Jacques d'Arnoux

Jacques d'Arnoux
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 84 ans)
Les Arcs
Nom de naissance
Jacques Louis Arnoux
Nationalité
Activités
Militaire, écrivain, pilote, essayiste
Autres informations
Conflit

Jacques d'Arnoux, né à Seignelay (Yonne) le et décédé le aux Arcs (Var) est un militaire, aviateur, écrivain et essayiste français.

Biographie

Né d'un père, Charles, lieutenant au 24e RI à Rouen et de Marthe Marie Sautumier. Au moment de la déclaration de la Première Guerre mondiale, en 1914, âgé de dix-huit ans, Jacques d'Arnoux s'engage dans un régiment de cuirassiers, puis demande à être intégré dans l'infanterie et rejoint le régiment que commande son père, le 116e régiment d'infanterie. Promu aspirant, il commande une section de la 1re compagnie lors de l'attaque de son unité sur Tahure, petit village de la Marne.

Le , il est grièvement blessé d'une balle à la cuisse et parvient à gagner seul le poste de secours. Après son évacuation, il échappe à l'amputation et réapprend à marcher. Âgé de vingt ans, il retourne au front comme sous-lieutenant à la 5e compagnie du 62e RI. En , le lieutenant d'Arnoux passe dans l'aviation comme officier observateur.

Le jeudi , il monte à bord d'un Sopwith piloté par l'adjudant Carré. Ils ont pour mission d'intercepter un avion allemand dont les reconnaissances fréquentes gênent l'armée française. Jacques d'Arnoux raconte[1]: « Voici le Chemin des Dames, le chemin maudit qui s'allonge sur sa crête chauve et décharnée. Nous montons légèrement: le fort de la Malmaison s'élève dans un halo... Fantôme-As ! Fantôme-As ! C'est lui. Je l'ai vu ! Il évolue au-dessous, mitraille, virevolte et lance ses fusées. Sans l'inclinaison des ailes dans les renversements, on croirait qu'il roule au sol. Nous piquons sur lui, et dans un virage j'attaque ... Dès les premières balles, il se dérobe et s'enfuit à tire-d'aile vers le nord... C'est un traquenard. [...] Soudain, deux avions couplés débouchent de l'ombre et fondent dur nous comme deux condors... " Les croix noires ! Les croix noires ! " Je fais volte-face, les mitrailleuses sont braquées sur les assaillants et, à genoux sur ma banquette, je tire farouchement. Les rapaces grossissent, grossissent et arrivent dans le sillage de l'appareil. » L'adjudant Carré est tué par une rafale, l'avion s'écrase entre les lignes françaises et allemandes. Jacques d'Arnoux sort de son évanouissement, il est incapable de se traîner et gît dans une mare d'essence échappée du réservoir de l'avion. Les Allemands le mitraillent, mais des zouaves du 4e Régiment mixte de l'armée française ont été envoyés en patrouille. Ils lui demandent de se traîner jusqu'à eux, mais il en est incapable : ses membres inférieurs sont paralysés, on diagnostiquera plus tard une fracture de la colonne vertébrale et une lésion de la moelle épinière. À la tombée de la nuit, il voit apparaître trois soldats allemands qui l'épargnent. S'ensuit alors un nouveau bombardement du site de l'avion par l'aviation allemande. Il est enfin secouru par une patrouille de 8 zouaves, vingt-quatre heures après l'accident.

Durant les 5 années qui suivent, il séjournera d'hôpital en hôpital pour effectuer sa rééducation. À force de volonté, il reprend non seulement des forces, mais il va parvenir à remarcher.

Le , il épouse Hélène Varenne-Caillard.

À l'issue de la cérémonie des obsèques, célébrée en l’Église des Arcs le , les honneurs militaires sont rendus à ce Grand officier de la Légion d'Honneur, médaillé et Croix de Guerre avec Palmes.

Bibliographie

  • Paroles d'un revenant, préfacé par Henry Bordeaux, Librairie Plon, 1923, plusieurs réimpressions, puis Téqui, 1977, 232 pages (ISBN 2-85244-271-X)
  • Les sept colonnes de l'héroïsme, Plon, 1938, puis Éditions de Chiré : 1982 (560 pages), puis 2011 (480 pages) (ISBN 9782851901651)
  • L'heure des héros, Bayaert, 1946 et 1949, puis éditions Résiac, 1981, 246 pages
  • Nouvelles paroles d'un revenant (Justice pour Dieu), Nouvelles Éditions Latines, 1965, puis 1983
  • Les soifs de l'homme, préfacé par Michel de Saint Pierre, Éditions de Chiré, 1978, 207 pages (ISBN 9782851900333)

Dans la revue Lecture et Tradition

  • Interview de Jacques d´Arnoux - Des Soifs de l´Homme aux sources de l´Espérance, par R. Martel - Les Soifs de l´Homme de J. d´Arnoux (par Michel de Saint Pierre) - Paroles d´un Revenant de J. d´Arnoux (par Jean-Paul Roudeau) - Nouvelles Paroles d´un Revenant de J. d´Arnoux (par Flore Lantana), in no 71 (juin-)
  • no 83 (juin-) : numéro spécial Jacques d´Arnoux (48 pages)
  • Grands exemples: Jacques d’Arnoux et Robert Brasillach (par Willy-Paul Romain), in no 103 (septembre-)
  • Jacques d’Arnoux (par Jean Auguy) - Message de Jacques d’Arnoux, in no 116 (novembre-)
  • no 157-158 (mars-) : Il y a 10 ans, Jacques d´Arnoux

Dans les Cahiers de Chiré

  • Adieu à Jacques d’Arnoux (par Miles), in Cahier no 6 (année 1991)
  • Jacques d’Arnoux, la volonté, l’héroïsme et la foi (par Jean Mabire), in Cahier no 15 (année 2000)

Notes et références

  1. Paroles d'un revenant, p. 110 et suiv.

Liens externes