The French Dispatch

The French Dispatch
Description de cette image, également commentée ci-après
Marque déposée 🛈
Logo du film.
Titre québécois The French Dispatch du Liberty, Kansas Evening Sun
Réalisation Wes Anderson
Scénario Wes Anderson
Musique Alexandre Desplat
Acteurs principaux
Sociétés de production Searchlight Pictures
American Empirical Pictures
Indian Paintbrush
Scott Rudin Productions
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 103 minutes
Sortie 2021

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

The French Dispatch, ou The French Dispatch du Liberty, Kansas Evening Sun au Québec, est une comédie dramatique américaine écrite et réalisée par Wes Anderson et sortie en 2021. C'est le dixième long-métrage du réalisateur.

Après avoir reçu le label du festival de Cannes 2020, le film est projeté en compétition pour la Palme d'or pour l'édition de 2021.

Synopsis

La ville où se passe l'action du film, Ennui-sur-Blasé, a été imaginée par Anderson et évoque Paris, dans les années 1950-60.

Présentation générale

The French Dispatch est l'antenne locale, en France, du journal américain The Evening Sun. Le rédacteur en chef du Dispatch, Arthur Howitzer Jr., meurt subitement. Ses souhaits sont clairement exprimés dans son testament: la publication sera suspendue immédiatement après la parution d'un ultime numéro rassemblant, outre sa notice nécrologique, trois articles passés, qu'il cite.

Synopsis détaillé

Arthur Howitzer Jr. (Bill Murray), le rédacteur en chef du French Dispatch, meurt soudainement d'une attaque cardiaque. Selon ses souhaits tels qu'exprimés dans son testament, la publication du journal est arrêtée après un dernier exemplaire d'adieu regroupant trois articles d'anciennes éditions et une nécrologie.

Le journaliste cycliste

Herbsaint Sazerac (Owen Wilson) fait un tour de vélo dans la ville d'Ennui-sur-Blasé, là où se trouve le bureau de The French Dispatch, et compare le passé et le présent de plusieurs endroits de la ville pour montrer à quel point tout et pourtant si peu a changé au cours du temps.

Dès ce premier tableau l'humour est présent, comme avec le paquet de « Gaullistes » (au lieu des Gauloises)[1].

Le chef-d'œuvre en béton

J. K. L Berensen (Tilda Swinton) raconte l'histoire de Moses Rosenthaler (Benicio del Toro), un artiste mentalement perturbé incarcéré pour meurtre à la prison d'Ennui-sur-Blasé, qui peint un nu abstrait de Simone (Léa Seydoux), une gardienne de prison avec laquelle une relation naît. Julien Cadazio (Adrien Brody), un marchand d'art incarcéré pour fraude fiscale, est ému par le tableau dès qu'il le voit dans une exposition d'art de prisonniers et l'achète malgré le refus de Rosenthaler. Le tableau est exposé et Rosenthaler devient rapidement célèbre et très demandé. Le prisonnier, cependant, peine à trouver de l'inspiration et finit par se dévouer à un projet de longue durée.

Trois ans plus tard, Cadazio et un groupe d'artistes enragés par l'absence de Rosenthaler, forcent l'entrée dans la prison et découvrent que Rosenthaler a peint une série de fresques sur les murs de la prison. Furieux à l'idée de découvrir que les tableaux ne peuvent pas être emmenés hors de la prison, Cadazio se bat avec Rosenthaler, puis finit par se rendre compte de la beauté de l'œuvre. Il fait donc venir un avion afin de déplacer toute la salle de la prison dans un musée du Kansas. Rosenthaler est libéré de prison en libération conditionnelle.

Corrections sur un manifeste

Lucinda Krementz (Frances McDormand) écrit un article sur une manifestation étudiante, la « Révolution de l'Échiquier », qui fait rage dans les rues d'Ennui-sur-Blasé. Malgré son insistance sur le fait de rester intègre, elle a une brève aventure avec Zeffirelli (Timothée Chalamet), un meneur de la révolte, et l'aide secrètement à écrire un manifeste tout en y ajoutant un annexe. Juliette (Lyna Khoudri), une révolutionnaire, n'apprécie pas le manifeste. Après une dispute, Krementz leur dit d'aller faire l'amour, ce qu'ils font.

Quelques semaines plus tard, Zeffirelli décède en essayant de réparer l'antenne d'une tour de radio pirate, et une photographie de lui devient le symbole du mouvement.

La salle à manger privée du commissaire de police

Pendant une entrevue télévisée, Roebuck Wright (Jeffrey Wright) se rappelle l'histoire d'un dîner privé avec le commissaire des forces de police d'Ennui-sur-Blasé (Mathieu Amalric) préparé par le chef/officier de police Nescaffier (Steve Park). Le dîner est interrompu quand Gigi, le fils du commissaire, est enlevé et tenu sous rançon par des criminels. Après une série d'interrogations, la police découvre la cachette des criminels et prépare une attaque. Gigi parvient à envoyer un message en morse pour envoyer le cuisinier. Nescaffier est envoyé dans la cachette des criminels pour leur offrir des radis secrètement empoisonnés. Les criminels et Nescaffier goûteur y succombent, mais un criminel et Gigi, qui n'aimaient tous deux pas les radis, s'enfuient, mais Gigi parvient à s'échapper et arrive dans la voiture de police.

De retour au bureau de The French Dispatch, Howitzer dit à Wright de rajouter le segment supprimé dans lequel il écrit que Nescaffier lui avoue que le goût du poison n'est identique à aucun autre.

Épilogue

Les membres de la rédaction de The French Dispatch font le deuil de Howitzer et se mettent ensuite à l'écriture de l'édition finale du journal pour honorer sa mémoire.

Fiche technique

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

Version Française réalisée chez Dubbing Brothers sous la direction de Valérie Siclay et adaptée par Bruno Chevillard.

Production

Le tournage débute en à Angoulême[10],[11].

Sortie et accueil

Promotion

Le sort une première bande-annonce[12].

Date de sortie

La sortie du film, initialement prévue pour le , puis reportée au en raison des mesures liées à la pandémie de Covid-19[13], est finalement annulée par le distributeur pour l'année 2020[14]. Le film est présenté l'année suivante en compétition au festival de Cannes et sort en salle le 27 octobre 2021.

Critique

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,5/5.

La critique souligne les références de ce film à l'œuvre de Jacques Tati[16].

Lors de sa présentation au festival de Cannes 2021, le film est applaudi pendant plus de six minutes[17].

Sophie Avon, critique cinéma de Sud Ouest, qualifie le film d'« œuvre extravagante et superbe »[18].

Box-office

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
16 124 375 $[19] 14
Drapeau de la France France 454 225 entrées[20] 8

Monde Total mondial 46 317 974 $[19] - -

Distinctions

Sélections

Nomination

Autour du film

Notes et références

  1. Le Masque et la Plume, France Inter, 7 novembre 2021, passage à 28 min 40 s.
  2. Frédéric Foubert, « The French Dispatch », sur premiere.fr, .
  3. Thomas Sotinel, « Cannes 2021 : « The French Dispatch », le journalisme et la France rêvés par Wes Anderson », sur lemonde.fr, .
  4. Dans le film, The French Dispatch est né de la volonté d’Arthur Howitzer Jr., fils du fondateur et propriétaire du quotidien de Liberty (Kansas), The Evening Sun.
  5. « French Dispatch, The », sur www.rcq.gouv.qc.ca (consulté le ).
  6. « « The French Dispatch », « La Fracture », « Pig »... : les sorties ciné de la semaine », sur cnc.fr (consulté le ).
  7. a et b « Film : The French Dispatch (2020) », sur movies.ch (consulté le ).
  8. (en) « The French Dispatch », sur Film at Lincoln Center (consulté le ).
  9. (de) « The French Dispatch » [vidéo], sur Zurich Film Festival (consulté le ).
  10. (en) « Untitled Wes Anderson Project », sur Backstage (consulté le ).
  11. « Angoulême : dans les coulisses du tournage de Wes Anderson », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le ).
  12. « The French Dispatch | Bande-Annonce [Officielle] VOST HD | 2020 » (consulté le ).
  13. Florian Mihu, « SOUL et The French Dispatch sélectionnés pour Cannes 2020 », sur disneyphile.fr, (consulté le ).
  14. Nicolas Bellet, « The French Dispatch : finalement, le Wes Anderson ne sortira pas le 16 octobre », sur Première, (consulté le ).
  15. « The French Dispatch, nouveau film de Wes Anderson : un autre Américain à Paris », sur Le Temps, .
  16. « Cannes : chaise vide pour Serebrennikov, pluie de stars pour Anderson », sur Swissinfo, .
  17. « French dispatch, le talent d'être à part », sur Sud-Ouest, .
  18. a et b (en) « The French Dispatch (2021) », sur Box Office Mojo.
  19. « The French Dispatch », sur JPbox-office.com
  20. « Dans les coulisses du tournage de The French Dispatch », sur CNC, (consulté le )
  21. Maÿlice Lavorel, « The French Dispatch, de la fierté d'Angoulême d'être Ennui-sur-Blasé », sur Le Figaro, (consulté le )
  22. a et b  Corinne Pélissier, « Dans les coulisses du tournage du film The French Dispatch », sur France Inter, (consulté le )
  23. a et b  « The French Dispatch l'envers du décor à Angoulême », sur routard.com (consulté le )
  24. Wes In Town, Angoulême, Makisapa, (ISBN 978-2-491074-04-3)
  25. Richard Tallet, « Wes Anderson inspire une BD », sur Charente libre, (consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

  • Ian Nathan, Wes Anderson : La filmographie intégrale d'un réalisateur de génie, Gallimard, , 176 p. (ISBN 978-2-7424-6236-0)

Articles connexes

Liens externes