Julian Assange

Julian Assange
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Julian Paul Assange
Nom de naissance
Julian Paul Hawkins
Nationalité
Domiciles
Formation
Central Queensland University (en)
Université de Melbourne
Activités
Période d'activité
Depuis
Père
John Shipton ()
Mère
Christine Ann Assange ()
Autres informations
A travaillé pour
Partis politiques
Membre de
Media, Entertainment and Arts Alliance (en) ()
Condamné pour
Défaut de comparution (en) ()
Lieux de détention
Distinctions
Liste détaillée
Index Award ()
Sam Adams Award ()
Prix Sydney de la paix ()
Prix de journalisme Martha-Gellhorn (en) ()
Walkley Awards (en) ()
Gold medal for Peace with Justice () ()
Courage Award for the Arts ()
Gavin MacFadyen (en) ()
Prix de la Paix de Stuttgart ()
signature de Julian Assange
signature

Julian Assange (prononcé /ˈd͡ʒuːlɪən əˈsɑːnʒ/), né Julian Paul Hawkins le à Townsville, est un journaliste, informaticien, cybermilitant et lanceur d'alerte australien. Il est surtout connu en tant que fondateur, rédacteur en chef et porte-parole de WikiLeaks.

En 2010, à la suite des révélations de WikiLeaks sur la manière dont les États-Unis et leurs alliés mènent la guerre en Irak et en Afghanistan, Julian Assange atteint une grande notoriété. Il est ensuite au cœur d'une affaire politico-judiciaire internationale, qui le prive de liberté à partir de 2010 dans des circonstances telles qu'il a pu être qualifié de prisonnier politique.

En liberté surveillée, puis réfugié dans l’ambassade d'Équateur à Londres entre 2012 et 2019, il est incarcéré depuis 2019 au Royaume-Uni dans l’attente d’une procédure d’extradition demandée par les États-Unis après avoir été inculpé pour « espionnage » ; il encourt 175 ans de prison.

Biographie

Julian Assange en 2006.

Enfance et famille

Julian Paul Assange nait en 1971 à Townsville[1] en Australie (il affirme être né sur Magnetic Island au large de Townsville[2]), où il passe une grande partie de son enfance. Alors qu'il a un an, sa mère, Christine Ann Hawkins, se marie avec le directeur de théâtre ambulant Brett Assange[3],[4] qui, bien que n'étant pas son père biologique, le reconnaît légalement et lui donne son nom. Son père biologique serait « un jeune homme, rencontré à Sydney, lors d'une manifestation contre la guerre du Vietnam[5]. »

En 1979, sa mère se remarie avec un musicien, « fils présumé d'Anne Hamilton-Byrne »[réf. nécessaire], fondatrice de la secte New Age Kia Lama[6],[7],[8]. Le , au cours de l’émission Mise au Point diffusée par la Télévision suisse romande, Julian Assange évoque son enfance, ainsi que les constantes pérégrinations qui l’ont amené — lui, sa mère et son demi-frère — à devoir fuir ce qu’il appelle « la secte d’Anne Hamilton-Byrne (Association du parc Santiniketan)[Note 1] ».

En 1982, le couple divorce après la naissance du demi-frère de Julian. Les parents se disputent sa garde. Sa mère s'enfuit avec ses enfants et les cache pendant cinq ans. Cette vie d'errance conduit Assange à fréquenter trente-sept écoles différentes[9].

À l'adolescence et jusqu'à l'âge adulte, Julian Assange devient « Mendax ». Passionné d'informatique, il devient un hacker éthique : il ne détruit rien et le fait dans le but de la connaissance et de renforcer la sécurité[1].

À l'âge de 18 ans, Julian Assange emménage avec sa compagne ; elle donne naissance à leur fils Daniel[2],[10].

Informatique et études universitaires

Julian Assange et Daniel Domscheit-Berg au 26C3 à Berlin, décembre 2009.

En 1993, Assange participe au lancement de l'un des premiers fournisseurs de services Internet grand public en Australie, Suburbia Public Access Network. À partir de 1994, il exerce des activités en tant que programmeur et développeur de logiciels libres. En 1995, il écrit le logiciel Strobe, un scanner de port. En 1996, il contribue à l’écriture de plusieurs correctifs pour le projet PostgreSQL[11]. Assange a participé à la rédaction du livre Underground: Tales of Hacking, Madness and Obsession on the Electronic Frontier  (« Dans la clandestinité : contes du piratage, de la folie et de l’obsession à la frontière électronique ») (1997), qui relate ce qu'il a vécu avec le groupe des International Subversives. Il co-invente, à partir de 1997, le système de chiffrement niable Rubberhose, un concept de cryptographie élaboré dans un progiciel pour GNU/Linux et conçu pour fournir un déni plausible contre la cryptanalyse du tuyau de caoutchouc . À l’origine, dans l’esprit d'Assange, ce système devait constituer « un outil au service des personnes œuvrant en faveur des droits de l’homme, et qui avaient besoin de protéger des données sensibles dans ce domaine ». Parmi les autres logiciels qu’il a écrits ou coécrits, on compte le logiciel de mise en cache NNTPCache pour Usenet et Surfraw , une interface en ligne de commande pour les moteurs de recherche Web. En 1999, Assange enregistre le nom de domaine leaks.org, « mais », dit-il, « ensuite, je n’en ai rien fait ».

Le , dans un entretien télévisé accordé à la Radio télévision suisse, il décrit ses premiers pas d'informaticien, grâce au Commodore 64 offert par sa mère. Il a par la suite utilisé un ordinateur Amiga pour ses premières activités de hacking[12],[13].

Assange a fréquenté six universités. De 2003 à 2006, il a étudié la physique et les mathématiques à l'université de Melbourne, suivi des études de philosophie et de neurosciences, sans obtenir de diplôme.

Hacker

En , dès l'âge de 16 ans, Assange devient un hacker, utilisant comme pseudo « Mendax » (menteur en latin) puis « Prof ». Ce dernier nom ferait allusion au roman Cryptonomicon de l'auteur de science-fiction américain Neal Stephenson[14].

En , il est repéré dans une attaque contre un serveur australien de Nortel, une multinationale de télécommunications, et la police australienne perquisitionne son domicile en octobre. Poursuivi en justice, il plaide coupable en 1996. Il est condamné à une faible peine (2100 dollars australiens de dommages-intérêts) pour absence d'intention malicieuse et enfance difficile[15].

Vie privée

Julian Assange a plusieurs enfants dont un est français et vit en France[16]. Début avril 2020, dans un entretien au Mail on Sunday, son ancienne avocate Stella Moris révèle qu'elle a eu deux enfants avec Julian Assange lorsqu'il était réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres dans les années 2010. Elle a choisi de révéler l'existence de ses jeunes enfants sous la pression du juge qui, selon elle, souhaitait divulguer cette information et parce qu'elle « craint que la vie d'Assange ne soit en danger s'il reste à Belmarsh » en raison de la Pandémie de Covid-19[17],[18]. En 2021, Stella Moris[19],[20] continue de se battre pour la libération de Julian Assange. « Je veux juste qu'il rentre à la maison, guérisse, profite de nos enfants et qu'il se reconnecte à la nature, dont il a été privé depuis une décennie », confie-t-elle[21].

Convictions politiques

La philosophie de Julian Assange consiste en un crypto-anarchisme fondé sur le constat d'une asymétrie d'information entre les pouvoirs publics et les citoyens ; cette asymétrie profitant essentiellement aux États. Cela signifie que les États sont, d’une part, en mesure de contrôler une grande partie des communications de leurs citoyens, et qu’ils tentent, d’autre part, de garder secrets de larges pans de l'information dont ils disposent.

Partant de ce constat, Assange estime que les innovations techniques offertes par Internet permettent désormais d'inverser l'asymétrie observée en déployant une stratégie reposant sur deux axes essentiels :

Le premier de ces axes vise à protéger les informations à caractère personnel des citoyens par des moyens cryptographiques au développement desquels Assange a d’ailleurs déjà contribué activement et qu’il s’est attaché à diffuser gratuitement (voir supra). De tels moyens sont susceptibles de restreindre très fortement l'influence et le contrôle qu’exercent les États sur leurs citoyens.

Le second axe vise, lui, à organiser la publication-divulgation systématique des connaissances dont disposent les États et leurs dirigeants et de parvenir ainsi à une minimisation de la fonction étatique conçue en tant qu’autorité maîtrisant l'information. Pour Julian Assange, « l’organisation de fuites constitue une action intrinsèquement anti-autoritaire[22] ».

Partant du constat que les guerres du XXe siècle sont souvent parties de diffusion d'informations maîtrisées par les dirigeants qui voulaient la guerre, Assange déclare : « cela signifie que les populations n’aiment pas les guerres et qu’il faut leur mentir. Cela signifie que la vérité peut nous emmener vers la paix[23]. ».

L'asymétrie d'information constatée entre les autorités publiques et les citoyens constitue une grille de lecture que Julian Assange, dans le sillage d'un nombre croissant d'économistes, entend appliquer également à la compréhension du mode de fonctionnement des entreprises ; l'objectif final restant néanmoins pour Assange de corriger les défauts d'une telle asymétrie et, ce faisant, de mettre à nu le cynisme qu'elle favorise.

WikiLeaks

Julian Assange, à la conférence SKUP pour le journalisme d'investigation, en Norvège en mars 2010.

Julian Assange est le porte-parole le plus connu de l'organisation WikiLeaks, dont il est le fondateur et membre du conseil d'administration[24]. Il est également le responsable du site Web de WikiLeaks[25]. Il possède un droit de veto sur la publication de tout document soumis à WikiLeaks[26].

En , il reçoit le soutien de Daniel Ellsberg qui, en 1971, avait été à l'origine de la divulgation des Pentagon Papers. Le , les autorités suédoises rejettent sa demande de permis de travail et de résidence, alors qu'il avait spécifiquement opté pour la Suède, afin de bénéficier de la protection des sources des journalistes, à propos desquelles la législation de ce pays est particulièrement stricte[27]. Ce rejet intervient au moment où WikiLeaks s'apprêtait à publier des documents sur la guerre d'Irak[Note 2].

Julian Assange a publié plusieurs millions de documents confidentiels relatifs aux modes opératoires de l'armée américaine en Irak sur le site WikiLeaks. Il a également dénoncé les circuits de corruption de dictateurs africains ou de certaines compagnies russes offshore[1].

Principaux événements de l’affaire Assange

Résumé

En 2010, WikiLeaks publie des documents classifiés américains, sur la guerre d'Irak en — avec notamment une vidéo intitulée Collateral murder (« meurtre collatéral ») filmant le raid aérien du 12 juillet 2007 à Bagdad puis une autre sur la guerre d'Afghanistan en , révélant au monde les crimes de guerre des États-Unis et de leurs alliés, notamment le Royaume-Uni. Ces révélations déclenchent la « fureur du Pentagone ». Dès lors, les autorités américaines lancent une enquête pour « espionnage » contre WikiLeaks et recherchent activement Assange.

Entre 2010 et 2012, Assange est en liberté surveillée au Royaume-Uni en raison d'un mandat d'arrêt de la justice suédoise, à la suite d'une accusation de « délit sexuel » en Suède en 2010. Julian Assange clame son innocence et dénonce un prétexte pour qu'il soit extradé de Suède vers les États-Unis. En , la Cour suprême du Royaume-Uni rejette son ultime demande à ne pas être extradé vers la Suède.

Le , Julian Assange se réfugie à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il vivra pendant 7 ans dans un espace confiné — il obtient l'asile politique le , puis est naturalisé le 12 décembre 2017 — dans la crainte des persécutions américaines, et d'une extradition vers le camp de Guantánamo. De nombreux observateurs estiment qu'Assange est victime de détention arbitraire ; il ne peut pas sortir de l'ambassade sans risquer une arrestation britannique et l'extradition vers les États-Unis. Il est alors surveillé en permanence par Scotland Yard et espionné par la Central Intelligence Agency (CIA).

En 2016, toujours enfermé dans l'ambassade d'Équateur, Julian Assange commente sur les réseaux sociaux la campagne pour l'élection présidentielle américaine. WikiLeaks publie alors des milliers de courriels piratés du Parti démocrate. Dans le cadre des accusations d'ingérences russes dans l'élection, de hauts responsables et les services de renseignement américains considèrent que la Russie a aidé WikiLeaks pour les diffuser, et ainsi peser sur l'élection pour faire élire Donald Trump.

Le , le président équatorien Lenín Moreno annonce le déchoir de la nationalité équatorienne — obtenue fin 2017 sous la présidence de Rafael Correa — et met fin à son droit d'asile. Le jour même, Assange est arrêté dans l'enceinte de l'ambassade par la police britannique. Les États-Unis demandent immédiatement son extradition. Le , il est condamné par la justice britannique à cinquante semaines de prison pour violation des conditions de sa liberté provisoire en 2012. L'affaire en justice suédoise se révélera avoir été instrumentalisée par le Royaume-Uni, pour maintenir Assange sous mandat d'arrêt, et justifier son arrestation. La justice suédoise clôt définitivement cette affaire faute de preuves le , quelques mois après l'arrestation de Julian Assange par les Britanniques, et 9 ans après les faits reprochés.

Le , les États-Unis inculpent Julian Assange pour « espionnage », il encourt jusqu'à 175 ans de prison. Une inculpation « sans précédent dans l'histoire du journalisme aux États-Unis », qualifiée d'attaque contre le premier amendement de la Constitution américaine (qui garantit la liberté de la presse), car pour la première fois, le département de la Justice américain nie le caractère journalistique des agissements de Julian Assange.

Julian Assange est incarcéré en détention provisoire à la prison de haute sécurité de Belmarsh depuis le , jour de son arrestation à l'ambassade d'Équateur. De nombreux observateurs constatent une dégradation de sa santé du fait de l'isolement et du stress intense dû aux menaces qui pèsent sur lui, et appellent à mettre un terme à la « persécution collective » dont il est victime.

Le , la justice britannique refuse la demande d'extradition de Julian Assange vers les États-Unis. Une demande de libération sous caution d'Assange est refusée le . Le gouvernement américain dépose formellement sa demande d'appel de la décision le 15 janvier. Le nouveau gouvernement américain de Joe Biden, en place depuis le , confirme l'appel.

Publication de documents secrets américains sur la guerre en Irak et en Afghanistan

Fichier:CollateralMurder.ogvLire le média
Images vidéo d'une caméra filmant le Raid aérien du 12 juillet 2007 à Bagdad sur des civils par les États-Unis, entraînant la mort d’au moins 18 personnes, dont deux journalistes.

En , WikiLeaks publie des documents classifiés sur la guerre d'Irak et notamment la vidéo Collateral murder (« Meurtre collatéral »)[28],[1]. Chelsea Manning est l'analyste militaire américaine qui lui fournit les documents, sachant qu’elle risquait d'être poursuivie pour trahison.

Les autorités des États-Unis commencent à enquêter sur WikiLeaks et Assange en vertu de la loi sur l'Espionnage de 1917[29], ce que confirme en le ministre de la Justice américain, Eric Holder. Un grand jury est constitué à Alexandria en Virginie[30],[31].

En , le site révèle notamment que les forces militaires alliées en Irak, ont torturé ou tué sans raison des centaines d'Irakiens et met en évidence « de nombreux cas de crimes de guerre qui semblent manifestes de la part des forces américaines, comme le meurtre délibéré de personnes qui tentaient de se rendre »[32],[33].

Fin , Julian Assange échange des lettres avec le gouvernement américain[34], puis WikiLeaks commence à publier les révélations de télégrammes de la diplomatie américaine. La Maison-Blanche qualifie cette opération de « crime grave ». D'après Robert Gibbs, porte-parole de la présidence américaine, WikiLeaks et ceux qui disséminent ces informations seraient des criminels, il estime que ces fuites constituent « de graves violations de la loi et une menace grave pour ceux qui mènent et aident notre politique étrangère ». La secrétaire d'État Hillary Clinton évoque une « attaque contre la communauté internationale ».

D'après The New York Times « l'affirmation de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton selon laquelle les fuites mettent en danger la sécurité nationale semble exagérée » et ajoute : « Ces documents ont une valeur parce qu'ils mettent en lumière la politique américaine sous un jour que les Américains et le reste du monde ont le droit de voir. »[35],[36].

Daniel Ellsberg, connu pour avoir révélé les Pentagon Papers, a défendu la publication de WikiLeaks, rapporte le Guardian : « Tout secrétaire d'État aurait dit la même chose à propos des Pentagon Papers »[36].

Mandat d'arrêt suédois pour délit sexuel

Le , la justice suédoise révèle suspecter Julian Assange de délits sexuels (viol mineur)[37],[38],[39] à l'encontre de deux femmes suédoises[Note 3]. Les deux femmes, amies, ont fait une déposition commune auprès du commissariat local quelques jours après avoir eu des relations sexuelles séparées et répétées avec Julian Assange[40] mais n'ont pas porté plainte et c'est la police qui a pris l'initiative d'informer le parquet[37]. Quelques heures après l'émission du communiqué de presse, le Parquet lève l'avis de recherche estimant qu'en fait M. Assange « n'était pas suspect de viol » et « n'était plus recherché »[37],[41]. En revanche, l'enquête pour agression se poursuit[37]. Julian Assange nie formellement les faits, et reconnaît avoir eu une relation sexuelle, consentie, avec les deux femmes. Ces dernières ne nient pas que la relation était initialement consentie, mais affirment qu'Assange aurait retiré son préservatif sans qu'elles l'y aient autorisé. Le refus d'arrêter immédiatement les ébats après la rupture d'un préservatif est un acte condamnable en droit suédois[41],[39].

Cette accusation survient peu de temps après que WikiLeaks a publié 77 000 documents confidentiels de l'armée américaine sur la guerre en Afghanistan[37],[40], déclenchant la « fureur du Pentagone », puis annoncé, le , vouloir en publier 15 000 nouveaux[37]. Cette concomitance ne semble pas fortuite à certains commentateurs. « Cette affaire ressemble fort à un coup tordu des services, à l'ancienne », affirme, par exemple, Le Canard enchaîné[42].

Le , le parquet suédois, après avoir abandonné les poursuites et l'avoir autorisé à quitter le territoire[43], émet un mandat d'arrêt[43] contre Julian Assange, afin de l'interroger sur des suspicions de « viol mineur » et d'agression sexuelle. Julian Assange se déclare prêt à être interrogé[43].

Interviewé sur CNN, il réfute la pertinence de la procédure pénale à son encontre (il n'est d'ailleurs pas mis en examen)[44], déclarant comme infondées les accusations portées contre lui, puis ajoute : « On ne peut pas mettre sur le même plan l'énormité des informations que je révèle, concernant la mort de 109 000 civils en Irak, avec les accusations triviales portées contre moi ». Depuis le , il est l'objet d'un mandat d'arrêt international de la part de la Suède relayé par Interpol[45],[46],[47] pour cette affaire[48].

Liberté surveillée, sous caution au Royaume-Uni

Assange parle sur les marches de la Cathédrale Saint-Paul de Londres le 16 octobre 2011.

Le , alors qu'il se rendait à une convocation judiciaire concernant l'affaire suédoise, Assange est arrêté par la police britannique, qui lui fait savoir son intention de l'extrader vers la Suède[49].

Une semaine après son arrestation, Julian Assange bénéficie d'une décision de remise en liberté surveillée sous réserve du paiement d'une caution fixée à hauteur de 240 000 £ (282 000 )[50]. La décision contestée par l'accusation est confirmée en appel par la Haute Cour de justice de Londres le [51]. Un comité de soutien, qui réunit des personnalités comme Michael Moore[52], Ken Loach, Jemima Khan ou Bianca Jagger[51], se mobilise pour réunir la caution requise et obtenir la libération effective de Julian Assange[53].

Le , après le versement d'une caution de 282 000  exigée pour sa libération conditionnelle, Julian Assange est libéré mais doit porter un bracelet électronique[54].

Publication de l'intégralité des câbles diplomatiques américains par WikiLeaks

Le , à la suite de la fuite d'une archive chiffrée de WikiLeaks sur Internet contenant les données brutes des télégrammes de la diplomatie américaine, WikiLeaks décide de publier l'intégralité des 250 000 câbles diplomatiques américains non expurgés des noms qui pourraient être identifiés[55],[56], comme cela avait été le cas jusqu'alors. Julian Assange et The Guardian s'accusent mutuellement de négligence dans la fuite initiale de l'archive chiffrée[57].

Dans un communiqué conjoint, les anciens collaborateurs de WikiLeaks, The Guardian, le New York Times, Der Spiegel et El Pais « déplorent la décision de WikiLeaks de publier des câbles non édités, ce qui peut mettre des sources en danger »[55],[58]. Le Monde s'est par la suite joint à eux[55],[58].

La porte-parole du département d’État américain, Victoria Nuland, dans un communiqué : « WikiLeaks nous a avertis de la diffusion imminente d'informations et de son intention de continuer à publier des documents classifiés »[59], et ajoute « Cependant, WikiLeaks a ignoré nos demandes de ne pas publier ou diffuser tout document américain qu'il pouvait avoir en sa possession »[59]. Les États-Unis estiment que WikiLeaks mettrait des vies en danger en citant des sources, ce que WikiLeaks dément[59], l'organisation ayant contacté les autorités américaines la semaine précédente, afin que les sources potentiellement mises en danger puissent se mettre à l'abri[58].

À la suite de la publication intégrale et non filtrée des câbles diplomatiques début septembre, des journalistes éthiopiens mentionnés dans les leaks ont dû fuir leur pays[60] et des intellectuels, activistes et défenseurs des droits de l'homme ont été mis en cause en Chine[61][réf. à confirmer].

Refuge à l'ambassade d'Équateur à Londres

Rejet de son ultime recours contre une extradition vers la Suède

Ambassade de l'Équateur à Londres, 16 août 2012.

Julian Assange fait appel devant la Cour suprême du Royaume-Uni, qui avait validé le principe de son extradition vers la Suède le [62]; cette cour rejette le ce dernier recours pour ne pas être extradé vers la Suède[62], considérant ainsi que le mandat d'arrêt européen lancé contre lui pour interrogatoire est valide[63]. Julian Assange redoute alors une extradition vers le Camp de Guantánamo[64].

Refuge et demande d'asile à l'ambassade d'Équateur

Poursuivi par la justice britannique du fait du mandat d'arrêt suédois, Julian Assange se réfugie le dans l'ambassade d'Équateur à Londres — alors qu'il était en liberté sous caution au Royaume-Uni — pour y déposer une demande d'asile politique. Le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patiño, confirme sa demande, déclare que son gouvernement va l'étudier et qu'en attendant Julian Assange peut rester à l'intérieur de l'ambassade[65],[66],[67]. Il vivra reclus, dans une pièce exiguë aménagée en studio au sein de l'ambassade, jusqu'au . Ne pouvant sortir et recevant peu de visiteurs, Julian Assange y séjourne dans des conditions qu'il relate comme éprouvantes[Note 4],[16].

Asile politique et menaces britanniques

Le Metropolitan Police Service de Londres déclare que Julian Assange a violé les obligations de sa liberté conditionnelle et qu'il sera arrêté dès que possible[68]. Un mandat d'arrêt est donc émis contre lui, pour ne pas avoir respecté les clauses de sa liberté sous caution[69],[70].

Les autorités britanniques semblent déterminées à procéder à l'arrestation de Julian Assange, elles se montrent menaçantes envers l'Équateur. Elles envoient notamment une lettre à la diplomatie équatorienne, expliquant que le Royaume-Uni était dans son droit pour intervenir au sein de l'ambassade pour arrêter Julian Assange, suggérant donc que si l’Équateur ne restituait pas Assange elles lanceraient l'assaut, une menace d'attaque à la souveraineté de l'Équateur choquante pour la diplomatie équatorienne. Le , le ministre des Affaires étrangères Ricardo Patiño, lors d'une conférence de presse à Quito déclare : « Aujourd'hui nous avons reçu du Royaume-Uni la menace expresse et par écrit qu'un assaut pourrait être lancé contre notre ambassade à Londres si l'Équateur ne lui remet pas Julian Assange », il ajoute : « L'Équateur rejette de la manière la plus énergique la menace explicite »[65],[71]. L'Ambassade d'Équateur à Londres s'est déclarée « profondément choquée par les menaces du gouvernement britannique contre la souveraineté de l'Ambassade de l'Équateur et leur suggestion d'une entrée en force dans l'ambassade »[72],[71],[65]. Le journal The Guardian publie des extraits de cette lettre, confirmant les menaces du Royaume-Uni de lancer un assaut sur l'ambassade : « Vous devez être conscients qu’il y a des lois au Royaume-Uni, comme le Diplomatic and Consular Premises Act de 1987, qui nous permettrait de prendre des mesures afin d'arrêter M. Assange dans les locaux de l'ambassade »[73],[65]. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères britannique déclare que « En vertu du droit britannique, nous pouvons leur donner une semaine de préavis avant d'entrer dans les locaux de l'ambassade, et il n'y aura plus de protection diplomatique », précisant que cette décision n'avait « pas encore été prise »[74],[71],[65].

Le ministre des affaires étrangères équatorien Ricardo Patiño rencontre Julian Assange à Londres

Le , le ministre des Affaires étrangères de l'Équateur, M. Ricardo Patiño, annonce que l'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange[65],[75] malgré des pressions insistantes du Royaume-Uni[65],[76].

Julien Assange s’exprimant au balcon de l'ambassade équatorienne à Londres le .

S'exprimant au balcon de l'ambassade équatorienne à Londres le , Julien Assange déclare « WikiLeaks est sous le coup de menaces, tout comme la liberté d'expression et la santé de l'ensemble de nos sociétés. Les États-Unis doivent renoncer à la chasse aux sorcières lancée contre WikiLeaks »[77].

Le ministère des Affaires étrangères britannique fait savoir qu'il va faire arrêter M. Assange en vue de son extradition dès qu'il posera le pied dehors. L'ambassade équatorienne occupe seulement une partie de son immeuble, les escaliers, les ascenseurs et la porte d'entrée n'en font pas partie. Scotland Yard affirme dépenser 65 000  par jour pour surveiller le pâté de maisons à l'aide de deux camionnettes et 50 hommes, dont plusieurs à l'intérieur du bâtiment[78],[67].

En , Scotland Yard déclare qu'en presque deux ans passés à l'ambassade, les coûts de surveillance policière se sont élevés à plus de 5,9 millions de livres[67],[79],[80] (plus de 7 millions d'euros). Ces charges sont le résultat d'une garde ininterrompue effectuée par trois agents, coûtant chacun 11 000 livres par jour (plus de 13 000 euros). Plusieurs députés, dont Jenny Jones, se sont insurgés contre ces dépenses[81].

Abandon des poursuites en Suède

Le , les accusations d'agression sexuelle sont prescrites[82], mais Julian Assange reste enfermé dans l'ambassade d'Équateur où il s'est réfugié, disant craindre une extradition vers les États-Unis[83] et toujours sous le coup du mandat d'arrêt international lancé par la Suède, malgré l'avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire de l'ONU rendu le , après un an et demi d’enquête, qui estime qu’il est victime d’une détention arbitraire et demandant qu'il retrouve sa liberté de mouvement[84],[85]. Le , le tribunal suédois chargé de l'affaire confirme le mandat d'arrêt européen pour les faits présumés de viol qu'il aurait commis. Ses avocats annoncent dans la foulée faire un recours devant la Cour suprême[86].

Le , John Jones, avocat d'Assange au Royaume-Uni, meurt percuté par un train[87].

Les et , Julian Assange fait sa première déposition auprès d'Ingrid Isgren, magistrate suédoise, dans les locaux de l'ambassade équatorienne[88],[89]. Il y expose les accusations dont il fait l'objet, et le contexte politique et journalistique entourant la publication des câbles diplomatiques américains[90].

Le parquet suédois annonce abandonner les poursuites pour viol contre Julian Assange le [91],[92],[93],[94]. L'affaire est classée sans suite, la procureur Eva-Marie Persson déclare « Tous les actes d'enquête ont été épuisés […] sans apporter les preuves requises pour une condamnation »[94]. Le , Anna Ardin publie Dans l'ombre d'Assange, un livre dans lequel elle explique les circonstances entourant sa liaison avec Assange et les raisons qui l'ont poussée à porter plainte. Elle reproche aux soutiens d'Assange de l'avoir harcelée à la suite de sa plainte[95].

Maintien du mandat d'arrêt britannique

Après l'arrêt de la procédure suédoise en , subsiste le mandat d'arrêt britannique[69].

En , les procureurs britanniques admettent avoir détruit des e-mails clés dans l'affaire Julian Assange, concernant notamment la correspondance entre le CPS et ses homologues suédois[96]. The Guardian révèle qu'il apparait que l'avocat du CPS impliqué avait, de manière inexpliquée, conseillé aux Suédois en 2010 ou 2011 de ne pas se rendre à Londres pour interroger Assange[96]. Une entrevue à ce moment-là aurait pu éviter l'impasse de longue date avec l'ambassade d'après le journal[96].

Le , l'Équateur délivre à Julian Assange la nationalité équatorienne[97],[98],[99], la cheffe de la diplomatie équatorienne María Fernanda Espinosa déclare avoir demandé à Londres d’accorder un statut diplomatique à Assange, ce qui a été refusé par le gouvernement britannique[99].

Le , la justice britannique refuse à Julian Assange la levée du mandat d'arrêt à son encontre[69] ; elle s'est prononcée à nouveau sur le maintien de ce mandat d’arrêt le et a décidé que son maintien n'allait « pas à l’encontre de l’intérêt public »[100].

Quelques jours plus tard, le quotidien The Guardian révèle que depuis 2013 la justice suédoise souhaitait clore l'affaire mais subissait des pressions britanniques[101].

Le , le nouveau gouvernement équatorien suspend les communications d'Assange avec l'extérieur. Cette décision sanctionne la « violation de son engagement, pris à la fin de 2017, de ne pas émettre des messages comportant une ingérence dans les affaires d'autres États »[102]. Le , le président équatorien Lenín Moreno se rend à Londres. Selon le journaliste Glenn Greenwald, cette visite pourrait donner lieu à un accord entre le Royaume-Uni et l'Équateur aux termes duquel Assange serait expulsé de l'ambassade et remis aux autorités britanniques[103].

Surveillé par Scotland Yard et espionné par les États-Unis

Durant son séjour à l'ambassade, Assange est espionné en permanence par la CIA américaine. La société de sécurité espagnole Undercover Global a installé des micros dans les extincteurs de l'ambassade et dans les toilettes des femmes, où les avocats d'Assange se réunissaient par crainte d'être espionnés, ainsi qu'un système permettant aux États-Unis de suivre tous les enregistrements en direct[104],[105].

Dans le cadre de l’enquête menée en Espagne sur la plainte déposée contre Undercover Global par ses avocats, Julian Assange est entendu le 20 décembre 2019 par un juge espagnol comme victime présumée d'espionnage. L’audience s’est faite par visioconférence[106].

Scotland Yard surveillera Julian Assange en permanence pendant les 7 années de son asile. En , au bout de deux ans au sein de l'ambassade, les coûts de surveillance policière s'élèvent à plus de 10 millions de livres[67],[79],[80] (plus de 13 millions d'euros).

Fin de l’asile politique et déchéance de la nationalité équatorienne

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et le président équatorien Lenín Moreno, 20 juillet 2019

En 2019, Lenín Moreno, le nouveau président de l’Équateur, aimerait se débarrasser de Julian Assange qu’il décrit comme un « problème hérité » de ses prédécesseurs, un pirate informatique et un « caillou dans la chaussure »[107],[108].

Le , WikiLeaks publie l'affaire « INA Papers », elle accuse Lenín Moreno et sa famille d'être impliqués dans une affaire de corruption, qui leur aurait permis de s'enrichir via des comptes d'entreprises fictives basées au Panama. WikiLeaks nomme l’affaire « INA » en référence aux prénoms des filles du président Irina, Cristina et Karina, qui ont inspiré une de ces fausses entreprises : INA Investment. Ces révélations ont fortement déplu à Lenin Moreno, qui accuse l'opposition, et notamment son prédécesseur, Rafael Correa, de mener une campagne calomnieuse[109],[110],[111],[112],[113].

Début , WikiLeaks déclare qu'Assange est sur le point d’être expulsé de l’ambassade. L'Équateur « rejette catégoriquement les fausses nouvelles qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux, propagées en grande partie par une organisation liée à M. Assange, évoquant une résiliation imminente de l’asile diplomatique qui lui a été accordé depuis 2012 »[114],[115]. L’ancien président, Rafael Correa déclare : « C'est une vengeance personnelle du président Lenin Moreno parce que WikiLeaks il y a quelques jours a publié un cas de corruption très grave »[113].

En , le président équatorien, Lenín Moreno, annonce le déchoire de la nationalité équatorienne[116] — obtenue l’année précédente sous la présidence de Rafael Correa — et met fin à son droit d'asile[117],[109]. Le président équatorien, évoque une décision « souveraine après les violations répétées des conventions internationales et des protocoles de cohabitation » au sein de l'ambassade. Lenín Moreno déclare « J’ai demandé à la Grande-Bretagne la garantie que M. Assange ne serait pas extradé vers un pays où il pourrait être torturé ou condamné à mort. Le gouvernement britannique me l’a confirmé par écrit »[117].

Arrestation à l'ambassade de l'Équateur à Londres

Arrestation et réactions

Le , Assange est arrêté dans l'enceinte de l'ambassade par la police britannique (Metropolitan Police Service)[118],[119]. Il y était confiné depuis 2 487 jours[120]. Visiblement affaibli, il est porté par six policiers et embarqué à bord d’un fourgon de police. Selon un communiqué de la police britannique, c’est l’ambassadeur d’Équateur lui-même qui a « invité » les policiers à se rendre dans ses locaux.

En pleine tourmente du Brexit, la Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, déclare devant les députés que « personne n'est au-dessus des lois ». Le secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth, Jeremy Hunt, ajoute que Julian Assange « a fui la vérité pendant des années et il est juste que son avenir soit décidé par le système judiciaire britannique »[121]. Hillary Clinton se déclare satisfaite de l'arrestation d'Assange, estimant qu'il était temps qu'il s'explique devant la justice[122].

Saisie de ses affaires personnelles sur demande des États-Unis

Après une tentative infructueuse de Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de WikiLeaks, désireux de récupérer ses affaires personnelles à l'Ambassade d'Équateur à Londres, le procureur général de l'Équateur informe l'avocat de Julian Assange que ses affaires personnelles, fichiers, ordinateurs, téléphones portables et autres appareils électroniques laissés derrière lui après son arrestation sont saisis et seront envoyés aux États-Unis[123],[124].

Incarcération au Royaume-Uni

Condamnation pour violation de sa liberté provisoire

Assange est incarcéré dans la prison de haute sécurité de Belmarsh le , puis condamné le , à 50 semaines de prison pour violation des conditions de sa liberté provisoire au Royaume-Uni en 2012. Il plaide non-coupable[125].

Conditions de détention

Julian Assange est soumis à un isolement strict en principe réservé aux terroristes internationaux, alors qu'il est journaliste en détention provisoire. Il est maintenu 23 heures par jour dans un isolement total et ne dispose que de 45 minutes par jour de promenade dans une cour revêtue de béton. Quand il quitte sa cellule, « tous les couloirs par lesquels ils passent sont évacués et toutes les portes des cellules sont fermées pour éviter tout contact avec les autres détenus »[126].

Le , Nils Melzer, rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, lance une alerte, qui a donné lieu à un Communiqué de presse du Bureau du haut commissaire[127], sur son état de santé en déclarant que l’« exposition continue [d’Assange] à l’arbitraire et aux abus pourrait lui coûter bientôt la vie »[128],[129],[130]. Nils Melzer, ainsi que deux experts médicaux spécialisés dans l'examen des victimes de torture ont rendu visite à Julian Assange le , et indiquent à son sujet : « En plus de maux physiques, M. Assange présente tous les symptômes typiques d'une exposition prolongée à la torture psychologique, une anxiété chronique et des traumatismes psychologiques intenses[131],[132] ». En , son père, John Shipton, déclare : « Julian est émacié et son état de santé laisse à désirer. Il souffre d’anxiété. Il est certes toujours dans un état d’esprit combatif, mais sa santé décline rapidement[133]. »

Le , Julian Assange faisait sa première apparition publique depuis le mois de mai à l’occasion d’une audience devant un tribunal londonien au cours de laquelle les photos étaient interdites. L’ex-diplomate britannique Craig Murray, militant des droits de l'homme, a assisté à cette audience et déclare : « Pour avoir assisté en Ouzbékistan aux procès de plusieurs victimes de tortures extrêmes et avoir travaillé avec des survivants de Sierra Leone et d’ailleurs, je peux vous dire que […] Julian présente exactement les symptômes d’une victime de torture. » Il décrit un Julian Assange le regard perdu, peinant à articuler et à comprendre ce que la présidente du tribunal lui demandait[134],[129]. Dans un communiqué diffusé le jour de son audience ce , la section britannique de l’ONG Amnesty International avait enjoint aux autorités de « reconnaître le risque sérieux de violation des droits humains auquel Julian Assange ferait face s’il était envoyé aux États-Unis » et les appelait à « rejeter la demande d’extradition »[135],[129]. En , l’ONG lance une nouvelle campagne à l’approche d'une audience consacrée à la demande d’extradition de Julian Assange par les États-Unis. L'ONG demande d'« abandonner les accusations visant Julian Assange et mettre fin à son extradition »[136],[137].

Le , un groupe de 117 médecins de 18 pays publie une lettre ouverte dans la revue médicale britannique The Lancet[138]. Ils accusent le gouvernement britannique de porter atteinte au droit fondamental de Julian Assange d'accéder aux soins médicaux et appellent à la fin des « tortures et privations de soins » qui pourraient entraîner sa mort. Ils estiment que « si Assange venait à mourir dans une prison britannique, comme l’a averti le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture Nils Melzer en novembre [2019], il aura effectivement été torturé jusqu’à la mort »[139],[140].

Le , lors d’une entrevue accordée à la journaliste Nadja Vancauwenberghe, Nils Melzer déclare que « les accusations portées [contre Assange] aux États-Unis sont si manifestement arbitraires et en violation directe de la liberté fondamentale d'opinion et d'expression que leur nature politique ne peut être ignorée. Donc, oui, à mon avis, Julian Assange est un prisonnier politique. »[141]

Clôture définitive de l’affaire en Suède

Le , la justice suédoise rouvre l'enquête pour viol[142],[143],[144],[145]. Le , le parquet suédois annonce classer sans suite l'enquête pour viol, faute d’avoir réuni les « preuves requises pour une condamnation »[146],[147],[148],[149],[150], quelques mois après l'arrestation de Julian Assange par les Britanniques.

L’affaire aura duré 9 années, des accusations de « délit sexuel » en , à leur prescription le , puis l’abandon des poursuites par le parquet suédois le [94]. Et enfin la réouverture d’une enquête avant sa clôture définitive, faute de preuves, en 2019[151],[146].

L’affaire en justice suédoise se révélera être instrumentalisée par le Royaume-Uni, pour maintenir Assange sous mandat d’arrêt, et justifier son arrestation. Le quotidien The Guardian révèle que depuis 2013 la justice suédoise souhaitait clore l'affaire mais subissait des pressions britanniques[101].

Procès d’extradition vers les États-Unis

Demande d’extradition et nouvelles inculpations pour « espionnage » aux États-Unis

En 2019, au Royaume-Uni, l’affaire divise. L’opposition travailliste a appelé le gouvernement à s’opposer à la demande américaine, soutenant que Julian Assange a contribué « à exposer des preuves d’atrocités en Irak et en Afghanistan » attribuées à l’armée américaine. Le gouvernement conservateur s’est de son côté attaché à présenter Julian Assange en justiciable comme les autres. « Personne n’est au-dessus des lois », a ainsi déclaré la première ministre Theresa May, tandis que le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, a jugé qu’il n’était « pas un héros »[125].

Dans un premier temps, les États-Unis demandent l’extradition de Julian Assange afin qu’il soit jugé pour piratage informatique[152]. Il s'agit d'une inculpation liée à l'aide qu'il aurait fournie à Chelsea Manning pour lui éviter d'être identifiée lorsqu'elle s'est introduite dans le système informatique de l'armée américaine[153].

Les journalistes pensaient que la justice américaine serait embarrassée pour aller plus loin en raison d'une part de la haute importance de la liberté de la presse aux États-Unis et d'autre part de la complicité « objective » accordée à Assange par des grands journaux dans la diffusion des informations qui ont mis en cause les États-Unis. Mediapart estime que « si Julian Assange était poursuivi pour la publication de documents, cela ferait logiquement des médias ayant collaboré avec lui des complices, impliquant ainsi dans la procédure des journaux tels que The New York Times, The Guardian, Der Spiegel, Le Monde, Libération, ou encore Mediapart »[154]. Le ministère de la Justice américaine a cependant indiqué qu'il se réservait le droit d'engager d'autres poursuites contre Assange[155].

Cour criminelle centrale de Old Bailey, Londres

Le , la justice américaine inculpe Assange pour espionnage avec 17 nouveaux chefs d'accusation, ce qui modifie la portée du procès qui pourrait lui être intenté aux États-Unis[156]. Assange risque ainsi 175 ans de prison.

Ouverture du procès au Royaume-Uni et réactions

L'audience d'extradition de Assange vers les États-Unis par la justice britannique commence le [157].

Amnesty International demande au Royaume-Uni de refuser d'extrader ou de renvoyer aux États-Unis Julian Assange, qui risque selon elle d'y être torturé ou exécuté[158]. Des experts indépendants de l'ONU déclarent que son arrestation « l'exposait au risque de graves violations des droits humains s'il est extradé aux États-Unis »[159],[160].

En février 2020, une pétition mondiale est lancée par Amnesty International pour réclamer l’abandon de ces accusations[161]. En France, Éric Dupond-Moretti, avocat français chargé de la défense d’Assange, annonce son intention de déposer officiellement une demande d’asile politique[162].

Le , le ministère de la justice américain renforce ses accusations[163] : Julian Assange aurait conspiré avec des membres des groupes LulzSec et Anonymous et aurait obtenu « un accès non autorisé au système informatique gouvernemental d’un pays de l’OTAN »[163]. Selon les avocats d'Assange, il s'agit d'« une nouvelle tentative pathétique pour tromper le public »[163].

Le , 216 médecins de 33 pays, publient une lettre dans la revue médicale The Lancet[164] pour dénoncer à la fois une « escalade dans les tactiques de torture psychologique » et le refus de la justice britannique d’accorder une libération conditionnelle[165].

Le procès en extradition s'achève le , à l’issue de près de quatre semaines d’audiences à la cour criminelle de l’Old Bailey, à Londres. La justice britannique annonce qu'elle rendra son verdict le concernant la demande d’extradition des États-Unis. La juge Vanessa Baraitser précise que Julian Assange restera emprisonné jusqu’à cette date[166],[167].

Le , Reporters sans frontières (RSF) appelle à la libération immédiate de Julian Assange menacé par l’épidémie de Covid-19 en prison et pilote également une pétition en sa faveur[168].

Reporters Sans Frontières manifeste à Londres en soutien à Julian Assange le 4 janvier 2021.

Fin , peu avant le verdict, la commissaire aux droits de l'homme de l'Allemagne, Bärbel Kofler, rappelle aux autorités britanniques qu’elles restent liées aux traités européens dont la Convention européenne des droits de l'Homme et qu'elles doivent prendre en considération l'état de santé d'Assange[169].

Alors que la transition présidentielle s'avance aux États-Unis, des voix s'élèvent pour demander une grâce : Nils Melzer, le rapporteur des Nations Unis sur la torture, publie une lettre ouverte demandant à Trump de gracier Assange[170]. L’ex-gouverneur de l’Alaska, Sarah Palin annonce qu’elle a, par le passé, à tort appuyé les poursuites à l’encontre d’Assange et demande également sa grâce[171]. Fin 2020, ce sont les prix Nobel Mairead Maguire, Adolfo Pérez Esquivel, Rigoberta Menchu, Shirin Ebadi et Peter Handke qui demandent cette grâce[172].

Rejet de la demande d’extradition et refus de remise en liberté

Le , le tribunal britannique rejette la demande d'extradition des États-Unis[173],[174],[175],[176],[177], la juge arguant de raisons médicales et de risques de suicide. Sa personnalité, en particulier la persévérance typique du spectre de l'autisme, constitue un facteur de risque également mentionné dans les attendus du jugement[173],[178]. Le ministère de la justice des États-Unis annonce le jour même son intention de faire appel[175]. Le , la justice britannique refuse la demande de remise en liberté de Julian Assange[179] faisant valoir qu'il dispose d’un important « réseau de soutiens », et qu’il risque de fuir le Royaume-Uni avant la « procédure de recours »[180],[179]. La représentante de l'accusation Clair Dobbin souligne notamment l'offre d'asile politique faite par le Mexique le [180].

Appel des États-Unis

Les États-Unis déposent formellement la demande d'appel de la décision britannique le [181]. Le nouveau gouvernement américain de Joe Biden, en place depuis le , confirme l’appel[182],[183].

En , Sigurdur Thordarson  affirme avoir fait un faux témoignage dans l'acte d'accusation américain pour incriminer Assange. Les partisans de WikiLeaks, dont Edward Snowden, affirment alors que sa déclaration sape l'affaire pénale contre Assange. Pour le Washington Post, ce faux témoignage ne remet pas en cause le fond, car « dans l'acte d'accusation, les affirmations de Thordarson ne sont pas utilisées comme base d'accusation mais comme toile de fond pour ce qu'Assange a dit à Chelsea Manning »[184].

Selon la Haute Cour, les États-Unis ont consenti à transférer Assange dans son pays natal, l'Australie, pour y purger une éventuelle peine de prison. Le gouvernement américain s'est également engagé à ce qu'Assange ne soit pas maintenu en isolement total ou emprisonné dans un établissement de sécurité maximale[185],[186],[184].

Le procès en appel s'ouvre le [187].

Réactions

États-Unis : traque judiciaire

En , WikiLeaks publie des documents classifiés sur la guerre d’Irak et notamment la vidéo Collateral murder.

Les autorités des États-Unis commencent à enquêter sur WikiLeaks et Assange en vertu de la loi sur l'Espionnage de 1917[29], ce que confirme en le ministre de la Justice américain, Eric Holder. Un grand jury est constitué à Alexandria en Virginie[30],[31].

L’analyste politique Bob Beckel déclare en sur Fox News qu'il faudrait éliminer Julian Assange en s'exclamant : « un homme mort ne peut plus divulguer quoi que ce soit. Ce type est un traître, et il a désobéi à toutes les lois des États-Unis. Ce type devrait — je veux dire, je ne suis pas pour la peine de mort, il n’y a qu’une chose à faire, tirer sur ce fils de pute illégalement[188] ». La même année, Donald Trump, déclare souhaiter qu’il soit exécuté. Christopher Matthews, ancien membre de la direction du Parti démocrate et animateur-vedette de la chaîne MSNBC, estime que les services secrets américains devraient « agir à l’israélienne et enlever Assange »[189].

Le , Manning, l'analyste militaire qui a fourni les documents à WikiLeaks, est condamnée à 35 ans de prison et reconnue coupable de vingt chefs d'accusation, dont « espionnage », « fraude et vol de documents diplomatiques et militaires confidentiels », mais acquittée pour le chef d'accusation d'« intelligence avec l'ennemi ». Chelsea Manning est graciée après sept ans de détention par le président Obama, le [190].

En outre des enquêtes sont lancées contre Assange par plusieurs agences gouvernementales[Note 5], notamment le FBI[191]. Des documents judiciaires publiés en montrent qu'Assange était encore sous enquête « active et permanente » à cette date[192].

Selon d'autres documents publiés en 2014 par Edward Snowden, le gouvernement des États-Unis a inscrit Assange sur sa liste des personnes les plus recherchées (2010 Manhunting Timeline)[193] et a demandé à ses alliés d'ouvrir des enquêtes pénales contre lui[194]. Ces mêmes documents incluent une proposition de la NSA de traiter WikiLeaks comme un « acteur étranger malveillant ».

En , le site de WikiLeaks rapporte que trois de ses membres ont reçu un avis de Google les informant que cette entreprise avait dû, en , remettre à la justice fédérale leurs e-mails et métadonnées[195], du fait d'un mandat émis pour espionnage, complot en vue de commettre de l'espionnage, vol ou soustraction de biens appartenant au gouvernement des États-Unis, violation du Computer fraud and Abuse Act, et conspiration générale — chefs d'accusation pouvant valoir jusqu'à 45 ans de prison.

En , des réquisitions judiciaires confirment que les poursuites contre WikiLeaks restent en cours[196].

Le , Michael Ratner , avocat d'Assange à New York, meurt d'un cancer[197],[198].

Le , le sénateur conservateur John McCain, affirme que les talibans avaient assassiné des gens à la suite des révélations de Chelsea Manning et WikiLeaks. Le site de Vérification des faits Politifact réfute l'affirmation du sénateur, et conclut que son affirmation était « en grande partie fausse » : « Dans les années qui ont suivi la publication par Wikileaks de milliers de documents fuités par Manning, le gouvernement n'a identifié publiquement aucun exemple de talibans ayant tué quelqu'un parce qu'il était nommé dans les fuites[199],[200] ».

En , un fonctionnaire déclare à CNN que l'acte d'accusation formel contre Assange est en cours de rédaction[201].

Chelsea Manning est de nouveau emprisonnée le à la suite de son refus de témoigner dans le dossier concernant WikiLeaks. Elle est détenue au Alexandria detention center aux États-Unis jusqu'à sa libération le 12 mars 2020 et doit payer 256 000 dollars d'amendes[202].

Les États-Unis décident le d’inculper Julian Assange pour « espionnage », il encourt 175 ans de prison[156],[203]. Le Monde qualifie cette mesure de « sans précédent dans l’histoire du journalisme aux Etats-Unis. »[156]. Il est inculpé pour 17 nouveaux chefs d'accusations[156]. L'administration Trump reproche notamment à Julian Assange d’avoir explicitement réclamé, sur le site WikiLeaks, certains documents secrets, d’avoir incité la militaire Chelsea Manning à les lui fournir, de les avoir reçus en ayant pleinement conscience de leur confidentialité, et d'avoir mis en danger des sources américaines en publiant l'identité des sources diplomatiques et militaires[156]. L’administration Trump ne dispose d’aucun nouvel élément justifiant cette procédure par rapport à l'administration précédente[156], l'administration Obama qui avait renoncé a poursuivre Assange[204],[156],[205].

D'après le Monde, le ministère tente de contourner le premier amendement en reniant le caractère journalistique des travaux de Julian Assange[156]. Des rédacteurs en chef de journaux tels que le Washington Post et le New York Times, ainsi que des organisations de la liberté de la presse, ont critiqué la décision du gouvernement d'inculper Assange en vertu de la loi sur l'espionnage, la qualifiant d'attaque contre le premier amendement de la Constitution des États-Unis, qui garantit la liberté de la presse[206],[207].

Le lors de la première audience d'extradition visant Assange, le représentant des États-Unis, James Lewis à la cour de Woolwich (sud-est de Londres) affirme que Assange aurait mis la vie de sources américaines en danger[208], il déclare à propos d'Assange : « Il n'est pas inculpé pour avoir dévoilé des informations embarrassantes ou gênantes que le gouvernement aurait préféré ne pas divulguer »[208] et ajoute « Les États-Unis ont connaissance de sources, dont les noms non expurgés et/ou d'autres informations permettant de les identifier étaient contenus dans les documents classifiés publiés par WikiLeaks, qui ont ensuite disparu »[208]. Alors qu'au cours du procès de Chelsea Manning en 2013, on apprend que « les fuites n'avaient pas provoqué de morts par des forces ennemies » et que « Les forces de contre-renseignement américaines qui ont travaillé sur les conséquences des révélations de Wikileaks [...] ont déclaré lors de l'audience de Bradley Manning [...] n'avoir trouvé aucun cas d'individus tués par des forces ennemies après avoir été nommés dans les fuites » écrit The Guardian[199],[209].

Le , le ministère de la justice américain renforce ses accusations[163], Julian Assange aurait conspiré avec des membres des groupes LulzSec et Anonymous et aurait obtenu « un accès non autorisé au système informatique gouvernemental d’un pays de l’OTAN »[163]. « Une nouvelle tentative pathétique pour tromper le public » selon ses avocats[163].

En , qualifiant le procès pour extradition de « procès du siècle pour les médias », l'organisation d’analyse critique des médias FAIR  considère que les médias américains ont totalement manqué de courage et de déontologie journalistique pour mettre en évidence la collusion entre les pouvoirs américains et britanniques à propos de la demande d'extradition[210]. Le journaliste note que le simple fait que les conversations confidentielles d'Assange avec ses avocats aient été violées par la CIA « aurait dû suffire à rejeter toute poursuite judiciaire contre Assange ». Pour le commentateur, le procès lui-même est une farce, puisque personne ne devrait pouvoir être poursuivi pour avoir aidé un lanceur d'alerte à dénoncer des crimes de guerre.

Une enquete du Guardian et de Yahoo News publiée en septembre 2021 révèle que la CIA a envisagé en 2017 sous la direction de Mike Pompeo l'assassinat de Julian Assange à l'ambassade équatorienne de Londres. La crainte de soulever une indignation internationale l'aurait poussé à y renoncer[211],[212],[213].

Royaume-Uni : 7 ans de surveillance très coûteuse, puis incarcération

À la suite du mandat d'arrêt suédois de 2010, la justice britannique place Julian Assange en liberté surveillée, lui imposant le port d’un bracelet électronique et le paiement d’une caution de 282 000 . En , la Cour suprême du Royaume-Uni, rejette son appel ainsi que sa demande de ne pas être extradé vers la Suède, considérant que le mandat d'arrêt européen lancé contre lui pour interrogatoire est valide.

Assange se réfugie alors dans l’Ambassade d'Équateur à Londres, les autorités britanniques font tout pour le récupérer, allant jusqu'à menacer les autorités équatoriennes de prendre l'ambassade d’assaut si elles ne leur restituaient pas Julian Assange[65],[71]. Après l'octroi par l’Équateur du droit d’asile à ce dernier, le Royaume-Uni le place sous surveillance permanente par Scotland Yard et engage des moyens importants (jusqu’à 13 millions d’euros), ce qui fut dénoncé par certains membres du parlement britannique. Le quotidien The Guardian révèle que depuis 2013 la justice suédoise souhaitait clore l'affaire mais subissait des pressions britanniques. Les autorités Britanniques maintiennent le mandat d’arrêt, considérant qu’Assange avait violé sa liberté conditionnelle.

À la faveur de l'accession au pouvoir de Lenin Moreno, les autorités britanniques incitent l’Équateur à déchoir Assange de la nationalité équatorienne qui lui avait été accordée et à mettre fin à son droit d’asile. Elles l’arrêtent manu militari le dans l’ambassade d’Équateur[214] puis l’incarcèrent dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, puis le condamnent le 1er mai 2019, à 50 semaines de prison pour violation des conditions de sa liberté provisoire au Royaume-Uni en 2012. Il plaide non-coupable tandis que des observateurs dénoncent des conditions de détention inhumaines qu'il subit ainsi maintenu dans un isolement complet.

Le , la justice britannique entame la procédure d'examen de la demande d'extradition américaine. Elle statuera sur le bien-fondé du transfert du fondateur de WikiLeaks aux États-Unis, où il encourt jusqu’à 175 ans de prison pour espionnage.

Le , la juge Vanessa Baraitser décide de reporter au 7 septembre la reprise de l’audience en extradition[215]. Assange est toujours détenu dans la prison de haute sécurité de Londres ; tout en sachant le coronavirus actif à Belmarsh, la juge lui avait refusé la liberté provisoire même après les demandes de ses avocats à cause de sa santé déjà fragile ; il est père de deux enfants, leur mère, Stella Moris, avait en vain imploré qu’il puisse les voir[216].
Après le verdict du [179], elle peut saluer une « victoire », un « premier pas vers la justice » mais « les deux enfants qu’elle a eus avec lui sont privés de leur père » tant qu’il « reste détenu alors qu’il n’a pas été condamné ».

Suède : neuf ans de procédures judiciaires infructueuses

En , Julian Assange est accusé de « délit sexuel » en Suède[37] par deux femmes qui font appel quand en 2010 les poursuites sont abandonnées[217]. Après prescription des faits le , les poursuites sont abandonnées par le parquet suédois le [94]. Puis l'enquête est réouverte en , cette fois-ci pour viol, mais le parquet suédois la clôture définitivement le 19 novembre 2019, faute de preuves[151],[146].

Équateur : Octroi de l'asile politique et retrait par le nouveau gouvernement

Le , le ministre des Affaires étrangères de l'Équateur, M. Ricardo Patiño, annonce que l’Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange[65],[75] malgré des pressions insistantes du Royaume-Uni[65],[76].

En 2019, afin de justifier le retrait du droit d'asile de Julian Assange, le nouveau président de l’Équateur, le pro-américain Lenín Moreno, accuse Julian Assange d'avoir tenté de créer un « centre d'espionnage » dans l'ambassade. Il reproche au précédent gouvernement de son pays d'avoir « fourni des équipements dans l'ambassade qui ont permis d'interférer dans les affaires d'autres États »[218].

Fin , le Tribunal de contentieux administratif de l’Équateur notifie formellement Julian Assange de la nullité de sa naturalisation, évoquant des dissimulations de faits, des faux documents ou une fraude. Julian Assange est déchu de la nationalité équatorienne, qui lui avait été accordée en .

L’avocat d’Assange, Carlos Poveda, annonce faire appel[219], arguant que la législation internationale relative à la naturalisation n’a pas été respectée, notamment parce la décision a été prise sans que Julian Assange, souffrant à cette date, puisse comparaître devant le tribunal[220]. « Plus que l’importance de la nationalité, il s’agit de respecter les droits et de suivre la procédure établie pour retirer la nationalité »[221] conclut-il.

France : réactions et demandes d’asile politique

Le , alors qu'Assange se trouve dans l'ambassade d'Équateur à Londres, il intervient en direct via Skype dans un meeting du Parti de gauche, sur son invitation et celle de Jean-Luc Mélenchon qui décident de lui offrir une tribune[222],[223]. Julian Assange profite de cette occasion pour décrire sa situation et expliquer les enjeux à venir quant aux négociations diplomatiques. Il se fait le porte-parole des médias « libres et indépendants » et en profite pour remercier publiquement les gouvernements d'Amérique latine qui lui ont apporté leur soutien. Le jeudi , Jean-Luc Mélenchon rencontre Julian Assange à l'ambassade d'Équateur à Londres, et demande publiquement à la Suède de renoncer à le faire extrader vers les États-Unis[224].

En , Assange confie à Antoine de Caunes, dans le Grand Journal, recevoir la visite et le soutien de personnalités comme Lady Gaga, Oliver Stone, Eva Joly ou Jean-Luc Mélenchon[225]. Le , Éric Cantona lui rend visite à l'ambassade d'Équateur pour lui apporter son soutien[226].

En , à la suite des révélations de WikiLeaks sur l'espionnage de la France par les États-Unis[227], notamment de trois Présidents de la République, de ministres, de hauts fonctionnaires, de parlementaires et de diplomates qui ont été surveillés téléphoniquement pendant près d’une décennie par les services de renseignement américains, de nombreuses personnalités s'indignent dans la classe politique française[228],[229],[230].

En 2015, une lettre de soutien signée par une trentaine d'artistes et intellectuels, dont Jacques Audiard, Eric Cantona, Matthieu Kassovitz, Edgar Morin, Costa-Gavras, Eva Joly, Thomas Piketty, Vincent Cassel, Ludivine Sagnier, Disiz, Romain Duris, Mouloud Achour, et Tahar Rahim, appelle à son asile politique[231],[232],[233].

En , Julian Assange participe aux journées d'été des Verts via vidéo-conférence[234],[235].

Le , à la suite de déclarations de la ministre de la justice Christiane Taubira se disant favorable à son accueil en France[236], Julian Assange adresse une lettre au président de la République François Hollande, et à travers lui une « lettre au peuple français » publiée dans Le Monde. Il révèle avoir créé WikiLeaks à Paris et être père d'un enfant français qui vit en France avec sa mère. Il précise que sa famille avait fait face à des menaces de mort et à du harcèlement à cause de son activisme, les forçant à changer d'identité et à réduire les contacts avec lui. Il demande à François Hollande de lui « offrir la protection nécessaire »[16],[237]. La lettre est interprétée comme une demande d'asile par l'Élysée, qui la rejette 45 minutes après sa publication par voie de communiqué, invoquant « l'absence d'urgence » de la situation et l'existence d'un mandat d'arrêt européen[238],[239]. La décision est largement critiquée par la société civile et la classe politique française, EELV parlant notamment de « déshonneur de la République[232] ». Julian Assange réagira en déclarant avoir reçu un « coup de poignard dans le dos » de la part de François Hollande[240].

En , dans un entretien à l’émission Questions politiques, Jean-Luc Mélenchon déclare que s'il venait à gagner l'élection présidentielle française de 2017, il accorderait la nationalité française à Julian Assange ainsi qu'à Edward Snowden et que la France les accueillerait[241].

En février 2020, Éric Dupond-Moretti, avocat français chargé de la défense d’Assange, dépose officiellement une demande d’asile politique[162].

Suisse : d’une potentielle demande d'asile à l’Appel de Genève

Le , Julian Assange hésite encore à solliciter l’asile politique en Suisse qu´il a évoqué dans un entretien télévisé accordé à la RTS le [242]. Trois jours après, le compte en banque destiné à la collecte de fonds pour la défense de Julian Assange est consigné chez PostFinance.

Le , Donald S. Beyer, ambassadeur des États-Unis à Berne, met en garde le gouvernement suisse contre les conséquences qui pourraient découler d'un octroi de l'asile politique à Julian Assange, tandis que le service de paiement en ligne basé aux États-Unis, PayPal, annonce avoir bloqué les transferts financiers au bénéfice de WikiLeaks. Le même jour, le porte-parole de PostFinance fait part de la nécessité de procéder à des investigations complémentaires, pour vérifier l’authenticité de l'adresse légale en Suisse communiquée par le souscripteur, en raison des doutes qui entoureraient sa légitimité, voire son existence factuelle[243].

Le , PostFinance, la filiale bancaire de la Poste suisse, décide de clôturer le compte bancaire de Julian Assange, pour cause de renseignements erronés[244].

Neuf ans plus tard, le , le débat est relancé lorsque deux élus du canton de Genève, le député des Verts au Grand Conseil genevois Jean Rossiaud et le conseiller d'État genevois Mauro Poggia, se disent favorables à la délivrance d'un visa humanitaire à Assange. Selon Poggia, la décision finale incombe à la Confédération suisse[245].

Stella Moris[246], pour inaugurer sur la jetée, face au Jet d’eau, la sculpture Anything to Say?, en présence de son auteur, Davide Dormino, est accompagnée par la maire de Genève Frédérique Perler, le Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture Nils Melzer, Dénis Masmjean (RSF-Suisse), des personnalités engagées dans la défense des droits humains, ainsi que de nombreux citoyens signataires de l’« Appel de Genève » du [247],[248] qui adresse un certains nombre de demandes[249] relatives à la libération de Julian Assange.

Mexique

Le , jour du refus de la justice britannique à la demande d’extradition d’Assange vers les États-Unis, le Mexique fait part de son intention d’accorder l'asile politique à Julian Assange[250],[251]. Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador déclare : « Je vais demander au ministre des Affaires étrangères de prendre les dispositions nécessaires afin de solliciter auprès du gouvernement britannique la libération de Julian Assange pour que le Mexique lui offre l’asile politique »[250],[251].

Soutiens déclarés à Assange pour défendre la liberté de la presse

Manifestation devant l’ambassade équatorienne à Londres pour la libération de Assange, le .

Plusieurs magistrats, personnalités politiques et associations considèrent que l'arrestation du journaliste constitue une attaque à la liberté de la presse et au droit international[252]. Le président du groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, Tiny Kox, a ainsi demandé à la Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic, si l'arrestation de Julian Assange et une éventuelle extradition vers les États-Unis sont bien conformes aux critères de la Convention européenne des droits de l’homme, parce que désormais, d'après ce député néerlandais, le journaliste arrêté en Grande-Bretagne peut bénéficier de la protection de l'Article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme[253]. WikiLeaks a en effet été reconnu comme un média par un tribunal britannique[254].

Eva Joly, magistrate et députée européenne, déclare que l'arrestation de Julian Assange constituait une attaque contre la liberté de la presse, le droit international et le droit d'asile[255]. De même, la députée allemande au Bundestag Sevim Dağdelen, spécialisée dans les questions de droit international et de droit de la presse, a qualifié l'arrestation de l'informateur d' « attaque contre le journalisme indépendant » et a déclaré qu'il « est aujourd’hui gravement en danger »[256],[257]. Dick Marty, ancien procureur général du Tessin et rapporteur sur les prisons secrètes de la CIA pour le Conseil de l'Europe, juge que l'arrestation du lanceur d'alerte est « très choquante » parce qu'il « n'a fait que dire la vérité »[258]. Plusieurs juristes suisses de renom ont même demandé au Conseil fédéral d'accorder l'asile du fondateur de WikiLeaks parce qu'il est menacé d'extradition vers les États-Unis, qui ont par le passé « réduit au silence des lanceurs d'alertes »[259].

En , Jeremy Corbyn, chef du Parti travailliste britannique, déclare que « le gouvernement britannique devrait s'opposer à l'extradition de Julian Assange vers les États-Unis pour avoir révélé des preuves d'atrocités commises en Irak et en Afghanistan »[260]. Ron Paul, représentant du Texas à la Chambre des représentants et candidat à l'élection présidentielle de 1988, s'est également prononcé en faveur de Julian Assange. En 2010, il a déclaré que « dans une société libre, nous sommes censés connaître la vérité. Si dans notre société la vérité devient trahison, alors nous avons de sérieux problèmes. En ce moment même, des personnes sont persécutées pour avoir révélé la vérité. » Il ajoute « C’est un média, non ? Je veux dire, pourquoi ne poursuivons-nous pas en justice le New York Times ou quiconque publierait cette information[261] ? »

Plusieurs associations s'inquiètent également des risques encourus par le fondateur de WikiLeaks s'il venait à être extradé aux États-Unis. Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, a déclaré que « viser Assange […] serait une mesure strictement punitive et constituerait un dangereux précédent pour les journalistes, leurs sources et les lanceurs d’alerte »[119]. Le Syndicat national des journalistes CGT « refuse que la diffusion de documents ou d’informations d’intérêt public puisse être considérée comme un délit. Ces documents et informations mettent le projecteur sur les pratiques inavouables d’États, d’entreprises ou d’autres institutions, qui n’ont bien entendu pas intérêt à leur divulgation ». Ce syndicat appelle la Grande-Bretagne « à refuser l'extradition de Julian Assange vers les États-Unis et à le remettre en liberté »[262].

L’hebdomadaire L'Obs souligne le soutien apporté au fondateur de WikiLeaks par le mouvement des Gilets jaunes, dont il est « devenu une icône ». Fin octobre 2019, Maxime Nicolle et Juan Branco partent à Londres en compagnie de 120 gilets jaunes dans deux cars spécialement affrétés pour apporter leur soutien au journaliste emprisonné[263],[264],[265].

En , un mouvement de soutien est organisé par 120 journalistes qui lancent une pétition spécifiquement destinée à la profession[266]. Cet appel souligne à nouveau le précédent grave pour la liberté de la presse que l'extradition d'Assange constituerait, et relaie une déclaration du rapporteur spécial de l'ONU, Nils Melzer : « J’ai finalement compris que j’avais été aveuglé par la propagande et qu’on avait systématiquement calomnié Assange afin de détourner l’attention du public des crimes qu’il avait révélés. Une fois déshumanisé par l’isolement, le dénigrement et la honte, exactement comme les sorcières que l’on brûlait sur le bûcher. »[267] La pétition dépasse les 1 000 signatures. Deux anciens présidents de Médecins sans frontières appellent à sa libération dans une tribune publiée dans le journal Le Monde[268].

En , le Prix de la Paix de Stuttgart est décerné par l'ONG Die AnStifter à Julian Assange non seulement en reconnaissance de sa contribution à la paix, à la justice et à la solidarité mais aussi « pour faire respecter le droit à la liberté inconditionnelle de l'information et de la presse ».

Selon Oliver Stone, réalisateur, scénariste et producteur, « Julian Assange est un éditeur pour la vérité. Il a accompli un travail remarquable pour l'humanité malgré le traitement inhumain qui lui est infligé. Cette affaire est cruciale pour la survie de notre droit de savoir et de notre liberté essentielle pour lutter contre l'oppression des États-Unis et du Royaume-Uni — et maintenant contre la tyrannie ! »[269].

Activités médiatiques et politiques

Élection présidentielle américaine de 2016

Assange, alors réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres pour échapper aux demandes d'extradition de la Suède et des États-Unis, s'implique dans la campagne présidentielle américaine de 2016, d'une part par des jugements sur Hillary Clinton, d'autre part par des documents que révèle WikiLeaks.

Sur Hillary Clinton, Assange écrit en sur WikiLeaks : « J'ai des années d'expérience dans le suivi d'Hillary Clinton et j'ai lu des milliers de ses courriels. Hillary manque de jugement et poussera les États-Unis dans des guerres stupides et sans fin, qui propageront le terrorisme[270]. » Cependant il ne soutient pas son adversaire, disant qu'entre elle et lui, « c'est comme choisir entre le choléra et la gonorrhée »[271],[272],[273].

Quant aux documents, WikiLeaks rend public le , durant les primaires présidentielles du Parti démocrate, le contenu des courriels envoyés et reçus sur le serveur personnel d'Hillary Clinton lorsqu'elle était secrétaire d'État, documents qui avaient été rendus publics à la suite d'une demande fondée sur le Freedom of Information Act[274]. Puis le , WikiLeaks publie des courriels et des documents du Comité national démocrate qui révélaient des biais contre le candidat Bernie Sanders et ont conduit à la démission de la présidente du parti Debbie Wasserman Schultz[275],[276].

Le , au micro de Fox News, Assange accuse Hillary Clinton d'être à l'origine d'une hystérie antirusse après l'affirmation par le Parti démocrate et des experts en cybersécurité que les fuites de WikiLeaks provenaient des services secrets russes[277], affirmation qu'il dément absolument[278],[279],[280].

Le , sur WikiLeaks, Assange publie un communiqué de presse accompagnant plus de 2 000 courriels de John Podesta, le directeur de la campagne démocrate soutenant Clinton[281]. Ces courriels datant de 2007 à 2016 révèlent des extraits d'une conférence d'Hilary Clinton en 2013[282], conférence payée par Goldman Sachs où elle affirmait sa relation privilégiée avec Wall Street, ce qui la mettait en difficulté vis-à-vis de son électorat populaire[283],[284]. Cette publication avait été précédée trois jours plus tôt d'une vidéo conférence télévisée célébrant à Berlin le dixième anniversaire de WikiLeaks, où depuis Londres Assange annonçait que ces informations contre Clinton, qu'il appelait « The October Surprise », couleraient sa candidature[285].

Le , après la publication des discours d'Hillary Clinton à Goldman Sachs, le gouvernement équatorien bloque l'accès internet de Julian Assange que lui fournissait l'ambassade pour qu'il n'interfère plus dans l'élection présidentielle américaine du 8 novembre, tout en réaffirmant l'asile politique qui lui est accordé[286].

La communication de WikiLeaks amène certains commentateurs politiques à considérer que l'organisation fait « ouvertement campagne pour le candidat républicain »[287],[288]. À la veille de l'élection présidentielle, Assange publie un communiqué réfutant l'accusation de parti pris en affirmant ne pas avoir « reçu d'information critique sur Donald Trump », le candidat républicain opposé à Hillary Clinton[289].

Le , le Comité du sénat américain pour le renseignement adresse une lettre à Julian Assange pour l'inviter à apporter son témoignage « en temps et lieu convenant aux deux parties » à l'enquête sur les accusations d'ingérences russes dans l'élection présidentielle américaine de 2016[290]. L'administration américaine soupçonne un faux-nez de GRU (service de renseignement de Russie) d’être à l'origine du piratage des emails, ce que Assange dément à nouveau[291].

Puis sont révélés de courts échanges via Twitter entre Assange et le fils de Donald Trump, Donald Trump, Jr.[292],[293], tandis que The Guardian en prétend que Manafort (directeur de la campagne électorale de Trump) et Assange se seraient rencontrés plusieurs fois à l'ambassade de l'Équateur à Londres[294] : ce que Manafort, Assange et le consul de l'Équateur réfutent, aucune trace de son passage n'apparaissant ni dans les registres de l'ambassade, ni dans les images d'entrées et sorties de ce lieu des plus surveillés et filmés de la planète[295].

En l'avocate d'Assange déclare que Donald Trump aurait proposé à Assange en 2017 de lui accorder le pardon à la condition qu'il nie toute implication russe dans le piratage des courriels du Parti démocrate en 2016[296] ; ce que la Maison-Blanche dément[297],[298].

Selon le New York Times, l'offre par WikiLeaks d'une récompense de 20 000 $ pour des informations sur la mort de Seth Conrad Rich , le membre du personnel du DNC tué par balles dans le dos le , aurait alimenté une théorie du complot autour de sa mort[299],[300],[301], quoique WikiLeaks eût démenti que cette offre de récompense signifiât qu'elle pensait que Rich fût à l'origine de la fuite des courriers électroniques. Cette théorie soutenue par des Républicains lors de la campagne pour la présidentielle, notamment par Newt Gingrich, suggérait que quatre personnes mortes dans des conditions suspectes, dont Seth Rich, avaient été assassinées pour dissuader la parole de quiconque posséderait des informations susceptibles de faire échouer la campagne de Clinton ; ce qui, selon le site Snopes, ne serait pas vraisemblable[300],[302],[303],[304],[305].

Autres activités

Dans une interview de , Julian Assange se déclare en faveur de la transparence de l'information et du libéralisme économique. Il se montre sceptique quant à la régulation qu'il perçoit comme un risque pour la liberté, mais l'estime néanmoins nécessaire pour combattre la corruption et la tendance qu'auraient selon lui les marchés à tendre vers des situations de monopole[306].

Assange aux New Media Days 09 à Copenhague.

En mars 2012, il décide de se présenter aux élections sénatoriales de 2013 en Australie[307].

En , Julian Assange lance la diffusion hebdomadaire de douze émissions intitulées « The World Tomorrow » sur le réseau câblé financé par l'État russe RT Network, émissions présentant des entretiens avec des « acteurs, penseurs et révolutionnaires politiques »[308].

Le , Julian Assange s’exprime devant l’ONU, depuis l’ambassade d'Équateur à Londres où il est réfugié depuis 3 mois. Il dénonce notamment la chasse aux sorcières dont WikiLeaks et lui-même sont victimes, ainsi que les traitements que Chelsea Manning subit en détention[309].

En 2013, Julian Assange aide Edward Snowden à fuir les persécutions des États-Unis pour se réfugier en Russie[310],[311],[312].

En , il se prononce en faveur du Brexit[313].

En , à l'occasion du quatrième anniversaire de la mort d'Hugo Chávez, il fait l'éloge de la lutte de l'ancien président vénézuélien contre l'impérialisme, contre toutes les formes d’oppression et pour la démocratisation de l'information[314].

En , à l'issue de l'élection d'Emmanuel Macron, le comité de soutien officiel de Julian Assange demande sur son compte Twitter si la défaite de Marine Le Pen est due au sexisme[315]. Malgré des réponses et réactions sans équivoque sur Twitter, cette interrogation se transforme en sous-entendu plus marqué lors d'un second tweet, faisant au passage le parallèle avec l'élection américaine où, selon lui, la défaite d'Hillary Clinton serait également due à une résurgence du patriarcat[316].

Prix et distinctions

Julian Assange fait son entrée en 2010 dans le palmarès des 68 personnes les plus influentes du monde du magazine Forbes[317]. Il est élu personnalité de l'année 2010 par les lecteurs du site du magazine Time[318], ainsi que par la rédaction du journal Le Monde[319].

Il reçoit de nombreux prix[320] dont :

Publications

Livres

  • (en) Suelette Dreyfus, Underground : Tales of Hacking, Madness and Obsession on the Electronic Frontier, Lausanne, Reed Books Australia, , 321 p. (ISBN 978-2-88453-168-9) — Julien Assange est indiqué comme « chercheur » par le principal auteur.
  • (en) Julian Assange, Jacob Appelbaum, Andy Muller-Maguhn et Jérémie Zimmermann, Cypherpunks : Freedom and the Future of the Internet, OR Books, , 186 p. (ISBN 978-1-939293-00-8).
  • Menace sur nos libertés : Comment Internet nous espionne. Comment résister, Robert Laffont, , 245 p. (ISBN 978-2-221-13522-8 et 2-221-13522-9) — avec Jacob Appelbaum, Andy Müller-Maguhn et Jérémie Zimmermann.
  • Google contre WikiLeaks – L'histoire secrète de ma confrontation avec le président de Google, Ring, 2018.

Essais

  • (en) State and Terrorist Conspiracies (2006)
  • (en) Conspiracy as Governance (2006)
  • (en) The Hidden Curse of Thomas Paine (2008)

Vidéos

  • World Tomorrow , est une émission télévisée de 2012, de 12 épisodes de 26 minutes d'entrevues politiques animées par Julian Assange.
  • Mediastan , documentaire suédois de 2013 produit par Julian Assange pou,r concurrencer le film Le Cinquième Pouvoir (The Fifth Estate), qu'Assange décrit comme une attaque de propagande contre l’organisation WikiLeaks.

Bibliographie

Textes

Films

Documentaires

Fiction

Notes et références

Notes

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Julian Assange » (voir la liste des auteurs).
  1. En anglais : « Anne Hamilton-Byrne’s cult ».
  2. Ces documents, sur la guerre d’Irak, ont effectivement été publiés par WikiLeaks, quelques jours plus tard, en date du .
  3. Julian Assange refuse drastiquement d'en parler. Il a même interrompu une interview de CNN, en pleine séance d'enregistrement, alors que la journaliste, Atika Shubert , commençait à se faire de plus en plus insistante sur le sujet, ignorant ainsi délibérément les avertissements et refus préalables clairement exprimés par l'interviewé, quant à l'évocation de quoi que ce soit qui fût lié, de près ou de loin, à cette affaire.
  4. Dans sa lettre au président français, il le décrit ainsi en juillet 2015 : « J'y dispose de cinq mètres carrés et demi pour mes usages privatifs. L'accès à l'air libre, au soleil, m'a été interdit par les autorités du Royaume-Uni ; ainsi que toute possibilité de me rendre à un hôpital ; je n'ai pu utiliser le balcon du rez-de-chaussée de l'appartement que trois fois depuis mon refuge, à mes risques et périls, et n'ai jamais été autorisé à sortir pour faire de l'exercice… [M]on intégrité, physique comme psychologique, est, chaque jour qui passe, un peu plus menacée. »
  5. Dans sa lettre au président français, Assange dit : « Une douzaine d’agences américaines y participent officiellement, incluant le Pentagone, la Defence Intelligence Agency, la CIA, le FBI, l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), le ministère de la Justice et le département d’État. D’autres le font de façon plus secrète, comme cela a été révélé récemment à la suite d'une enquête parlementaire en Islande. »

Références

  1. a b c et d « Julian Assange, un hackeur devenu journaliste et icône controversée du droit à la transparence », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b (en) Raffi Khatchadourian, « No Secrets : Julian Assange’s mission for total transparency », The New Yorker, (consulté le ).
  3. (en) The secret life of Julian Assange, CNNWorld, 7 News, 2 décembre 2010 [vidéo].
  4. (en) « Assange's stepfather on his childhood », ndtv.com, .
  5. Monique Crépault, « L’homme derrière WikiLeaks », sur synchro-blogue.com, .
  6. Flavien Hamon, « Qui est Julian Assange ? », L'Express, (consulté le ).
  7. (en) D. Elias et G. Ryle, « Children celebrate release, but little else », The Age, 23 septembre 1994.
  8. (en) Sarah Moore Hamilton-Byrne, « Excerpt from Unseen, unheard, unknown », Leavingsiddhayoga.net (consulté le ).
  9. (en) « Meet the Aussie behind Wikileaks », Stuff, (consulté le ).
  10. (en) Nick Johns-Wickberg, « Daniel Assange: I never thought WikiLeaks would succeed », Crikey.com.au, .
  11. (en) Liste des contributeurs de PostgreSQL.
  12. « Extraits de Underground, de Julian Assange et Suelette Dreyfus », sur LExpress.fr, (consulté le )
  13. « Julian Assange: The man who exposed the world - Macleans.ca », sur www.macleans.ca (consulté le )
  14. Daniel Domscheit-Berg, Inside WikiLeaks, Grasset, 2011, p. 139.
  15. Guillaume Ledit et Olivier Tesquet, Dans la tête de Julian Assange, Actes Sud, .
  16. a b et c « Julian Assange : « En m’accueillant, la France accomplirait un geste humanitaire » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  17. (en) Sarah Oliver, « Julian Assange fathered two children inside Ecuadorian embassy », sur Mail Online, (consulté le )
  18. Le Figaro avec AFP, « Julian Assange a eu deux enfants avec son avocate à l'ambassade d'Équateur », Le Figaro, (consulté le ).
  19. L’orthographe correcte est Stella Moris (avec un un seul “r”) contrairement à ce qu’écrivent nombre de journalistes français : (en) « STELLA ASSOCIATION Who is Julian Assange’s partner Stella Moris? », sur thesun.co.uk (consulté le ).
  20. « Julian Assange’s partner Stella Moris speaks out: “His life is on the brink” », sur wsws.org (consulté le ).
  21. Laure Marchand, « Stella Morris : Julian Assange, son amour, sa bataille », sur marieclaire.fr,
  22. (de) Niklas Hofmann, « Der Gegenverschwörer », Süddeutsche Zeitung, , p. 15.
  23. « Wikileaks contre Google : le combat d’Assange, toujours sur le ring », sur Contrepoints, (consulté le ).
  24. Pierre Haski, Documents WikiLeaks : les fuites qui brouillent le jeu mondial, Rue89, 24 octobre 2010.
  25. (en) Chris McGreal, Wikileaks reveals video showing US air crew shooting down Iraqi civilians, The Guardian, 5 avril 2010.
  26. (en) « Inside WikiLeaks’ Leak Factory », Mother Jones magazine, (consulté le ).
  27. Les États-Unis demandent de ne pas diffuser les documents de Wikileaks, Le Nouvel Observateur/Reuters, 20 octobre 2010.
  28. « Un site Internet diffuse les images d'une bavure américaine en Irak », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. a et b (en) Philip Dorling, Are Assange's fears justified?, The Sydney Morning Herald, 23 juin 2012.
  30. a et b (en) Glenn Greenwald, FBI serves Grand Jury subpoena likely relating to WikiLeaks, Salon.com, 27 avril 2011.
  31. a et b (en) Glenn Greeenwald, WikiLeaks grand jury investigation widens, Salon.com, 9 juin 2011.
  32. « Selon WikiLeaks, les alliés ont massivement torturé en Irak », sur LExpress.fr, (consulté le )
  33. « WikiLeaks révèle l'horreur de la guerre en Irak », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  34. (en) « Letters between Wikileaks and the U.S. Government », sur www.nytimes.com, (consulté le )
  35. (en-US) « Opinion | WikiLeaks and the Diplomats (Published 2010) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  36. a et b « WikiLeaks : une transparence qui fait débat », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. a b c d e f et g « L'étrange inculpation du fondateur de WikiLeaks », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. (en) the slatest, « Assange's Interpol Warrant Is for Having Sex Without a Condom », Slate,‎ (lire en ligne).
  39. a et b Assange et « l'affaire du préservatif », Europe 1, 7 décembre 2010.
  40. a et b « La justice suédoise s'en prend quelques heures au fondateur de WikiLeaks », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  41. a et b « WikiLeaks : Julian Assange arrêté par la police britannique », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  42. « Viol pour viol », Le Canard enchaîné, , p. 8.
  43. a b et c « La Suède réclame l'arrestation de Julian Assange pour l'interroger », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. « Tout comprendre à l’affaire Julian Assange », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  45. (en) « Assange, Julian Paul », Interpol, (consulté le ).
  46. Assange recherché par Interpol, Courrier international, 1er décembre 2010.
  47. Le fondateur de WikiLeaks recherché par Interpol, cyberpresse.ca, 30 novembre 2010.
  48. (en) Personnel de rédaction, « Interpol issues 'Red Notice' for Wikileaks' Assange », BBC News,
  49. « Julian Assange : pas de viol, un risque d'extradition vers les USA », sur nextinpact.com, (consulté le )
  50. « Julian Assange est libéré sous caution », sur europe1.fr, 14 décembre 2010.
  51. a et b (en-GB) « Wikileaks founder Julian Assange freed on bail », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. (en) Michael Moore, « Why I'm Posting Bail Money for Julian Assange », sur HuffPost, (consulté le )
  53. « Assange veut "prouver son innocence" », sur Europe 1, (consulté le )
  54. « Julian Assange libéré après versement d'une caution », sur Libération.fr, (consulté le )
  55. a b et c « WikiLeaks publie l'intégralité de ses câbles diplomatiques », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  56. « Les câbles diplomatiques de WikiLeaks diffusés sur Internet », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  57. « Bavure de WikiLeaks: Julian Assange et le «Guardian» se renvoient la balle », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  58. a b et c « WikiLeaks: Cinq journaux condamnent la publication intégrale des câbles diplomatiques », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  59. a b et c « WikiLeaks sonde ses abonnés Twitter sur de nouvelles révélations », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (en-US) « Ethiopian journalist ID'd in WikiLeaks cable flees country », sur Committee to Protect Journalists, (consulté le )
  61. (en) « Leaked cables spark witch-hunt for Chinese 'rats' », theglobeandmail,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. a et b « Wikileaks: la Cour suprême britannique refuse le réexamen du cas d'Assange », sur LExpansion.com, (consulté le )
  63. (en) Julian Assange loses extradition appeal at Supreme Court, BBC News, 30 mai 2012.
  64. « Affaire Julian Assange : si vous avez raté un épisode », sur Franceinfo, (consulté le )
  65. a b c d e f g h i et j [email protected], « L’Équateur accorde l’asile politique à Julian Assange », sur nextinpact.com, (consulté le )
  66. (en) Andrew Hough, « Julian Assange: WikiLeaks founder seeks political asylum from Ecuador », Daily Telegraph,‎ (lire en ligne).
  67. a b c et d « Julian Assange », RTS Un, Radio télévision suisse « Pardonnez-moi »,‎ (lire en ligne [vidéo])
    « Darius Rochebin reçoit Julian Assange, fondateur et rédacteur en chef de WikiLeaks. Il est actuellement réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres. »
    .
  68. (en) Shiv Malik, « Julian Assange requests asylum at Ecuador embassy - live coverage », The Guardian, .
  69. a b et c « La justice britannique maintient son mandat d’arrêt contre Julian Assange », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  70. « Pourquoi Assange n'est pas libre malgré l'abandon des poursuites », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  71. a b c et d « Wikileaks: Londres déterminé à extrader Assange, décision attendue sur sa demande d'asile », sur nouvelobs.com, (consulté le )
  72. « Embassy of Ecuador in London » ECUADOR SHOCK AT THREATS FROM BRITISH GOVERNMENT » (version du 18 août 2012 sur l'Internet Archive), sur www.ecuadorembassyuk.org.uk,
  73. (en-GB) Damien Pearse, « Julian Assange can be arrested in Ecuador embassy, UK warns », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  74. (en) « Britain threatens to storm Ecuador embassy to get Assange », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  75. a et b « L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange », Libération, (consulté le ).
  76. a et b « Affaire Assange : Quito dénonce « un acte hostile et intolérable » de Londres », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  77. « Julian Assange s'est exprimé depuis le balcon de l'ambassade de l’Équateur à Londres », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  78. « Assange peut-il s'échapper de son ambassade assiégée ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  79. a et b Ottilia Ferey, « L'Équateur aurait dépensé des millions d'euros pour espionner Julian Assange », sur Le Figaro, (consulté le )
  80. a et b « ROYAUME-UNI. Julian Assange, l'homme qui coûtait trop cher à la police britannique », sur Courrier international, (consulté le )
  81. (en) La facture de surveillance de l'ambassade d'Équateur, Daily Mail, 25 avril 2014.
  82. « Prescription partielle pour les délits sexuels reprochés à Julian Assange » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  83. « Délai de prescription : Julian Assange libéré d'une partie des accusations pour viols, mais pas tiré d'affaire », sur nouvelobs.com, (consulté le )
  84. « Un groupe de travail de l’ONU estime que Julian Assange a été « détenu arbitrairement » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. (en) « Opinions adopted by the Working Group on Arbitrary Detention at its seventy-fourth session, 30 November – 4 December 2015 », Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (consulté le ).
  86. « Julian Assange perd une nouvelle bataille devant la justice suédoise », Le Point, (consulté le )
  87. (en) William McLennan, Concerns raised over hospital's treatment of 'brilliant' barrister who was hit by train, CamdenNewJournal, 19 août 2016.
  88. « Assange: l'audition pour viol présumé en Suède conclue », sur LExpress.fr, (consulté le )
  89. « Accusation de viol en Suède : Julian Assange donne sa version à la justice », sur France 24, (consulté le )
  90. (en) 14/15 November 2016 questioning at the Ecuadorian embassy legally privileged, transcription intégrale.
  91. « Julian Assange après l’abandon des poursuites contre lui : « Je n’oublie pas, je ne pardonne pas » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  92. Th B. avec AFP, « Suède : l'enquête pour viol visant Julian Assange classée sans suite », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  93. Léo Caravagna, « La Suède abandonne l'enquête pour viol contre Julian Assange », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  94. a b c et d « La police britannique arrêtera Julian Assange s'il sort de l'ambassade », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  95. « Le livre confession d’Anna Ardin, harcelée depuis sa plainte contre Julian Assange », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  96. a b et c (en) « UK prosecutors admit destroying key emails in Julian Assange case », sur The Guardian, (consulté le )
  97. (en) « Assange gets Ecuador citizenship », sur vice.com, (consulté le ).
  98. « L'Équateur naturalise le fondateur de Wikileaks », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  99. a et b « Julian Assange obtient la nationalité équatorienne », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  100. « La justice britannique maintient le mandat d’arrêt de Julian Assange », sur Libération.fr, (consulté le )
  101. a et b (en) « Sweden tried to drop Assange extradition in 2013, CPS emails show », sur theguardian.com, (consulté le )
  102. Communiqué du gouvernement équatorien, 28 mars 2018.
  103. (en-US) Glenn Greenwald, « Ecuador Will Imminently Withdraw Asylum for Julian Assange and Hand Him Over to the U.K. What Comes Next? », sur The Intercept, (consulté le )
  104. « Une société espagnole soupçonnée d'avoir espionné Assange pour la CIA », Le Figaro, (consulté le ).
  105. Jean-Marc Manach, « Assange espionné jusque dans les toilettes pour femmes », sur nextinpact.com, (consulté le )
  106. « Julian Assange entendu par un juge espagnol comme victime présumée d'espionnage », Le Figaro, (consulté le ).
  107. (en-GB) Dan Collyns, « 'Rude, ungrateful and meddling': why Ecuador turned on Assange », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  108. (en-GB) Dan Collyns, « Why does Ecuador want Assange out of its London embassy? », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  109. a et b Paméla Rougerie avec AFP, « Pourquoi Julian Assange a-t-il été expulsé après sept années dans l’ambassade d’Equateur ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  110. (en-GB) Dan Collyns, « Swedish man jailed in Ecuador over alleged WikiLeaks involvement », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  111. Rafael Correa, « L’Équateur, un pays détruit en deux ans », sur Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  112. « L'Équateur dément avoir décidé d'expulser Julian Assange de son ambassade à Londres », Les Échos, (consulté le ).
  113. a et b Le Figaro avec AFP, « Assange : « une vengeance personnelle » du président équatorien », sur Le Figaro, (consulté le )
  114. « WikiLeaks : l'Équateur nie « catégoriquement » être sur le point d'expulser Julian Assange », sur nextinpact.com, (consulté le )
  115. « WikiLeaks: L'Équateur nie être sur le point d'expulser Assange », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  116. « Vu de Quito. Pourquoi l’Équateur a retiré l’asile et sa nationalité à Julian Assange », Courrier international, .
  117. a et b L'Obs avec AFP, « Julian Assange arrêté dans l’ambassade de l’Équateur : 8 questions pour comprendre », sur nouvelobs.com, (consulté le )
  118. « Julian Assange arrêté par la police britannique dans l’ambassade d’Équateur », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  119. a et b Damien Leloup et Martin Untersinger, « Julian Assange arrêté à Londres et inculpé aux États-Unis pour avoir « conspiré » avec Chelsea Manning », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  120. « Julian Assange: 2487 jours après, et maintenant? », sur 20 minutes, (consulté le )
  121. « Assange refuse d'être extradé aux États-Unis », TDG,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le )
  122. Florian Guénet, « Arrestation de Julian Assange : Hillary Clinton approuve », La Nouvelle Tribune, .
  123. (en) « Ecuador to give U.S. Julian Assange's documents, possessions left behind in London embassy », sur Newsweek,
  124. (en-GB) « Wikileaks: Ecuador ‘to hand’ Assange belongings to US », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  125. a et b « Julian Assange condamné à près d’un an de prison pour violation des conditions de sa liberté provisoire au Royaume-Uni », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  126. (es) « Continúa la farsa judicial contra Assange » (consulté le )
  127. UN expert on torture sounds alarm again that Julian Assange’s life may be at risk.
  128. « Nils Melzer : « M. Assange présente tous les symptômes d’une exposition prolongée à la torture psychologique. » », sur Libération, (consulté le )
  129. a b et c Jérôme Hourdeaux, « Julian Assange en danger de mort, selon un rapporteur spécial de l’ONU » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  130. « OHCHR | UN expert on torture sounds alarm again that Julian Assange’s life may be at risk », sur www.ohchr.org (consulté le )
  131. « Julian Assange présente des symptômes de "torture psychologique", selon un rapporteur de l'ONU », sur Franceinfo, (consulté le ).
  132. « Selon l’ONU, le traitement infligé à Julian Assange met sa vie en danger », sur France 24, (consulté le ).
  133. Oscar Grenfell, « Le père de Julian Assange dit que la santé de son fils emprisonné à Belmarsh « décline rapidement » », sur wsws.org, .
  134. (en-US) craig, « Assange in Court », sur Craig Murray, (consulté le )
  135. (en) « UK: Extradition of Julian Assange to USA must not go ahead », sur www.amnesty.org.uk, (consulté le )
  136. « États-Unis/Royaume-Uni. Il faut abandonner les accusations visant Julian Assange et mettre fin à son extradition », sur www.amnesty.org, (consulté le )
  137. « Amnesty International réclame l’abandon des poursuites visant Julian Assange », sur nextinpact.com, (consulté le )
  138. (en) « End torture and medical neglect of Julian AssangeAssange », The Lancet,
  139. « Détention d'Assange : 117 médecins dénoncent une "torture psychologique" », sur RTL.fr, (consulté le )
  140. « Médecins et journalistes dénoncent la « torture psychologique » infligée à Julian Assange », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  141. (en) « UN Rapporteur on torture: “Julian Assange is a political prisoner.” », sur exberliner.com, (consulté le )
  142. « La Suède relance les poursuites pour viol contre Julian Assange », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  143. « La justice suédoise rouvre l'enquête pour viol visant Assange », sur Challenges, (consulté le )
  144. « Suède : la justice relance les poursuites pour viol contre Julian Assange », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  145. « La justice suédoise relance les poursuites pour viol contre Julian Assange », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  146. a b et c « Suède : les poursuites pour viol contre Julian Assange abandonnées », sur Marianne, (consulté le )
  147. « Le parquet suédois abandonne les poursuites pour viol contre Julian Assange », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  148. « Le parquet suédois abandonne les poursuites pour viol contre Assange », sur RTL.fr, (consulté le )
  149. « Suède : le parquet abandonne les poursuites pour viol contre Julian Assange », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  150. M.-L. W. avec AFP, « Julien Assange n’est plus poursuivi pour viol par la justice suédoise », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  151. a et b « La justice relance les poursuites contre Assange », TDG,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le )
  152. (en) « United States of America v. Julian Paul Assange » [PDF], Département de la Justice des États-Unis, .
  153. (en) « The Assange prosecution threatens modern journalism | Kenneth Roth », sur The Guardian, (consulté le )
  154. Jérôme Hourdeaux, « Derrière les poursuites contre Assange, les menaces sur la liberté de la presse » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  155. (en) Rick Wilson, « Opinion: There's a reason why Bernie bros and Trump supporters love Julian Assange so much », The Independent, .
  156. a b c d e f g et h « Les États-Unis décident d’inculper Julian Assange pour espionnage », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  157. Amandine Alexandre, « Julian Assange aux prises avec les États-Unis de Donald Trump et le Royaume-Uni de Boris Johnson » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le ).
  158. « Julian Assange ne doit pas être extradé vers les États-Unis », Amnesty International France, .
  159. « Des experts de l'ONU préviennent que l'arrestation d'Assange l'expose à de graves violations des droits humains », ONU, .
  160. (en) « UN experts warn Assange arrest exposes him to risk of serious human rights violations », ONU, .
  161. (en) « USA must drop charges against Julian Assange », sur www.amnesty.org (consulté le )
  162. a et b « Amnesty International réclame l’abandon des poursuites visant Julian Assange », sur nextinpact.com, (consulté le )
  163. a b c d e et f « Les États-Unis renforcent leurs accusations contre Julian Assange », sur lemonde.fr, (consulté le )
  164. (en) « The ongoing torture and medical neglect of Julian Assange », sur the lancet.com, (consulté le )
  165. « Des médecins dénoncent la « torture » subie par Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks », sur lemonde.fr, (consulté le )
  166. « Extradition de Julian Assange : la justice britannique statuera le 4 janvier », sur L'Obs, (consulté le )
  167. « Au procès du fondateur de Wikileaks, les « amis américains » d’une société de sécurité espagnole », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  168. « Julian Assange menacé par l’épidémie de Covid-19 en prison, RSF appelle à sa libération immédiate », sur rsf.org, (consulté le )
  169. « Le gouvernement allemand «suit avec inquiétude» la procédure d'extradition d'Assange », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  170. « UN expert asks U.S. President Donald Trump to pardon Julian Assange », Office of the High Commissioner for Human Rights, (consulté le )
  171. Louise Hall, « Can Trump pardon Julian Assange? », The Independent, (consulté le )
  172. Tristan Kirk, « Trump pardon for Julian Assange would 'secure President's legacy as defender of free speech' — Nobel laureates », The Standard, (consulté le )
  173. a et b (en) Jugement rendu par la Cour de Westminster : Le gouvernement des États-Unis d’Amérique contre Julian Assange, (lire en ligne)
  174. Jean-Marc Manach, « Une juge britannique refuse d'extrader Julian Assange », sur nextinpact.com, (consulté le )
  175. a et b « La justice britannique refuse l’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  176. « La justice britannique rend sa décision sur l'extradition de Julian Assange », sur Courrier international, (consulté le )
  177. (en-US) Elian Peltier et Megan Specia, « U.K. Judge Blocks Assange’s Extradition to U.S., Citing Mental Health Concerns », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  178. (en) Claudia Rebaza, Kara Fox and Vasco Cotovio, « UK judge denies US request to extradite Julian Assange », sur CNN, (consulté le )
  179. a b et c « La justice britannique refuse la demande de remise en liberté de Julian Assange », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  180. a et b « La justice britannique refuse la liberté à Julian Assange », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  181. (en) « US lawyers lodge appeal against block on Julian Assange’s extradition », Express & Star,‎ (lire en ligne)
  182. « Refus d’extrader Julian Assange : le gouvernement Biden fait appel », Le Point, (consulté le )
  183. (en-US) Charlie Savage et Elian Peltier, « Biden Justice Dept. Asks British Court to Approve Extradition of Julian Assange », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  184. a et b (en) « U.S. offers that Assange could serve sentence in Australia in extradition appeal », sur washingtonpost.com, (consulté le )
  185. « Assange: les États-Unis pourront en appeler de la décision sur l’extradition », sur lactualite.com, (consulté le )
  186. (en) « UK High Court grants limited permission for US to appeal Assange extradition ruling », sur rsf.org, (consulté le )
  187. « Julian Assange : le refus de son extradition vers les États-Unis examiné en appel », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  188. (en) « Fox News’ Bob Beckel Calls For « [I]llegally » Killing Assange: « A Dead Man Can’t Leak Stuff » », Huffington Post, [vidéo].
  189. Serge Halimi, « Pour Julian Assange », Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  190. « Barack Obama gracie l'ex-soldat Chelsea Manning, condamnée dans l'affaire WikiLeaks », sur Franceinfo, (consulté le )
  191. (en-US) David Carr et Ravi Somaiya, « Assange, Back in News, Never Left U.S. Radar (Published 2013) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  192. (en) Philip Dorling, « Assange targeted by FBI probe, US court documents reveal », sur The Sydney Morning Herald,
  193. (en-US) Glenn Greenwald et Ryan Gallagher, « Snowden Documents Reveal Covert Surveillance and Pressure Tactics Aimed at WikiLeaks and Its Supporters », sur The Intercept, (consulté le )
  194. (en) U.S. Urges Allies to Crack Down on WikiLeaks, The Daily Beast, 10 août 2010.
  195. (en) WikiLeaks Statement: "Google hands data to US Government in WikiLeaks espionage case", WikiLeaks sur wikileaks.org, 26 janvier 2015.
  196. (en) Manning vs. U.S. Department of Justice and FBI, 15 December 2015 [lire en ligne] [PDF].
  197. (en) « Michael Ratner, attorney for WikiLeaks and Julian Assange, dies at 72 », sur The Guardian, (consulté le )
  198. (en) Julian Assange Lawyers All Dead: Facts About John Jones And Michael Ratner, Morning News USA, 9 septembre 2016 (voir archive).
  199. a et b Juliette Gramaglia, « Wikileaks : qui sont ces "sources humaines" qu'Assange aurait mises en danger ? » Accès payant, sur arretsurimages.net, (consulté le )
  200. (en-US) « PolitiFact - McCain says Taliban 'murdered' people because of Chelsea Manning and WikiLeaks », sur politifact.com, (consulté le ).
  201. (en) Evan Perez, Pamela Brown et Shimon Prokupecz and Eric Bradner, « Sources: US prepares charges against WikiLeaks' Assange », CNN, .
  202. « L’ex-informatrice de WikiLeaks Chelsea Manning libérée de prison », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  203. « Julian Assange, silencieux et poing levé lors de son procès en extradition », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  204. « La justice britannique refuse l'extradition de Julian Assange vers les États-Unis », Le Figaro, (consulté le ).
  205. « La justice britannique refuse d'extrader Assange vers les États-Unis », Le Point, (consulté le )
  206. (en) Elizabeth Goitein, « The U.S. says Julian Assange ‘is no journalist.’ Here’s why that shouldn’t matter. », sur washingtonpost.com,
  207. (en) Jesse Byrnes, « Washington Post, New York Times editors blast Assange indictment », sur TheHill, (consulté le )
  208. a b et c « WikiLeaks : Julian Assange accusé par les Etats-Unis d'avoir mis des sources en danger », sur LExpress.fr, (consulté le )
  209. (en) « Bradley Manning leak did not result in deaths by enemy forces, court hears », The Guardian, (consulté le ).
  210. (en-US) « Farcical Coverage of Julian Assange’s Farcical Hearing », sur FAIR, (consulté le )
  211. Jérôme Hourdeaux, « Comment Julian Assange s’est retrouvé dans le viseur de la CIA », sur Mediapart, (consulté le )
  212. « La CIA aurait envisagé d’assassiner Julian Assange », Le Point, .
  213. (en-US) « Kidnapping, assassination and a London shoot-out: Inside the CIA's secret war plans against WikiLeaks », sur news.yahoo.com (consulté le ).
  214. « 11 avril 2019 - Royaume-Uni. Arrestation de Julian Assange. », sur Encyclopædia Universalis (consulté le ).
  215. AFP, « L’examen de la demande d’extradition d’Assange reprendra en septembre », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  216. « Julian Assange a eu deux fils avec son avocate quand il était à l’ambassade d’Équateur », sur ouest-france.fr,
  217. Dans la tête d'Assange, p. ch. 7.
  218. « Moreno accuse Assange d'espionnage », 24Heures,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le )
  219. (en) Maria Fleet and Ana María Cañizares, « Ecuador revokes citizenship of WikiLeaks founder Julian Assange », sur CNN, (consulté le )
  220. (en) « Julian Assange stripped of citizenship by Ecuador », sur The Guardian, (consulté le )
  221. « Poveda said he will file appeals asking for an amplification and clarification of the decision. “More than the importance of nationality, it is a matter of respecting rights and following due process in withdrawing nationality.” »
  222. Parti de Gauche, « Meeting de clôture du Remue méninges 2012 du Parti de Gauche - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion,
  223. « Julian Assange intervient par téléphone au meeting de Mélenchon », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  224. « Mélenchon apporte son soutien au «prisonnier» Assange, fondateur de WikiLeaks », sur leparisien.fr,
  225. Interview de Julian Assange par Antoine de Caunes, Canal Plus.
  226. « La mystérieuse photo d'Eric Cantona faisant du sport avec Julian Assange », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  227. (en) « WikiLeaks - Espionnage Élysée », sur wikileaks.org, (consulté le )
  228. Fabrice Arfi, Jérôme Hourdeaux et Julian Assange, « 2006-2012 : Hollande, Sarkozy et Chirac écoutés » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le ).
  229. Vincent Hermann, « FranceLeaks : Julian Assange prévient que « c'est le début d'une longue série » », sur nextinpact.com, (consulté le ).
  230. « Les USA ont espionné les 3 derniers présidents français (Wikileaks) », sur BFM TV, (consulté le ).
  231. « Wikileaks : Julian Assange demande l’asile à la France, qui refuse », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  232. a et b « Wikileaks : Hollande dit non à la demande d'asile politique d'Assange », sur Les Echos, (consulté le )
  233. « Les politiques s'offusquent du refus d'asile d'Assange par Hollande », sur LExpress.fr, (consulté le )
  234. « EELV : Julian Assange participe aux journées d'été », Le Point, (consulté le ).
  235. Arthur Berdah, « Julian Assange interviendra lors des journées d'été d'EELV », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  236. Guillaume Champeau, « Taubira favorable à l'asile politique pour Snowden et Assange », sur Numerama, (consulté le )
  237. « Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, demande l’asile à la France », sur Le Figaro,
  238. Lénaïg Bredoux, Jérôme Hourdeaux et Mathieu Magnaudeix, « François Hollande refuse l'asile à Julian Assange » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  239. « La France rejette la demande d'asile de Julian Assange », Le Figaro, 3 juillet 2015.
  240. « Assange dénonce le «coup de poignard dans le dos» de François Hollande », sur lapresse.ca, (consulté le )
  241. « Mélenchon accordera la nationalité française à Snowden et Assange s’il est élu », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  242. « Assange n'a pas encore demandé l'asile en Suisse », sur rts.ch, (consulté le )
  243. Dépêche, « La Poste suisse ferme le compte bancaire de Juilian Assange », sur France24.com, (consulté le ).
  244. « Wikileaks : le compte bancaire suisse d'Assange a été fermé », sur Nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le ).
  245. ats, « Genève aimerait accueillir Julian Assange », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  246. Beaucoup de journalistes font l’erreur d’écrire son nom avec deux « r », toutefois certains l’orthographient et correctement : MORIS ; par exemple : « Dans la salle d'audience, l'avocate Stella Moris, avec qui Julian Assange a eu deux enfants pendant sa réclusion à l'ambassade d'Équateur à Londres, a fondu en larmes. »« La justice britannique refuse l’extradition », sur sudouest.fr (consulté le )
  247. « Un appel de Genève pour la libération "immédiate" de Julian Assange », sur swissinfo.ch (consulté le )
  248. Le Dauphiné libéré, « Un appel de Genève pour demander la libération de Julian Assange » (consulté le )
  249. Coopérative Zeit-Fragen, « Horizons et débats », sur zeit-fragen.ch (consulté le )
  250. a et b « Le Mexique offre l’asile politique à Julian Assange », sur L'Obs, (consulté le )
  251. a et b « Le Mexique offre l'asile politique à Julian Assange », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  252. « « Les inculpations contre Julian Assange sont sans précédent, effrayantes, et un coup porté à la liberté de la presse » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  253. « La Convention européenne des droits de l’homme peut-elle empêcher l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis ? », L'Humanité, .
  254. (en) Jan Wolfe et Nathan Layne, « Assange hacking charge limits free speech defense: legal experts », Reuters, .
  255. « VIDEO. Eva Joly : "l'arrestation de Julian Assange est une attaque à la liberté de la presse" », France info, .
  256. « Lutter contre l’extradition d’Assange, c’est lutter pour la liberté de la presse », L'Humanité, (consulté le ).
  257. « Des parlementaires soutiennent Assange à Londres », VQH,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le ).
  258. « « Je suis choqué. Assange n'a fait que dire la vérité », clame Dick Marty », RTS, (consulté le ).
  259. « Des juristes suisses de renom veulent que la Suisse accordent l'asile à Julian Assange, fondateur de Wikileaks », Le Nouvelliste (consulté le ).
  260. « La bataille contre l'extradition commence pour Julian Assange », Le Point, (consulté le )
  261. (en) « Ron Paul Defends WikiLeaks Founder's Rights », CBS News, (consulté le ).
  262. « Julian Assange ne doit pas être condamné pour son travail de lanceur d'alerte (SNJ-CGT) », sur Acrimed | Action Critique Médias, (consulté le )
  263. « Gilets jaunes : 120 Français partent à Londres pour soutenir Julian Assange », sur leparisien.fr, (consulté le )
  264. « A l’audience d’extradition de Julian Assange, « merci les “gilets jaunes” ! » », sur L'Obs (consulté le )
  265. Thomas Liabot, « À Londres, Maxime Nicolle et des Gilets jaunes réclament la libération de Julian Assange », JDD, .
  266. (en-US) « Élevons notre voix pour Assange: un appel des journalistes du monde entier en faveur de Julian Assange – Speak up for Assange », sur speak-up-for-assange.org (consulté le )
  267. « Journalists Speak Up for Julian Assange », sur Club de Mediapart, (consulté le )
  268. « « Nous appelons à la libération de Julian Assange et de Chelsea Manning, victimes de la vengeance d’Etats » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  269. « Julian Assange, ce grand homme qui meurt dans l’indifférence générale », sur LaLibre.be, (consulté le )
  270. (en) « Why Julian Assange Doesn’t Want Hillary Clinton to Be President », The Observer, .
  271. (en) Julian Assange: Choosing Between Trump or Clinton is Like Picking Between Cholera or Gonorrhea, entretien avec Amy Goodman à la suite de la Convention nationale républicaine, 25 juillet 2016.
  272. (en) « Assange Warns More Leaks Coming, Compares Trump and Clinton to 'Cholera and Gonorrhea' », Haaretz, .
  273. (en) Assange: 2016 election is like choosing between 'cholera or gonorrhea', Politico, 27 juillet 2016.
  274. Justin Carissimo, « WikiLeaks publishes more than 1000 Hillary Clinton war emails », The Independent, .
  275. (en) Theodore Schleifer, « DNC treatment of Sanders at issue in emails leaked to Wikileaks », CNN, (consulté le ).
  276. (en) Maquita Peters, « Leaked Democratic Party Emails Show Members Tried To Undercut Sanders », NPR, (consulté le ).
  277. (en) Eli Lake, « Cyber-Experts Say Russia Hacked the Democratic National Committee », Bloomberg, (consulté le ).
  278. (en) « Assange blasts media for 'politicization' of election campaign in Fox interviews », Fox News, (consulté le ).
  279. (en) Sean Hannity, « Julian Assange on Sean Hannity » [vidéo], YouTube/Fox News, (consulté le ).
  280. (en) Amy Goodman, « Julian Assange on Trump, DNC Emails, Russia, the CIA, Vault 7 & More » [vidéo], YouTube/Democracy now, .
  281. « WikiLeaks – The Podesta Emails », sur wikileaks.org (consulté le ).
  282. (en) WikiLeaks releases excerpts from Clinton's Wall Street speeches, New York Daily News, 7 October 2016.
  283. « WikiLeaks – The Podesta Emails », sur wikileaks.org (consulté le ).
  284. (en) WikiLeaks Appears To Release Hillary Clinton's Paid Speech Transcripts, BuzzFeed, 8 octobre 2016.
  285. (en) « How Julian Assange Turned WikiLeaks Into Trump’s Best Friend », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne)
  286. Amaelle Guiton, « Le torchon brûle entre Assange et l'Équateur », sur Libération.fr, (consulté le )
  287. Amaelle Guiton, « Le drôle de jeu de Julian Assange dans l'élection américaine », sur Libération, (consulté le )
  288. Damien Leloup, « Pourquoi WikiLeaks soutient Trump ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  289. (en) « WikiLeaks - Assange Statement on the US Election », sur wikileaks.org, (consulté le )
  290. Copie de la lettre d'invitation datée du .
  291. Amaelle Guiton, « Campagne présidentielle américaine de 2016: le spectre de Julian Assange réapparaît », sur Libération, (consulté le )
  292. Frédéric Autran, « Les étranges conversations entre Donald Trump Jr et WikiLeaks », sur Libération, (consulté le )
  293. « Les leçons de manipulation de Julian Assange à Donald Trump Jr », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  294. Frédéric Autran, « La preuve d’une collusion entre Trump, WikiLeaks et la Russie ? », sur Libération, (consulté le )
  295. Serge Halimi, « L’honneur perdu du « Guardian » ? », sur monde-diplomatique.fr, (consulté le )
  296. (en) Julian Borger Owen Bowcott, « Donald Trump 'offered Julian Assange a pardon if he denied Russia link to hack' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  297. « Trump nie avoir offert une grâce à Assange s’il dédouanait la Russie », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  298. « Julian Assange : Trump aurait proposé une grâce s’il dédouanait la Russie, la Maison Blanche dément », sur nextinpact.com, (consulté le )
  299. (en-US) Sarah Mervosh, « Seth Rich Was Not Source of Leaked D.N.C. Emails, Mueller Report Confirms », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  300. a et b (en-US) « FACT CHECK: Fourth Mysterious Death Connected to the DNC? », sur Snopes.com, (consulté le )
  301. (en) Jeff Stein On 08/20/16 at 4:34 PM EDT, « Inside the killing of DNC staffer Seth Rich », sur Newsweek,
  302. (en-US) « Clinton Researcher Victor Thorn Reportedly Found Dead », sur Snopes.com, (consulté le )
  303. (en-US) « Prominent AFP Clinton Researcher Found Dead », sur American Free Press, (consulté le )
  304. (en-US) « DNC Lawsuit Process Server Shawn Lucas Dead », sur Snopes.com, (consulté le )
  305. (en) Jessica McBride, « DNC Process Server Shawn Lucas Cause of Death Released », sur Heavy.com, (consulté le )
  306. (en) Andy Greenberg, An Interview With WikiLeaks' Julian Assange, Forbes, 29 novembre 2010.
  307. WikiLeaks : Assange candidat en Australie, Le Figaro, 17 mars 2012.
  308. Xavier Vespa, Julian Assange fait son show télé, Les News, 16 avril 2012 (voir archive).
  309. Xavier Berne, « Julian Assange s’est exprimé devant les Nations Unies », sur nextinpact.com, (consulté le )
  310. Vincent Hermann, « Julian Assange aide Edward Snowden à rejoindre l’Équateur », sur nextinpact.com, (consulté le )
  311. « Royaume-Uni : le plan secret de la Russie pour exfiltrer Julian Assange », Le Point, (consulté le ).
  312. Pierre Prier, « La cavale invisible d'Edward Snowden », Le Figaro, (consulté le ).
  313. Julian Assange, le banni indomptable, entretien par Alfred de Montesquiou, Paris Match, 16 juin 2016, p. 135-138.
  314. (es) « Julian Assange reconoce papel global de Hugo Chávez », Tele Sur, .
  315. (en) « Did Le Pen lose due to sexism? », Twitter, .
  316. Claire Digiacomi, « Julian Assange s'interroge : "Marine Le Pen a-t-elle perdu la présidentielle à cause du sexisme ?" », Huffington Post, .
  317. (en) Julian Assange sur le site de Forbes.
  318. Julian Assange personnalité de l'année 2010 par les lecteurs du site du Time.
  319. « Julian Assange, homme de l'année pour "Le Monde" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  320. (en) « Julian Assange at the centre for investigative journalism », tcij.org, (consulté le ).
  321. (en) « Index on Censorship Award winners 2008 », sur Index on Censorship (consulté le ).
  322. (en) « Amnesty International Media Awards 2009: full list of winners », The Guardian, (consulté le ).
  323. « Julian Assange: Readers’ Choice for TIME’s Person of the Year 2010 », Time, (consulté le ).
  324. « Julian Assange », sur Sam Adams Associates for Integrity in Intelligence, (consulté le ).
  325. (en) « Julian Assange Given Press Freedom Award », CBS News, (consulté le ).
  326. (en) Sydney Peace Medal: Julian Assange, Prix Sydney de la paix.
  327. (en) Julian Assange awarded Australian peace prize, The Guardian, 11 mai 2011 (voir archive).
  328. (en) « Previous Winners », The Martha Gellhorn Prize for Journalism (consulté le ).
  329. (en) « Walkley Winners Archive », The Walkley Foundation (consulté le ).
  330. (en) « Liberty Victoria overview 2010-2011 », Liberty Victoria (consulté le ).
  331. (en) « Big Brother Award 2012 », Big Brother Award (consulté le ).
  332. (en) « Past Honorees » [archive du ], Global Exchange Human Rights Awards (consulté le ).
  333. (en) « Yoko Ono Lennon Presents 2013 Courage Award to Julian Assange », Imagine Peace, (consulté le ).
  334. (en) « Piece #1 – The Julian Assange Show with Hassan Nasrallah », New York Festivals (consulté le ).
  335. (en) « Kazakh Journalists' Union Honors WikiLeaks Founder », Radio Free Europe, (consulté le ).
  336. (en) Alan Jones, « Julian Assange wins EU journalism award », sur The Canberra Times, (consulté le )
  337. (en) « Julian Assange held in 'sordid' solitary confinement for up to 23 hours a day », sur inews.co.uk (consulté le )
  338. « Der Stuttgarter Friedenspreis 2020 geht an Julian Assange », sur die-anstifter.de (consulté le )
  339. « Cette année, le prix de la Paix de Stuttgart est décerné à Julian Assange », sur Pressenza, (consulté le )
  340. (en-GB) John Pilger, « Clips from John Pilger's The War You Don't See », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  341. (en-GB) Simon Hattenstone, « Laura Poitras on her WikiLeaks film Risk: ‘I knew Julian Assange was going to be furious’ », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  342. (en) Bruce Haring, « Officials Angry At Billboard Ban For ‘Architects Of Denial’ Film », sur Deadline, (consulté le )
  343. (en-US) Ken Jaworowski, « Review: ‘The New Radical’ Asks, Is It O.K. to Build Your Own Gun? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  344. « Julian Assange, le prix de la vérité - Un documentaire LCP », sur youtube.com, (consulté le )
  345. « Julian Assange, le prix de la vérité - LCP », sur lcp.fr (consulté le )
  346. « « Julian Assange, le prix de la vérité », retour sur une figure controversée sur LCP », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  347. (en) « WikiLeaks' Julian Assange to guest on 'The Simpsons' -- EXCLUSIVE », sur EW.com (consulté le ).
  348. « Wikileaks : Le Cinquième Pouvoir, le film qui fait bondir Assange, »], L'Obs/AFP, (consulté le ).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • CiNii
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Service bibliothécaire national
    • Bibliothèque nationale de la Diète
    • Bibliothèque nationale d’Espagne
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale de Pologne
    • Bibliothèque nationale d’Israël
    • Bibliothèque universitaire de Pologne
    • Bibliothèque nationale de Catalogne
    • Bibliothèque nationale de Suède
    • Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale
    • Bibliothèque nationale d’Australie
    • WorldCat
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes :
    • Brockhaus Enzyklopädie
    • Encyclopædia Britannica
    • Encyclopédie Treccani
    • Gran Enciclopèdia Catalana
    • Swedish Nationalencyklopedin
    • Munzinger Archiv
    • Store norske leksikon