Wes Anderson

Wes Anderson
Description de cette image, également commentée ci-après
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Wes Anderson à la Berlinale 2018.
Nom de naissance Wesley Wales Anderson
Naissance (54 ans)
Houston (Texas, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur
Scénariste
Producteur
Films notables voir filmographie

Wes Anderson ([wɛs ˈændɚsən][1]), né le à Houston (Texas), est un réalisateur, scénariste et producteur américain.

Ses films sont connus pour leur style visuel distinctif : plans symétriques, décors élaborés, longs plans en poursuite et palette de couleurs vives[2],[3].

Son premier film, Bottle Rocket, sort en 1996 mais c'est son deuxième film, Rushmore, sorti en 1998 qui le fait connaître du public américain.

Il apprécie l'animation en volume (stop motion) et réalise deux films avec cette technique : Fantastic Mr. Fox (2009) et L'Île aux chiens (2018). Son plus grand succès au box-office est The Grand Budapest Hotel sorti en 2014.

Biographie

Jeunesse et formation

Wes Anderson est né le à Houston. Il est le fils de Texas Ann, qui est archéologue, et de Melver, qui travaille dans les relations publiques. Il est d'origine suédoise et norvégienne[5]. Il est le frère aîné d'Eric Chase Anderson[6]. Wes Anderson fait des études de philosophie à l'université du Texas à Austin et il obtient son baccalauréat universitaire en philosophie en 1991[7],[8] et tourne parallèlement des courts-métrages en super 8 qui le forment à la technique cinématographique, notamment au montage.

Années 1990 : débuts dans le cinéma indépendant

Il rencontre Owen Wilson et Bill Murray à l'université à Austin dans un cours d'écriture de scénarios[réf. nécessaire]. Ils deviennent vite amis, jusqu'à partager la même chambre d'internat[réf. nécessaire]. C'est ainsi que les frères Wilson (Owen, Andrew et Luke) jouent régulièrement dans ses films. Wes Anderson décide de ne pas suivre d'études de cinéma et se lance dans la réalisation d'un court-métrage, Bottle Rocket, qui devient ensuite son premier long métrage, sous le même titre. Cet apprentissage par la pratique fait de Wes Anderson un réalisateur largement autodidacte[9]. Correctement couvert par la critique[10], Bottle Rocket reste cependant un échec commercial.

En 1998, toujours aidé par les frères Wilson (et notamment Owen qui coécrit les scénarios depuis Bottle Rocket), il réalise Rushmore qui lui permet d'obtenir la reconnaissance auprès du grand public qui avait manqué à Bottle Rocket. Ce film lui permet en outre d'accéder à un certain niveau d'estime au sein des cinéastes américains indépendants [13].

Années 2000 : confirmation

Le cinéaste à la Berlinale 2005 pour La Vie aquatique.

Capitalisant sur son amitié avec Luke et Owen Wilson, désormais célèbres après leurs participations à plusieurs succès populaires, Wes Anderson réalise, en 2001, La Famille Tenenbaum, film pour lequel il réunit Gene Hackman, Anjelica Huston, Ben Stiller et Bill Murray. Owen Wilson est à nouveau coscénariste du film avec Wes Anderson, et cela vaut aux deux hommes une nomination pour l'Oscar du meilleur scénario original. Sélectionné en compétition lors de la Berlinale 2002, le film obtient plusieurs prix dont le Golden Globe du meilleur acteur dans un film musical ou une comédie pour Gene Hackman.

Wes Anderson attribue ensuite à Bill Murray le rôle principal de son film suivant : Steve Zissou dans La Vie aquatique. Pour l'écriture, il collabore cette fois avec Noah Baumbach, Owen Wilson restant au générique parmi les interprètes, aux côtés de Cate Blanchett, Anjelica Huston, Willem Dafoe et Jeff Goldblum. Anderson est à nouveau en compétition pour l'Ours d'or lors de la Berlinale 2005.

Dans son cinquième long-métrage, À bord du Darjeeling Limited, Wes Anderson retrouve Owen Wilson, accompagné cette fois de Jason Schwartzman, déjà présent dans Rushmore et Adrien Brody. Jason Schwartzman en est par ailleurs le coscénariste avec Wes Anderson et Roman Coppola. Le film est projeté précédé du court métrage Hôtel Chevalier (2007), dans lequel jouent Schwartzman et Natalie Portman. Le long métrage est en compétition lors de la Mostra de Venise 2007.

Années 2010 : passage au cinéma d'animation et nouveaux succès

Il réalise en 2009 Fantastic Mr. Fox, film d'animation adapté de la nouvelle Fantastique Maître Renard de Roald Dahl, auquel George Clooney, Meryl Streep et Bill Murray prêtent leurs voix. En 2010, le film remporte le Cristal du long métrage au Festival international du film d'animation d'Annecy. Il est nommé pour la 82e cérémonie des Oscars et les 67e Golden Globes dans la catégorie « meilleur film d'animation » (battu par Là-Haut de Pixar). Ce long métrage est par ailleurs la première collaboration entre Wes Anderson et le compositeur français Alexandre Desplat, qui s'occupe par la suite de toutes les musiques originales de ses films.

En 2012, il réalise Moonrise Kingdom, une comédie dramatique sur l'enfance naïve découvrant l'amour, dans le cadre des années 1960. La distribution inclut Bruce Willis, Edward Norton, Bill Murray et Frances McDormand. Le film fait l'ouverture du 65e Festival de Cannes et est acclamé par la critique. Anderson est à nouveau nommé pour l'Oscar du meilleur scénario original pour ce film.

En 2014, Wes Anderson sort The Grand Budapest Hotel, une comédie sur un concierge d'hôtel, incarné par Ralph Fiennes, accusé de meurtre dans un pays imaginaire, la République de Zubrowka, pendant l'entre-deux-guerres. Le film résume le style de Wes Anderson avec une mise en scène colorée, un comique loufoque, absurde et une distribution prestigieuse. Le film obtient le Grand Prix du Jury de la Berlinale 2014. The Grand Budapest Hotel est encensé par la critique et plébiscité par le public, avec 170 000 000 $ au box-office mondial, 1,4 million d'entrées en France. Anderson est nommé pour la troisième fois pour l'Oscar du meilleur scénario original et pour la première fois pour l'Oscar du meilleur réalisateur. Il remporte par ailleurs le BAFA du meilleur scénario original

En 2017, il fait sa deuxième incursion dans le milieu de l'animation stop motion en signant L'Île aux chiens. Il collabore ainsi pour la seconde fois avec les équipes techniques rencontrées lors du tournage de Fantastic Mr Fox. Le casting vocal est de prestige avec Bryan Cranston, Scarlett Johansson ou encore Edward Norton pour la version originale, et Vincent Lindon, Romain Duris, Léa Seydoux et Daniel Auteuil pour la version française, choisis par Wes Anderson lui-même. Le film remporte l'Ours d'argent du meilleur réalisateur lors de la Berlinale 2017.

Il conçoit en 2018, avec son épouse, la costumière Juman Malouf, une exposition intitulée Spitzmaus Mummy in a Coffin and Other Treasures, rassemblant plus de 400 objets divers au musée d'Histoire de l'art de Vienne[14].

Années 2020 : retour au cinéma indépendant et collaboration avec Netflix

En 2021, il est de retour en compétition au Festival de Cannes avec The French Dispatch, avec des acteurs internationaux comme Benicio del Toro, Frances McDormand, Jeffrey Wright, Adrien Brody, Tilda Swinton, Bill Murray, Timothée Chalamet, Edward Norton, Elisabeth Moss, Jason Schwartzman et Owen Wilson ; ainsi que des acteurs francophones comme Léa Seydoux, Mathieu Amalric, Hippolyte Girardot, Lyna Khoudri, Guillaume Gallienne, Denis Ménochet et Cécile de France. Le film reçoit des critiques plutôt mitigées.

En 2023, il revient avec son onzième long-métrage, également présenté en compétition au Festival de Cannes. Il s'agit d'une comédie teintée de science-fiction intitulée Asteroid City dans lequel il dirige des acteurs ayant l'habitude de son cinéma, tels Jason Schwartzman, Scarlett Johansson, Jeffrey Wright, Bryan Cranston, Edward Norton, Tilda Swinton, Adrien Brody, Willem Dafoe, Rupert Friend et Jeff Goldblum ; mais aussi de nouveaux venus tels Tom Hanks, Margot Robbie, Steve Carell, Hong Chau ou encore Matt Dillon.

Il annonce dans les Cahiers du cinéma en juin 2023 travailler sur l'écriture d'un nouveau long-métrage, dont le rôle pricipal serait incarné de Benicio del Toro[15]. Il évoque une tonalité plus sombre qu'à son habitude pour ce nouveau film ainsi qu'une place importante donnée à la question de la famille.

En 2023, Wes Anderson réalise quatre courts-métrages pour la plateforme Netflix : La Merveilleuse Histoire de Henry Sugar (The Wonderful Story of Henry Sugar), présenté en avant-première à la Mostra de Venise 2023, Le Cygne (The Swan), Le Preneur de rats (Ratcatcher) et Venin (Poison)[16]. Ces quatre histoires sont adaptées de nouvelles de Roald Dahl, l'auteur étant incarné à l'écran par Ralph Fiennes, fil rouge reliant les quatre films. La Merveilleuse Histoire de Henry Sugar lui permet de remporter son premier Oscar : celui du meilleur court métrage en prises de vue réelles.

Vie privée

Depuis 2010, Anderson a pour compagne la Libanaise Juman Malouf, écrivaine, créatrice de costumes et comédienne de doublage et qui est la fille de l'écrivaine Hanan El-Cheikh. Ils ont une fille, née en 2016, prénommée Freya en référence à Freya Roth, le personnage du film La Tempête qui tue (The Mortal Storm réalisé par Frank Borzage en 1940)[17].

Il a vécu de nombreuses années à Paris et y vit encore actuellement. Le tournage de The French Dispatch[18] a eu d'ailleurs lieu en France, à Angoulême[19].

Style de ses films

Wes Anderson a un goût pour la symétrie, les couleurs pastel, souvent voyantes et l'esthétique rétro. Le réalisateur ne néglige pas non plus la musique de ses films ; il a toujours soigneusement sélectionné et pensé les musiques qui traversent son œuvre[20]. Les personnages y paraissent souvent figés comme des marionnettes et on remarque que ses histoires sont comparées à des livres, segmentées par chapitre (La Famille Tenenbaum, The French Dispatch, Asteroid City). Dans ses plans, une certaine linéarité des mouvements combinée à des personnages assez peu expressifs donnent un effet très spécial et unique en son genre.

Son style est tellement caractéristique qu'il inspire beaucoup de photographes et de créatifs. Un compte Instagram intitulé Accidentally Wes Anderson a d'ailleurs été créé en 2017 pour réunir des clichés évoquant l'esthétique des films de Wes Anderson et ce projet a ensuite donné lieu en 2020 à la publication d'un livre, édité par Orion Publishing et préfacé par Wes Anderson lui-même[21].

Filmographie

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Réalisation

Courts et moyens métrages

Longs métrages

Clip

Publicités

Scénario et production

Wes Anderson signe le scénario de tous ses films. Il collabore souvent avec un autre scénariste sur plusieurs films : avec Owen Wilson (Bottle Rocket, Rushmore, La Famille Tenenbaum), Noah Baumbach (La Vie aquatique, Fantastic Mr. Fox) ou Roman Coppola (À bord du Darjeeling Limited, Moonrise Kingdom).

Wes Anderson produit tous ses longs-métrages. Il a également produit Les Berkman se séparent (The Squid and the Whale, 2005) de Noah Baumbach. Il a aussi coproduit avec Noah Baumbach le film Broadway Therapy (She's Funny That Way, 2015) de Peter Bogdanovich.

Acteur

Collaborateurs récurrents

Collaborateur Bottle Rocket
(1996)
Rushmore
(1998)
La Famille Tenenbaum
(2001)
La Vie aquatique
(2004)
À bord du Darjeeling Limited
(2007)
Fantastic Mr. Fox
(2009)
Moonrise Kingdom
(2012)
The Grand Budapest Hotel[26]
(2014)
L'Île aux chiens

(2018)

The French Dispatch

(2021)

Asteroid City

(2023)

Total
Waris Ahluwalia 3
Mathieu Amalric 4
Eric Chase Anderson 6
Stéphane Bak 2
Bob Balaban 5
Noah Baumbach 2
Damien Bonnard 2
Adrien Brody 5
Seymour Cassel 3
Roman Coppola 4
Brian Cox 2
Bryan Cranston 2
Willem Dafoe 5
Alexandre Desplat 6
Stephen Dignan 3
Rupert Friend 2
Michael Gambon 2
Jeff Goldblum 4
Anjelica Huston 5
Harvey Keitel 3
Frances McDormand 3
Mark Mothersbaugh 4
Bill Murray 9
Edward Norton 5
Dipak Pallana 3
Kumar Pallana 4
Larry Pine 2
Steve Park 2
Tony Revolori 3
Saoirse Ronan 2
Liev Schreiber 3
Jason Schwartzman 7
Léa Seydoux 3
Tilda Swinton 5
Brian Tenenbaum 3
Andrew Wilson 3
Luke Wilson 3
Owen Wilson 8
Jeffrey Wright 2
Wallace Wolodarsky 3

Box-office

Box-Office américain, français et mondial des films réalisés par Wes Anderson.
Films Budget en $ Box-office
Drapeau des États-Unis États-Unis[27]
en $
Drapeau de la France France[28]
Nb d'entrées
Alt=Image de la Terre Mondial
en $
Bottle Rocket (1996) 7 000 000[29] 560 069[29] - -
Rushmore (1998) 9 000 000[30] 17 105 219[30] 4 562 [31] -
La Famille Tenenbaum (2001) 21 000 000[32] 52 364 010[32] 300 513[33] 71 441 250[32]
La Vie aquatique (2004) 50 000 000[34] 24 020 403[34] 254 911[35] 34 808 403[34]
À bord du Darjeeling Limited (2007) 17 500 000[36] 11 902 715[37] 566 619[38] 35 078 918[37]
Fantastic Mr. Fox (2010) 40 000 000[39] 21 002 919[39] 431 794[40] 46 471 023[39]
Moonrise Kingdom (2012) 16 000 000[41] 42 966 193[41] 475 713 64 448 819[41]
The Grand Budapest Hotel (2014) 31 000 000 59 073 773[43] 1 425 531[44] 174 801 324[45]
L'Île aux chiens (2018) NC 32 015 231 $[46] 400 227 64 241 499 $[46]

Distinctions

Récompenses

La Merveilleuse Histoire de Henry Sugar

Nominations

Notes et références

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. Alexis Ferenczi, « VIDÉOS. "Grand Budapest Hotel": à quoi reconnaît-on un film de Wes Anderson? », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  3. Sophie Legras, « Wes Anderson : sa folle obsession pour la symétrie », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  4. (en-US) « Wes Anderson », sur Interview Magazine, (consulté le )
  5. (en-US) « Illustrator Eric Chase Anderson on Work Beyond His Brother’s Films, Game-changing Career Advice + More », sur Eye on Design, (consulté le )
  6. (en) « Wes Anderson », sur biography.com (consulté le )
  7. (en) « Wes Anderson : American director and screenwriter », sur britannica.com (consulté le )
  8. "Orson Welles, an auteur well before auteur theory, like Anderson was largely self-taught in filmmaking technique" Wes Anderson: Why His Movies Matter By Mark Browning.
  9. e.g. Bruce Diones, The New Yorker.
  10. "by the time of its release [the life aquatic] Anderson had become a much beloved indie film figure", American Independent Cinema: Indie, Indiewood and Beyond edited by Geoff King, Claire Molloy, Yannis Tzioumakis.
  11. Aude Briau, « Le fabuleux musée de Wes Anderson et Juman Malouf », Beaux-Arts magazine, .
  12. La rédaction, « Après Asteroid City l'actualité du cinéma par les Cahiers », sur Cahiers du Cinéma, (consulté le )
  13. https://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Wes-Anderson-a-en-fait-adapte-quatre-histoires-de-Roald-Dahl-a-voir-ce-mois-ci-sur-Netflix
  14. « La biographie de Wes Anderson par VanityFair.fr », sur vanityfair.fr, (consulté le )
  15. Camille Vignes, « The French Dispatch : le nouveau film de Wes Anderson dévoile un casting de fou furieux », sur ecranlarge.com, (consulté le )
  16. « L’Américain Wes Anderson, charmé par Angoulême, souhaite y tourner une comédie musicale », sur charentelibre.fr, (consulté le )
  17. Sophie Marchand, « Toute la musique de Wes Anderson », sur novaplanet.com, (consulté le )
  18. Jodie Wtulich, « Accidentally Wes Anderson : l'esthétique de Wes Anderson dans un livre photo », sur Phototrend.fr, (consulté le )
  19. « Come Together sur youtube »
  20. (en) « Wes Anderson’s Next Film Is ‘The Wonderful Story Of Henry Sugar’ With Benedict Cumberbatch For Netflix », sur theplaylist.net,
  21. « THE FRENCH DISPATCH », sur YouTube, Searchlight Pictures UK, (consulté le ).
  22. « Regardez le clip « Aline » réalisé par Wes Anderson », sur littlebiganimation.eu, (consulté le ).
  23. Hollywood Reporter.
  24. (en) Box-office des films réalisés par Wes Anderson sur Box Office Mojo. Consulté le .
  25. (fr) Box-office français des films réalisés par Wes Anderson sur JP Box-office. Consulté le .
  26. a et b (en) Bottle Rocket sur Box Office Mojo. Consulté le . .
  27. a et b (en) Rushmore, Box Office Mojo. Consulté le .
  28. (fr) Rushmore, Jp's Box-office. Consulté le .
  29. a b et c (en) The Royal Tenebaums sur Box Office Mojo. Consulté le .
  30. (fr) La Famille Tenenbaum sur Base de données lumière. Consulté le . .
  31. a b et c (en) The Life Aquatic with Steve Zissou sur Box Office Mojo. Consulté le .
  32. (fr) La Vie aquatique sur JP Box-Offie. Consulté le .
  33. (en) « A conversation with director Wes Anderson », Charlie Rose interview (10 minutes+), .
  34. a et b (en) The Darjeeling Limited sur Box Office Mojo. Consulté le .
  35. (fr) À bord du Darjeeling Limited sur Base de données Lumière. Consulté le . .
  36. a b et c (en) Fantastic Mr. Fox sur Box Office Mojo. Consulté le .
  37. (fr) Fantastic Mr. Fox sur Base de données Lumière. Consulté le .
  38. a b et c (en) [1] sur Box Office Mojo. Consulté le .
  39. (en)[3] sur Box Office Mojo.
  40. [4] sur Jp's Box office.
  41. (en) « The Grand Budapest Hotel (2014) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le )
  42. a et b https://www.boxofficemojo.com/title/tt5104604/?ref_=bo_rl_ti
  43. « Aline », sur annecy.org, (consulté le ).

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Mark Browning, Wes Anderson : Why his movies matter, Praeger, , 190 p. (ISBN 978-1-59884-352-1, lire en ligne)
  • (en) Matt Zoller Seitz (préf. Michael Chabon, ill. Max Dalton), The Wes Anderson Collection, New York, Éditions Abrams Books, , 336 p. (ISBN 978-0-8109-9741-7)
  • (en) Peter C. Kunze, The Films of Wes Anderson : Critical Essays on an Indiewood Icon, Palgrave Macmillan, , 236 p. (ISBN 978-1-349-48692-2)
  • (en) Donna Kornhaber, Wes Anderson, Urbana, Illinois/Chicago, Illinois/Springfield, Colorado, University of Illinois Press, , 194 p. (ISBN 978-0-252-08272-6)
  • Ian Nathan, Wes Anderson : La filmographie intégrale d'un réalisateur de génie, Gallimard, , 176 p. (ISBN 978-2-7424-6236-0)
  • La Septième Obsession, hors-série no 5 Wes Anderson, sous la direction de Nicolas Tellop, avril 2021, 130 p. (ISSN 2431-1731)

Articles connexes

Liens externes