Rima Hassan

Rima Hassan
ريما حسان

Rima Hassan en 2024.
Fonctions
Députée européenne
En attente d’investiture –
Élection 9 juin 2024
Circonscription France
Législature 10e
Groupe politique GUE/NGL
Biographie
Date de naissance (32 ans)
Lieu de naissance Camp de Neirab (Syrie)
Nationalité Palestinienne
Française (depuis 2010)
Parti politique LFI (depuis 2023)
Diplômé de Lycée de la Venise Verte de Niort
Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne
Université de Montpellier
Université d’Évry - Paris-Saclay
Profession Juriste
Résidence Deux-Sèvres (2001-2010)

Rima Hassan (en arabe : رِيمَا حَسّان, Rīmā Ḥassān), née le dans le camp de réfugiés palestiniens de Neirab, près d'Alep (Syrie), est une juriste, militante des droits humains et femme politique franco-palestinienne.

Apatride, elle arrive en France vers l’âge de neuf ans, et s'installe avec sa famille à Niort. Après avoir acquis la nationalité française en 2010, elle obtient un master en droit international public à l'université Panthéon-Sorbonne.

Rima Hassan fonde en 2019 l'Observatoire des camps de réfugiés, une organisation non gouvernementale consacrée à l'étude et la protection des camps de réfugiés dans le monde. En 2023, elle fonde le collectif Action Palestine France et rejoint La France insoumise en vue des élections européennes de 2024 ; elle est élue députée européenne le .

Biographie

Famille et origines

Rima Hassan Mobarak naît le dans le camp de Neirab, près d'Alep (Syrie)[1],[Note 1]. Il s'agit du plus grand camp de réfugiés palestiniens du pays[2], et aussi du plus pauvre[3],[4].

Elle est la dernière de six enfants. Sa mère, Nabiha (1958-2021), est institutrice, et son père, Ahmad, est un ancien mécanicien de l’armée de l'air syrienne[5]. Les parents de son père, palestiniens, originaires du village d'Al-Birwa, sont forcés à l'exil vers la Syrie lors de la création d’Israël en , pendant la Nakba[6],[7].

Sa grand-mère maternelle – issue d’une famille de notables syriens, les Hananou[Note 2] – épouse un réfugié palestinien[Qui ?] communiste de Salfit[7],[8], ce qui l'incite à abandonner son héritage et s'installer avec lui dans le camp[5].

Jeunesse et études

Le mariage de ses parents n'étant pas heureux et les relations du couple étant très conflictuelles, sa mère quitte le camp peu après sa naissance et parvient à émigrer en France, où elle rejoint une de ses sœurs[5]. Elle tente ensuite pendant huit ans de retrouver ses enfants[5].

Elle y parvient et vers l'âge de neuf ans, Rima Hassan arrive à Niort, dans les Deux-Sèvres, avec sa mère[9], sa sœur et ses quatre frères[10],[11],[Note 3]. Elle est élue au Conseil municipal d'enfants en 2003, à Niort[11]. Elle y étudie à l'école primaire Ernest Pérochon[12]. Durant cette période, sa mère travaille dans des restaurants pour soutenir sa famille[5]. Ne parlant pas français, elle raconte être reléguée au fond de la classe à l’école, et subir parfois des brimades racistes de la part d'autres élèves, qui la qualifient de « bougnoule »[5]. Cela provoque l'attrition de sa langue maternelle, l'arabe[5]. Elle obtient en 2011 un baccalauréat scientifique au lycée de la Venise Verte[12].

Apatride depuis sa naissance, elle est naturalisée française en 2010[13],[14],[15],[16],[6]. Dès sa majorité, elle cherche à se rendre en Palestine en passant par Tel Aviv-Jaffa, pour « découvrir enfin la terre de ses aïeux » mais elle est empêchée d'embarquer à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle[9][pourquoi ?].

Après ces événements, elle poursuit des études de droit et obtient sa licence, après avoir passé deux années à l'université d'Évry, puis une à l'université de Montpellier, en 2014[12]. Elle part au Liban un an et termine son master en 2016 à l’université Panthéon-Sorbonne[10]. Elle s'intéresse à la comparaison juridique entre l’Afrique du Sud et Israël dans son mémoire de master en droit international sur la question de l'apartheid[16],[17].

Selon elle, avoir obtenu son diplôme à Panthéon-Sorbonne est une grande fierté pour sa mère, car on « aurait entendu parler » de l'université jusque dans le camp de Neirab[5].

Engagements et parcours professionnel

Rima Hassan intègre l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) en 2016[10] puis, au bout de 18 mois, travaille à la Cour nationale du droit d'asile[18],[6] pendant six ans et jusqu'en 2023[9]. En 2019, elle fonde l'ONG Observatoire des camps de réfugiés[19],[10],[5],[20]. L'année suivante, Hassan intervient lors d'une table ronde organisée par Emmaüs lors de la journée mondiale des réfugiés, le [21].

La Délégation interministérielle à l'accueil et à l'intégration des réfugiés lui consacre un portrait en 2022 en tant que « Femme inspirante » [22],[23]. Cette même année, elle revisite dans un podcast, avec d'autres intervenants, la notion de « fraternité » de la devise française Liberté, Égalité, Fraternité[24].

Le , elle intervient au Sénat pour le colloque « Israël-Palestine, état des lieux » organisé par la sénatrice de Paris, Esther Benbassa, L'Histoire et le Centre de recherche français à Jérusalem[17],[25]. Son intervention traite de la question de l'apartheid dans la société israëlienne[26].

Après l'attaque du Hamas contre Israël le , qui survient dans le contexte des bombardements de la bande de Gaza et de l'offensive terrestre israélienne sur ce territoire, elle interrompt son contrat avec la Cour nationale du droit d'asile et renonce à un poste de chargée de plaidoyer sur les questions de migration proposé par Amnesty International[9]. À la place, elle va s'installer dans le camp de réfugiés palestiniens de Neirab, près d’Alep, où elle est née, « afin d'être proche de son peuple »[9] et crée le collectif Action Palestine France sur Telegram[6].

Jusqu'en , elle conseille aussi L'Oréal sur la diversité et les enjeux d’insertion des réfugiés[27].

Parcours politique

En , elle participe aux journées d'été organisées par Les Écologistes, aux côtés du rappeur Médine et de la députée Clémentine Autain[28].

Lors des élections européennes de 2024, Rima Hassan rejoint la liste de La France insoumise (LFI) où elle figure en septième place[29],[30], après avoir été aussi approchée pour figurer sur la liste Les Écologistes en position non éligible[31],[32]. Elle explique son engagement politique sur la liste de LFI par l'« urgence à agir politiquement maintenant » sur la situation à Gaza[33]. Le , elle est élue députée européenne[34].

Prises de position

Conditions de vie des réfugiés et accueil des migrants

En , elle s'inquiète auprès de l'AFP des effets sanitaires et sécuritaires de la pandémie de Covid-19 qui impactent la situation des camps de réfugiés[35]. En , elle intervient au sein d'un collectif et d'associations pour appeler le gouvernement français et les élus locaux à se mobiliser pour accueillir des réfugiés et ainsi permettre d'améliorer la situation humanitaire du camp de Mória, en Grèce[36].

Conflit israélo-palestinien

Rima Hassan défend pendant longtemps la création d'un État binational démocratique en résolution au conflit israélo-palestinien[37],[31],[38]. Elle écrit ainsi en qu'« il n’y aura pas de solution à deux États »[39], et que « la solution, c’est un État binational démocratique et laïc[40]. » S'expliquant par la suite, elle précise « rêver » d'un État binational avec coexistence pacifique des Palestiniens et Israéliens, et être favorable à la solution à deux États[39],[41], solution défendue par son mouvement La France insoumise[31].

Elle utilise le slogan pro-palestinien « du fleuve à la mer »[39], dont elle explique qu'il « existe depuis très longtemps, n’a historiquement absolument rien à voir avec le Hamas[27]. » Déplorant le fait que les Palestiniens ayant été expulsés de leur pays natal ne puissent plus y retourner, elle reprend en France l'usage du terme apartheid pour qualifier l'oppression de l'État d'Israël à l'égard des Palestiniens, terme fréquemment utilisé par les ONG de défense des droits humains[42],[9].

Guerre Israël-Hamas

Dès le début de la guerre Israël-Hamas de 2023-2024, elle affirme à la suite des attaques du Hamas qu'il est « moralement inacceptable de se réjouir de la mort de civils[9],[30] », mais refuse l'injonction « politico-médiatique » à « transformer [cette] empathie naturelle en un soutien à l’État d’Israël[9]. » Elle condamne tout autant « les crimes de guerre du Hamas », « l’impunité d’Israël », et le « génocide » des Palestiniens[6],[16]. Après deux interventions en ce sens dans Mediapart et Blast, elle reçoit de nombreuses menaces de mort[9],[42].

Polémique

Rima Hassan est nommée par le magazine Forbes parmi les « 40 femmes remarquables qui ont marqué l’année 2023 ». En , cette nomination est contestée par Yonathan Arf, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) qui l'accuse de « justifier les exactions du 7 octobre » du Hamas[43],[44],[45] et par l’animateur Arthur qui lui reproche de « faire l’apologie du terrorisme »[46]. À la suite de cette polémique, Forbes annule la cérémonie de remise des prix[47].

Les déclarations d'Arthur et du CRIF se fondent sur 9 secondes tweetées fin janvier[47], par des internautes[48], extraites d'un teaser vidéo de 2 minutes diffusé le même jour dans la story Instagram du média Le Crayon, retiré 15 minutes plus tard[48]. Dans cet extrait, Rima Hassan doit répondre par « vrai » ou « faux » à des affirmations polémiques : elle répond « vrai » à la question « Le Hamas mène une action légitime ? » et « faux » à la question « L'État d'Israël a un droit de défense ? »[48]. Rima Hassan demande la diffusion de l'interview en intégralité « de façon à ce qu’elle puisse partager la réflexion qui était la sienne et démentir les attaques menées contre elle »[49]. Selon le rédacteur en chef du média, le teaser coupé au montage était « hors contexte » et réalisé sans leur accord[48]. Durant l'intégralité de l'entretien, Rima Hassan qualifie de « terroriste » l'action du Hamas et ne juge « légitime » que la branche politique de ce groupe, vainqueur des élections législatives palestiniennes de 2006[48], pour dénoncer comme « illégitime » son attaque du et tout autres crimes[48]. Par ailleurs, elle rappelle que dans la résolution de l'Assemblée générale des Nations unies du , l'Assemblée générale des Nations unies réaffirme « la légitimité de la lutte des peuples pour l'indépendance, l'intégrité territoriale et la libération de la domination coloniale et étrangère et de l'emprise étrangère par tous les moyens en leur pouvoir, y compris la lutte armée »[50],[51]. Selon Rima Hassan, l’attaque d'Arthur montre « le sexisme et le racisme de ce boomer » et elle décide de porter plainte contre lui pour diffamation[52].

Elle est convoquée par la police le pour ses propos tenus à l'hiver 2023 ; elle se dit « sereine » mais dénonce alors « les pressions politiques visant à compromettre [sa] liberté d’expression [à] un moment politique crucial pour l’avenir des Français » — les élections européennes[37].

En , Rima Hassan accuse le CRIF d'avoir dicté au ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, une déclaration concernant Israël[53].

Distinctions

En , Forbes la classe dans les « 40 femmes d’exception qui ont marqué l’année et qui ont fait rayonner la France à l’international[54],[42] ».

Notes et références

Notes

  1. Le décret de naturalisation indique « HASSAN (Rima), née le 28/04/1992 à Alep (Syrie), NAT, 2010 × 205018, dép. 079, Dt. 046/901 ».
  2. On y compte Ibrahim Hananou, un des principaux contributeurs de l'indépendance syrienne opposé au mandat français.
  3. Son âge d'arrivée en France varie de huit à dix ans suivant les sources.

Références

  1. Jade Lacroix, « Origines, formation, relations avec la Syrie : que valent les accusations contre Rima Hassan publiées dans une «vidéo choc» relayée par Tapiro ? » Accès payant, Libération, (consulté le )
  2. (en) Zochrot, « ذاكرات - مخيم النيرب », sur ذاكرات - مخيم النيرب (consulté le )
  3. (en) Tania Assaly, « Partition: Post-Syrian Society After the Fall of Assad », Public and International Affairs - Research Papers,‎ (hdl 10393/31052, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  4. T. Rempel, « UNRWA and the Palestine refugees: a genealogy of "participatory" development » [archive du ], sur academic.oup.com (consulté le )
  5. a b c d e f g h et i Emmanuelle Vibert, « Rima Hassan, à l’origine de l’Observatoire des camps de réfugiés, se veut la voix des indésirables », Le Parisien, (consulté le )
  6. a b c d et e Guillaume Gendron, « Rima Hassan, la Palestine à cœur et à cris » Accès payant, Libération, (consulté le )
  7. a et b Thomas Vescovi et Rima Hassan, « Être réfugiée palestinienne, c’est vivre en quête de son identité », Palestine Solidarité, Association France-Palestine Solidarité, no 82,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  8. Marie Vaton, « C’est l’histoire de Malak, héritière syrienne tombée amoureuse d’un charismatique Palestinien », Le Nouvel Obs, (consulté le )
  9. a b c d e f g h et i Benjamin Barthe, « Rima Hassan, la Palestine chevillée au cœur », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  10. a b c et d « Rima Hassan : "L'intégration ne se dicte pas, elle se vit" », La Nouvelle République, .
  11. a et b « La très controversée Rima Hassan a suivi sa scolarité en Deux-Sèvres » Accès libre, Ouest-France, (consulté le )
  12. a b et c Centre Presse (Vienne), samedi 27 novembre 2021, p. 46, Bio express
  13. « Rima Hassan, juriste, dénonce «cet élan qui consiste à nuire aux paroles palestiniennes» », sur Radio France internationale, (consulté le )
  14. « Qui est Rima Hassan, la candidate LFI accusée d’être pro-Hamas ? », sur 20 Minutes, (consulté le )
  15. « "Je suis gênée d'être devenue une icône malgré moi" : rencontre avec Rima Hassan », sur Franceinfo, (consulté le )
  16. a b et c Amélie Poinssot, « Rima Hassan : "Nous subissons une punition collective" » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  17. a et b « "Israël-Palestine : Etat des lieux" : un colloque organisé au Sénat - 100% Sénat », sur Public Sénat, (consulté le )
  18. « En sol majeur - Rima Hassan Mobarak, au service des Réfugiés », sur Radio France internationale, (consulté le )
  19. « Rima Hassan, visage et contre-pouvoir des camps de réfugiés », Challenges, (consulté le ).
  20. « Rima Hassan : la voix des camps de réfugiés », sur À Priori(s), (consulté le )
  21. « Journée mondiale des Réfugiés : on se mobilise en ligne (et en musique) », sur www.journaldesfemmes.fr, (consulté le )
  22. AFP, « Rima Hassan, la "petite dernière de la famille" insoumise, sur le devant de la scène », Challenges, (consulté le )
  23. Luc Legay, « #Dansmavie avec Rima Hassan ⋆ Diair », sur Diair, (consulté le )
  24. « [Comme si vous y étiez] Le Tribunal des Générations Futures et le Laboratoire de la fraternité interrogent la devise républicaine | Carenews INFO », sur www.carenews.com (consulté le )
  25. « Israël-Palestine au palais du Luxembourg », sur www.lhistoire.fr (consulté le )
  26. « Colloque Israël-Palestine : État des lieux – Vendredi 3 février 2023 – Palais du Luxembourg » (consulté le )
  27. a et b Alix L'Hospital, « Rima Hassan : les ambiguïtés d'une "Greta Thunberg" de la cause palestinienne », L'Express, (consulté le )
  28. AFP, « Les Journées d’été des écologistes se dérouleront au Havre dès le 24 août, le rappeur Médine invité », Ouest-France, (consulté le )
  29. « Elections européennes 2024 : La France insoumise dévoile sa liste, la militante propalestinienne Rima Hassan en septième position » Accès libre, sur Franceinfo, (consulté le )
  30. a et b Benjamin Barthe, « Rima Hassan, le choix de l’insoumission », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. a b et c Pierre Maurer, « Européennes : avec Rima Hassan, LFI place la Palestine au cœur de sa campagne », Le Parisien, (consulté le ).
  32. chez Pol, « Européennes : les Ecologistes ont tenté de débaucher Rima Hassan » Accès payant, Libération,
  33. AFP, « Élections européennes : cinq choses à savoir sur Rima Hassan, la voix palestinienne de LFI », sur TF1 info, (consulté le )
  34. AFP, « Mission accomplie pour l’Insoumise Rima Hassan, élue au Parlement européen », La Voix du Nord, (consulté le )
  35. AFP, dépêche du mercredi 6 mai 2020, Le coronavirus "ajoute du chaos au chaos", déplore l'Observatoire des camps de réfugiés.
  36. Le collectif Agros pour une autre PAC, « Maires de France, il est urgent d'accueillir les migrants du camp de Moria », Libération (consulté le )
  37. a et b Julie Carriat, « Rima Hassan, candidate LFI aux européennes, convoquée par la police pour apologie du terrorisme », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. Laurent de Boissieu, « Le conflit israélo-palestinien, nouveau clivage entre deux gauches irréconciliables », La Croix, (consulté le )
  39. a b et c Elsa de La Roche Saint-André, « Quelle est l’origine du slogan polémique "From the river to the sea" utilisé par les soutiens de la Palestine ? » Accès libre, Libération, (consulté le )
  40. Joseph Andras, « Israël-Palestine : "La solution, c’est un État binational démocratique et laïc", estime Rima Hassan », L'Humanité, (consulté le )
  41. Marie Vaton et Emma Guckert-Donati, « Rima Hassan, la voix de Gaza chez LFI », Nouvelobs, (consulté le )
  42. a b et c Anne Bernas, « Rima Hassan, juriste, dénonce "cet élan qui consiste à nuire aux paroles palestiniennes" », sur Radio France internationale, (consulté le )
  43. Thibaut Le Gal, « Européennes 2024 : Pourquoi Rima Hassan, militante pro-Palestine présente sur la liste LFI, fait-elle polémique ? », 20 Minutes, (consulté le )
  44. Hadrien Mathoux, « Rima Hassan, activiste pro-Palestine au profil polémique, intègre la liste LFI aux européennes », Marianne, (consulté le )
  45. « La cérémonie Forbes en l’honneur des "40 femmes de l’année" annulée après une polémique », Ouest-France, (consulté le )
  46. Benjamin Puech, « Violente passe d’armes entre Arthur et la militante franco-palestinienne Rima Hassan », sur Le Figaro, (consulté le )
  47. a et b Paméla Rougerie, « Forbes : la cérémonie des « 40 femmes de l’année » annulée à cause de la présence de la militante Rima Hassan », Le Parisien, (consulté le )
  48. a b c d e et f Robin Andraca et Alizée Vincent, « "Action légitime" du Hamas : autopsie de la polémique Rima Hassan », sur Arrêt sur images, (consulté le ).
  49. « Élections européennes : cinq choses à savoir sur Rima Hassan, la voix palestinienne de LFI », sur TF1 Info, (consulté le )
  50. « Résolution no 2649 de la 25e session : Importance, pour la garantie et l'observation effectives des droits de l'homme, de la réalisation universelle du droit des peuples à l'autodétermination et de l'octroi rapide de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux », sur Nations Unies, (consulté le )
  51. Sacha Nelken, « Guerre Hamas-Israël : Rima Hassan, candidate LFI aux européennes, convoquée pour « apologie du terrorisme » », Libération, (consulté le )
  52. « Rima Hassan, qualifiée d’antisémite par Arthur, va déposer plainte pour diffamation », Le Parisien, (consulté le )
  53. « Guerre Israël-Hamas : Rima Hassan accuse Stéphane Séjourné d’être influencé par le Crif », Le Figaro, (consulté le )
  54. « Classement | 40 femmes Forbes | Rima Hassan », sur Forbes, (consulté le )