Athéna

Athéna
Déesse de la religion grecque antique présente dans la mythologie grecque
Athéna du Varvakéion, copie d'époque romaine de la statue chryséléphantine du Parthénon de Phidias. Musée national archéologique d'Athènes.
Crédit image:
Photo by George E. Koronaios, cropped by Neoclassicism Enthusiast
licence CC BY-SA 4.0 🛈

Athéna du Varvakéion, copie d'époque romaine de la statue chryséléphantine du Parthénon de Phidias. Musée national archéologique d'Athènes.
Caractéristiques
Nom grec Ἀθηνᾶ
Fonction principale Déesse protectrice des cités, déesse de la guerre, des arts et des techniques, de la sagesse.
Lieu d'origine Grèce
Période d'origine Antiquité
Groupe divin Divinités olympiennes
Équivalent(s) par syncrétisme Minerve, Menrva
Famille
Père Zeus
Mère Métis
Symboles
Attribut(s) L'égide, la lance, le casque, et la victoire ailée
Animal Chouette, le serpent
Végétal Olivier

Athéna (en attique Ἀθηνᾶ / Athēnâ), ou Athéné (en ionien Ἀθήνη / Athḗnē), est une déesse grecque antique et une des principales divinités des panthéons grecs. Ses pouvoirs, très étendus, concernent principalement la protection des cités et de la vie civique, la guerre, l'artisanat et les techniques. Elle est reconnue comme une déesse de la sagesse et de la raison, possédant la mètis, l'intelligence rusée. Fille de Zeus, née en sortant de son crâne, elle entretient avec lui un lien très proche, et le seconde souvent dans son rôle de dieu souverain.

Athéna est l'archétype de la divinité « poliade » : elle était considérée comme la protectrice de plusieurs cités de Grèce, en premier lieu Athènes, la cité qui lui a probablement donné son nom. Elle y dispose de son principal lieu de culte, situé sur l'Acropole de cette cité, et de ses principales fêtes, les Panathénées. Son culte ne se restreint pas à cette cité, puisqu'elle est vénérée dans tout le monde grec.

Dans l'art, elle est généralement représentée comme une déesse armée, portant un casque, tenant une lance, revêtue de l'égide, une tunique surmontée d'un masque de Gorgone suscitant la terreur chez ses adversaires. Ses principaux symboles incluent la chouette et l'olivier, en particulier à Athènes qui les fait figurer sur ses monnaies.

Elle a beaucoup stimulé l'imagination des poètes antiques et joue un rôle majeur les récits de la mythologie grecque. C'est en premier lieu le cas de ceux relatant guerre de Troie, car elle joue un rôle actif dans l'Iliade, où elle assiste les Achéens, et dans l'Odyssée, où elle est la conseillère divine d'Ulysse. Elle est plus généralement une protectrice des héros, qui apporte son soutien à Achille, Diomède, Persée, Héraclès, Bellérophon et Jason. Son rapport aux femmes est plus ambivalent : elle est souvent du côté des hommes et du patriarcat, mais elle a aussi pu être interprétée comme une figure de femme combattante forte.

Dans le monde romain, Athéna est assimilée à la déesse Minerve qui reprend la plupart de ses aspects, de ses mythes et de son iconographie, et c'est par ce biais qu'elle est principalement connue en Occident. Depuis l'époque moderne, elle est souvent utilisée comme une allégorie de la sagesse, de la science, de la raison voire de la liberté. Encore de nos jours, c'est une des figures les plus connues de la mythologie grecque antique, comme l'illustre le fait qu'elle sert souvent d'inspiration dans des œuvres de la culture populaire.

Noms et épithètes

Athéna

Le nom divin (théonyme) Athéna (Athéne dans le langage épique, Athana en dorien) est lié à celui de la ville d'Athènes, situation atypique parmi les principales divinités grecques[1]. Il est généralement estimé que c'est le nom de la déesse qui dérive de celui de la cité, et non l'inverse[2],[3],[4],[5].

Athéna serait donc originellement la déesse de la cité d'Athènes (et peut-être plus précisément de son Acropole). Elle apparaît peut-être sur une tablette mycénienne en tant que « Maîtresse d'Athènes » (At(h)ana Potnia)[2],[6]. En tout cas son nom se présente dans les textes les plus anciens sous une forme adjectivale Athenaia/Athenaie « l'Athénienne »[1] ou « celle qui appartient à Athènes »[3] qui pourrait indiquer qu'il s'agit initialement de la seconde partie de son nom (comme dans la forme homérique Pallas Athenaie)[1]. Mais il resterait alors à expliquer pourquoi seule la forme raccourcie Athéna a été préservée[1].

Pallas

La déesse est aussi appelée Pallas. Ce nom, dont l'origine et le sens sont obscurs, a suscité diverses interprétations depuis l'Antiquité. Selon certains, le mot renvoie à la notion de « jeune fille » ou de « vierge ». Pour d'autres, à une « brandisseuse d'arme »[7]. Le Pseudo-Apollodore donne deux origines mythologiques possibles, reprenant le nom de deux personnages qu'Athéna aurait tués : d'une part Pallas, fille de Triton, une compagne de jeu ; d'autre part Pallas le Géant, dont elle utilise la peau comme bouclier[8].

Il s'agit d'une épithète poétique de la déesse qui ne renvoie pas à un pouvoir particulier. Le terme apparaît à 47 reprises chez Homère, toujours en connexion avec la déesse, sous la forme Pallas Athenaie « Pallas Athéna ». Cette expression, qui pourrait aussi s'interpréter comme « Pallas d'Athènes » ou « Pallas l'Athénienne », a pu laisser supposer l'existence d'une déesse appelée Pallas, ce qui n'a jamais été confirmé. Par la suite, Athéna peut être appelée Pallas de manière isolée, par exemple dans son hymne homérique et souvent dans les dédicaces de l'Acropole. C'est de ce terme que dérive le mot Palladion, désignant une statuette de la déesse ayant une fonction protectrice[9].

Les épithètes/épiclèses

Dans la littérature et l'épigraphie, Athéna est désignée par diverses épithètes (ou épiclèses) mettant en avant ses diverses qualités, en plus de Pallas.

Dans les épopées homériques, elle peut être appelée de manière indépendante Tritogénie, terme qui peut dériver du lac Triton, ou bien du troisième jour du mois[10] ou encore du fait qu'elle est née de la tête de Zeus[11], et Atrytoné, signifiant peut-être l'« Infatigable »[10].

Son épithète homérique la plus commentée est Glaukopis, dont le sens reste discuté. Glaukos signifie la couleur bleu clair (ou pers) ou bien un éclat lumineux, tandis que glaux signifie « chouette » : ensemble, ils peuvent se traduire par « aux yeux pers », « aux yeux brillants », ou « aux yeux de chouette »[12],[13].

Sa sagesse est mise en avant dans les épithètes Polymétis et Polyboulos, indiquant qu'elle est bien pourvue en mètis, l'intelligence rusée, et en conseils avisés. Elle peut d'ailleurs être simplement désignée Métis, comme sa mère[14].

Parmi les épithètes renvoyant à ses pouvoirs et fonctions, la plus commune est Polias « de la cité », la fonction de protectrice des cités, partagée avec d'autres divinités[15]. Promachos « celle qui combat au premier rang » ou « championne » renvoie à son aspect martial. Ergane « travailleuse » à son patronage des artisans et des travaux manuels[11].

Mais ces trois domaines ne sont pas forcément les plus représentés parmi la grande variété d'épithètes cultuelles qui renvoient aux différents pouvoirs et qualités dont elle dispose, parmi lesquels on trouve des noms liés à sa condition divine (Thea « déesse », Pantheia « commune à tous les dieux », Aphthartos Thea « déesse immortelle »), à sa puissance (Potnia « maîtresse », Kuria et Hyperdexia « dominatrice »), à sa condition féminine (Koria/Kourè/Akraia « fille », Parthenos « vierge »), à ses qualités mentales (Pronoia « prévoyante », Epekoos/Hypakoos « attentive », « à l'écoute »), à son rôle protecteur (Soteira « sauveuse », aussi Alexiados/Apotropaios « qui écarte les maux »), à la nature (Kuparissia « du cyprès », Alseia « de l'altis »), etc. Bien d'autres renvoient aux lieux où elle est vénérée (épiclèses « topologiques » : Alalkomenia, Itonia, Kynthia, Lindia, Onkais, etc.), et certaines à des divinités auxquelles elle est associée, notamment Arès dans un contexte guerrier, sous la forme Athéna Areia « Athéna d'Arès »[16].

Attributs et symboles

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
L'« Athéna Giustiniani », copie romaine d'une statue d'Athéna des Ve – IVe siècle av. J.-C.. La déesse est représentée en armes, avec à ses pieds le serpent gardien de l'Acropole athénienne. Musées du Vatican.

Comme la plupart des divinités grecques, Athéna dispose d'attributs qui reflètent ses pouvoirs et domaines d'intervention, aussi certaines de ses caractéristiques telles que sa masculinisation, et permettent de l'identifier dans l'art. Elle est sans doute la déesse qui en a le plus à son actif[17].

Une déesse en armes

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Tétradrachme athénienne du IIe siècle av. J.-C. représentant Athéna casquée. Musée de l'Agora antique d'Athènes.

En tant que déesse guerrière, Athéna est une déesse armée, souvent représentée avec son casque, sa lance ou son javelot et son bouclier[18]. La statuette protectrice appelée Palladion (« Petite Pallas ») est censée la représenter en guerrière[19].

Elle dispose de l'égide, symbole d'invulnérabilité partagée avec Zeus, est une arme sous forme de tunique en peau de chèvre simultanément protectrice et inspiratrice de terreur à ses adversaires[20],[21],[18]. Dans l'art, elle est souvent représentée sous une forme combinant la cuirasse et le manteau, avec des motifs de serpent sur la frange et parfois la tête de la Gorgone[22].

En effet son autre arme redoutable est le Gorgonéion, masque de méduse souvent porté sur un bouclier ou sur l'égide, pétrifie ceux qui croisent son regard[18].

Un passage de l'Iliade décrit comment la déesse s'équipe avant de partir au combat, avec l'égide, sa lance, son casque et son char, lui donnant une allure redoutable :

(Athéna) entra dans la tunique de Zeus assembleur de nuages,
se cuirassa d'armes pour la guerre qui fait pleurer.
Autour des épaules elle jeta l'égide et ses franges,
une terreur que de tous côtés Déroute couronne.
Là, il y a Querelle, il y a Force et la glaçante Poursuite.
Là, surtout, il y a la tête gorgonéenne du monstre terrible,
terreur et épouvante, prodige de Zeus qui tient l'égide.
Sur sa tête, elle posa, bordé de cimiers, un casque à quatre pans,
en or, où s'ajointaient les lourds guerriers de cent villes.
D'un pas, elle monta sur le char flamboyant, et prit la lance,
lourde, immense, compacte, avec laquelle elle mate les rangs
des héros contre qui s'irrite la fille d'un puissant père.

— Homère (trad. P. Judet de La Combe), Iliade, V, 735-757[23].

Les animaux d'Athéna

Crédit image:
Attribué au Peintre de Brygos
licence CC BY 2.5 🛈
Athéna tenant un casque et une lance, accompagnée d'une chouette. Lécythe attique à figures rouges, vers 490-480 av. J.-C. Metropolitan Museum of Art.

La déesse Athéna est associée à plusieurs animaux.

Son animal-attribut le plus courant est la chouette (chevêche d'Athéna), qui est en quelque sorte son animal de compagnie[18]. Elle est en particulier représentée sur les monnaies athéniennes et les deux sont à plusieurs reprises associées dans l'art[24].

Sur l'Acropole athénienne, elle est associée au serpent qui garde le rocher[18].

Parmi les autres animaux qui lui sont associés se trouve le Sphinx, et, en Messénie voire en Béotie, le corbeau[18].

Autres attributs

Chouette sur une amphore, entourée de rameaux d'olivier. Tétradrachme en argent d'Athènes, première moitié du IIe siècle av. J.-C. Cabinet des Médailles.

L'olivier, plus précisément sous sa forme domestique, lui est associé en lien avec le mythe qui lui fait affronter victorieusement Poséidon et en fait la protectrice d'Athènes. Cet olivier primordial est présent sur l'Acropole où il symbolise la permanence de la cité. La statue de la déesse de l'Érechthéion d'Athènes a été sculptée dans du bois d'olivier[25]. La branche d'olivier figure sur les monnaies athéniennes, à côté de la chouette[26].

Origines

Époque mycénienne

Les tablettes d'argile du XIIIe siècle av. J.-C. inscrites en linéaire B mises au jour dans les palais mycéniens ont livré les noms de diverses divinités recevant des offrandes, parmi lesquelles se trouvent notamment Zeus, Poséidon, Héra ou encore Artémis. Athéna pourrait figurer sur l'une d'entre elles, retrouvée à Cnossos en Crète, mais ce n'est pas assuré. On y lit la séquence Atana Potnia (par syllabes : a-ta-na-po-ti-ni-ja). Potnia est un nom signifiant « Maîtresse »/« Dame », couramment employé dans les noms divins de l'époque en association avec des noms de lieux. Atana rappelle phonétiquement le nom d'Athènes, donc cette expression est généralement traduite par « Maîtresse d'Athènes », donc la déesse Athéna. Mais le terme Atana pourrait faire référence à un autre lieu[6],[27].

Il a aussi été supposé que des antécédents à l'iconographie d'Athéna se trouvent dans des images de la période mycénienne qui y ressemblent, notamment les représentations d'une déesse portant un bouclier, sur une citadelle. Il a également été souligné que les temples d'Athéna de l'Acropole d'Athènes et de Mycènes se situent sur des anciennes citadelles mycéniennes. Cette déesse jouerait alors le rôle de protectrice des forteresses mycéniennes, des palais qui s'y trouvent (une « Dame du Palais » ?) et des rois qui y résident, préfigurant le rôle d'Athéna protectrice de cités. Les représentations de serpents dans l'art mycénien ont aussi été interprétées comme annonçant Athéna, parce qu'elle est liée à cet animal à Athènes. Tout cela est conjectural[28],[19],[3],[4].

Hypothèses sur les origines

La question des origines des divinités grecques est épineuse. Elle a donné lieu à de nombreuses propositions reposant sur l'analyse de l'étymologie des noms divins et le comparatisme mythologique, aussi sur les tentatives de reconstitution de la religion du monde égéen de l'âge du bronze, tout cela étant marqué par de nombreuses incertitudes. Du reste, une partie des spécialistes de la religion grecque considère ces recherches comme vaines et sans grand intérêt, préférant s'en tenir à l'analyse des divinités dans les périodes et contextes où elles sont effectivement attestées[29],[30].

Selon Martin P. Nilsson, les origines d'Athéna sont à chercher dans le fonds religieux de l'âge du bronze, donc les cultes des époques minoenne et mycénienne. La déesse naitrait de la fusion de deux figures présentes dans l'art de ces périodes : une déesse au bouclier vénérée par les Mycéniens, et une déesse au serpent vénérée par les Minoens. Ann Baring et Jules Cashford ont prolongé cela en postulant que la déesse minoenne aurait eu un aspect matriarcal, tandis que la mycénienne reflèterait des aspects aryens/doriens plus marqués par le patriarcat[31]. En effet, pour l'approche féministe qui suppose l'existence d'un système matriarcal aux temps primordiaux, et d'une « Grande déesse » dominant alors le panthéon, l'émergence d'Athéna est vue comme le reflet du triomphe du patriarcat, qui conduit à l'élaboration, à partir des déesses dominantes anciennes, d'une déesse guerrière et vierge, dépouillée de sa féminité[32].

Ces différentes propositions, en plus de reposer sur le postulat d'un indémontrable matriarcat originel qu'aurait remplacé le patriarcat à un moment indéterminé, partent du principe que le fait qu'une déesse ait des attributs guerriers est une anomalie, parce que c'est un domaine masculin par excellence. Or les religions proche-orientales et égyptienne ne manquent pas de déesses qui présentent des aspects martiaux (Ishtar, Astarté, Anat, la déesse-soleil d'Arinna, Neith) qui ont pu servir de modèles à Athéna. Cela rejoint plus largement la question des influences orientales sur la religion — ou du moins la mythologie — grecque, visibles en particulier dans les épopées d'Homère et d'Hésiode. De manière plus polémique, Martin Bernal a développé une hypothèse d'une « Athéna noire » (Black Athéna) importée depuis l’Égypte, essentiellement interprétée dans sa dimension africaine, ce qu'il inscrit plus largement dans d'hypothétiques origines « afroasiatiques » de la culture grecque classique. Ses propositions ont été réfutées par la plupart des hellénistes et des égyptologues qui s'y sont intéressés[33].

Quant aux comparaisons avec d'autres mythologies de peuples de langue indo-européenne, elles ont par exemple tracé des similitudes entre Athéna et des déesses indiennes (Durga, Kali, Devi) qui pourraient renvoyer à des origines communes[34],[35].

Pouvoirs et fonctions

Comme le reste du cercle des divinités principales de la Grèce antique, Athéna a des pouvoirs qui ne se limitent pas à un seul domaine. Cela ressort aussi bien dans la littérature que le culte, notamment par l'analyse de ses épithètes poétiques et cultuelles (épiclèse). On reconnaît des domaines privilégiés où s'exprime sa puissance, qui sont particulièrement nombreux, même en comparaison des autres grandes divinités grecques[36] : elle est une protectrice des cités, une déesse guerrière, elle seconde son père Zeus dans le rôle de garant de l'ordre social et des institutions civiques (notamment de rites de passage), elle est une déesse des arts et des techniques, caractérisée par son ingéniosité et son intelligence (mètis). S'y ajoutent d'autres fonctions, souvent dérivées des précédentes, parfois trop peu documentées pour être interprétées avec un degré raisonnable de certitude.

La protection de cités

Un des traits les plus fondamentaux d'Athéna est son rôle de protectrice des cités (grec ancien polis au singulier). C'est pour cela qu'on a pu en faire une descendante des déesses armées figurant dans l'art mycénien, qui semblent protéger les forteresses de cette période, mais c'est impossible à prouver[37],[5],[19].

Cela se manifeste par son épiclèse la plus courante, Polias, qui se retrouve partout dans le monde grec (Athènes, Priène, Pergame, Cos, etc.)[38] et aussi Poliouchos[39], et d'autres telles que Poliatis[26]. Ses nombreuses épiclèses renvoyant à des noms de cités ou de lieux (topologiques) font aussi référence à ce rôle protecteur[40],[41]. Enfin on retrouve ce rôle dans d'autres dénominations de la déesse comme Soteira « Sauveuse » et Nikè « Victoire » qui renvoient plus largement à sa fonction de sauvegarde des communautés et se recoupent avec son caractère guerrier[42].

Dans l'espace civique, ses sanctuaires sont à plusieurs reprises situés sur les acropoles, les points les plus élevés et les mieux défendus, ou plus généralement près des ouvrages défensifs (son sanctuaire de Tégée se nomme Eryma, « Rempart »), ce qui en fait plus largement une déesse des citadelles et des forteresses[40],[43],[44]. Ce rôle est celui qu'elle exerce dans la cité d'Athènes, la cité qui a plus que les autres revendiqué ses faveurs, où elle dispose de son sanctuaire principal sur l'Acropole. Mais on la retrouve dans une situation semblable dans la cité rivale de Sparte, à Argos et à Trézène en Argolide, à Lindos à Rhodes[36], à Gortyne en Crète, à Emporio sur l'île de Chios[43], etc. et dans l’Iliade à Troie[43].

La protection de la cité troyenne est censée être incarnée par une statuette de la déesse ayant une valeur de talisman protecteur, le Palladion, qui représente la déesse en armes ; une fois que Troie se la fait dérober par Ulysse et Diomède, sa chute est imminente. Aux époques historiques, plusieurs cités ont proclamé le posséder à leur tour, à commencer par Athènes et Rome (dans le temple de Vesta), mais aussi Argos et Sparte. Quelles que soient leur origine, on y trouvait des effigies de la déesse censées protéger la cité[45],[43],[46],[47].

La guerre

Crédit image:
cgb.fr
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Tétradrachme Stépanophore représentant Athéna coiffée du casque attique à cimier et aigrette.
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Athéna tenant une lance et un aplustre, ornement de la poupe d'un navire symbolisant la victoire navale (celle de Salamine ?). Lécythe à figures rouges attribué au Peintre de Brygos, v. 480-470 av. J.-C. Metropolitan Museum of Art.

Un des importants traits d'Athéna est son rôle guerrier. Il couvre plus précisément certains aspects du domaine militaire, en particulier ceux liés à sa fonction de protectrice des cités : « le rôle d’Athéna comme divinité guerrière est d'assurer la victoire, la formation et l'entretien militaire du corps civique pour protéger la cité placée sous son égide » (A. Paillard)[48]. Hésiode dans sa Théogonie (925-926) la décrit comme « éveilleuse terrible du tumulte de la bataille, infatigable meneuse d'armées, maîtresse qui se réjouit des cris, de la guerre et de la bataille[19]. »

En plus des épithètes renvoyant à la protection des cités, ce domaine est visible dans plusieurs autres dénominations de la déesse plus directement liées à la guerre et à la violence. Une d'entre elles, Areia, est dérivée du nom du plus belliqueux des dieux, Arès. Elle est également dénommée Promachos « celle qui combat au premier rang », Lageitarra « conductrice de l'armée », Agelaa « preneuse de butin ». Tout cela renvoie à différents moments des conflits : elle participe au combat hoplitique, dirige les troupes, disperse les ennemis, pille. Une autre de ses épithètes rattachable à cette sphère est Sthenias « forte ». Elle est enfin celle qui octroie la victoire, sous son épiclèse Athéna Nikè « victoire », dont le culte se développe à Athènes au sortir des Guerres médiques. Dans l'Asie mineure hellénistique, notamment à Pergame, elle est vénérée comme Nikèphoros, « qui apporte la victoire »[49],[50].

Athéna est donc à plusieurs reprises associée à l'autre dieu qui exerce ses compétences dans ce domaine, Arès, et parfois vénérée à ses côtés. Ils président aux conflits armés, aux clameurs des combattants, aux déprédations[51]. La manière donc les compétences d'Athéna se combinent avec celles d'Arès et les complètent dans le domaine guerrier est souvent vue chez les historiens comme une opposition entre la sagesse et la brutalité : déesse de la mètis, elle incarne la force rationnelle, l'art de la stratégie, de la guerre ordonnée, qui lui fait inventer le char de guerre et présider aux danses guerrières, alors que lui incarnerait la violence guerrière qui se déchaine au combat de manière irréfléchie[52],[53],[54]. Mais en pratique les textes antiques décrivant l'Athéna guerrière ne la différencient pas vraiment d'Arès dans ses fonctions, et ils ne les opposent pas[55].

Dans la mythologie, les cas où Athéna prend part au combat ne manquent pas, en premier lieu contre les Géants. La férocité dont elle fait preuve au combat se voit quand elle dépèce Pallas après l'avoir vaincu pour mettre sa peau sur l'égide. Dans l’Iliade, elle descend sur terre et prend un aspect humain pour appuyer ses favoris lors des batailles. Un long passage (V, 733 et sq.) relate comment elle se dévêt de la tunique qu'elle a elle-même confectionné pour revêtir son armure et ses armes, notamment sa redoutable égide[56].

Dans l'iconographie, le caractère guerrier d'Athéna se voit par le fait qu'elle est représentée armée[57], avec un casque corinthien, l'égide, une lance et un bouclier, notamment dans des postures combattantes surnommées « Promachos » par les historiens de l'art[58].

Dans ses sanctuaires, les offrandes d'armes sont courantes[57]. On lui fait en particulier des offrandes à l'issue de conflits militaires, pour la remercier d'avoir octroyé la victoire. Il peut s'agir de monuments érigés pour l'occasion, ou de prises de guerre, comme les chaînes enlevées aux Spartiates par les guerriers de Tégée, qui les consacrent à Athéna Aléa[59]. Le temple d'Athéna Areia à Platées aurait été érigé avec le butin reçu par la cité à la suite de sa participation à la bataille de Marathon, selon ce que rapporte Pausanias (IX, 4, 1-2).

Plusieurs rites du culte d'Athéna ont un caractère guerrier et se déroulent lors de célébrations militaires, notamment à Sparte selon ce qu'évoque Polybe (Histoires, IV, 35,2), et comprennent des concours sportifs qui ont sans doute un aspect martial[60].

La vie civique et les rites d'intégration

Athéna exerce également son patronage sur les cités en lien avec leur activité politique. Cela ressort dans plusieurs de ses épiclèses en plus de Polias[61], surtout à Athènes, qui lui donnent un rôle de patronne des groupes de sociabilité et des subdivisions politiques de la cité[43],[62]. Cette fonction est exercée à plusieurs reprises aux côtés de son père Zeus, dieu politique majeur, avec lequel elle est garante de l'ordre social, de l'administration et de la justice[63],[64].

Sous le nom Boulaia les membres du conseil de la Boulè d'Athènes lui adressent un hommage lors de leurs réunions, en même temps qu'à Zeus Boulaios, et sous celui de Thémis elle est une garante de l'exercice de la justice. Elle aurait fondé le tribunal de l'Aréopage, où elle participe au jugement d'Oreste dans Les Euménides d'Eschyle. Elle porte également le nom d'Archégète à Athènes et à Sparte, qui lui donne un rôle de chef, de guide et de fondatrice[65]. À Sparte à l'époque romaine, Pausanias (III, 11, 9) rapporte qu'on trouve un duo Athéna Agoraia-Zeus Agoraios, protecteurs de l'agora[62].

Athéna apparaît souvent en tant que Phratria « de la phratrie », subdivision de la communauté citoyenne d'Athènes, lorsqu'elle reçoit avec Zeus Phratrios des sacrifices pendant la fête des Synoikia qui commémore l'unification de l'Attique[62]. Cela lui confère aussi un rôle dans l'intégration des jeunes hommes dans le corps civique, en particulier lors de la fête athénienne des Apatouries. Cette épiclèse se retrouve dans d'autres cités où elle est connectée à des groupes de citoyens : Thasos, Cos, Lindos[43]. La présence d'enfants exerçant le rôle de prêtres dans ses temples à Tégée, en Phocide et à Siris pourraient également être des réminiscences de rites initiatiques de jeunes hommes patronnés par Athéna[43].

En lien avec cette sphère masculine et souvent guerrière et l'initiation des jeunes hommes[52], Athéna apparaît dans la littérature comme une protectrice des personnages héroïques, aventuriers ou guerriers, au point qu'il a pu être considéré qu'avoir les faveurs d'Athéna était une condition nécessaire pour accéder à ce statut. Walter F. Otto l'a définie comme une déesse « de la proximité », qui soutient ceux qu'elle a décidé de protéger[53]. Elle assiste ainsi Héraclès, Ulysse, Bellérophon, Jason et Persée dans leurs aventures et exploits[54]. Ce rôle a pu être décrit comme celui d'une « grande sœur » aidant ces héros à grandir[54], mais cette interprétation est probablement anachronique[1].

Concernant les rapports d'Athéna avec les jeunes filles, la situation est plus ambivalente. Son lien avec les institutions patriarcales a pu la faire voir à l'époque contemporaine comme une traîtresse à son sexe, constat apparemment conforté par les mythes où elle cause la perte de femmes qui cherchent à rivaliser (en vain) avec ses talents (Arachné, Méduse, Pallas, Myrmex)[54]. D'un autre côté, en tant que déesse de l'artisanat elle patronne aussi le tissage, activité féminine par excellence. Cela se voit notamment par le fait que le péplos, manteau que doit revêtir un de ses statues de culte lors des Panathénées, est confectionné par des jeunes filles, les Arrhéphores, qui à cette fin résident dans une dépendance de son sanctuaire durant une année. Le rite de l'Arrhéphorie qui conclut leur service reprend sans doute un ancien rite initiatique féminin. À Cos deux jeunes filles passent également une année à son service. Dans un autre registre, les vierges locriennes sont des jeunes filles envoyées en tribut par les Locriens à Ilion (Troie), où elles sont offertes à l'Athéna locale[66].

« Je n'ai point eu de mère pour me mettre au monde. Mon cœur toujours — jusqu'à l'hymen du moins — est tout acquis à l'homme : sans réserve je suis pour le père. Dès lors je n'aurai pas d'égard particulier pour la mort d'une femme qui aurait tué l'époux gardien de son foyer. »

Eschyle, Les Euménides (trad. P. Mazon) : Athéna tranche en faveur des pères[67].

Les techniques et les arts

Athéna est la protectrice des artisans et des travailleurs sous son épithète d’Ergane, « la travailleuse »[65],[66]. Elle est aussi surnommée Machanis « ingénieuse » ou Kalliergos « qui travaille avec art »[68]. Elle est une maîtresse dans l'art du tissage, de la charpenterie, de la métallurgie, et les technologies de toutes sortes[1], réalise des inventions et les enseigne aux humains[65]. L'art la représente en train de réaliser des travaux artisanaux, notamment tenant une quenouille[69]. C'est dans ce domaine que se manifeste de la manière la plus éloquente sa mètis, ou intelligence rusée/sophistiquée, dont on fait souvent son attribut fondamental[70].

Crédit image:
Artiste inconnuUnknown artist
licence CC BY 2.5 🛈
Athéna participant à la construction de l'Argo. Bas-relief en terre cuite, époque romaine (probablement Ier siècle ap. J.-C.). British Museum.

Dans la littérature mythologique, elle se distingue à plusieurs reprises par ses inventions ou ouvrages remarquables, ce qui lui fait se manifester dans différents domaines, rejoignant dans plusieurs cas ses autres compétences : elle conçoit la trompette qui va servir sur les champs de bataille ; elle aide Jason à construire l'Argo, le navire sur lequel embarquent les Argonautes ; elle enseigne l'art de construire les chariots et de harnacher les chevaux, et à Corinthe on la connaît sous l'épithète Chalinitis « de la bride »[70] ; elle guide la main d'Épéios lors qu'il construit le cheval de Troie[65] ; elle invente l'araire pour faciliter les travaux des champs[71].

En particulier, tout ce qui est filé ou cousu est de son domaine[65], comme le montre par ailleurs la fable d'Arachné[72]. Parmi ses épiclèses, on connaît une Pania « fileuse » et une Pênitis « tisserande »[68]. Homère (Iliade, V, 764 et sq.) voit en elle la tisserande par excellence, tandis que Platon (Le Banquet, 197B) en fait l'inventeuse du filage[66]. Elle est souvent représentée avec un fuseau, et on lui offre couramment dans ses sanctuaires ces objets ainsi que des pesons de métiers à tisser[66].

Dans ce domaine, elle est à plusieurs reprises associée au dieu artisan Héphaïstos, plus spécifiquement le patron des métiers impliquant la maîtrise du feu et exercés cette fois-ci par des hommes (métallurgie, céramique). Cette association est en particulier mise en avant dans le culte à Athènes[73],[70],[74]. Les Athéniens vénèrent aussi Prométhée, qui apporte le feu qui va servir au travail artisanal, constituant ainsi un trio de divinités patronnant les arts du feu[75].

Au-delà de son habileté manuelle, Athéna est une déesse maîtrisant toutes sortes de techniques, ce qui inclut la maîtrise des chevaux et des bateaux. C'est donc sous son patronage que se trouvent les habiles cavaliers[76] et les navigateurs[77] de la mythologie.

C'est peut-être encore en raison de cette habileté divine qu'Athéna est également reconnue comme une musicienne[78]. Elle fabrique l'aulos et en joue[26]. Mais elle abandonne l'instrument, parce qu'elle se trouvait ridicule lorsque ses joues gonflaient en soufflant dedans, comme le rapporte Mélanippide de Mélos (785 PMG)[79]. Elle est vénérée à Argos sous l'épiclèse Salpinx « trompette »[80].

La déesse de la raison et de la sagesse

En continuité avec son rôle dans les arts et les techniques, Athéna est souvent analysée comme la déesse de la Raison, patronne des beaux-arts et de la littérature, concurrençant les Muses dans ce domaine, même si elle est moins souvent qu'elles mise en rapport avec la poésie et la musique, mais plutôt avec la philosophie[81]. En effet, pour autant qu'ils proposent une interprétation d'Athéna, presque tous les philosophes et allégoristes de l'Antiquité identifient la déesse à la Sagesse ou l'Intelligence personnifiée ; c'est le cas, entre autres, de Platon, Cornutus, Héraclide du Pont, Plutarque, Porphyre, Julien et Apulée[82] ; dans le Cratyle (407 b), Platon la proclame « Intelligence divine »[83]. L'helléniste Félix Buffière base cette unanimité sur le texte même d'Homère : « Il est certain que l'auteur de l'Odyssée concevait déjà Athéna comme une sorte de personnage allégorique, la sagesse personnifiée. Cela est surtout frappant dans la Télémachie[84] ». Avec le développement de la philosophie éthique elle devient également une allégorie de la vertu et la déesse de la phronesis, la raison prudente et moralement responsable[85],[86].

Les spécialistes modernes de la religion grecque suivent plutôt M. Detienne et J.-P. Vernant[87] (certes parfois avec des réserves)[88],[74],[1], en mettant surtout l'emphase sur le fait qu'Athéna est douée de la mètis. C'est une « intelligence (ou sagesse) rusée », « sagesse d'un genre particulier qui n'exclut ni les biais, ni les ruses ni les astuces » (W. Burkert)[85]. Elle la reprend de sa mère (ou du moins celle qui aurait dû l'être), la déesse Métis, qui personnifie cette compétence, et l'a aussi transmise à Zeus après que celui-ci l'ait avalée. Dans les épopées homériques et son hymne homérique, elle est dite Polymétis (« qui a beaucoup de mètis »/« aux nombreuses ruses »/« qui a plus d'un tour dans son sac ») ou Polyboulos (« aux nombreux conseils »/« de bon conseil »)[89]. Cela se manifeste par sa grande intelligence et aussi sa grande habilité technique, en particulier sa compétence dans l'artisanat, et aussi sa proximité avec Ulysse, le héros rusé par excellence[1]. Cet aspect de la déesse, qui ne se retrouve pas dans ses épiclèses cultuelles[90], est surtout révélé par la confrontation des fonctions exercées par Athéna à celles d'autres dieux agissant dans les mêmes domaines, en particulier Poséidon, incarnation des forces de la nature imprévisibles : dans le domaine maritime, Poséidon agite et calme les flots, alors qu'Athéna inspire les pilotes et les constructeurs ; dans le domaine hippique, Poséidon représente la fougue des chevaux, qu'il apaise ou déchaîne, tandis qu'Athéna est plus du côté de leur maîtrise, en étant du côté de leurs dresseurs et cavaliers[91],[92].

W. Burkert considère de son côté que le dénominateur commun des différentes compétences de la déesse est « la force de la civilisation : la juste division des rôles chez les femmes, les artisans, les guerriers, et le savoir organisationnel qui en permet l'accomplissement. » C'est pour cela qu'elle offre à Athènes l'olivier cultivé et non l'olivier sauvage. Elle n'est donc pas une incarnation des forces de la nature[21].

Autres pouvoirs et fonctions

En raison de ses compétences larges, Athéna donne l'impression de pouvoir se mêler de tout et s'est vue attribuer par différents chercheurs des fonctions dans de nombreux domaines[93]. En pratique la plupart de ces propositions peuvent être écartées en rattachant ces supposées compétences à d'autres modes d'intervention déjà évoqués. Dans d'autres cas, les implications de certaines épithètes de la déesse restent obscures, notamment parce qu'elles sont isolées et très peu documentées, en particulier quand elles se trouvent hors d'Athènes. Cela indique à tout le moins que la déesse est vénérée de bien des différentes manières dans le monde grec, certaines s'éloignant de ses domaines d'intervention habituels[94].

Il a pu être avancé que la déesse avait un rôle dans l'agriculture et la fertilité, notamment en raison de sa supposée présence dans des rites agraires et son lien avec l'olivier[95], mais il n'y a pas de preuve en ce sens[96]. La déesse n'a pas normalement des aspects similaires à ceux de Déméter dans la croissance des plantes (sauf peut-être par endroits, hors d'Athènes[97]). Elle intervient plutôt dans ce domaine en tant que protectrice de la cité[98] ou encore par son savoir technique qui lui permet de confectionner des outils agricoles[99].

Le lien de la domaine avec le domaine maritime est également indirect. Ceux qui prennent la mer peuvent l'invoquer sous son aspect Soteira « Sauveuse », comme ils le font pour d'autres divinités portant la même épiclèse. Sinon elle apparaît plus dans ce domaine en raison de sa compétence dans les techniques et savoir-faire, pour la construction des bateaux et leur pilotage[100] : « Athéna se différencie de toutes les autres puissances de la mer par une égale capacité de conduire et de construire le navire » (M. Detienne et J.-P. Vernant)[101].

Il en va de même pour Athéna Hippia « du cheval », interprétée à la suite de M. Detienne et J.-P. Vernant comme compétente par la maîtrise : « maîtrise sur le cheval par le moyen d'un instrument pourvu d'efficacité (le mors), maîtrise de la conduite du char. » Elle intervient donc pour le dressage et l'harnachement des chevaux, la fabrication et la conduite des chars, lors des courses, tout cela étant là encore une manifestation de la mètis de la déesse[102].

Le cas d'Athéna Hygeia « de la santé » vénérée sur l'Acropole athénienne est également problématique à interpréter. Faut-il considérer qu'Athéna est une déesse de la santé ? Plutarque rapporte certes que la déesse est apparue sous cet aspect à Périclès, pour lui enseigner la manière de guérir un artisan participant au chantier des Propylées, ce qui correspond au mode d'action d'Asclépios. Mais c'est un cas isolé, et rien de plus n'est connu à propos de cette Athéna guérisseuse[103].

La protection de la déesse semble concerner aussi les nouveaux-nés et les accouchements, et pourrait donc faire partie de manière secondaire du groupe des « Kourotrophes ». Il existe une tradition selon laquelle elle aurait aidé Létô lors de la naissance d'Apollon. Selon S. Deacy elle interviendrait plus précisément dans le cas des naissances difficiles et inhabituelles, comme celle d'Érichthonios son fils adoptif, et évidemment sa propre naissance. Cela refléterait sa capacité à rendre possible ce qui paraît impossible[104]. Euripide (Ion, 20-26, 1427-1429) mentionne le fait qu'on faisait porter à des bébés athéniens des amulettes en forme de serpents, comme « don d'Athéna »[105], mais dans l'ensemble il n'y a quasiment pas de documents de cette cité qui relient la déesse à une telle fonction[106]. L'Athéna Méter « mère » que découvre Pausanias (V, 3, 2) à Élis pourrait renvoyer à cela[105],[107], autrement elle est énigmatique[1]. On connaît aussi l'existence d'une Athéna Lochia, « de l'enfantement », épiclèse d'ordinaire portée par Artémis[108].

Mythes et littérature

Athéna et les poètes

Par la diversité de ses compétences et champs d'intervention, aussi ses inclinations plutôt bienveillantes envers les mortels, Athéna a beaucoup inspiré les poètes. C'est par leurs œuvres que les mythes la concernant (et leurs différentes variantes) sont principalement connus. L'art fournit aussi des informations appréciables, en particulier sur des sujets moins abordés par la littérature (notamment à propos de la Gigantomachie). Il faut y ajouter les compilations mythographiques tardives, en premier lieu la Bibliothèque du Pseudo-Apollodore, ou les mythes locaux rapportés dans la Description de la Grèce de Pausanias.

Athéna figure déjà en bonne place dans les épopées d'Homère (Iliade et Odyssée, sans doute datées de la seconde moitié du VIIIe siècle av. J.-C.) et d'Hésiode (Théogonie, Les Travaux et les Jours, première moitié du VIIe siècle av. J.-C.). Ces poètes la connaissent déjà comme une déesse guerrière, fille préférée de Zeus, avec son mythe de naissance atypique et ses épithètes poétiques caractéristiques. Homère développe son rôle de protectrice des héros, et évoque plusieurs de ses manifestations aux humains (épiphanies). Elle fait ensuite l'objet de deux hymnes homériques (qui ne sont pas l’œuvre d'Homère), est évoquée dans plusieurs compositions du poète lyrique Pindare (v. 518-438 av. J.-C.), compositions qui célèbrent à leur tour les divers aspects de la déesse, notamment son rôle martial, et ses épiphanies. Athéna intervient dans plusieurs pièces des poètes tragiques athéniens puisqu'elle monte sur scène dans sept pièces, comme le début de l'Ajax de Sophocle, le prologue des Troyennes d'Euripide ainsi que divers deus ex machina de ses pièces, et surtout dans Les Euménides d'Eschyle dont elle est un des personnages principaux. Elle y apparaît surtout en tant que protectrice d'Athènes et des Athéniens, aussi à travers son lien à Zeus et au patriarcat. Les grands auteurs de l'époque hellénistique continuent à l'évoquer : elle est une divinité protectrice de Jason et ses Argonautes dans les Argonautiques d'Apollonios de Rhodes (IIIe siècle av. J.-C.), principal poème épique de la période, et Callimaque de Cyrène (IIIe siècle av. J.-C.) lui consacre un de ses hymnes, l’Hymne au bain de Pallas qui met en scène le bain de sa statue et son épiphanie, évoquant au passage certains de ses mythes (Tirésias). Athéna fait également l'objet d'un hymne orphique célébrant son rôle de mère de la guerre et des arts. À l'époque romaine impériale, Aelius Aristide (IIe siècle de notre ère) lui consacre un hymne en prose avec une conclusion allégorique dans laquelle la déesse est la puissance (dynamis) de Zeus et la phronesis, reprenant ainsi les développements philosophiques la concernant. La littérature latine est également importante pour connaître les mythes relatifs à Athéna, notamment Varron et Ovide[109],[110].

Naissance

Exaleiptron attique à figures noires montrant la naissance d'Athéna de la tête de Zeus (vers 570–560 avant notre ère) par le peintre C.

Athéna est la fille de Zeus et de Métis (une Océanide), déesse de la raison, de la prudence, de la stratégie militaire et de la sagesse, et première épouse de Zeus selon Hésiode (Théogonie, 886-900). Ouranos, le Ciel étoilé, prévient Zeus qu'un fils, né de Métis, lui prendrait son trône. Par conséquent, dès qu'il apprend que Métis est enceinte, Zeus prend le parti de l'avaler. Quelques mois plus tard, il ressent de terribles maux de tête. Il demande alors à Héphaïstos (remplacé dans des variantes par Prométhée, ou Hermès ou un daimon nommé Palaimon) de lui ouvrir le crâne d'un coup de hache, pour le libérer de ce mal : c'est ainsi qu'Athéna jaillit de la tête de Zeus en poussant un puissant cri de guerre, brandissant sa lance et son bouclier[81],[111],[112]. Il existe des variantes au mythe, notamment une dans laquelle Zeus donne naissance à Athéna par ses propres moyens[113],[85].

En tout cas par la suite Athéna est considérée comme la fille de Zeus seul. Déjà chez Homère dit que lui seul a donné naissance à sa fille (Iliade V, 875)[85]. Chez Eschyle (Les Euménides, 736), elle-même déclare qu'elle n'a pas eu de mère pour lui donner la vie[114].

L'arbre ci-dessous décrit l'ascendance d'Athéna. Celui-ci est basé sur les écrits du poète grec Hésiode ainsi que sur la Bibliothèque d'Apollodore.

Selon Homère, Athéna aurait par ailleurs adopté un fils nommé Érichthonios, né de la semence d'Héphaïstos répandue sur la terre Gaïa[115].

 
 
 
 
 
 
 
 
Gaïa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ouranos
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cronos
 
Rhéa
 
Océan(os)
 
Théthys
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Zeus
 
Métis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Athéna
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Érichthonios
(fils adoptif)
 
 
 
 
 
 

La Gigantomachie

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Athéna combattant des Géants. Relief du Grand Autel de Pergame, première moitié du IIe siècle av. J.-C. Pergamon Museum.

Déesse combattante, elle joue un rôle important dans la Gigantomachie, le grand conflit qui oppose les dieux olympiens aux Géants. Ce mythe apparaît d'abord dans des allusions dans des poèmes ainsi que des représentations dans la céramique attique et la sculpture. Il faut attendre le Pseudo-Apollodore pour en avoir un récit plus détaillé. Athéna assiste notamment Héraclès, dont le rôle est primordial dans le combat car une prophétie veut que seul un mortel puisse achever les Géants : il est donc présent pour les abattre d'un coup de flèche. Athéna s'illustre en défaisant les Géants Pallas et Encelade. Le premier est écorché, et elle se sert de sa peau pour s'en faire une cuirasse. Le second est vaincu en l'immobilisant en lui jetant la Sicile dessus. Le poète latin Claudien ajoute un détail au récit de combat : la déesse emploie la tête de la Gorgone pour changer ses adversaires en pierre[81],[116].

Mythologie athénienne

Le lien spécial entre Athéna et la cité d'Athènes a donné lieu à plusieurs mythes fondateurs donnant une origine à cette relation, expliquant comment plusieurs cultes essentiels dans la vie de la cité ont été instaurés. Ils participent plus largement à forger une identité et une mémoire collectives pour les Athéniens[117].

Un premier mythe rapporte comment Athéna et Poséidon se sont disputé la possession de l'Attique. Ils choisissent comme arbitre Cécrops, le premier roi du territoire. Poséidon frappe l'Acropole de son trident et en fait jaillir un étalon noir invincible au combat, ou, dans d'autres légendes, une source d'eau salée. Athéna, quant à elle, offre un olivier domestique. Cécrops juge le présent de la déesse bien plus utile pour son peuple. Athéna devient alors la protectrice d'Athènes[118],[119],[120],[121]. Selon Varron[122], Cécrops demande aux habitants d'Athènes (les femmes comprises) de choisir eux-mêmes leur protecteur. Les hommes préfèrent le cheval, susceptible de leur apporter la victoire dans la bataille. Les femmes préfèrent l'olivier. Les femmes, plus nombreuses d'une voix, font pencher la balance en faveur d'Athéna. Furieux, Poséidon submerge l'Attique sous les flots. Pour apaiser sa colère, les Athéniens doivent imposer aux femmes trois punitions : elles n'auront plus le droit de vote, aucun enfant ne portera le nom de sa mère et elles ne seront plus appelées Athéniennes.

Par la suite, Athéna élève un autre roi mythique, Érichthonios (souvent confondu avec Érechthée, qui est un de ses successeurs, les deux pouvant être issus d'une figure plus ancienne dédoublée avec le temps). Il est né d'Héphaïstos, lorsqu'il tente sans y arriver de violer Athéna, que son sperme est projeté sur la jambe de la déesse, laquelle l'essuie de dégoût et le fait tomber sur la Terre, qui s'en trouve fécondée. Athéna recueille l'enfant des bras de Gaia, la Terre, afin de l'élever. Elle le confie aux filles de Cécrops, mais le place dans une boite avec des serpents pour le garder avec ordre de ne pas l'ouvrir. Elles le font tout de même, et, saisies d'effroi, se précipitent du haut de l'Acropole. L'histoire comprend diverses variantes, qui ne s'accordent pas sur l'identité des victimes parmi les filles de Cécrops, à savoir Aglaure, Pandrose et Hersé (les deux premières ayant chacune un lieu de culte sur l'Acropole)[46],[123].

Érichthonios monte par la suite sur le trône d'Athènes. Les Athéniens en ont retenu le fait qu'ils étaient « nés de la terre », autochthonos, et non venus d'ailleurs, ce qui leur conférait une relation spéciale avec leur pays. Le lien entre Érichthonios et Athéna est aussi ce qui le rapproche le plus d'un fils de cette déesse, qui n'avait pas d'enfants puisqu'elle restait vierge, et créait une relation spéciale entre les Athéniens et la déesse. Selon la légende, Érichthonios dresse pour Athéna l'Érechthéion, le plus ancien sanctuaire de l'Acropole, où il sculpte une statue de la déesse en bois d'olivier. Il crée également en son honneur les Panathénées, la plus grande fête religieuse d'Athènes[124],[125].

Encore plus tard, la rivalité entre Athéna et Poséidon fait son retour sous le règne d'Érechthée, lors de la guerre opposant les Athéniens et les Éleusiniens emmenés par Eumolpos fils de Poséidon. Le roi athénien reçoit un oracle delphique prédisant qu'il ne gagnerait que s'il sacrifiait une de ses filles. Celles-ci l'apprenant, elles promettent de toutes se suicider si l'une d'elles était immolée. C'est ce qui se passe, et Érechthée conduit ses troupes à la victoire, tuant lui-même Eumolpos. De rage, Poséidon l'abat d'un coup de trident. Athéna intervient alors en instaurant un culte héroïque pour les princesses sacrifiées, faisant de leur mère sa prêtresse, et constitue un culte conjoint à Érechthée et à Poséidon (qui se déroule dans l'Érechthéion)[126],[127].

Cycle troyen

Athéna intervient à plusieurs reprises dans le cycle troyen. Elle est une des participantes lors du jugement de Pâris qui est à l'origine du conflit, lors duquel le futur prince troyen choisit Aphrodite et Hélène. De ce fait, bien que Troie détienne sa statuette protectrice, le Palladion, elle intervient du côté des Achéens, en particulier Diomède, Ulysse, Achille et Ménélas[81].

Plusieurs passages des épopées homériques mentionnent ses apparitions aux humains (épiphanies), sous l'aspect d'un être humain dont elle usurpe l'identité, ou une manifestation miraculeuse, interventions directes de la déesse afin de faire basculer le cours de l'histoire. Ainsi dans un passage de l’Iliade (IV, 75-84 et sq.) elle descend sur terre sous l'apparence d'une étoile filante visible de tous, pour se mêler aux troupes, à leur insu, sous l'apparence d'un guerrier troyen et ainsi déclencher les hostilités. Autrement ses apparitions sont surtout pour ses favoris, avec lesquels elle entretient une relation plutôt familière par rapport aux autres[128]. Lorsqu'Achille s'apprête à attaquer Agamemnon lors de la querelle les opposant à propos de la captive Briséis, elle l'attrape par les cheveux et apparaît à lui seul afin de calmer ses ardeurs, et celui-ci s'exécute immédiatement après une discussion avec la déesse (Iliade, I, 188-222)[53].

Elle (Athéna) vint derrière lui (Achille) et saisit les cheveux blonds du fils de Pélée,
en se manifestant à lui seul. Aucun des autres ne la voyait.
Achille fut stupéfait, il se retourna et reconnut aussitôt
Pallas Athéna. Les yeux de la déesse prirent une apparence terrifiante.

— Homère (trad. P. Judet de La Combe), Iliade, I, 197-200[129].

Elle joue encore un rôle majeur à la fin du conflit, cette fois-ci en défaveur des Achéens, dans un épisode évoqué par Homère dans l’Odyssée et par des sources postérieures. Ajax le Petit commet l'acte sacrilège d'enlever Cassandre dans le temple d'Athéna et de la violer. La déesse exerce sa vengeance contre les Achéens, suscitant la discorde entre Agamemnon et Ménélas, qui provoque la scission des troupes qui repartent séparément. Elle règle ses comptes avec Ajax le Petit alors qu'une partie de la flotte achéenne fait voile vers la Grèce, épisode qui a fait l'objet de différents récits. Il est notamment rapporté que la déesse abat le coupable d'un coup d'éclair (emprunté à Zeus ?), et qu'elle reçoit l'appui de Poséidon[130].

Dans l’Odyssée elle intervient à plusieurs reprises pour soutenir Ulysse et son fils Télémaque. C'est elle qui suggère par un rêve à Ulysse d'aller laver son linge dans une rivière pour y rencontrer Nausicaa, et le dote pour l'occasion d'une beauté qui trouble la jeune fille. C'est à sa demande que Zeus ordonne à Calypso de laisser Ulysse repartir de son île[81]. Lorsqu'il repose les pieds à Ithaque (XIII, 221-310), elle l'approche sous la forme d'un berger pour le rassurer, mais devant sa méfiance la déesse change son apparence pour celle d'une belle femme experte en tissage, ce qui permet à Ulysse de la reconnaître[53].

Protectrice des héros

Athéna entre Ajax (à gauche) et un guerrier troyen (à droite). Fronton ouest du temple d'Aphaïa à Égine, début Ve siècle av. J.-C. Glyptothèque de Munich.

Athéna intervient souvent dans les récits épiques en tant que protectrice des héros, ce qui a manifestement un lien avec son statut de déesse guerrière et aussi de patronne de rites de passage de jeunes guerriers[52]. Dans les épopées homériques, elle est plus particulièrement proche d'Achille, de Diomède et d'Ulysse, aussi de Télémaque, les conseille et les assiste lors des combats, parfois en augmentant leur force[131],[53],[3],[54]. Ulysse présente de nombreuses affinités avec elle car c'est au surplus un homme ingénieux et rusé, rivalisant à l'occasion avec elle en traits d'esprit et ruses[131], qui manifestent leur mètis[132].

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Persée décapitant Méduse, assisté par Athéna. Métope du temple C de Sélinonte, seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. Musée archéologique de Palerme.

Dans d'autres récits, elle fournit son aide à d'autres héros par son expertise guerrière et technique, par des conseils ou une intervention directe. Héraclès reçoit son secours lors de ses Travaux : elle lui fournit les cymbales d'airain qui effraient les oiseaux du lac Stymphale, elle l'accompagne lorsqu'il ramène Cerbère des Enfers, elle lui offre les pommes d'or des Hespérides. Les deux ont un lien particulier car ils partagent le même père, Zeus (Iliade, VII, 362 et sq.)[133]. Elle assiste aussi Thésée et Persée, ce dernier (un autre fils de Zeus) recevant son appui lors de son combat contre Méduse[40]. Elle apparaît en rêve à Bellérophon et lui fait don du mors pour l'aider à dompter Pégase[40],[134]. Elle soutient Jason et les Argonautes, en présidant à la construction de leur nef l'Argo et en les sauvant lorsqu'ils sont immobilisés par des rochers (Argonautiques II, 255 et sq.)[40], et en appuyant le premier pilote de l'Argo, Tiphys[135]. Elle aide aussi le roi calydonien Tydée, cherchant à le rendre immortel sans succès. Selon une tradition que rapporte en premier Pindare (Néméennes, X, 7), elle serait au moins parvenue à rendre immortel son fils Diomède, autre de ses protégés[136].

Courroux, luttes et vengeances

Le corolaire du soutient apporté par Athéna aux héros qu'elle apprécie, et de son attitude généralement bienveillante envers les humains, est la vengeance impitoyable qu'elle fait subir à ceux qui l'ont défiée et outragée, comme évoqué pour la punition infligée à Ajax le Petit. Pour expier le sacrilège commis par leur prince, les Locriens doivent envoyer deux jeunes filles pour servir dans le temple troyen d'Athéna jusqu'à la fin de leurs jours (les « Vierges locriennes »)[137]. L'arcadien Ornytos, qui n'écoute pas ses conseils lorsqu'elle lui apparaît sous l'apparence d'un homme pour le dissuader de rebrousser chemin avec ses troupes, et la blesse à la cuisse, se voit infliger une épidémie qui ravage sa patrie[138]. Mais dans plusieurs cas la vengeance de la déesse est tempérée par une compensation qu'elle octroie aux victimes : Athéna rend aveugle Tirésias parce qu'il l'a vue se baigner, mais elle lui offre un pouvoir divinatoire sans pareil[139].

Il a été relevé que la colère d'Athéna s'exerce souvent contre des femmes, quoi que là encore des compensations soient offertes à ses victimes. Ces récits sont surtout développés dans la littérature latine (Ovide, Servius). Ainsi, la tisseuse Arachné qui prétend être meilleure que la déesse dans son art, finalement transformée en araignée. Myrmix qui veut mettre à son propre crédit l'invention de l'araire, alors que celle-ci avait été créée par la déesse, est transformée en fourmi. Méduse se voit infliger l'apparence horrible de Gorgone parce qu'elle s'était unie à Poséidon dans un temple d'Athéna. Le Pseudo-Apollodore évoque également comment elle tue accidentellement son amie d'enfance Pallas, fille de Triton[54]. Ce dernier mythe fait écho à d'autres récits d'enfance d'Athéna, renvoyant plutôt à son aspect guerrier, qui relatent comment la déesse aurait involontairement causé la mort d'autres femmes, avant de perpétuer la mémoire de la victime en reprenant son nom ou son attribut[140].

Images et iconographie

Athéna a stimulé l'inspiration des artistes grecs au moins autant qu'elle l'a fait pour les écrivains. Elle est représentée dans les différentes formes d'art connues de l'Antiquité gréco-romaine : statues, statuettes, sculpture sur pierre en bas- et haut-relief, figurines et plaques en terre cuite, céramique peinte, monnaies, monnaies, sceaux, intailles, etc. Parmi ce corpus, il est possible de distinguer les représentations isolées de la déesse, notamment dans la statuaire, et celles où elle apparaît dans des scènes narratives, notamment mythologiques, en compagnie d'autres divinités et de héros.

On sait par les textes antiques qu'elle était également représentée sur des supports périssables comme le bois (notamment pour ses statues de culte) et des étoffes (le péplos). Les textes antiques évoquent en effet les représentations de la déesse jugées importantes et en donnent parfois des descriptions détaillées, notamment pour les statues de culte anciennes ou attribuées à des artistes de grand renom (Endoios, Phidias et ses disciples). On sait qu'ils servent de modèles à des copies et différentes représentations de la déesse, par exemple sur les monnaies.

Étant donné que les originaux ont disparu, il peut être tenté d'en identifier des copies parmi les représentations connues, mais cela reste incertain. Les historiens de l'art ont en tout cas distingué parmi les représentations d'Athéna, principalement les statues, plusieurs « types » iconographiques dont des répliques plus ou moins fidèles sont connues, avant tout par des copies d'époque romaine, en cherchant à les rattacher à des originaux évoqués par des textes. Ces dénominations reposent sur des termes déjà présents dans les textes antiques (Palladion, Promachos, Parthénos, Lemnia) ou bien les collections où elles se trouvent ou bien se sont trouvés depuis leur redécouverte (Médicis, Ludovisi, Rospigliosi, Hope, etc.) ou encore leur lieu de trouvaille (Velletri, Ostie-Cherchel, Arezzo, etc.).

Palladion et Promachos

Les plus anciennes représentations d'Athéna identifiées datent de l'époque archaïque (v. 776-480 av. J.-C.), plus précisément de la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. sur des vases de type proto-corinthien, ainsi qu'une statuette crétoise. L'aspect armé de la déesse s'étoffe progressivement et s'affirme au début du VIe siècle av. J.-C. avec des images de la déesse casquée, portant une lance puis aussi un bouclier, ainsi que l'égide et le gorgonéion. Les historiens de l'art ont distingué deux types principaux pour ces époques, nommés à partir de représentations de la déesse identifiées dans les textes antiques : Palladion et Promachos[58].

Le type « Palladion » doit son nom à la statuette d'Athéna évoquée dans l’Iliade, qui confère à la cité qui la possède la protection de la déesse, et que plusieurs localités revendiquent. Sa description est donnée par le Pseudo-Apollodore (Bibliothèque 3, 12, 3) qui indique que le Palladion d'Ilion (Troie) porte une lance dans une main, et une quenouille dans l'autre, symbolisant donc à la fois l'aspect guerrier et l'aspect artisan de la déesse. Dans la terminologie moderne, on désigne par le terme Palladion des représentations de la déesse en position immobile, pieds joints, généralement armée, et aussi des représentations moins rigides annonçant la Promachos. Des statuettes en bronze relèvent de ce type, et on le trouve représenté sur des monnaies, notamment celles d'Ilion, de Pergame et de Rome, ainsi que sur des scènes issues du cycle troyen, à savoir l'enlèvement de la statue par Diomède et le moment où Ajax le Petit arrache Cassandre de l'effigie divine[141].

Le type « Promachos » doit son nom, signifiant « celle qui combat au premier rang » ou « championne », à la statue monumentale en bronze de Phidias réalisée pour commémorer la victoire des Guerres médiques et placée à l'entrée de l'Acropole d'Athènes. Son aspect exact n'est pas connu. Les historiens de l'art désignent par ce terme des représentations de la déesse dans lesquelles elle est représentée armée et en action, les pieds non joints, une jambe vers l'avant (alors que le Palladion est une représentation plus statique), souvent en train de brandir sa lance. Ce type d'image remonte au début du VIe siècle av. J.-C. et apparaît rapidement dans de nombreuses représentations, notamment des statuettes, des frontons de temple (comme celui d'Aphaïa) et des céramiques peintes, notamment les amphores panathénaïques remises aux vainqueurs des concours des Panathénées, ainsi que des monnaies, notamment celles de l'époque hellénistique du type dit « Alkis » ou « Alkidemos »[142].

Athéna Parthénos

La statue d'Athéna la plus célèbre est l'Athéna Parthénos (« jeune fille ») réalisée par le sculpteur le plus réputé de l'époque classique, Phidias, entre 447/6 et 439/8 av. J.-C. et placée dans le Parthénon. Réalisée au moment de l'apogée de la puissance athénienne dominant la Ligue de Délos, avec les richesses acquises par la cité, elle peut être vue comme une auto-représentation de l'Athènes hégémonique triomphante. Elle représente la déesse portant la Victoire Niké, posture dite « nicéphore », inspirée de la statue de l'Apollon de Délos. C'est une œuvre monumentale, puisqu'elle mesure 12 mètres de haut. Elle est aussi luxueuse, « chryséléphantine », principalement réalisée en or et en ivoire. Son aspect est surtout connu par quelques descriptions textuelles, et des copies en taille réduite de plus ou moins bonne facture, comme l'Athéna du Varvakéion ou l'Athéna Lenormant, ainsi que des représentations sur des petits objets gravés, comme des monnaies et des médaillons[58],[143].

Pausanias en donne une description où s'entremêlent des explications mythologiques :

« la statue elle-même est en or et ivoire. Au sommet de son casque, au milieu se dresse une sphinge (...) et de chaque côté des griffons en relief. (...) La statue d'Athéna se tient debout, avec un chiton jusqu'aux pieds, et la tête de Méduse lui est appliquée en ivoire sur la poitrine. Elle tient dans une main une Victoire de quatre coudées, et dans l'autre une lance. À ses pieds se trouvent un bouclier et près de la lance un serpent : ce serpent pourrait être Érichthonios. Sur la base de la statue est sculptée en relief la naissance de Pandore. »

Pausanias, Description de la Grèce, I, 24, 5-7[144].

Pour prendre une description moderne, Pierre Demargne l'interprète ainsi :

« Haute de 12 m. env., vêtue du péplos, elle était armée, le casque de type attique orné de bêtes fabuleuses, sphinx, griffons, chevaux ailés, l'égide sur la poitrine avec le Gorgoneion, déesse redoutable donc ; mais la lance au creux de l'épaule, le bouclier à terre contre la jambe g., avec le serpent lové dans le creux (un serpent qui, selon Pausanias, serait Erichthonios), la Victoire sur la main dr., tendue, reposant sur une colonnette, A[théna] a triomphé de ses ennemis ; l'Amazonomachie et la Gigantomachie qui décorent le bouclier évoquent la victoire médique comme la Niké qu'elle porte ; on peut peut-être ajouter que le serpent, la naissance de Pandore figurée sur la base, réunissent aux traits propres à la déesse guerrière ceux de la déesse de l'Erechtheion, liée aux vieilles traditions d'Athènes, à Héphaistos, père d'Erichthonios[145]. »

Types classiques et hellénistiques

Le chantier de l'Acropole et les différentes statues d'Athéna réalisées par Phidias et son école durant l'époque classique (480-323 av. J.-C.) modèles pour les siècles suivants l'image de la déesse, puisque les grandes œuvres de cette période sont souvent copiées à l'époque romaine, pour lesquelles on distingue plusieurs types majeurs nommés par le lieu de trouvaille ou la collection où se trouve un exemplaire majeur. Comme souvent il reste complexe de relier ces répliques aux originaux mentionnés dans les textes antiques, ce qui suscite des débats parmi les spécialistes. Du reste la notion d'original et de copie est peut-être trop rigide et simpliste, les répliques présentant souvent des légères différences par rapport à leur modèle[146].

Phidias joue un rôle majeur dans l'histoire de l'image d'Athéna, puisqu'en plus des Promachos et Parthénos on lui attribue l'Athéna Lemnia, également sur l'Acropole, dont on a tenté des reconstitutions à partir de fragments de répliques supposées, et l'Athéna de Platées, dont on pourrait trouver une copie en l'Athéna Médicis[147],[148]. L'Athéna d'Elgin, statuette en bronze représentant la déesse le bras droit levé, paume ouverte tenant une chouette, est selon certains un dérivé de la statue d'Athéna Promachos[149].

Les disciples et émules poursuivent son travail.

La Pallas de Velletri du Louvre est une statue de marbre, copie d'époque romaine à partir d'un original attribué à Crésilas et datée des alentours de 430. La déesse, coiffée du casque corinthien, tient une lance de la main droite, levée, et a la main gauche paume ouverte, pour tenir une coupe ou une statuette de Niké. On lui connaît plusieurs répliques. Un type voisin est l'« Athéna de Cherchell ». Certains y voient des possibles répliques de l'Athéna Héphaïsteia attribuée à Alcaménès (v. 430/420), mais l'original pourrait être légèrement plus tardif[150],[151]. D'autres types de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. sont ceux des Athéna/Minerve Ince, Albani, Hope-Farnese, parmi lesquelles se trouve peut-être une copie de l'Athéna Itonia d'Agoracrite[152], ou l'« Athéna à la ciste » du Louvre, ainsi nommée parce qu'elle porte de la main gauche une ciste d'où s'échappe un serpent[153].

Les types attribués au IVe siècle av. J.-C. sont l'Athéna Giustiniani, la Vescovali et la Rospiogliosi[147],[154]. L'Athéna Vescovali est celle dont le plus grand nombre de réplique est connu, comme la Minerve d'Arezzo[155],[154]. L'original pourrait être la statue d'Athéna de Mantinée sculptée par Praxitèle. L'Athéna Rospiogliosi, dont l'original est daté du milieu ou de la fin du siècle, est peut-être l’œuvre de Scopas, ou bien celle de Timothéos. La déesse, manteau rejeté sur l'épaule, a les yeux levés vers le ciel, tient une lance de la main droite et a la main gauche sur la hanche[155],[154]. L'Athéna du Pirée, en bronze, trouvée en 1959 dans ce port, appartient au même type que l'Athéna Mattei (ou Athéna pacifique) en marbre exposée au Musée du Louvre. La déesse est représentée casquée, tendant une main la paume ouverte pour tenir un attribut (une phiale ? une statuette de Niké ? une chouette ?). L'original daterait du IVe siècle av. J.-C. et serait l’œuvre de Céphisodote ou bien Euphranor. La statue du bronze du Pirée pourrait être l'original en question, mais il pourrait s'agir d'une copie plus tardive, du IIe siècle av. J.-C.[156]. Durant l'époque hellénistique sont mis au point des types dérivés des précédents, comme l'Athéna à l'égide oblique de facture classicisante, tandis que l'Athéna à l'égide disposée en croix provenant de Pergame s'inscrit plus dans une veine hellénistique (« éclectique »)[155],[147].

Autres représentations

Les représentations d'Athéna sont très variées et prennent bien d'autres formes.

Ainsi, certaines représentations sont aniconiques, ne représentant pas la déesse de manière figurée, que ce soit sous forme humaine ou par ses attributs. Il s'agit de sortes de piliers, de poteaux ou de poutres indiquant la présence de la déesse dans des lieux de culte, évoqués notamment par Pausanias qui en observe à l'époque romaine[28].

Dès l'époque archaïque Athéna est souvent représentée sur des monnaies, en particulier du côté face avec sa tête de profil, portant un casque, qui renvoie aux types Promachos et Polias, donc à sa fonction de protectrice des communautés. On lui associe au revers des animaux la symbolisant : la chouette athénienne, aussi Pégase à Corinthe, ou encore la grenade à Sidé, etc.[157]

Il existe aussi des représentations de la déesse assise ou trônant : figurines et statuettes, peintures sur vases, monnaies. Pausanias (I, 26, 4) évoque une représentation d'Athéna par Endoios (v. 530-525) que l'on a rapprochée d'une statue fragmentaire de jeune femme mise au jour sur l'Acropole athénienne. Strabon (XIII, 601) mentionne des statues d'Athéna assise à Phocée, Chios, Massalia et Rome[158]. Des statuettes en terre cuite de déesses trônant et ornées de nombreux bijoux, diffusées en particulier en Sicile, sont souvent désignées comme des Athéna Lindia, parce qu'elle suivraient le modèle de la statue de culte de la déesse à Lindos telle que décrite dans l'inscription de la Chronique de Lindos (on a aussi pu parler d'« Athéna Polias trônant » d'après la statue d'Endoios). Mais elles ne représentent probablement pas toutes Athéna, et pourraient plus souvent figurer Déméter[159].

Les bas-reliefs sur stèles athéniens des Ve – IVe siècle av. J.-C. fournissent aussi des représentations d'Athéna sous différents aspects. Parmi les œuvres les plus remarquables se trouve l'Athéna « contemplative » ou « mélancolique », renvoyant peut-être à un contexte sportif[160] ou des représentations d'Athéna casque à la main, comme un relief de la collection Landsowne[161].

Scènes narratives

De nombreuses représentations d'Athéna s'intègrent dans des scènes narratives reprises de la mythologie grecque et des épopées, et la mettent donc en relation avec d'autres divinités et des humains.

Dès l'époque archaïque les vases peints représentent la naissance de la déesse, sa participation à la Gigantomachie, au jugement de Pâris, à l'introduction d'Héraclès dans l'Olympe. Elle est aussi représentée au sein d'assemblées divines, ou bien avec d'autres divinités, notamment Zeus, Poséidon et Héphaïstos. Son rôle de protectrice des héros est également une source d'inspiration pour les artistes, par exemple la décapitation de Méduse par Persée, conseillé par Athéna. Elle figure également dans des scènes rituelles, en Promachos accueillant des processions[162].

Sur les édifices sacrés, des scènes de Gigantomachie sont représentées sur les temples archaïques de l'Acropole d'Athènes, dont seuls des fragments subsistent, sur le trésor de Siphnos à Delphes[163]. Athéna est représentée sur le fronton du temple d'Aphaïa à Égine[147].

Pour l'époque classique, le programme décoratif des temples de l'Acropole athénienne domine. On retrouve ses images sur l'Érechthéion et le temple d'Athéna Niké, mais les réalisations les plus célèbres sont celles du Parthénon : sur la frise des Panathénées qui la représente avec d'autres divinités et une Gigantomachie, sur les frontons, dont il ne reste que des fragments, d'un côté sa naissance et de l'autre sa dispute avec Poséidon[164],[147]. Les scènes mythologiques et épiques sont encore représentées sur des vases peints et d'autres formes d'art[165]. De cette période date le groupe de Myron, situé sur l'Acropole, représentant Athéna et le satyre Marsyas qui reprend l'aulos que la déesse a délaissé, connu par des textes et des copies[160],[166].

Durant l'époque hellénistique, la disparition de la céramique figurée appauvrit le répertoire, malgré l'apparition d'autres formes de représentation comme les bols moulés « mégariens » ou les gemmes et sceaux, tandis que de probables représentations sur papyrus ont disparu. La Gigantomachie reste un sujet privilégié de représentation, notamment les reliefs du Grand Autel de Pergame, où Athéna est représentée affrontant le Géant Alcyoneus. Ce combat est aussi représenté en sculptures à Ilion et à Priène. En revanche les représentations de sa naissance ont disparu après le IVe siècle av. J.-C.[167].

Les représentations de Minerve dans le monde romain découlent de ces types, s'intéressant notamment à ses liens avec Héraclès/Hercule, aussi sa naissance, la Gigantomachie, le jugement de Pâris, certains survivant même à la christianisation, en tant qu'images allégoriques ou décoratives[168].

Relations avec les autres divinités

Comme toute divinité d’une religion polythéiste, Athéna est loin d’être un être isolé. Elle entre en relation avec d'autres divinités aussi bien dans les mythes que dans les rites. Ses fonctions s'éclairent particulièrement par l'analyse de ses rapports avec certaines divinités avec lesquelles elle est le plus souvent mise en rapport, que se soit en complémentarité ou en opposition. C'est en premier lieu son père Zeus, dont elle est la fille préférée. Les spécialistes de la religion grecque ont aussi mis en avant ses différentes interactions avec Poséidon, avec Héphaïstos et avec Arès. Elles font notamment ressortir le fait qu'Athéna est une divinité de l'intelligence et des techniques, aussi une civilisatrice.

La fille de Zeus

Athéna est la fille de Zeus, la divinité suprême des Grecs, le roi des dieux et le plus puissant d'entre eux, ce qui est en soi un gage de grande influence[169]. Qui plus est, il est couramment mis en avant qu'elle entretient une relation spéciale avec son père, même parmi ses enfants. Parce qu'elle est née de lui seul (après qu'il ait avalé sa mère Métis), elle est « celle des enfants de Zeus qui est toute à lui et de lui » (M. Gantz). Dans le chant V de l'Iliade (880), Arès reproche à Zeus de lui laisser faire ce qu'elle veut parce qu'elle est née de lui seul. Les épopées homériques en font clairement la fille favorite de Zeus, celle qui le connaît le mieux et qui sait obtenir ses faveurs[8]. Elle l'assiste au combat et accomplit ses décisions[170], agissant en quelque sorte comme son « bras armé ». Ce motif est repris par les poètes tragiques athéniens, notamment dans Les Euménides d'Eschyle et Les Troyennes d'Euripide. Son père lui fait tellement confiance qu'il lui prête son foudre[171].

Ce lien privilégié se voit aussi dans le culte, en particulier à Athènes, où les deux sont associés en tant que garants du corps social, de la souveraineté et des institutions. Certes Athéna est la divinité principale de la cité, mais son lien avec Zeus est constamment rappelé, ou en arrière-plan, de manière à capter sa grande puissance et son autorité pour le bien des Athéniens, ce qui ressort notamment de la présence d'un autel à Zeus Polieus sur l'Acropole, dans le principal sanctuaire d'Athéna. Ailleurs, ils sont vénérés conjointement sous des aspects dupliqués : Athéna Boulaia-Zeus Boulaios à la Boulè, Athéna Phratria-Zeus Phratrios pour patronner les phratries, Athéna Archegetes-Zeus Archegetis invoqués en tant que figures fondatrices, Athéna Soteira-Zeus Soter ont une procession lors de la fête des Diisoteria, Athéna Moria et Zeus Morios protègent les oliviers[172],[173]. De la même manière à Sparte on retrouve des tandems Athéna-Zeus pour l'agora (Agoraia/Agoraios), l'accueil des étrangers (Xenia/Xenios) et le Conseil (Amboulia/Amboulios)[63]. Ils sont également associés à Cos et à Rhodes en tant que figures souveraines et sauveuses[173].

Les artistes athéniens représentent à plusieurs reprises Athéna en lien avec son père, par le motif répandu de sa naissance, ou encore lors de la Gigantomachie et l'immortalisation d'Héraclès, le héros divinisé leur étant souvent associé[174].

Une déesse vierge

Athéna est une des déesses vierges, comme Artémis et Hestia. Cela ressort de son épithète Parthenos, qui désigne la jeune fille en âge d'être mariée mais qui ne l'est pas, que portent aussi les deux autres déesses vierges (et un aspect d'Héra). Il sert à désigner sa statue du Parthénon. Employé dans la poésie et des dédicaces, il ne s'agit apparemment pas d'un surnom sous lequel elle est honorée dans des rituels. Son épithète Pallas pourrait également avoir un sens similaire, mais c'est débattu[175].

Le seul dieu qui ait tenté de s'unir à Athéna est Héphaïstos. Mais de cette tentative est né Érichthonios, mis au monde par Gaia, qu'Athéna décide d'élever et essaye sans y arriver de le faire accéder à l'immortalité[176],[46],[136]. Ce récit d'origine locale athénienne, notamment dans la version du Pseudo-Apollodore (3, 14, 6) est néanmoins l'un de ceux qui s'attarde le plus sur la féminité de la déesse, ici présentée à la manière de la jeune fille nubile (parthenos) qui devient la proie d'un dieu masculin, cherche à lui échapper mais finit forcée à une relation sexuelle qui donne naissance à un enfant. Bien que le viol n'ait pas lieu dans le cas d'Athéna, la déesse n'en finit pas moins par élever un enfant, dans un geste de tendresse qui là encore l'inscrit dans un rôle correspondant à la vision de la féminité de son temps. Cela l'éloigne temporairement de son aspect habituel de déesse qui ne semble pas susciter le désir des autres, ou du moins qui sait l'éviter, qui font qu'elle a pu être désignée par des chercheurs modernes comme asexuée ou androgyne[177].

En tout cas elle est parfois opposée à Aphrodite, comme l'est aussi Artémis[170], par son absence de recherche de séduction. Leur antagonisme, sans doute ravivé par le jugement de Pâris, est patent dans plusieurs passages de l’Iliade, où elle remet la déesse de l'amour à sa place verbalement (V, 418-425) puis physiquement (XXI, 423-430)[176].

Athéna est considérée comme belle. Dans son Hymne au bain de Pallas, Callimaque chante la sobre beauté de la déesse : « Athéna ne veut point de mixtures parfumées. Point de miroir non plus : son visage est assez beau pour toujours[176]. »

Athéna et les autres grands dieux

Poséidon et Athéna (identifiés par des inscriptions). Vase à figures noires du Peintre d'Amasis, v. 540 av. J.-C. Cabinet des Médailles.

Poséidon est un dieu avec lequel Athéna est mise en concurrence pour la protection/possession d'Athènes, qui voit gagner Athènes mais laisse tout de même une place à Poséidon dans le culte athénien, car le dieu a prouvé qu'il était une force redoutable avec laquelle il fallait composer[178]. Il est vénéré à côté d'elle sur l'Acropole, dans l'Érechtheion. Le cap Sounion associe également deux temples des deux divinités, tandis que Colone dispose d'un autel dédié au duo Athéna Hippia-Poséidon Hippios[63]. Comme évoqué plus haut, ce qui se joue dans l'opposition et la collaboration entre ces deux divinités renvoie probablement à une dualité entre intelligence pratique (mètis) et force brute de la nature, ou alors « un efficace chassé-croisé de force élémentaire et de savoir technique » (W. Burkert)[179] : Poséidon représente plus la fougue du cheval tandis qu'Athéna est celle qui aide à le dompter par la technique et le met ainsi à la disposition des hommes ; Poséidon est le dieu des flots agités que les marins invoquent pour calmer les tempêtes tandis qu'Athéna est celle qui instruit et guide les pilotes de bateaux pour arriver à bon port ; Poséidon offre aux Athéniens une source d'eau salée tandis qu'Athéna leur donne l'olivier cultivé[63],[180].

Zeus s'interpose entre Athéna et Arès, cratère à volutes de Nicosthénès, v. 540-510 av. J.-C. British Museum.

Arès est un autre dieu auquel Athéna est souvent associée, cette fois-ci pour son aspect guerrier. Le second Hymne homérique à Athéna indique :

« Je chante d'abord Pallas Athéna, protectrice des cités, la terrible déesse qui s'intéresse, avec Arès, aux travaux de la guerre, au pillage des villes et aux clameurs guerrières : elle protège aussi les soldats, quand ils partent et quand ils reviennent. »

Hymne homérique à Athéna (II) (trad. J. Humbert)[181].

Ils sont également évoqués conjointement sous leur jour guerrier et pillard dans le Bouclier d'Héraclès, poème (faussement) attribué à Hésiode, et l’Iliade (XVIII, 516-517) dit qu'ils sont représentés tous les deux sur le bouclier d'Achille (réalisé par Héphaïstos). Athéna, par son côté guerrier représente davantage l'art de bien se protéger et de prévoir les combats à venir, que l'art du combat lui-même, incarné par Arès dans sa sauvagerie meurtrière. Cette opposition présente néanmoins des limites puisqu'Athéna a également des traits de guerrière féroce[182].

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
L'Héphaïstéion de l'Agora d'Athènes, où est également vénérée Athéna Ergane.
Crédit image:
Artiste inconnuUnknown artist
licence CC BY 2.5 🛈
Athéna et Héphaïstos, frise des Panathénées (Parthénon). British Museum.

Héphaïstos est un autre dieu souvent associé à Athéna[183]. Dans la mythologie, il est celui qui lui permet de sortir du crâne de Zeus en le fracassant d'un coup de hache. Ils participent à donner naissance, là encore de manière chaotique et atypique, à Érichthonios, le « fils adoptif » d'Athéna[184]. Ils partagent le fait d'être des dieux des artisans et des techniques : lui est plutôt du côté des arts du feu, bruyants et salissants, elle en revanche se salit moins les mains parce qu'elle travaille plutôt le textile ou enseigne différentes techniques à d'autres. Dans Les Travaux et les Jours d'Hésiode (60-64) ils sont associés pour créer la première femme, Pandore : lui la façonne à partir d'argile, elle lui enseigne l'art du tissage[185]. Dans l’Odyssée (VI, 233-234), les deux instruisent les hommes dans l'art du travail des métaux précieux[12]. Dans l'art, il existe des représentations où Héphaïstos donne à Athéna des objets manufacturés[69]. Dans le culte athénien, ils sont surtout associés en tant que divinités des artisans, donc quand elle revêt l'épithète Ergane, dans le temple d'Héphaïstos surplombant l'Agora (où elle porte aussi le surnom Hephaïsteia, « d'Héphaïstos »). Ils y sont célébrés conjointement lors de la fête des Chalkeia et Athéna est également honorée lors des Héphaisties[186].

Syncrétismes et interprétations

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Triade capitoline : Minerve avec la chouette, Jupiter avec l'aigle et Junon avec une oie. Musée national d'archéologie prénestine.

Dès l'Antiquité, les contacts entre cultures ont donné lieu à des syncrétismes plus ou moins poussés entre Athéna et des déesses avec lesquelles elle présente des traits communs. La plus fameuse et celle qui a eu le plus de la postérité est son assimilation avec la déesse romaine Minerve, qui s'inscrit plus largement dans un mouvement d'hellénisation des divinités romaines, à l’œuvre dès l'époque de la République. Elle se traduit avant tout par le fait que l'iconographie de Minerve est reprise d'Athéna, de même que son rôle dans la mythologie. En revanche dans le culte l'assimilation n'est pas totale, les deux divinités restant distinctes. Minerve a une fonction protectrice majeure dans la cité de Rome, puisqu'elle fait partie de la triade capitoline aux côtés de Jupiter et de Junon, ce qui a sans sans doute joué dans son identification à Athéna. C'est aussi une divinité artisane, autre point commun avec Athéna. Elle a également un aspect guérisseur, Minerva Medica, qui rappelle Athena Hygieia. En revanche son rôle majeur dans les rites de passage à l'âge adulte a plutôt des parallèles avec Artémis et Apollon[187].

À Chypre, où se rencontrent les cultures grecque et phénicienne (en plus d'un fonds local), Athéna est identifiée à la déesse Anat, car elles présentent quelques points communs significatifs, comme le fait d'être filles d'un dieu souverain céleste (El dans le cas d'Anat), d'être des protectrices des cités avec des aspects guerriers. Une inscription bilingue grec-phénicien sur un autel trouvé dans l'ancienne Idalion indique dans la version grecque qu'il est dédié à Athéna Soteira Nikè (sauveuse et de la victoire) et dans la version phénicienne à Anat « refuge des vivants » (et au roi Ptolémée). Cette assimilation ne semble pas faite dans le reste du monde phénicien[188],[189].

Des auteurs grecs antiques, notamment Hérodote, suivant leurs habitudes d'interpréter les divinités étrangères en les identifiant avec la divinité grecque qui leur paraissait le plus lui ressembler mais sans que cela ne soit fait dans le culte local, ont rapproché Athéna de la déesse égyptienne à tête de crocodile, Neith, déesse tutélaire de Saïs, parce qu'elle a également des traits de guerrière et de tisserande[190]. Elle est également assimilée à la déesse égyptienne à tête d’hippopotame, Taouret (Thouéris)[191].

Hérodote (IV, 180) assimile également à Athéna une déesse libyque vénérée par les Auses et les Machlyes (dans la région actuelle de la petite Syrte), au bord du lac Triton, possible lieu de naissance de la déesse. Il relate un rite durant lequel deux troupes de jeunes filles combattent en l'honneur de cette déesse[192].

Athéna et Athènes

La déesse tutélaire d'Athènes

Crédit image:
CNG
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Tétradrachme athénien de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. À l'avers (« face »), tête d'Athéna de profil ; au revers (« pile »), chouette et rameau d'olivier avec l'inscription ΑΘΕ pour ΑΘHNAIΩN.

Protectrice des cités, Athéna est avant tout liée à Athènes. Son nom dérive probablement de celui de la cité, qui est donc son lieu de naissance, même si elle dérive de figures divines plus anciennes encore. En tout cas la filiation évidente entre les deux noms, que ce soit dans un sens ou dans l'autre, rappelle constamment le lien indéfectible entre la cité et la déesse. En tant qu'Athéna Polias, elle est la protectrice de la cité, l'aide à se défendre face à ses ennemis ou à les vaincre, comme l'indique d'autres épithètes telles que Promachos et Nikè. Elle protège aussi ses institutions, en association constante avec son père le dieu souverain Zeus. Elle est logiquement le symbole de la cité : son sanctuaire de l'Acropole, où elle est connue sous plusieurs épithètes, est la vitrine de la cité, et ses images sont reprises sur le monnayage civique, avec sa tête de profil côté « face » et la chouette et l'olivier côté « pile ». La mythologie locale explique ce lien par le fait que la déesse a été choisie aux dépens de Poséidon, et qu'elle a veillé sur le jeune Érichthonios avant qu'il ne devienne roi d'Athènes, en faisant en quelque sorte une figure maternelle pour tous les Athéniens[36],[193]. Elle occupe donc la première place pour eux : les invocations aux divinités sont souvent faites sous la formule « Athéna et les (autres) dieux »[194], elle est mentionnée par les Athéniens comme la « maîtresse de ce pays » ou « notre déesse locale », Athènes est évoquée à l'occasion comme la « cité de Pallas » et les Athéniens comme « les citoyens de Pallas », un des chœurs des Héraclides d'Euripide (770-772) adressé à elle dit que « le sol est tien, la cité est tienne, tu es sa mère et sa maîtresse et sa gardienne », une louange attribuée à Solon rapporte comment elle étend ses mains pour protéger la cité[195].

« Notre cité jamais ne périra conformément à un arrêt de Zeus ou à la volonté des bienheureux dieux immortels : telle est sa gardienne magnanime, fille d’un père puissant, Pallas Athéna, qui étend ses mains sur elle. »

Solon (fr. 4W, 1-4)[196].

« Toute la cité d'Athènes, comme toute l'Attique, est consacrée à Athéna — car quels que soient les dieux que chaque dème a l'habitude d'honorer, il n'en vénère pas moins aussi Athéna — »

Pausanias, Description de la Grèce, I, 26, 6[197].

Pour R. Parker, Athéna est dans le contexte athénien la « divinité locale spéciale » par excellence dans le polythéisme grec, parce qu'elle y a une place sans équivalent dans la plupart des cités grecques[96]. Dans les études modernes, elle est souvent décrite comme la divinité « tutélaire » d'Athènes, ou encore sa déesse « poliade » (« de la cité »), une modernisation de l'épiclèse Polias qui sert d'une manière générale à associer une divinité à une cité qu'elle protège et possède en quelque sorte. Si cette notion manque de pertinence pour la plupart des cités grecques, ce n'est pas forcément le cas à Athènes tellement le lien est fort et affirmé à de nombreuses reprises dans l'histoire. Mais pour autant les Athéniens ne se tournent pas toujours prioritairement vers Athéna. Ils peuvent selon les circonstances s'adresser à bien d'autres divinités, ce qui relativiserait le caractère « poliade » d'Athéna dans cette cité[198].

Les destins de la déesse et de la cité sont donc inextricablement liés. Historiquement, Athéna a probablement acquis cette position par le développement de sa fonction de déesse protectrice de la cité et de maîtresse de son Acropole[199]. Il est possible qu'Athéna soit vénérée en ce lieu dès l'époque mycénienne, alors que ce lieu serait, suivant la configuration courante de cette période, une forteresse où se trouverait un palais royal (dont aucune trace n'a été identifiée avec assurance). Selon un « scénario » envisagé, Athéna pourrait être à l'origine la protectrice de la citadelle et du roi qui y réside, et quand le pouvoir royal disparait à la fin de l'époque mycénienne elle reste seule maître des lieux et prend symboliquement la place du roi[200]. Au-delà de ces conjectures, les origines du culte athénien d'Athéna restent nimbées de mystère : il faut attendre le VIIIe siècle av. J.-C. pour en avoir une possible évocation chez Homère[201], et il y a peu de traces d'un culte sur place pour les VIIIe – VIIe siècle av. J.-C. Les Grandes Panathénées, la fête panhellénique d'Athéna, sont instaurées en 566/5 ou peu après, et il faut attendre la première moitié du VIe siècle av. J.-C. pour voir l'apparition d'une architecture monumentale sur l'Acropole, sans doute sous les tyrans Pisistratides[202]. En tout cas cette lignée semble avoir mis en exergue son lien à Athéna pour asseoir son pouvoir, embellissant considérablement les édifices de l'Acropole. Selon Hérodote (I, 60), le fondateur de la dynastie, Pisistrate, voyant son pouvoir menacé, aurait fait passer une belle femme d'un village d'Attique pour la déesse en lui faisant revêtir une armure, et aurait paradé avec elle auprès des Athéniens qui auraient cru à une apparition de la déesse, qui soutiendrait le tyran[203].

Après les Guerres médiques (490-480 av. J.-C.) et avec l'instauration de l'« empire » athénien (la « Ligue de Délos »), le lien entre la cité et sa déesse est de plus en plus affirmé, surtout après le déplacement du trésor de la Ligue de Délos depuis Délos vers l'Acropole en 454 et la reconstruction de ses sanctuaires entamée à l'époque de Périclès. Tout cela fait de l'Acropole un lieu de mise en scène de la cité athénienne idéalisée, sous les auspices de la déesse Athéna[204]. Elle est aussi extrêmement riche, beaucoup plus que les autres divinités d'Athènes réunies : dans les années 433-426 les Athéniens empruntent plus de 4 000 talents à Athéna Polias, contre plus de 766 pour les autres[205].

Après la relégation au second plan de la puissance politique athénienne à la fin de l'époque classique (entre 338 et 322), le culte d'Athéna perd en faste. Les Grandes Panathénées sont même annulées une première fois en 286 faute de moyens, puis interrompues de 240 à 170 av. J.-C. Sous les empereurs romains, le culte d'Athéna est certes patronné par des empereurs, mais au prix d'évolutions telles que l'introduction du culte des empereurs et de la déesse Roma (qui reprend du reste des caractéristiques d'Athéna) sur l'Acropole, symbolisant leur prise de pouvoir, et des changements dans le déroulement des Panathénées de manière à montrer l'emprise romaine[206]. Athéna continue à remplir son rôle symbolique de déesse tutélaire la cité dans les temps plus difficiles d'Athènes. Au début du IIIe siècle de notre ère, Dion Cassius (Histoire romaine, LIV, 7, 3) rapporte que, lorsqu'Auguste avait visité la cité avec laquelle il était en froid en raison de son appui à Marc-Antoine, la statue de la déesse de l'Acropole (celle de l'Érechthéion ?) avait été tournée de l'est vers l'ouest (donc vers Rome) et couverte de sang comme si elle en crachait, en guise de provocation envers lui[207]. Au début du Ve siècle de notre ère, Zosime (Nouvelle Histoire, V, 6) mentionne une apparition de la déesse, en armes et accompagnée de son protégé Achille, devant les murailles de la ville, au roi wisigoth Alaric lorsqu'il assiège Athènes en 396 ap. J.-C.[208]

Le culte d'Athéna dure jusque dans l'Antiquité tardive, au moins vers la fin du Ve siècle de notre ère quand la statue d'Athéna est retirée du Parthénon, événement symbolique majeur pour la fin du paganisme et le triomphe du christianisme. Cet édifice est par la suite converti en église, de même que l'Érechthéion (au plus tard au VIIe siècle)[209].

L'Acropole, haut lieu d'Athéna

L'Acropole d'Athènes est le lieu où se déroulent les principaux cultes athéniens d'Athéna, et aussi le principal lieu de culte d'Athènes. Les premiers temps du site sont très mal connus : il est probable qu'un sanctuaire avec des structures en dur existe au VIIe siècle av. J.-C. si ce n'est dès le VIIIe siècle av. J.-C., mais elles ont pour l'essentiel disparu durant les phases de constructions postérieures. L'architecture du VIe siècle av. J.-C. est débattue : c'est de cette période que daterait le début d'une architecture monumentale, déjà organisée autour de plusieurs édifices dont il reste des traces, dont peut-être un temple pour la statue de culte d'Athéna et des cultes héroïques qui préfigure l'Érechthéion et un autre qui préfigure le Parthénon. Quoi qu'il en soit, le site est en grande partie détruit en 480 lorsque les Perses occupent la ville, et il est reconstruit par la suite. Ces constructions de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. correspondent à l'apogée de la puissance athénienne, en particulier à l'époque de Périclès (v. 451-429), et font appel aux contributions des plus grands articles du temps (dont Phidias). Elles modèlent le visage du sanctuaire d'Athéna jusqu'à nos jours. Plusieurs inscriptions complètent la connaissance de l'organisation de ce site sacré, ainsi que des mentions littéraires, en dernier lieu dans la Description de la Grèce de Pausanias, vers le milieu du IIe siècle de notre ère[210].

Crédit image:
Madmedea.
licence CC BY-SA 2.0 🛈

Le cœur du culte d'Athéna sur l'Acropole, destiné à la déesse sous son épithète Polias, est situé du côté de nord de la colline, au centre. C'est là que se trouve le grand autel servant pour les sacrifices adressés à la déesse, notamment les holocaustes des Panathénées. Il jouxte le temple surnommé (après Pausanias) Érechthéion, achevé à la fin du Ve siècle av. J.-C., que les anciens Grecs appelaient aussi « temple de l'image » parce qu'il abritait la statue de culte d'Athéna Polias, taillée dans de l'olivier. C'est un édifice complexe, puisqu'on y trouve apparemment aussi un espace de culte héroïque pour le roi légendaire Érechthée, vénéré conjointement au dieu Poséidon. Il est également bordé par l'olivier qu'aurait créé Athéna lors de son duel avec Poséidon pour la domination d'Athènes, situé dans un lieu de culte héroïque dédié à Pandrose (Pandroséion), une des filles de Cécrops. Derrière l'autel d'Athéna Polias se trouve aussi un autel dédié à Zeus Polieus[211],[212].

L'autre grand temple dédié à Athéna est le Parthénon situé au sud de l'Érechtheion, construit entre 447 et 438, situé en position centrale sur l'Acropole. Sa fonction exacte est débattue : il semble que le culte principal d'Athéna se déroule dans les endroits évoqués plus haut, et qu'il ait plutôt un rôle de don à la déesse, célébrant sa grandeur. Il abrite le trésor de la déesse, et la grande statue d'Athéna Parthenos chryséléphantine (en ivoire et en or) d'une dizaine de mètres de haut faite par Phidias et son atelier, qui n'est probablement pas une statue de culte. Son décor évoque la grandeur d'Athéna et son culte : le fronton situé à l'est (à l'entrée de l'édifice) représente la naissance de la déesse, celui situé à l'ouest (à l'arrière) sa compétition avec Poséidon pour le patronage d'Athènes. Les frises représentent la procession des Panathénées[213],[214].

L'entrée de l'Acropole, à l'ouest, comprend une entrée monumentale, les Propylées, et sur son côté sud le temple dédié à Athéna Nikè, dont l'état actuel est achevé à la fin du Ve siècle av. J.-C.[215]. Face aux Propylées se trouve une autre statue monumentale d'Athéna réalisée par Phidias, cette fois-ci en bronze et sous son aspect Promachos, érigée dans les années 450 pour commémorer la victoire face aux Perses[216].

Les fêtes pour Athéna

Les principales festivités pour Athéna sont les Panathénées, qui ont lieu à la fin du mois d'Hécatombéon, le premier de l'année athénienne (juillet-août). Il n'y a pas de consensus quant à savoir ce qu'elles commémorent : pour certains le grand rituel du 28 fêterait l'anniversaire de la déesse, pour d'autres il s'agirait d'une commémoration de sa victoire contre le Géant Astérion. On distingue les « Grandes » et les « Petites » Panathénées : les premières ont lieu tous les quatre ans et ont une dimension panhellénique, attirant des gens depuis toute la Grèce ; les secondes ont lieu les autres années, et ont une dimension locale. Les informations concernent surtout les Grandes Panathénées, les Petites ayant sans doute un déroulement similaire, mais moins spectaculaire. Les Panathénées sont marquées par des concours, qui ont probablement lieu durant les premiers jours des célébrations, et comprenant des compétitions athlétiques (certaines avec un aspect militaire marqué), équestres, nautiques, musicales et poétiques. Les vainqueurs reçoivent des amphores remplies d'huile d'olive, dites « panathénaïques », avec une représentation de la déesse dessus. La fête comprend aussi une célébration nocturne, une sorte de vigile à laquelle participent des jeunes hommes et des jeunes filles (pannychis). L'événement majeur est le grand sacrifice sur l'autel de la déesse situé sur l'Acropole, qui a lieu le 28 Hécatombéon et clôture sans doute le cycle de festivités. Elle est notamment connue par sa représentation sur la frise du Parthénon ou « frise des Panathénées ». Il est marqué par une grande procession partant du Céramique et rejoignant l'Acropole. C'est à ce moment que la statue de culte d'Athéna Polias (celle de l'Érechthéion) reçoit le péplos, tunique tissée durant l'année précédente par les deux jeunes filles nommées Arrhéphores ainsi que les tisserandes appelées Ergastines, représentant son combat lors de la Gigantomachie (on ne sait pas si ce rituel a lieu lors des Petites Panathénées). Le grand sacrifice est marqué par l'immolation de plusieurs dizaines de bovins (le nom du mois Hécatombéon fait référence à un sacrifice de cent bœufs), dont les restes sont redistribués à l'assistance et consommés dans un grand banquet collectif[217],[218].

D'autres fêtes majeures honorent Athéna et s'inscrivent plus largement dans un cycle festif se déroulant toute l'année, centré sur les Panathénées. Ainsi que le souligne R. Parker : « les Panathénées, pourrait-on dire, résumaient la déesse. Le péplos, tissé par les filles, apprenties d'Athéna Ergane, brodé du triomphe d'Athéna Niké, et présenté à Athéna de la Cité, était un symbole de Toutes les Athénas. Et cela créait des liens avec d'autres fêtes de la déesse à différents moments de l'année : avec les Chalkeia, au cours desquelles le tissage commençait rituellement, et avec les Arrephoria, au cours desquelles les filles qui entreprenaient le tissage débutaient leur service[219]. » Les Arrhéphories (mois Scirophorion) dédiées à Athéna et Pandrose, semblent marquer le début du service des Arrhéphores, lors d'un rituel nocturne où elles se rendent depuis l'Acropole vers un temple d'Aphrodite[220],[221]. Les Chalkeia, où elle est vénérée sous son aspect artisanal Ergane, aux côtés d'Héphaïstos, est donc sans doute avant tout une fête d'artisans. C'est à ce moment que le péplos commence à être mis à l'ouvrage[222]. Au printemps, la fin du mois de Thargélion est marquée par deux rites de purification/nettoyage, sans doute en vue des Panathénées : les Kallynteria qui concernent le temple de la déesse (et associent également l'héroïne Aglaure), et les Plynteria consacrées à sa statue de culte[223],[224].

Athéna est également vénérée lors des Synoikia (ou Metoikia), commémorant le synœcisme d'Athènes (réunion de plusieurs communautés en une seule cité) accompli par Thésée. Elles ont lieu le 16 Hécatombéon et comprend un sacrifice à Athéna Phratria et Zeus Phratrios[225]. Ces deux divinités sont surtout vénérées lors des Apatouries, la fête des phratries (mois de Pyanepsion)[226]. Athéna Areia est également invoquée aux côtés d'autres divinités guerrières chaque année dans le serment des éphèbes[227].

Athéna au quotidien

L'intervention d'Athéna dans la vie publique ne se limite pas à des fêtes, puisqu'en tant que garante des institutions civiques elle joue un rôle permanent dans la vie des phratries (Athéna Phratria), et elle dispose d'un autel à la Boulè (Athéna Boulaia), le Conseil, devant lequel chaque membre doit prier avant de siéger[228].

En dehors des cultes collectifs, le lien spécial entre Athéna et les Athéniens se retrouve dans les cultes et la piété des individus, puisqu'elle fait l'objet d'offrandes visant à attirer ses faveurs. L'Acropole et ses pentes ont livré un important corpus d'inscriptions et d'objets votifs, pour une bonne part lié au culte d'Athéna, offrant un aperçu sur la dévotion « populaire » envers la déesse, en particulier aux Ve – IVe siècle av. J.-C.[229]. En général, les inscriptions ne spécifient pas la raison du don, évoquant plutôt l'existence d'une relation de réciprocité avec dons/contre-dons (charis) qui leur permet de prospérer. Mais dans certains cas il est indiqué ou bien il peut se deviner à travers les mentions, notamment quand il s'agit de dons adressés par des artisans, qui ont pour interlocutrice privilégiée Athéna Ergane[230].

« Dame Athéna, Ménandre d'Aidilia, fils de Démétrios, te dédicaça cela en guise d'offrandes de prémices, remplissant (ainsi) son vœu, te retournant la faveur. Protège sa prospérité, fille de Zeus, en reconnaissance de cela[230]. »

Dans un cas atypique du milieu du IVe siècle av. J.-C., une femme nommée Meneia rapporte qu'elle avait eu une vision de l'« excellence » (arête) de la déesse, donc une manifestation (épiphanie) de la déesse, ce qui annonce l'émergence de formes plus personnelles de religiosité[231].

Athéna dans le reste de l'Attique

Crédit image:
7777777kz
licence CC BY 3.0 🛈
Le cap Sounion vu du sud, comprenant les sites du temple de Poséidon (en partie reconstitué, sur le point le plus haut) et d'Athéna (sur la colline juste au nord du précédent).

Plusieurs autres cultes impliquant Athéna ont lieu en dehors de la ville d'Athènes même, dans le reste du territoire de la cité athénienne, correspondant à la région nommée Attique. Ils sont connus par des attestations littéraires, et aussi des inscriptions. Ainsi, plusieurs calendriers des dèmes, les circonscriptions locales de la cité, font référence à des fêtes dédiées à la déesse[232].

Les Diisoteria, au mois de Scirophorion, comprennent des sacrifices et processions à Zeus Soter et Athéna Soteria, dans leurs lieux de culte localisés au Pirée, avec peut-être des rites aussi à Athènes et/ou une procession depuis Athènes[233].

Athéna reçoit aussi un culte lors de la fête des Skira, consacrée à Déméter et Korè, durant laquelle une procession partant depuis l'Acropole avec les prêtres d'Athéna et de Poséidon, pour rejoindre un site près de la localité de Skiros (entre Athènes et Éleusis). Une Athéna Skiras est connue, peut-être la variante locale de la déesse[234],[235]. Athéna Skiras est surtout connue parce qu'elle dispose d'un sanctuaire ailleurs en Attique, dans le dème de Phalère, géré par le genos des Salaminioi, où se déroulent des fêtes appelées Oskhophoria[232],[236].

Dans le dème de Pallenè, un culte est consacré à un aspect local de la déesse, Athéna Pallenis, où se déroule chaque année une fête réunissant des convives venant de plusieurs dèmes voisins[232].

Le dème d'Acharnes dispose d'un prêtre d'Arès et d'Athéna Areia[237] et on y vénère aussi Athéna Hippias selon Pausanias[238]. L'aspect chevalin de la déesse reçoit également un culte à Colone, aux côtés de Poséidon Hippios[239].

Le cap Sounion, au sud-est de la cité, comprend un temple d'Athéna, à côté d'un temple dédié à Poséidon. Un surnom de la déesse, Zostéria, pourrait faire référence au cap Zoster, où Pausanias (I, 31, 1) mentionne un autel d'Athéna dans le sanctuaire local d'Apollon[239].

Les cultes d'Athéna hors d'Athènes

Bien qu'elle soit plus spécialement liée à Athènes, Athéna n'est pas pour autant ignorée dans le reste du monde grec, loin de là. Les découvertes archéologiques et épigraphiques documentent sa présence dans plusieurs régions. La Description de la Grèce de Pausanias fournit des informations plus ou moins détaillées sur de nombreux lieux de culte de la déesse qu'il visite au milieu du IIe siècle de notre ère, notamment des descriptions des temples et des statues, ainsi que leurs récits de fondation. Si la déesse est souvent vénérée en tant que protectrice des cités, en certains endroits elle présente des aspects plus originaux, qui dévient de ses compétences habituelles et notamment de celles observées à Athènes[94].

Grèce centrale

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Lékané (bol) à figures noires béotien représentant une procession sacrificielle à Athéna : la déesse armée est figurée à droite, en Promachos, devant un autel ; une procession conduite par une prêtresse emmène un taureau sacrificiel, diverses offrandes, des musiciens, des danseurs. Milieu VIe siècle av. J.-C. British Museum.

Le culte d'Athéna est important en Béotie, ou plusieurs de ses lieux de culte sont connus. Elle est ainsi vénérée sous l'épithète Itonia à Coronée (voir ci-dessous). Elle est la protectrice de la cité d'Alalcomènes sous l'épithète Alalkomenia attestée dès l’Iliade[239]. Pausanias mentionne plusieurs de ses autres lieux de culte dont un pour Areia « d'Arès » à Platées (IX, 4, 1-2) et un pour Zostéria « du (cap) Zoster » ou « de la ceinture » à Thèbes (IX, 17, 3)[240].

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
La terrasse de Marmaria à Delphes, avec les ruines du temple d'Athéna au second plan.

Dans la Phocide voisine, elle dispose d'un temple à Delphes sur le site de Marmaria, sous l'épithète Pronaia ou Pronoia (sens débattu : « devant le temple/du parvis » ou « de la providence »), situé devant le temple d'Apollon. Cela renvoie peut-être au rôle protecteur qu'aurait eu la déesse lors de la naissance de ce dieu (et donc à un possible rôle dans l'accouchement ?). On révère aussi à Delphes Athéna sous les aspects Zostéria et Ergane[239],[104].

Parmi les lieux de culte d'Athéna mentionnés par Pausanias dans le reste de la Phocide, il décrit celui de Tithoréa qui comprend un bois sacré (X, 32, 10), et plus longuement celui d'Athéna Cranaia « rocailleuse » situé en périphérie d'Élatée (X, 34, 7-8). Il est érigé sur une colline, dont le prêtre est choisi parmi des enfants prépubères pour exercer sa charge pendant cinq années, avant sa puberté, durant lesquelles il réside dans le sanctuaire et prend des bains rituels[241].

Athéna Itonia

En Béotie et en Thessalie, Athéna dispose d'un culte important sous l'épithète Itonia. Elle aurait pour origine Itonos, située en Achaïe Phthiotidee par le Catalogue des vaisseaux de l’Iliade d'Homère ainsi que Strabon. Mais aucune trace de ce sanctuaire n'a été retrouvée, bien qu'il soit mentionné dans des inscriptions hellénistiques provenant de Thessalie et qu'un mois au nom de la déesse soit connu en Achaïe Phthiotide. Les Thessaliens la vénèrent plutôt dans un autre sanctuaire, dans leur propre pays sur le site actuel de Philia, en plus d'autres lieux de culte secondaires. Son autre lieu de culte majeur est situé à Coronée en Béotie, région où elle dispose aussi de lieux de culte secondaires. Les origines de cette divinité restent obscures, mais elle paraît ancienne et surtout vénérée en Grèce centrale, où elle a acquis un statut de divinité « fédérale » pour les confédérations des Thessaliens et des Béotiens. Son culte s'est par la suite implanté en Attique, puis à l'époque hellénistique en Locride, sur les îles d'Amorgos et de Cos, et jusqu'à Tauromeneion en Sicile[242].

Le site de Philia en Thessalie a fait l'objet de fouilles qui attestent de l'ancienneté du sanctuaire locale d'Itonia. Des offrandes datées de l'époque géométrique moyenne et récente (v. VIIIe siècle av. J.-C.) attestent de l'existence d'un culte sans doute déjà important à ces époques. Il se dote d'une architecture monumentale à compter du Ve siècle av. J.-C., qui s'étoffe par la suite avec l'ajout d'un bâtiment à colonnades à l'époque hellénistique et de nombreux monuments votifs à l'époque romaine. Ce sanctuaire joue un rôle régional/fédéral pour les Thessaliens et leur fédération (koinon), peut-être dès l'époque archaïque, mais surtout documenté pour l'époque hellénistique : l'organisation y fait inscrire des décrets, représente la déesse sur son monnayage, lui offre des sacrifices, octroie des honneurs lors de sa grande fête, et reçoit des ambassadeurs dans le sanctuaire[243].

Le sanctuaire d'Athéna Itonia à Coronée est de la même manière un des lieux de rassemblement de la confédération béotienne, avec celui d'une autre Athéna, celle d'Alacomènes, ainsi que Poséidon d'Onchestos. Sa principale fête, les Panboiotia, accompagnées de concours opposant des équipes représentant chacun des membres de la confédération, ont un aspect « national » pour les Béotiens. La déesse y a apparemment un aspect martial prononcé ; le poète Alcée (VIIe siècle av. J.-C.) l'appelle Polemadokos[244],[245].

Sparte

La rivalité entre Athènes et Sparte n'a pas empêché à la déesse athénienne par excellence d'avoir un lieu de culte majeur sur l'acropole spartiate, où elle est connue sous deux épithètes : Poliouchos, répandu pour indiquer son rôle de protectrice des cités, et le plus original Chalkioikos « de la demeure de bronze ». On ne sait pas à quoi fait référence cette dernière : il pourrait s'agit de la statue de bronze que Pausanias y mentionne ; des plaques de bronze ornées de thèmes mythologiques également mentionnées par Pausanias ; ou bien de son rôle de patronne de l'artisanat métallurgique. Polybe (IV, 35, 2-4) raconte que s'y déroule un rite durant lequel des soldats en armes paradent devant l'autel de la déesse, avant un sacrifice accompli par les éphores. C'est aussi un lieu d'asile, où en 467 av. J.-C. le général Pausanias se réfugie pour éviter d'être mis à mort, mais y meurt de faim après avoir été enfermé à l'intérieur. Les fouilles du temple, daté du VIe siècle av. J.-C., ont aussi livré de nombreuses cloches en terre cuite et en bronze, objet atypique pour un temple d'Athéna, dont la signification reste à expliquer[246],[247].

D'autres lieux de cultes spartiates d'Athéna mentionnés par Pausanias renvoient à son rôle de « déesse de la proximité », soutien des héros : Athéna Keleutheia « des routes/voyages », liée une victoire d'Ulysse à la course contre les prétendants de Pénélope, après laquelle le héros aurait fondé le sanctuaire (III, 12, 4) ; Athéna Axiopoinos « de la vengeance juste », associée à Héraclès, dans un lieu de culte établi par celui-ci après qu'il ait exercé sa vengeance contre son cousin Hippocoon et ses fils (III, 15, 6) ; un autre sanctuaire d'Athéna aurait été fondé par Théras, avant qu'il ne parte coloniser Théra (III, 15, 6)[248],[249].

Argolide

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Emplacement des anciens temples d'Athéna Oxyderkès et d'Apollon Deiradiotès à Argos.

Argos dispose de lieux de culte dédiés à Athéna sur ses deux acropoles : une Athéna Polias sur l'acropole principale de Larisa ; une plus originale Athéna Oxyderkès « à la vue perçante », à côté d'un temple d'Apollon sur la colline d'Aspis, qui aurait été fondé par Diomède pour la remercier d'avoir enlevé les nuages qui obscurcissaient sa vue lorsqu'il combattait à Troie (Pausanias, II, 24, 2-3). Le même Diomède aurait rapporté à Argos le Palladion, effigie protectrice dérobée à Troie, transférant ainsi sur sa cité la protection de la déesse[250]. L’Hymne au bain de Pallas du poète Callimaque de Cyrène (IIIe siècle av. J.-C.) a pour contexte le bain purificatoire que des jeunes femmes d'Argos font prendre à une statue d'Athéna (le Palladion ?), dans la rivière Inachos, où elle est conduite en procession, sur le bouclier de Diomède. Le poète développe divers thèmes relatifs à la déesse, comme le fait que les hommes ne doivent pas la voir nue (en rappelant l'aveuglement de Tirésias) et son épiphanie. Callimaque s'inspire probablement d'un rituel d'Argos, mais il reste difficile de savoir dans quelle mesure on peut se fier à ce texte poétique pour reconstituer son déroulement[47],[251].

Crédit image:
Classical Numismatic Group, Inc. http://www.cngcoins.com
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Pièce de bronze de Trézène où l'avers montre Athéna et le revers le trident de Poséidon (v. 325/300 av. J.-C.).

Une autre cité d'Argolide où la présence d'Athéna est forte est Trézène. Pausanias (II, 30, 6) rapporte que, comme à Athènes, Poséidon dispute à Athéna la protection de la cité. Cette fois-ci il n'y a pas de vainqueur : Zeus décide que les deux doivent patronner la cité conjointement. En conséquence, Athéna est connue sur l'acropole avec les épithètes de Polias et de Sthennias « forte », tandis que Poséidon y reçoit celle de Basileus « Roi ». Les monnaies locales font figurer Athéna côté face, et le trident de Poséidon côté pile[252],[253]

Athéna Aléa

En Arcadie, Athéna dispose d'un culte majeur sous l'épiclèse Aléa, dont le principal sanctuaire se trouve sur le territoire de la cité de Tégée. Il est documenté en particulier par la longue description qu'en donne Pausanias (VIII, 45,4 à 47,4) et les fouilles archéologiques qui y ont eu lieu. L’épithète Aléa peut s'interpréter de différentes manières, pas forcément exclusives les unes des autres : une référence au lieu appelé Aléa, où se trouve un des ses sanctuaires selon Pausanias (VIII, 23, 1) et où les troupeaux destinés aux sacrifices de la déesse vont paître selon une inscription du IVe siècle av. J.-C., ou bien au héros Aléos qui l'aurait fondé selon le même (mais il s'agit probablement d'une légende tardive), ou encore comme le nom d'une ancienne divinité locale qu'Athéna aurait « absorbé » sans jamais complètement l'assimiler[254]. De fait, la déesse est appelée Athéna Aléa mais aussi Aléa Athéna. Sa nature est également discutée, puisqu'elle semble présenter des aspects inhabituels chez Athéna, peut-être dans l'asile (Aléa pourrait signifier quelque chose comme « lieu de refuge »[255]), ou bien la fertilité, semblable à Déméter, selon S. Deacy[251].

Quoiqu'il en soit, son temple de Tégée est selon Pausanias l'un des plus importants temples du Péloponnèse à l'époque romaine. Il a été reconstruit après un incendie au début du IVe siècle av. J.-C., dont le maître d’œuvre est Scopas, l'une des principales figures de l'art et de l'architecture de l'époque classique. La statue de culte, en ivoire et attribuée à Endoios, aurait été emporté par Auguste pour être exposée sur le forum de Rome, et remplacée par une ancienne statue d'Athéna Hippia apportée depuis la localité voisine de Manthourée. Elle est jouxtée par deux statues faites par Scopas, représentant les divinités médicales Asclépios et Hygie. Des concours ont lieu dans un stade voisin, appelés Aléaia du nom de la déesse, et Alotia parce qu'ils commémorent la capture de Spartiates par les Tégéates lors d'un conflit qu'ils ont remporté au milieu du VIe siècle av. J.-C. Le temple contient d'ailleurs les entraves que portaient ces prisonniers spartiates lorsqu'ils réalisaient des travaux forcés pour Tégée. Les fouilles archéologiques du sanctuaire, dont l'activité remonte au moins à 900 av. J.-C. ont livré un important matériel votif, comprenant des fragments de statues, dont certaines sont potentiellement de la main de Scopas, ainsi que des objets en métal, de la joaillerie, des ivoires, parmi lesquels certains renvoient à la fertilité (des pendentifs en forme de grenade), à la vie féminine (pesons, bijoux) et à la guerre (des boucliers miniatures)[256].

Pausanias rapporte également la présence à Tégée d'un sanctuaire d'Athéna Poliatis (III, 47, 5), sous son rôle habituel de protectrice de la cité. Il évoque aussi des sanctuaires d'Athéna Aléa à Mantinée en Arcadie (VIII, 9, 6), et en Laconie entre Sparte et Thérapné (III, 19, 7), signe de la popularité de cet aspect de la déesse dans le Péloponnèse[255],[257].

Reste du Péloponnèse

Un sanctuaire consacré à Athéna Polias a été fouillé à Stymphale, au nord-est de l'Arcadie. Il est logiquement situé sur l'acropole. Parmi les trouvailles les plus notables se trouvent des stèles aniconiques disposées dans le naos du temple, où se trouve normalement la statue de culte, ce qui pourrait indiquer que la déesse n'y était pas vénérée sous forme humaine (anthropomorphe). La présence de pesons ainsi qu'une inscription mentionnant des personnes portant le titre de petamnyphanterai faisant référence au tissage d'une étoffe pourraient renvoyer à un rituel similaire au tissage du péplos à Athènes. Les fouilleurs du site ont également proposé que l'aspect local de la déesse ait une fonction de « Kourotrophe », protectrice des jeunes filles et garçons[258].

À Corinthe, Athéna est vénérée sous le nom Hellotis, notamment lors d'un festival aux flambeaux et des concours appelés Hellotia évoqués dans la 13e Olympique de Pindare[239]. On y trouve aussi un aspect hippique de la déesse appelé Chalinitis « au mors » ou « au frein »[259],[260].

Asie Mineure

Crédit image:
Odysses
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Tétradrachme d'argent du koinon d'Athéna Ilias, frappée vers 165– La tête de la déesse est représentée sur l'avers, sa statue de culte au revers, la représentant en armes accompagnée d'une chouette et d'un caducée.

Dans l'Iliade, Homère mentionne la présence d'un important sanctuaire d'Athéna à Troie, ainsi que celle de son Palladion protégeant la cité jusqu'à son vol par Diomède et Ulysse. Aux époques historiques, se trouve en tout cas un temple majeur dédié à l'Athéna troyenne (Athéna Ilias), situé dans la nouvelle Ilion, auquel sont envoyées les « Vierges locriennes » évoquées plus haut[83]. Le temple alors fonctionne en tant que « lieu de mémoire » de la mythique Guerre de Troie, ce qui joue sans doute dans sa popularité. Hérodote (VII, 43) mentionne que même le roi perse Xerxès lui aurait sacrifié un millier de bovins lorsqu'il passe dans la région en 480. Aux époques hellénistique et romaine, son culte est géré par une association religieuse regroupant des cités de la région, qui joue aussi un rôle politique (koinon). Les inscriptions antiques indiquent qu'elle dispose de nombreuses terres servant à financer cette organisation, notamment pour la tenue de Grandes Panathénées troyennes avec leurs concours[261].

Crédit image:
Carole Raddato from FRANKFURT, Germany
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Autel d'Athéna Polias de Priène. Pergamon Museum.

En Ionie, le culte d'Athéna est attesté dans plusieurs cités en tant que protectrices des cités est citadelles. Elle dispose d'un temple à Milet, érigé au VIIe siècle av. J.-C. dans un district commercial, qui a été reconstruit à plusieurs reprises durant les siècles suivants, dont les fouilles ont livré un important matériel votif. Érythrées dispose d'un sanctuaire à Athéna au moins dès le VIIIe siècle av. J.-C. Au milieu du IIe siècle de notre ère, Pausanias (VII, 5, 9) y mentionne la présence d'une statue en bois de la déesse, assise et tenant une quenouille. Dans le Vieux Smyrne, la construction du sanctuaire de la déesse remonte au début du VIIe siècle av. J.-C. et à la prise de la cité par des Ioniens venus de Colophon. Il est rapidement agrandi, et a lui aussi fourni un important matériel archéologique témoignant de sa popularité sur la durée, malgré son sac et son pillage par le roi lydien Alyatte autour de 600 av. J.-C. Sur l'île de Chios, le sanctuaire d'Athéna est situé sur la citadelle d'Emporio, jouxtant au VIIIe siècle av. J.-C. la résidence du dirigeant local. Il conserve cet emplacement par la suite, quand l'agglomération se développe plus loin autour d'un port. Des Athéna poliades se trouvent également à Priène, Phocée, Éphèse, Téos, Colophon et Clazomènes[262].

Athéna se diffuse aussi chez les peuples d'Anatolie vivant au contact des cités grecques dans la seconde moitié du Ier millénaire av. J.-C. et dans les premiers siècles de notre ère. Dans ces contextes non-grecs mais sous influence grecque, il est souvent difficile de déterminer dans quelle mesure le transfert de son nom et de son image renvoient véritablement à un transfert du culte de la déesse ou bien font référence à une déesse indigène qui reprend des traits d'Athéna, comme Maliya en Lycie. Des monnaies des dynasties hellénisées de Lycie, Bythinie et Cappadoce, ainsi que de communautés de Phrygie font figurer la déesse sous ses apparences habituelles, mais c'est beaucoup moins le cas dans d'autres contrées comme la Lydie. Au-delà des monnayages, les traces d'un culte d'Athéna sont limitées et inégalement réparties selon les régions, alors que la documentation épigraphique sur les divinités vénérées ne manque pas forcément. Elle est couramment attestée en Cilicie, avec un nom et une iconographie classiques, mais des pratiques cultuelles qui relèvent plutôt des habitudes locales. En « Cilicie âpre », où elle apparaît notamment en tant qu'Athéna Oréia « de la montagne », la déesse est vénérée dans des grottes[263].

Rhodes

Sur l'île de Rhodes, Athéna est vénérée sous les aspects Nikè, Sôteira, Patrôia, Ph(r)atria ou encore Apotropaia renvoyant à ses fonctions de protection des cités et de leurs institutions. Son lieu de culte le plus important est situé dans la ville de Lindos, où elle est connue comme Athéna Lindia et dispose d'un sanctuaire sur l'acropole. Une inscription mise au jour en ces lieux, surnommée Chronique de Lindos, datée de 99 av. J.-C., comprend un long récit sur l'histoire du sanctuaire, qui rappelle notamment comment trois apparitions (épiphanies) de la déesse ont eu lieu à trois moments critiques de l'histoire de la cité afin de la protéger, proclamant ainsi sur la longue durée la force des liens entre Athéna et les Lindiens[264],[265].

Macédoine

Figurine en terre cuite d'Athéna avec un casque orné de cornes bovines mise au jour à Pella. Musée archéologique de Pella.

Les rois macédoniens semblent se placer sous la protection de la déesse, notamment en raison de sa fonction militaire et de sa capacité à donner la victoire, et la représentent à plusieurs reprises sur leurs monnaies. Aux époques hellénistique et romaine, le culte de la déesse est présent dans plusieurs cités de Macédoine, mais la documentation est souvent limitée, surtout numismatique, en dehors de quelques cas. La cité de Dion, où se trouve un lieu de culte majeur de son père Zeus, sous son aspect Olympien, elle dispose d'un sanctuaire et figure plus souvent que lui sur les monnaies de la cité ; dans des émissions d'époque impériale les deux sont mêmes représentés ensemble. Elle y joue probablement le rôle de protectrice de la cité qu'elle occupe souvent. Pella la fait également figurer sur ses monnaies, brandissant sa lance. Selon Tite-Live (XLII, 51, 2) elle y est vénérée sous l'épithète Alcidem, qu'il faudrait comprendre en grec comme Alkidemos « protectrice du peuple ». La cité a livré des statues en terre cuite représentant la déesse avec un casque surmonté de cornes bovines, dont la signification est obscure (la protection des bovidés ?). Dans la localité voisine de Kyrrhos un culte est rendu à un aspect local de la déesse, Athéna Kyrrhestis. Lorsque des colons de cette cité migrent en Syrie et y fondent une cité nouvelle également nommée Kyrrhos (Cyrrhus), ils y transportent le culte de cette Athéna[266].

Cyrène et la Cyrénaïque

La cité de Cyrène, dans l'actuelle Libye, fait montre d'une importante dévotion à Athéna, qui y est notamment associée à Zeus, Déméter, peut-être aussi à Arès. On y célèbre des fêtes dédiées à Pallas, avec des concours dont un des vainqueurs est célébré dans la 9e Pythique de Pindare. Hérodote (II, 182) rapporte que le roi égyptien Amasis offre une statue dorée à Athéna de Cyrène. Comme vu plus haut, cet auteur rapporte que les tribus vivant autour du lac Triton adorent une divinité qu'il assimile à Athéna, à laquelle l'Athéna vénérée par les Grecs vivant dans la région a pu emprunter des traits, donnant naissance à une déesse « libyco-grecque ». Certaines traditions grecques font en tout cas naître la déesse au lac Triton, expliquant ainsi son épithète Tritonia/Tritogenia. Lorsque la région est conquise et colonisée par les Romains la déesse Minerve est introduite mais il ne semble surtout s'agir que d'une nouvelle manière de nommer la déesse déjà présente[267],[268].

Postérité et réceptions

Occident latin

Comme évoqué plus haut, dans le monde romain latin Athéna est rapprochée de la déesse Minerve, qui reprend une grande partie de ses caractéristiques, ses légendes et son iconographie, tout en préservant des aspects propres dans le culte. Des travaux tels que la traduction de l’Odyssée en latin par Livius Andronicus à la fin du IIIe siècle av. J.-C. ou l'adaptation latine des Euménides d'Eschyle par Ennius au siècle suivant contribuent à diffuser l'image littéraire d'Athéna dans le monde romain. Plusieurs auteurs latins se questionnent sur l'origine de la déesse et la manière dont elle est introduite chez les Romains. Cicéron s'intéresse à la figure de Minerve dans sa présentation de la théologie stoïcienne, distinguant cinq Minerves différentes (De natura deorum, III, 59 sq.). Virgile (Géorgiques, Énéide) et Ovide (Métamorphoses) évoquent à plusieurs reprises la déesse, qu'ils appellent aussi bien Minerve qu'Athéna ou Pallas[86],[269]. La déesse devient une figure protectrice pour l'Empire, notamment sous Domitien (81-96 ap. J.-C.). L'iconographie de Minerve reprend celle d'Athéna, que ce soit son Palladion qui devient un symbole protecteur de Rome, ou son aspect artisanal. De nombreuses représentations de la déesse présentes dans la partie latine de l'Empire romain sont des copies de statues grecques, voire des originaux pris dans les cités grecques[270],[271].

Antiquité tardive et christianisation

Le christianisme devient la religion dominante dans l'Orient romain autour des IVe – Ve siècle de notre ère, après avoir gagné les empereurs romains et l'élite impériale. Il faut sans doute plus de temps pour que le reste de la population soit converti, et encore, cela se fait après de nombreux aménagements intégrant des éléments païens. Comme les autres divinités grecques, Athéna est considérée par les auteurs chrétiens comme une idole à combattre durant l'époque de rivalité avec le paganisme. Clément d'Alexandrie (fin IIe siècle) décompose sa figure en cinq « Athéna » différentes (idée déjà présente chez Cicéron) — qui ne présentent pas toutes des similitudes avec l'Athéna de la religion polythéiste — pour en faire un symbole d'immoralité et de dépravation. La cinquième, fille de Pallas, aurait sacrifié son père avant de l'écorcher pour revêtir sa peau (ce qui dérive d'une des légendes concernant son égide). Julius Firmicus Maternus (milieu IVe siècle) reprend cette idée de cinq « Athéna » immodestes et à la cruauté sans pareille[272]. Parmi les derniers auteurs païens à s'intéresser à la déesse se trouvent Claudien (seconde moitié du IVe siècle) et surtout Proclus (Ve siècle), témoin direct de la défaite du paganisme, qui lui dédie un hymne la louant comme la mère des écrits, de la sagesse[271].

Alors que le christianisme s'impose, Athéna perd son rôle de repoussoir pour servir de symbole et de modèle. Lorsqu'il fonde Constantinople, Constantin y transporte des statues d'Athéna, dont la Promachos et la Parthénos de Phidias, pour renforcer le prestige de la ville nouvelle, bien qu'elles n'y soient pas des objets de culte. La Vierge Marie reprend des aspects d'Athéna, en tant que protectrice des cités et notamment, de Constantinople. Les récits relatifs à son intervention pour protéger la cité lors du siège des Avars de 626 s'inspirent de ceux relatant la manière dont Athéna protégeait Athènes et d'autres cités. Certaines représentations de la Vierge datées du IVe siècle lui font porter l'égide. Pour pousser plus loin l'assimilation, des lieux de culte d'Athéna sont convertis en églises consacrées à la Vierge, en premier lieu le Parthénon[273],[208].

Dans le milieu lettré, Athéna devient une allégorie de la sagesse et de la raison, ce qui est une manière de la rendre inoffensive pour la théologie chrétienne en la dépouillant de son statut divin, tout en préservant des traditions antiques conservées pour leur pouvoir évocateur. Sa victoire contre Poséidon/Neptune pour le patronage d'Athènes est interprétée comme le triomphe de la raison sur la passion, dans le jugement de Pâris elle est interprétée (en particulier par Fulgence) comme l'incarnation de la vie contemplative, supérieure à vie active que représente Héra/Junon et la vie de volupté d'Aphrodite/Vénus. L'opposition symbolique entre Athéna/Minerve et Aphrodite/Vénus en particulier est vouée à une grande postérité[271].

Empire byzantin

La civilisation byzantine qui succède à celle de la Grèce antique intègre des éléments du paganisme antique dans sa culture, quoi que ceux qui les étudient puisse être suspectés d'être de mauvais Chrétiens. Les récits mythologiques relatifs à Athéna sont donc étudiés par les lettrés byzantins dans le cadre de leur curriculum et préservés grâce à ces copies. Jean Tzétzès (XIIe siècle) en reproduit des morceaux dans ses Histoires. Les statues de bronze d'Athéna Promachos reste exposée à Constantinople jusqu'à sa destruction par la foule lors du siège de la cité par les Latins en 1204. Athéna est représentée dans certaines œuvres byzantines, dans des représentations du jugement de Pâris et des manuscrits la figurant comme une impératrice byzantine. Gémiste Pléthon (v. 1355/1360-1452), très marqué par la culture antique, lui dédie un hymne dans une veine platonicienne. Les apologètes chrétiens ont une image moins favorable de la déesse. Ils discutent en particulier le passage de l’Iliade (V, 837-839) où le poids de la déesse armée fait craquer le char qu'elle monte, ce qui ne devrait pas arriver si c'était une déesse éthérée. Au contraire lorsqu'elle monte sur son char la Vierge Marie ne le fait pas ployer[274].

Europe Occidentale

Combat de Minerve contre Mars par Joseph-Benoît Suvée (Palais des beaux-arts de Lille). Le tableau représente un épisode de l'Illiade impliquant Athéna et Arès, nommés ici sous leur forme latine[275],[276].

C'est essentiellement par le biais de la culture latine que les pays d'Europe occidentale du Moyen-Âge approchent la culture grecque antique, avant que les études des textes grecs antiques ne connaissent un essor durant la Renaissance. Dans ces régions, Athéna est donc avant tout connue sous le nom de Minerve et par le biais de ce qu'en disent les auteurs de langue latine tels qu'Ovide. Elle devient au Moyen-Âge une figure allégorique moralisante représentant la sagesse et la raison, l'apprivoisement des passions, tandis qu'à la Renaissance et à l'époque moderne on met plus en avant dans les milieux cultivés son rôle de patronne des savoirs, combattant l'ignorance. Cette période coïncide aussi avec un essor des thèmes repris des mythes antiques dans l'art, Athéna devenant un motif iconographique très répandu[277].

Peinture

Au Moyen Âge, l'image d'Athéna/Minerve présente encore des points de rencontre avec celle de la Vierge Marie[271]. Certaines maisons nobles utilisent l'image de la déesse pour décorer leurs emblèmes familiaux[278]. Le rameau d'olivier, lié à Athéna/Minerve sous son aspect pacificateur, est repris comme symbole de paix dans l'imagerie occidentale[279].

La mythologie grecque devient un sujet de prédilection pour les peintres pendant la Renaissance, une période marquée par la redécouverte de la littérature, de la philosophie et des sciences de l'Antiquité. Dès lors Athéna/Minerve redevient un sujet de prédilection des artistes et des programmes décoratifs des monuments, avec une emphase sur ses rôles dans la culture, les arts et les sciences[279].

En 1502, l'Italien Andrea Mantegna peint Minerve chassant les Vices du jardin de la Vertu. Comme pour marquer la fin du Moyen Âge, la déesse y est peinte en train de chasser les vices du médiévalisme qui ont envahi le jardin de la Vertu et de la connaissance[280],[281].

Personnification de l'apprentissage gréco-romain, Athéna est également utilisée par les peintres de l'époque pour marquer la victoire de la chrétienté sur l'islam. Peu après la bataille de Lépante en 1571, le peintre vénitien Titien réalise L'Espagne accourant au secours de la Religion. Dans ce tableau, le peintre représente l'Espagne sous la forme d'une jeune femme possédant certains attributs de la déesse Athéna. Elle tient dans sa main gauche une lance, et dans sa main droite un bouclier, à l'image de celui de la statue d'Athéna Parthénos de Phidias[282]. Le tableau fait écho à une autre composition de Titien, restée inachevée, qui représentait un homme s'inclinant devant Athéna mais qui est désormais perdue[283].

Peu à peu, les dieux grecs deviennent les sujets principaux des œuvres des artistes. Allégorie de la vertu, Athéna incarne le triomphe de la raison et de la sagesse dans l'esprit des peintres de la Renaissance. Dans son tableau, Pallas et le Centaure, le peintre italien Sandro Botticelli présente ainsi la déesse, vêtue d'une robe fleurie et armée d'une hallebarde, en train de dompter un centaure, un animal censé représenter la barbarie et les bas instincts[284]. Dans la même lignée, Bartholomeus Spranger lui dédie également un tableau intitulé Le triomphe de la sagesse ou Minerve victorieuse de l'ignorance[280].

Au XVIIe siècle, le peintre flamand Pierre Rubens s'empare du personnage d'Athéna dans une série de peintures consacrée à Marie de Médicis. Dans celle-ci, Rubens présente Athéna comme le mécène et mentor de la reine de France. La peinture finale de la série va même encore plus loin en faisant de Marie de Médicis l'incarnation mortelle de la déesse elle-même[285].

Le peintre flamand est également l'auteur de plusieurs tableaux représentant Le Jugement de Paris. Cette scène représente le moment où le prince troyen Paris offre la pomme d'or à Aphrodite, au détriment d'Athéna et d'Héra. Rubens est l'auteur d'au moins six versions de ce même tableau. Dans sa dernière version, datée de 1639, le peintre représente les trois déesses, toutes dénudées. Athéna se trouve à gauche, identifiée par ses armes qu'elle a déposées à terre[286]. Elle semble réaliser une sorte de révérence accompagné d'un pas de danse afin de convaincre Paris de la choisir, mais sans succès. Le peintre a choisi, ici, de représenter la déesse sous les traits de sa propre femme, Hélène Fourment[287].

En 1630, le traité de paix mettant fin à la guerre anglo-espagnole est l'occasion pour Rubens d'utiliser Athéna comme symbole de son attachement à la paix. Dans l'Allégorie de la Paix et de la Guerre, la déesse est présente en arrière-plan. Elle repousse les assauts du dieu de la guerre, Mars, et protège la paix représentée sous les traits d'une jeune femme en train de presser son sein pour nourrir un enfant[288]. Quelques années auparavant, le peintre vénitien Jacopo Tintoret avait, lui aussi, réalisé une allégorie similaire dans son tableau Minerve repousse Mars loin de la Paix et de la Prospérité[289].

Au cours du XVIIIe siècle, les mythes de l'Illiade et de l'Odyssée font l'objet de plusieurs tableaux, dont certains mettent en avant le rôle joué par Athéna. C'est le cas notamment du tableau La dispute d'Achille et d'Agamemnon de Johann Heinrich Tischbein. Dans celui-ci, le peintre représente le moment où Achille s'apprête à dégainer son épée pour tuer le roi. Descendant de l'Olympe, Athéna murmure à l'oreille du héros des mots apaisants qui range alors son arme[290].

En 1771, le peintre français Jacques-Louis David réalise le Combat de Mars contre Minerve, une toile elle aussi inspirée de l'Illiade et qui obtient le second prix lors du concours du Prix de Rome lors de la même année[291].

Personnage central de l'Odyssée durant laquelle elle assiste le héros Ulysse, la déesse fait également l'objet de deux tableaux du peintre italien Giuseppe Bottani qui illustrent son soutien au héros dans l'œuvre d'Homère : Athéna révélant Ithaque à Ulysse et Athéna transforme Ulysse en vieillard lors de son retour à Ithaque[292].

Dans la lignée des artistes de la Renaissance, certains peintres perpétuent par ailleurs l'image d'Athéna comme l'allégorie de la Vertu, par opposition à la déesse Aphrodite, symbole de la tentation. Ce constat est particulièrement frappant dans le tableau Hercule à la croisée des chemins entre le Vice et la Vertu de l'italien Pompeo Batoni. Dans celui-ci, le héros Hercule est assis entre les deux déesses. Assise à côté de lui, Aphrodite lui propose un chemin à priori facile mais parsemé de pièges. De l'autre se trouve Athéna, debout et reconnaissable à son casque d'or. Elle lui montre un chemin plus difficile mais qui le mènera jusqu'à l'Acropole[293].

À la fin du XIXe siècle, un groupe d'artistes organise un mouvement de contestation envers l'art académique officiel classique, appelé la Sécession viennoise[296]. Athéna devient alors un des sujets privilégiés par ces artistes pour représenter leur mouvement.

En 1898, Gustav Klimt lui dédie ainsi un tableau intitulé Pallas Athéna. La déesse y est dessinée en gros plan et occupe l'ensemble de l'espace de la toile[297].

La même année, Franz von Stuck brosse également le portrait d'Athéna dans un tableau du même nom. Dans ce dernier, le peintre demande à son épouse de lui servir de modèle afin de dessiner les traits physiques de la déesse[298].

Sculpture

La redécouverte d'antiques statues d'Athéna en Italie puis en Grèce à partir de l'époque moderne joue un rôle dans l'essor du classicisme en sculpture. En particulier les statues dites Giustiniani et Velletri ont une importance significative[271].

En 1774, le sculpteur allemand Jean-Pierre-Antoine Tassaert réalise un buste de l'impératrice russe Catherine II, intitulé Catherine la Grande en Minerve. Ce dernier est une allusion au surnom de l'impératrice, également appelée « la Minerve des arts[299] », en référence à son image de souveraine éclairée[280].

Pendant la Révolution française, les statues de dieux païens sont démolies dans toute la France, à l'exception de celles d'Athéna. Une statue de la déesse se tenait d'ailleurs au centre de la place de la Révolution à Paris, symbolisant la Liberté[285].

Littérature

La littérature du Moyen-Âge fait peu de place à Athéna/Minerve, en dehors de son rôle dans le cycle troyen, notamment le Jugement de Pâris, et chez Ovide qui a une place importante dans la tradition latine. La déesse est notamment vue comme une personnification des Arts libéraux[271]. Christine de Pizan distingue entre Minerve, liée à la chevalerie, et Pallas, liée à la sagesse. De fait il est souvent difficile de concilier les aspects martiaux et pacifiques de la déesse en une seule figure. Boccace s'inspire de Cicéron et présente l'idée de quatre Minerve, dont une Bellone guerrière qu'il présente comme la sœur d'Arès[279].

La Renaissance, qui voit la redécouverte de la littérature grecque antique en Occident, est un moment important pour la mise en avant de la figure d'Athéna/Minerve, notamment chez Marcile Ficin. Progressivement la déesse se détache de la figure moralisatrice médiévale et aussi de ses aspects guerriers, pour devenir de plus en plus un symbole du savoir. Cesare Ripa explique Minerva Pacifica avec le rameau d'olivier comme symbole de Sapientia, qui apporte à la fois paix intérieure et extérieure. S'ensuit une diffusion considérable de l'image et des noms de Minerve/Athéna/Pallas dans les milieux savants de l'époque moderne, notamment les titres de revues savantes[279].

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, la déesse est couramment utilisée comme symbole pour désigner certaines femmes dirigeantes[300],[301]. Dans son livre A Revelation of the True Minerva, publié en 1582, Thomas Blennerhassett décrit la reine d'Angleterre Élisabeth Ire comme la « nouvelle Minerve » et « la plus grande déesse du monde sur terre »[301].

À la même époque, Athéna apparaît dans Les Aventures de Télémaque, un roman publié en 1699 et rédigé par l'abbé Fénelon. Athéna étant un symbole de l'opposition à la tyrannie, Fénelon voit en celle-ci la figure parfaite pour critiquer la politique de Louis XIV. Dans le roman, la déesse met ainsi en garde Télémaque contre ce qui est néfaste pour le gouvernement des peuples : « la première est une autorité injuste et trop violente dans les rois ; la seconde est le luxe qui corrompt les mœurs ». Athéna devient ainsi la porte-parole des idées humanistes qui se développeront plus tard durant le siècle des Lumières[302].

Dans la littérature et la pensée allemandes, Minerve/Athéna suscite les réflexions de Johann Gottfried von Herder et Karl Philipp Moritz, tandis que Georg Wilhelm Friedrich Hegel utilise l'envol de la chouette de Minerve comme métaphore sur la place du savant[279].

Au XIXe siècle la déesse continue d'inspirer les penseurs occidentaux, et le développement des études sur la mythologie donne lieu à de nouvelles analyses sur son symbolisme originel, aussi la comparaison avec d'autres mythologies, puisqu'elle est parfois rapprochée des Valkyries nordiques[303].

Musique

Camille Saint-Saëns : Pallas Athéné, cantate pour soprano et orchestre, op. 98

Réceptions contemporaines

Usages allégoriques

Statue de Pallas Athéna devant le bâtiment du Parlement autrichien. Tout au long de l'histoire occidentale, Athéna fut utilisée comme un symbole de liberté et de démocratie.[304].

Allégorie des savoirs, Athéna est choisie en 1797 comme symbole de la Classe des Sciences morales et politiques[285], de nos jours son image est reprise dans les emblèmes d'institutions universitaires et scientifiques, comme l'Institut Max Planck[300].

Depuis la Révolution française, Athéna est un symbole politique en France, incarnant la Liberté[285]. Le Palais Bourbon où se trouve l'Assemblée nationale française comprend plusieurs statues de la déesse, copies de modèles antiques. Elle est plus largement une allégorie de la sagesse, des sciences, aussi de la guerre, plus en lien avec ses fonctions antiques, voire de la France[305]. Une statue d'Athéna se dresse aussi devant le bâtiment du Parlement autrichien à Vienne[306]. Aux États-Unis également Athéna trouve une place dans l'iconographie politique en tant que symbole de liberté, avec des accents guerriers[303].

Ces exemples montrent que l'image d'Athéna a traversé les époques pour continuer à symboliser des valeurs dont une partie dérivent de ses rôles antiques de protectrice des communautés. Ses images sont exposées dans des espaces publics de plusieurs pays et ses représentations ont influencé celles d'autres symboles de la liberté en Occident, comme la statue de la Liberté et celles de Britannia[306].

Perceptions de la féminité d'Athéna

Parce qu'elle entremêle des attributs perçus comme à la fois masculins et féminins, Athéna a suscité diverses interprétations dans les questionnements sur la féminité et le genre. Sigmund Freud interprète ainsi le Gorgonéion figurant sur l'égide d'Athéna, comme un symbole reflétant l'anxiété masculine, d'une déesse vierge qui repousse le désir masculin[307]. Johann Jakob Bachofen avait développé au XIXe siècle av. J.-C. une hypothèse voisine en s'appuyant sur l’Orestie d'Eschyle, dans laquelle Athéna se met du côté d'Oreste coupable de matricide et de son protecteur Apollon, donc du patriarcat[308]. De là dérive une image d'Athéna en tant qu'instrument de la domination masculine et traitresse à son sexe[309]. On lui a opposé une autre approche, qui voit en Athéna un symbole d'une féminité forte et intelligente dans un monde dominé par les hommes. Par suite, son nom est repris par des projets qui souhaitent promouvoir la place des femmes dans des domaines généralement masculins, notamment en sciences et techniques[310].

Littérature

Athéna est apparue fréquemment dans les romans de fantasy inspirés de la mythologie grecque. Dans les années 2000, la déesse a notamment été mise en lumière dans la suite romanesque Percy Jackson de Rick Riordan, qui imagine les aventures d'adolescents confrontés à une guerre entre les dieux grecs et les Titans dans les États-Unis contemporains[311].

Bande dessinée

Athéna apparaît tout d'abord dans des mangas.
Dans la série Saint Seiya de Masami Kurumada, publiée en français sous le titre Les Chevaliers du Zodiaque en 1986, Athéna apparaît sous les traits d'une jeune femme nommée Saori Kido. Celle-ci occupe un rôle très important parmi les principaux personnages de l'intrigue. En effet, les chevaliers liés aux différentes constellations ont été créés dans l'Antiquité pour la servir et la protéger, et c'est elle qui les dirige[312].

La déesse fait également partie des nombreux dieux cités dans la série de bande dessinée Astérix, en particulier dans le numéro Astérix aux Jeux Olympiques. Dans celui-ci, Astérix et Obélix se rendent en Grèce afin de participer aux célèbres Jeux olympiques. Après avoir pris leurs quartiers à Athènes, les gaulois visitent le temple d'Athéna Nikè. La célèbre statue en or d'Athéna suscite l'admiration d'Astérix[313].

Athéna apparaît dans la série La Sagesse des Mythes scénarisée par Clotilde Bruneau et publié depuis 2016, qui consiste en adaptations de mythes grecs en bandes dessinées[314],[315].

Cinéma

Crédit image:
Tabercil from Canadian
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Isabella Rossellini incarne la déesse Athéna dans la mini-série L'Odyssée en 1997.

Dans les années 1950-1960, la mythologie grecque suscite l'intérêt des cinéastes qui y consacrent plusieurs films. Néanmoins, le personnage d'Athéna n'y apparaît pas encore. Son rôle est remplacé par celui d'autres dieux.
En 1963, le péplum américain Jason et les Argonautes de Don Chaffey adapte ainsi librement le mythe des Argonautes. Alors que dans l'œuvre d'Apollonios de Rhodes, Jason et ses compagnons peuvent prévoir l'avenir grâce à une poutre construite par Athéna, dans le film ceux-ci sont guidés par une figure de proue animée par laquelle leur parle la déesse Héra[311].

Il faut attendre 1981 et la sortie du film Le Choc des Titans de Desmond Davis pour voir Athéna occuper un rôle notable. Dans celui-ci, Zeus ordonne à sa fille de donner sa chouette préférée au héros Persée afin de l'assister dans sa quête pour sauver la belle Andromède. La déesse, interprétée par l'actrice écossaise Susan Fleetwood, refuse. Souhaitant cependant aider Persée, elle demande à Héphaïstos de construire une chouette mécanique, nommée Bubo, qu'elle confie au héros et qui l'aidera dans les moments difficiles[311].

En 1997, le réalisateur Andreï Konchalovsky accorde une place centrale à la déesse dans la mini-série L'Odyssée, inspirée de l'œuvre écrite par Homère. L'actrice italienne Isabella Rossellini y incarne une déesse bienveillante. Dotée de pouvoirs surnaturels, elle protège Ulysse durant ses aventures et inspire courage à ses proches[311].

En 2010, Izabella Miko joue la déesse dans le remake du Choc des Titans réalisé par Louis Leterrier ; Athéna n'y tient qu'un rôle de figurante. La même année, la déesse apparait dans Percy Jackson : Le Voleur de foudre, adaptation du premier volet de la série Percy Jackson écrite par Rick Riordan. Le rôle est alors confié à l'actrice Melina Kanakaredes.

En 2011, le péplum Les Immortels de Tarsem Singh, qui s'inspire des mythes de la Titanomachie et de Thésée, donne un rôle secondaire notable à Athéna aux côtés du héros. La déesse y est incarnée par l'actrice Isabel Lucas.

La déesse apparaît enfin dans le film d'animation japonais Les Chevaliers du Zodiaque : La Légende du Sanctuaire sorti en 2014. Transportée dans l'époque moderne, la déesse s'est réincarnée sous les traits d'une jeune japonaise nommée Saori Kido qui a le pouvoir de guérir ceux qu'elle touche[311].

Jeux vidéos

Des héroïnes de jeux vidéos souvent bien plus sexualisées que la déesse antique portent son nom, quand il ne s'agit pas d'une représentation moderne de la déesse : la princesse Athena, héroïne du jeu de plate-forme Athena paru en 1986 et apparue dans d'autres jeux vidéos depuis ; Athena Asamiya dans Psycho Soldier (1987) puis la série de jeux de combat The King of Fighters (depuis 1994) ; dans le jeu de combat érotique Bikini Karate Babes (2002) se trouvent plusieurs déesses antiques dont Athéna[318].

Éponymie

  • En astronomie, Athéna est l'éponyme des astéroïdes (2) Pallas et (881) Athéné.
  • Plusieurs salles de spectacle portent le nom de Palladium, forme latine du grec Palladion désignant à l'origine la statuette protectrice représentant la déesse[319].

Autres évocations

  • Dans les jeux de cartes, Athéna représente très probablement la dame de pique sous le nom de Pallas[réf. nécessaire].
  • Depuis la fin du XIXe siècle, une réplique à grande échelle du Parthénon existe à Nashville dans le Tennessee. En 1990, les conservateurs ajoutent une réplique dorée de 12,5 m de haut de la statue d'Athéna Parthénos de Phidias, construite en béton et en fibre de verre[320].

Références

  1. a b c d e f g h et i Parker 2012.
  2. a et b Burkert 2011, p. 197.
  3. a b c et d Graf 1996, col. 161.
  4. a et b Hard 2004, p. 180.
  5. a et b Larson 2007, p. 41.
  6. a et b Deacy 2008, p. 95.
  7. Burkert 2011, p. 197-198.
  8. a et b Gantz 2004, p. 154-155.
  9. (de) Robert Parker, « Pallas », dans Hubert Cancik et Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly, Altertum, vol. 9 : Or-Poi, Stuttgart, J. B. Metzler, , col. 198
  10. a et b Gantz 2004, p. 155.
  11. a et b Deacy 2011, col. 2.
  12. a et b Gantz 2004, p. 157.
  13. Detienne et Vernant 2018, p. 248-249.
  14. Detienne et Vernant 2018, p. 243.
  15. Brulé 2021, p. 326.
  16. Brulé 2021.
  17. Deacy 2008, p. 7-8.
  18. a b c d e et f Deacy 2011, col. 1.
  19. a b c et d Burkert 2011, p. 198.
  20. Gantz 2004, p. 155-156.
  21. a et b Burkert 2011, p. 199.
  22. Gantz 2004, p. 156.
  23. Tout Homère 2019, p. 155-156.
  24. LIMC 1984, p. 976.
  25. Burkert 2011, p. 126 et 199.
  26. a b et c Deacy 2011, col. 3.
  27. (en) Stefan Hiller, « Mycenaean Religion and Cult », dans Yves Duhoux et Anna Morpurgo Davies (dir), A Companion to Linear B, Mycenaen Greek Texts and their World, Volume 2, Louvain, Peeters, , p. 183.
  28. a et b LIMC 1984, p. 1016.
  29. Detienne et Vernant 2018, p. 239-240.
  30. Deacy 2008, p. 33-34.
  31. Deacy 2008, p. 38-39.
  32. Deacy 2008, p. 34-37.
  33. Deacy 2008, p. 41-43.
  34. (en) N.J. Allen, « Athena and Durgā: Warrior Goddesses in Greek and Sanskrit Epic », dans Deacy et Villing 2001, p. 367-382.
  35. Bernard Sergent, Athéna et la grande déesse indienne, Paris, Les Belles Lettres,
  36. a b et c Deacy 2011, col. 2-3.
  37. Lévêque et Séchan 1990, p. 327.
  38. Brulé 2021, p. 325-327.
  39. Graf 1996, col. 161-162.
  40. a b c d et e Lévêque et Séchan 1990, p. 330.
  41. Brulé 2021, p. 327-329.
  42. Stéphanie Paul, « « Pallas étend ses mains sur notre cité ». Réflexion sur le paysage épiclétique autour de l’Athéna « poliade » », dans Pallas 100 2016, § 14-20.
  43. a b c d e f et g Graf 1996, col. 162.
  44. Paillard 2024, p. 152-153.
  45. Lévêque et Séchan 1990, p. 330-331.
  46. a b et c Grimal 2002, p. 58.
  47. a et b Larson 2007, p. 48.
  48. Paillard 2024, p. 155.
  49. Brulé 2021, p. 333-335.
  50. Paillard 2024, p. 148-151.
  51. Paillard 2024, p. 149-150.
  52. a b et c Graf 1999, p. 117.
  53. a b c d et e Burkert 2011, p. 200.
  54. a b c d e et f Deacy 2011, col. 4.
  55. Parker 2005, p. 390-391.
  56. Deacy 2008, p. 54.
  57. a et b Graf 1996, col.162.
  58. a b et c Ley 1996, p. 166.
  59. Paillard 2024, p. 154.
  60. Paillard 2024, p. 154-155.
  61. Brulé 2021, p. 358.
  62. a b et c Stéphanie Paul, « « Pallas étend ses mains sur notre cité ». Réflexion sur le paysage épiclétique autour de l’Athéna « poliade » », dans Pallas 100 2016, § 9-13.
  63. a b c et d Larson 2007, p. 55.
  64. Deacy 2011, col.5.
  65. a b c d et e Lévêque et Séchan 1990, p. 334.
  66. a b c et d Graf 1996, col. 163.
  67. Eschyle (trad. Paul Mazon), Tragédies complètes, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », (1re éd. 1921 et 1925), p. 374.
  68. a et b Brulé 2021, p. 348.
  69. a et b LIMC 1984, p. 961.
  70. a b et c Graf 1996, col. 164.
  71. Detienne et Vernant 2018, p. 240-241.
  72. Barastégui 2017, II, p. 83.
  73. Lévêque et Séchan 1990, p. 334-335.
  74. a et b Deacy 2011, col. 4-5.
  75. Parker 2005, p. 409.
  76. Detienne et Vernant 2018, p. 280-280.
  77. Detienne et Vernant 2018, p. 346-348.
  78. Lévêque et Séchan 1990, p. 335-336.
  79. Gantz 2004, p. 159-160.
  80. Hard 2004, p. 183.
  81. a b c d et e Grimal 2002, p. 57.
  82. H. van Kasteel, Questions homériques, Physique et Métaphysique chez Homère, Grez-Doiceau, Beya, , LXXXVIII + 1198 (ISBN 978-2-9600575-6-0 et 2-9600575-6-2), passim..
  83. a et b Lévêque et Séchan 1990, p. 336.
  84. F. Buffière, dans : Héraclide (trad. du grec ancien), Allégories d'Homère, Paris, Les Belles Lettres, , 138 p. (ISBN 2-251-00133-6), p. 93.
  85. a b c et d Burkert 2011, p. 201.
  86. a et b Schmälzle 2008, p. 173.
  87. Detienne et Vernant 2018.
  88. Graf 1996, col. 164-165.
  89. Detienne et Vernant 2018, p. 243-244.
  90. Brulé 2021, p. 359.
  91. Detienne et Vernant 2018, p. 253-348.
  92. Larson 2007, p. 55 et 66.
  93. « A long tradition of scholarship allows the goddess to have a finger in every pie. » : Parker 2005, p. 418.
  94. a et b Deacy 2008, p. 122-123 et sq..
  95. Lévêque et Séchan 1990, p. 332-333.
  96. a et b Parker 2005, p. 396-397.
  97. Deacy 2008, p. 131.
  98. Parker 2005, p. 418.
  99. Detienne et Vernant 2018, p. 240-242.
  100. Parker 2005, p. 410.
  101. Detienne et Vernant 2018, p. 347-348.
  102. Detienne et Vernant 2018, p. 286-287.
  103. Parker 2005, p. 413.
  104. a et b Deacy 2008, p. 132-134.
  105. a et b Lévêque et Séchan 1990, p. 331.
  106. Parker 2005, p. 432.
  107. Deacy 2008, p. 133-134.
  108. Brulé 2021, p. 360.
  109. Schmälzle 2008, p. 173-174.
  110. (en) Carl A. Anderson, « Athena », dans Michael Gagarin (dir.), The Oxford Encyclopedia of Ancient Greece and Rome, Oxford, Oxford University Press,
  111. Gantz 2004, p. 97-99.
  112. Hard 2004, p. 181-182.
  113. Gantz 2004, p. 98.
  114. Gantz 2004, p. 154.
  115. « Enfant de la terre du blé » : Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], II, 548, trad. Philippe Jaccottet.
  116. Gantz 2004, p. 793-794.
  117. Sonia Darthou, Athènes : Histoire d’une cité entre mythe et politique, Paris, Passés/Composés, .
  118. Grimal 2002, p. 58 et 391.
  119. Hard 2004, p. 102-103.
  120. Mikalson 2010, p. 55-56.
  121. Stella Georgoudi, « La prêtresse d’Athéna Polias à Athènes », Annuaire de l’École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, t. 101,‎ , p. 227-228 (lire en ligne).
  122. Cité par Augustin d'Hippone, La Cité de Dieu, XVIII, 9.
  123. Gantz 2004, p. 411-417.
  124. Mikalson 2010, p. 56-57.
  125. Hard 2004, p. 184-186.
  126. Mikalson 2010, p. 57-58.
  127. Gantz 2004, p. 422-425.
  128. (en) Jennifer Larson, Understanding Greek Religion : A Cognitive Approach, Oxon, Routledge, , p. 88-89
  129. Tout Homère 2019, p. 55.
  130. Hard 2004, p. 482-486.
  131. a et b Lévêque et Séchan 1990, p. 328.
  132. Detienne et Vernant 2018, p. 311-313.
  133. Lévêque et Séchan 1990, p. 329.
  134. Detienne et Vernant 2018, p. 254-256 et sq..
  135. Detienne et Vernant 2018, p. 339-342.
  136. a et b Gantz 2004, p. 158.
  137. Larson 2007, p. 51-52.
  138. Gantz 2004, p. 158-159.
  139. Schmälze 2008, p. 172.
  140. François Vian, La guerre des Géants, le mythe avant l'époque hellénistique, paris, Klincksieck, , p. 269-272.
  141. LIMC 1984, p. 965, 1019, 1029 et 1040.
  142. LIMC 1984, p. 1020 1029-1030 1040-1041.
  143. LIMC 1984, p. 1031 et 1041.
  144. Boulogne, Muller-Dufeu et Picouet-de Crémoux 2015, p. 45-46.
  145. LIMC 1984, p. 1031.
  146. (de) Ina Altripp, Athenastatuen der Spätklassik und des Hellenismus, Vienne, Böhlau, .
  147. a b c d et e Ley 1996, col. 166.
  148. Schmälzle 2008, p. 174.
  149. LIMC 1984, p. 1030.
  150. LIMC 1984, p. 980 et 1032.
  151. LIMC 1984, p. 1085-1086.
  152. LIMC 1984, p. 1085.
  153. LIMC 1984, p. 980.
  154. a b et c LIMC 1984, p. 1086.
  155. a b et c LIMC 1984, p. 981.
  156. LIMC 1984, p. 980-981.
  157. LIMC 1984, p. 1021.
  158. LIMC 1984, p. 959-960 et 1017.
  159. Martine Dewailly, Les statuettes aux parures du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte, Naples, Publications du Centre Jean Bérard, (lire en ligne), p. 143-157. (it) Marina Albertocchi, Athana Lindia. Le statuette siceliote con pettorali di età arcaica e classica, Rome, Bretschneider, .
  160. a et b LIMC 1984, p. 1039.
  161. LIMC 1984, p. 1041.
  162. LIMC 1984, p. 1021-1028.
  163. LIMC 1984, p. 1023.
  164. LIMC 1984, p. 978-980 et 1031-1032.
  165. LIMC 1984, p. 1034-1037.
  166. Ley 1996, col. 166-167.
  167. LIMC 1984, p. 1042-1043.
  168. LIMC 1984, p. 1107-1109.
  169. Deacy 2008, p. 78.
  170. a et b Burkert 2011, p. 300.
  171. Deacy 2011, col. 5.
  172. Deacy 2008, p. 78-79.
  173. a et b Gabriella Pironti, « Les configurations de la souveraineté divine en Grèce ancienne (deuxième partie) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, vol. 127,‎ (lire en ligne).
  174. (en) Jenifer Neils, « Athena, Alter ego of Zeus », dans Deacy et Villing 2001, p. 219-232.
  175. (de) Fritz Graf, « Parthenos », dans Hubert Cancik et Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly, Altertum, vol. 9 : Or-Poi, Stuttgart, J. B. Metzler, , col. 370-371
  176. a b et c Lévêque et Séchan 1990, p. 326.
  177. Deacy 2008, p. 80-84.
  178. Deacy 2008, p. 79-80.
  179. Burkert 2011, p. 301.
  180. Deacy 2008, p. 47-50.
  181. Tout Homère 2019, p. 959.
  182. Deacy 2008, p. 54-58.
  183. Burkert 2011, p. 299.
  184. Deacy 2008, p. 53.
  185. Deacy 2008, p. 50-52.
  186. Deacy 2008, p. 52-54.
  187. Deacy 2008, p. 136-137.
  188. Edward Lipiński, « Anat », dans Edward Lipiński (dir.), Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, Turnhout, Brepols, , p. 358-359.
  189. Deacy 2008, p. 135-136.
  190. Deacy 2008, p. 135.
  191. (en) Jan Quaegebeur, Willy Clarysse et Beatrijs Van Maele, « Athêna, Nêith and Thoêris in Greek Documents », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, vol. 60,‎ , p. 217-232 (JSTOR 20184303)
  192. G. Camps, « Athéna », Encyclopédie berbère,‎ (lire en ligne)
  193. Deacy 2008, p. 74-91.
  194. Parker 2005, p. 395.
  195. Parker 2005, p. 396.
  196. Marie-Joséphine Werlings, Le dèmos avant la démocratie, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, (lire en ligne), §69.
  197. Boulogne, Muller-Dufeu et Picouet-de Crémoux 2015, p. 46.
  198. Sur cette question : Sineux 2006, p. 95-97 ; Corinne Bonnet et Vinciane Pirenne-Delforge, « Les dieux et la cité. Représentations des divinités tutélaires entre Grèce et Phénicie », dans Nicolas Zenzen, Tonio Hölscher et Kai Trampedach (dir.), Aneignung und Abgrenzung. Wechselnde Perspektiven auf die Antithese von ‘Ost’ und ‘West’ in der griechischen Antike, Heidelberg, Verlag Antike,  ; Vinciane Pirenne-Delforge, « Athènes était-elle la cité d'Athéna ? Les douze dieux et autres configurations divines », dans Nicolas Siron (dir.), Nouvelle histoire d'Athènes : La cité vue de l’Agora, Ve-IVe siècle av. J.-C., Paris, Perrin, .
  199. Parker 2005, p. 397.
  200. Deacy 2008, p. 94-95.
  201. Deacy 2008, p. 95-97.
  202. Deacy 2008, p. 98-99.
  203. Deacy 2008, p. 99-100.
  204. Deacy 2008, p. 108-110 et sq..
  205. Parker 2005, p. 395-396 (n. 32).
  206. (en) Ian Worthington, Athens After Empire : A History from Alexander the Great to the Emperor Hadrian, Oxford, Oxford University Press, , p. 191-192
  207. Worthington 2020, p. 248-250.
  208. a et b (en) Bissera V. Pentcheva, Icons and Power : The Mother of God in Byzantium, University Park, Penn State University Press, , p. 63-65
  209. (en) Cilliers Breytenbach et Elli Tzavella, Early Christianity in Athens, Attica, and Adjacent Areas : From Paul to Justinian I (1st–6th cent. AD), Leyde et Boston, Brill, , p. 3, 7 et 32-37.
  210. Larson 2007, p. 41-44.
  211. Mikalson 2010, p. 68-69.
  212. Larson 2007, p. 42.
  213. Mikalson 2010, p. 69-71.
  214. Larson 2007, p. 42-43.
  215. Larson 2007, p. 44.
  216. Mikalson 2010, p. 73.
  217. Parker 2005, p. 253-269.
  218. Mikalson 2010, p. 73-76.
  219. « The Panathenaea, one might say, summed up the goddess. The peplos, woven by girls, apprentices of Athena Ergane, embroidered with the triumph of Athena Nike, and presented to Athena of the City, was a symbol of All the Athenas. And it created links with other festivals of the goddess at different points in the year: with the Chalkeia, at which the weaving was ritually begun, and with the Arrephoria, at which the girls who initiated the weaving entered on their own service. » : Parker 2005, p. 266.
  220. Parker 2005, p. 221-222 et 461.
  221. Larson 2007, p. 45-46.
  222. Parker 2005, p. 464-465.
  223. Larson 2007, p. 45.
  224. Parker 2005, p. 474-475 et 478.
  225. Parker 2005, p. 480-481.
  226. Parker 2005, p. 458-461.
  227. Parker 2005, p. 397-398.
  228. Parker 2005, p. 404.
  229. (en) Jon D. Mikalson, Athenian Popular Religion, Princeton, University Press, , chap. 14 (« Some Historical Considerations »).
  230. a et b Mikalson 2010, p. 155.
  231. Larson 2016, p. 91-93.
  232. a b et c Larson 2007, p. 47.
  233. Parker 2005, p. 466-467.
  234. Larson 2007, p. 67.
  235. Parker 2005, p. 173-177.
  236. Parker 2005, p. 212-217.
  237. Parker 2005, p. 398.
  238. Lévêque et Séchan 1990, p. 350 n. 318.
  239. a b c d et e Lévêque et Séchan 1990, p. 338.
  240. Boulogne, Muller-Dufeu et Picouet-de Crémoux 2015, p. 335 et 337.
  241. Boulogne, Muller-Dufeu et Picouet-de Crémoux 2015, p. 360.
  242. Mili 2015, p. 229-233.
  243. (en) Maria Mili, Religion and Society in Ancient Thessaly, Oxford, Oxford University Press, , p. 225-229.
  244. Larson 2007, p. 50.
  245. Emmanuelle Benchimol, « L'hoplite, le char et le javelot : un défilé militaire de l'Itônion de Coronée à l'époque archaïque? », Ktèma, vol. 33,‎ , p. 421-432 (lire en ligne)
  246. Larson 2007, p. 53-54.
  247. Deacy 2008, p. 127.
  248. Larson 2007, p. 53.
  249. Boulogne, Muller-Dufeu et Picouet-de Crémoux 2015, p. 155.
  250. Deacy 2008, p. 128.
  251. a et b Deacy 2008, p. 129.
  252. Larson 2007, p. 63.
  253. Claude Calame, Qu'est-ce que la mythologie grecque ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », , p. 449-453
  254. (en) Jeremy McInerney, « The Gods of (Con)fusion: Athena Alea, Apollo Maleatas and Athena Aphaia », Classica et Mediaevalia, vol. 64,‎ , p. 7-12.
  255. a et b Larson 2007, p. 52.
  256. Larson 2007, p. 52-53.
  257. Boulogne, Muller-Dufeu et Picouet-de Crémoux 2015, p. 295 et 142.
  258. (en) Hector Williams et Gerald P. Schaus, « The sanctuary of Athena at ancient Stymphalos », dans Deacy et Villing 2001, p. 75-94.
  259. Lévêque et Séchan 1990, p. 335.
  260. Detienne et Vernant 2018, p. 270-272.
  261. William Pillot, « Étude de cas d’une association religieuse supra-civique : le koinon d’Athéna Ilias », dans Julien Demaille et Guy Labarre (dir.), Les associations cultuelles en Grèce et en Asie Mineure aux époques hellénistique et impériale. Compositions sociales, fonctions civiques et manifestations identitaires (époques hellénistique et romaine), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, coll. « Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité », 2021 1523 (lire en ligne), p. 159-171
  262. Larson 2007, p. 49-50.
  263. (en) Robert Parker, « Athena in Anatolia », dans Pallas 100 2016, p. 73-90.
  264. Larson 2007, p. 54-55.
  265. Stéphanie Paul, « « Pallas étend ses mains sur notre cité ». Réflexion sur le paysage épiclétique autour de l’Athéna « poliade » », dans Pallas 100 2016, § 21-27.
  266. Emmanuel Voutiras, « Athéna dans les cités de Macédoine », Kernos, vol. 11,‎ , p. 111-129 (lire en ligne).
  267. Lévêque et Séchan 1990, p. 337.
  268. François Chevrollier, « Pallas chez Apollon : figures et cultes d'Athéna en Cyrénaïque, de l'époque archaïque à la fin du Haut-Empire », Karthago, vol. 31,‎ 2018-2019, p. 65-95
  269. (de) Phillips, C. Robert III., « Minerva I. Kult », dans Hubert Cancik et Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly, Altertum, vol. 8 : Mer-Op, Stuttgart, J. B. Metzler, , col. 213-214
  270. (de) Anne Ley, « Minerva II. Ikonographie », dans Hubert Cancik et Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly, Altertum, vol. 8 : Mer-Op, Stuttgart, J. B. Metzler, , col. 215-216
  271. a b c d e et f Schmälzle 2008, p. 175.
  272. Deacy 2008, p. 142-144.
  273. Deacy 2008, p. 144-145.
  274. (en) Leslie S.B. MacCoull et Anthony Cutler, « Athena », dans Alexander Kazhdan (dir.), Oxford Dictionary of Byzantium, vol. 1, New York et Oxford, Oxford University Press, , p. 220.
  275. « Le combat de Minerve et de Mars », sur Palais des Beaux-Arts de Lille,
  276. (en) Pierre Rosenberg, Fragonard, New York, Harry N. Abrams, (lire en ligne), p. 314
  277. Schmälzle 2008, p. 176-178.
  278. Deacy 2008, p. 146–148.
  279. a b c d et e Schmälzle 2008, p. 176.
  280. a b et c Aghion, Barbillon et Lissarrague 1996, p. 194.
  281. Joseph Manca (trad. de l'anglais), Andrea Mantegna et la Renaissance italienne, New York/Paris, Parkstone, , 207 p. (ISBN 978-1-85995-013-5, lire en ligne), p. 173.
  282. Barastégui 2017, IV, p. 177-178.
  283. (en) « Religion Rescued by the Empire », Site du Musée Du Prado (Madrid) (consulté le ).
  284. Barastégui 2017, IV, p. 176.
  285. a b c et d Deacy 2008, p. 148.
  286. Barastégui 2017, I, p. 28-29.
  287. François Blondel, Et les peintres ont croisé les dieux, VisiMuZ Éditions, (lire en ligne).
  288. (en) « Minerva protects Pax from Mars (Peace and War) », sur The National Gallery, (consulté le ).
  289. (en) Robert Echols, Artist of Renaissance Venice, Washington/New Heaven/London, Yale University Press, , p. 137
  290. Barastégui 2017, III, p. 117.
  291. Antoine Schnapper, David : Témoin de son temps, Fribourg, Office du Livre, , p. 22-23.
  292. « Éternels héros de la mythologie », Histoire, la revue pour curieux et passionnés,‎ , p. 113.
  293. Barastégui 2017, IV, p. 177.
  294. Deacy 2008.
  295. Éternels héros de la mythologie, dans l'Histoire la revue pour curieux et passionnés, éditions Glénat, Prisma-avril-mai, 2019, reproduction photographique p. 113.
  296. Gabriel Racle, « Pour tout savoir sur la Sécession viennoise », sur L’Express (Canada), (consulté le ).
  297. Barastégui 2017, I, p. 26.
  298. Barastégui 2017, Avant-propos, p. 5-6.
  299. Véronique Laroche-Signorile, « Cinq choses à savoir sur Catherine II », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  300. a et b Schmälzle 2008, p. 177.
  301. a et b Deacy 2008, p. 147-148.
  302. Barastégui 2017, IV, p. 178-180.
  303. a et b Schmälzle 2008, p. 178.
  304. Deacy 2008, p. 145–149.
  305. Manon Champier, « Athéna citoyenne. La réception d’une déesse antique dans le patrimoine de l’Assemblée nationale », dans Pallas 100 2016, p. 249-273.
  306. a et b Deacy 2008, p. 149.
  307. Deacy 2008, p. 153-154.
  308. Deacy 2008, p. 37-38.
  309. Deacy 2008, p. 154.
  310. Deacy 2008, p. 155.
  311. a b c d et e Barastégui 2017, IV, p. 191-200.
  312. (en) Masami Kurumada, Saint Seiya, Volume 1, Shueisha, (ISBN 4-08-851754-7)
  313. René Goscinny et Albert Uderzo, Astérix aux Jeux olympiques, Paris, Dargaud, , p. 25.
  314. Antoine Duplan, « Luc Ferry: La mythologie grecque est le modèle d’une spiritualité laïque », LeTemps.ch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  315. Bertrand Guyard, « Luc Ferry, la sagesse des mythes en BD », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  316. Schmälzle 2008, p. 179.
  317. Laurent Bricault, « Live at the Palladium », dans Pallas 100 2016, p. 275-281.
  318. (en) Robert Garland, Ancient Greece : Everyday Life in the Birthplace of Western Civilization, New-York, Sterling, , p. 330

Bibliographie

Sources primaires

Sources secondaires

Religion et mythologie grecques

  • Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, , 15e éd. (1re éd. 1951)
  • (en) Robin Hard, The Routledge Handbook of Greek Mythology : Based on H.J. Rose's "Handbook of Greek Mythology", Psychology Press ,
  • Timothy Gantz, Mythes de la Grèce archaïque, Belin, (ISBN 978-2-7011-3067-5).
  • Irène Aghion, Claire Barbillon et François Lissarrague, Héros et dieux de l'Antiquité : Guide iconographique, Paris, Flammarion, , 317 p. (ISBN 978-2-08-013580-3).
  • Sofia Souli, Mythologie grecque, Michalis Toubis, (ISBN 978-960-540-112-2).
  • Pierre Lévêque et Louis Séchan, Les grandes divinités de la Grèce, Paris, Armand Collin, (1re éd. 1966)
  • Pierre Sineux, Qu'est-ce qu'un dieu grec ?, Paris, Klincksieck,
  • (en) Jennifer Larson, Ancient Greek Cults : A Guide, New York, Routledge, .
  • Walter Burkert (trad. Pierre Bonnechere), La Religion grecque à l'époque archaïque et classique, Paris, Picard, (1re éd. 1977).
  • (en) Robert Parker, Polytheism and Society at Athens, Oxford, Oxford University Press,
  • (en) Jon D. Mikalson, Ancient Greek Religion, Malden et Oxford, Wiley-Blackwell, (1re éd. 2005)
  • Jacques Boulogne, Marion Muller-Dufeu et Maude Picouet-de Crémoux (dir.), Choses vues et entendues par Pausanias : Guide des croyances de la Grèce antique, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, (lire en ligne)

Athéna : articles synthétiques

  • (de) Fritz Graf et Anne Ley, « Athena », dans Hubert Cancik et Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly, Altertum, vol. 2 : Arc-Ci, Stuttgart, J. B. Metzler, , col. 160-167
  • (en) Fritz Graf, « Athena Ἀθήνη », dans Karel van der Toorn, Bob Becking et Pieter W. van der Horst (dir.), Dictionary of Deities and Demons in the Bible, Leyde, Boston et Cologne, Brill,‎ , p. 116-119
  • (de) Christoph Schmälzle, « Athena », dans Maria Moog-Grünewald (dir.), Mythenrezeption: Die antike Mythologie in Literatur, Musik und Kunst von den Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, J. B. Metzler, coll. « Der Neue Pauly. Supplemente » (no 5), , p. 172-179
  • (en) Susan Deacy, « Athena », dans Encyclopedia of the Bible and its Reception, vol. 1 : Athena – Birkat ha–Minim, Berlin, De Gruyter, , col. 1-6
  • (en) Robert Parker, « Athena », dans Simon Hornblower, Antony Spawforth et Esther Eidinow (dir.), The Oxford Classical Dictionary, Oxford, Oxford University Press, , 4e éd., p. 194.

Athéna : études spécialisées

  • Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant, Les ruses de l'intelligence : La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, coll. « Champs », (1re éd. 1974)
  • Pierre Demargne et Hélène Cassimatis, « Athena », dans Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC), vol. II, Zürich et Munich, Artemis, , p. 955-1044 (t. 1) et 702-765 (t. 2)
  • (it) Fulvio Canciani, « Athena/Minerva », dans Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC), vol. II, Zürich et Munich, Artemis, , p. 1074-1109 (t. 1)
  • (en) Jenifer Neils (dir.), Goddess and Polis : The Panathenaic Festival in ancient Athens, Princeton, Hood Museum of Art, Dartmouth College,
  • (en) Jenifer Neils (dir.), Worshipping Athena : Panathenaia And Parthenon, Madison, University of Wisconsin Press,
  • (en) Susan Deacy et Alexandra Villing (dir.), Athena in the Classical World, Leiden ou Leyde, Brill, .
  • (en) Susan Deacy, Athena, New-York, Routledge, , 175 p. (ISBN 978-0-415-30066-7 et 0-415-30066-5).
  • Corinne Barastégui, Athéna, Paris/86-Ligugé, Ellipses, , 274 p. (ISBN 978-2-340-02187-7).
  • Corinne Bonnet et Pierre Brulé (dir.), Cent chouettes pour Athéna : Pallas, Revue d'études antiques, vol. 100, Toulouse, Presses universitaires du Midi, (lire en ligne)
  • Pierre Brulé, « Athéna-Artémis : Tentatives d'esquisses de deux sœurs par leurs épiclèses mêmes », dans Corinne Bonnet (dir.), Noms de dieux : Portraits de divinités antiques, Toulouse, Anacharsis, , p. 315-361
  • Anastasia Paillard, « Les Athéna en guerre. Noms, espaces et pratiques rituelles », Inflexions, vol. 55, no 1,‎ , p. 147-155 (lire en ligne)

Sources radiophoniques

Annexes

Articles connexes

Liens externes