Équitation

Jeune fille en selle sur un poney marron et noir.
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jeune fille pratiquant l'équitation sur poney, en Suisse.

L’équitation est la technique de conduite d'un équidé sous l'action humaine. Elle peut être pratiquée comme un art, un loisir, un sport, ou dans le cadre d'un travail. L'être humain qui pratique l'équitation, appelé cavalier ou cavalière, monte le plus souvent sur le dos d'un cheval ou d'un poney dirigé à l'aide de ses mains tenant les rênes, et de ses jambes. L'équitation implique un matériel spécifique, généralement une selle à étriers, posée sur un amortisseur et un tapis et sur laquelle les cavaliers s'assoient. La monture porte le plus souvent une bride ou un filet sur sa tête, avec ou sans mors, le tout attaché aux rênes. L'apprentissage de l'équitation repose sur la maitrise des moyens humains de communication permettant de contrôler la vitesse et la direction de la monture, tout en évitant des blessures. Le cheval suit lui aussi un apprentissage grâce à ses capacités cognitives, permettant la compréhension des instructions qui lui sont transmises et l'adaptation au niveau des cavaliers.

Initialement développée pour faciliter les déplacements, l'équitation tient historiquement un rôle utilitaire. À cela s'ajoute un rôle militaire, comme en témoignent les corps de chevalerie et de cavalerie. Avec la généralisation de la motorisation, elle s'oriente presque essentiellement vers la pratique du sport et des loisirs, via un enseignement dans des centres équestres et des « poneys clubs ». L'équitation fut longtemps une pratique largement masculine, en particulier dans les pays occidentaux. Elle devient mixte au cours du XXe siècle, et attire désormais une majorité de femmes dans ces pays. L'équitation de travail et de déplacement perdure dans des lieux où l'usage de véhicules à moteur n'est pas généralisé.

Les formes d'équitation sont très nombreuses et variées. Les sports équestres comptent trois disciplines olympiques : saut d'obstacles, dressage, et concours complet d'équitation. Parmi les disciplines les plus pratiquées figurent également la randonnée équestre, l'endurance, l'équitation western et la voltige en cercle. Une équitation éthologique s'est développée, ainsi que la voltige cosaque et différents type de spectacles équestres tels que le carrousel. Le succès du couple formé avec un cheval dépend notamment de la relation de confiance et de respect qui s’établit entre l'être humain et l'animal. En compétition, l'équitation est l'un des rares sports où hommes et femmes concourent à égalité. Les distinctions se font en fonction du niveau des cavaliers, des chevaux, et de la difficulté des épreuves.

L'équitation est l'objet de critiques. Elles portent sur son aspect onéreux et élitiste, sur les constats de maltraitances des animaux, et sur un manque de prise en compte des connaissances de l'apprentissage chez le cheval et des intérêts des équidés.

Définition

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Cavalière de l'école espagnole d'art équestre du Chili montant un cheval espagnol gris.

Le Centre national de ressources textuelles et lexicales décrit l'équitation comme l'« action de monter à cheval », et en particulier l'art de la monte à cheval selon certaines règles codifiées[1]. Ce mot provient du latin equitare, qui signifie « aller à cheval », et a donné equitatio[H 1]. En fonction de la finalité recherchée, l'équitation relève du combat, du travail, de l'art, du sport ou des loisirs[2].

Comme le rappelle le vétérinaire et éthologue Pr Paul McGreevy, les techniques d'équitation traditionnelles proviennent de l'association entre l'être humain et le cheval, et reposent sur de subtiles interactions entre ces deux êtres vivants[3]. La cavalière olympique Lendon Gray décrit ainsi une séance d'équitation comme un « apprentissage systématique » de la part du cavalier, passant par l'utilisation de son corps, l'interaction « raisonnée et cohérente » avec le cheval, et le ressenti des mouvements de la monture[4]. Des savoirs fondamentaux d'équitation sont communs, indépendamment de la discipline équestre pratiquée[5]. L'un d'eux est l’apprentissage, par le cavalier, des gestes et des positions qui permettent d'obtenir le contrôle sur la vitesse et la direction des déplacements de la monture[6]. Le cheval manifeste lui aussi une intelligence en équitation, notamment par ses capacités d'apprentissage et sa compréhension des intentions du cavalier[S 1],[S 2].

Une terminologie spécifique est employée pour décrire ce qui se passe en équitation, en termes d'attitude du couple cavalier-cheval et de réactions du cheval monté, ce qui donne lieu à la publication de glossaires[S 3]. De nombreux débats agitent le milieu équestre autour de la question de savoir ce qui constitue une « bonne » ou une « mauvaise » équitation, portant par exemple sur la manière de tenir les rênes, de trotter assis ou encore d'utiliser des aides au galop[7].

De façon plus anecdotique, il est possible à un être humain de monter sur le dos d'autres animaux que les équidés et de mettre en place des moyens de communication pour les diriger, comme l'autruche, le dromadaire, l'éléphant et le taureau[P 1].

Aides naturelles

Cavaliers kazakhs faisant usage de leurs mains et de leurs jambes.

On nomme « aides » l'un des deux moyens dont disposent les cavaliers pour communiquer avec leur cheval, l'autre moyen de communication étant la vocalisation[8]. C'est grâce aux aides qu'une demande est transmise au cheval et que la façon dont l'animal y réagit est perçue[8]. Les cavaliers utilisent leurs jambes pour demander et entretenir le mouvement vers l'avant (impulsion), et en particulier pour demander au cheval d'accélérer et de changer d'allure[8]. Le poids du corps est utile pour demander au cheval un changement de direction ; typiquement, le cavalier s'appuie sur l'étrier situé du côté vers lequel il souhaite que le cheval tourne[9].

Les mains du cavalier servent surtout à demander au cheval de ralentir ou de s'arrêter via les rênes ; elles cèdent lors des accélérations ou des transitions d'allures supérieures ou résistent pour l'empêcher d'accélérer[10]. La direction du regard joue enfin un rôle d'appoint pour ajuster les aides[11].

Nombre et typologie des cavaliers et cavalières

L'équitation est pratiquée et appréciée par des millions de personnes à travers le monde, et sur les cinq continents[12]. En France en 2016, 5,8 % de la population de plus de 15 et moins de 70 ans déclare être montée à cheval au cours des 12 derniers mois, ce qui représente plus de 2,7 millions de cavaliers[S 4]. Il est très difficile de connaître le nombre total de cavaliers dans le monde en raison d'un manque de collecte d'informations et d'une grande hétérogénéité dans l'attribution d'une licence d'équitation[P 2]. En Grande-Bretagne, le nombre de cavaliers réguliers reste inconnu car la licence d'équitation n'est pas obligatoire, mais il est estimé à environ 3,5 millions de personnes au début du XXIe siècle[P 2].

Il est possible d'être cavalier ou cavalière à de très nombreux âges de la vie, depuis les enfants de moins de 4 ans jusqu'aux nombreux exemples à soixante ans ou plus (Mark Todd a participé aux Jeux olympiques d'été de 2016 à 60 ans), en y incluant la médiatique reine d'Angleterre Élisabeth II, apparue publiquement à cheval jusqu'à la fin de sa vie à 96 ans[P 3].

Préparation sportive et entraînement

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
Le cavalier allemand Ludger Beerbaum, ici en suspension sur ses étriers.

Pour des personnes qui ne connaissent pas l'équitation, une observation rapide peut donner l'impression trompeuse que le cheval travaille tout seul[13],[14]. L'expérience permet de constater que les cavaliers de haut niveau se font en réalité obéir de leur cheval de manière fluide, grâce à des gestes et à des positions techniques et précis[13].

Préparation et entraînement du cavalier

Monter à cheval demande une mise en condition préalable[15]. Il s'agit d'un sport difficile, qui demande à l'humain de l'équilibre et de l'endurance, tout en permettant de travailler de nombreux muscles du corps[15]. Avant de monter à cheval, il est conseillé de suivre une préparation physique incluant du renforcement musculaire, des étirements, et si besoin une perte de poids[15]. L'écuyer en chef du Cadre noir Patrick Teisserenc conseille une préparation physique d'au moins deux heures chaque semaine, avec un travail sur l'équilibre, le renforcement musculaire, le système cardio-vasculaire et la préparation mentale[16].

L'écuyer Guillaume Henry conseille ensuite de monter le plus grand nombre de chevaux différents, afin d'acquérir de l'expérience[17]. L'usage des mains est l'un des révélateurs de la compétence réelle de la personne qui pratique l'équitation[18].

Préparation et entraînement de l'équidé

Débourrage d'un cheval par tentative d'acceptation directe d'un cavalier (ici, en Mongolie), une méthode controversée.

En équitation, le cheval est incité à apprendre que l'être humain n'est ni un prédateur, ni un compagnon de jeu[19]. Il existe différentes méthodes permettant d'obtenir qu'un cheval accepte de porter une personne sur son dos et de répondre à des ordres de base[20],[21],[22]. L'équipe scientifique de Deborah Goodwin souligne l'existence d'une croyance ancienne « selon laquelle la domination humaine et la soumission équine sont la clé d'un dressage réussi », impliquant que la force soit souvent utilisée contre le cheval dans le but de lui apprendre à « respecter » son dresseur pendant l'étape de débourrage[S 5]. Le recours à la force pendant son apprentissage entraîne l'installation de comportements d'esquive, de fuite et de résistance chez le cheval d'équitation[S 5]. Il est plus efficace de faire appel à des techniques de conditionnement opérant[S 6].

Crédit image:
licence CC BY 2.0 🛈
Entraînement d'un jeune cheval par habituation, aux côtés d'un plus âgé et plus expérimenté.

L'instructeur Nicolas Blondeau conseille un débourrage par étapes, commençant par un travail à pieds avant de terminer par des sorties sur le dos du cheval, dans un environnement « encadré »[21]. Après le débourrage, le cheval peut acquérir de nouveaux codes de communication[19], et être travaillé sur divers exercices d'équitation à travers des assouplissements, étirements[23], et descentes ou extensions d'encolure[24]. Pour atteindre le plus haut niveau des compétitions d'équitation, le cheval doit suivre un entraînement musculaire précis et abouti[25].

Le cheval peut mobiliser ses apprentissages pour pallier un trop faible niveau d'équitation de son cavalier éventuel ; la docteure en ethnologie María Fernanda de Torres Álvarez cite en exemples les chevaux de race Camargue montés par des bénévoles pour le travail du bétail, qui sont capables de corriger d'eux-mêmes les erreurs des cavaliers débutants pour rattraper des taureaux en fuite ; les chevaux de randonnée expérimentés montés par des cavaliers débutants en équitation sont pour leur part capables d'ignorer des instructions incohérentes[S 7].

Matériel

Pratiquer l'équitation implique de porter ou d'acquérir certains équipements[26]. Il existe des spécificités dans ce matériel en fonction de la discipline équestre pratiquée[27]. Hors équitation proprement dite, du matériel d'écurie est nécessaire pour assurer les soins des équidés, en particulier le pansage et l'entretien des pieds[28].

Harnachement du cheval

Le harnachement du cheval peut être en cuir ou synthétique[27]. S'il est en cuir, il demande un entretien régulier[29]. La monte à cru désigne une équitation sans selle ni tapis de selle ; elle permet un travail sur l'équilibre mais il est déconseillé de la pratiquer longtemps, car elle peut causer des douleurs au cheval comme au cavalier[30].

En équitation montée, l'équipement courant du cheval compte un filet ou une bride[27], munis ou non d'un mors (voir bride sans mors et hackamore), qui permet de contrôler la tête du cheval[31]. Il doit être parfaitement réglé sur la morphologie de sa tête[32]. Les évolutions et déclinaisons du mors témoignent de « la multiplicité des tentatives des cavaliers pour communiquer efficacement avec le cheval monté », mais aussi de l'échec de ces tentatives à travers l'invention de systèmes de mors de plus en plus durs[S 6]. Les rênes permettent de guider le cheval[33].

Le tapis de selle est obligatoire ; en coton ou synthétique, il se place sur le dos et sous la selle, permet d'absorber la transpiration du cheval, de protéger son dos et d'empêcher l'équipement de glisser[34]. Il peut s'y ajouter un amortisseur de dos, permettant d'absorber les chocs[35] et de protéger le dos du cheval des secousses provoquées par le cavalier[36]. Ressemblant à un coussin synthétique en mousse ou en gel, il se place entre le tapis et la selle[36],[37]. Un pad de garrot peut éventuellement compléter, pour limiter les frottements dans cette zone[37].

La selle, posée sur le tapis (ou sur l'amortisseur + tapis), doit être parfaitement adaptée à la forme du dos du cheval qui la porte[27],[38]. Elle est maintenue sur le cheval par une sangle en cuir, en coton ou synthétique[37], et est le plus souvent munie d'étriers qui offrent une meilleure stabilité au cavalier et soulagent le dos du cheval dans certaines situations[39].

En fonction de l'équitation pratiquée, il est possible d'ajouter des protections aux membres du cheval, de type guêtre, protège-tendons, cloches, protège-boulets et bandes[40].

Équipement du cavalier

Certains équipements sont conçus comme des protections pour les cavaliers, particulièrement lorsqu'ils débutent[26]. La bombe, ou casque, sert à protéger la tête en cas de chute[26]. Il doit être en bon état et ajusté à la forme de la tête du cavalier qui le porte[26].

Les bottes sont, après le casque, le second élément indispensable, car elles permettent d'éviter des douleurs liées au frottement de la jambe sur les étrivières[26],[41]. Il est possible de monter à cheval avec une paire de bottes basiques en caoutchouc, mais la plupart des pratiquants réguliers acquièrent des bottes d'équitation, plus confortables, ou bien des bottines, qui ont l'avantage de pouvoir aussi être portées pendant des sorties en ville[26]. Des chaps ou des mini-chaps, protections du bas de la jambe en cuir ou en toile huilée, peuvent remplacer les bottes[42]. Elles sont adaptés aux pratiques de randonnée à cheval et à toute équitation qui implique de passer de longues heures en selle[43]. Les chaussures à éviter sont les chaussures de sport, qui peuvent se coincer dans les étriers[42].

Un gilet de protection ou « protège-dos », parfois équipé de coussins gonflables de sécurité (« airbag »), peut s'ajouter au matériel indispensable pour pratiquer des équitations risquées, telles que le cross du concours complet ou la randonnée tous-terrains[42].

Le pantalon d'équitation n'est pas indispensable, mais il est plus confortable à l'usage[44].

Aides artificielles

Crédit image:
INRA DIST from France
licence CC BY 2.0 🛈
Cravache et éperons à molettes.

La cravache et les éperons sont des aides artificielles du cavalier[11],[42]. La cravache, tenue en main, sert d'abord à compléter une action des jambes par le toucher[11]. Selon Catherine Ancelet, elle ne devrait servir d'outil de punition qu'en cas de « refus obstiné » du cheval d'obéir à un ordre[11]. Les éperons se fixent aux bottes[11]. Le cavalier doit avoir intégré la fixité de sa jambe avant de pouvoir s'en servir de façon cohérente[11],[42].

Histoire

Les plus anciennes preuves d'équitation sont des déformations typiques d'une pratique équestre régulière retrouvés sur des squelettes datés entre - 3 021 et - 2 501 dans des tombes Néolithique de la culture Yamna, situées sur le territoire des actuelles Bulgarie, Hongrie et Roumanie[P 4],[45],[S 8]. Les premiers cavaliers venus des steppes eurasiatiques à l'âge du bronze influencent significativement l'histoire de l'humanité, en diffusant la langue proto-indo-européenne et en permettant l'essor du commerce sur de vastes étendues[S 9]. L'équitation gagne en importance dans les steppes eurasiennes avec le pastoralisme, favorisant la conduite de troupeaux ovins et bovins[S 10].

L'ethnologue Jean-Pierre Digard identifie trois transformations majeures dans l'histoire de l'équitation : la généralisation des cavaleries militaires mille ans avant notre ère, l’élaboration de la selle à arçon mille ans plus tard, enfin le passage du domaine militaire et utilitaire au domaine civil, aux sports et aux loisirs (au XXe siècle)[S 11].

Des raids militaires montés ont pu commencer avant cette époque, mais l'organisation de corps de cavalerie ne remonte pas avant le Ier millénaire av. J.-C.[S 10]. Le cheval devient une monture en Chine vers le IVe siècle[S 12], et se généralise peu avant l'unification impériale (221), via l'usage d'une selle plate avec sangle[S 13] ; cependant son élevage est « délocalisé » en périphérie du monde chinois, entraînant un retard par comparaison aux techniques équestres développées dans le Proche-Orient[S 12]. L'apport des Scythes, peuple cavalier indo-européen des grandes steppes eurasiennes dans l'Antiquité, est en effet déterminant[46],[47].

Alors que l'apport culturel Italien est majeur durant la Renaissance, l'équitation britannique gagne en réputation avec la naissance du Pur-sang, la « monte à l'anglaise » devenant la monte cavalière de loisir par excellence[48]. Au XXe siècle, des centres équestres se développent à destination des particuliers, l'équitation devenant un loisir de masse[S 11], matérialisé par le succès de la randonnée équestre[S 14]. Les pratiquants d'équitation sont de plus en plus souvent des femmes, jeunes et citadines, issues de la classe moyenne[S 11],[49]. L'équitation du XXIe siècle s'est diversifiée[S 14], avec une pratique tournée vers la sociabilité, le contact avec la nature, la détente et le plaisir[S 14]. La plupart des nouveaux équitnts prodiguent des soins attentifs aux chevaux, et s'opposent aux habitudes dangereuses ou douloureuses pour l'animal[S 14]. Le cheval de selle est de moins en moins utilisé pour l'équitation, un nombre croissant de cavaliers, en particulier les femmes, préférant le simple contact avec l'animal[S 15].

Développement des technologie d'équitation

L'usage de la selle à arçon rigide, qui fournit une surface d'appui pour protéger le dos du cheval du poids du cavalier, se généralise au IIe siècle[50]. Les selles occidentales du haut Moyen Âge, utilisées sans étriers, ressemblent à la romaine « à quatre cornes »[51]. L'arçon rigide, généralisé au XIIe siècle chez les Occidentaux, réduit la pression exercée par unité de surface sur le dos du cheval, augmente considérablement le confort de l'animal, prolonge son utilisation, et lui permet de porter un poids plus important[52].

L'invention de l'étrier reste controversée ; Lynn Townsend White, jr estime que l'idée originelle provient de l'Inde et que les Chinois les ont ensuite réellement inventés ; l'anthropologue Didier Gazagnadou propose qu'il s'agisse d'une invention turco-mongole reprise par les Chinois au moins à partir du IVe siècle, avant d'être adoptée par les Sassanides, puis par les Arabes au VIIe siècle av. J.-C., et enfin diffusée vers l'Europe par les Avars[S 16]. Il est largement utilisé en Chine en 477 de l’ère chrétienne[S 17]. Leur adoption en Europe est lente[53].

Le fer à cheval limite l'usure des pieds, ce qui permet à la fois de monter son cheval plus longtemps, et de parcourir une plus grande variété de terrains. Ses premières utilisations remontent peut-être à la fin du IXe siècle av. J.-C.[54]. Des preuves archéologiques suggèrent une utilisation en Sibérie aux IXe et Xe siècles, propagée à Byzance peu après, puis à toute l’Europe au XIe[55],[54].

Le mors de bride est connu depuis la période classique, mais n'est pas utilisé pendant le Moyen Âge, jusqu'au milieu du XIVe siècle[56]. Les éperons médiévaux se révèlent très cruels, et consistent surtout en une longue tige pointue[57]. Vers le milieu du XIVe siècle, les éperons à molette, tige au bout de laquelle est fixée une roulette dentelée et acérée, font leur apparition. En tournant sur son axe, la roulette crantée entre superficiellement dans la peau du cheval[58].

Manières de pratiquer l'équitation

Crédit image:
Houssain tork
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Un exemple d'équitation du Maghreb : la tbourida (ou fantasia)

L'anthropologue Jean-Pierre Digard effectue une distinction entre les peuples cavaliers, qui ont pour caractéristique une pratique équestre commune et répandue parmi toute la population (permettant de développer des équitations de travail), et les « sociétés d'écuyers », parmi lesquelles l'équitation est un loisir aristocratique réservé à une petite élite de la population, et où se développe l'art équestre[59]. Digard précise aussi que la relation entretenue par les communautés humaines avec les chevaux donne de multiples cultures équestres, et avec elles de grandes différences dans les équitations pratiquées : l'équitation des gauchos d'Amérique du Sud n'est pas comparable à celle des cow-boys d'Amérique du Nord, pas plus que l'équitation maghrébine ne saurait être comparée à celle de l'Est du monde arabe[60].

À côté de l'activité technique d'équitation proprement dite, il existe une composante affective dans les rapports humains avec les chevaux, liée à la pratique de loisir[S 18]. D'après la sociologue française Catherine Tourre-Malen, cette composante affective est « particulièrement marquée chez les femmes », rapprochant le cheval de l'animal de compagnie plus que de l'animal de travail, créant une opposition à l'équitation sportive qui repose sur l'instrumentalisation du cheval[S 18].

Art équestre

Dans son ouvrage descriptif des fondamentaux de l'art équestre, l'écuyer portugais Carlos Pereira le décrit comme un héritage des académies équestres européennes de la Renaissance[61]. Il cite quatre grand principes de base en art équestre : se connaître et connaître sa monture, travailler selon les bases de la biomécanique, comprendre le comportement du cheval et établir un dialogue interspécifique avec l'animal[62]. La notion d'art équestre inclut selon lui le travail de dressage de haute école, le spectacle équestre, l'équitation de travail et la tauromachie montée[63].

Équitations de tradition et de haute école

L'art équestre de la Renaissance est préservé au Cadre noir de Saumur et à l'école espagnole d'équitation de Vienne, et re-découvert sur la péninsule Ibérique dans les années 1970 grâce au travail de l'écuyer Nuno Oliveira, qui a inspiré l'école portugaise d'art équestre et l'école royale andalouse d'art équestre[64]. L'équitation de tradition française, issue de l'« histoire française des pratiques et cultures équestres », est entrée au patrimoine de l'UNESCO en 2011, mais elle peine à s'étendre au delà du Cadre noir de Saumur[S 19].

La monte en Amazone, réservée aux femmes, est une équitation caractérisée par le placement des deux jambes du même côté, afin de permettre le port d'une robe[65]. Nécessitant une selle particulière dite « à fourches », elle permet de pratiquer la plupart des disciplines équestres, comme le dressage et le saut d'obstacles, dans cette position[65].

Spectacle équestre

D'après Daniel Roche, l'intérêt pour le spectacle équestre a perduré continuellement depuis le siècle des Lumières jusqu'à nos jours, et trouve désormais de nouvelles expressions dans la société des loisirs, en particulier grâce à des transferts culturels à l'échelle européenne[S 20]. Ces spectacles sont très hétérogènes, pouvant impliquer de la haute école, de la voltige, du dressage ou des cascades à cheval, y compris sans selle et sans mors, et ce dans de nombreux espaces de représentation tels que le cirque, l'extérieur ou la scène[S 21],[66]. La forme de spectacle dite « théâtre équestre », caractérisée par sa mise en scène, doit beaucoup à la troupe de l'écuyer Bartabas, créée en 1984[S 22]. Parmi les principales troupes de spectacle équestre dans le monde, on compte l'entreprise Cavalia, basée au Québec[S 23] ; l'académie du spectacle équestre à Versaille en France est l'un des principaux lieux de formation[67].

Le festival du Durbar rassemble des milliers de cavaliers de parade équestre richement caparaçonnés dans différentes localités du Nigeria, à chaque fin du Ramadan[S 24].

Les joutes équestres, issues de l'entraînement guerrier du Moyen Âge européen, sont désormais à mi-chemin entre spectacle et entraînement sportif ; elles restent très présentes dans le spectacle actuel, et en particulier dans les fêtes médiévales françaises, où elles sont scénarisées par des professionnels[S 25]. La fantasia, ou tbourida, à l'origine une tradition militaire du Maghreb, s'est rapprochée de plus en plus du spectacle équestre ; elle est tout particulièrement pratiquée au Maroc[68].

Tauromachie à cheval

Crédit image:
Jose Mª Pérez Basanta - Orihuela Alicante in Espagne
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Corrida de rejón avec Andy Cartagena, en 2008.

La tauromachie montée suit un règlement strict en ce qui concerne la durée du combat à cheval et le nombre de charges autorisés[69]. Dans sa version portugaise, elle débute par les « courtoisies », durant lesquelles le couple cavalier-cheval réalise des airs de dressage (passage, piaffer...) et salue son public[70]. Durant la phase de combat proprement dite, le cavalier réalise des figures très codifiées d'évitement des charges du taureau, selon qu'elles ciblent la hanche, le flanc ou arrivent de face sur la monture[71].

Sports hippiques / courses

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Course de galop.

Le sport hippique regroupe tout ce qui concerne les courses de chevaux. Il existe des courses attelées et des courses montées. Les courses de galop montées comportent deux disciplines. Le plat, dont les épreuves se disputent sur des distances comprises entre 800 et 4 000 mètres, la distance dite classique est de 2 400 mètres et la distance de référence historique est le mile anglais (1 609 mètres). En course d'obstacles, les épreuves se disputent sur des distances comprises entre 2 800 et 6 500 mètres. Les courses d'obstacles peuvent être des courses de haies (tous les obstacles sont identiques), des steeple-chase (au moins quatre obstacles différents sur le parcours) ou du cross-country (obstacles naturels, distances plus longues)[72]. Le trot monté existe surtout en Belgique et en France ; le jockey, alors cavalier, est assis sur le dos de son cheval.

Les courses de groupe et les listed races sont disputées par les meilleurs chevaux internationaux, poulains et pouliches destinées à la reproduction. Toutes les courses de groupe représentent des étapes de sélection de chevaux et le Groupe I est la meilleure catégorie.

Sports équestres

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Cheval et cavalier traversant une eau boueuse lors d'une compétition de concours complet d'équitation, en avril 2022.

Les sports équestres regroupent toutes les disciplines équestres sportives (saut d'obstacles, dressage, concours complet, TREC, endurance etc.). Certaines, généralement gérées par la fédération équestre internationale, ont une portée internationale et sont représentées aux Jeux olympiques (le saut, le dressage et le concours complet) et aux Jeux équestres mondiaux. D'autres sont locales et pratiquées dans certains pays, voire certaines régions uniquement. Toutes les disciplines équestres peuvent se pratiquer en équitation handisport.

Équitations de travail

Les pratiques d'équitation de travail proviennent du labeur quotidien de cavaliers agricoles pour leurs activités d'élevage extensif qui incluent le gardiennage et le déplacement du bétail[73].

L'équitation western, ou américaine, est à l'origine l'équitation de travail pratiquée par les cow-boys[74],[73]. Elle est devenue une pratique sportive et comporte de nombreuses disciplines, parmi lesquelles le reining, qui consiste en une reproduction des mouvements initialement destinés à diriger le bétail[75].

La Doma vaquera, équitation de travail d'origine ibérique, est pratiquée aussi par des jeunes[76]. L'équitation Camargue, comme son nom l'indique, provient de la région française de Camargue[77].

L'équitation maremmane (Italie), qui se pratique avec un cheval Maremmien, comprend la marca (marquage du bétail), la lacciara (capture du bétail à l'aide d'une corde[78]), et l'usage d'une selle particulière à l'arçon élevé, nommée bardella ou scafarda[79].

Équitations de loisir

Cheval marron et noir vu de profil avec un jeune garçon sur son dos
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Jeune garçon montant à cheval au Nigeria.

L'équitation de loisir, avec son propre cheval ou non, est beaucoup plus pratiquée que l'équitation sportive, mais il est difficile de comptabiliser le nombre d'équitants réguliers, puisqu'il est possible de monter sans appartenir à un club ou une association[S 26]. Des cavaliers particuliers et indépendants peuvent se promener ou randonner avec leur propre cheval, de la même façon qu'une personne se promène ou randonne à bicyclette ou à pied[S 27]. L'équitation de loisir se pratique généralement dans des zones rurales, contribuant ainsi au phénomène de périurbanisation[S 27].

La plupart des chevaux de loisir sont des chevaux de sport à la retraite, ou des chevaux réformés choisis pour leur prix d'achat peu élevé[S 26]. Il existe une perméabilité entre la pratique d'équitation de loisir en amateur, et la pratique professionnelle[S 28].

L'équitation éthologique, inspirée de l'éthologie équine et qui vise à interagir avec son cheval tout en prenant en compte les particularités psychologiques de l'animal, connaît un vif succès, à la suite notamment du film L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux.[réf. nécessaire]

Médiation équine

Une jeune fille monte à cheval avec deux adultes l'encadrant.
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Séance d'équithérapie au centre équestre de La Villette.

Il existe différentes pratiques d'équitation issues de la médiation équine, nommées équithérapie, équicie, hippothérapie, ou encore équicoaching ; une partie d'entre elles sont « des activités physiques adaptées en santé associant le cheval », proches de l’équitation adaptée[S 29].

Ces pratiques ont en commun l'usage des chevaux comme médiateurs thérapeutiques[S 30]. Elles peuvent s'adresser à des délinquants juvéniles[S 30], des enfants souffrant de stress post-traumatique[S 31] ou de douleurs chroniques[S 32], des personnes autistes[S 33], ou encore ou à des patients souffrant de schizophrénie[S 34].

Compétitions, organisations et fédérations

Comme tout sport, l'équitation à ses compétitions, elle est notamment présente aux Jeux olympiques depuis leur création, avec trois disciplines : dressage, concours complet et saut d'obstacles. La fédération équestre internationale réglemente et organise les compétitions internationales des sept disciplines les plus connues et les plus pratiquées dans le monde, en plus des trois olympiques, s'y ajoutent l'attelage, l'endurance, le reining et la voltige en cercle.

Il existe des fédérations nationales gérant l'équitation sportive dans de nombreux pays, telles que la Fédération française d'équitation, la Fédération équestre du Québec, et la Fédération suisse des sports équestres.

Risques

Crédit image:
Paolo Camera
licence CC BY 2.0 🛈
Chute du cheval et du jockey sur une course hippique.

La pratique de l'équitation induit des risques, aussi bien pour le cavalier que pour l'équidé.

Pour le cavalier

L'équitation est un sport à risques traumatiques pour les cavaliers[S 35]. Une étude rétrospective conduite sur dix ans aux États-Unis, avec une cohorte de presque 25 000 personnes, conclut que le risque d'hospitalisation est beaucoup plus élevé chez les cavaliers que chez les footballeurs, skieurs et coureurs automobiles[S 35]. Le thorax est la partie du corps la plus souvent blessée (37 %), suivie par les bras et les jambes (26 %), la tête (23 %), et enfin l'abdomen[S 35]. Parmi les personnes blessées à la tête, environ un quart ont de profondes séquelles neurologiques[S 35]. Commentant cette étude, la Fédération française d'équitation rappelle le contexte culturel particulier aux États-Unis, où la pratique très dangereuse du rodéo fait augmenter les scores d'hospitalisation[P 5]. Une étude menée au Royaume-Uni sur les accidents qui impliquent cavaliers et automobilistes sur des voies de circulation publiques conclut que le cavalier est quasiment toujours blessé dans ce type d'accident ; il s'observe une forte augmentation de la sévérité des blessures avec l'âge du conducteur automobile et la vitesse de déplacement des automobilistes[S 36].

L'étude des fractures vertébrales des cavaliers montre qu'elles se produisent le plus souvent à la jonction thoraco-lombaire, et que « non seulement les effets à court terme des fractures de la colonne vertébrale causées par l'équitation sont importants, mais ces blessures peuvent également entraîner des incapacités à long terme »[S 37].

D'après une analyse sociologique des sports à risque publiée par L. Collard en France, la fréquence des accidents en équitation est moyenne, moins élevée notamment qu'en ski, en football ou en basket-ball, mais les accidents y sont plus graves, l'équitation figurant au troisième rang des sports les plus dangereux[80], après le parapente et le moto-cross[81]. Ces risques découlent surtout de l'incertitude du milieu où elle est pratiquée (en pleine nature par exemple), et de l'absence potentielle d'encadrement en dehors d'un centre équestre[81].

Les cavaliers âgés de plus de 35 ans sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de douleurs chroniques que les cavaliers plus jeunes, 42 % d'une cohorte britannique de 1866 cavaliers de plus de 35 ans déclarant avoir stoppé l'équitation à cause de ces douleurs, qui peuvent relever d'arthrose, d'anciennes blessures, ou de douleurs à l'exécution d'une tâche[S 38].

Il n'existe aucune association entre pratique de l'équitation et dysfonction sexuelle ou incontinence urinaire, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes[S 39].

Pour l'équidé

L'équitation expose les chevaux à diverses blessures, à des troubles musculosquelettiques, et en fonction des techniques d'entraînement utilisées, à du stress chronique[S 40]. Ce dernier facteur reste méconnu, dans un contexte où les chevaux de sport sont fortement exposés à des facteurs de stress qui nuisent à leur immunité et à la réparation des tissus[S 40]. La souffrance éventuelle du cheval monté peut être repérée par observation de son comportement[S 41]. Une échelle nommée Ridden Horse Pain Ethogram (RHpE) a été développée afin de permettre de repérer les douleurs du cheval monté[S 42].

D'après l'analyse de C. Wayne McIlwraith et de Bernard E. Rollin dans leur ouvrage Equine Welfare, les maltraitances d'équidés sont plus fréquentes à petit niveau d'équitation en raison de l'incompétence des cavaliers et des entraîneurs ; au plus haut niveau, elles proviennent surtout d'une mauvaise évaluation des capacités physiques et mentales du cheval[S 43].

Le mors est souvent invasif pour l'animal[82]. Selon David Mellor et Ngaio Beausoleil, « la plupart des chevaux présentent des signes comportementaux clairs d'aversion à l'égard d'un mors dans la bouche, allant d'une légère irritation à une douleur intense »[S 44]. La configuration du mors et les forces exercées par les rênes jouent un rôle crucial dans la santé bucco-dentaire et le confort des chevaux[S 45]. Selon Guillaume Henry, lorsqu'un mors moderne est correctement posé (sans serrage excessif d'une muserolle ou d'une chaînette) et inerte, il ne cause pas de douleur particulière, toute douleur étant le résultat de l'action des mains des cavaliers sur les rênes reliées au mors[83].

Critiques

Crédit image:
licence CC BY 3.0 🛈
Cheval monté avec un mors à levier et longues banches, outil jugé contraire à une équitation éthique.

L'équitation n'étant pas une science exacte, sa pratique s'accompagne de très nombreuses controverses et de débats[84]. Les chercheurs Andrew N. McLean et Paul D. McGreevy soulignent l'émergence d'une notion d'« équitation éthique » en 2010[S 46]. La pratique de l'équitation implique en effet une prise de contrôle total de l'être humain sur la mobilité des chevaux[S 46]. D'après eux, « il serait peut-être contraire à l'éthique de les monter [...] ils souffriraient du fait de comprendre leur propre esclavage et l'importance de la pression pendant le travail d'équitation, de devoir sauter des obstacles clairement évitables et de devoir porter un autre être (relativement lourd) »[S 47]. La professeure vétérinaire Madeleine L.H. Campbell souligne l'importance de reconnaître les équidés comme des êtres sensibles, mais conclut que « l'utilisation d'animaux dans le sport est éthiquement justifiable » par la déontologie et l'utilitarisme, et que « seule la théorie des droits absolutistes conduit à une conclusion négative »[S 48]. L'autrice ajoute que cette utilisation d'équidés dans le sport « devrait être limitée par le respect de certaines contraintes qualifiantes », qui passe par « l'identification et l'atténuation des risques évitables et inutiles » et « le respect des réglementations des organes directeurs et de la loi »[S 48]. Le grand public rejette la violence et les abus sur des chevaux montés en compétition de façon croissante, comme en témoigne l'affaire Saint Boy en 2021[S 49]. Un sondage auprès de 4 000 britanniques, publié par World Horse Welfare en 2023, conclut que presque deux tiers des sondés désapprouvent l'équitation sportive ; environ 40 % accepteraient de soutenir cette pratique seulement si le bien-être du cheval y était davantage considéré[P 6].

N. McLean et McGreevy regrettent aussi une faible appropriation des connaissances en terme de capacités d'apprentissage du cheval dans les activités équestres, ce qui provoque le fréquent recours au renforcement négatif, aux punitions et à la peur pendant le travail d'équitation[S 50]. Les deux chercheurs décrivent la maréchalerie à pression, le gingering (introduction de substance irritantes dans l'anus pour faire paraître le cheval plus fringuant), le serrage excessif des muserolles et l'usage de mors à longues branches comme des pratiques incompatibles avec une équitation éthique[S 51].

Anthropomorphisme et compétitions

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jument de polo présentant une réaction de douleur.

Le recours à l'anthropomorphisme est très fréquent de la part des pratiquants ou sympathisants de l'équitation[S 47]. De nombreux cavaliers accusent à tort leur cheval d'être « fainéant », « fou », ou encore « stupide », en mésinterprétant la réaction de l'animal[S 46].

Alors qu'il n'existe aucune preuve scientifique qu'un cheval puisse apprécier de gagner une compétition, ces animaux sont entraînés au sport pour satisfaire le désir humain d'affronter d'autres cavaliers[S 47] et sont mis au travail dans le but de soutenir l'économie des humains[S 47]. De nombreux cavaliers agissent négativement envers leur cheval afin d'augmenter leurs chances de gagner une compétition, que ce soit par le dopage, par l'usage non-éthique d'un objet, par la privation de nourriture ou d'eau, ou à travers le fait de blesser délibérément le cheval[S 51]. L'intérêt et le désir du cheval, en tant que cheval, est plutôt de pouvoir brouter des végétaux, d'être avec ses congénères, et de ne pas se faire exploiter par l'humain[S 47].

La Fédération équestre danoise à interdit le recours à la cravache pour punir les chevaux de mauvaises performances sportives[S 52].

Coût et élitisme

Une critique fréquente, en particulier en France, porte sur l'aspect élitiste et onéreux de l'équitation ; en effet, l'équitation peine à se démocratiser dans la pratique, malgré des efforts menés en ce sens par la Fédération française d'équitation[P 7]. L'équitation conserve une image élitiste en France, dans un contexte où elle est devenue financièrement beaucoup plus accessible grâce à la mutualisation des chevaux et de l'équipement en centre équestre[P 8].

Critiques de disciplines d'équitation

Critiques des courses hippiques

Les vétérinaires McLean et McGreevy décrivent les courses de chevaux (sport hippique) comme très problématiques en raison de l'utilisation de la cravache et des dangers physiques encourus par les chevaux[S 51]. Il existe un débat social important autour de l'usage de la cravache en course, perçu comme « nécessaire » ou au contraire comme « cruel »[S 53]. De nombreux usages de la cravache en course sont délétères[S 54]. Il n'est pas prouvé que cravacher un cheval de course le fasse courir plus vite, mais il est prouvé que cela génère chez lui du stress et de la peur[S 54],[S 55]. Cravacher un cheval de course de manière répétée, avec force, et sans lui laisser le temps de répondre à la demande d'accélération, sont des comportements fréquents mais non-éthiques, et jugés inacceptables par ces deux vétérinaires[S 52].

Deborah Butler et Nickie Charles se penchent sur le rôle des normes de genre dans l'industrie du sport hippique ; beaucoup de filles expriment le souhait durant l'enfance de devenir jockey, mais peu parviennent au bout de la formation professionnelle et de la recherche de poste ; les chercheuses en concluent que les corps féminins sont perçus comme plus fragiles que les corps masculins, ce qui oblige les rares femmes jockeys qui parviennent au terme de leur formation à adopter des rôles de genre plus proches des stéréotypes masculins[S 56].

Critiques du rodéo

La chercheuse Peggy W. Larson cite le rodéo comme une pratique d'équitation particulièrement cruelle, en raison de l'usage d'artifices forçant le cheval à ruer et des coups d'éperons donnés par le cavalier[S 57].

Critiques des sports équestres

Crédit image:
Oliver Abels (SBT)
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Cavalier de dressage montant son cheval derrière la verticale, une position souvent associée à une grande tension dans les rênes.

Les juges des compétitions équestres de dressage ne sont pas toujours en capacité d'identifier les cavaliers qui font usage d'une très forte tension dans leurs rênes[S 54].

Il existe aussi de nombreuses critiques à l'égard du recours au rollkur, une technique controversée de dressage équestre qui implique une grande tension au niveau des rênes et de la bouche[S 51].

Notes et références

  1. « ÉQUITATION : Définition de ÉQUITATION », sur www.cnrtl.fr (consulté le ).
  2. Racic-Hamitouche et Ribaud 2007, p. 6.
  3. McGreevy 2007, p. 492.
  4. McNeil 2021, p. 5.
  5. McNeil 2021, p. 14.
  6. McNeil 2021, p. 23.
  7. McNeil 2021, p. 13.
  8. a b et c Ancelet 2013, p. 12.
  9. Ancelet 2013, p. 12-13.
  10. Ancelet 2013, p. 13.
  11. a b c d e et f Ancelet 2013, p. 14.
  12. Pavia et Sand 2012, p. 9.
  13. a et b Ancelet 2013, p. 5.
  14. Pavia et Sand 2012, p. 10.
  15. a b et c Pavia et Sand 2012, p. 55-58.
  16. Laura Lascaud, « La préparation physique du cavalier », sur www.ifce.fr, Institut français du cheval et de l'équitation, (consulté le ).
  17. Henry 2017, p. 10.
  18. Henry 2017, p. 8.
  19. a et b Henry 2020, p. 72.
  20. Catherine Ancelet, Méthode de débourrage du cheval de selle et du poney: les étapes progressives de votre réussite, Amphora, (ISBN 978-2-85180-815-8, lire en ligne).
  21. a et b Nicolas Blondeau et Sophie Barreau, « Appréhender le débourrage d'un cheval sous la selle », sur equipedia.ifce.fr, Institut français du cheval et de l'équitation, (consulté le ).
  22. Reiner Klimke, Dressage: formation de base du cheval de selle, Maloine, (ISBN 978-2-224-02039-2, lire en ligne).
  23. Henry 2020, p. 16 ; 118-119.
  24. Henry 2020, p. 124-125.
  25. Henry 2020, p. 18.
  26. a b c d e et f Deutsch 2006, p. 28.
  27. a b c et d Racic-Hamitouche et Ribaud 2007, p. 119.
  28. Deutsch 2006, p. 29-30 ; 35.
  29. Racic-Hamitouche et Ribaud 2007, p. 120.
  30. Pavia et Sand 2012, p. 291-293.
  31. Deutsch 2006, p. 34.
  32. Racic-Hamitouche et Ribaud 2007, p. 126.
  33. Deutsch 2006, p. 32.
  34. Racic-Hamitouche et Ribaud 2007, p. 121-122.
  35. Racic-Hamitouche et Ribaud 2007, p. 122.
  36. a et b Ancelet 2013, p. 125.
  37. a b et c Deutsch 2006, p. 31.
  38. Deutsch 2006, p. 30.
  39. Deutsch 2006, p. 30-31.
  40. Deutsch 2006, p. 35.
  41. Pavia et Sand 2012, p. 112.
  42. a b c d et e Deutsch 2006, p. 29.
  43. Racic-Hamitouche et Ribaud 2007, p. 130.
  44. Deutsch 2006, p. 28-29.
  45. Tom Metcalfe, « Qui furent les premiers humains à monter à cheval ? », sur National Geographic, (consulté le ).
  46. Véronique Schiltz, Les Scythes et les nomades des steppes VIIIe siècle av. J.-C. : Ier siècle apr. J.-C., Éditions Gallimard, coll. « L'Univers des Formes », .
  47. R. Grousset, L'Empire des steppes, Payot, coll. « Bibliothèque historique Payot », , 5e éd. (1re éd. 1960), chap. I.
  48. Daniel Roche, Histoire du cheval 1/4 : vers 24 min.
  49. « De l'histoire des transports à l'histoire de la mobilité 3/4 », sur France Culture (consulté le ).
  50. (en) C.E.G. Hope, The Horseman's Manual, New York, Charles Scribner's Sons, (ISBN 0-684-13622-8), chapitres I et II.
  51. (en) Ewart Oakeshott, A Knight and His Horse, Dufour Editions, , 2e éd., 123 p. (ISBN 0-8023-1297-7), p. 40.
  52. Bennet et al. 2005, p. 74.
  53. Prévot et Ribémont 1994, p. 147.
  54. a et b Prévot et Ribémont 1994, p. 150.
  55. (en) Kay Slocum, Medieval Civilisation, Londres, Laurence King Publishing, (ISBN 1-85669-444-5), p. 143-144.
  56. Oakeshott 1998, p. 38
  57. Prévot et Ribémont 1994, p. 155.
  58. Prévot et Ribémont 1994, p. 156.
  59. Digard 2007, p. 121 ; 192.
  60. Digard 2007, p. 14.
  61. Pereira 2011, p. 20-24.
  62. Pereira 2011, p. 8.
  63. Pereira 2011, p. 9-10.
  64. Pereira 2011, p. 29-31.
  65. a et b Pavia et Sand 2012, p. 192-194.
  66. Aurissia Irondelle, En quête du spectacle équestre: Art équestre, théâtre, danse : cheval comédien!, Éditions Universitaires Européennes, (ISBN 978-3-8417-9601-1, lire en ligne).
  67. Pereira 2011, p. 31.
  68. M. Peyron, « Fantasia », Encyclopédie berbère, no 18,‎ , p. 2721–2727 (ISSN 1015-7344, DOI 10.4000/encyclopedieberbere.2017, lire en ligne, consulté le ).
  69. Pereira 2011, p. 264.
  70. Pereira 2011, p. 265.
  71. Pereira 2011, p. 266-267.
  72. http://www.france-galop.com/COURSES/monde.htm (page consultée le )
  73. a et b Ancelet 2013, p. 164.
  74. Pavia et Sand 2012, p. 325.
  75. Pavia et Sand 2012, p. 324-325.
  76. Deutsch 2006, p. 13 ; 111.
  77. Deutsch 2006, p. 13 ; 110.
  78. (it) Alberto Soldi, Cavalli : Conoscere, riconoscere e allevare tutte le razze equine più note del mondo, De Agostini, , 258 p. (ISBN 978-88-418-7690-9, lire en ligne), p. 71.
  79. Nicola Jane Swinney (trad. de l'anglais par Géraldine Nicolas, ill. Bob Langrish), Races de Chevaux du Monde, Vigot frères, (ISBN 978-2-7114-1831-2), p. 54. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  80. Ces statistiques prennent en compte toutes les pratiques équestres ainsi que le steeple-chase, ou les accidents sont plus fréquents et plus graves
  81. a et b L. Collard, « Approche sociologique des sports à risque », Université de Picardie - Jules Verne Faculté des Sciences du Sport, Campus Universitaire, Amiens.
  82. (en) W. Cook, « The effect of the bit on the behaviour of the horse » [archive du ], (consulté le ).
  83. Henry 2017, p. 15.
  84. McNeil 2021, p. 15.

Références scientifiques

  1. (en) Lauren Brubaker et Monique A. R. Udell, « Cognition and learning in horses (Equus caballus): What we know and why we should ask more » [« Cognition et apprentissage chez les chevaux (Equus caballus) : Ce que nous savons et pourquoi nous devrions nous interroger davantage »], Behavioural Processes, vol. 126,‎ , p. 121–131 (DOI 10.1016/j.beproc.2016.03.017, lire en ligne Accès libre [PDF], consulté le ).
  2. Jocelyne Porcher, Sophie Barreau, Vanina Deneux-le Barh et María Fernanda de Torres Álvarez, L’intelligence des chevaux au travail, Éditions Quæ, (ISBN 978-2-7592-3641-1, lire en ligne).
  3. (en) P. D. McGreevy, A. N. McLean, A. K. Warren-Smith et N. Waran, « Defining the terms and processes associated with equitation », dans Proceedings of the 1st International Equitation Science Sysposium, Sydney University Press, , 10–43 p. (lire en ligne Accès libre [PDF]).
  4. Thierry Michot, Guillaume Routier, Brice Lefèvre et Olivier Aubel, L'équitation, Pôle Ressources National Sports de Nature sur la base des données du Baromètre sports et loisirs de nature, (lire en ligne Accès libre [PDF]).
  5. a et b Goodwin et al. 2009, p. 5.
  6. a et b Goodwin et al. 2009, p. 6.
  7. Maria Fernanda de Torres Álvares, « L'expression de la singularité et de l'adaptation aux autres », dans L’intelligence des chevaux au travail, (lire en ligne Accès payant [PDF]), p. 59-70.
  8. (en) Martin Trautmann, Alin Frînculeasa, Bianca Preda-Bălănică et Marta Petruneac, « First bioanthropological evidence for Yamnaya horsemanship », Science Advances, vol. 9, no 9,‎ (ISSN 2375-2548, DOI 10.1126/sciadv.ade2451, lire en ligne, consulté le ).
  9. (en) David W. Anthony, « The Horse, the Wheel, and Language: How Bronze-Age Riders from the Eurasian Steppes Shaped the Modern World », dans The Horse, the Wheel, and Language, Princeton University Press, (ISBN 978-1-4008-3110-4, DOI 10.1515/9781400831104/html, lire en ligne).
  10. a et b (en) David W. Anthony et Dorcas R. Brown, « The Secondary Products Revolution, Horse-Riding, and Mounted Warfare », Journal of World Prehistory, vol. 24, no 2,‎ , p. 131–160 (ISSN 1573-7802, DOI 10.1007/s10963-011-9051-9, lire en ligne, consulté le ).
  11. a b et c Digard 2004, p. 2.
  12. a et b Cartier 1993, p. 30.
  13. Cartier 1993, p. 29 ; 31.
  14. a b c et d Digard 2004, p. 3.
  15. Digard 2004, p. 4.
  16. Didier Gazagnadou, « Les étriers. Contribution à l’étude de leur diffusion de l’Asie vers les mondes iranien et arabe », Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, no 37,‎ , p. 155–171 (ISSN 0248-6016, DOI 10.4000/tc.266, lire en ligne Accès libre [html], consulté le ).
  17. (en) John M. Hobson, The Eastern Origins of Western Civilisation, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-54724-5), p. 103.
  18. a et b Catherine Tourre-Malen, « Les à-côtés de l’équitation », Études rurales, nos 165-166,‎ , p. 133–146 (ISSN 1777-537X, DOI 10.4000/etudesrurales.8005, lire en ligne Accès libre [html], consulté le ).
  19. Thomas Apchain, « L’équitation de tradition française. Diffusion et appropriation d’un patrimoine culturel immatériel », Mondes du Tourisme, no 18,‎ (ISSN 2109-5671, DOI 10.4000/tourisme.3073, lire en ligne Accès libre [html], consulté le ).
  20. Daniel Roche, « Les spectacles équestres, vecteur de transferts culturels européens. Vers une société de loisirs: », Dix-huitième siècle, vol. n° 49, no 1,‎ , p. 145–158 (ISSN 0070-6760, DOI 10.3917/dhs.049.0145, lire en ligne, consulté le ).
  21. Thérèse Perez-Roux, « La professionnalisation des artistes équestres : de l'intention institutionnelle aux enjeux de territoires. », Politiques et territoires en éducation et formation : Enjeux, débats et perspectives, politiques et territoires en éducation et formation : Enjeux, débats et perspectives,‎ , p. 259–266 (lire en ligne, consulté le ).
  22. Françoise Boudreault, « Vous avez dit « théâtre équestre » ? », Jeu : revue de théâtre, no 130,‎ , p. 55–60 (ISSN 0382-0335 et 1923-2578, lire en ligne, consulté le ).
  23. Solange Lévesque, « Heureux alliage de force et de douceur : cavalia », Jeu : revue de théâtre, no 118,‎ , p. 47–49 (ISSN 0382-0335 et 1923-2578, lire en ligne, consulté le ).
  24. (en) Saheed Aderinto, Animality and Colonial Subjecthood in Africa: The Human and Nonhuman Creatures of Nigeria, Ohio University Press, (ISBN 978-0-8214-4768-0, lire en ligne), p. 2 ; 84-89.
  25. Loïs Forster, « La joute, le plus gracieux des arts de la guerre », e-Phaïstos. Revue d’histoire des techniques / Journal of the history of technology, vol. IV, no 1,‎ (ISSN 2262-7340, DOI 10.4000/ephaistos.878, lire en ligne Accès libre [html], consulté le ).
  26. a et b (en) Iwona Janczarek et Izabela Wilk, « Leisure riding horses: research topics versus the needs of stakeholders », Animal Science Journal, vol. 88, no 7,‎ , p. 953–958 (ISSN 1344-3941 et 1740-0929, DOI 10.1111/asj.12800, lire en ligne, consulté le ).
  27. a et b Céline Vial, Magali Aubert et Philippe Perrier-Cornet, « Le développement de l'équitation de loisir dans les territoires ruraux : entre influences sectorielles et périurbanisation », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, vol. juin, no 3,‎ , p. 549–573 (ISSN 0180-7307, DOI 10.3917/reru.113.0549, lire en ligne, consulté le ).
  28. Vérène Chevalier et Brigitte Dussart, « De l'amateur au professionnel : le cas des pratiquants de l'équitation », L'Année sociologique, vol. 52, no 2,‎ , p. 459–476 (ISSN 0066-2399, DOI 10.3917/anso.022.0459, lire en ligne Accès libre [html], consulté le ).
  29. Christel Elies, « Prendre-soin grâce à la médiation animale : le cheval porteur d’espoir », Recherches & éducations, no HS,‎ (ISSN 1969-0622, DOI 10.4000/rechercheseducations.12875, lire en ligne, consulté le ).
  30. a et b Mathilde Lacotte et Marjorie Roques, « A’dos de cheval : délinquance juvénile et médiation équine. L’équithérapie comme médiation thérapeutique auprès d’adolescents délinquants », Psychothérapies, vol. 38, no 2,‎ , p. 105–117 (ISSN 0251-737X, DOI 10.3917/psys.182.0105, lire en ligne, consulté le ).
  31. L. Hameury et L. Rossetti, « Une approche complémentaire dans le trouble de stress post-traumatique chez l’enfant : la médiation équine thérapeutique », Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, vol. 70, no 2,‎ , p. 99–103 (ISSN 0222-9617, DOI 10.1016/j.neurenf.2021.04.011, lire en ligne, consulté le ).
  32. (en) Daniel Collado-Mateo, Ana Myriam Lavín-Pérez, Juan Pedro Fuentes García et Miguel Ángel García-Gordillo, « Effects of Equine-Assisted Therapies or Horse-Riding Simulators on Chronic Pain: A Systematic Review and Meta-Analysis », Medicina, vol. 56, no 9,‎ , p. 444 (ISSN 1648-9144, DOI 10.3390/medicina56090444, lire en ligne, consulté le ).
  33. L. Hameury, P. Delavous, B. Teste et C. Leroy, « Équithérapie et autisme », Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, vol. 168, no 9,‎ , p. 655–659 (ISSN 0003-4487, DOI 10.1016/j.amp.2009.12.019, lire en ligne, consulté le ).
  34. (en) Deborah Corring, Erica Lundberg et Abraham Rudnick, « Therapeutic Horseback Riding for ACT Patients with Schizophrenia », Community Mental Health Journal, vol. 49, no 1,‎ , p. 121–126 (ISSN 1573-2789, DOI 10.1007/s10597-011-9457-y, lire en ligne, consulté le ).
  35. a b c et d (en) Kevin Mutore, Jiyun Lim, Demba Fofana et Annelyn Torres-Reveron, « Hearing hoofbeats? Think head and neck trauma: a 10-year NTDB analysis of equestrian-related trauma in the USA », Trauma Surgery & Acute Care Open, vol. 6, no 1,‎ , e000728 (ISSN 2397-5776, DOI 10.1136/tsaco-2021-000728, lire en ligne, consulté le ).
  36. Danica Pollard et John Duncan Grewar, « Cars dent, horse riders break: Analysis of police-recorded injury incidents involving ridden horses on public roads in Great Britain », Journal of Safety Research, vol. 84,‎ , p. 86–98 (ISSN 0022-4375, DOI 10.1016/j.jsr.2022.10.010, lire en ligne, consulté le ).
  37. (en) Jan Siebenga, Michiel J. M. Segers, Matthijs J. Elzinga et Fred C. Bakker, « Spine fractures caused by horse riding », European Spine Journal, vol. 15, no 4,‎ , p. 465–471 (ISSN 1432-0932, PMID 16408237, PMCID PMC3489311, DOI 10.1007/s00586-005-1012-5, lire en ligne, consulté le ).
  38. (en) Victoria Lewis, Zoe Nicol, Lucy Dumbell et Lorna Cameron, « A Study Investigating Prevalence of Pain in Horse Riders over Thirty-Five Years Old: Pain in UK Riders Over 35 Years Old », International Journal of Equine Science, vol. 2, no 2,‎ , p. 9–18 (ISSN 2805-3117, lire en ligne, consulté le ).
  39. (en) Shaheen Alanee, Jared Heiner, Nathan Liu et Manoj Monga, « Horseback Riding: Impact on Sexual Dysfunction and Lower Urinary Tract Symptoms in Men and Women », Urology, vol. 73, no 1,‎ , p. 109–114 (ISSN 0090-4295, DOI 10.1016/j.urology.2008.07.058, lire en ligne, consulté le ).
  40. a et b (en) P. McGreevy, A. McLean, P. Buckley et F. McConaghy, « How riding may affect welfare: What the equine veterinarian needs to know: How riding may affect welfare », Equine Veterinary Education, vol. 23, no 10,‎ , p. 531–539 (DOI 10.1111/j.2042-3292.2010.00217.x, lire en ligne, consulté le ).
  41. (en) Carol Hall, Nia Huws, Cassie White et Elizabeth Taylor, « Assessment of ridden horse behavior », Journal of Veterinary Behavior, vol. 8, no 2,‎ , p. 62–73 (ISSN 1558-7878, DOI 10.1016/j.jveb.2012.05.005, lire en ligne, consulté le ).
  42. (en) Sue Dyson et Danica Pollard, « Application of the Ridden Horse Pain Ethogram to 150 Horses with Musculoskeletal Pain before and after Diagnostic Anaesthesia », Animals, vol. 13, no 12,‎ , p. 1940 (ISSN 2076-2615, DOI 10.3390/ani13121940, lire en ligne, consulté le ).
  43. McIlwraith et Rollin 2011, p. chap. 17.5.
  44. (en) David Mellor et Ngaio Beausoleil, « Equine Welfare during Exercise: An Evaluation of Breathing, Breathlessness and Bridles », Animals, vol. 7, no 12,‎ , p. 41 (ISSN 2076-2615, DOI 10.3390/ani7060041, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  45. (en) Silvio Kau, Isabella Katharina Potz, Katharina Pospisil et Lina Sellke, « Bit type exerts an influence on self-controlled rein tension in unridden horses », Scientific Reports, vol. 10, no 1,‎ , p. 2420 (ISSN 2045-2322, DOI 10.1038/s41598-020-59400-w, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  46. a b et c McLean et McGreevy 2010, p. 203.
  47. a b c d et e McLean et McGreevy 2010, p. 204.
  48. a et b (en) Madeleine L.H. Campbell, « Ethical Justifications for the Use of Animals in Competitive Sport », Sport, Ethics and Philosophy, vol. 17, no 4,‎ , p. 403–421 (ISSN 1751-1321 et 1751-133X, DOI 10.1080/17511321.2023.2236798, lire en ligne, consulté le ).
  49. Javanaud 2022, p. 158.
  50. McLean et McGreevy 2010, p. 204-205 ; 208.
  51. a b c et d McLean et McGreevy 2010, p. 205.
  52. a et b McLean et McGreevy 2010, p. 207.
  53. (en) Raewyn Graham et Phil McManus, « Changing Human-Animal Relationships in Sport: An Analysis of the UK and Australian Horse Racing Whips Debates », Animals, vol. 6, no 5,‎ , p. 32 (ISSN 2076-2615, DOI 10.3390/ani6050032, lire en ligne, consulté le ).
  54. a b et c McLean et McGreevy 2010, p. 206.
  55. (en) Paul D. McGreevy, Mark D. Griffiths, Frank R. Ascione et Bethany Wilson, « Flogging tired horses: Who wants whipping and who would walk away if whipping horses were withheld? », PLOS ONE, vol. 13, no 2,‎ , e0192843 (ISSN 1932-6203, PMID 29466458, PMCID PMC5821321, DOI 10.1371/journal.pone.0192843, lire en ligne, consulté le ).
  56. (en) Deborah Butler et Nickie Charles, « Exaggerated Femininity and Tortured Masculinity: Embodying Gender in the Horseracing Industry », The Sociological Review, vol. 60, no 4,‎ , p. 676–695 (ISSN 0038-0261 et 1467-954X, DOI 10.1111/j.1467-954X.2012.02129.x, lire en ligne, consulté le ).
  57. (en) Peggy W. Larson, « Rodeo Is Cruel Entertainment », Pace Environmental Law Review, vol. 16,‎ 1998-1999, p. 115 (lire en ligne, consulté le ).

Références de presse

  1. AFP, « Aston, le taureau qui se prenait pour un cheval », sur Geo.fr, Geo, (consulté le ).
  2. a et b Céline Vial, Geneviève Bigot, Pascale Heydemann et Claire Cordilhac, « Les chiffres clés de la filière équine à l’international : un essai de collecte d’informations », Équ’idée,‎ , p. 5-6 (lire en ligne Accès libre [PDF]).
  3. Christophe Hercy, Bettina Hubert et Elodie Pinguet, « Monter à cheval à tout âge », Cheval Magazine, no 609,‎ , p. 67-75.
  4. Pierre Barthélémy, « L’équitation, une pratique vieille de cinq mille ans », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Pascale Santi, « L’équitation : mieux prévenir les accidents », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) « The horse world must be brave and proactive as many do not support horse sport », sur Horse & Hound, (consulté le ).
  7. Xavier Renard, « L’équitation attire mais peine à se démocratiser », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  8. « En France, l’équitation reste un sport populaire et le cheval, un marché dynamique à l’export », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )

Références historiques anciennes

  1. F. Cardini, Dictionnaire d'hippiatrique et d'équitation : Deuxième édition, revue, corrigée, augmentée de la moitié, etc, Chez Mme Bouchard-Huzard, imprimeur-libraire, (lire en ligne), p. 229.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • [Ancelet 2013] Catherine Ancelet, Les fondamentaux de l'équitation - Galop 1 et 2, Amphora, (ISBN 978-2-7576-0179-2, lire en ligne)
  • [Deutsch 2006] Julie Deutsch, Débuter l'équitation, Editions Artemis, (ISBN 978-2-84416-340-0, lire en ligne)
  • [Digard 2002] Institut du monde arabe et Jean-Pierre Digard (dir.), Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d'Orient et d'Occident, Éditions Gallimard et IMA, , 304 p. (ISBN 2-07-011743-X)
  • [Digard 2007] Jean-Pierre Digard, Une histoire du cheval. Art, techniques, société, Arles, Actes Sud, , 296 p. (ISBN 978-2-7427-6483-9 et 2-7427-6483-6)
  • [Henry 2017] Guillaume Henry, L'usage des mains, Humensis, , 82 p. (ISBN 978-2-410-01052-7, lire en ligne)
  • [Henry 2020] Guillaume Henry, L'encyclopédie du cheval et de l'équitation: Se perfectionner - Soigner - Communiquer, Vigot, (ISBN 978-2-7114-5179-1, lire en ligne)
  • [McNeil 2021] Hollie H. McNeil, Larousse de l'équitation, Larousse, (ISBN 978-2-03-600739-0, lire en ligne)
  • [Pavia et Sand 2012] Audrey Pavia et Shanon Sand (trad. de l'anglais), L’Équitation Pour les Nuls, edi8, (ISBN 978-2-7540-4257-4, lire en ligne)
  • [Pereira 2011] Carlos Henriques Pereira, Dressage et Ethologie: Le carré de votre réussite, Les quatre fondamentaux d'une approche de l'art équestre, Editions Amphora, (ISBN 978-2-85180-802-8, lire en ligne).
  • [Prévot et Ribémont 1994] Brigitte Prévot et Bernard Ribémont, Le Cheval en France au Moyen Âge : sa place dans le monde médiéval ; sa médecine, l'exemple d'un traité vétérinaire du XIVe siècle, la Cirurgie des chevaux, vol. 10 de Medievalia, Caen, Paradigme, , 522 p. (ISBN 978-2-86878-072-0, présentation en ligne)
  • [Racic-Hamitouche et Ribaud 2007] Françoise Racic-Hamitouche et Sophie Ribaud, Cheval et équitation, Paris, Éditions Artemis, , 287 p. (ISBN 978-2-84416-468-1 et 2-84416-468-4, lire en ligne)
  • [Roche 2008] Daniel Roche, La Culture équestre occidentale, XVIe – XIXe siècle, L'ombre du cheval : Tome 1, Le cheval moteur, Essai sur l'utilité équestre, vol. 1 de La culture équestre occidentale, XVIe – XIXe siècle : l'ombre du cheval, Paris, Fayard, , 479 p. (ISBN 978-2-213-63631-3 et 2-213-63631-1)
  • [Roche 2011] Daniel Roche, La Culture équestre occidentale, XVIe – XIXe siècle, L'ombre du cheval : Tome 2, La gloire et la puissance, vol. 2 de La culture équestre occidentale, XVIe – XIXe siècle, Paris, Fayard, , 488 p. (ISBN 978-2-213-66607-5)

Références scientifiques

  • [Cartier 2013] Michel Cartier, « Considérations sur l'histoire du harnachement et de l'équitation en Chine », Anthropozoologica, vol. 18,‎ , p. 29–44 (lire en ligne Accès libre [PDF], consulté le )
  • [De Cooker 2012] Émilie De Cooker, « Les compétitions équestres : Pour une éthique conséquentialiste des moyens », Revue Semestrielle de Droit Animalier – RSDA,‎ , p. 281-296 (lire en ligne)
  • [Digard 2004] Jean-Pierre Digard, « Des manèges aux tipis. « Équitation éthologique » et mythes indiens », Techniques et cultures, nos 43-44,‎ , p. 2-10 (lire en ligne Accès libre [html], consulté le )
  • [Goodwin et al. 2009] Deborah Goodwin, Paul McGreevy, Natalie Waran et Andrew McLean, « How equitation science can elucidate and refine horsemanship techniques », The Veterinary Journal, special Issue: Equitation Science, vol. 181, no 1,‎ , p. 5–11 (ISSN 1090-0233, DOI 10.1016/j.tvjl.2009.03.023, lire en ligne Accès payant [PDF], consulté le )
  • [Javanaud 2022] (en) Katie Javanaud, « The Ethics of Horse Riding, Sports, and Leisure », Journal of Animal Ethics, vol. 12, no 2,‎ , p. 158–171 (ISSN 2160-1267, DOI 10.5406/21601267.12.2.06, lire en ligne Inscription nécessaire [PDF], consulté le )
  • [McGreevy 2007] (en) Paul D. McGreevy, « The advent of equitation science », The Veterinary Journal, vol. 174, no 3,‎ , p. 492–500 (ISSN 1090-0233, DOI 10.1016/j.tvjl.2006.09.008, lire en ligne Accès payant [PDF], consulté le )
  • [McIlwraith et Rollin 2011] (en) C. Wayne McIlwraith et Bernard E. Rollin, Equine Welfare, vol. 8 de UFAW Animal Welfare, John Wiley & Sons, , 488 p. (ISBN 1444397818 et 9781444397819)
  • [McLean et McGreevy 2010] Andrew N. McLean et Paul D. McGreevy, « Ethical equitation: Capping the price horses pay for human glory », Journal of Veterinary Behavior, vol. 5, no 4,‎ , p. 203–209 (ISSN 1558-7878, DOI 10.1016/j.jveb.2010.04.003, lire en ligne Accès payant [PDF], consulté le )

Références audio