Albert Cigagna

Albert Cigagna

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance (62 ans)
à Toulouse (France)
Taille 1,86 m (6 1)
Surnom Matabiau
Poste troisième ligne centre
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
1970-1978Mazères Cassagne Sports
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
1979-1981
1981-1995
1995-1996
1996-1998
Stade bagnérais
Stade toulousain
Castres olympique
SC Pamiers
? (?)
333 (?)[1]
 ? (?)
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
1995 France1 (0)
Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
1992-1993
1996-1998
Stade toulousain (adjoint)< br /> SC Pamiers

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 9 août 2022.

Albert Cigagna, né le à Toulouse, est un joueur de rugby à XV évoluant au poste de troisième ligne centre. Il joue au Stade bagnérais de 1978 à 1981, au Stade toulousain entre 1981 et 1995 puis au Castres olympique en 1995-1996.

Biographie

Au poste de troisième ligne centre, il a laissé le souvenir d'un joueur athlétique sans excès mais surtout marqué durablement son équipe par son sens du jeu. Il fut surnommé Matabiau, par allusion au triage de la gare de Toulouse, tant son sens inné du mouvement était fort. Son travail de trier et bonifier les ballons tout en mettant l'équipe dans le sens de la marche le fit considérer comme le meilleur troisième ligne centre de sa génération[2].

Carrière en club

Formé au club de Mazères Cassagne Sports, il y évolue de 1970 à 1978[3]. Il intègre ensuite le Stade bagnérais (1979-1981). Il y découvre le haut niveau puisque son équipe accède à la finale du championnat de France perdue face à l'ogre de l'époque, Béziers[3].

En 1981, il rejoint les rangs du Stade toulousain. Il devient titulaire en équipe première et découvre la mise en place du jeu de mouvement que prône le duo d'entraineurs Pierre Villepreux-Jean-Claude Skrela. Il devient un joueur emblématique de cette époque; joueur stratégique, il participe dans les années 1980 à la définition du jeu dit jeu à la toulousaine, jeu de passe où le ballon n'est pas enterré[4], et c'est tout naturellement que ses qualités de meneur d'hommes le conduisent au poste de capitaine de l'équipe entre 1988 et 1995[3].

Pour la saison 1992-1993, Christian Gajan ancien adjoint de Jean-Claude Skrela, est nommé entraîneur. Il s'appuie sur Albert Cigagna, le capitaine, qui le supplée parfois. La saison est moyenne malgré la conquête du Challenge Yves du Manoir ce qui entraînera la nomination de Guy Novès.

En 1995, il quitte les rives de la Garonne pour jouer au Castres olympique y côtoyant comme entraineur Christian Déléris arrivant comme lui de Toulouse (centre de formation du Stade). Il n'y reste que la saison 1995-1996 avant d'aller terminer sa carrière de joueur à Pamiers[3] à un niveau où son âge (35 ans) est moins un handicap que le poids de son expérience. Il y côtoie alors l'international Claude Spanghero qui est son entraîneur.

Carrière en équipe de France

Pendant de longues années il fut parmi les joueurs couramment cités pour occuper un poste en équipe de France, sans que les sélectionneurs ne le retiennent. La concurrence de Laurent Rodriguez mais aussi la guerre médiatique entre le président de la fédération, Albert Ferrasse et le président du Stade toulousain, Jean Fabre ont probablement coulé sa carrière internationale[2].

Toutefois, son unique sélection, (pour la petite finale de la coupe du monde de rugby 1995, face à l'Angleterre) lui a permis à 34 ans et 9 mois, de détenir le record du joueur français le plus âgé à débuter en match international. Maigre consolation pour ses supporters, mais le principal intéressé n'en garde pas de regrets[4].

Fin de carrière

Joueur de génie, leader d'une génération en or pour Toulouse, avec Christian Califano, Christophe Deylaud, Stéphane Ougier, il fut cependant poussé vers la petite porte du club. Il n'entrait visiblement pas dans les plans de structuration du club que mettait en place Guy Novès[2]. En grand monsieur du rugby, il ne retient que les moments heureux de sa carrière tout en suivant de loin les championnats à tous les niveaux[4].

Après sa seule saison au Castres olympique, Albert Cigagna est co-entraineur -et joueur- à Pamiers avec Michel Lopez (demi de mêlée du Stade champion en 1985 et en 1986). Ils y restent 2 saisons en Fédérale 2 (finaliste du championnat) et Fédérale 1 (relégué en fin de saison en fédérale 2).

Albert entraine ensuite pendant 3 ans les cadets de Mazères-sur-salat où joue son fils, Gauthier.

Depuis 1998, il est professeur d'éducation physique et sportive détaché au Comité Régional du Sport Universitaire de Toulouse. Il devient directeur adjoint puis directeur du CRSU.

Il aide aussi le Mazères Cassagne Sports y s'occupant divers postes hors du terrain : la buvette, la sécurité, les réceptions d'avant et après match... Tout en étant entraineur puis directeur des équipes de France Universitaire depuis fin 2006.

Entraîneur

  • 1996-1998 : Pamiers (Fédérale 2 et Fédérale 1)
  • 2008-2009 : Mazères Cassagne Sport (Honneur)

Palmarès

Avec Bagnères
Avec le Stade toulousain

Statistiques

  • International Masters-Matra en 1986 et 1990
  • Capitaine du Stade toulousain de 1988 à 1995
  • 1 sélection en équipe de France

Voir aussi

Notes et références

  1. Philippe Lauga, « Florian Fritz au Panthéon du Stade Toulousain », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  2. a b et c Albert Cigagna, génération désenchantée, article du 26 janvier 2004 sur le site de lexpress.fr, consulté le 22 janvier 2010.
  3. a b c et d [1] sur le site finalesrugby.fr, consultée le 12 juillet 2020.
  4. a b et c Rétro: Albert Cigagna sur le site francerugby, consulté le 22 janvier 2010.

Liens externes