Cavo

le Cavo
(u Cavu, ruisseau de Sainte-Lucie, ruisseau de Finicione)
Illustration
Vue du cours du Cavo en moyenne vallée, en amont de Tagliu Rossu.
Carte.
Canton de Bavella dans l'arrondissement de Sartène
rivière u Cavu sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 21,9 km [1]
Bassin 48,9 km2 [2]
Bassin collecteur le Cavo
Débit moyen 1,18 m3/s (Zonza) [2]
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire Comité de bassin de Corse[3]
Régime pluvial méridional
Cours
Source à 1 km au nord-est du Puntacci (1 221 m)
· Localisation Zonza
· Altitude 950 m
· Coordonnées 41° 43′ 24″ N, 9° 15′ 16″ E
Embouchure la mer Tyrrhénienne
· Localisation Zonza
· Altitude m
· Coordonnées 41° 42′ 01″ N, 9° 24′ 01″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche 6 ruisseaux dont les Mela et Pianiccia
· Rive droite 4 ruisseaux dont le Casavecchia
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Canton Bavella
Régions traversées Corse
Principales localités Zonza

Sources : SANDRE:« Y9700520 », Géoportail, Banque Hydro, OpenStreetMap

Le Cavo est un petit fleuve côtier français qui coule dans le département de la Corse-du-Sud en région Corse et se jette dans la mer Tyrrhénienne, donc dans la mer Méditerranée.

Géographie

La longueur de son cours est de 21,9 km[1]. Dans sa partie haute, pour l'Institut national de l'information géographique et forestière, le Cavo s'appelle le ruisseau de Sainte-Lucie, puis le ruisseau de Finicione.

Il prend sa source à 1 km au nord-est du Puntacci (1 221 m), à 950 m d'altitude, dans la forêt territoriale de l'Ospedale, sur la commune de Zonza[4].

Il coule globalement de l'ouest vers l'est. L'embouchure sur la mer Tyrrhénienne se situe sur la commune (source) de Zonza, entre la plage de Ovu Santu et le hameau et lieu-dit Olmucciu[4]. Les fleuves côtiers voisins sont au nord la Solenzara et au sud l'Oso.

Rose des vents la Solenzara Aléria Rose des vents
les aiguilles de Bavella
le Puntacci (1 221 m)
N la mer Tyrrhénienne
O    le Cavo    E
S
l'Oso Porto-Vecchio

Communes et cantons traversés

Entièrement dans le département de la Corse-du-Sud, le Cavo traverse les deux communes[1],dans deux anciens cantons, dans le sens amont vers aval, de Zonza et jouxte Conca.

Soit en termes de cantons, le Cavo prend sa source et conflue sur l'ancien canton de Levie, et jouxte l'ancien canton de Porto-Vecchio, maintenant dans le seul canton de Bavella, dans l'arrondissement de Sartène.

Bassin versant

Le bassin hydrologique « Côtiers de la rivière de Conca incluse au Cavu inclus » fait 92 km2[1],[note 1].

Organisme gestionnaire

L'organisme gestionnaire est le Comité de bassin de Corse[3], depuis la loi corse du .

Affluents

Le Cavo a dix ruisseaux affluents contributeurs référencés[1] :

  • le ruisseau de Valdu (rg[note 2]), 2,1 km, entièrement sur la commune de Zonza.
  • ----- le ruisseau de Cervu (rd), 1,6 km, entièrement sur Zonza.
  • le ruisseau de Mela puis s'appelant ruisseau de Carciara (rg) 6,9 km, venant des aiguilles de Bavella, sur Zonza et Conca et cinq affluents :
    • le ruisseau de Velaco (rd) 1,4 km sur la seule commune de Conca.
    • le ruisseau de Frassiccia (rd) 2,6 km sur la seule commune de Conca.
    • le ruisseau de Cervi (rg) 1,3 km sur la seule commune de Conca.
    • le ruisseau de Peralzone (rg) 2,2 km sur la seule commune de Conca, avec un affluent :
    • le ruisseau de Peru (rg) 1,7 km sur la seule commune de Conca.
  • le ruisseau de Niffru (rg), 3,3 km, sur Zonza et Conca.
  • le ruisseau de Radichella (rg), 1,8 km, sur Zonza et Conca.
  • le ruisseau de Piscia Cava (rg), 2,6 km, sur Zonza et Conca.
  • ----- le ruisseau de Ranella (rd), 1,9 km, entièrement sur Zonza.
  • ----- le ruisseau de Prune (rd) 1,8 km, et un affluent, entièrement sur Zonza avec un affluent :
    • le ruisseau de Scarpi (rg) 1,6 km sur la seule commune de Zonza.
  • ----- le ruisseau de Casavecchia (rd), 4,8 km, sur Lecci et Zonza qui conflue au niveau du hameau de Sainte-Lucie de Porto-Vecchio.
  • le ruisseau de Pianiccia (rg), 4,3 km, entièrement sur Zonza.

Rang de Strahler

Le rang de Strahler est donc de quatre par le ruisseau de Mela, le ruisseau de Peralzone et le ruisseau de Monte Sordu.

Hydrologie

Le Cavo à Zonza (Tagliu Rossu)

Selon la station de Tagliu Rossu[2], à Zonza, le bassin versant fait 48,9 km2 et le module est de 1,18 m3/s.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y9705220 - Le Cavo à Zonza (Tagliu Rossu)[2] 
(données calculées sur 22 ans - de 1968 à 1989)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux

Crues

Le QIX 10 est de 100 m3/s et le QIX 20 est de 120 m3/s[2].

Les maximums enregistrés à la station pendant les vingt-deux ans de 1968 à 1989 ont été de 200 m3/s pour le débit instantané maximal le et de 67,4 m3/s de débit journalier maximal le .


La hauteur maximale instantanée a été le de 483 cm ou 4,83 m[2].


Crues historiques

Le , la brusque montée des eaux du Cavo, qui vit son débit multiplié par dix en l’espace d’une demi-heure, dévala la pente sur une largeur de 100 mètres, entraînant rochers, arbres, poteaux téléphoniques et inondant toutes les habitations situées sur les berges, de Taglio Rosso à Sainte-Lucie de Porto-Vecchio qui se trouva isolée du reste de l’île.

Cette inondation causée par un cumul de pluies exceptionnel sur tout le massif de l'Incudine / Bavella s'est produite en même temps sur tous les torrents de la région. Des coulées de boues se produisirent dans presque tout l'arrondissement de Sartène, tant du côté de Propriano que du côté de Porto-Vecchio et, au nord du Cavo, la crue la Solenzara, qui a son embouchure dans la commune du même nom, créa également d'importants dégâts.

Lame d'eau et débit spécifique

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 766 millimètres annuellement, ce qui est plus du double de la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 24,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie

Le torrent Cavo

Le Cavo passe au milieu de la forêt territoriale de l'Ospedale et juste au sud du hameau de Conca et du massif d'Albarellu, dans le parc naturel régional de Corse.

Danger sanitaire

Le Haut Conseil de la Santé Publique a signalé le que le parasite Schistosoma haematobium avait été repéré dans la rivière Cavo, et que plusieurs cas (118 personnes) de bilharziose urogénitale avaient été diagnostiqués. Par conséquent, la baignade au sein de cette rivière a été provisoirement interdite, et les personnes qui ont été exposées à l'eau de cette rivière entre 2011 et 2013 ont été invitées à se faire dépister[5]. Durant l'été 2015, la baignade a été à nouveau autorisée après prélèvements et contrôles effectués par les autorités sanitaires. En 2016, 2 nouveaux cas ont été recensés sur des personnes s'étant baignées le même jour de 2015, au même endroit[6]. En 2017, l'hôte a été identifié : un bulin endémique des rivières Corses et la souche de bilharziose est originaire du nord du Sénégal[7].

Diagnostiqué en 2020, un touriste allemand a été probablement contaminé en 2019 lors d'une baignade dans un cours d'eau voisin (Solenzara)[8].

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Faustine Minighetti, « Un bulin sous haute surveillance dans la vallée du Cavu », Corse-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020). 

Voir aussi

Circle-icons-globe.svg

Les coordonnées de cet article :

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Le SANDRE 2020 n'affiche plus les superficies des zones hydrographiques, ni les répartitions par type de territoires.
  2. Abréviations : rd pour rive droite et rg pour rive gauche.

Références

  1. a b c d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - rivière u cavu (Y9700520) » (consulté le 16 novembre 2008).
  2. a b c d e f et g Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - le Cavo à Zonza (Tagliu Rossu) (Y9705220) » (consulté le 8 juin 2011).
  3. a et b « Le Comité de bassin de Corse », sur www.eaurmc.fr (consulté le 11 février 2017).
  4. a et b Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 10 juillet 2010).
  5. « Ministère des Solidarités et de la Santé - », sur Ministère des Solidarités et de la Santé (consulté le 30 octobre 2020).
  6. Guillaume Mollaret, « Comment la bilharziose, maladie tropicale, s'est invitée en Corse », sur lefigaro.fr, (consulté le 30 octobre 2020).
  7. Faustine Minighetti 2017.
  8. Jacques Morvan, « Bilharziose autochtone en Corse : un cas possiblement lié au fleuve Solenzara chez un touriste allemand », sur www.mesvaccins.net, (consulté le 22 janvier 2021).