Académie des sciences morales et politiques

Académie des sciences morales et politiques
Image dans Infobox.
L'Institut de France, où siège l'Académie des sciences morales et politiques.
Histoire
Fondation
1832
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège social
Pays
Langue
Organisation
Fondateur
Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques
Secrétaire général
Branche
Affiliation
Site web
Identifiants
SIREN
OpenCorporates

L'Académie des sciences morales et politiques (ASMP) est l'une des cinq académies de l'Institut de France. Fondée en 1795, supprimée en 1803 et rétablie en 1832 sous l'influence du ministre et académicien François Guizot, l’Académie des sciences morales et politiques est la plus ancienne institution française couvrant le champ des sciences humaines et sociales. Dans l’esprit de Montesquieu, son rôle est de décrire scientifiquement la vie des hommes en société afin de proposer les meilleures formes pour son gouvernement.

Organisation

Les membres de l’Académie sont élus par leurs pairs, selon leurs mérites personnels. L’Académie compte 50 membres répartis, selon leurs spécialités, en six sections :

À ces six sections s'ajoutent des associés étrangers et des correspondants. En 2013, parmi les associés étrangers figurent notamment le prince Charles, Juan Carlos Ier et Benoît XVI.

L'Académie constitue un organe de réflexion interdisciplinaire. Elle diffuse sur son site internet, les textes des communications qui lui sont présentées, ainsi que des rapports et certains textes écrits par ses membres.

Histoire

Ancêtres des Académies actuelles, les Académies royales furent créées dans la seconde moitié du XVIIe siècle : Académie française (1635), Académie des inscriptions et belles-lettres (1663), Académie des sciences (1666), ainsi que les différentes académies à l'origine de l'Académie des beaux-arts.

La classe des sciences morales et politiques de l'Institut national (1795-1803)

Il n'existait avant 1789 aucune institution spéciale correspondant à l'Académie des sciences morales et politiques. Celle-ci a pour origine la « Classe des sciences morales et politiques » de l'Institut national des sciences et des arts créé par la Convention du 5 fructidor an III (), deux ans après la suppression des Académies royales par la Révolution française (décret de la Convention du ).

L'Institut était alors divisé en trois classes : la première consacrée aux sciences physiques et mathématiques (domaine de l'ancienne Académie des sciences), la deuxième aux sciences morales et politiques, et la troisième à la littérature et aux beaux-arts (domaine des autres Académies antérieures à la Révolution : Académie française, Académie royale des inscriptions et belles-lettres, Académie royale de peinture et de sculpture, Académie royale d'architecture).

La suppression de la classe des sciences morales et politiques (1803)

Par arrêté consulaire du 3 pluviôse an XI (), l'Institut national fut réorganisé en quatre classes : classe des sciences physiques et mathématiques, classe de la langue et de la littérature française, classe d'histoire et de littérature anciennes, classe des beaux-arts. Les membres des trois classes primitives devaient être répartis dans les quatre nouvelles, ceux de la classe des sciences morales et politiques étaient transférés, suivant la nature de leur travaux, soit dans la classe des sciences physiques et mathématiques, soit dans celle de langue et de littérature française, soit dans celle d'histoire et de littérature anciennes.

L'ordonnance du 21 mars 1816, promulguée par Louis XVIII vint reconstituer les anciennes Académies en les rétablissant dans leur nom et dans leurs prérogatives au sein de l'Institut de France conservé mais réformé. Toutefois cette restauration ne concerna pas le domaine des sciences morales et politique.

Séance commémorative du centenaire du rétablissement de l'Académie des sciences morales et politiques à l'Institut de France en 1932. Vue générale pendant le discours du président Léon Brunschvicg (sur la gauche).

La restauration de la classe des sciences morales et politiques (1832)

« Les sciences morales et politiques influent directement parmi nous sur le sort de la société, elles modifient rapidement les lois et les mœurs. On peut dire que, depuis un demi-siècle, elles ont joué un rôle dans notre histoire. C'est qu'elles ont acquis pour la première fois ce qui leur avait toujours manqué, un caractère vraiment scientifique. »

C'est ainsi que François Guizot, ministre de l'Instruction publique du roi des Français Louis-Philippe Ier et historien, argumentait auprès du roi la nécessité de rétablir la seconde classe.

L'Académie des Sciences morales et politiques fut restaurée par l'ordonnance du . Elle était divisée en cinq sections : philosophie, morale (devenue par la suite morale et sociologie), législation, droit public et jurisprudence, économie politique et statistique (complétée plus tard par l'adjonction du mot « finances »), histoire générale et philosophique (devenue depuis histoire et géographie).

Douze académiciens subsistaient de la seconde classe. Ils élurent leurs nouveaux confrères.

Le premier règlement intérieur fixant le nombre d'académiciens de chacune des sections, le nombre de membres libres, d'associés étrangers et de correspondants a connu sa principale modification en 1964, lorsque l'Académie a décidé de supprimer la catégorie des membres libres pour les réunir au sein d'une nouvelle section d'académiciens titulaires, la section générale, composée de dix membres.

Rôle et missions de l'Académie

Travaux

Placée sous la protection du chef de l'État, l'Académie, qualifiée de personne morale publique à statut particulier, remplit ses fonctions par la tenue de séances de réflexion régulières, ordonnées autour de thèmes fondamentaux ou d'actualité.

Dans les dernières années, ont été étudiés des thèmes tels que :

  • État et religion (1994)
  • Le rôle et la place de l'État au début du XXIe siècle (2000)
  • L'homme et sa planète (2002)
  • Regards croisés sur l'Europe (2004)
  • La France est-elle malade de sa justice ? (2006)

Conseil

À ce titre, l'Académie a souvent été sollicitée par les pouvoirs publics sur des sujets de société. Très fréquente jusqu'en 1914, cette pratique est devenue plus rare par la suite, en raison de la professionnalisation de la vie publique et de la multiplication du nombre des experts dans les ministères. Toutefois, l'Académie continue à exercer un magistère moral et continue de saisir, quand le besoin s'en fait sentir, les pouvoirs publics. Au cours de ces dernières années, elle a ainsi eu plusieurs fois l'occasion d'émettre des avis, des motions ou des vœux tels que :

  • Avis de l'Académie sur le projet de loi constitutionnelle concernant la Charte de l'Environnement ()
  • Recommandations sur les adaptations juridiques du droit d'auteur à Internet ()
  • Motion sur les réformes des procédures de recensement de la population française ()
  • Vœu sur la traduction des brevets européens ()
  • Vœu contre la brevetabilité du génome humain ()
  • Avis de l'Académie sur le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe (), avis négatif à l'unanimité moins deux abstentions sur le projet de loi[1].

Validation

En distribuant des prix et récompenses tous les ans[2], l'Académie répond à l'exigence de signaler les meilleurs ouvrages publiés sur les thèmes proposés au concours dans les dernières années écoulées.

Elle rend également des avis sur les élections dans les grands établissements d'enseignement et de recherche : École pratique des hautes études, École des hautes études en sciences sociales, Conservatoire national des arts et métiers, Collège de France.

Organisation

Présidents

Secrétaires perpétuels

Membres

Actuels

Section Fauteuil Membre Date
I : Philosophie 1 Chantal Delsol 2007
2 Alain Besançon 1999
3 Bernard Bourgeois 2002
4 Olivier Houdé 2018
5 Daniel Andler 2016
6 Claudine Tiercelin 2017
7 Rémi Brague 2009
8 Bertrand Saint-Sernin 2002
II : Morale et sociologie 1 Mireille Delmas-Marty 2007
2 Jean Baechler 1999
3 Fauteuil vacant (Jean Cluzel) 2020
4 Pierre Brunel 2015
5 Marianne Bastid-Bruguière 2001
6 Jean-François Mattéi 2015
7 Xavier Darcos 2006
8 Haïm Korsia 2014
III : Législation, droit public et jurisprudence 1 Yves Gaudemet 2014
2 Bruno Cotte 2010
3 Fauteuil vacant (Jacques Boré) 2019
4 Bernard Stirn 2019
5 Louis Vogel 2020
6 Gilbert Guillaume 2007
7 François Terré 1995
8 Pierre Delvolvé 2009
IV : Économie politique, statistique et finances 1 Denis Kessler 2016
2 Michel Pébereau 2007
3 Pierre-André Chiappori 2017
4 Fauteuil vacant (Bertrand Collomb) 2019
5 Jean-Claude Casanova 1996
6 Marcel Boiteux 1992
7 Yvon Gattaz 1989
8 Jean Tirole 2011
V : Histoire et géographie 1 Georges-Henri Soutou 2008
2 Jean-Robert Pitte 2008
3 François d'Orcival 2008
4 Emmanuel Le Roy Ladurie 1993
5 Philippe Levillain 2011
6 Éric Roussel 2018
7 Alain Duhamel 2012
8 Jean Tulard 1994
VI : Section générale 1 Renaud Denoix de Saint Marc 2004
2 André Vacheron 2009
3 Jean-David Levitte 2007
4 Fauteuil vacant (Christian Poncelet) 2003
5 Pierre Mazeaud 2005
6 Gabriel de Broglie 1997
7 Jean-Claude Trichet 2010
8 Thierry de Montbrial 1992
9 Jacques de Larosière 1993
10 Fauteuil vacant (S. E. Cardinal Roger Etchegaray) 2019
Membres associés étrangers 1 Fauteuil vacant (Javier Pérez de Cuéllar) 2020
2 S.Em. le cardinal Joseph Ratzinger (devenu le pape Benoît XVI) 1992
3 S.A.R. le prince Charles, prince de Galles 1992
4 S.A.R. le prince Hassan de Jordanie 2008
5 Stephen Breyer 2012
6 Wolfgang Schäuble 2016
7 Ismail Kadare 1996
8 Mario Monti 2012
9 Dora Bakoyannis 2008
10 Fauteuil vacant (Jean Starobinski) 2019
11 S.M. Juan Carlos Ier, roi d'Espagne 1986
12 Jean-Claude Juncker 2006

Membres Correspondants

Section I – Philosophie

Place MM. Élection
1 Thomas Nagel à New-York (États-Unis)

Né le 4 juillet 1937 Élu le 9 octobre 2017 à la place d’Hilary Putnam Professeur de philosophie et de droit

2017
2 Karlheinz Stierle à Saarbrucken (Allemagne)

Né le 22 novembre 1936 à Stuttgart Élu le 10 janvier 2005 à la place de Geneviève Rodis-Lewis Membre de l’Académie des Sciences de Heidelberg

2005
3 Evanghelos Moutsopoulos

à Athènes (Grèce) Né le 25 janvier 1930 à Athènes Élu le 13 juin 1977 à la place de Juan Zaraguëta

1977
4 Denis Huisman à Paris (France)

Né le 13 avril 1929 à Paris Élu le 30 juin 1997 à la place d’Alexandre Papadopoulo

1997
5 Thomas De Koninck à Laval (Québec)

Né le 26 mars 1934 à Louvain (Belgique) Élu le 30 septembre 2019 à la place de Peter Kemp Philosophe (dignité humaine, éducation)

2019
6 Tomás Calvo-Martinez à Madrid (Espagne)

Né le 22 mai 1942 à Avila (Espagne) Élu le 26 mars 2012 à la place de Sergio Cotta Professeur de philosophie

2012
7 Yves Schwartz à Paris et Aix-en-Provence (France)

Né le 8 septembre 1942 à Marseille Élu le 9 octobre 2017 à la place de François Dagognet Professeur de philosophie

2017
8 Alain Pons à Paris (France)

Né en 1929 Élu le 21 juin 2004 à la place de Jeanne Hersch

2004
9 Philip Pettit à Princeton (États-Unis)

Né en 1945 à Ballygar (Irlande) Élu le 30 septembre 2019 à la place de Maurizio Malaguti Professeur de philosophie politique à Princeton

2019
10 (Sir) Roger Scruton

à Brinkworth (Royaume-Uni) Né le 27 février 1944, décédé le 12 janvier 2020 Élu le 10 octobre 2016 à la place de Claudio Cesa

2016

Section II – Morale et sociologie

Place MM. et Mmes Élection
1 Jean-François Billeter à Genève (Suisse)

Né en 1939 à Bâle Élu le 23 juin 2008 à la place Mgr Bernard Jacqueline Sinologue, spécialiste de la pensée chinoise

2008
2 Ezra Suleiman à Princeton (États-Unis)

Né le 20 novembre 1941 Élu le 23 juin 2008 à la place de Milos Macura Professeur de science politique

2008
3 Ghislaine Alajouanine à Saint-Cloud (Paris)

Née le 28 juillet 1948 à Chambon-sur-Voueize (Creuse) Élue le 14 juin 2004 à la place de Jacques Bréhant

2004
4 Jean-Paul Clément à Châtenay-Malabry (France)

Né le 23 décembre 1947 à Paris Élu le 13 mars 1995 à la place de Pierre Flottes Historien des idées politiques

1995
5 Christophe Jaffrelot à Paris (France)

Né le 12 février 1964 Élu le 30 septembre 2019 à la place de Jean Auba Spécialiste des sociétés et systèmes politiques du sous-continent indien contemporain

2019
6 Geneviève Guicheney à Paris

Née le 13 mai 1947 à Draguignan, Var Élue le 14 juin 2004 à la place d’Alphons Silbermann Professeur et journaliste

2004
7 Luis Arroyo Zapatero à Ciudad-Real (Espagne)

Né en 1951 à Valladolid (Espagne) Élu le 30 septembre 2019 à la place d’Évelyne Sullerot Directeur de l’Institut de droit pénal européen et international

2019
8 Moriaki Watanable à Tokyo (Japon)

Né en 1933 à Tokyo Élu le 6 décembre 2004 à la place de Pierre-Louis Mallen Professeur émérite de l’Université de Tokyo

2004
9 Robert Kopp à Bâle (Suisse)

Né le 2 août 1939 à Bâle Élu le 28 mai 2001 à la place de Georges Riond Professeur de littérature, éditeur

2001
10 Maurice Quenet à Paris

Né le 5 août 1943 à La Guérinière, Vendée Élu le 30 septembre 2019 à la place de Denis Szabo Historien du droit français, ancien recteur d’académie

2019

Section III – Législation, droit public et jurisprudence

Place MM. Élection
1 Stig Fredrik Strömholm à Uppsala (Suède)

Né le 16 septembre 1931 à Boden Élu le 17 juin 1996 à la place de Georges Vlachos Professeur de droit (droit international privé, droit comparé)

1996
2 (baron) Francis Delpérée à Bruxelles (Belgique)

Né le 20 novembre 1941 Élu le 23 juin 2008 à la place de Milos Macura

Professeur de science politique

1999
3 Lord Jonathan Mance à Londres (Grande-Bretagne)

Né le 6 juin 1943 à Godalming, Surrey (G-B) Élu le 30 septembre 2019 à la place de Pierre Gannagé Juge, ancien vice-président de la Cour suprême du Royaume-Uni

2019
4 Philippe Rémy à Poitiers (France)

Né le 2 février 1941 à Rochefort-sur-mer Élu le 31 mars 2014 à la place de John Anthony Jolowicz.

2014
5 Rodolfo Sacco à Turin (Italie)

Né le 21 novembre 1923 à Fossanò (Italie) Élu le 4 juillet 1994 à la place de Paul de Geouffre de la Pradelle Professeur de droit. Civiliste.

1994
6 Christian Schricke à Paris (France)

Né le 20 avril 1948 à Versailles Élu à la place de Claude Reymond le 26 mars 2012 Conseiller d’État, Conseiller du Président de la Société générale

2012
7 (Sir) Basil Markesinis à Bicester (Grande-Bretagne)

Né le 10 juillet 1945 à Athènes (Grèce) Élu le 2 février 2004 à la place de Nicolas Valticos

Avocat, Professeur de droit

2004
8 Yoïchi Higuchi à Tokyo (Japon)

Né le 10 septembre 1934 à Sendaï, Miyagi Élu le 2 février 2004 à la place de Mauro Capelletti Professeur de droit

2004
9 Jacques-Yvan Morin à Montréal (Canada)

Né le 15 juillet 1931 à Québec Élu le 28 avril 1986 à la place de Louis Trotabas

Professeur de droit international. Homme politique

1986
10 Théodore Fortsakis à Athènes (Grèce)

Né en 1954. Élu le 3 juin 2019 à la place de Pierre Huet. Universitaire et homme politique

2019

Section IV – Économie politique, statistiques et finances

Place MM. et Mme Élection
1 Jean-Claude Berthélemy à Paris (France)

Élu le 6 mars 2006 à la place d’Alexis Jacquemin Professeur en sciences économiques à l’Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (économie du développement, de la croissance, économie africaine)

2006
2 Pierre Dhonte à Bruxelles (Belgique)

Né en 1944 à Feurs (Loire) Élu le 6 décembre 2004 à la place de Giovanni Demaria Représentant du Fonds monétaire international auprès de l’Union europénne

2004
3 Horst Albach

à Bonn (Allemagne) Né le 6 juillet 1931 Élu le 7 juillet 1997 à la place de Jehan Vellard

Professeur d’économie (économie industrielle)

1997
4 Eugène Fama à Chicago (États-Unis)

Né le 14 février 1939 Élu le 5 mars 2001 à la place de Wassily Léontieff Économiste, universitaire, prix Nobel d’économie 2013

2001
5 Hélène Rey à Londres (Royaume-Uni)

Née en 1970 Élue le 27 novembre 2017 à la place d’Alexandre Lamfalussy Professeur d’économie

2017
6 Roland Bénabou à Princeton (États-Unis)

Élu le 18 juin 2018 à la place de Jean Paelinck Professeur d’économie

2018
7 George de Menil à Paris (France)

Né le 4 décembre 1940 à Clairac (Normandie) Élu le 16 mars 2015 à la place de René Uhrich Économiste, universitaire

2015
8 (baron) Jean-Pierre Hansen

Né le 25 avril 1948 à Athus (Belgique) Élu le 29 juin 2015 à la place laissée vacante par le décès de Charles Hargrove Dirigeant d’entreprise

2015
9 Houchang Nahavandi à Paris (France)

Né le 2 décembre 1933 à Rêcht (Perse) Élu le 4 mai 1992 à la place de Jean-Louis Guglielmi Professeur d’économie

1992
10 Martin Hellwig à Bonn (Allemagne)

Né le 5 avril 1949 à Düsseldorf (Allemagne) Élu le 22 janvier 2018 à la place de Pierre-André Chiappori Professeur d’économie, ancien directeur du Max Planck Institute for Research on Collective Goods de Bonn

2018

Section V – Histoire et géographie

Place MM. et Mmes Élection
1 Jean-François Lemaire à Paris (France)

Né le 13 mai 1930 à Paris Élu le 23 juin 2008 à la place de Pierre de La Condamine Médecin, historien

2008
2 Anne Murtori-Philip à Paris (France)

Née le 1er novembre 1943 à Pamiers Élue le 23 septembre 2002 à la place de Max Clos Journaliste et écrivain

2002
3 Hakira Hayami à Tokyo (Japon)

Né en 1929 à Tokyo (Japon)Élu le 15 décembre 2008 à la place de Enrico Serra Professeur de démographie

2008
4 Pierre Gény à Paris

Né le 23 avril 1936 à Paris Élu le 25 mars 2019 à la place de Paul Guichonnet Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences d’outre-mer

2019
5 John Rogister (Grande-Bretagne)

Né le 26 mars 1941 à Solihull (Grande Bretagne) Élu le 16 juin 2003 à la place de Gordon Wright Professeur d’histoire (histoire française du XVIIIe siècle)

2003
6 Jacques Perot à Paris (France)

Né le 11 avril 1945 à Paris Élu le 6 mai 2019 à la place de Niki Goulandris Conservateur général honoraire du patrimoine

2019
7 Jean Vitaux à Paris (France)

Né en 1951 Élu le 30 septembre 2019 à la place de Guy Thuillier Gastro-entérologue, historien de la gastronomie

2019
8 Denis Maraval à Paris (France)

Élu le 27 septembre 2010 à la place du père Pierre Blet Éditeur

2010
9 Louis-Edmond Hamelin à Québec (Canada)

Né le 21 mars 1923 à Saint-Didace (Québec) Décédé le 11 février 2020 Élu le 13 février 1989 à la place de Carlo Bronne Professeur de géographie (régions nordiques)

1989
10 Orest Ranum à Baltimore (États-Unis)

Né le 18 février 1933 à Lyle (Minesota) Élu le 13 février 1989 à la place de Jacques Caille Professeur d’histoire (histoire de la France moderne)

1989

Section VI – Section générale

Place MM. et Mmes Élection
1 Laurent Stefanini à Paris (France)

Né le 15 août 1960 à Neuilly-sur-Seine Élu le 2 avril 2012 à la place de Xavier Deniau Diplomate

2012
2 Maurizio Serra à Paris (France)

Né en 1955, Londres (Grande-Bretagne) Élu le 23 juin 2008 à la place de Jean-François Gravier Diplomate et essayiste italien

2008
3 Alain Dejammet à Paris (France)

Né le 8 décembre 1936 Élu le 30 septembre 2019 à la place de Philippe de Woot Diplomate

2019
4 (Général) Michel Forget à Issy-les-Moulineaux (France)

Né le 4 mai 1927 à Île Bouchard (Indre-et-Loire) Élu le 26 octobre 1998 à la place de Nicolas Wahl

Général de corps aérien (2e section)

1998
5 Angel Gurria à Paris (France)

Né le 8 mai 1950 Élu le 10 octobre 2016 à la place de Boutros Boutros-Ghali Secrétaire général de l’OCDE

2016
6 Tomasz Orlowski à Varsovie (Pologne)

Né le 1er août 1956 Élu le 10 octobre 2016 à la place de Jacques Parizeau Diplomate

2016
7 Françoise Thibaut à Poitiers (France)

Née en 1952 Élue le 8 novembre 2004 à la place de Joseph Luns Universitaire

2004
8 Eugen Simion à Bucarest (Roumanie)

Né le 25 mai 1933, Chiojdeanca, Prahova (Roumanie) Élu le 8 novembre 2004 à la place de Giovanni Agnelli Critique littéraire, éditeur, essayiste, philologue, universitaire

2004
9 Hélène Renard à Paris (France)

Née en 1947 à Orbec Élue le 8 novembre 2004 à la place de Luc Durand-Réville Journaliste et écrivain, animatrice de radio et de télévision

2004
10 Dong Qiang à Pékin (Chine)

Né en 1967 Élu le 10 octobre 2016 à la place de Jean-Louis Crémieux-Brilhac Universitaire

Références

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes