Ruth Elkrief

Ruth Elkrief
Défaut-Journaliste(s).png
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Fonctions
Coprésentatrice du Grand Jury sur RTL (2003-2005)
Présentatrice du 19h Ruth Elkrief sur BFM TV (2005-2020)
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Conjoint
Parentèle
Chalom Messas (grand-oncle)
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Ruth Elkrief, née le à Meknès (Maroc), est une journaliste franco-marocaine travaillant principalement en télévision. Elle exerce sur la chaîne d'information en continu BFM TV de 2005 à 2021 et LCI à compter de 2021.

Biographie

Famille et origines

Ruth Elkrief est née le [1] à Meknès (Maroc)[2]. Elle est la fille de Joseph Elkrief (1926-2009)[3], directeur d'agence de vente d'automobiles et de Marie-Louise Rouach, professeur de français[4]. Chalom Messas, un de ses grands-oncles, a été grand rabbin du Maroc puis de Jérusalem[5]. Originaire du Maroc, la famille Elkrief s'installe en France à Saint-Cloud lorsque Ruth a 14 ans[6], en 1974[4],[5].

En avril 1976, Ruth, alors âgée de 15 ans, ainsi que tous les membres de la famille sont naturalisés français[7].

Ruth Elkrief est mariée au chef d'entreprise Claude Czechowski, avec qui elle a deux filles[3],[5].

Formation et débuts professionnels

Elle entre en en année préparatoire à l'Institut d'études politiques de Paris. Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1981, section Politique Economique et Sociale),elle y continue ses études et obtient aussi un DEA en études politiques en 1983[8]. Elle est diplômée du Centre de formation des journalistes (promotion 1984)[1],[4]. Elle fait ses premières apparitions à la télévision en 1984 comme journaliste à France 3 Franche-Comté[9]. Ruth Elkrief acquiert ensuite une première expérience en presse écrite, au quotidien Le Matin de Paris[10], de 1985 à 1987. Elle est recrutée à TF1 en 1987 par Michèle Cotta, qu'elle considère comme sa « marraine de télévision »[4]. En 1990, elle devient la correspondante de la première chaîne à Washington, D.C. (où elle gagne en notoriété, couvrant la guerre du Golfe[4]), avant d’être nommée chef du service politique et de présenter le journal de 23 heures le week-end (1991-1992) réalisé par Richard Guillon et François Lopez. En 1994, elle participe à la création de la première chaîne d’information en continu LCI (filiale de TF1)[4], où elle présente Le grand Journal, aux côtés de David Pujadas, puis une interview quotidienne entre 19 h et 20 h. En , elle lance sur TF1 19h dimanche, une émission qui propose des reportages et une interview d’une personnalité. Elle reprend ainsi la tranche de Public, présentée par Michel Field, qui n'était pas parvenu à faire oublier le Sept sur sept d’Anne Sinclair. Mais en , son magazine est un échec en termes d'audiences[4] et il est remplacé par Sept à huit de Laurence Ferrari et Thomas Hugues.

En 2001, elle rejoint RTL pour réaliser l'interview politique du matin (du lundi au vendredi à 7 h 50) puis coprésente entre 2003 et 2005 Le Grand Jury RTL-Le Monde-LCI.

BFM TV

En , elle participe au lancement de la chaîne d’information en continu BFM TV[4]. Elle présente le tout premier journal le à 18 h en interviewant en direct Dominique Baudis, président du CSA. Elle présente ensuite du lundi au vendredi à 18 h et à 19 h deux journaux de 30 minutes chacun.

En , Ruth Elkrief lance également la version 2 de la chaîne (nouveaux décors, nouvel habillage et suppression du tout-image en semaine) et anime la tranche de 18 h à 20 h du lundi au vendredi. De jusqu'à fin 2007, elle coprésente chaque jeudi, avec Hedwige Chevrillon de BFM, Le Duo BFM, la première émission commune à la radio d’informations économiques BFM et BFM TV (qui appartiennent toutes les deux au groupe NextRadioTV), dans laquelle les deux journalistes interviewent une personnalité politique.

À partir de , Ruth Elkrief anime simplement la case du 19 h - 20 h du lundi au vendredi (Nathalie Lévy reprenant le 18 h - 19 h) avec un magazine sur l'élection présidentielle française de 2007, Élysée 2007, où elle arbitre notamment un débat entre deux acteurs politiques. En , la case devient 19h Ruth Elkrief, un grand journal télévisé. De à , elle coprésente, avec Hedwige Chevrillon et Olivier Mazerolle, La Tribune BFM le dimanche de 18 h à 19 h.

À partir de , elle présente, en compagnie de Stéphanie de Muru et Gilane Barret pour les journaux, la nouvelle édition de la mi-journée Midi Ruth Elkrief, du lundi au vendredi de 12 h à 14 h.

En , après deux saisons à la mi-journée, Ruth Elkrief retrouve la tranche de 19 h à 20 h du lundi au vendredi, pour une émission de débats à nouveau intitulée 19h Ruth Elkrief. Le Figaro estime qu'elle a fait de cette tranche horaire stratégique « l'un des lieux incontournables du débat politique et intellectuel » de la télévision française[4]. En 2012, elle joue son propre rôle dans Aux yeux de tous, réalisé par Arnaud Duprey et Cédric Jimenez[11].

Elle a également présenté Vendredi Ruth Elkrief de 2016 à 2018, le vendredi de 19 h à 20 h (rediffusée le même jour de 21 h à 22 h) sur BFM TV. Elle est envoyée à Molenbeek-Saint-Jean pour l'arrestation de Salah Abdeslam, le , ou encore à Londres, lors des résultats du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, le de la même année[4].

À la rentrée 2020, elle ne présentera plus son émission 19h Ruth Elkrief et mènera désormais une grande interview intitulée Ruth Elkrief, le rendez-vous et diffusée chaque samedi à 13 h[12].

Après une absence à l'antenne depuis la rentrée de janvier 2021, elle annonce en février son départ de la chaîne après 15 ans de présentation.[13]

Élection présidentielle de 2017

Le , elle anime avec Laurence Ferrari, le second débat de la primaire présidentielle des Républicains, opposant les sept candidats, diffusé sur BFM TV et I-Télé[14]. Le , elle anime avec Laurence Ferrari et Laurent Neumann, le second débat de la primaire présidentielle de la Belle Alliance Populaire, opposant les sept candidats, diffusé sur BFM TV et I-Télé[15].

Le , elle anime, avec Laurence Ferrari, un débat opposant les onze candidats à l'élection présidentielle, diffusé sur BFM TV et CNews ainsi que sur RMC, Dailymotion[16] et YouTube. C'est la première fois dans une élection présidentielle en France qu'un débat télévisé rassemble l'ensemble des candidats.

Son traitement de l'affaire Fillon suscite de nombreuses réactions. Notamment, elle s'interroge sur cette exigence « très forte et un peu totalitaire de transparence » et demande à Louis-Marie Horeau, directeur du Canard enchainé s'il a « l’intention de feuilletonner longtemps ce poison lent qui influe sur l’élection ? »[17],[18]. Elle indique également être « solidaire » de Penelope Fillon, estimant qu' « elle n'a pas demandé à se retrouver au milieu de cette tempête et [qu'] elle est assez bouleversée ». Elle indique plus tard regretter ce terme de « solidaire », après que celle-ci a été mise en examen pour « complicité et recel de détournement de fonds publics »[19].

LCI

Un temps attendue à la tête de la chaîne Public Sénat, Fabien Namias, directeur général adjoint de la chaîne d'info en continue du groupe TF1, annonce le 31 mars 2021 que Ruth Elkrief "va faire son grand retour sur LCI"[20],[21].

Dès le mois de mai, elle est présente pour l'actualité autour de la pandémie de Covid-19, puis lance sa quotidienne Ruth Elkrief 2022 dès le mois d'août du lundi au jeudi de 20h à 22h.

Elle fait partie du dispositif de la chaîne pour la présidentielle. Elle présente notamment :

Distinctions

Notes et références

  1. a et b « Ruth Elkrief », sur Acrimed.org (consulté le ).
  2. « Ruth Elkrief » [archive du 24 février 2011], sur Planetleaders.fr, (consulté le ).
  3. a et b « Ruth Elkrief : elle a perdu son papa... », sur purepeople.com, (consulté le ) : « Dans une interview donnée à Marie-Claire en 99, elle déclarait : "Mon père était directeur d'agence de vente d'automobiles. Il lisait le Monde tous les jours. Il adorait l'histoire, la politique, le monde extérieur et il me racontait la deuxième Guerre mondiale, la IVe République, la France. Nous étions au Maroc dans les années 1960. Il nous faisait rêver. [...] Le journalisme, c'était l'envie de voyager, le désir d'avoir une vie intense, de vivre des choses passionnantes". La mère de Ruth, Marie-Louise, son frère et sa sœur, Guy et Danielle, Ruth, bien sûr, accompagnée de son mari Claude Czechovski et de leurs deux filles Deborah-Lou et Clea, accompagneront Joseph en sa dernière demeure cet après-midi, au cimetière parisien de Pantin. ».
  4. a b c d e f g h i et j Alyette Debray-Mauduy, « Ruth Elkrief, pionnière de l'info en continu » Accès limité, sur Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », (consulté le ), p. 37.
  5. a b et c « Ruth Elkrief : biographie », sur Gala.fr, (consulté le )
  6. Tribune Juive, 7 janvier 1993.
  7. Décret de naturalisation du 2 avril 1976 publié au Journal Officiel du 13 avril 1976. Voir en ligne : Journal officiel de la République française. Lois et décrets. Numéro complémentaire n° 0036 du 13/04/1976, p.24
  8. Alumni Sciences Po, « l'Association des Sciences-Po - Fiche profil », sur www.sciences-po.asso.fr (consulté le ).
  9. « Quotidien, deuxième partie du 1 avril 2021 avec Ruth Elkrief » [vidéo], sur tf1.fr, (consulté le )
  10. « Remise des insignes de chevalier dans l’Ordre national de la légion d’honneur à Ruth Elkrief ».
  11. « Aux yeux de tous de Cédric Jimenez, Arnaud Duprey - (2012) - Film - Thriller » (consulté le )
  12. « Ruth Elkrief : pourquoi elle arrête les quotidiennes sur BFMTV », sur www.telestar.fr (consulté le )
  13. « Ruth Elkrief quitte BFMTV », sur ozap.com (consulté le )
  14. « Primaire de la droite : les contours du deuxième débat se précisent », sur tempsreel.nouvelobs.com/, Le Nouvel Observateur, (consulté le ).
  15. « Dates, chaînes… le programme des débats télé de la primaire à gauche », sur www.marianne.net, Marianne, (consulté le ).
  16. « Ruth Elkrief (BFMTV) et Laurence Ferrari (CNews) animeront le débat pour la présidentielle du 4 avril », sur www.offremedia.com, .
  17. « Qui est vraiment Ruth Elkrief, l'éditorialiste de BFM sous le feu des critiques ? », sur www.lesinrocks.com, .
  18. « Penelope Gate : “La pire accusatrice dans cette affaire, c’est Mme Fillon elle-même”, Louis-Marie Horeau », sur www.bfmtv.com, .
  19. « "Solidarité" avec Penelope Fillon : Elkrief regrette. », sur www.arretsurimages.net,
  20. « Ruth Elkrief arrive prochainement sur LCI », sur LEFIGARO (consulté le )
  21. « Médias : la journaliste Ruth Elkrief rejoint LCI », sur LCI (consulté le )
  22. « Décret du 11 juillet 2008 », sur Journal officiel de la République française, .

Liens externes