-ministre de la Défense.

Références

  1. « Putin kept Russia and the world waiting hours for a speech that never happened », The New York Times,
  2. Adèle Ponticelli, Cyrielle Bedu et Emmanuel Grynszpan, « Mobilisation militaire, menace nucléaire : l’escalade russe en Ukraine. » Accès libre, sur Le Monde, (consulté le ).
  3. « Mobilisation partielle, arme nucléaire... Ce qu’il faut retenir du discours de Poutine » Accès libre, sur Le Parisien, .
  4. « Guerre en Ukraine: Vladimir Poutine annonce la "mobilisation partielle" de la population russe » Accès libre, sur BFMTV, .
  5. Vincent Coquaz et Florian Gouthière, « Guerre en Ukraine: qui sont les Russes concernés par la mobilisation? », sur Libération, (consulté le ).
  6. a et b Benoît Vitkine (Moscou, correspondant), « Dans les bureaux de recrutement de Moscou, la résignation, la peur et la colère », sur Le Monde, (consulté le ).
  7. a b et c « Guerre en Ukraine : après la mobilisation partielle décrétée en Russie, les centres de recrutement reçoivent les premiers hommes enrôlés », sur France Info, (consulté le ).
  8. « Guerre en Ukraine : les excès de la mobilisation des réservistes inquiètent jusque dans le camp de Poutine », sur Midi Libre, (consulté le )
  9. « Guerre en Ukraine : comment la mobilisation des réservistes par Poutine tourne au fiasco », sur L'Express, (consulté le ).
  10. a et b  Benoît Vitkine (Moscou, correspondant), « Tensions sociales et politiques en Russie après la mobilisation « partielle » décrétée par Poutine », sur Le Monde, (consulté le )
  11. « Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine admet des « erreurs » à corriger dans la mobilisation militaire russe » Accès libre, sur Le Monde, (consulté le )
  12. « Moscou affirme que 200 000 nouveaux soldats ont déjà été mobilisés dans l’armée russe », sur Libération, (consulté le )
  13. « Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine n'envisage ni d'élargir la mobilisation dans l'armée, ni de nouvelles frappes massives », sur France Info, (consulté le )
  14. « Guerre en Ukraine: Vladimir Poutine annonce officiellement la fin de la « mobilisation partielle » », sur RFI, (consulté le )
  15. « Moscou a mobilisé bien plus que les 300 000 hommes annoncés », sur watson.ch/fr (consulté le )
  16. a et b (ru) « Указ Президента Российской Федерации от 21.09.2022 года №647 "Об объявлении частичной мобилизации в Российской Федерации" », sur pravo.gov.ru,‎ (consulté le )
  17. (ru) « Российская газета, 22.09.2022, №213(8861) », Rossiskaïa Gazeta, Moscou, no 223(8861),‎ , p. 1 (ISSN 1560-0823, lire en ligne)
  18. (ru) « Источник: засекреченный пункт указа о мобилизации позволяет Минобороны призвать один миллион человек », sur novayagazeta.eu,‎ (consulté le )
  19. (ru) « Песков опроверг информацию о планах мобилизовать миллион человек », sur ria.ru,‎ (consulté le )
  20. (en) « Russia to conscript 1.2 million people », sur meduza.io, (consulté le )
  21. Emmanuel Grynszpan, « Comment des prisonniers russes sont envoyés par dizaines de milliers en première ligne sur le front ukrainien », sur Le Monde, (consulté le )
  22. Lou Roméo, « Wagner recrutant dans une prison : une "démonstration de force et un aveu de faiblesse" du Kremlin », sur France24, (consulté le )
  23. a b c d et e « Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky demande une "punition juste" contre la Russie devant l'ONU », sur France Inter, (consulté le )
  24. « Plusieurs centaines d’opposants à la mobilisation arrêtés en Russie », sur Euro news, (consulté le )
  25. « Russie: des coups de feu de la police lors d’une manifestation contre la mobilisation partielle », sur Le Soir, (consulté le )
  26. Benoît Vitkine (Moscou, correspondant), « En Russie, des femmes de mobilisés réclament le retour de leurs maris du front ukrainien », sur Le Monde, (consulté le )
  27. Benoît Vitkine (Moscou, correspondant), « La rencontre très encadrée de Vladimir Poutine avec des mères de soldats mobilisés », sur Le Monde, (consulté le )
  28. Alexandre Horn, « La rencontre entre Poutine et des mères de soldats était-elle une mise en scène avec des comédiennes ? », sur Libération, (consulté le )
  29. Guerre en Ukraine : que signifie la mobilisation partielle décrétée par Vladimir Poutine ?, France Info, 21 septembre 2022
  30. a b et c « Guerre en Ukraine en direct : le Kremlin reconnaît des « erreurs » dans la mobilisation militaire, alors que les fuites vers la Géorgie et la Finlande s’accélèrent », sur Le Monde, (consulté le ).
  31. « Guerre en Ukraine : les actes contre la mobilisation se multiplient en Russie », sur Le Parisien, (consulté le )
  32. « Le rappeur russe Ivan Petunin annonce son suicide pour ne pas être mobilisé en Ukraine », sur Libération, (consulté le )
  33. « Guerre en Ukraine : des soldats russes, à peine enrôlés, déjà maltraités », sur La Libre Belgique, (consulté le )
  34. « "Où sont les uniformes, les bottes, les casques ?" L'armée russe critiquée pour le manque d'équipements des soldats mobilisés pour l'Ukraine », sur France Info, (consulté le )
  35. « « Pourquoi nos hommes sont-ils là-bas ? » : plongée dans les groupes Telegram des femmes de soldats russes », sur Le Monde, (consulté le )
  36. « Guerre en Ukraine : le parcours du combattant des mobilisés russes et de leurs familles pour trouver des équipements militaires », sur France Info, (consulté le )
  37. a b et c « Guerre en Ukraine : le chiffre de 700 000 hommes ayant fui la Russie depuis le début de la mobilisation partielle est-il crédible ? », sur France Tv Info, (consulté le )
  38. Benoît Vitkine (Moscou, correspondant), « "J'ai fait mes bagages et j'ai pris l'avion" : ces Russes qui quittent leur pays pour échapper à la guerre », sur France TV Info, (consulté le )
  39. Marie Jégo(Istanbul, correspondante), « Guerre en Ukraine : Istanbul, la porte de sortie des Russes qui fuient la mobilisation », sur Le Monde, (consulté le ).
  40. « Mobilisation des réservistes par Vladimir Poutine : des milliers de Russes font le choix de l’exil », sur france Info, (consulté le )
  41. Nejma Brahim et Laurent Geslin, « L’exode des Russes, un mouvement « inédit, impressionnant et inattendu » », sur Mediapart, (consulté le ).
  42. « Près de 100 000 ressortissants russes se sont installés en Géorgie pour fuir leur pays », sur Le Monde, (consulté le )
  43. « Guerre en Ukraine : la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, à Kiev pour une visite de soutien », sur France Info, (consulté le )
  44. « Ces Russes qui trouvent refuge en Turquie pour fuir la mobilisation et la guerre en Ukraine », sur Euro News, (consulté le )
  45. « Le grand exode des conscrits russes », sur RFI, (consulté le )
  46. « Guerre en Ukraine : la Russie entre en récession, neuf mois après le début du conflit », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  47. « Sous sanctions, l'économie russe commence à se contracter », sur Les Echos, (consulté le )
  48. « Russie: la mobilisation des hommes en Ukraine entraîne un manque de main-d’œuvre », sur RFI, (consulté le )
  49. « Navalny says Putin’s mobilisation order will result in ‘massive amount of deaths’ », sur independent.co.uk (consulté le )
  50. « Navalny on mobilization: “This is a crime against my country. I’d rather sit in a punishment cell, but you won’t shut my mouth.” », sur russianfreepress.com (consulté le )
  51. « Zelenskiy calls for punishment of Russia including loss of U.N. veto », sur swissinfo.ch (consulté le )
  52. a et b « Russie : le choc de la mobilisation militaire », sur TF1, (consulté le )
  53. a et b « Devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général et le Procureur de la CPI rappellent la force du droit face aux « horreurs » commises en Ukraine », sur Organisation des Nations unies, (consulté le )

Articles connexes