Prix Montyon

Le prix Montyon est un ensemble de prix créés à l'initiative de Jean-Baptiste Auget de Montyon et décernés par l'Académie française et par l'Académie des sciences.

Histoire

Jean-Baptiste de Montyon avait fondé trois prix, tous trois appelés prix Montyon. Les deux premiers sont décernés par l'Académie française : le premier sous la dénomination de prix de vertu, était remis à des personnes méritantes, le second, prix pour l'ouvrage littéraire le plus utile aux mœurs, fut remis pour la première fois en 1782. Le troisième est un prix scientifique remis par l'Académie des sciences.

Le prix de Vertu a été maintes fois mentionné par Balzac dans ses romans et vivement critiqué par divers auteurs tels que Remy de Gourmont ou Charles Baudelaire en raison de l'aspect ostentatoire de la charité qu'il récompense. Baudelaire a également désapprouvé les prix attribués à ceux qui font une littérature à base de bons sentiments. Il est également critiqué par Octave Mirbeau[1].

En 1976, le nouveau prix Montyon de littérature et de philosophie est constitué par regroupement des prix et des fondations Montyon, Louis Boudenoot, Capuran, Constant Dauguet, Dodo, Juteau-Duvigneaux, Fabien, Furtado, Marcellin Guérin, Halphen, de Jouy, Lafontaine, Louis P. Miller, Nicolas Missarel, Hélène Porgès, Saint-Cricq, Sobrier-Arnould, Paul Teissoniere et Maurice Trubert. Comme auparavant, il est destiné « aux auteurs français d’ouvrages les plus utiles aux mœurs, et recommandables par un caractère d’élévation et d’utilité morale »

Lauréats du prix de vertu

  • - Françoise Legros, pour son rôle dans la libération de Latude
  • - Jean Guénisset, le modèle des bons serviteurs
  • - Pierre-Alexandre Philipault, (Rennes)
  • - Antoinette Louis, l'apprentie reconnaissante
  • - Dacheux, grand dévouement, (Dieppe)
  • - Roch Martin
  • - Mademoiselle Détrimont
  • - Joseph Taine, le bon gendarme
  • - Louise Scheppler, la servante du pasteur Oberlin, la véritable fondatrice des salles d'asile en France
  • - Reine Baubis, veuve Bordier, la mère adoptive
  • - Les époux Bachelard
  • - Philippe Barré, distingué pour ses multiples sauvetages[2]
  • - Henriette Carden
  • - Louise Nallard
  • - Marguerite Favret, veuve Meyer
  • - Eustache, dit Belin, nègre de Saint-Domingue
  • - Julie Bagot (Saint-Brieuc)
  • - Pierre-Thomas-Laurent Paillette, limonadier à La Villette (Saint-Denis)
  • - La veuve Vignon
  • - Suzanne Guiraud, l'ange des prisons
  • - Mademoiselle Berteau
  • 1834 - Louis Pierre Jacques dit Cator DELPIERRE, Maître de bateau de pêche, Capitaine de corsaire, à 23 ans il commande le RANCUNIER, il prend l'OLYMPIA, cutter armé de la marine de guerre Britannique. Proposition de la Légion d'honneur en 1811 par Napoléon Ier, échangé contre la liberté de son père et Pilote-Lamaneur, a effectué de nombreux sauvetages. Décoré de la Légion d'honneur en 1832 par Joseph SANSOT, colonel de la Grande Nationale à Boulogne-sur-Mer
  • - Narcisse Daroux, le grenadier de la vieille garde
  • - Sauquet-Javelot, le bon jardinier
  • - Les trois frères Conté
  • - Joseph-Nicolas Plège (1808-1848), le funambule bienfaisant
  • - Laurent Queter, (Douai)
  • - Louis-René Ménard, (Rennes)
  • - Jeanne Parrelle, dévouement filial
  • - Anne Langlade, dite Agnoutine
  • - François Burgot, le militaire en retraite
  • - L'adjudant Martinel
  • - Le mousse Perret
  • - Pierre Guillot
  • - Alexandre Martin
  • - La famille Grosso, (près de Dieppe)
  • - François Poyer, (Douai)
  • - Joseph Ignace, dit Naxi
  • - Françoise Olivier, la bonne fileuse
  • - Matthieu, dit Boisdoux, le batelier de Montereau
  • - Madeleine Fort, sœur de la charité
  • - Jacques Sorbier, le garçon limonadier
  • - Gabriel Bininger, officier de cavalerie
  • - Jeanne Jugan, fondatrice des Petites Sœurs des pauvres
  • - Frédéric Sion, sauveteur dunkerquois]
  • - Joseph Looten, Eclusier plus de 100 personnes sauvées
  • - Paul Dunez, esclave guyanais
  • 1855- Germain Marie-Anne Joséphine
  • - John Bost, pasteur protestant, fondateur des asiles de La Force
  • - Euphrasie Coursault, lingère à Ligueil (Indre-et-Loire)
  • - Pierre Guary, facteur rural à Martel (Lot)
  • 1878 - Abbé Louis Roussel, directeur de l'Orphelinat d'Auteuil[3].
  • 1884 - Charles Pierre Lavie[4] Pilote et sauveteur dunkerquois
  • - Jean-Baptiste Jupille, jeune berger atteint de la rage
  • - Jean Delannoy, pilote et sauveteur de Calais
  • 1889 - Pierre Éliopole Crouzillat (1835-1910), 1er Sauveteur de France, Décoré de la Légion d'honneur en 1882, patron du canot de sauvetage des Sables-d'Olonne (Vendée), 41 années de sauvetage, 60 interventions, 208 personnes secourues
  • - Esprit Le Mat, sauveteur en mer
  • - Paulin Enfert, fondateur des « Œuvres de La Mie de pain »
  • - Abbé Jean Lanusse, aumônier militaire
  • - Charles Gossin, patron du canot de sauvetage en mer de Dunkerque 114 personnes sauvées
  • - Adélaïde Obéline TORDEUX assistante de vie de Philomène Malesset, organiste aveugle à Brienon-sur-Armançon (Yonne)
  • 1901 - Anna Delouf, pour avoir élevé ses 11 frères et sœurs après le décès de sa mère
  • 1904 - Irma Mousselet
  • - Barbe Schnée
  • - Catherine Pelletier, couturière à Cuiseaux (Saône et Loire)
  • - Paulin Enfert, fondateur des « Œuvres de La Mie de pain »
  • - Jeanne Redon jeune pêcheuse bretonne
  • 1930- Ange Le Pape
  • - Armand Megglé
  • - Dame Mentaz-Berton (Angèle)
  • - Emma Soussial
  • - Jeunesse ouvrière chrétienne pour le service jociste d'aide aux jeunes chômeurs

Lauréats du prix littéraire

Lauréats du prix scientifique

Lauréats des anciens prix avant la fusion de 1976

Prix Maurice Trubert

Le prix Maurice Trubert est un prix littéraire français biennal, fondé en 1921 par Maurice Trubert (1857-1922), secrétaire de consulat, peintre, poète et musicien, décerné par l'Académie française.

Le prix Maurice Trubert a été décerné jusqu'en 1982 puis regroupé, ainsi qu'une vingtaine d'autres prix, avec les prix et fondations Montyon. Il est attribué selon la définition originelle du prix Montyon « aux auteurs français d’ouvrages les plus utiles aux mœurs, et recommandables par un caractère d’élévation et d’utilité morales ».

Lauréats du prix Maurice Trubert

Notes et références

  1. Octave Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre, Gallimard, (ISBN 978-2-07-037536-3), p. 506. Annotation de Noël Arnaud.
  2. Cf. Joseph-Marie de Gérando et Benjamin-Jules-Paul Delessert, Les Bons Exemples: Nouvelle morale en action, Paris, Didier & Cie, , 440 p.
  3. « Un prix Monthyon - L'abbé Roussel », Le Figaro, no 214,‎ (lire en ligne)
  4. « Les sauveteurs du dunkerquois », sur sauveteurdudunkerquois.fr (consulté le 31 août 2019)
  5. « Émile Belot », sur Académie française (consulté le 13 octobre 2018).
  6. « Henriette de WITT-GUIZOT », sur Académie française
  7. a et b Site officiel de l'Académie française
  8. Site officiel de l'Académie française
  9. Site officiel de l'Académie française
  10. D'après Francis Marcoin, « L'effet Montyon. », Romantisme, no 93. Arts et institutions,‎ , p. 65-82. (DOI https://doi.org/10.3406/roman.1996.3127, www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1996_num_26_93_3127http://www.academie-francaise.fr)
  11. Site officiel de l'Académie française
  12. Site officiel de l'Académie française
  13. Site officiel de l'Académie française
  14. a et b « Claire Julie Pascalis de Nanteuil », sur Académie française.
  15. « Henriette de WITT-GUIZOT », sur Académie française
  16. Site officiel de l'Académie française
  17. « Henriette de WITT-GUIZOT », sur Académie française
  18. Site officiel de l'Académie française
  19. Site officiel de l'Académie française
  20. D'après la notice de l'Académie française
  21. Site officiel de l'Académie française
  22. « Marie-Paule Salonne », Académie française (consulté le 25 décembre 2016).
  23. « Germaine MORNAND | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 28 juin 2015)
  24. D'après la notice de l'Académie française
  25. Site officiel de l'Académie française
  26. Site officiel de l'Académie française
  27. D'après la notice de l'Académie française
  28. D’après « Les grands prix de l'Académie », Le Monde, no 27 novembre,‎
  29. D'après (de) N. Egli, « Der ‘Prix Montyon de physiologie expérimentale’ im 19 Jahrhundert », Juris (Zürcher Medizinhistorische Abhandlungen, Zürich, série nouvelle série, no 72,‎ .
  30. a et b Polybiblion ; revue bibliographique universelle, volumes 9-10
  31. Françoise Huguet, Les professeurs de la faculté de médecine de Paris, dictionnaire biographique 1794-1939, INRP - CNRS, (ISBN 2-222-04527-4), p. 85.
  32. Revue de la Société d'Entraide des Membres de la Légion d'Honneur, N. 107, mai 1990, p. 16-18
  33. Louis Figuier, L'Année scientifique et industrielle, Librairie de L. Hachette et Cie (Paris), 1878 disponible sur Gallica
  34. Pierre Gauja, « Les fondations de l'Acadadémie des Sciences », (consulté le 30 juillet 2013)
  35. D'après « Prix décernés », L'Enseignement Mathématique, 13e série, no 1,‎ (lire en ligne), sur http://www.e-periodica.ch
  36. D'après Christian Topalov, « Maurice Halbwachs and Chicago Sociologists », Revue française de sociologie, Presses de Sciences Po, vol. 49, no 5,‎ , p. 187-214 (ISBN 978-2-7080-1209-7, OCLC 5796301624, lire en ligne)
  37. « Jacques DELAMAIN | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 26 septembre 2016)
  38. D'après la notice de l'Académie de Roumanie
  39. D'après anonyme, « Prix décernés », L'Enseignement Mathématique, 34e série, no 1,‎
  40. [PDF]Journal du Valais et de Sion - 31 décembre 1947, sur le site doc.rero.ch, consulté le 10 novembre 2014
  41. Cf. Maurice Marois : De quel poids pèse l'aventure d'un passant ?
  42. Borel, Ém., « Prix Montyon », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, vol. 239,‎ , p. 1736 (lire en ligne)
  43. D'après Notice sur The Catholic University of America
  44. Laccasagne, A., « Prix Montyon », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, vol. 241,‎ , p. 1657 (lire en ligne)
  45. Maurain, Ch., « Prix Montyon », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, vol. 241,‎ , p. 1657 (lire en ligne)
  46. a b c et d D'après la notice de l'Académie des sciences
  47. D'après Dominique MEYER
  48. « La vie des sciences », sur Gallica
  49. a b et c Cf. « Prix Montyon: biologie intégrative », sur Académie des sciences.

Voir aussi

Bibliographie

  • Maurice Barrès, « Discours à la remise des prix de la vertu de l'Académie française », dans Le Temps, 22 novembre 1907, p. 1 (lire en ligne)
  • Frédéric Lock, Justin Couly, Les Prix de Vertu, fondés par M. de Montyon : discours prononcés à l'Académie française, Garnier frères éditeurs, Paris, 1858, 1re partie, 1819-1838, (lire en ligne)
  • Frédéric Lock, Justin Couly, Les Prix de Vertu, fondés par M. de Montyon : discours prononcés à l'Académie française, Garnier frères , Paris, 1858, 2e partie, 1839-1856, (lire en ligne)
  • François Morvan, Le prix de vertu : Deux siècles d'éloges à l'Académie française (1822-2003), vol. 11, Paris, Klincksieck, coll. « Cadratin », , 296 p. (ISBN 9782252035887)

Liens externes

  • Portrait du baron de Montyon
  • Prix Montyon sur l'Académie française
  • Prix de Vertu fondés par M. de Montyon