Jagdgeschwader 300

Jagdgeschwader 300
Image illustrative de l’article Jagdgeschwader 300

Création
Dissolution
Pays Allemagne
Allégeance Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Branche Luftwaffe
Type Escadre de Chasseurs
Rôle Supériorité aérienne
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Défense du Reich

La Jagdgeschwader 300 (JG 300) (300e escadre de chasseurs)[N 1] est une unité de chasseurs de la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre mondiale. Active de 1943 à 1945, l'unité était dédiée aux missions Wilde Sau avant d'être pleinement incorporée à la défense aérienne du Reich.

Opérations

La JG 300 opéra sur des chasseurs Messerschmitt Bf 109G et K, ainsi que des Focke-Wulf Fw 190A et D[1],[2]

Truie sauvage (1943)

Un nouveau type de combat

Les attaques nocturnes de bombardiers anglais (ici des Lancaster) illuminaient les nuits.

La JG 300 résulte simplement de la numérotation officielle de la JG Herrmann[3]. Cette unité atypique est alors en lisse depuis le printemps est s'est spécialisée dans la chasse de nuit sur monomoteur, grâce à une technique dénommée Wilde Sau (truie sauvage). Elle consistait à profiter de la clarté résultant des incendies créés par les frappes des appareils du Bomber Command pour cibler les bombardiers anglais rendus visibles au-dessus du sol[4]. Les premiers essais furent menés en au sein du N.J.V.K.[N 2] sous le commandement du Major Hans-Joachim Herrmann[5] également créateur de la tactique[6]. La première victoire fut très probablement obtenue dans la nuit du 13 au tout comme la première perte matérielle, due cependant à la Flak allemande[7]. Cette unité devient la JG Hermann à la mi-juillet avec un Stab de commandement et trois groupes de trois escadrilles. Empruntant initialement des chasseurs d'escadre de jour, la JG Herrmann reçoit bientôt ses propres appareils tout neufs[8] : les I. et III. gruppe opèrent sur Bf 109 tandis que le Stab et le II. gruppe volent sur Fw 190[3].

Dans la nuit du 24 au , la RAF bombarde la ville de Hambourg qui sera suivit de trois autres raids. Les Anglais ont utilisé des contre-mesures rudimentaires (des bandes d'aluminium) qui neutralisent les radars allemands rendant du coup le guidage des chasseurs de nuit de la Nachtjagd quasiment impuissants. D'où l'empressement du Reichmarshall Hermann Göring d'accélérer la mise en service de groupes Wilde Sau, ses chasseurs n'ayant besoin d'aucun moyens radars pour intercepter leurs cibles[9], en attentant de trouver une solution technique pour différencier les échos des leurres et ceux des bombardiers anglais[10]. Hambourg subit encore de lourdes attaques dans la nuit du 27 au ainsi que celle du 29 au 30 et c'est lors de cette dernière que la JG Herrmann put tirer son épingle du jeu. Les énormes incendies au sol découpaient parfaitement les silhouettes des quadrimoteurs et une trentaine d'entres eux furent abattus (environ la moitié pour la Wilde Sau) et 43 autres endommagés[11],[12]. La RAF récidive le lendemain soir sur Remscheid et la JG Herrmann revendique une quinzaine de succès grâce notamment à d'excellentes conditions météorologiques [13],[14]. Un dernier raid sur la ville dans la nuit du 2 au saigna une fois de plus le Bomber Command. Handicapé par un fort givre, la formation de bombardiers lourds vit un quart d'entres-eux abandonner la mission tandis que les autres tombèrent sur les chasseurs de nuit des NJG 1 et 3 qui en abattirent 12, 14 autres étant à mettre au compte des Me 109 et Fw 190 de la Wilde Sau sans aucune pertes[15].

Un procédé efficace mais fragile

Les pertes anglaises étaient maintenant de plus en plus critiques d'autant plus que les pilotes de la Nachtjagd eurent maintenant pour consignes de reprendre les mêmes méthodes que leurs homologues de la JG Herrmann. Les nuits claires du mois d'août facilita grandement les interceptions, mais l'autonomie plus faible des chasseurs monomoteurs limitait cependant leurs rayons d'action[16]. Néanmoins le , un de ces avions parvient à descendre officiellement son premier Mosquito, un appareil particulièrement difficile à abattre[17]. Le , la JG Hermann devient officiellement JG 300[3] qui se voit bientôt engagée pour défendre Berlin (23 au ). Bénéficiant de bonnes conditions météo mais aussi d'une plus grande autonomie grâce à des réservoirs supplémentaires, la JG 300 descend 16 bombardiers pour 9 avions perdus, dont celui du Kommodore Hajo Herrmann qui évacue son Fw 190A-6[N 3]. Le Bomber Command compta ce jour là 57 avions manquants dans ses rangs[18]. L'as de la Wilde Sau du moment le Hauptmann Friedrich-Karl "Nassen" Müller du Stab et le Leutnant Robert Plewa de la 8. Staffel[N 4]. s'adjugent chacun un triplé[19].

Un Bf 109G-6 et un Fw 190A-6 du JG Herrmann, début août 1943, pilotés respectivement par les Hauptmann Ewald Janssen et Friedrich-Karl Müller[20].

Un premier bilan fin août[N 5] permit de confirmer la fiabilité du procédé Wilde Sau, alors que les doutes subsistaient encore deux mois avant, en raison de la dangerosité de ce type de mission[21]. Naquirent ainsi deux autres escadres, les JG 301 et JG 302 qui amena un jeu de chaise musicale entre les différents groupes des trois escadres (voir organisation). Afin de fournir suffisamment de chasseurs en nombre, les nouvelles unités furent installées au coté d'escadres de chasse de jour avec qui elles partageaient désormais les Bf 109 et Fw 190. Il en résulte des moyens logistiques énormes ainsi que des systèmes de communications et de détections élaborés[22]. En et malgré une interruption des bombardements entre le 8 et le 21 (le temps de combler les pertes)[23], la JG 300 revendiqua une centaine de succès lors de huit confrontations avec le Bomber Command et plusieurs pilotes parvinrent à abattre deux voir trois adversaires en une sortie nocturne[24]. L'un des problèmes majeur était le manque de chasseurs, en particulier pour le III./JG 300 qui devait emprunter les siens au III./JG 11, ainsi que le manque de mécaniciens et de chefs d'escadrille expérimentés[25]. D'autant plus que la version du Bf 109G équipé de canons de 20 mm en gondole était peu appréciée, sa vitesse et sa maniabilité étant plus faible que pour la version F[26].

Mais le plus gros talon d'Achille de la JG 300 et des autres unités Wilde Sau demeurait leur dépendance aux conditions météorologiques. Une couverture nuageuse pouvait faire perdre un temps considérable aux pilotes qui épuisaient aussi bien le carburant que la mécanique en cherchant le contact visuel avec les vagues de bombardiers[27]. Les pertes étaient souvent dues à des pannes d'essence faute d'avoir pu rejoindre un aérodrome à temps. L'Oberleutnant Robert Plewa devenu Staffelkapitän de la 2./JG 300 en fit les frais le  ; il avait 8 victoires à son actf[28]. Comme si ça ne suffisait pas, la JG 300 fut également utiliser sporadiquement contre l'USAAF dans la journée sans compter que le Bomber Command comprit bien vite que frapper par mauvais temps lui permettrait de limiter ses propres pertes[29]. Le mois d'octobre s'acheva donc par un bilan assez mitigé pour les Allemands avec une cinquantaine de succès revendiqués[30].

Baisse d'efficacité

En novembre, la météo se dégrade encore un peu plus rendant chaque sortie Wilde Sau plus périlleuse encore. Le givrage était le pire ennemi des pilotes des Bf 109 et Fw 190 (surtout en traversant la couche nuageuse), les deux appareils n'étant pas conçus initialement pour ce genre de mission. Les interceptions de bombardiers étaient désormais d'avantage dû au hasard, et les atterrissages à la chance[31]. Le Bomber Command remit le couvert sur Berlin dés la nuit du 18 au , une "bataille de Berlin" qui allait dure cinq mois durant. Cette nuit, le Leutnant Ernst-Erich Hirschfeld (5./Staffel) et le Feldwebel Hermann Wischnewski (1./Staffel) revendiquèrent chacun deux succès mais l'as aux 7 victoires le Feldwebel Host John (2./JG 300) périt au combat[32]. Quatre jours plus tard, par une nuit sombre et nuageuse, plus de 600 bombardiers et 11 Mosquitos arrivèrent au-dessus de la capitale allemande : la JG 302 en descendit quatre, la JG 300…aucun, ses pilotes tournant sans cesse dans la nuit faute d'apercevoir les incendies ou encore les projecteurs[33]. Le , les JG 300, 301 et 302 subirent encore des échanges de groupes mais le manque d'effectifs impliqua du renfort venu d'écolage, sans compter que haut commandement de la Luftwaffe[N 6], peu soucieux de la fatigue endurée par les pilotes, souhaitait utiliser de plus en plus la Wilde Sau de jour si nécessaire afin de lutter contre la 8th Air Force[34].

Jusqu'à la fin de l'année, les coups d'éclats de la JG 300 se firent désormais rares. Le , quelques pilotes triés sur le volet du I./JG 300 sont impliqués dans l'interception de B-17 et B-24 venus s'en prendre sans escorte aux installations portuaires de Bremen. Cependant, les armes de bord réglées pour tirer à 100 m la nuit oblige les Allemands à s'approcher très près des quadrimoteurs américains et de leurs multiples mitrailleuses de défense. Quatre bombardiers sont descendus mais sur les huit Bf 109 impliqués, la moitié sont perdus et tous les autres endommagés à divers degrés[35]. Les premières chutes de neige viennent bientôt s'ajouter à l'équation et les Américains mettent maintenant en lisse leur nouveau chasseur P-51. Dans ces conditions, difficile pour un pilote même aguerri de combattre efficacement[36]. La JG 300 termina le mois de décembre avec moins de 20 victoires aériennes[37] mais une nouvelle technologie allait bientôt permettre à la Wilde Sau de reprendre un peu pied à l'étrier[38].

Changement de doctrine (1944)

Le radar embarqué

Fw 190A-6 du II./JG 300 accidenté en février 1944, doté du radar FuG 217 extérieurement visible par ses antennes devant le cockpit et sur chaque aile ; les pilotes le surnommèrent à juste titre "porc-épic"[39].

Le radar FuG 217 se résumait à des tiges métalliques plantées sur le fuselage et les ailes, ainsi qu'un écran de visualisation. Léger et simple à utiliser, l'appareil permettait au pilote de déterminer la position et la vitesse de sa cible. L'écran avait toutefois tendance à éblouir son utilisateur qui perdait ainsi son acuité nocturne. Expérimenté au sein du I./NJGr 10 chargé de tester les nouveaux appareillages, le radar donna à la JG 300 et la Wilde Sau un nouveau souffle. Toutefois, seuls les chasseurs Fw 190 en furent équipés[40], impliquant le Stab et le II./JG 300, les deux autres groupes opérant sur Me 109[41].

Aux cours de deux attaques anglaises (2 et ), le I./JG 300 revendique une douzaine de victoires[42],[N 7]. En revanche, les bimoteurs Mosquito demeuraient toujours des oiseaux difficiles à abattre en raison de leur vitesse et de leur plafond élevés[43]. A la fin du mois, le Bomber Command frappe à nouveau et les I. et III./JG 300 descendent le 12 adversaires pour la perte d'un pilote et d'un autre blessé[44].

Le début d'année 1944 vit cependant la disparition de quatre grands as. Le Feldwebel Kurt Emler, récemment transféré à la JG 302, est tué au combat le [45]. Trois jours plus tard, le Staffelkapitän de la 6./JG 300 le Leutnant Werner Treush s'écrase à cause du givrage[46]. Dans la nuit du 23 au , c'est au tour du chef de la 1. Staffel l'Oberleunant Walter Harjes d'être abattu après un combat avec des Mosquito. Son successeur le Leutnant Otto Brüning ne lui survit que sept jours, victime d'une panne sèche[44]. Tous approchaient ou dépassaient la dizaine de victoires.

Anglais et Américains ensembles

Les conditions climatiques de la première quinzaine de février laissèrent tous les belligérants au repos[47]. Lorsque la météo fut meilleure, les Britanniques revinrent en force dans la nuit du 15 au mais le brouillage radio fut tellement efficace que la JG 300 ne put intercepter les bombardiers. Tous les appareils cependant rentreront sans encombre, soulignant le bon niveau d'entraînement de ses pilotes[48]. Du 20 au eut lieu le Big Week ou "Opération Argument", une série de frappes alliées sur des objectifs aéronautiques du Reich destinées à provoquer une bataille décisive contre la Luftwaffe. Américains et Britanniques se succédèrent dans d'immenses formations (entre 600 et 1 000 bombardiers) lourdement escortées[49]. Peu habitués à voler de jour et devant également combattre la nuit, les hommes de la JG 300 revendiquent tout de même 22 succès au cours de cette semaine chargée, pour 11 appareils détruits, 2 morts et 5 blessés[50]. Début mars, l'unité eut encore l'occasion d'affronter les Américains en pleine journée lors de gigantesques combats aériens, et descendirent une douzaine de bombardiers et quelques chasseurs d'escorte les 6 et [51].

A partir du , la JG 300 se concentra presque exclusivement sur le Bomber Command, car il ne pouvait rivaliser la journée avec les redoutables P-51[52]. Jusqu'au , l'escadre descendit une trentaine de quadrimoteurs dont quelques uns grâce au radar Neptune[53]. Le , un vent violent dispersa la couverture nuageuse haute entre Schweinfurt et Nürnberg censée dissimiler les bombardiers britanniques, rendus d'autant plus visibles par leur traînés de condensation éclairées par la lune. Les Allemands s'en donnèrent à cœur joie et on dénombra un record inégalé de 95 quadrimoteurs abattus et 33 autres endommagés. La JG 300 pour sa part revendiqua 12 succès sans pertes[54].

Plusieurs missions d'interception infructueuses eurent lieu début avril, toujours pour des raisons météorologiques[55]. Dans la nuit du 22 au , les trois groupes de la JG 300 renouèrent avec un succès important en abattant 13 quadrimoteurs venus frapper en deux raids sur Düsseldorf et Braunschweig. Guère plus jusqu'à la fin du mois mais les pilotes de l'escadre n'en demeurèrent pas moins fatigués par leurs longs vols de nuit dans leur cockpit étroit. Qui plus est, chacun des trois groupes possèdent le plus souvent que dix à quinze chasseurs opérationnels seulement[56],[N 8]. Mi-mai, la JG 300 put avoir une dotation plus raisonnable de 80 machines[57]. Du 22 au , elle remporta 14 victoires[58], mais ce fut là sa dernière grande nuit.

Engagée dans la défense du Reich

Fin mai, Hermann Göring décida de son propre chef d'engager pleinement la JG 300 dans la chasse de jour afin de contrer la force de frappe américaine. Cette décision fut pour le moins incohérente pour deux raisons : la première est le manque évident d'expérience des pilotes pour le combat de jour, même pour les plus expérimentés ; la seconde est le retour des beaux jours qui avaient tant réussis aux pilotes de la Wilde Sau l'année précédente, et qui ne se fera donc pas en 1944. Malgré ce renforcement d'effectifs, la Luftwaffe engagée dans la défense du Reich se battait toujours à 1 contre 4 contres les Américains, un rapport qui grimpa à 1 à 12 lorsque la plupart des unités de chasse à l'Ouest furent transférées pour contrer le débarquement de Normandie quelques jours plus tard[59]. Face à une tache immense, la JG 300 voit son troisième gruppe renforcé d'une quatrième escadrille et peut désormais compter 136 machines dans ses effectifs, dont 80% opérationnelles[60].

Après plusieurs jours consacrés aux entrainements (qui ne se feront pas sans casse)[61], les choses sérieuses repartent de plus belles le face à la 15th USAAF[N 9] quand deux groupes de la JG 300 (déplacée pour l'occasion plus au sud) interceptent tour à tour des B-24. Ils descendent 8 bombardiers et 1 chasseurs mais perdent autant d'appareils et trois pilotes sont tués [62]. Les 20, 21, 26 et , les Américains sortent l'artillerie lourde en frappant l'Allemagne et l'Autriche avec notamment les premières missions "navettes". Les industries de carburant synthétique, de roulement à billes et les usines d'aviation sont les cibles prioritaires. Ces frappes pouvaient compter plus de 1 400 bombardiers escortés par plus de 600 chasseurs, mais les Américains manquent au début de coordination contrairement aux Allemands. La JG 300 perdit 25 pilotes mais revendiqua cependant plus de 100 victoires, bien que toutes ne fussent pas confirmées. Les vétérans l'Oberleutnant Ernst-Erich Hirschfeld et le Leutnant Klaus Bretschneider passent ainsi tous deux la barre des 20 victoires[63].

Chasseurs d'assaut

Fw 190A-8R2 de la 7./JG 300 en août 1944 dont on peut voir ici l'armement de l'aile gauche : un canon de 20 mm interne et un canon de 30 mm extérieur dont le fût est plus court.

Fin juin, le Major Walther Dahl anciennement à la tête du III./JG 3 prend les reines de la JG 300 et spécialise le second groupe à (l'instar du IV./JG 3) en Sturmgruppe (groupe d'assaut). Techniquement, les FW 190 sont équipés de blindages supplémentaires pour protéger le cockpit et les canons d'ailes extérieurs de 20 mm sont remplacés par des MK 108 de 30 mm. Ainsi équipé, un Fw 190 bien qu'alourdi, peut s'approcher de très près d'un quadrimoteur afin de l'abattre quasiment à coup sûr[64], et si nécessaire par abordage volontaire[65]. Le , la 8th Air Force est de retour en Allemagne avec plus de 1 100 bombardiers B-24 et B-17. Ces derniers arrivèrent en retard sur cible laissant les Liberator seuls face à toute la JG 300 et au IV./JG 3 ainsi que quelques chasseurs lourds. Leurs pilotes ne se firent pas prier et revendiquèrent respectivement 40, 23 et 8 victoires, dont 80 % de bombardiers[66],[67],[68]. Le principe du Sturmgruppe faisait ses preuves même si les chiffres sont à prendre avec quelques précautions[N 10].

La Nachtjagd avait désormais en charge le Bomber Command avec le I./JG 301 mais les Mosquito demeuraient un problème pour les Allemands, d'autant que ces bimoteurs rapides qui ouvraient habituellement la voie aux quadrimoteurs, frappaient désormais eux même directement Berlin. Le III./JG 300 fut réquisitionné pour y mettre fin mais la "merveille en bois" comme le surnommaient les Anglais restait intouchable[69]. Tous le mois de juillet reste donc une affaire germano-américaine avec d'immenses raids qui se succèdent à un rythme effréné. München est visée les 13 et par plus de 1 000 quadrimoteurs dotés d'une forte escorte. La JG 300 revendique en moyenne une douzaine de succès pour ces deux jours mais perd 9 pilotes en combat et une quinzaine d'avions sont accidentés à la suite de transferts[70]. Puis durant quatre jours ininterrompus, les 8th et 15 th Air Forces frappèrent l'Allemagne du nord au sud mais également la Tchécoslovaquie. La JG 300 revendique environs 15 à 20 victoires à chaque fois, en faisant en sorte d'emmener tant bien que mal les Fw 190 du Sturmgruppe sur les bombardiers tandis que les Bf 109 se chargent de les escorter. L'escadre perd 18 pilotes et plus de 50 machines, dont quelques unes détruites au sol. La 5./JG 300 perd ainsi le son chef le Hauptmann Rudolf Scharfenberg (7 victoires) tandis que le Staffelkapitän de la 8./JG 300 l'Oberleutnant Kurt Gabler est blessé trois jours plus tard à sa 23e mission après avoir obtenu ses 16e et 17e succès. Seule la météo empêcha un cinquième raid d'affilé[71].

Du 25 au , la 15th Air Force frappe des objectifs en Autriche, en Roumanie, en Yougoslavie, et en Hongrie, relayé les deux jours suivants par de nouveaux bombardements en Allemagne de la part de la 8th. Ces raids de fin de mois impliquent moitié moins de bombardiers et environs 80 avions américains sont perdus du fait de la JG 300 (en majorité des B-17 et des B-24) qui perd elle-même une trentaine d'avions. Malgré ce ratio favorable, l'escadre déplore 15 pilotes tués et 8 autres blessés, parmi eux de grands as. Le Leutnant Gerhard-Alfred Bärsdorf du Stab II./JG 300 périt le 28 en rentrant en collision avec un ailier ; il avait une dizaine de victoires à son actif. Lors de la même mission, l'Oberleutnant Ernst-Erich Hirschfeld à la tête de la 6. Staffel s'éjecta mais son parachute ne s'ouvrit pas ; ses 24 victoires en quarante missions lui valu la Croix de Chevalier à titre posthume. Le lendemain, Hermann Wischnewski décolla seul (on avait oublié de le réveiller !) et revendiqua deux B-17 détruits et un P-51 endommagé avant qu'une rafale ennemie ne le contraigne à s'éjecter près du sol. Gravement blessé, l'as termina là sa carrière et recevra lui aussi la Croix de Chevalier avec un score identique[72]. A noter également la mort lors de cette sortie du Feldwebel Ernst Schäfer (9 victoires, officieusement le double) passé à la JG 302[73]. Début août, plusieurs tentatives d'interception se soldèrent pas des résultats nuls, dus en partie à la chasse américaine[74]. Le 6 cependant, la JG 300 renoue avec le succès en grande partie grâce au Sturmgruppe mais perd en contrepartie plus de 20 avions[75]. Trois jours plus tard, à nouveau une quinzaine de victoires allemandes sont revendiquées avec toutefois 6 appareils perdus[76].

Au milieu du mois, un changement intervient avec l'ajout d'une quatrième escadrille au sein de chaque groupe (voir organisation)[77], la 10./JG 300 ayant en charge la lutte anti-Mosquito[78]. Le , les mauvaises conditions météorologiques disloquèrent la formation de bombardiers US venue s'en prendre à des aérodromes en Hollande et en Allemagne. S'étirant sur 30 km de long, les quadrimoteurs ne purent se couvrirent mutuellement de façon efficaces et 15 B- 17 furent descendus en une seule passe par les Sturmgruppe II./JG 300 et IV./JG 3 tandis que le III./JG 300 ajouta 4 B-24 à la liste[79]. Le 22 en deux sorties successives, les pilotes de la JG 300 revendiquent plus de 25 victoires mais seulement la moitié leurs seront confirmées[80]. Jusqu'à la fin du mois, l'escadre déclara une quarantaine de succès supplémentaire, dont les deux tiers furent homologués, mais perdit 27 avions et 9 pilotes. Le Feldwebel Konrad Bauer de la 5./JG 300 est alors le meilleur casseur de bombardiers du moment : pas moins de 18 quadrimoteurs descendus depuis la mi-juin[81] !

Escorte musclée

Les deux meilleurs chasseurs de quadrimoteurs de la JG 300, novembre 1944: le Leutnant Klaus Bretschneider (gauche) et l'Oberfeldwebel Konrad Bauer, tous deux titulaires de la Croix de Chevalier.

En septembre, la 8th Air Force abandonne la quasi-totalité de ses P-38 au profil de P-51, ces derniers étant de plus en plus dotés de viseur gyroscopique permettant d'améliorer le tir. Equipés en plus des premières combinaisons anti-G et bénéficiant d'un entraînement de pointe, les pilotes américains avaient un net avantage sur leurs homologues allemands[82]. C'est surtout sur ce dernier point que la Luftwaffe péchera jusqu'à la fin de la guerre, et la JG 300 ne fera pas exception à la règle[83]. L'escadre retrouva les avions US le au-dessus des usines pétrochimiques de l'Allemagne dans un combat aérien confus. Messerschmitt, Focke-Wulf et Mustang se rendirent coup pour coup et une dizaine de P-51 furent descendus pour autant de pilotes allemands tués. Parmi les pilotes victorieux figure l'expertern Konrad Bauer qui abattit 3 Mustang en moins de 10 minutes avant d'être lui-même blessé et contrait à l'atterrissage forcé[N 11],[84]. Le lendemain, le Sturmgruppe put cette fois cibler les bombardiers tandis que la 10./JG 300 s'adjugeait 4 Mosquito tard dans la soirée[85]. Un troisième raid d'affilé important impliqua cette fois principalement le I./JG 300 qui fut à l'instar de la première journée une affaire de chasseurs, où pertes et victoires furent à peu près équilibrées dans les deux camps[86].

Les jours suivants furent d'avantage marqués par la lutte anti-mosquito de la 10./JG 300 lors de nuits claires et faiblement nuageuses. Le leader incontesté dans ce domaine fut le Leutnant Kurt Welter, arrivé de la JG 302 en juillet 1944. Avec déjà 17 succès en mission Wild Sau, l'as descendit 9 Mosquito rien qu'en septembre[87],[88]. Le manque d'activité général fit écho auprès de Göring et Hitler qui demandèrent des explications au Major Walther Dahl. Ce dernier plaida d'avantage d'avions performants pour lutter contre les P-51, en vain[89],[N 12].

Market Garden

Le , des parachutistes alliés furent largués en Hollande dans le cadre de l'opération Market Garden. La 8th Air Force et le Bomber Command furent sollicités pour ouvrir la voie et la réaction de la Luftwaffe et de la Flack ne se fit pas attendre. Le III./JG 300 fut impliqué dés le lendemain mais déplora 12 Me 109 détruits, 5 morts et 7 blessés pour un résultat quasi nul[90]. Le en revanche, le groupe descendit au moins cinq Stirling venu larguer du matériels aux forces au sol, mais perdit quatre jours plus tard son Kommandeur Iro Ilk dans un combat avec des Spitfire. Ancien pilote de bombardier et porteur de la Croix de Chevalier, le Major Ilk comptait une dizaine de victoires[91]. Le , le III./JG 300 revendique ses dernières victoires mais la courte aventure hollandaise coûta au groupe la vie de 13 pilotes, plus 10 blessés et près de trente Me 109[92].

Coups pour coups

La 8th Air Force reprit ses bombardements sur l'Allemagne le avec près de 1 200 quadrimoteurs mais suite à une erreur de navigation, une partie de cette force se retrouva isolée et sans escorte. 120 chasseurs allemands leurs tombèrent dessus dont les pilotes de la JG 300 qui certain expérimentaient eux aussi le viseur gyroscopique. L'escadre revendiqua une trentaine de succès (le chiffre réel étant plus probablement la moitié de ce chiffre) mais perdit 11 pilotes[93]. Le lendemain, rebelote avec une dizaine de victoires pour autant d'avions perdus, avant que la mauvaise météo ne freine les opérations aériennes[94]. Le fut cette fois en faveur des Allemands qui déclarèrent 15 victoires[N 13], (dont 3 Mosquito pour la 10./JG 300) pour aucune pertes humaine de leur côté[95]. Bien guidé et bénéficiant de l'altitude, la JG 300 récidive le jour suivant en détruisant ou endommageant une vingtaine d'avions, mais perdent cette fois cinq des leurs dont deux as, l'Unterofizzier Alois Auth et l'Oberfähnrich Lothar Födisch (une douzaine de victoires à eux deux)[96].

Au début du mois d'octobre, la JG 300 se réorganise avec l'adoption d'un quatrième groupe (voir organisation) à partir d'une unité de chasse lourde[N 14] et voit ses effectifs augmenter de 90 appareils. Cependant, beaucoup d'officiers avaient péri aux combats et ces pertes ne pouvaient être compensées par l'arrivé en renfort de jeunes pilotes inexpérimentés. Encore fallait-il aussi faire décoller cette masse d'avions au moment adéquat afin d'obtenir un contact avec les quadrimoteurs[97]. La seconde quinzaine du mois reste cependant calme, mais les hommes de la JG 300 à l'instar des autres unités de chasse allemande à cette époque doivent improviser afin de maintenir un esprit de cohésion. Faute de logistique de plus en plus perturbée par les forces alliées, faire chauffer les baraquements ou encore trouver de la nourriture devenaient désormais difficiles[98].

A bout de souffle

Début novembre, la JG 300 se sépara de sa 10. Staffel anti-mosquito qui forma le II./NJG 11 (voir organisation)[99]. Le , des Me 109 du I./JG 3 à cours de carburant tentèrent d'atterrir sur l'aérodrome du I./JG 300 pourtant bien camouflé. Une quinzaine de P-51 du 355th Fighter Group leur tombèrent dessus et transformèrent les lieux en un véritable brassier : 19 avions furent détruits et 13 autres endommagés[100],[N 15]. Le pilonnage de l'Allemagne par la 8th Air Force se poursuivit sans cesse (quand le temps le permettait) mais les chances d'interception ne fut pas chose simple pour les nouveaux pilotes ayant très peu d'heures de vol à leur actif. Pour s'orienter après un combat éprouvant, les hommes pouvaient néanmoins compter sur les instruments de navigations de leurs appareils et les balises au sol. L'atterrissage sur terrain en herbe pardonnait également d'avantage d'erreurs contrairement aux pistes en dures[101].

Walther Dahl s'opposa à Göring afin de ne pas sacrifier inutilement ses pilotes.

Le et malgré des conditions météo difficiles, les Américains décident d'attaquer mais la JG 300 se retrouve tout aussi gênée par le mauvais temps, et une douzaine de chasseurs allemands sont détruits et 16 autres endommagés, dont une bonne partie à la suite d'atterrissages forcés[102]. A la même période, le III./JG 300 retrouve sa 10. Staffel en prélevant des pilotes de la 9./JG 300[103]. Le , la Luftwaffe perdit 45 pilotes (plus 22 autres blessés) face à la 8th Air Force, un lourd bilan pour les Allemands auquel la JG 300 échappa toutefois, l'escadre n'ayant pas reçu l'ordre de décoller[104] ! Le lendemain cependant, l'escadre se retrouve de la partie mais le blindage et les lourds canons de 30 mm des FW 190 du Sturmgruppe constituent désormais un désavantage en combat aérien faces aux Mustang, d'autant que les chances d'intercepter les quadrimoteurs s'amoindrissent de jour en jour. Contre une poignée de victoires, la JG 300 perdit 12 Fw 190, 24 Bf 109 et 17 pilotes. Trop affaibli matériellement et moralement, l'escadre phare de la Défense du Reich était désormais quasi inapte au combat[105].

Nouveau raid américain le mais la couverture nuageuse cloue le III./JG 300 au sol. Présent sur place le Kommodore Wather Dahl qui doit recevoir ce jour là les feuilles de chêne des mains d'Hermann Goering[N 16]. Ce dernier peste de colère en voyant qu'aucun chasseur n'est prêts à prendre l'air. Malgré les menaces du Reichsmarchall, Dahl tint bon et refusa d'envoyer ses hommes dans un combat inutile. Décision qui s'avéra finalement judicieuse car si quelques pilotes des I. et II./JG 300 auront pût décoller, ils perdront 10 avions et deux pilotes, le tout pour un résultat nul[106].

Dernier baroude d'honneur

Après une interception ratée la veille (contribuant un peu plus à gaspiller du carburant qui faisait défaut), la JG 300 put obtenir quelques résultats le malgré l'escorte musclée constituée de 630 Mustang[N 17], ses propres pertes étant limitées[107]. Ce dernier mois de 1944 impliqua également un rationnement en personnel non-naviguant, les moins indispensables devant rejoindre les rangs de Wehrmacht[108] ! Quelques combats épars eurent encore lieux jusqu'au où la 15th Air Force attaqua des raffineries en Silésie. La JG 300 parvient cette fois en bonne position de tir et trois de ses groupes revendiquèrent 32 quadrimoteurs (pour l'essentiel des B-24) et 5 chasseurs, le II./JG 300 Sturmgruppe se taillant la part du lion avec deux tiers des victoires[N 18]. Mais encore une fois, les pertes allemandes sont lourdes : 47 avions détruits ou endommagés, 5 blessés, 2 disparus et 17 tués (dont le kommandeur du IV. gruppe le Hauptmann Josef Puchinger et l'un des as du III. Gruppe, le Leutnant Otto Köhler (6 victoires, officieusement le triple, et spécialiste de la lutte contre les P-51)[109].

Après une période de mauvais temps, les hautes pressions revinrent tout comme la 8th Air Force qui décida d'attaquer le des objectifs multiples afin de disperser la force de frappe allemande. Pour l'occasion, les Américains raclèrent les fonds de tiroirs et purent rassembler un peu plus de 2 000 B-17 et B-24 et plus de 850 chasseurs d'escorte, un record ! Mal guidés du sol, directement sur les chasseurs d'escorte au lieu des bombardiers, les pilotes de la JG 300 ne purent qu'effectuer des cercles défensifs face à la combattivité de leur adversaires US[N 19]. Ces derniers perdent une dizaine des leurs mais la JG 300 perd elle 25 appareils et déplore 9 blessés et 11 tués. Le Feldwebel Hubet Engst (6. Staffel et 14 victoires) s'en sort de justesse[N 20] mais son Staffelführer le Leutnant Georg Schmitt (13 victoires) eut moins de chance. Idem pour l'Oberleutnant Klaus Bretschneider qui dirigeait encore ce jour là le dispositif allemand. Avec plus de 30 victoires, il était l'as des as de la JG 300 mais aussi un homme très apprécié pour ses qualités humaines et ses talents de chasseur. Sa mort impacta lourdement sur le moral des pilotes[110].

Par un temps magnifique, la 8th Air Force attaqua de nouveau des cibles multiples le dernier jour de l'année. Afin d'intercepter efficacement les bombardiers malgré la chasse adverse en nombre, les pilotes du Sturmgruppe décidèrent cette fois d'adopter une formation en échelon refusé en deux sections séparées verticalement, ceci afin de dégager plus facilement en cas d'attaque, les assaillants trop rapides étant incapables de suivre les manœuvres de défense. La tactique fut payante et le II./JG 300 revendiqua 13 quadrimoteurs tandis que les III et IV./JG 300 ajoutèrent 6 appareils supplémentaires, mais au prix de 9 morts (dont le Major Hans-Karl Kamp, Kommandeur du III./JG 300, et le Feldwebel Karl Schauenberg de la 7. Staffel, un as au 6 victoires), ainsi que 3 blessés, parmi eux le Leutnant Norbert Graziadei (10 victoires) et successeur de Bretschneider à la tête de la 5./JG 300 qui finira la guerre en convalescence. [111].

Défaite inéducable (1945)

Hiver meurtrier

Le bilan des actions de la JG 300 pour la première quinzaine de janvier fut de 8 morts, 2 blessés, 26 avions détruits et 13 autres endommagés, le tout pour une seule victoire probable. En cause bien sure la supériorité américaine, tant quantitative que qualitative mais aussi les pannes à répétition sur les appareils allemands[112]. Mais ce ne fut rien en comparaison à ce qui allait suivre.

Le en effet, plus de 500 B-17 escortés par quelques 800 Mustang et Thunderbolt attaquèrent principalement les moyens de production d'essence allemands. Epargné de l'Opération Bodenplatte qui saigna la plupart des autres escadres à l'Ouest, la JG 300 flanquée de la JG 301 constitua le principal moyen de défense, ce qui donna lieu à l'un des plus grands combats aériens de l'histoire. Les B-17 commirent l'erreur de passer sous une couverture nuageuse et perdirent de vue leurs escortes. Les Fw 190 du II./JG 300 eurent le champ libre tandis que les I., III. et IV./300 étaient principalement aux prises avec la chasse. La JG 300 revendiqua une trentaine de quadrimoteurs, un chiffre erroné car comme toujours, les chasseurs tirèrent fatalement sur les mêmes bombardiers. 11 B-17 avaient été en réalité abattu, d'autant que les pertes allemandes furent sans précédent : 60 appareils, 9 blessés et…32 morts ! Ajouté à cela les pertes de la JG 301, la Luftwaffe perdit ce jour là et en une demi-heure, 90 avions et 68 aviateurs tués, blessés ou disparus. Parmi les pertes figure l'Oberfähnrich Klaus Grothues de la 9./JG 300, 17 victoires et dernier as de son groupe[N 21],[113],[114].

Décimée et privée de la plupart de ses vétérans, la JG 300 devait désormais compter sur des sous-officiers pour commander les différentes escadrilles. Certain officiers qui arrivent ici et là pour reprendre les choses en main furent parfois incompétents[115] ou soit nommés grâce à leur opinions politiques pro-nazi, s'attirant pour le coup l'antipathie des hommes qu'ils devaient commander, pilotes comme mécaniciens. Il était également prévu que l'escadre soit dotée en Me 262 dés mars si la production le permettait. Mais pour l'heure, le II./JG 300 voit ses anciens Fw 190A-8 remplacés par des A-9 plus performants en altitude[116].

Sur deux fronts

Au soir du faisant suite à une interception manquée, les hommes de la JG 300 comme ceux de la JG 301 reçoivent l'ordre d'être transféré à l'Est[N 22]. Leur nouvelle mission consiste à mitrailler les colonnes russes au-dessus d'un terrain allemand enneigé et souvent par mauvais temps, au milieu du flot de réfugiés fuyant l'avance soviétique. A cette occasion, les pilotes de chasse purent échanger leurs expériences avec ceux de la Schlachtgeschwader (escadre d'attaque). Sur ce nouveau front, la DCA représente le plus gros danger bien plus que la chasse adverse par ailleurs quasi absente. Les armes de 30 mm du Sturmgruppe conçu pour abattre des quadrimoteurs firent des ravages contres les véhicules mais les avions frappèrent également en larguant des bombes[117].

Aérodrome allemand près de Gotha attaqué par des P-51 Mustang le .

Six jours plus tard, les forces de l'armée rouge sont désormais trop proches des aérodromes et la JG 300 doit se replier à l'Ouest. Les pilotes contribuèrent également à aider les auxiliaires féminins à fuir. Pour autant, les combats contres les forces au sol russes continuèrent, entrecoupés à l'occasion de quelques combats aériens et de victoires aériennes. Certaines furent obtenu par l'ex Kommodore Walther Dahl, devenu inspecteur de la chasse mais toujours présent dans son ancienne escadre. Les fronts Ouest et Est étant relativement proches, les avions alliés abattus par la JG 300 étaient tout autant des appareils russes qu'américains, une quinzaine environ pour le prix de dix aviateurs allemands depuis le , le gros des pertes matériels se limitant à des appareils endommagé par la DCA[118]. Le , l'escadre retrouve la 8th Air Force (près de 1 300 bombardiers et 800 chasseurs) dans un violent combat qui se traduisit par la perte de 5 avions américains, le double pour les Allemands. Les chasseurs US menèrent également plusieurs mitraillages au sol où rien ne fut épargné, des cibles militaires conventionnels aux simples villageois et agriculteurs[N 23],[119]

Ecrasé numériquement, la JG 300 fut bien incapable le , de contrer la force de frappe venu frapper la ville de Dresde. Aux deux petites victoires revendiquées, elle déplora 7 morts et disparus. Le calme de la fin du mois fut mis à profit pour ramener des avions neufs sur lesquels on procéda à différent réglages non effectués en usines. Walther Dahl en profita lui pour obtenir ses dernier succès avant que l'état-major de Luftwaffe ne mette fin aux opérations de soutiens à la Wehrmacht sur le front Est[120].

Une jeunesse sacrifiée

Depuis le début de l'année, seul les JG 300 et JG 301 ainsi que les unités équipées de chasseurs à réaction sont assignés à la défense du Reich. La force aérienne américaine est alors à son summum et la Luftwaffe ne peut lui opposer que de nombreux jeunes recrus de tout grade et quelques rares vétérans[121]. Parmi eux, le Fahnenjunker-Oberfeldwebel[N 24] Richard Löfgen (18 victoires et un ancien de la Wilde Sau) et le Hauptmann Peter Jenne (kommandeur du III./JG 300), tous deux tués au combat avec six autres camarades le au cours d'un puissant raid américain, une dizaine d'appareils US abattus étant une faible compensation. Dominés en combat aérien, les pilotes allemands, même chevronnés tel l'Oberfeldwebel Rudi Zwesken (staffelführer de la 6./JG 300) n'hésitaient plus à sauter en parachute en voyant fondre sur eux les chasseurs américains, et ceux avant même d'être touché[N 25],[122].

Les journées qui suivirent alternèrent entre entraînement, réglage et déménagement, Berlin étant désormais trop proche de la ligne de front[123]. Les III. et IV./JG 300 eurent notamment en charge la protection des Me 163 du I./JG 400 près de Leipzig. Craignant un mitraillage en règle des aérodromes, des Bf 109 du III./JG 300 décollent le lors d'un raid américain. Pris par surprise par les P-51, les Allemands perdent en cinq minutes 6 avions et 4 pilotes[124]. Saignée dans les airs, la JG 300 dut également céder plusieurs de ses vétérans à la JG 7, l'unité devant de toute façon recevoir très prochainement des Me 262. Une bonne partie des soldats et mécaniciens rejoignirent également la Wehrmacht ou la Waffen-SS, faiblement compensé par des jeunes femmes formées à la hâte[N 26]. Enfin, plusieurs pilotes furent désignés d'office pour servir au Sonderkommando Elbe, une unité Kamikaze[125]. La JG 300 fut engagée le lors de l'opération Varsity qui se solda par un nouvelle échec : pas moins de 16 mort et 3 blessés, le tout pour 5 Mustang abattus. Parmi les victimes les Feldwebel et as Ewald Preiß (6. staffel) et Alfred Büthe (3. staffel) qui succombera à ses blessures. Tous deux étaient des anciens de l'été 1944 avec une dizaine de victoires revendiquées chacun. Ce fut la dernière confrontation de l'escadre face à la 8th Air Force[126].

Missions tactiques

Fw 190A-8 du II./JG 300 à Löbnitz, mars 1945.

Désormais, l'appui au sol devenait la priorité ce qui amena quelques confrontation avec les forces aériennes tactiques alliées. Jusqu'au , plusieurs véhicules furent mitraillés par la JG 300 et une poignée de victoires revendiquée, sans pertes[127]. Le 29, le I. Gruppe fut dissout faute d'avions et de pilotes, dont la plupart étaient de toute façon inexpérimentés. Le démentiellement dura jusqu'au entre deux missions, les derniers pilotes étant mutés à la JG 7 et aux III. et IV./JG 300[128]. Ces deux derniers ainsi que le II./JG 300 alternèrent entre mitraillage au sol et transfert d'aérodrome[129]. Le , plusieurs missions de reconnaissance à risque et d'attaque au sol se soldèrent par la destruction de 6 P-47, 1 P-51 et 24 camions américains, la JG 300 perdant trois pilotes[130]. Le lendemain, le III./JG 300 est de retour de mission et se retrouve confronté à des Thunderbolt qui mitraillent leur terrain d'aviation : une dizaine de Bf 109 sont ainsi détruits[131].

Les missions d'attaquent au sol se poursuivirent les jours durant, les trois groupes de la JG 300 encore en lisse croisant régulièrement des P-47 employés exactement dans le même rôle, ainsi que des avions de reconnaissance. Outres les cibles au sol détruits, environ 17 succès furent revendiqués, dont 6 Auster et 1 Sentinel, très vulnérables sous les coups des canons des Messerschmitt et Focke-Wulf. La DCA est responsable du gros des pertes allemande mais pour certain jeunes pilotes, l'atterrissage se révèlera tout aussi dangereux[132]. Les III. et IV./JG 300 se retrouvèrent bientôt à cours de carburant, sans compter les fréquents changements d'aérodromes, impliquant de nombreux chassés-croisés sur les routes allemandes, elles-mêmes sous le feu des chasseurs-bombardiers alliés[133]. Le , l'USAAF attaque massivement les aérodromes de la Saxe à la Tchécoslovaquie. La base du II./JG 300 fait partie des cibles et 11 Fw 190 sont détruits et 7 autres endommagés ; l'après midi, 6 avions neufs venaient déjà les remplacer ! Le lendemain, le IV. Gruppe subit le même sort mais put tant bien que mal réquisitionner de nouveaux chasseurs[N 27],[134].

Le territoire allemand se réduisant de plus en plus, les différents transferts n'étaient désormais plus que des sauts de puces. Les nouveaux aérodromes côtoyaient les zones rurales et les mécaniciens durent improviser aux mieux afin de maintenir opérationnels les chasseurs au quotidien[135]. Le , le Stab et le II./JG 300 reçurent quelques Fw 190D "long nez" à moteur en ligne mais le manque d'essence limita grandement leur emploi[136]. Le surlendemain, les II. et III./JG 300 décolèrent tôt le matin pour attaquer un pont d'importance stratégique à Dillingen à l'aide de bombes à retardement, et rééditèrent l'attaque vers midi puis à nouveau le lendemain. Mais la DCA, trop puissante, repoussa les Allemands et le pont demeura intact, bien que cinq appareils adverses furent abattus[N 28] et plusieurs véhicules et blindés endommagés ou détruits[137].

Les dernières missions de mitraillages au sol eurent lieu du 25 au , tout comme les dernières victoires aériennes (une dizaine). Certains pilotes percevront encore des avions flambants neufs[N 29] tandis que d'autres déserteront ou seront fait prisonniers après s'être éjectés[138]. Le 30, ordre fut donné au gros du personnel non indispensable de rentrer tout simplement chez eux, les autres devant coordonner leur efforts avec les trois groupes restants de la JG 53 pour des missions de chasse-libre devenues parfaitement inutiles[139]. Désormais à pieds, les pilotes libérés durent encore batailler pour échapper aux SS fanatiques[N 30] ; et ceux prisonniers des Américains durent endurer les premiers jours des conditions de détention très difficiles[140]. Un dernier transfert amena les restes de la JG 300 (environ 25 avions) encore opérationnels à Salzburg et les appareils cloués au sol furent détruits à contrecœur[141]. Prague puis Marienbad furent les dernières bases de la JG 300 alors que débutait la révolution tchèque [142]. En fin de matinée du , un bimoteur russe constitua la toute dernière victoire de la JG 300. L'après-midi, l'escadre détruisait ses derniers appareils et les hommes se rendirent aux Américains[143].

Bilan

La JG 300 (N.J.V.K. et JG Herrmann inclus) revendiqua environ 1 300 victoires aériennes. Compte tenu des archives retrouvées, des homologations par l'état-major allemand et de la situation chaotique de la Luftwaffe à la fin de la guerre, le chiffre réel de victoire se situe probablement autour de 1 000 victoires (dont un peu moins de la moitié en mission Wild Sau). La majorité le furent contre des quadrimoteurs britanniques et américains[144],[145] plaçant la JG 300 parmi les meilleurs dans la défense du Reich. Mais ces missions particulièrement difficiles engendrèrent aussi de lourdes pertes et l'escadre des Sangliers paya un lourd tribut : pas moins de 442 morts, 41 disparus, 237 blessés et 16 prisonniers[146],[147].

Organisation

Stab. Gruppe

L'Oberst Hans Joachim Herrmann dit "Hajo" fut le père de la Wild Sau et le premier Kommodore de la JG 300.

Formé le à partir du Stab/JG Hermann.

Geschwaderkommodore (Commandant d'escadre) :

Début Fin Grade Nom
Oberstleutnant Hans Joachim Herrmann[148]
Oberstleutnant Kurt Kettner[149]
Oberstleutnant Walther Dahl[64],[150]
Major Kurd Peters (par intérim)[151]
Major Anton Hackl[152]
Major Kurd Peters (par intérim)[153]
Major Günther Rall[154]

I. Gruppe

Formé le à partir du I./JG Hermann avec :

  • Stab I./JG 300 à partir du Stab I./JG Hermann
  • 1./JG 300 à partir de la 1./JG Hermann
  • 2./JG 300 à partir de la 2./JG Hermann
  • 3./JG 300 à partir de la 3./JG Hermann
Les Hauptmann Iro Ilk (gauche) futur Kommandeur du III./JG 300 et Gerhard Stamp chef du I./JG 300 en janvier 1944. Tous deux étaient d'anciens pilotes de bombardiers avant d'intégrer la Wilde Sau.

Le 1er janvier 1944, des éléments du I./JG 300 sont utilisés pour former la 1./NJGr.10.

En août 1944, le I./JG 300 augmente ses effectifs à 4 staffel :

  • 1./JG 300 inchangée
  • 2./JG 300 inchangée
  • 3./JG 300 inchangée
  • 4./JG 300 nouvellement créée

Le I./JG 300 est dissous sur ordre le 1er avril 1945[155] mais resta actif jusqu'au 4 du même mois[156].

Gruppenkommandeur (Commandant de groupe) :

Début Fin Grade Nom
Oberstleutnant Ewald Janssen[157]
Hauptmann Gerhard Stamp[158]
Oberleutnant Erwin Stahlberg (par intérim)[159]
Major Bayer[160]

II. Gruppe

Formé le à partir du II./JG Hermann avec :

  • Stab II./JG 300 à partir du Stab II./JG Hermann
  • 4./JG 300 à partir de la 4./JG Hermann
  • 5./JG 300 à partir de la 5./JG Hermann
  • 6./JG 300 à partir de la 6./JG Hermann

Le Gruppe ne possède pas ses propres avions jusqu'en décembre 1943, et jusque-là, partage les avions avec ceux utilisés par le II./JG 1.

En mai 1944, la plupart des éléments de la 6./JG 300 sont utilisés pour former la 8./NJG 11.
Le II./JG 300 est connu en tant que II.(Sturm)/JG 300 à partir de juillet 1944.

En août 1944, le II./JG 300 augmente ses effectifs à 4 staffel :

  • 5./JG 300 inchangée
  • 6./JG 300 inchangée
  • 7./JG 300 à partir de l'ancienne 4./JG 300
Fw 190A8/R2 du Leutnant Klaus Bretschneider, as des as de la JG 300 et Staffelkapitän de la 5./JG 300, automne 1944.
  • 8./JG 300 nouvellement créée (septembre 1944)

Gruppenkommandeur :

Début Fin Grade Nom
Major Kurt Kettner[161]
Hauptmann Kurd Peters (blessé)[162]
Hauptmann Gerhard Döhler (par intérim)[163]
Major Alfred Lindenberger[164]
Oberleutnant Waldemar Radener[165]
Hauptmann Karl-Heinz Dietsche[166]

III. Gruppe

Formé le à partir du III./JG Hermann avec :

  • Stab III./JG 300 à partir du Stab III./JG Hermann
  • 7./JG 300 à partir de la 7./JG Hermann
  • 8./JG 300 à partir de la 8./JG Hermann
  • 9./JG 300 à partir de la 9./JG Hermann

Le Gruppe ne possède pas ses propres avions jusqu'en novembre 1943, et jusque-là, partage les avions avec ceux utilisés par la III./JG 11.

Le 26 novembre 1943, le III./JG 300 est renommé III./JG 302 :

  • Stab III./JG 300 devient Stab III./JG 302
  • 7./JG 300 devient 7./JG 302
  • 8./JG 300 devient 8./JG 302
  • 9./JG 300 devient 9./JG 302

Reformé en novembre 1943 à Wiesbaden-Erbenheim à partir du III./JG 301 avec :

Me 109G-10 de la 11./JG 300 retrouvé intact près de Prague, .
  • Stab III./JG 300 à partir du Stab III./JG 301
  • 7./JG 300 à partir de la 7./JG 301
  • 8./JG 300 à partir de la 8./JG 301
  • 9./JG 300 à partir de la 9./JG 301

En juin 1944, le III./JG 300 augmente ses effectifs à 4 staffel :

  • 7./JG 300 inchangée
  • 8./JG 300 inchangée
  • 9./JG 300 inchangée
  • 10./JG 300 à partir d'éléments prélevés du I./JG 53[167]

Le III./JG 300 est réorganisé en août avec :

  • 9./JG 300 inchangée
  • 10./JG 300 à partir de l'ancienne 7./JG 300
  • 11./JG 300 à partir de l'ancienne 8./JG 300
  • 12./JG 300 à partir de la 3./JG 53

la 10./JG 300 est utilisée dés le pour constituer le II./NJG 11[99] ; reformée fin novembre 1944 à partir d'éléments de la 9./JG 300[103]. La 12./JG 300 est dissous en décembre 1944.

Gruppenkommandeur :

Début Fin Grade Nom
Major Hans-Joachim von Buchwaldt (mort au combat)[168]
Hauptmann Max Langer (par intérim, mort au combat)[169]
? ?[170]
? Hauptmann Kurt Lehmann[171]
Major Iro Ilk (mort au combat)[172],[173]
? Major Hans-Karl Kamp (par intérim)[174]
? Hauptmann Herbert Nölter[175]
Major Hans-Karl Kamp (mort au combat)[176]
Hauptmann Peter Jenne (par interim, mort au combat)[177]
Major Johannes Sieckenius[178]
Hauptmann Fritz Lonzius[179]

IV. Gruppe

Formé en le 10 octobre 1944 à Reinsdorf à partir du I./JG 76 avec :

  • Stab IV./JG 300 à partir du Stab I./JG 76
  • 13./JG 300 à partir de la 1./JG 76
  • 14./JG 300 à partir de la 2./JG 76
  • 15./JG 300 à partir de la 3./JG 76
  • 16./JG 300 à partir de la 4./JG 76

Gruppenkommandeur :

Début Fin Grade Nom
Hauptmann Heinrich Offterdinger[180]
Major Schröder (par intérim)[181]

Ergänzungsstaffel/JG 300

Formé en août 1943 en Allemagne et probablement basé à Bonn-Hangelar.
L'Ergänzungsstaffel/JG 300 est dissous en août 1944.

Notes et références

Notes

  1. Pour une explication de la signification des désignations des unités de la Luftwaffe : voir Organisation de la Luftwaffe (1933-1945).
  2. Nachtjagdversuchskommando (commandement de test de chasse de nuit).
  3. Le Major Hajo Herrmann s'éjecta au-dessus d'un plan d'eau et faillit périr noyé, alourdi par sa combinaison de vol (Lorant-Goyat 2005, tome 1, p. 57).
  4. 8e escadrille de la JG 300, aussi écrit 8./JG 300.
  5. Une cinquantaine de pilotes victorieux, et environs 70 victoires aériennes (Lorant-Goyat 2005, tome 1, p. 59).
  6. Autrement dit Hermann Göring (Lorant-Goyat 2005, tome 1, p. 96).
  7. L'Oberstleutant Hajo Herrmann pourtant interdit de vol, en profitera pour attaquer deux bombardiers, mais il sera sérieusement blessé à la jambe et devra se parachuter. Il sera durement rappeler à l'ordre par Hermann Göring (Lorant-Goyat 2005, tome 1, p. 112).
  8. En théorie, un groupe d'une escadre de chasse allemande comptait 40 avions (Galland 1985, p. 482)
  9. La 8th USAAF soutenait tactiquement la force d'invasion (Lorant-Goyat 2005, tome 1, p. 168).
  10. Plus de 120 bombardiers rentrèrent endommagés, il est donc plus que probable qu'un grand nombre d'entres eux furent comptés comme abattus dans le camp allemand (Lorant-Goyat 2005, tome 1, p. 207, 208).
  11. Il perdit deux doigts dans l'aventure et survécu au mitraillage de son avion au sol par des Mustang. Diminué, il n'effectuera que très peu de missions par la suite (Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 292).
  12. Il ne fut pas le seul : Kurt Bühligen, Johannes Steinhoff et Adolf Galland plaidèrent pour des avions plus performants, avec notamment l'entrée en service du Me 262 (Galland 1985, p. 443).
  13. Les rapports de victoires de la JG 300 confirmées de manière officielles par l'état-major allemand s'arête au (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 332).
  14. En l'occurrence le I./ZG 76 (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 46).
  15. A peine huit jours plus tard, le groupe retrouvait son effectif d'appareil au complet, les usines du Reich tournant à cette époque à plein régime (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 64).
  16. Normalement, cette décoration est décernée par Hitler. Cette remise effectuée par Goering à Dahl devant la troupe avait sans doute pour but de remotiver les hommes de l'escadre (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 104).
  17. Les JG 1 et JG 301 s'y cassèrent les dents et perdirent 74 avions et déplorèrent 43 pilotes tués et au moins 16 autres blessés (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 104).
  18. Les pertes de la 15th s'établirent ce jour là à 25 appareils (20 bombardiers et 5 chasseurs (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 104).
  19. Les effectifs de la chasse sur le front Ouest étaient complétés par des pilotes provenant d'anciennes escadres de bombardement. Malgré leurs nombres de missions, leurs expériences en combat aérien étaient très limitées (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 141).
  20. Il parvient à se parachuter avec une balle dans les fesses, une de ses suspentes étant sectionnée. Il reprendra sa place au combat et ajoutera une 15e victoire à son palmarès (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 260).
  21. Autre perte, le Leutnant Bruno Klostermann, cousin allemand de l'as français Pierre Clostermann (Clostermann 2003, p. 18).
  22. Adolf Hitler jugeant en effet que les mauvais résultats ne justifiaient pas leur maintient à l'Ouest (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 173).
  23. Les chasseurs américains avaient également tendance à mitrailler les pilotes allemands éjectés au bout de leur parachute ou une fois au sol (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 18, 30, 48, 152, 147, 152, 155, 156, 170, 213, 268).
  24. Adjudant-chef élève officier (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 348).
  25. Un an plus tôt, un tel acte aurait valu la coure martiale à son auteur. Selon Rudi Zwesken, un as confirmé aux 45 victoires (dont une vingtaine avec la JG 300), "mieux valait un parachutiste vivant qu'un pilote mort" (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 211).
  26. Bien qu'enthousiasmes, ces jeunes femmes étaient trop émotives face aux dures conditions de la guerre, sans compter les inévitables liaisons amoureuses avec les hommes qui impactèrent leur cohésion (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 222, 240).
  27. À cette époque, la Luftwaffe manquait de carburant et de pilotes, mais rarement d'avions, l'industrie aéronautique allemande étant restée à peu près intacte (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 254).
  28. Y compris un Bücker 181 aux couleurs allemandes que les Américains se servaient pour espionner les mouvements sur les terrains d'aviations ennemis (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 261-262).
  29. En l'occurrence des Bf 109K-4, le dernier modèle opérationnel du célèbre chasseur (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 266).
  30. Un régiment de SS s'était spécialisé dans l'exécution de soldats allemands fuyant devant l'avance des Alliées (Lorant-Goyat 2005, tome 2, p. 273).

Références

  1. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 22.
  2. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 257, 266.
  3. a b et c Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 54.
  4. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 16.
  5. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 22.
  6. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 19.
  7. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 24.
  8. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 33.
  9. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 42.
  10. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 43.
  11. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 45-47.
  12. Foreman, Matthews et Parry 2004, p. 98-99.
  13. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 47-49.
  14. Foreman, Matthews et Parry 2004, p. 99-100.
  15. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 49.
  16. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 50.
  17. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 52, 333.
  18. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 54-58.
  19. Foreman, Matthews et Parry 2004, p. 105-106.
  20. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 58, 59.
  21. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 59.
  22. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 61, 62.
  23. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 65.
  24. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 333, 334.
  25. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 68.
  26. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 71.
  27. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 78.
  28. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 76, 77, 313.
  29. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 82, 83.
  30. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 334, 335.
  31. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 90.
  32. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 91, 92.
  33. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 93.
  34. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 96, 97.
  35. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 102-105.
  36. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 106.
  37. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 335, 336.
  38. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 110.
  39. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 110.
  40. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 110, 111.
  41. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 77.
  42. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 111-113.
  43. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 114, 120.
  44. a et b Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 118, 119.
  45. Reschke 2005, p. 40.
  46. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 114.
  47. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 120.
  48. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 122.
  49. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 127-134.
  50. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 316, 336.
  51. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 134-139.
  52. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 139-142.
  53. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 139-145.
  54. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 148-150.
  55. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 153.
  56. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 157.
  57. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 158.
  58. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 158-160.
  59. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 166.
  60. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 167-168.
  61. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 166, 168.
  62. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 168-170.
  63. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 172-193.
  64. a et b Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 193.
  65. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 209.
  66. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 200-207.
  67. http://cieldegloire.fr/jg_003i.php
  68. http://cieldegloire.fr/zg_026.php#victoires1944
  69. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 212-213.
  70. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 213-218.
  71. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 218-233.
  72. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 236-248.
  73. Reschke 2005, p. 130.
  74. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 250-253.
  75. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 253-258.
  76. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 259-261.
  77. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 263.
  78. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 264.
  79. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 265-269.
  80. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 271-274.
  81. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 271-288.
  82. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 289.
  83. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 290.
  84. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 290-297.
  85. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 298-299.
  86. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 301-303.
  87. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 304, 305, 347.
  88. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 332.
  89. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 304-305.
  90. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 8-10.
  91. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 13-18.
  92. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 18, 306, 307.
  93. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 19-27.
  94. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 27-32.
  95. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 39-41.
  96. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 42-46.
  97. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 46-50.
  98. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 52-57.
  99. a et b Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 58.
  100. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 58-62.
  101. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 64-71, 74.
  102. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 75-81.
  103. a et b Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 83.
  104. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 86.
  105. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 86-103.
  106. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 103-111.
  107. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 111-115.
  108. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 115.
  109. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 118- 131.
  110. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 136-149.
  111. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 149-154.
  112. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 154-158.
  113. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 158-170.
  114. Reschke 2005, p. 279, 280.
  115. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 216.
  116. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 171.
  117. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 176-185.
  118. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 187-195.
  119. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 197-199.
  120. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 199-203.
  121. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 206-207.
  122. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 208-214.
  123. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 214.
  124. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 219-220.
  125. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 220-222.
  126. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 223-226.
  127. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 226-228.
  128. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 228-230, 239-240.
  129. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 239-241.
  130. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 241-245.
  131. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 245-248.
  132. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 248-252.
  133. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 252-253.
  134. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 253-256.
  135. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 256-257.
  136. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 257.
  137. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 259-262.
  138. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 263-270.
  139. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 270.
  140. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 268, 273-274.
  141. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 272, 274-275.
  142. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 287, 293.
  143. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 293.
  144. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 331-347.
  145. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 332-341.
  146. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 310.
  147. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 306.
  148. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 77, 85.
  149. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 85.
  150. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 188.
  151. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 188.
  152. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 188, 206.
  153. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 206.
  154. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 253.
  155. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 228.
  156. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 240.
  157. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 39, 91.
  158. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 91.
  159. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 112, 221.
  160. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 221, 228.
  161. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 39, 77.
  162. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 77, 191.
  163. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 208.
  164. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 152.
  165. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 206, 274.
  166. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 274.
  167. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 167.
  168. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 39, 63.
  169. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 63, 67.
  170. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 96.
  171. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 115.
  172. Lorant-Goyat-2005-tome 1, p. 115, 154.
  173. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 18.
  174. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 18.
  175. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 48, 76.
  176. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 149, 154.
  177. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 159, 173, 213.
  178. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 216, 241.
  179. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 241.
  180. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 47, 250.
  181. Lorant-Goyat-2005-tome 2, p. 250.

Sources

Bibliographie

  • Georges Bernage et François François, Dictionnaire historique – La Luftwaffe-La Waffen SS, Heimdal, (ISBN 2-84048-119-7)
  • Jean-Yves Lorant et Richard Goyat, Bataille dans le ciel d'Allemagne, t. I : Une escadre de chasse dans la débâcle, Larivière, (ISBN 2-84890-100-4)
  • Jean-Yves Lorant et Richard Goyat, Bataille dans le ciel d'Allemagne, t. II : Une escadre de chasse dans la débâcle, Larivière, (ISBN 2-84890-103-9)
  • (en) John Foreman, Johannes Matthews et Simon Parry, Luftwaffe Night Fighter Combat Claims, 1939-1945, Red Kite, (ISBN 0-9538061-4-6)
  • Adolf Galland, Les premiers et les derniers, Les pilotes de chasse de la deuxième guerre mondiale, Yves Michelet, (ISBN 2-905-643-00-5)
  • (en) Willi Reschke, Jagdgeschwader 301/302 "Wilde Sau", in Défense of the Reich with Bf 109, Fw 190 and Ta 152, Schiffer Publishing, (ISBN 0-7643-2130-7)
  • Pierre Clostermann, Le Grand Cirque, Mémoires d'un pilote de chasse FFL dans la RAF, Flammarion, (ISBN 2-08-068044-7)

Liens externes

Articles connexes