Bataille navale de l'île des Serpents (2022)

Bataille navale de l'île des Serpents (2022)
Bataille navale de l'île des Serpents
Description de l'image Battle of Snake Island (2022).png.
Informations générales
Date Du au
(4 mois et 6 jours)
Lieu Île des Serpents, Mer Noire (Ukraine)
Issue

Victoire ukrainienne

  • Les forces armées russes capturent l'île des Serpents le 24 février et s'en retirent le 30 juin.
Belligérants
Drapeau de la Russie RussieDrapeau de l'Ukraine Ukraine
Forces en présence
Banner of the Armed Forces of the Russian Federation (obverse).svg Forces armées russes
croiseur (Moskva)
patrouilleur (Vassili Bykov)
Flag of the State Border Guard Service of Ukraine.svg Service national des gardes-frontières d'Ukraine
Ensign of the Ukrainian Armed Forces.svg Forces armées ukrainiennes

Emblem of the Defence Intelligence of Ukraine.svg Direction générale du renseignement


Selon l'Ukraine :
13 hommes

Selon la Russie :
82 hommes
16 bateaux
Pertes
Selon l'Ukraine :
42 morts au moins
Le croiseur (Moskva) coulé
4 patrouilleurs de classe Raptor coulés
1 navire de débarquement de classe Serna coulé
Le remorqueur Spasatel Vasily Bekh coulé
3 systèmes de défense aérienne détruits
3 systèmes de missiles Pantsir détruits
1 hélicoptère Mi-8 abattu
Selon l'Ukraine :
13 capturés
1 bateau de recherche et de sauvetage capturé
1 drone Bayraktar TB2 abattu

Selon la Russie :
82 capturés[1]
27 morts au moins
6 bateaux coulés
2 avions abattus
2 hélicoptères abattus
16 drones abattus

Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022

Batailles


Offensive de Kiev


Offensive du Nord-Est


Offensive du Donbass


Offensive du Sud


Frappes aériennes dans l'Ouest de l'Ukraine


Guerre navale


Débordement


Coordonnées 45° 15′ 18″ nord, 30° 12′ 15″ est
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
(Voir situation sur carte : Ukraine)
Bataille navale de l'île des Serpents

La bataille navale de l'île des Serpents de 2022 désigne une opération militaire menée par les Forces armées de la fédération de Russie contre celles de l'Ukraine positionnées sur l'île des Serpents le au début de l'invasion russe de l'Ukraine, et ses suites. Des versions contradictoires relayées par de nombreux médias décrivent ces évènements.

Au sujet de cette opération, un grand retentissement médiatique a été donné à l'échange radio entre les deux camps et à la mort supposée de la garnison ukrainienne, mort démentie par la suite.

Contexte

L'île des Serpents est rocheuse, d'une superficie de 17 hectares et se trouve dans la partie nord-ouest de la mer Noire, à l'ouest de ce que les anciens géographes nommaient la « mer Borysthénique » entre les bouches du Danube, celles du Dniepr et la Crimée. L'île des Serpents, auparavant roumaine, est devenue une base soviétique en 1948 ; le la Roumanie a officiellement cédé la souveraineté de l'île à l'Ukraine par le traité frontalier roumano-ukrainien de Constanța, et les frontières maritimes des deux pays (et donc de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord) ont été délimitées le par la Cour internationale de justice[2].

La possession de l'île des Serpents donne à l'Ukraine une mer territoriale de 12 milles marins (22 kilomètres) autour de l'île. Après l'invasion  et l'annexion russes de la Crimée en 2014, et surtout après la construction du pont sur le détroit de Kertch, le pont de Crimée l'occupation , la Russie a pris le contrôle des eaux territoriales ukrainiennes autour de la péninsule de Crimée, réduisant largement l'accès aux principaux ports de l'Ukraine continentale de l'est, sur la mer d'Azov : Marioupol et Berdiansk. À l'ouest, le contrôle par l'Ukraine des eaux territoriales de l'île des Serpents gardait l'accès aux ports ukrainiens de la « mer Borysthénique » : Odessa, Mykolaïv et Kherson. Au cours de la guerre russo-ukrainienne, les Russes ont aussi progressivement pris le contrôle de ces eaux territoriales ukrainiennes de l'ouest, dont l'île des Serpents est la clef[3].

Le drapeau de l'Ukraine sur l'île des Serpents, le .

Au cours de la crise diplomatique russo-ukrainienne de 2021-2022 et des préparatifs russes pour leur invasion de 2022, l'importance stratégique de l'île a été évoquée[3]. Le , le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu sur l'île et y a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a déclaré : « Cette île, comme le reste de notre territoire, est une terre ukrainienne, et nous la défendrons de toutes nos forces »[4],[5],[3]. En août 2021, la garnison de l'île est d'environ 100 soldats[3].

Un article d'Andrew D'Anieri et Doug Klain pour l'Atlantic Council a examiné si l'île des Serpents pourrait être le prochain objectif des forces armées russes pour la guerre du président russe Vladimir Poutine contre l'Ukraine[3].

Déroulement

Prise de l'île par les Russes

Le , aux alentours de 16 heures, heure normale d'Europe de l'Est, le service de presse du ministère des Affaires intérieures de l'Ukraine annonce que l'île des Serpents est assaillie par deux unités de la flotte de la mer Noire de la marine russe : le croiseur Moskva et le patrouilleur Vassili Bykov[6],[7].

Navires de la marine russe impliqués dans l'affrontement.

L'île est prise d'assaut et occupée dans la journée par les troupes de ces deux unités et vers 23 heures, le service national des gardes-frontières d'Ukraine annonce que l'île est tombée aux mains des troupes russes. C'est autour de cet événement que les versions divergent.

Récits de l'événement

La différence entre les récits concerne le nombre d'Ukrainiens présents sur l'île (qui varie de treize [8] à 82[9] en passant par 50[10]) et sur les modalités de la prise de l'île : à l'issue d'un bombardement aérien et naval destructeur ayant tué les treize défenseurs et anéanti l'ensemble des infrastructures présentes sur place[11], ou bien par simple reddition de la garnison[9] ?

Récit ukrainien : le sacrifice héroïque des treize garde-côte

Aux injonctions du commandant du croiseur Moskva demandant aux soldats ukrainiens stationnés sur l'île de se rendre sous peine d'être bombardés, « Je vous demande de déposer les armes et de vous rendre, pour éviter un bain de sang et des morts inutiles ; sinon, vous serez bombardés », les forces ukrainiennes auraient répondu « Navire russe, va te faire foutre » (en russe : Русский корабль, иди на хуй, Rousskiy korabl', idi na khouï)[12].

L'enregistrement présumé de cet échange est publié par l'Ukrayinska Pravda ; son « authenticité » est notamment confirmée par The Washington Post[13]. Les autorités ukrainiennes affirment dans un premier temps que les « 13 gardes-frontières ukrainiens », représentant d'après elles l'intégralité de la défense de l'île[14],[8], auraient tous été tués[15].

Dans une continuité de propagande de guerre des deux côtés[16], l'Ukraine aurait eu la volonté d'ériger ces soldats en martyrs, symboles d'un pays en quête de héros nationaux résistants, au même titre que le « fantôme de Kiev », un as de l'aviation vraisemblablement fictif de la bataille de Kiev, censé avoir abattu six avions russes le premier jour de l'offensive russe[17].

Les derniers mots des gardes-frontières ukrainiens, « Navire de guerre russe, va te faire foutre », deviennent un cri de ralliement pour les Ukrainiens et leurs partisans dans le monde entier.

Le soir de l'attaque, le président ukrainien Volodymyr Zelensky annonce que les 13 gardes-frontières décédés en refusant de se rendre se verraient accorder à titre posthume le titre de Héros d'Ukraine, la plus haute distinction militaire ukrainienne.

Récit russe : une reddition sans victimes ni dégâts

Le lendemain de la prise de l'île, Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense de la Fédération de Russie affirme que la garnison de l'île comptait 82 soldats[18] qui se sont rendus sans combattre[19],[9].

Survie et libération des gardes-frontières

Le 25 février à midi, le navire civil ukrainien Saphir  quitte le port d'Odessa pour l'île des Serpents. L'équipage de 19 personnes, ainsi qu'un médecin, deux prêtres protestants et un aumônier militaire de l'Église orthodoxe ukrainienne d'Odessa, ont l'intention de récupérer les corps des Ukrainiens qui auraient été tués dans le bombardement russe du croiseur Moskva. Le 26 février au matin, le Saphir arrive à l'île des Serpents et est arraisonné par les Russes, qui les informent que la garnison est vivante et en captivité. Les Russes remorquent le navire près de la partie la moins endommagée de l'île, et son équipage est encouragé à signaler que la garnison s'est rendue sans combat et que les bâtiments de l'île sont intacts[20]. Le capitaine du Saphir contacte l'Autorité ukrainienne des ports maritimes , leur disant que des « petits hommes verts » étaient à bord et ont pris le contrôle du navire[21]. Puis l'équipage du Saphir est lui-même fait prisonnier. Le lendemain, les Russes emmenèrent l'équipage en Crimée à bord d'un remorqueur de sauvetage de classe Sliva, le Chakhtar, et les emprisonna à Sébastopol[20]. Le navire ukrainien lui-même est transféré à Sébastopol[21]. La Direction générale du renseignement du ministère de la Défense ukrainien dénonce la saisie d'un navire civil comme « piraterie »[21].

Le 27 février, les autorités ukrainiennes affirment que les gardes-frontières pourraient encore être en vie, prisonniers des forces armées russes et captifs à Sébastopol[22],[23].

Le lendemain, quatre jours après l'attaque, la marine ukrainienne annonçait sur son compte Facebook officiel[24] la survie des gardes-frontières, affirmant que le fait que les Russes aient coupé les communications entre l'île des Serpents et le reste du pays avait contribué à faire croire à la mort des Ukrainiens présents sur place[25].

Une image satellite prise dimanche 27 mars par Maxar Technologies, montre l'île des Serpents dont certains bâtiments sont endommagés, ainsi qu'un navire de débarquement de classe Ropoutcha de la marine russe, au mouillage près de l'île. Un bombardement russe d'ampleur limitée a donc bien eu lieu en préalable à l'occupation de l'île[26].

Fin mars 2022, les gardes-frontières ont été libérés lors d'un échange contre des prisonniers russes détenus par l'Ukraine[27].

Occupation russe et contre-attaques ukrainiennes

Le 14 avril, des missiles anti-navire ukrainiens coulent le navire amiral russe de la mer Noire Moskva. Cette action force les russes à retirer leur flotte hors de portée des missiles, laissant l'île exposée et augmentant la difficulté à réapprovisionner leurs troupes[28].

Du 26 au 30 avril, les Ukrainiens revendiquent des frappes contre les forces russes sur l'île, ayant touché un poste de contrôle, détruit deux véhicules antiaériens 9K35 Strela-10 et tué 42 soldats russes[29],[30],[31]. Le 2 mai, les Ukrainiens publient une vidéo d'une frappe, par un drone de combat ukrainien Bayraktar TB2 contre un patrouilleur russe de classe Raptor[32],[33].

Le 7 mai, les responsables ukrainiens diffusent des images d'une barge de débarquement russe de classe Serna détruite près de l'île des Serpents par un drone ukrainien[34],[35]. Des drones Bayraktar TB2 ont été utilisés pour détruire deux véhicules antiaériens 9K330 Tor-M1, dont l'un était en train d'être déchargé de la barge de débarquement de classe Serna, ouvrant peut-être la voie à une paire d'avions de chasse Soukhoï Su-27 ukrainiens conduisant un bombardement à grande vitesse et à basse altitude ce jour-là ; des photos satellites semblent corroborer les images[36],[37]. Plus tard, des images d'une frappe sur un hélicoptère débarquant des soldats sur l'île, sont diffusées, les deux camps revendiquent cette destruction comme l'une de leurs victoires. Le même jour, le ministère russe de la Défense affirme que les forces aérospatiales russes avaient repoussé les tentatives ukrainiennes de reprendre l'île des Serpents en détruisant un Su-27, un bombardier Soukhoï Su-24, 3 hélicoptères Mil Mi-8 et 2 drones Bayraktar TB2, et que les forces russes avaient trouvé les corps de 27 militaires des forces spéciales ukrainiennes[38],[39]. Ces affirmations n'ont pas été confirmées. Le 11 mai la Roumanie repêche l'épave d'un drone ukrainien Bayraktar TB2[40].

Le 10 mai, Alexeï Podberiozkine  — directeur du Centre des problèmes militaro-politiques — russe, déclare à l'agence RIA Novosti que l'île contrôle le littoral de l'Ukraine occidentale sur la mer Noire et qu'elle peut être un tremplin pour des attaques russes contre le Boudjak, partie ouest de l'oblast d'Odessa, à la frontière entre la Roumanie et l'Ukraine, et pour d'autres futures avancées russes dans l'oblast de Mykolaïv et vers Odessa. Podberiozkine prédit une prochaine offensive russe entre le port d'Odessa et Izmaïl, sur la frontière orientale de l'OTAN et de l'Union Européenne, offensive visant à priver l'Ukraine d'accès à la mer, pour en faire une « région agricole »[41],[42].

Le 17 juin les Ukrainiens annoncent avoir coulé le remorqueur Vasily Bekh, probablement grâce à un missile anti-navire AGM-84 Harpoon[43]. Le 20 juin Russes et Ukrainiens annoncent une contre-attaque ukrainienne sur l'île. Les Ukrainiens annoncent avoir infligé des pertes significatives à la Russie grâce à des tirs de lance-roquettes multiples et des frappes de drones sur l'île. Les Russes annoncent avoir abattu 13 drones ukrainiens sur les 15 qui auraient participé à l'attaque, avoir repéré un drone de reconnaissance américain Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk et avoir intercepté un grand nombre de roquettes ennemies[44],[45],[46],[47],[48]. Les Russes accusent également l'Ukraine d'avoir attaqué deux plates-formes de forage qu'ils occupaient en 2014  à 70km au sud d'Odessa (les « Tours Boïko  »)[49].

Le 22 juin, Iouri Chvytkine, vice-président du comité de défense de la Douma d'État russe, déclare à Lenta.ru  que l'île est un point stratégique principal de la mer Noire, dominant les voies de navigation, et que les forces russes qui y sont stationnées contrôlent l'accès de l'Ukraine à la mer[41]. Le 25 juin, Andreï Gouroulev , député de la Douma d'État, ancien commandant de la 58e armée et commandant adjoint du district militaire sud, publie un article soulignant l'importance stratégique de l'île et remerciant la garnison russe[41],[50].

Véhicules militaires russes sur la jetée de l'île, quelques instants avant leur destruction par une frappe aérienne lancée par un drone de combat ukrainien Bayraktar TB2 le .

Retrait russe

Le 30 juin, à la suite d'un nouveau bombardement ukrainien, les forces russes évacuent définitivement l'île, officiellement sous couvert de « bonne volonté », mais dans l'impossibilité d'y ravitailler et protéger leurs troupes, et de la tenir[51]. Le ministère ukrainien de la Défense annonce qu'un obusier automoteur ukrainien 2S22 Bohdana a été utilisé pour bombarder l'île, ce tir d'artillerie étant réglé par les observations d'un drone Bayraktar TB2. Le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeri Zaloujny, publie des images aériennes et terrestres de l'attaque dans une vidéo et remercie les alliés de l'Ukraine pour les fournitures de munitions étrangères (l'obusier utilise des munitions de calibre 155 mm  standard parmi les forces armées de l'OTAN)[52],[53].

Le succès ukrainien a été attribué en partie à l'approvisionnement en armements occidentaux tels que les missiles américains Harpoon, tandis que des reporters pro-russes l'ont attribué au canon automoteur français CAESAR[54].

Le 7 juillet le drapeau ukrainien flotte à nouveau sur l'île, image du Service national des gardes-frontières d'Ukraine.

Retour des forces ukrainiennes

Le 7 juillet, des éléments du 73e centre naval d'opérations spéciales , qui fait partie des Forces d'opérations spéciales des Forces armées ukrainiennes, font le tour l'île avec des nageurs de combat utilisant des véhicules sous-marins, cherchant des mines anti-sous-marines et anti-débarquement, puis les sapeurs débarquent à terre pour rechercher des mines terrestres ou des munitions non-explosées. Cela fait, les Ukrainiens hissent des drapeaux ukrainiens sur diverses parties de l'île, et aussi des drapeaux des Forces armées ukrainiennes et du 73e centre naval d'opérations spéciales. L'opération a également impliqué la 801e unité distincte d'anti-sabotage sous-marine  de la Marine ukrainienne, la 59e brigade motorisée de l'Armée de terre, et la Direction générale du renseignement du ministère de la Défense ukrainien[55].

L'administration militaire de l'oblast d'Odessa — l'île des Serpents et sa base de Bile font partie du raïon d'Izmaïl — annonce sur Facebook que le drapeau ukrainien hissé sur l'île a été dédicacé par le chef de l'administration militaire, Maxym Martchenko : « Rappelez-vous « le navire russe » l'île des Serpents, c'est l'Ukraine ! » (« Пам'ятай "русский военный корабль" острів Зміїний, це Україна! »)[56]. Pendant que les Ukrainiens reprenaient possession de l'île, des navires de guerre russes manœuvrent en direction de l'île. Selon la partie russe, des militaires ukrainiens ont été tués par des tirs de missiles russes. Selon la partie ukrainienne, tous les soldats ukrainiens ont quitté l'île sains et saufs, tandis que des missiles russes ont frappé la jetée de l'île[57].

Le 20 juillet, la Direction générale du renseignement ukrainienne a annoncé l'achèvement des opérations de déminage et de reconnaissance des fortifications souterraines de l'île . Divers équipements russes sont saisis : drones Orlan-10, systèmes MANPADS, lance-grenades et lance-flammes, ainsi que des documents personnels, des appareils électroniques et des armes légères. Une vidéo montre des personnels ukrainiens retirant le tricolore russe du mât de l'île et hisser le drapeau ukrainien, et l'« évacuer » vers Odessa un chat trouvé sur l'île, qualifié de « chat ukrainien »[58],[59].

Conséquences

Abandonnée par la Russie, l'île des Serpents est revenue sous contrôle ukrainien[60]. La possession de ce rocher (au sens du droit maritime : il n'a pas d'eau potable) est importante non seulement sur le plan militaire, mais aussi économique : il permet de contrôler l'accès à d'importants gisements de gaz dans un rayon de 200 milles marins[61]. Du point de vue stratégique, il se trouve devant les bouches du Danube, près des bases de l'OTAN situées en Roumanie[4].

Le , le blogueur russe Maxime Fomine, qui écrit sous le pseudonyme de Vladlen Tatarsky et est suivi par plus de 400.000 personnes, demande au Kremlin « une frappe nucléaire sur l'île aux Serpents pour avertir les soutiens de l'Ukraine que la Russie n'a pas abattu toutes ses cartes »[62]. Si elle n'est pas radioactive, l'île est déjà très détériorée par les offensives succesives subies en 2022 : elle est entourée d'épaves de barges éventrées dont s'échappe du fuel et couverte de restes de munitions ; les constructions à terre, y compris l'ancien phare roumain, sont incendiées et en ruines[63].

Références

  • (Anglais) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Attack on Snake Island » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Russian warship, go fuck yourself': Kyiv to honour troops killed on island », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (en) « Ukraine Abroad: Court decides Black Sea border with Romania », Kyiv Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b c d et e (en-US) Andrew D'Anieri et Doug Klain, « UkraineAlert: Could Snake Island be the next hot spot in Vladimir Putin's Ukraine war? » [« L'île des Serpents pourrait-elle être le prochain point chaud de la guerre d'Ukraine de Vladimir Poutine ? »], sur Atlantic Council, (consulté le ).
  4. a et b (en) Isabel van Brugen, « Ukraine Snake Island Soldiers Tell Russia 'Go F*** Yourself' Before Being Killed in Audio », Newsweek,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « Zelensky flies to Zmiinyi Island to check combat readiness of Ukraine military », Ukrinform,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (uk) « Острів Зміїний був атакований з російських кораблів » [« L'île des Serpents a été attaqué par des navires russes »], Ukrinform,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. (uk) Paul Benecki, « Russian Navy Captures Ukraine's Outpost on Snake Island » [« La marine russe capture l'avant-poste ukrainien sur l'île aux serpents »], The Maritime Executive,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. a et b BNONews, « 13 Ukrainian border guards killed in Russian take-over of Snake Island in the Black Sea, near the Romanian border – official » [archive du ], sur Twitter, (consulté le )
  9. a b et c (ru) Anton Pokhilak, « В Минобороны сообщили о сдавшихся украинских военных на острове Змеиный » [« Le ministère de la Défense a signalé la reddition de soldats ukrainiens sur l'île des Serpents »], Lenta.ru,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (uk) « Вилківська міська об'єднана територіальна громада », sur gromada.info (consulté en ).
  11. (uk) « Острів Зміїний захопили російські окупанти - ДПСУ » [« L'île des Serpents a été prise par les occupants russes - DPSU »], Gazeta.ua,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (uk) Валентина Романенко, « "Русский корабль, иди на х.й!": захисники Зміїного відповіли ворогові » [« « Navire russe, va te faire foutre ! »: les défenseurs de l'île des Serpents ont répondu à l'ennemi »], Ukrayinska Pravda,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Qu'est-ce que l'île aux Serpents, ce territoire ukrainien pris par la Russie en mer Noire ? Nicolas Hasson-Fauré, Ouest-France, 25 février 2022.
  14. (en-US) « Ukraine's Snake Island under attack, border guards took up defense », UATV,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  15. (pt) Manoela Alcântara, « Ucranianos mandam "vá se foder" para navio russo – e são mortos », sur Metropoles.com, (consulté le )
  16. Thomas Pontillon, « Guerre en Ukraine : que s'est-il passé sur l'île des Serpents ? », France Info, (consulté le )
  17. M.R., « Martyrs de l'île des Serpents, "fantôme de Kiev"... L'Ukraine en quête de héros : L'attaque de la Russie en Ukraine voit également le développement d'une contre-propagande ukrainienne s'appuyant sur des images de martyrs et de héros, parfois inventés. », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. (en-GB) Namita Singh, « 'Russian warship, go f**k yourself': the defiant last words of 13 Ukrainian soldiers », The Independent,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  19. (en-GB) Namita Singh, « Defiant last words of 13 Ukrainian soldiers before being shelled: 'Russian warship, go f**k yourself' », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. a et b (uk) Наталія Роп, « 70 чорних днів капелана Вирозуба. Історія священника ПЦУ, якого росіяни катували струмом, світлом і холодним карцером, але не «розкололи» » [« 70 jours noirs de l'aumônier Vyrozub. L'histoire d'un prêtre de l'OCU, qui a été torturé par les Russes avec du courant électrique, de la lumière et une cellule froide, mais qui n'a pas été « divisé ». »], Novoe Vremia,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. a b et c (en-US) « Russian forces seize Ukraine's Sapphire rescue ship, take it to Sevastopol – Defense Intelligence », Interfax-Ukraine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. (en) « Ukrainian border guards could still be alive after Russian attack on Snake Island, authorities say, amid conflicting accounts », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. (en-GB) Justin McCurry et Elias Visontay, « Ukraine island defenders who told Russian navy 'go fuck yourself' may still be alive », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « Les soldats ukrainiens annoncés morts après l'assaut russe de l'île des Serpents toujours en vie », L'Obs, 1er mars 2022.
  25. (en-US) James Ross, « Ukraine's 'Go Fuck Yourself' Heroes Who Defended Snake Island Still Alive, Its Navy Says », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. Jewel Beaujolie, Brad Lendon, Sebastian Shukla et Lianne Kolirin, « Première sur CNN : une image satellite montre des dégâts sur l'île aux serpents, où les troupes ukrainiennes », dernieres-nouvelles.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. Robin Verner, « Guerre en Ukraine: les soldats qui avaient envoyé un navire russe "se faire foutre" ont été libérés. », Yahoo! Actualités,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. (en) Alex Gatopoulos, « The struggle for Snake Island », Al Jazeera,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (uk) « ЗСУ нанесли удар по позиціях російських військ на острові Зміїний – ОК «Південь» » [« Les forces armées ukrainiennes ont frappé les positions des troupes russes sur l'île des Serpents - Commandement opérationnel sud »], Militarnyi,‎ (lire en ligne)
  30. (uk) « Сили оборони України знищили техніку та живу силу на острові Зміїний » [« Les forces de défense de l'Ukraine ont détruit du matériel et de la main-d'œuvre sur l'île des Serpents »], Militarnyi,‎ (lire en ligne)
  31. (en-US) David Axe, « Ukraine's Drones Are Peeling Back Russian Defenses On Infamous Snake Island », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. (uk) « Український Bayraktar знищив два російських катери біля острова Зміїний » [« Le Bayraktar ukrainien a détruit deux bateaux russes près de l'île des Serpents »], Militarnyi,‎ (lire en ligne)
  33. « Наші у небі. Українські Су-27 знищили об'єкти росіян на острові Зміїний » (consulté le )
  34. (en) « Russian landing craft in Black Sea's Snake Island sunk in drone strike, claims Ukraine », WION,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (en-US) « Ukrainian Military Says Drone Destroys Russian Landing Craft Near Snake Island In Black Sea », Radio Free Europe/Radio Liberty,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. (en-US) Stefano D'Urso, « Bayraktar TB2 Videos Show New Wave Of Ukrainian Attacks Against Russian Forces On Snake Island », The Aviationist,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. (en) Stetson Payne, « Ukraine Strikes Back: Su-27s Bomb Occupied Snake Island In Daring Raid », The Drive,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. (en-US) « Russian Aerospace Forces down 2 Ukrainian planes, 3 copters, 2 drones off Snake Island : The Ukrainian armored assault boat Stanislav was also destroyed, Russian Defense Ministry Spokesman Major-General Igor Konashenkov said », Tass,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. (en-US) « Bodies of 27 Ukrainian special ops troops, nationalists left on Snake Island - top brass : Today, Russian service members recovered three bodies of Ukrainian commandoes washed ashore, Russian Defense Ministry Spokesman Major-General Igor Konashenkov said », Tass,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. (en-US) Boyko Nikolov, « Downed Bayraktar TB2 of Snake Island battle found in Romania », Bulgarian Military,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. a b et c (ru) « «Россия покинула Змеиный из-за американских систем HIMARS» — военный эксперт Федоров », The Insider,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. (ru) Алексей Гончаров, « Битва за Змеиный: чем этот остров важен для России и Украины », RIA Novosti,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. (uk) « ВМС України двома ракетами уразили російський буксир «Василий Бех» » [« La marine ukrainienne a frappé le remorqueur russe "Vasily Bekh" avec deux missiles »], Militarnyi,‎ (lire en ligne)
  44. (en) « Operation targeting Snake Island continues, Russian SAM Pantsir may be destroyed », Ukrinform,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. (en) « Ukraine Army strikes Russian garrison on Snake Island », Ukrinform,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. (en) « Ukraine claims 'significant' Snake Island victory over Russian forces », sur euronews, (consulté le )
  47. (en) « Russia claims defense against 'mad' attempt by Ukraine to retake Snake Island », Al Arabiya English,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. (en-US) Parth Satam, « Graveyard Of Air Force! Ukraine's 2nd 'Mad Attack' To Retake Snake Island Ends In Disaster For UAF — Russia », Eurasian Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. (en) Howard Altman, « Ukraine Attacks Russian-Occupied Oil Platforms, Snake Island Strike Rumors Swirl », The Drive,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. Андрей Гурулёв, « О героизме наших воинов в защите острова Змеиный », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. (ru) Виктория Полякова, « Минобороны объявило о выводе войск с острова Змеиный : Минобороны объявило о выводе войск с острова Змеиный в качестве «шага доброй воли» » [« Le ministère de la Défense annonce le retrait des troupes de l'île des Serpents »], Groupe RBK,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. (en-US) David Axe, « Ukraine's Weirdest Howitzer Drove Russian Troops Off Snake Island », Forbes,‎ (lire en ligne)
  53. (en-GB) Harry Adams, « Ukraine used rare howitzer as part of mission to retake Snake Island », Forces Network,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. Adela Suliman et Mary Ilyushina, « Russian forces withdraw from Ukraine's Snake Island », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. (uk) Валентина Романенко, « Спецоперація "Зміїний": ССО розповіли ексклюзивні подробиці висадки на острів » [« Opération spéciale « île des Serpents »: SSO a donné des détails exclusifs sur l'atterrissage sur l'île »], Ukrayinska Pravda,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. (uk) Одеська обласна державна адміністрація, « 🇺🇦 Державний Прапор України, встановлений на о. Зміїному (селище Біле, Ізмаїльського району Одеської області) » [« 🇺🇦 Le drapeau d'État de l'Ukraine, installé sur l'île des Serpents (village de Bile, district d'Izmail, région d'Odessa) »], sur Facebook,‎ (consulté le )
  57. (uk) « Підводна спецоперація. Як на Зміїному встановили український прапор » [« Opération spéciale sous-marine. Comment le drapeau ukrainien a été installé sur l'île des Serpents »], BBC News Україна,‎ (lire en ligne, consulté le )
  58. « Україна проводить дослідження та розмінування острова Зміїний » [« L'Ukraine mène des recherches et le déminage de l'île des Serpents »], sur Direction générale du renseignement du ministère de la Défense ukrainien,‎ (consulté le )
  59. (uk) « Кіт та особисті документи росіян: що знайшла розвідка на Зміїному » [« Le chat et les documents personnels des Russes : ce que le service de renseignement trouvé sur l'île des Serpents »], Ukrayinska Pravda,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (en-GB) Yaroslav Lukov et Paul Kirby, « Snake Island: Why Russia couldn't hold on to strategic Black Sea outcrop », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. Mirel Bran, « L'île des Serpents attire les convoitises », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. TF1 info [1].
  63. « L'île des Serpents, une victoire ukrainienne sans doute inexploitable », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )