Émeraude (fusée)

Émeraude (VE 121)
Fusée expérimentale
Le lanceur Émeraude et Saphir
Le lanceur Émeraude et Saphir
Données générales
Pays d’origine Drapeau de la France France
Constructeur SEREB, LRBA
Premier vol 14 juin 1964
Dernier vol 13 mai 1965
Statut Hors service
Lancements (échecs) 5 (3)
Hauteur 17,9 mètres
Diamètre 1,4 mètre
Étage(s) 2 (Le premier est fonctionnel, mais le second n’est qu’une maquette)
Base(s) de lancement Hammaguir
Version décrite VE 121
Motorisation
Ergols Essence de térébenthine / acide nitrique
1er étage Vexin

La VE 121 "Émeraude", aussi désignée plus simplement par Émeraude, est une fusée expérimentale française, développée par la Société d'étude et de réalisation d'engins balistiques (SEREB) pour le programmes des « Études balistiques de base » (EBB), dits des « Pierres Précieuses ». . Elle servit, à mettre au point le premier étage de la fusée Diamant, à moteurs à carburant liquide Vexin. Son nom de code VE121 provient de Véhicule Expérimental à 1 étage, à propulsion liquide (code 2), piloté (code 1).

Histoire

En 1961, la France, précisément, le SEREB, entame le début du projet « Études balistiques de base » (EBB), dits des « Pierres précieuses », consistant à mettre au point le missile S2 et le lanceur Diamant. Le développement industriel est confié aux deux sociétés Nord-Aviation et Sud-Aviation. Entre 1961 et 1965, la France possède toutes les connaissances nécessaires pour la réalisation d’un missile à longue portée ainsi que d’un lanceur de satellite. Plusieurs fusées expérimentales sont conçues permettant de mettre au point séparément un ou plusieurs équipements. La fusée expérimentale VE 121 Émeraude est alors créée, consistant à tester le premier étage Émeraude (le nom de la fusée est celui de l’étage à tester pour le lanceur Diamant), et le moteur-fusée Vexin. Au total, cinq vols ont été effectués. Les trois premiers tirs sont un échec, ce qui remet en cause l’utilisation de l’étage Émeraude sur le lanceur Diamant, mais les deux autres lancements sont une réussite[1]. La fusée est remplacée par la Saphir, une fusée possédant le premier étage Émeraude et le second étage du lanceur Diamant A dénommé Topaze. L’étage est finalement utilisé sur le lanceur.

Fiabilité

Les trois premiers tirs de la fusée, les , , puis furent des échecs, la fusée se brisant chaque fois en vol à cause d'un effet pogo[2]. Ces échecs de l'étage principal du futur lanceur Diamant semèrent le doute, mais les quatrième et cinquième tirs les et se passèrent bien ; la fusée atteindra 180 kilomètres d'altitude lors de ce dernier tir.

Caractéristiques techniques

La fusée mesure 17,3 mètres de hauteur pour 1,4 mètre de diamètre et possède 2 étages. Le premier étage, nommé Émeraude, est à ergols liquides (essence de térébenthine et acide nitrique) d’une masse de 12,5 tonnes et est équipé d’un moteur-fusée Vexin, génèrent 280 kN de poussée. Elle possède une impulsion spécifique de 280 secondes et une durée de combustion de 93 secondes. Les dimensions de l’étage sont de 10 mètres pour 1,4 mètre de diamètre. Le deuxième étage simule la charge du VE111L "TOPAZE". La case à équipement (installé pour la première fois pour le Vol N°4, qui est le premier succès de la fusée) possède une centrale inertielle "SAGEM E23" et d'autres équipements de pilotage, de télémesures et de trajectographie. L’ogive, de 18 tonnes est équipée de matériels de mesures et de trajectographie[3].

Liste des lancements

Liste de tous les vols de la fusée[4]
Succès Vol n° Date de lancement (UTC) Base de lancement Notes
1 Site Brigitte - Hammaguir Échec : Échec à cause d'un problème de guidage.
2 Site Brigitte - Hammaguir Échec : Explosion en vol.
3 Site Brigitte - Hammaguir Échec : Échec à cause d'un problème de pressurisation des ergols.
4 Site Brigitte - Hammaguir Premier succès de la fusée.
5 Site Brigitte - Hammaguir La fusée atteint ~180 km, qualification.

Notes et références

  1. « LES PIERRES PRECIEUSES »
  2. Huon, p. 44
  3. Gérard Périnelle, « VE 121 "EMERAUDE" »
  4. « le véhicule expérimental - VE-121 - Emeraude », sur eurospace.online.fr (consulté le 11 décembre 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe