Florence

Florence
Firenze
Blason de Florence
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Armoiries

Drapeau
Florence
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Toscane Toscane
Ville métropolitaine Florence
Maire
Mandat
Dario Nardella (PD)
(2019-2024)
Code postal 50100
Code ISTAT 048017
Code cadastral D612
Préfixe tel. 055
Démographie
Gentilé Florentin, Florentine
Population 360 930 hab. ([1])
Densité 3 527 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 18″ nord, 11° 15′ 13″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 50 m
Superficie 10 232 ha = 102,32 km2
Divers
Saint patron Saint Jean le Baptiste
Fête patronale 24 juin
Localisation
Localisation de Florence

Localisation dans la ville métropolitaine de Florence.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
Crédit image:
Eric Gaba (Sting - fr:Sting) and NordNordWest
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Florence
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
Florence
Géolocalisation sur la carte : Toscane
Voir sur la carte administrative de Toscane
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Florence
Liens
Site web Site officiel

Florence (en italien : Firenze, prononcé /fiˈrɛnt͡se/) est la huitième ville d'Italie par sa population[2] avec 380 000 habitants (1 500 000 dans l'agglomération), capitale de la région de Toscane et siège de la ville métropolitaine de Florence.

Berceau de la Renaissance en Italie[3], ainsi que de la langue italienne[4], capitale du royaume d'Italie entre 1865 et 1871, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1982 au titre du Centre historique de Florence, la ville présente une richesse artistique exceptionnelle. La cité attire des millions de visiteurs chaque année, étant universellement reconnue comme l'un des berceaux de l'art et de l'architecture[5], ainsi que parmi les plus belles villes du monde[6], grâce à ses nombreux monuments et musées dont le Duomo, Santa Croce, Santa Maria Novella, la Galerie des Offices, le Ponte Vecchio, la Piazza della Signoria, le Palazzo Vecchio et le Palazzo Pitti.

Les héritages artistiques, littéraires et scientifiques de génies du passé tels que Pétrarque, Boccace, Brunelleschi, Michel-Ange, Giotto, Cimabue, Botticelli, Leonardo da Vinci, Donatello, Laurent de Médicis, Machiavel, Galilée et Dante Alighieri, sont d'une valeur inestimable. Florence est devenue un grand centre culturel et touristique, et joue un rôle important dans la mode italienne[7].

Géographie

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Vue générale de la ville depuis la colline de Fiesole.

Site

Florence est située à 50 m d'altitude, dans la partie orientale d'une plaine qui est appelée bassin de Florence, au pied de l'Apennin du nord bordant la ville au nord et à l'est. Elle est traversée par l'Arno, fleuve naissant dans les Apennins et se jetant dans la mer Tyrrhénienne, distante de 70 km[8]. Située à 270 km au nord-ouest de Rome, elle constitue une étape incontournable et remarquable du trajet routier et ferroviaire vers la capitale italienne en venant de la France et du reste de l'Europe.

Climat

Le climat y est entre subtropical humide (classification de Köppen : Cfa) et méditerranéen (classification de Köppen : Csa)[9]. Il est influencé par la mer Tyrrhénienne, les Apennins et les collines toscanes, les trois distants de moins de 100 km, et assurant une certaine humidité même en été. L'hiver est par contre plus frais que sur la côte, marqué par la continentalité.

Mois Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec Moy
Moyenne maximale °C 10 13 17 21 25 30 34 33 28 23 17 13 22
Moyenne minimale °C 1 4 7 10 14 17 19 20 17 13 7 4 11
Précipitations (mm) 73,6 68,6 81,3 78,7 43,7 5,9 3,6 7,2 28,7 88,9 111,8 91,4 52,8

Histoire

Crédit image:
Gilbert Bochenek
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Florence et le fleuve Arno. En face du pont Santa Trinita, à droite, le palais Spini-Feroni (1290) avec son toit en créneaux.

Florence a été fondée sous le nom latin de Florentia pendant l'époque romaine, en 59 av. J.-C., près du fleuve Arno. Elle resta une simple bourgade jusqu'au XIIe siècle, début de son essor économique et artistique qui dura jusqu'au XVIe siècle.

Du XIIe au XIVe siècle, Florence connaît de profonds bouleversements politiques et sociaux avec l'essor des riches familles de marchands groupées au sein du popolo, et le conflit entre les guelfes et gibelins qui partage l'Italie et Florence en deux. Ces deux processus accompagnent le développement de la commune qui, comme dans les autres villes de l'Italie septentrionale, désigne l'émergence de gouvernements autonomes qui ont acquis leur souveraineté après une lutte féroce débouchant sur la paix de Constance, octroyée par l'empereur Frédéric Ier en 1183. Les communes italiennes y ont acquis des droits souverains qui en faisaient de véritables cités-États.

La commune florentine, qu'on connaît alors sous le nom de Fiorenza, naît environ un siècle après celle de Pise ; elle est attestée dès 1081. Faut-il voir là l'absence d'une noblesse urbaine qui créait les premières communes partout en Italie ? En tout cas, le popolo des marchands cherche rapidement à faire partie des instances de la commune : le conseil exécutif du consulat, puis du podestat, une assemblée délibérative qui aura plusieurs noms. Florence connaît le combat des factions, avec les gibelins qui triomphent dans les années 1240, avec le vicaire impérial Frédéric d'Antioche, bâtard de l'empereur Frédéric II. Les guelfes sont au pouvoir en 1250 puis en 1266, quand ils prennent Florence avec l'appui de Charles d'Anjou, frère du roi de France appelé comme roi de Naples par le pape. Ces guelfes sont soutenus par le popolo : ils créent la charge de capitaine du peuple en 1250, puis élaborent une nouvelle forme institutionnelle, la seigneurie (Signoria), en 1282 : un conseil de prieurs, appartenant aux corporations des marchands, les fameux 7 arts majeurs des Arti (laine, draps, changeurs, juges et notaires, etc.), auxquels sont juxtaposés un « gonfalonnier de justice » (Gonfaloniere di Giustizia) et des gonfalons (étendards) de quartiers, et ce alors que le podestat et le capitaine du peuple continuent d'exister.

Le florin, principale monnaie du Moyen Âge, est créé en 1252 par la corporation des changeurs et banquiers (Arte del Cambio) de Florence, l'une des cinq corporations majeures et contribue au succès de la ville, succès qui l'impose en Europe[10].

La faction guelfe se structure, reçoit même, pour les gérer, les biens des 4 000 gibelins qui ont fui la ville. Dans les années 1290, les lois anti-magnatices entrent en vigueur : c'est la revanche des corporations de marchands qui interdisent aux nobles l'accès aux charges et limitent la taille des tours qu'ils avaient érigé.

Au début du XIVe siècle, Florence expérimente, tout comme les autres villes d'Italie (ex. les Della Scala à Vérone à partir de 1273), les seigneuries personnelles : Charles de Calabre la gouverne en 1323, suivi par le duc d'Athènes Gautier VI de Brienne en 1343. Florence connaît une véritable crise au milieu du XIVe siècle : révolte du peuple, faillite des Peruzzi (grande banque) en 1343, peste noire qui fait disparaître la moitié de la population de la ville en 1348.

Crédit image:
licence CC BY 2.0 🛈
Église San Miniato al Monte.

La ville est ensuite dominée par différents clans qui se disputent le pouvoir. En 1434, ce sont les Médicis qui deviennent maîtres de la ville. Puis, à leur chute, nombre de grandes familles s'exilent en France et y font fortune. Les Gadagne quittent Florence vers la fin du XVe siècle, et détiennent la première place des banques lyonnaises, tandis qu'Albisse Del Bene, un autre banquier florentin, contrôle la levée des impôts dans toutes les régions de France.

En 1569, Florence devient la capitale du grand-duché de Toscane.

L’extinction de la dynastie des Médicis et l’accession au trône en 1737 de François-Étienne, duc de Lorraine et époux de Marie-Thérèse d’Autriche, ont conduit à l’inclusion temporaire de la Toscane dans les territoires de la couronne autrichienne. Florence a été alors gérée par la dynastie des Habsbourg-Lorraine, jusqu'à la création du royaume d'Etrurie instauré par Napoléon, et qui a existé de 1801 à 1807.

Florence a ensuite été le chef-lieu de l'Arno, département français créé le , à la suite de l'annexion du royaume d'Étrurie à l'Empire français par les troupes napoléoniennes. La dynastie des Habsbourg-Lorraine a été restaurée sur le trône de Toscane au Congrès de Vienne, mais finalement déposée en 1859. La Toscane est devenue une région du Royaume d’Italie en 1861. La ville connaît ensuite une période de lent déclin jusqu'en 1865, date à laquelle elle devient capitale du royaume d'Italie. C’est à cette époque que l’on construit la place de la république au centre de Florence, comme l’atteste la plaque commémorative qui s’y trouve. Elle perd ce statut en 1870, au profit de Rome.

Les chemises noires de Benito Mussolini multiplient les actions violentes contre leurs adversaires politiques au début des années 1920. Le 26 février 1921, les locaux du journal socialiste La Difesa sont détruits au cours d'une attaque, et le lendemain, des paramilitaires assassinent Spartaco Lavagnini, rédacteur en chef du journal communiste de la ville l'Azione Comunista. Ces violences ont provoqué une grève des employés des chemins de fer et plusieurs jours de rébellion populaire, au cours desquels des militants fascistes, soutenus par une partie des forces de police, ont également détruit les principaux bureaux syndicaux de la ville[11]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a connu une occupation allemande d’un an (1943-1944) dans le cadre de la République sociale italienne. Elle sera libérée le 8 août 1944.

Le , l'Arno inonde une grande partie du centre-ville, endommageant de nombreux chefs-d'œuvre. Un grand mouvement de solidarité internationale naît à la suite de cet évènement et mobilise des milliers de volontaires, surnommés Les anges de la boue.

Les 30 et 31 mars 2017, le premier G7 de la Culture, organisé sur initiative de l'Italie, s'est tenu à Florence.

Démographie

En 1200, la ville comptait 50 000 habitants[12]. En 1300, la population de la ville proprement dite était de 120 000 habitants[13]. Entre 1500 et 1650, la population était de 70 000 habitants[14].

Au 31 octobre 2010, la population de la ville proprement dite est de 370 702 habitants, tandis qu'Eurostat estime que 696 767 personnes vivent dans la zone urbaine de Florence. La zone métropolitaine de Florence, Prato et Pistoia, constituée en 2000 sur une superficie d'environ 4 800 km2, abrite 1,5 million de personnes. À Florence proprement dite, 46,8 % de la population était de sexe masculin en 2007 et 53,2 % de sexe féminin. L'âge moyen des résidents de Florence est de 49 ans par rapport à la moyenne italienne de 42 ans. Au cours des cinq années entre 2002 et 2007, la population de Florence a augmenté de 3,22 pour cent, tandis que l'Italie dans son ensemble a augmenté de 3,56 pour cent[15]. Le taux de natalité de Florence est de 7,66 naissances pour 1 000 habitants par rapport à la moyenne italienne de 9,45 naissances.

Tout comme le reste de l'Italie, la plupart des habitants de Florence sont des catholiques romains, avec plus de 90 % de la population. Comme beaucoup d'autres villes en Italie, la population des retraités est bien supérieure à celles des jeunes (moins de 14 ans) et en constant vieillissement : de fait les mineurs (enfants âgés de 18 ans et moins) représentaient 14,10 % de la population par rapport aux retraités, qui représentaient 25,95 %. Les chiffres suivants sont de mai 2006[16].

Structure par âge

Quartier 0-14 15-64 65+
1 7 026 45 380 14 635
2 9 829 53 815 24 844
3 4 854 24 371 11 654
4 7 580 42 067 16 921
5 11 811 65 063 26 772
Total Commune (%) 41 100 (11 %) 230 696 (63,2 %) 94 826 (25,8 %)

Famille

Quartier 1 membre 2 membres 3 membres 4 membres 5 membres 6 membres 7+ membres Total famille Nombre moyen Couples en cohabitation
1 20 304 7 723 4 752 2 740 617 182 83 36 401 1,8 1.376
2 18 342 11 555 7 228 4 438 975 212 91 42 841 2,1 878
3 6 984 5 348 3 575 2 079 518 122 60 18 686 2,2 411
4 10 308 8 496 6 065 3 622 852 204 101 29 648 2,2 402
5 19 909 13 475 8 684 5 209 1 143 325 207 48 952 2,1 662
Total Commune 75 847 46 597 30 304 18 088 4 105 1 045 542 176 528 2,1 3 729

Profil ethnique

La population de Florence est à peu près à 91,5 % d'origine italienne. Le plus grand groupe d'immigrants provenait d'autres pays européens (principalement roumains et albanais) : 3,52 %, Asie de l'Est (principalement chinois et philippins) : 2,17 %, Amériques : 1,41 % et Afrique du Nord (principalement marocains) : 0,9 %. La population étrangère totale comprend 33 603 individus, dont :

Évolution démographique

Habitants recensés


Art : architecture et connaissances intellectuelles

Florence est réputée pour avoir la plus grande concentration d'art (en proportion de sa taille) au monde[17].

Académies

Les premières académies d'Europe ont été fondées à Florence :

Bibliothèques

Universités, instituts

L'université de Florence a été fondée en 1321. C'est l'une des plus anciennes et prestigieuses universités italiennes, avec 12 facultés et 60 000 étudiants.

L'Institut universitaire européen de Florence est basé à Fiesole depuis son ouverture en 1976.

Plusieurs universités étrangères ont également une représentation ou une antenne à Florence, notamment pour les études concernant la Renaissance, l'histoire de l'art ou les activités artistiques et créatives. C'est le cas de l'université Harvard, à la Villa I Tatti, de la New York University à la Villa La Pietra ou encore de la California State University située sur la Via Leopardi. Plus de 8 000 étudiants américains sont inscrits pour étudier à Florence, qui est le plus grand centre universitaire américain au monde en dehors des États-Unis[18].

La ville abrite également le célèbre Institut d'art de Florence, ainsi que l'Institut français de Florence, le plus ancien de tous les Instituts français fondé en 1907, et le British Institute of Florence, institut culturel anglo-italien fondé en 1917.

À noter aussi que depuis 2009, le palais Portinari Salviati héberge les Archives historiques de l'Union européenne.

Monuments

Ponts

Seul le Ponte Vecchio a échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale (bombardements et minages allemands). Les autres ont tous été reconstruits depuis, plus ou moins à l'identique.

Édifices religieux

Églises catholiques
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Cloîtres

Église orthodoxe

Église protestante

Synagogue

Palais

Jardins

Musées

Florence contient de nombreux musées et galeries d'art où sont conservées certaines des œuvres d'art les plus importantes du monde. La ville est l'un des centres d'art et d'architecture de la Renaissance les mieux conservés au monde et possède une forte concentration d'art, d'architecture et de culture.

Musées privés

Sites archéologiques

Loggias

Bâtiment ouvert, la loggia accueille beaucoup des activités des Florentins, marchés couverts ou lieux d'exposition ouverts jour et nuit :

Fontaines

Places

Crédit image:
L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Ettore Timi (étant donné la revendication de droit d’auteur).
licence CC BY 2.5 🛈
Piazza della Signoria.
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Piazza della Repubblica.

Architecture militaire

Maisons tours

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Rue typique de Florence.
  • Vingt-deux tours dans le quartier romain dont les Torre degli Adimari, Torre degli Amidei, Torre dei Baldovinetti, Torre dei Buondelmonti, Torre della Castagna, Torre dei Ciacchi, etc. ;
  • six tours dans le quartier de Santa Croce : Torre degli Alberti, Torre dei Bagnesi, Torri di Corso Donati, Torre dei Filipetri, Torre dei Pazzi di Valdarno, Torri dei Peruzzi ;
  • dix tours dans l'Oltrarno : Torre del Gallo, Torre degli Angiolieri, Torri dei Barbadori, Torre dei Belfredelli, Torre dei Lanfredini, Torre dei Mannelli, Torre dei Marsili, Torre dei Ramaglianti, Torre dei Rossi-Cerchi, Torre degli Ubriachi.

Villas médicéennes

Autres villas

Théâtres historiques

Cimetières monumentaux

Cafés historiques

Événements

Festivals

Folklore

  • Le Scoppio del Carro, l'explosion du char chaque année devant la cathédrale Santa-Maria del Fiore pour le dimanche de Pâques ;
  • le tournoi de Calcio Storico, qui a lieu chaque année devant la basilique Santa-Croce, qui maintient la tradition de jeu de balle au pied florentin hérité du Moyen Âge[21].
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le Lys de Florence, d'argent, à la fleur de lys florencée de gueules.

Blason

Le lys rouge (il Giglio), distinct des lys jaunes de l'Emblème des Rois de France, symbolise la cité de Florence. Il est nommé « fleur de lys florencée » et est semblable au meuble présent dans les armes de Lille. Ce symbole figure sur l'ancienne monnaie de la cité-État, le florin (fiorino à rapprocher tant de fiore (« fleur ») que de Fiorentia, ancien nom toscan de la cité), et lui donne son surnom littéraire, la Cité au lys rouge.

Sport

Florence a une équipe de football célèbre, la Fiorentina, surnommée la Viola, d'après la couleur violet de son maillot. Fondé en 1926, le club joue au stade Artemio Franchi (46 000 places), a gagné une Coupe d'Europe en 1961 et participé à plusieurs finales européennes[22]. Le Forum Nelson Mandela est la grande salle omnisports de la ville (8 200 places).

Économie

Le tourisme est, de loin, la plus importante de toutes les industries et la majeure partie de l'économie florentine repose sur l'argent généré par les arrivées internationales et les étudiants qui étudient dans la ville[5]. La valeur du tourisme pour la ville s'élevait à quelque 2,5 milliards d'euros en 2015 et le nombre de visiteurs avait augmenté de 5,5% par rapport à l'année précédente[25]

En mars 2021, le maire de la ville Dario Nardella et celui d'une autre ville très concernée par le tourisme durable, Venise, tous deux inquiets des « dommages causés par le tourisme de masse »[27], ont présenté un projet de relance du tourisme dans leurs villes respectives, afin de faire émerger « un nouveau modèle de tourisme qui serait lié également à la valorisation, à la promotion et à la protection des villes d'art »[27]. Les deux maires engagés dans ce projet de long terme de tourisme durable ont estimé qu'il requiert « plus de pouvoir afin de mieux réglementer l’industrie touristique »[27]. Ils ont réclamé du gouvernement italien une augmentation du nombre d’agents de police[27], des fonds pour les transports publics[27] et une nouvelle réglementation pour les guides touristiques[27], mais aussi pour les locations de logements à court terme[27].

Florence est confrontée à la crise du logement, tout comme d'autres grandes villes italiennes. Avec une offre considérablement réduite, le salaire moyen ne permet plus de s’y loger. Entre 2016 et 2022, les prix des logements ont ainsi crû de 42 %. Le coût de la vie dans la ville, même dans un appartement de 35 mètres carrés, est désormais supérieur au salaire moyen des moins de 35 ans, selon la Confédération italienne des syndicats de travailleurs. Selon le syndicat des locataires CGIL-Sunia, les expulsions de personnes qui ne sont plus en mesure de payer leurs loyers, en forte hausse, se traduisent de plus en plus par la transformation de logements en locations touristiques. Pour tenter d’endiguer le phénomène, le conseil municipal a adopté en octobre 2023 une mesure « anti-Airbnb »[28].

Florence a une économie diversifiée active surtout dans le secteur tertiaire. Important centre ferroviaire et routier, la ville est aussi le siège d’une activité industrielle mécanique (comme Selex Galileo, Beta Motor ou la Nuovo Pignone), chimique, pharmaceutique (le Groupe Menarini par exemple), le travail du cuir (Braccialini), de l’habillement (souvent dans le secteur du luxe, comme Roberto Cavalli, Gucci, Ermanno Scervino et Ferragamo), du mobilier[5]. Il y a de nombreuses entreprises typographiques et éditoriales ainsi qu’un artisanat florentin, d’antique réputation, surtout dans le secteur mobilier (ébénisterie), de la porcelaine (Richard Ginori), de la carte décorée, du bronze et de l’orfèvrerie. Les produits traditionnels et locaux, tels que les antiquités, la verrerie, la maroquinerie, les reproductions d'art, les bijoux, les souvenirs, le métal et la ferronnerie élaborés, les chaussures, les accessoires et les vêtements de haute couture, dominent également un secteur équitable de l'économie de Florence.

Dans le tertiaire, le secteur bancaire (Banca Toscana, Banca CR Firenze) et des assurances (La Fondiaria) est important.

Dans une étude publiée en 2016, des économistes ont constaté que les familles riches de Florence sont généralement héritières de fortunes constituées depuis le XVe siècle[29].

Commerce

La ville est un centre important du commerce, avec une activité de haute spécialisation et très diversifiée. Le centre de la ville, outre l’activité liée au tourisme et à l’accueil, est l’hôte de nombreuses activités traditionnelles (travail du cuir), magasins de produits artisanaux et produits typiques. Les dernières années du XXe siècle ont vu l’érosion de l’activité artisanale au profit des grandes chaines internationales actives surtout dans le secteur de la mode, qui par des magasins associés aux marques les plus importantes du secteur, ont créé (surtout via de’ Tornabuoni, via della Vigna Nuova, via degli Strozzi) un quartier de commerce de luxe.

La grande distribution est active dans la zone externe au centre urbain et près de l’aéroport de Florence-Peretola, Osmannoro concentre de nombreuses activités industrielles.

Mode

Florence a une longue tradition de la mode. En 1300, Florence était devenue un centre de production textile en Europe. Beaucoup de familles riches de la Renaissance étaient des acheteurs importants de vêtements raffinés produits localement, et les spécialistes de la mode dans l'économie et la culture de Florence à cette période sont souvent sous-estimés[30]. Florence est considérée par certains comme le berceau et le premier centre de l'industrie de la mode moderne (après la Seconde Guerre mondiale) en Italie. Les « soirées » florentines du début des années 1950 organisées par Giovanni Battista Giorgini étaient des événements où plusieurs créateurs italiens ont participé à des expositions de groupe et ont d'abord attiré l'attention internationale[31].

L'industrie de la haute couture est importante : la ville s'enorgueillit de maisons de mode célèbres telles Gucci, Salvatore Ferragamo, Enrico Coveri, Roberto Cavalli, Emilio Pucci, Patrizia Peppe, Conte of Florence, et beaucoup d'autres. D'autres acteurs majeurs de l'industrie de la mode comme Prada et Chanel ont de grands bureaux et magasins à Florence ou en périphérie. La majorité de ces enseignes sont concentrées dans le secteur des commerces de luxe des Via Tornabuoni et Via della Vigna Nuova[32]. C'est à Florence que s'est tenue en 1951 le premier défilé de haute couture italien, via dei Serragli. La ville abrite depuis cette date une série d'évènements de mode prestigieux : Pitti Imagine, qui se tient chaque année dans différents lieux de la cité. Parmi eux, le Pitti Uomo, né en 1972, est un salon international de mode masculine qui se tient deux fois par an : c'est l'un des plus importants rendez vous du monde. Tous les ans également se tient le Percorsi di Moda a Firenze, une série de visites guidées permettant de visiter les lieux de création et les produits liés à la mode à travers la ville. Enfin, Florence possède une importante école de mode, le Polimoda Istituto Internazionale Fashion Design & Marketing, ainsi que l'Accademia Italiana, située au palais Pitti, école de mode, graphique et design.

Florence abrite l'unique musée italien consacré à la mode, le musée de la Mode et du Costume (dans les jardins du Palais Pitti), et depuis 1995, s'est installé le musée Salvatore Ferragamo dans le palais Spini Ferroni. La ville comprend également le musée Gucci, Piazza della Signoria à côté du Palazzo Vecchio. Il retrace l'histoire de la maison de luxe de sa création à nos jours.

Cinéma

L'action de nombreux films internationaux et italiens se déroule à Florence. Parmi ceux-ci, Mes chers amis de Mario Monicelli avec Philippe Noiret et Ugo Tognazzi et le chef d'oeuvre de Valerio Zurlini Journal Intime avec Marcello Mastroianni et Jacques Perrin, d'après un roman de Vasco Pratolini.

Se démarquent aussi le thriller de Brian De Palma Obsession, Un thé avec Mussolini de Franco Zeffirelli, Chambre avec vue, Portrait de femme de Jane Campion, Caruso Pascoski di padre polacco de Francesco Nuti, ou encore Il Ciclone, l'un des plus gros succès au box-office en Italie, réalisé par Leonardo Pieraccioni.

Plus récemment, les thrillers Hannibal de Ridley Scott et Inferno de Ron Howard, les comédies Matrimoni e altri disastri avec Margherita Buy et C'è chi dice no avec Luca Argentero, les drames Il suffit d'une nuit de Philip Haas et Lost in Florence d'Evan Oppenheimer et Contes italiens des frères Taviani, le film biographique Leopardi : il giovane favoloso, le drame Le colibri ou encore la série historique Les Médicis : Maîtres de Florence et la série dramatique américaine Le Goût de vivre, ont eu pour toile de fond la ville de Florence.

En 2022, la série italo-allemande The Net - gioco di squadre de Volfgango de Biasi, transmise par la RAI, raconte le quotidien d'un club de football à Florence, en plein marasme financier.

Cuisine

La cuisine florentine est caractérisée par quatre éléments fondamentaux[33] :

  • le pain toscan ;
  • l'huile d'olive extra vierge ;
  • la viande ;
  • le vin de Chianti.

La cuisine florentine est issue d'une tradition de cuisine paysanne plutôt que de cuisine élevée. La majorité des plats sont à base de viande. L'animal entier était traditionnellement mangé; les tripes (trippa alla fiorentina) et l'estomac (lampredotto) étaient autrefois régulièrement au menu et sont toujours vendus dans des kiosques typiques répandus dans toute la ville. Les antipasti comprennent les crostini toscani, des rondelles de pain en tranches garnies d'un pâté à base de foie de poulet et des viandes en tranches (principalement du prosciutto et du salame). Le pain toscan typiquement sans sel, figure fréquemment dans les plats florentins, en particulier dans ses soupes, comme la ribollita et la pappa al pomodoro, ou dans la salade de pain et de légumes frais appelée panzanella qui est servie en été. La bistecca alla fiorentina (bifteck à la florentine) est une autre spécialité.

Parmi les desserts, le schiacciata alla fiorentina, un gâteau de pain plat blanc, est l'un des plus populaires; c'est un gâteau très moelleux, préparé avec des ingrédients simples, typiques de la cuisine florentine, et se déguste surtout au carnaval. Le zuccotto (en français « bombe glacée ») est un dessert glacé local. On peut enfin citer les crêpes à la florentine.

Transports

Florence se trouve sur l'axe principal de la liaison nord-sud de l'Italie et elle est raccordée au principal réseau d'infrastructure et de transport.

Transports urbains

En ville, il existe des pistes cyclables mais leur entretien laisse à désirer ainsi que les liaisons entre les différentes pistes. Utiliser le vélo en dehors du centre historique s’avère assez dangereux à cause de l’importance du trafic.

À Florence, il existe un service de covoiturage.

Bus

Crédit image:
licence CC BY-SA 2.5 🛈
Minibus.

Les transports urbains à Florence sont constitués de lignes d’autobus et minibus (utilisés dans le centre de la ville) administrés par l’ATAF qui gère aussi deux lignes touristiques avec des autobus à double étage découverts[34].

Il existe aussi un réseau d’autobus long parcours, les principales agences sont SITA, Copit, CAP et Lazzi.

Tramway

Tramway.

Pour lutter contre l’engorgement chronique des rues à cause du trafic, la ville s'est lancée dans la construction d'un réseau moderne de tramway. Cependant un certain nombre de citoyens opposés au projet ont réclamé un référendum qui s’est tenu le [35]. La majorité des votants a toutefois approuvé le projet. Une première ligne reliant la gare centrale à Scandicci a été inaugurée le [36]. Elle a 14 stations sur une longueur de 7,8 kilomètres[36]. La ville espère accueillir 9,8 millions de passagers par an à bord de cette première ligne[36]. Après appel d'offres, l'exploitation et la maintenance ont été attribuées pour une durée de 30 ans à RATP Dev, filiale de la RATP[36]. RATP Dev travaille également à la conception de deux autres nouvelles lignes de tramway (lignes 2 et 3)[36]. En 2018 la ligne 1 a été prolongée, et la ligne 2 inaugurée l'année suivante jusqu'à l'aéroport[37]. En 2019 le réseau compte donc 2 lignes, soit 17 km et 37 stations[38],[39].

Zone à trafic limité (ZTL)

Crédit image:
Comune di Firenze
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Carte de la ZTL.

Le centre historique de la ville est fermé au trafic à l’exception des autobus, des taxis et des résidents en possession d’un permis. Cette zone est appelée « ZTL » (Zone à Trafic Limité) et est divisée en cinq secteurs. L’entrée est protégée par une porte télématique. L’interdiction d’accès de la ZTL est de 7 h 30 à 19 h 30 les jours fériés et le samedi jusqu’à 18 h. L’été, l’interdiction est étendue la nuit de 22 h 30 à 3 h les jeudis, vendredis et samedis. La traversée est possible aux véhicules à traction animale, aux bicyclettes, aux cyclomoteurs et aux motos. À l'intérieur du centre historique, des zones piétonnes sont strictement réservées aux piétons et aux cyclistes.

Zone à stationnement contrôlé (ZCS)

En dehors du centre historique, ZCS (Zone à stationnement contrôlé) se compose de 14 zones correspondant aux autres parties de la ville. La ZCS est gérée par la société Servizi alla Strada S.P.A.[40] qui s’occupe de contrôler les parkings de la ville. Les résidents peuvent demander à la commune un permis afin de pouvoir stationner leur véhicule dans leur zone résidentielle ; en dehors de la zone, le stationnement est payant pour les Florentins comme pour les étrangers.

Routes et autoroutes

La ville est desservie par deux autoroutes, l'A1 et l'A11, qui la relient à la côte toscane et au nord et au sud de l'Italie. De plus, d'autres routes nationales et régionales l'unissent au reste de la Toscane et à l'Émilie-Romagne, la ville est reliée par deux grandes voies respectivement à Sienne et au Valdarno inférieur vers Pise et Livourne.

Important nœud routier, Florence est le point de départ et de passage de plusieurs routes nationales dont la Via Cassia qui conduit à Rome et la Via della Futa qui rejoint Bologne.

Transport ferroviaire

Trenitalia est l'unique gestionnaire des transports ferroviaires sur Florence. Les gares sur le territoire communal sont :

  • Santa Maria Novella (transport local, national et international) chef-d'œuvre du mouvement moderne en architecture et gare principale de la ville[41] ;
  • Campo di Marte (transport local et national) ;
  • Cascine (transport local) (non active) ;
  • Castello (transport local) ;
  • Rifredi (transport local et national) ;
  • Rovezzano (transport local) ;
  • San Marco Vecchio (transport local) ;
  • Statuto (transport local) ;
  • Le Cure (transport local) ;
  • Piaggie (transport local) ;
  • Salviati (transport local) (non active).

Train à grande vitesse (TAV)

Avec l'entrée en fonction du train à grande vitesse TAV, la ville est desservie selon l'axe principal Turin-Milan-Naples. Il existe un projet de liaison souterraine qui atteindra la future gare de Florence Belfiore afin d'éviter de desservir la gare de Santa-Maria-Novella qui est en cul-de-sac[42].

Transport aérien

Florence dispose d'un aéroport qui se trouve sur le territoire de la commune de Sesto Fiorentino à 4 km au nord-ouest du centre ville. Il existe des liaisons avec le plus grand aéroport toscan, l'aéroport Galileo Galilei de Pise.

Administration

Les maires successifs de la République italienne
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1951 Mario Fabiani PCI
1951 1957 Giorgio La Pira DC
1957 1961 Lorenzo Salazar Commissaire-préfet
1961 1965 Giorgio La Pira DC
1965 1965 Lelio Lagorio PSI
1965 1966 Adriano Monarca Commissaire-préfet
1966 1967 Piero Bargellini DC
1967 1969 Luciano Bausi DC
1969 1970 Guido Padalino Commissaire-préfet
1970 1974 Luciano Bausi DC
1974 1974 Giancarlo Zoli DC
1974 1975 Antonio Lattarulo Commissaire-préfet
1975 1983 Elio Gabbuggiani PCI
1983 1984 Alessandro Bonsanti PRI
1984 1985 Lando Conti PRI
1985 1989 Massimo Bogianckino PSI
1989 1995 Giorgio Morales PSI
1995 1999 Mario Primicerio Indépendant
1999 2009 Leonardo Domenici DS
2009 2014 Matteo Renzi PD
2014 en cours Dario Nardella PD
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux ou quartiers

Galluzzo, Settignano, Le Piagge, Brozzi, Gavinana, Isolotto, Trespiano, Legnaia, Soffiano, Ponte a Greve, Rovezzano, Novoli, Careggi, Peretola, Sollicciano, Rifredi, Borgo San Frediano, Oltrarno.

La municipalité de Florence est divisée en cinq quartiers (quarteri) administratifs :

  1. Centro storico (Centre historique), inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO (1982) ;
  2. Campo di Marte (nord-est de l'Arno), par le passé quartier San Giovanni ;
  3. Gavinana-Galluzzo (sud-est de l'Arno), par le passé Santa Croce ;
  4. Isolotto-Legnaia (sud-ouest de l'Arno), par le passé Santo Spirito ;
  5. Rifredi (nord-ouest de l'Arno), par le passé Santa Maria Novella.

Communes limitrophes

Bagno a Ripoli, Campi Bisenzio, Fiesole, Impruneta, Scandicci, Sesto Fiorentino, Prato.

Personnalités

Personnalités du cinéma et du théâtre

Jumelages, pactes d'amitié et pacte de fraternité

La ville de Florence est jumelée avec[43] :

La ville a signé des pactes d'amitié avec[43] :

Florence entretient aussi un pacte de fraternité avec[43] :

Vues

Crédit image:
Diego Delso
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Florence vue depuis la Piazzale Michelangelo. Septembre 2022.

Autres média

Dans le jeu vidéo Assassin's Creed II, la ville de Florence est un des lieux majeurs où se déroule l'action principale.

Bibliographie

  • Florence, Paris, Gallimard, coll. « Guides Gallimard », , 392 p. (ISBN 2-7424-0185-7).

Notes et références

  1. « https://demo.istat.it/?l=it »
  2. Bilancio demografico anno 2013, dati ISTAT
  3. « Firenze-del-rinascimento: Documenti, foto e citazioni nell'Enciclopedia Treccani »
  4. « storia della lingua in 'Enciclopedia dell'Italiano' », Treccani.it (consulté le )
  5. a b et c (en) Ehrlich, Blake, Silver, Larry A. and Foot, John., « Florence (Italy) », dans Britannica Concise Encyclopedia, (lire en ligne) (consulté le )
    • soit d'une confusion entre les modèles {{article encyclopédique}} et {{article}}
    • soit d'une confusion entre les paramètres périodique et éditeur.
    Merci de consulter la documentation des modèles et de corriger l'article.
  6. Tim Kiladze, « World's Most Beautiful Cities », sur Forbes, (consulté le )
  7. « Paris Towers Over World of Fashion as Top Global Fashion Capital for 2015 », Languagemonitor.com, (consulté le )
  8. « Encyclopédie Larousse en ligne - Florence en italien Firenze », sur larousse.fr (consulté le ).
  9. « World map of Köppen – Geiger Climate Classification », koeppen-geiger.vu-wien.ac.at, (consulté le )
  10. Gildas Salaün, « Le florin de Florence », Monnaie magazine,‎ , p. 52-57 (ISSN 1626-6145)
  11. (en-US) David Broder, « How the Italian Communists Fought the Rise of Fascism », sur jacobinmag.com,
  12. Spruyt, H., The Sovereign State and Its Competitors: An Analysis of Systems Change, Princeton University Press, (ISBN 9780691029108, lire en ligne), p. 132
  13. Bruce, S.G., Ecologies and Economies in Medieval and Early Modern Europe: Studies in Environmental History for Richard C. Hoffmann, Brill, (ISBN 9789004180079, lire en ligne), p. 48
  14. Chant, C. et Goodman, D., Pre-Industrial Cities and Technology, Taylor & Francis, (ISBN 9781134636204, lire en ligne), p. 141
  15. « Statistiche demografiche ISTAT » [archive du ], Demo.istat.it (consulté le )
  16. Ufficio comunale di statistica.
  17. « Study Abroad in Florence Italy – Florentine artisan courses for school groups », Florenceart.net (consulté le )
  18. (it) « Renzi da Obama "Che forza Firenze" » [archive du 10 luglio 2012], sur La Nazione - Firenze, (consulté le )
  19. « Conseils pratiques et guide voyage en Asie -Amoureux d'Asie », sur Amoureux D'Asie (consulté le ).
  20. « Cuisine & ilôt central », sur Verrieresportarossa.fr (consulté le ).
  21. (it) Calcio Storico Fiorentino (Official site)
  22. « FootballHistory.org », sur ACF Fiorentina, Martin Wahl (consulté le )
  23. « UCI confirms 2013 WorldTour calendar », UCI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « General Information Bulletin » [archive du ], sur UCI (consulté le )
  25. « Economy of Florence twice the national average – The Florentine », sur Theflorentine.net, (consulté le )
  26. Tout le paragraphe sur les données du tourisme provient de « Turismo 2000, dati sugli aspetti essenziali del movimento turistico nella provincia di Firenze », Agence pour le tourisme Florence, 2001.
  27. a b c d e f et g "L’Italie en marche vers une industrie touristique plus durable" par Le Petit Journal de Rome le 21 juillet 2021 [1]
  28. « Pourquoi la crise de l’immobilier s’installe en Europe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  29. Luca Manucci, « En Italie, ni droite ni gauche… ni centre », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Frick, Carole Collier. Dressing Renaissance Florence: Families, Fortunes, and Fine Clothing. Baltimore: The Johns Hopkins University Press, 2002.
  31. « The birth of italian fashion » [archive du ], Gbgiorgini.it (consulté le )
  32. « Conde Nast Traveller's guide to shopping in Florence », Cntraveller.com, (consulté le )
  33. welcometuscany.it, « Tuscany italy tuscany tourists guide, travel tips extra virgin olive oil wines and foods of the most beautiful land in the world », welcometuscany.it (consulté le )
  34. « Site officiel de l'ATAF » (consulté le ).
  35. (it) « Referendum tramvia », , consulté le .
  36. a b c d et e « La RATP met en service le tramway de Florence », sur lesechos.fr, Les Échos (consulté le ).
  37. Trams in Florence, Wikipedia article "Florence tramway"
  38. « Arriva La Tramvia (in Italian) » [archive du ], GEST (consulté le )
  39. « Tramvia – Il Sistema Tramviario Fiorentino » [archive du ] (consulté le ), Tramvia page of Florence's city government web site (in Italian).
  40. site de la Servizi alla Strada S.P.A.
  41. « Grandi Stazioni – Firenze S. Maria Novella » [archive du ], Grandistazioni.it (consulté le )
  42. (en)« An end to the tunnel? », The Florentine, 22 octobre 2009.
  43. a b et c « Patti di gemellaggio, amicizia e fratellanza ».
  44. http://www.interieur.gov.dz/Cooperation/frmItem.aspx?html=6.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes