Bernard Pivot

Bernard Pivot
Description de cette image, également commentée ci-après
Crédit image:
librairiemollat
licence CC BY 3.0 🛈
Bernard Pivot en 2017.
Nom de naissance Bernard Claude Pivot
Alias
Antoine Dulac
Jean-René Savernes
Naissance
Lyon
Décès (à 89 ans)
Neuilly-sur-Seine
Nationalité française
Profession
Activité principale
Autres activités
président de l'académie Goncourt (2014-2019)
Formation
Conjoint
Monique Dupuis
Descendants
Agnès Pivot, Cécile Pivot
Auteur
Langue d’écriture français

Bernard Pivot est un journaliste français, écrivain, critique littéraire, animateur et producteur d'émissions culturelles télévisées, né le à Lyon et mort le à Neuilly-sur-Seine.

D'abord journaliste au Figaro littéraire, qu'il quitte en 1974 après avoir été rédacteur en chef, Bernard Pivot fonde le magazine Lire. Il lance à la télévision l'émission littéraire Apostrophes, qu'il présente de 1975 à 1990, elle reste la référence en matière de culture à la télévision, il anime ensuite l'émission Bouillon de culture de 1991 à 2001. Il crée des championnats d'orthographe et des dictées qui remportent un immense succès populaire.

Bernard Pivot est élu en 2004 à l'académie Goncourt et il en est le président de 2014 à 2019.

Biographie

Jeunesse et études

Bernard Claude Pivot naît le à l'hôpital de la Croix-Rousse[1], de Charles Pivot (1909-1999)[2], originaire de Saint-Symphorien-de-Lay, et Marie-Louise Dumas (1912-1989), originaire de Quincié-en-Beaujolais[3],[4], épiciers lyonnais demeurant rue de Bonnel dans le 3e arrondissement[5]. Durant la Seconde Guerre mondiale, son père est prisonnier de guerre en Allemagne. Sa mère se réfugie dans la maison familiale, à Quincié-en-Beaujolais, où Bernard est scolarisé[6],[7]. De son propre aveu, il lit en particulier un dictionnaire[8] et déclare à ce sujet : « Je n’avais qu’une vieille édition du Petit Larousse et les Fables de La Fontaine. C’est le premier livre que j’ai lu, en jouant à saute-mouton dans le livre. Je notai sur un carnet des mots qui me plaisaient et qui me paraissaient intéressants. J'allais chercher dans le Larousse des mots des Fables de La Fontaine que je ne comprenais pas[9]. »

Lors du retour de Charles Pivot en 1945, la famille regagne Lyon, s'installe avenue du Maréchal-Foch dans le 6e arrondissement et reprend son commerce. À l'âge de dix ans, Bernard est placé au pensionnat religieux Saint-Louis[6],[10]. Il se passionne pour le sport, ce qui fait « oublier » à ses maîtres sa médiocrité dans les autres matières, à l'exception du français et de l'histoire. Élève au lycée Ampère, puis étudiant en droit à l'université de Lyon, le jeune Bernard s'inscrit ensuite à Paris au Centre de formation des journalistes (CFJ) en 1955[6],[10] et en sort vice-major de sa promotion en 1957[7],[11].

Carrière

Presse écrite

Après un stage au Progrès, à Lyon, Bernard Pivot se forme au journalisme économique pendant un an, puis entre au Figaro littéraire en 1958.

En 1971, l'hebdomadaire disparaît et Bernard Pivot devient chef de service au Figaro[12].

Il quitte le journal en 1974 lorsque Jean d'Ormesson en devient directeur général[13]. Jean-Louis Servan-Schreiber lui propose alors un projet de magazine qui débouche, un an plus tard, sur la création de Lire[12].

Entre 1974 et 1977, il tient une chronique dans l'hebdomadaire Le Point[12]. De 1992 à 2022, il est chroniqueur, d'abord humoristique puis littéraire, au Journal du dimanche[14],[15]. Il utilise, pour ses chroniques gastronomiques, les noms de plume « Jean-René Savernes » et « Antoine Dulac »[16].

Radio

De 1970 à 1973, Bernard Pivot tient une chronique quotidienne mi-sérieuse mi-comique sur Europe 1. Il travaille également pour la station RTL durant les années 1980[12].

Télévision

Bernard Pivot apparaît pour la première fois à la télévision le jour du nouvel an 1967, pour parler de Johnny Hallyday et Sylvie Vartan. En 1968, il est invité par Jean Prasteau dans l'émission À la vitrine du libraire pour parler de la critique littéraire.

À partir d'avril 1973, il produit et anime l'émission Ouvrez les guillemets, diffusée sur la première chaîne de l'ORTF[12],[17].

Apostrophes

L'année suivante, l'ORTF éclate et l'animateur lance l'émission Apostrophes sur Antenne 2, qu'il rejoint à la demande de Jacqueline Baudrier, sur les conseils d'Yves Berger et de Pierre-Jean Remy[18],[19], et Marcel Jullian, le président de la chaîne[20]. L'émission est diffusée en direct chaque vendredi soir à 21 h 30 à partir du . Durant 75 minutes, Pivot débat avec plusieurs invités. Il est parfois reçu par les écrivains auxquels il consacre une émission spéciale, comme Albert Cohen, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras, Georges Simenon ou Alexandre Soljenitsyne[21]. Apostrophes rassemble jusqu'à deux millions de téléspectateurs, stimule les ventes de livres et devient le « magazine littéraire de référence » de la télévision[17],[21],[22].

L'émission est récompensée par le 7 d'or du meilleur magazine culturel ou artistique en 1985 et 1987[21], tandis Bernard Pivot reçoit lui-même le 7 d'or du meilleur animateur et du meilleur producteur de télévision en 1985, puis celui du meilleur animateur de débats en 1987. Il aura beau animer par la suite d'autres programmes culturels rencontrant du succès, c'est Apostrophes qui reste « la » référence en matière de culture à la télévision[23].

Après 724 numéros et la diffusion de la dernière émission d'Apostrophes le , un entretien entre Bernard Pivot et Pierre Nora paraît dans la revue Le Débat[17].

En , Bernard Pivot est critiqué pour son attitude dans l'émission Apostrophes du , lors de laquelle il interroge d'un ton badin l'écrivain Gabriel Matzneff, qu'il qualifie, au milieu de l'hilarité générale, de « professeur d'éducation sexuelle » et de « collectionneur de minettes ». Matzneff, invité pour son livre Mes amours décomposés, se vante dans ce livre de pratiques pédophiles, notamment de « sodomiser des mineurs ». Denise Bombardier, écrivaine québécoise invitée à l'émission, est alors la seule à protester et à dénoncer l’écrivain.

Après la mise en ligne par l'Ina de la vidéo de l’émission, Bernard Pivot déclare qu'à cette époque « la littérature passait avant la morale ». Face à la polémique qui enfle, il déclare quelques jours plus tard qu’il n’a pas eu les mots qu’il fallait, ajoutant : « Il m’aurait fallu beaucoup de lucidité et une grande force de caractère pour me soustraire aux dérives d’une liberté dont s’accommodaient tout autant mes confrères de la presse écrite et des radios[24],[25],[26],[27]. »

Bouillon de culture

À partir du , sur Antenne 2 (devenue France 2 en septembre 1992), Bernard Pivot présente Bouillon de culture, qui traite de l'actualité littéraire, mais aussi de cinéma, de théâtre, etc. Diffusée à 22 h 40, l'émission est regardée par plus d'un million de téléspectateurs. Elle est récompensée par le 7 d'or du meilleur magazine culturel en 1995. Par la suite, le programme connait une forte perte d'audiences[réf. nécessaire]. En , son arrêt provoque l'émoi dans le monde de l'édition et des médias. Le Journal du dimanche consacre alors un numéro spécial à Bernard Pivot[22]. En octobre 2001, soit quatre mois après son arrêt, Bouillon de culture reçoit un deuxième 7 d'or (celui de la meilleure émission culturelle).

Championnats d'orthographe et autres émissions

En 1985, il crée et présente les Championnats de France d'orthographe, puis les Championnats du monde d'orthographe, renommés les Dicos d'or. Il coanime l'émission avec Catherine Matausch, puis Florence Klein. La dernière édition a lieu sur France 3 en novembre 2005. Ces championnats, qui remportent un immense succès populaire[23], étaient généralement composés de questionnaires sur la langue française et l'orthographe suivis par une dictée (écrite par la linguiste Micheline Sommant pour les demi-finales et par Bernard Pivot pour la finale).

De à , il s'ouvre à la rencontre d'étrangers qui ont choisi d'ajouter la culture et la langue françaises à leur culture originelle. Cette émission, intitulée Double je, est diffusée une fois par mois sur France 2 le dimanche soir.

En , il coanime avec Laurence Boccolini et Jean-Pierre Foucault Français, la Grande interro !, une émission consacrée à la langue française et diffusée en première partie de soirée sur TF1[28].

Membre du jury de prix littéraires

Bernard Pivot fait partie du jury du prix Interallié[12]. Élu en 2002, il succède à Jean Couvreur, mort l'année précédente[29].

En , il est élu à l'académie Goncourt[6].

En , l'écrivaine Edmonde Charles-Roux lui cède la présidence de l'académie[30]. C'est en sa qualité de président de cette académie qu'il évoque dans un message posté sur le réseau social Twitter, en mars 2017 (pendant la campagne de l'élection présidentielle), le nouveau verbe « macroniser » qu'il évoque à la manière d'un mot du dictionnaire[31].

Le , il annonce que, « pour retrouver un libre et plein usage de son temps, à 84 ans », il quitte l'académie Goncourt, qu'il a pacifié, moralisé et notamment libéré de la tutelle des grands éditeurs, le 31 décembre suivant et qu'il en sera dès lors membre d'honneur[32].

Auteur

En 1959, son roman L’Amour en vogue est édité chez Calmann-Lévy.

En 2006, Plon publie son Dictionnaire amoureux du vin. L'ouvrage, qui connaît un grand succès, est réédité en 2013 dans une version illustrée[33].

Bernard Pivot évoque son parcours dans un abécédaire biographique, Les Mots de ma vie, paru chez Albin Michel en 2011[34],[35].

L'année suivante, NiL Éditions publie son autobiographie romancée, intitulée Oui, mais quelle est la question ?. Le livre met en scène le personnage d'Adam Hitch, un journaliste atteint de « questionnite »[14],[36].

Crédit image:
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Bernard Pivot et André Rossinot lors du salon Le Livre sur la place 2018 à Nancy.

À partir de 2012, avec Souvenirs d'un gratteur de têtes, puis, en 2015, Au secours ! Les mots m'ont mangé, Bernard Pivot lit sur scène les textes de ses auteurs préférés et les siens.

En 2013, Les tweets sont des chats, un recueil de ses aphorismes sur Twitter, où il compte jusqu'à 1 million de followers, paraît chez Albin Michel[37].

En 2018, avec sa fille Cécile Pivot, il écrit à quatre mains Lire !, où ils confrontent leurs expériences de lecteurs[38].

Autres activités

Bernard Pivot a été conseiller municipal de la commune de Quincié-en-Beaujolais de 1977 à 1983[39].

Bernard Pivot entre au conseil de surveillance du groupe Express-Expansion en 2005. Il en assure la vice-présidence[40]. Il est membre du conseil d'administration de la fondation du Crédit agricole - Pays de France présidée par Yves Barsalou en 2007.

En , Bernard Pivot crée le Comité de défense du beaujolais, avec son ami journaliste et chroniqueur gastronomique Périco Légasse, afin de protéger un « symbole de l'identité française ». Depuis le millésime 2009, la cave de Quincié-en-Beaujolais produit la cuvée Bernard-Pivot en AOP beaujolais-villages. Le journaliste, propriétaire d'un hectare de vignes, est adhérent de la cave[41].

En 2015, il est le « président d'honneur » du Salon international du livre de Québec[42].

En 2018, il compte près d’un million d’abonnés sur le réseau de microblog Twitter, qu'il considère comme une « école de la concision »[43].

Le football

Bernard Pivot est un supporter de l'équipe de football de l'Association sportive de Saint-Étienne (ASSE). Il confiait dans les années 80 : « Ma tête est un stade où courent des dizaines et des dizaines de maillots verts. Vivrai-je cent ans que ma mémoire restera verte ». Sa passion pour le football est née vers dès l’âge de 9-10 ans. Il a commencé à jouer au Football Club Saint-Louis, et a fait partie de l’équipe du lycée Ampère à Lyon. Son père lui a transmis cette passion et il confie à ce sujet « Il aimait le sport, je me souviens avoir vu plusieurs matches de Lyon XIII ou du RC Roanne en sa compagnie. Il m’emmenait également au stade des Iris pour voir les matches du LOU, l’ancêtre de l’Olympique Lyonnais. Mais à l’époque, Lyon n’avait pas de très bons résultats, le club évoluait en deuxième division, et j’ai du me coltiner des LOU-Le Mans, LOU-Alès, etc. Heureusement, mon père m'a enseigné la route du stade Geoffroy-Guichard. On partait dans sa camionnette pour assister aux matches de l’ASSE. À l’époque les rencontres avaient lieu le dimanche après-midi. Adolescent, je me considérais à la fois comme un supporter de Lyon, ma ville natale, et de Saint-Etienne, sa rivale régionale. J’admirais surtout les joueurs stéphanois comme Rachid Mekloufi, et lorsque Saint-Etienne a entrepris la conquête de l’Europe, j’ai basculé corps et âme du côté des Verts ! ». Salif Keita fait également partie de ses deux joueurs préférés, et son meilleur souvenir, le match retour Saint-Étienne-Kiev le 17 mars 1976[44],[45]. Le football lui a également permis d'avoir une échappatoire, car avec ses deux émissions emblématiques, il est resté confiné chez lui pendant quinze ans pour lire près de quinze livres par semaine[46]. Il publie en 1980 Le Football en vert.

Dernières années et mort

Lorsqu'il quitte l'académie Goncourt en 2019, Bernard Pivot déclare : « Après avoir passé mes journées à lire, j'ai envie de faire autre chose, de voyager, de voir les miens. » Selon Jérôme Béglé du Point, il était alors déjà touché par la maladie[47].

Le , Le Journal du dimanche annonce que l'ancien animateur serait hospitalisé depuis plus d'un mois et qu'il serait très affaibli[48]. Le , dans une interview qu'il donne au même journal, il annonce se retirer de la vie publique car « le mal [l]’a frappé à la tête, siège du cerveau et de la parole » et qu'il a « démissionné du Goncourt pour laisser [sa] place à un écrivain plus jeune »[49].

Le , après des mois de lutte contre un cancer[50], Bernard Pivot meurt à Neuilly-sur-Seine, le lendemain de son 89e anniversaire[51].

Le 14 mai, les obsèques se déroulent dans l'église Saint-Pierre de Quincié-en-Beaujolais, près de Lyon, où il repose dans la même tombe que ses parents[52].

Parmi les nombreuses personnalités qui lui rendent hommage[53],[54], Philippe Labro salue « le plus grand prof de lettres qu'on ait jamais eu » et « l'une des figures les plus importantes de la vie culturelle française depuis trente à quarante ans »[55].

Vie privée

En 1955 à Paris, au Centre de formation des journalistes (CFJ), Bernard Pivot rencontre Monique Dupuis, également étudiante. Ils se marient et ont deux filles, Agnès (née en 1960) et Cécile (née en 1966)[56],[57]. Monique Pivot travaille pour La Vie catholique et dirige pendant plusieurs années le Gault et Millau et Modes de Paris ; elle a été aussi directrice de rédaction d'Intimités et de Nous deux[58],[59]. Le couple divorce à une date inconnue[59].

Bernard Pivot a un frère cadet, Jean-Charles, né à Roanne vers 1940, vigneron à Quincié, et une sœur, Anne-Marie, née en 1947 également à Roanne, professeur d’allemand[60],[61].

Jugements et critiques

L'animateur est apprécié pour ses qualités d'intervieweur, et son ton convivial et spontané[30],[34]. Le chroniqueur littéraire Jean-Pierre Tison estime que « sa manière si simple de poser des questions permettait [à tous les publics] de rentrer de plain-pied dans le débat. À aucun moment, le téléspectateur ne se sentait écrasé[17] ».

Au lendemain de sa mort, Pierre Assouline, écrivain, journaliste et membre de l'académie Goncourt déclare sur RTL que « Pivot, c'est un indépendant absolu. Grâce à ça, l'Académie Goncourt a pu se protéger derrière son indépendance et l'être également par rapport aux pressions [62]».

Dans la Tribune Dimanche du 12 mai, l'écrivain Patrick Modiano se souvient qu'« au téléphone, il m'avait donné rendez-vous au rond-point des Champs-Élysées devant l'immeuble du journal où il travaillait en qualité de "courriériste" m'avait-il dit avec un grand éclat de rire. Et j'avais été frappé par la légèreté et l'élégance de ce mot, "courriériste", un mot qui lui ressemblait [63]».

Sur X, l'écrivain Alain Mabanckou écrit que « Bernard Pivot a été un pont gigantesque, et la littérature subit une perte immense. Il est, à mes yeux, un de ces médiateurs pour qui je dirais qu'en Europe aussi un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle… [64] ».

À l'inverse, le philosophe Gilles Deleuze eut des mots très durs pour Bernard Pivot et Apostrophes dans son ouvrage Pourparlers 1972-1990. Il déclarait notamment que l'émission représente « l'état zéro de la critique littéraire, la littérature devenue spectacle de variétés[17],[65] ».

Dans le même registre, Raymond Cousse a publié en 1983 une critique acerbe et humoristique, Apostrophe à Pivot. Dans cet ouvrage, il dénonçait la médiocrité littéraire imposée par l'industrie du livre — dont Bernard Pivot serait devenu un des relais essentiels par l'entremise de ses émissions télévisuelles : « Je vous trouve quant à moi insignifiant en général et passablement niais lorsque vous vous mettez en tête de parler littérature. Vous ne m'intéressez d'ailleurs ici qu'en tant que représentant d'un système qui écrase la création littéraire en France[66]. ».

Publications

Ouvrages

  • L'Amour en vogue, roman, Calmann-Lévy, 1959.
  • La Vie oh là là !, chroniques, Grasset, 1966.
  • Les Critiques littéraires, essai, Flammarion, 1968.
  • Texte de l'album Beaujolaises, Le Chêne, 1978.
  • Le Football en vert, livre sur l’A.S. Saint-Étienne, Hachette-Gamma, 1980.
  • Le Métier de lire, réponses à Pierre Nora, Gallimard, 1990 ; réédité et complété, coll. « Folio », 2001.
  • Remontrance à la ménagère de moins de 50 ans, Plon, 1998.
  • 100 mots à sauver, Albin Michel, 2004.
  • Les Dictées de Bernard Pivot, Albin Michel, 2006.
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Dédicace du Dictionnaire amoureux du vin à la vente des hospices de Beaune en 2013.
  • Dictionnaire amoureux du vin, Plon, 2006 ; édition illustrée, 2013. Prix des écrivains gastronomes 2014.
  • 100 expressions à sauver, Albin Michel, 2008.
  • Les Mots de ma vie, autobiographie, Albin Michel, 2011.
  • Oui, mais quelle est la question ? (roman autobiographique), NiL Éditions, 2012.
  • Les tweets sont des chats, Albin Michel, 2013.
  • Au secours ! Les mots m'ont mangé, Allary Éditions, 2016.
  • La mémoire n'en fait qu'à sa tête, Albin Michel, 2017.
  • Lire !, avec Cécile Pivot, Flammarion, 2018.
  • ... Mais la vie continue, Albin Michel, 2021.
  • Amis, chers amis, Allary Éditions, 2022.

Préfaces, présentations

  • Écrire, lire et en parler. Dix années de littérature mondiale en 55 interviews publiées dans Lire (présentation), sous la direction de Pierre Boncenne, Robert Laffont, 1985.
  • La Bibliothèque idéale (préface), sous la direction de Pierre Boncenne, Albin Michel, nouvelle édition, 1988.
  • Le Livre de l'orthographe (présentation), 1989.
  • Cuisine en famille (préface) de Georges Blanc, Albin Michel, 1999.

Activités audiovisuelles

Radio

  • 1970-1973 : chroniqueur sur Europe 1
  • Années 1980 : animateur sur RTL

Télévision

Filmographie

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Bernard Pivot est apparu dans plusieurs fictions au cinéma et à la télévision :

En 1988, il est le narrateur en « voix off » du film Mangeclous, réalisé par Moshé Mizrahi d'après le roman d'Albert Cohen.

Il double un personnage dans la version française de la série télévisée d'animation Silex and the City. L'épisode, intitulé Les Pivot-Sapiens, est diffusé pour la première fois en sur Arte[67].

Distinctions

Décorations

En 1992, il refuse la Légion d'honneur et déclare : « C'est une prime à la notoriété et je n'ai pas envie de me retrouver avec mon petit ruban rouge devant des gens que j'admire et dont je sais qu'ils le mériteraient beaucoup plus que moi. Et, seconde raison, j'ai toujours pensé qu'un journaliste en activité ne doit pas l'accepter. Il se trouve que la gauche me l'a offerte, puis la droite, puis la gauche, et il me semble que si j'acceptais je serais un petit peu moins libre. » De ce fait, il ne fut jamais non plus décoré dans l'ordre des Arts et des Lettres[68].

Récompenses

Hommages

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
L'école communale Bernard-Pivot à Vaux-en-Beaujolais.

Bernard Pivot est le titre d’une chanson écrite, composée et interprétée par Pierre Perret et figurant dans l’album Irène, paru en 1986, où il loue l'apport culturel de ses émissions.

La bibliothèque de Quincié-en-Beaujolais, à laquelle il a fait don de nombreux livres, porte son nom depuis 1994[10].

En 2013, l'école communale de Vaux-en-Beaujolais est baptisée école Bernard-Pivot[74].

Une entrée à son nom figure dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse[75].

La médiathèque de Caluire-et-Cuire, près de Lyon, porte son nom depuis [76].

Il est représenté, sortant d'une librairie, sur la fresque des Lyonnais, peinture murale de 800 m2 sur la façade d'un immeuble du 1er arrondissement de Lyon et représentant vingt-quatre personnages historiques et six personnages contemporains de la ville[77].

Notes et références

  1. « “Un coin de paradis” : dans ce petit village près de Lyon, l'ex-maison de Bernard Pivot », ActuLyon, 6 mai 2024.
  2. « Geneanet « Charles Pivot » »
  3. Les racines roannaises de Bernard Pivot, le-pays.fr, 7 mai 2024
  4. « Geneanet « Marie-Louise Dumas » »
  5. Bernard Pivot : « Je suis très attaché au musée des Tissus », Le Progrès, 3 septembre 2018
  6. a b c et d Émission Empreintes - Bernard Pivot sur France 5 en octobre 2010.
  7. a et b Patrice Trapier, « Bernard Pivot, l'homme qui aimait les femmes », Le Journal du dimanche, .
  8. France inter - Émission Grand bien vous fasse le 16/03/2018 au Salon du livre.
  9. Interview de Bernard Pivot, Canal 9, 22 décembre 2017
  10. a b et c « La seconde vie des livres de Bernard Pivot à la Bibliothèque de Quincié-en-Beaujolais », France Télévisions, .
  11. « Bernard Pivot », sur Annuaire en ligne des anciens élèves du Centre de formation des journalistes (consulté le ).
  12. a b c d e f et g « Biographie de Bernard Pivot », Académie Goncourt.
  13. « Quincié-en-Beaujolais : Bernard Pivot, entre les lignes, entre les vignes », Le Progrès, .
  14. a et b Françoise Dargent, « Oui, mais quelle est la question ? de Bernard Pivot », Le Figaro, .
  15. « Bernard Pivot arrête ses chroniques au Journal du dimanche », Le Figaro du .
  16. Georges Seguin, « Bernard Pivot », franceinter.fr, (consulté le ).
  17. a b c d et e Daniel Garcia, « L'homme d'Apostrophes », L'Express, .
  18. L'Effet Pivot, de Édouard Brasey, 1987.
  19. Bernard Pivot, Les Mots de ma vie, Albin Michel, , 368 p., Chapitre « Ambition ».
  20. Christine Rousseau, « Magazines littéraires, une exception française », Le Monde, .
  21. a b et c « Apostrophes », Institut national de l'audiovisuel, .
  22. a et b Alain Salles, « Bernard Pivot, chevalier servant des lettres, ferme les guillemets », Le Monde, no 17708,‎ , p. 18 (lire en ligne) Inscription nécessaire.
  23. a et b Mohammed Aïssaoui et Etienne de Montety, « Mort de Bernard Pivot, l’homme qui aimait les livres », sur Le Figaro, (consulté le ).
  24. « Affaire Matzneff : La romancière Denise Bombardier soutient Vanessa Springora, Bernard Pivot évoque une autre “époque” », 20 minutes, 28 décembre 2019.
  25. « Bernard Pivot à propos de Matzneff : “Je n’ai pas eu les mots qu’il fallait” », Le Figaro, 31 décembre 2019.
  26. « Affaire Gabriel Matzneff : les “regrets” de Bernard Pivot », Le Monde, 31 décembre 2019.
  27. (en) Norimitsu Onishi, « A Victim’s Account Fuels a Reckoning Over Abuse of Children in France », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  28. « Bernard Pivot - Biographie », sur Plurielles.fr (consulté le ).
  29. « Pivot au jury Interallié », La Dépêche du Midi, .
  30. a et b « Bernard Pivot prend les rênes de l'académie Goncourt », AFP, .
  31. « Bernard Pivot : “Se macroniser”. Déf.: “se rallier au futur gagnant” » sur valeursactuelles.com.
  32. « Bernard Pivot quitte l’académie Goncourt », sur Nouvelobs.com, (consulté le ).
  33. a et b « Bernard Pivot, écrivain gastronome », AFP, .
  34. a et b Raphaëlle Rérolle, « Bernard Pivot, serviteur des mots », Le Monde des livres, .
  35. Pierre Assouline, « Pivot, Bernard, mesmotsrialiste », sur Le Monde, (version du sur Internet Archive).
  36. François Busnel, « Tout ce que vous vouliez savoir sur Bernard Pivot sans oser le demander… », Lire, .
  37. Mohammed Aïssaoui, « Bernard Pivot, maître ès-tweets », Le Figaro, .
  38. « Bernard Pivot et sa fille Cécile partagent leur passion de lire », sur FIGARO, (consulté le ).
  39. Bernard Pivot bientôt enterré près de Lyon : le lieu et la date sont fixés, LyonMag, 9 mai 2024
  40. Pascale Santi, « Nouveau conseil de surveillance à L'Express », Le Monde, .
  41. Nicolas Barriquand, « Bernard Pivot, l'avocat du beaujolais », L'Express, .
  42. a et b Marie-France Bornais, « Bernard Pivot à Québec », Le Journal de Québec, .
  43. « Bernard Pivot : “Plus je vieillis, plus j'ai de plaisir à rêver” », sur France Culture, (consulté le ).
  44. 29 juin 2001 : Dernière émission de Bouillon de Culture, présentée par Bernard Pivot, Poteaux-carres.com
  45. 17 mars 1976 : ASSE 3-0 Dynamo Kiev (ap) - Quarts de Finales de C1, poteaux-carres.com
  46. Mort de Bernard Pivot : un homme de lettres mais aussi un grand passionné de football et des Verts, France Info, 6 mai 2024
  47. Jérôme Béglé, « Bernard Pivot, le roi Lire, est mort », sur Le Point, (consulté le ).
  48. « Bernard Pivot hospitalisé en secret depuis 1 mois : il serait “très affaibli” », sur purepeople.com (consulté le ).
  49. « Bernard Pivot “malade” et “handicapé” : il raconte avoir été “frappé par le mal” au niveau du cerveau », sur purepeople.com (consulté le ).
  50. Yves Jaeglé, « Mort de Bernard Pivot à l’âge de 89 ans », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  51. Christine Rousseau, « Bernard Pivot, journaliste, créateur d’Apostrophes, est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Info BFM Lyon. Bernard Pivot va être enterré à Quincié-en-Beaujolais, BFM Lyon, 7 mai 2024
  53. « Mort de Bernard Pivot : des personnalités de tous horizons rendent hommage à l'homme qui faisait lire les Français », sur Franceinfo, (consulté le ).
  54. Magali Rangin, « “Passeur formidable”, “rock-star de la lecture”: les hommages à Bernard Pivot se multiplient », sur BFMTV (consulté le ).
  55. « Mort de Bernard Pivot : “Les Français perdent le plus grand prof de lettres qu'on ait jamais eu”, salue l'écrivain Philippe Labro », sur France Info, .
  56. Laetitia Azi, « Mort de Bernard Pivot : Qui sont ses deux filles ? », sur Télé-Loisirs, (consulté le )
  57. Nicolas Zaugra, « Mort de Bernard Pivot : qui sont ses enfants, Agnès et Cécile ? », sur actu.fr, (consulté le )
  58. Soraya Dupret, « Bernard Pivot : qui est sa femme Monique Dupuis ? », sur Closer, (consulté le ).
  59. a et b Léa Cardinal, « Mort de Bernard Pivot : qui est son ex-femme Monique, la mère de ses filles ? », sur Gala, (consulté le ).
  60. « Bernard Pivot : mille feuilles de vie sur scène », L'Essor, 14 novembre 2015
  61. Bernard Pivot, Les Mots de ma vie, Éditions Albin Michel, 2011 (présentation en ligne).
  62. « INVITÉ RTL - Mort de Bernard Pivot : "C'était un indépendant absolu", salue Pierre Assouline », (consulté le )
  63. « Patrick Modiano : « Bernard Pivot, mon premier lecteur » », 2024-05-12cest06:05:00+0200 (consulté le )
  64. Alain Mabanckou (@amabanckou), « Bernard Pivot a été un pont gigantesque, et la littérature subit une perte immense. Il est, à mes yeux, un de ces médiateurs pour qui je dirais qu’en Europe aussi un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle… RIP », sur Twitter,
  65. Gilles Deleuze, Pourparlers, éd. de Minuit, Paris, 1990, p. 175-176.
  66. Raymond Cousse, Apostrophe à Pivot, éditions Cent Pages, 2001 (première édition : 1983) (ISBN 2-906724-69-6).
  67. Vincent Ostria, « Silex and the City : la rigolerie de la caverne », Les Inrockuptibles, .
  68. « Mort de Bernard Pivot : Pourquoi a-t-il refusé la légion d'honneur ? », sur CNews, (consulté le ).
  69. Who's Who in France, 41e édition, 2010, Paris, éditions Lafitte-Hébrard, notice de B. Pivot, p. 1769.
  70. « Bernard Pivot : Chevalier (2001) », Ordre national du Québec.
  71. « Bernard Pivot investi à titre honorifique de l'ordre du Canada », Gouverneure générale du Canada, 7 mai 2008.
  72. « Le journaliste littéraire Bernard Pivot reçoit le prix Samuel-de-Champlain », Le Devoir, .
  73. Site des Amis d'Alphonse Allais.
  74. « Bernard Pivot retourne à l'école primaire », AFP, .
  75. « Bernard Pivot dans Le Petit Larousse : “J'étais déjà dans Le Petit Robert sans le savoir” », AFP, .
  76. Sylvie Sylvestre, « La médiathèque Bernard-Pivot a été inaugurée », sur leprogres.fr, (consulté le ).
  77. « La fresque des Lyonnais : un mur d'Histoire » par Betty Bouin, Lyon Capitale, 21 juin 2018.

Voir aussi

Bibliographie

Documentaire

Article connexe

Liens externes