MicroCarb

MicroCarb
Description de cette image, également commentée ci-après
Le satellite MicroCarb.
Données générales
Organisation Drapeau de la France CNES
Programme Programme d'Investissement d'Avenir
Domaine Étudier le CO2 atmosphérique à l'échelle planétaire
Statut En construction
Lancement 2022
Durée 5 ans (mission primaire)
Site [1]
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 170 kg
Plateforme Myriade
Contrôle d'attitude Stabilisé sur 3 axes
Source d'énergie Panneaux solaires
Puissance électrique 500 watts
Orbite
Orbite Héliosynchrone
Altitude 650 km
Inclinaison 97,8°
Principaux instruments
Spectromètre Spectromètre infrarouge passif

MicroCarb est une future mission spatiale de l'agence spatiale française (CNES) qui doit mesurer les échanges de dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère de la Terre au-dessus de l'ensemble des régions du globe et plus particulièrement dans les zones mal couvertes par l'instrumentation terrestre. L'objectif scientifique est d'établir le bilan de carbone dans les zones vulnérables comme l'Amazonie, l'Afrique et les régions boréales dont le sol et la végétation sont susceptibles dans un futur proche de relâcher du CO2. Les volumes de ce gaz à effet de serre peuvent jouer un rôle notable dans les changements climatiques. Le satellite doit être placé en orbite en 2021.

Contexte

Objectifs scientifiques

L'objectif scientifique de la mission MicroCarb est de mesurer les flux de carbone à la surface qui correspondent aux échanges entre les différents réservoirs de carbone : atmosphère, océans, sols, végétations, carbone fossile (charbon, gaz naturel, pétrole)[1].

Historique

Le projet démarre par une réunion de concertation avec la NASA : l'agence spatiale américaine qui doit lancer en 2013 (finalement le satellite est lancé en 2014) le deuxième exemplaire du satellite Orbiting Carbon Observatory qui remplit une mission analogue et d'autre part le CNES qui envisage que MicroCarb rejoigne après son lancement la constellation A-train pilotée par la NASA. En , le groupe de travail du projet sélectionne le type d'instrument qui doit être embarqué sur le microsatellite : le spectromètre à réseau dispersif est préféré à un interféromètre à transformée de Fourier statique[2].

La phase A se déroule entre 2012 et 2013.

Le projet réunit le CNES et, pour les aspects scientifiques, plusieurs laboratoires français :

En 2015, un complément de phase A est réalisé et un appel d'offres européen pour l'instrument est lancé. Le projet vise maintenant un lancement du satellite à l'horizon 2022 [3]à partir de Kourou.

Caractéristiques du satellite

Le microsatellite MicroCarb doit utiliser la plate-forme Myriade déjà utilisée sur les satellites DEMETER, PARASOL, TARANIS... Mais cette plate-forme intègre également plusieurs évolutions techniques (nouveau calculateur OMER, nouveau senseur stellaire, nouveau accumulateur...). La charge utile est constitué par un instrument unique qui analyse le rayonnement solaire réfléchi par la Terre dans le moyen infrarouge. Le satellite doit être placé sur une orbite héliosynchrone[4].

Notes et références

  1. « Science », CNES (consulté le 12 février 2012)
  2. « Derniers événements MicroCarb », CNES (consulté le 12 février 2012)
  3. « MISSION FRANCO-BRITANNIQUE POUR LE CLIMAT MICROCARB, UNE NOUVELLE ETAPE FRANCHIE ! », sur presse.cnes.fr (consulté le 4 août 2021)
  4. « Satellite », CNES (consulté le 12 février 2012)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes