Plouvien

Plouvien
Plouvien
L'église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
Blason de Plouvien
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Intercommunalité Communauté de communes du pays des Abers
Maire
Mandat
Hervé Oldani
2020-2026
Code postal 29860
Code commune 29209
Démographie
Gentilé Plouviennois
Population
municipale
3 785 hab. (2018 en augmentation de 1,88 % par rapport à 2013)
Densité 112 hab./km2
Population
agglomération
42 000 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 32′ nord, 4° 27′ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 89 m
Superficie 33,70 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Plouvien
(ville isolée)
Aire d'attraction Brest
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Plabennec
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plouvien
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plouvien
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouvien
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouvien
Liens
Site web Le site de la commune

Plouvien [pluvjɛ̃] (en breton : Plouvien) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Située à seulement 17 km au nord de Brest et à 10 km au sud des plages de la Mer d'Iroise, proche de l'Aber-Benoît et peu éloigné de l'Aber-Wrac'h, Plouvien bénéficie en outre d'une image écologique vis-à-vis de ses voisins notamment en raison de l'implantation d'une centrale éolienne au nord de la commune. Les habitants de Plouvien sont appelés les Plouviennois.

Géographie

Présentation physique

Carte de la commune de Plouvien.

Les altitudes au sein du territoire communal varient du niveau de la mer jusqu'à 78 mètres à Lannaneyen, 77 mètres à Gorréquear ; l'altitude moyenne de la commune est de 60 mètres[1].

Communes limitrophes

Vie économique

Vie agricole

En 2009, Plouvien comptabilisait 57 exploitations agricoles pour 75 chefs d'exploitation (en raison des GAEC et EARL), la superficie moyenne des exploitations étant de 41,3 ha. L'âge moyen des exploitants agricoles est de 44 ans. Le nombre des exploitations s'est singulièrement réduit ces dernières années :

  • en 1990, 114 exploitations et 133 chefs d'exploitation (superficie moyenne des exploitations : 19,8 ha) ;
  • en 1996, 72 exploitations et 91 chefs d'exploitations (superficie moyenne des exploitations : 31,8 ha).

Les principales productions agricoles en 2008 sont le lait (plus de 13 millions de litres produits dans la commune) et le porc (4 160 places d'engraissement de porcs, 2 810 truies)[2].

Vie artisanale et commerciale

Plouvien possède des commerces alimentaires, quatre bars, des garages, des banques, une auto-école, trois salons de coiffure, des entreprises de transport, une pharmacie, ainsi que des activités médicales et paramédicales (kiné, infirmière)[1].

Entreprise Sill

L'entreprise Sill (Société industrielle laitière du Léon) est l'entreprise la plus importante de Plouvien : la laiterie a été créée en 1962 pour assurer la collecte du lait ; en 1973 commence la fabrication de lait en poudre et en 1981 la production de lait UHT ; l'entreprise diversifie ses productions (jus de fruits et boissons aux fruits (marque Plein Fruit) en 1983, potages en 1987 (marque La Potagère), produits surgelés en 1993, plats cuisinés en 2001). Le groupe Sill a repris "Herry gastronomie" (de Landivisiau) en 1992, "Primel gastronomie" (de Plougasnou, mais installé désormais également à Plabennec, marques Compagnie Arctique et Saveurs de Bretagne) en 1995, le groupe laitier "Le Gall" (de Quimper, production de beurres de baratte, crèmes fraîches, lait fermenté et fromage fondu) en 1998, la laiterie de Saint-Malo en 2008 (marque Malo)[3].

Le groupe Sill sponsorise des courses à la voile : le Tour de France à la voile dès 1987, le navigateur Roland Jourdain (qui a remporté de nombreuses courses à la voile sur son bateau baptisé Sill, Sill entreprise, Sill La Potagère, Sill Plein Fruit..., selon les années, un premier bateau de 60 pieds étant construit en 1999, un second de même taille en 2004). En 2006, Roland Jourdain et son bateau Sill gagnent la Route du Rhum.

En 2010, la Sill emploie 750 personnes (dont 270 à Plouvien) pour un chiffre d'affaires de 320 millions d'euros[4].

Installé près de Tariec dans la vallée qui descend vers l'Aber Benoît, le groupe Sill est actuellement entravé dans ses projets d'extension sur place par les contraintes de la Loi littoral et l'action de riverains[5].Ces entraves ont contraint le groupe à installer une nouvelle tour de séchage pour produire de la poudre de lait à Landivisiau ; la tour de séchage historique de l'entreprise à Plouvien, construite dans la décennie 1970 et détruite par un incendie en juillet 2019, a toutefois pu être restaurée et remise en service en septembre 2021[6].

Le site naturel des landes de Lanveur

Les landes de Lanveur sont une zone humide de 27 ha à cheval sur les communes de Plouvien et de Lannilis, dont le paysage a été en partie modelé par les activités potières du passé, puis par la présence de camps d'entraînement militaires pendant les deux guerres mondiales. La tourbe y fut aussi extraite par les paysans locaux pour leurs besoins de chauffage et la lande fournissait l'ajonc pour les chevaux pendant l'hiver. Au XXe siècle, le site a aussi servi de zone d'élevage (surtout pour les chevaux) et a été en partie boisé de pins. Dans la décennie 1980, une tentative d'exploitation industrielle du bois par la Société Centrale des bois et des Scieries de la Manche échoua, car non rentable[7]. Le site est en bonne partie à l'abandon et son équilibre écologique menacé par un ball-trap[8], mais les écologistes tentent de valoriser cet espace naturel réserve importante de biodiversité[9].

Depuis , la communauté de communes du pays des Abers, désormais propriétaire des lieux, a commencé à mettre en place une gestion de cet espace naturel.

Urbanisme

Typologie

Plouvien est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de Plouvien, une unité urbaine monocommunale[14] de 3 766 habitants en 2017, constituant une ville isolée[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brest, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 68 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[19]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[20],[21].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,4 %), zones agricoles hétérogènes (41,4 %), forêts (6,2 %), zones urbanisées (5,5 %), prairies (2,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie

Panneau évoquant Guiguien, l'ancien nom de Plouvien.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Plebs Vyon (en 1206), Ploeyon (en 1218), Plebeion (en 1263), Ploeyon (au XIVe siècle), Ploeyen (en 1467), Ploeyon (en 1481), Ploeguyon (en 1501), Plouyen (en 1664 et en 1751), Guicuien (en 1681)[24].

Plouvien vient du breton ploe (paroisse) et de saint Gwien (Wion ou Wigon)[24].

Histoire

Les origines

Plouvien est une ancienne paroisse de l'Armorique primitive qui englobait jadis les territoires actuels de Plouvien, Balanant (aujourd'hui en Plouvien), du Bourg-Blanc, Coat-Méal et Loc-Brévalaire. La paroisse a été fondée par saint Gwien (ou saint Wien, ou saint Wigon), un moine de l'abbaye Saint-Guénolé de Landévennec.

Plouvien faisait, au Moyen Âge, partie de la châtellenie de Landerneau et deux trèves, Balaznant (Saint-Jean-Balanant) et Le Bourgblanc (Bourg-Blanc) sont indiquées comme dépendant de Plouvien au XVe siècle[25].

Les Hospitaliers

La chapelle Saint-Jean-Balannant fut achevée en 1443. C'est une ancienne possession des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[26]. Par exemple en 1443, Perrot du Dresnay, chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem est « gouverneur de Saint-Jean-Balaznant »[27]. Les armoiries de la famille de Carman (qui vivait au château de Lesquelen en Plabennec) sont représentées sur un vitrail[28].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Saint Jaoua

Saint Jaoua est considéré comme le fondateur (peut-être post mortem) du noyau primitif de la paroisse aussi dénommée Guicuyon devenu Guicyen puis Ployen aux XVe siècle, XVIe siècle et XVIIe siècle avant d'être dénommé au XVIIIe siècle Plouyen et d'être écrit Plouvien à partir de 1790[29].

Le minihy-bras, premier centre de la paroisse de Guicuyon

En 818 les religieux qui desservaient le premier sanctuaire adoptèrent la règle de saint Benoît et le monastère prit le nom de Saint-Mathieu-Penn-ar-bed. En 1415, l'église paroissiale est déplacée à son emplacement actuel (une translation d'environ 400 mètres) et les moines bénédictins quittent le monastère existant pour aller fonder le prieuré de Loctudon (ou Loctunou) dans la paroisse de Ploudiner (actuellement Lannilis). Saint Jaoua aurait peut-être fait construire (lui-même ?) deux chapelles à Plouvien, l'une au niveau du minihi, l'autre à l'emplacement de l'actuelle chapelle saint Jaoua.

À l'emplacement du minihy, la première église, en bois et peut-être fondée par saint Jaoua lui-même (?), fut remplacée au XIe siècle par une église romane. Devenue après 1415 simple chapelle de la trève du Minihi-bian, encore existante à coup sûr en 1517, mais qui fut supprimée dans la seconde moitié du XVIe siècle[30], elle fut progressivement abandonnée. En 1856, deux croisées, un arc-boutant, une arcade et un pan de mur étaient les seuls vestiges subsistant.

Les seigneurs de Kernazret

Les seigneurs de Kernazret (paroisse de Loc-Brévalaire) étaient aussi seigneurs de Refuge (ou Minihi ou Menehy de Saint-Paul [Saint-Pol], terme breton qui signifie "asile" ou "refuge", n'importe qui pouvant y trouver refuge quels que soient les crimes ou délits qui leur étaient reprochés) ; ce minihy était situé dans la paroisse de Plouvien ;les seigneurs de ce lieu se nommant "de Kernazret" ("du Refuge" en français); plusieurs d'entre eux sont connus, par exemple[32] :

  • Hervé de Refuge, sieur de Kernazret, qui épouse vers 1358 Agace.
  • Alain de Refuge, sieur de Menehy, qui épousa vers 1390 Thiéfaine du Chastel, fille de Tanneguy III du Chastel.
  • Hervé de Refuge, sieur de Kernazret, qui épouse le Adelice (Alix) de Coëtivy, fille d'Alain de Coëtivy et de Catherine du Chastel[33].
  • Renaud de Refuge, premier écuyer de Louis XI en 1472.
  • Guy de Refuge, surnommé l'écuyer Boucar, qui, sous les ordres de Bayard, commanda une bande de mille aventuriers pendant les guerres d'Italie ; il fut tué lors du siège de Novare en 1521 lors de la Sixième guerre d'Italie (1521-1526).
Le tombeau de saint Jaoua

Le tombeau de saint Jaoua occupe l'aile sud de la chapelle. Le monument semble remonter de la moitié (ou de la fin) du XVe siècle. Il est en pierre de Kersanton et est décoré d'arcades gothiques le tout soutenu par de petites colonnes. La tête du défunt est posée sur un coussin. Le saint est dans sa tenue d'évêque portant ainsi ses ornements. Allongé à ses pieds, on peut voir un animal (probablement un chien). Le tombeau a été ouvert en 1856[34] et à nouveau en [35]. Il porte l'inscription S. Joevin Ep(iscop)us Leonensis fuit huic sepulturus.

Un fragment des reliques retrouvées a été transporté en grande pompe dans la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon le et d'autres fragments furent solennellement transportés dans l'église paroissiale de Plouvien, dans l'église de Brasparts et à l'évêché de Quimper le [36].

La table d'offrandes de Pors-ar-Groaz fut construite au Moyen Âge à l'endroit où, selon la légende, la charrette qui transportait la dépouille de saint Jaoua se serait brisée.

La chapelle Saint-Jaoua

Description de la chapelle Saint-Jaoua en 1928

Voici une description de la chapelle Saint-Jaoua qui date de 1928 et évoque ce récit légendaire de la mort de saint Jaoua :

« La chapelle de Saint-Jaoua (...) s'élève, avec ses toits pointus qui descendent presque jusqu'à terre, sur un placître ombragé de grands arbres, aux murs blanchis par les lichens, et où sont demeurés deux tombes de châtelains et un petit ossuaire à arcades trilobées. Le troc, destiné à recevoir les offrandes données au saint, est un véritable tronc d'arbre, équarri à la hache et bardé de fer. À l'intérieur le tombeau de saint Jaoua, probablement du début du XVIe siècle, porte cette inscription en lettres gothiques : Sanctus Jocvinus Episcopus Leonensis fuit hic seplultus. Et si l'on se demande pourquoi saint Jaoua, disciple et successeur de saint Pol Aurélien, le célèbre apôtre du Léon, fut enterré aussi loin de sa ville épiscopale, la légende populaire répond que son corps fut, sur son ordre suprême, placé dans un chariot que trainaient les bœufs et dont l'itinéraire est encore marqué par un tronçon de route nommé en breton streat ar relegou (la "route des reliques") et un endroit appelé pors ar strak (le "lieu du craquement") parce que les planches du chariot s'y seraient disjointes; elles se brisèrent un peu plus loin ; c'est là que la chapelle se dresse aujourd'hui, en souvenir de ce voyage funèbre[38]. »

La chapelle Saint-Jaoua actuellement

La chapelle date des XIVe siècle (y compris l'entrée de l'enclos paroissial) et pour partie du XVIe siècle (porche, ossuaire). Elle abrite les statues de saint Jaoua en évêque (la statue date du XVIIe siècle), sainte Catherine et saint Michel[24]. L'ossuaire de Saint Jaoua est de style gothique. Il a huit arcades et est adossé au côté sud de la nef de la chapelle, appartenant à la masse même de l'édifice[39].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La seigneurie de Coëtivy et les autres manoirs seigneuriaux

En 1497, la seigneurie de Coëtivy (le nom des Coëtivy reprend le nom de saint Ivy qui vécut en ermite à proximité au VIe siècle) se composait de sept manoirs situés dans les paroisses de Plouvien, Plouguerneau, Plouédern et Guipavas. La famille de Coëtivy était seigneur des fiefs de Coëtivy (paroisse de Plouvien à l'époque, commune de Bourg-Blanc actuellement), du Ménant, de Froutgel, de Runinisi (les trois en Plouguerneau), du Forestic (en Plouédern), de Trégouroy et de Kerhuon (paroisse de Guipavas, commune du Relecq-Kerhuon pour le dernier cité désormais). Le fief de Coëtivy fut acheté en 1497 par la famille du Juch et passa, par mariage, aux mains de la famille du Chastel en 1501 (mariage de Marie du Juch avec Tanguy V du Chastel)[40].

L'historien Arthur de La Borderie en parle en ces termes :

« La terre de Coëtivi, qui eût l'honneur de donner son nom à une race illustre, dont les exploits, les talents et les vertus suppléèrent fort largement à tout ce qui pouvait manquer à son berceau en terme d'importance féodale[41]. »

De nombreux autres manoirs seigneuriaux ont existé dans la paroisse de Plouvien : ceux du Breignou[42], de Camcazre, de Coatanhaye, de Coat-Salliou, de Garziahan, de l'Isle, de Keragon, de Keralliou, de Kerbradigou, de Kerbréder (Kerbréden)[43]. Par exemple Gabriel de Kersauson, seigneur de Rosormon, de Poncelin, de Kerbréder, etc., épouse en 1658 Claudine Gourio de Lanoster dans la chapelle de Lanorven (en Plabennec) et le Marie-Anne du Coëtlosquet, originaire de Plounéour-Ménez[45]. Les Philippes de Gorréquer[46], sieurs de Kerdu, Gorréquer et Kerogat, habitèrent Plouvien du XVIe siècle au XVIIIe siècle avant que Philippe de Gorréquer n'émigre à Jersey. L'un de ses descendants, Gédéon Philippe Gorréquer (1781-1841) fut secrétaire d'Hudson Lowe, gouverneur de Sainte-Hélène pendant la captivité de Napoléon Ier[47].

Deux manoirs de Kerohic existaient également : l'un, Kerohic-Kerménou : Maurice Meugam est seigneur de Kerohic en 1443, Guillaume Gourio en 1478 et Prigent de Kerouartz en 1594 ; l'autre Kerohic-Jouhan dont Guillaume Kerangar est seigneur en 1443, Yves Kerangar en 1481 et Jean Jouhan en 1590 et par la suite ses descendants[48].

Les épidémies

Deux lavoirs, appelés Poullou-ar-Vozen et situés l'un dans le bois de Kerbréden, l'autre à Kerdavid, rappellent l'épidémie de peste de 1509 ; les registres paroissiaux gardent la trace de l'épidémie de typhus de 1695, les décès étant cette année-là le double de la moyenne habituelle[49].

Le déménagement du site de Plouvien et l'église paroissiale d'avant 1857

Vers 1415, l'évêque de Léon Alain de Kerazred ou Alain du Refuge de Kernaëret, seigneur de la Rue [50], du nom d'un ancien manoir de Plouvien, transféra le centre de sa paroisse natale à son emplacement actuel, d'où la construction d'une nouvelle église qui fut démolie en 1857. Elle est ainsi décrite :

« Le maître-autel, dédié à saint Pierre et saint Paul était placé au fond de l'abside : une balustrade séparait le sanctuaire du chœur. À l'entrée du chœur s'élevait un arc-de-triomphe surmonté d'un magnifique calvaire. Aux pignons latéraux et à des colonnes de la nef étaient des autels du Rosaire, de saint Antoine de Padoue, de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, de sainte Catherine, de saint Sébastien, de saint Herbaud et de saint Maudet. (...) La chapelle du Rosaire, [avait été] construite à neuf pour y accueillir la confrérie (du Rosaire) par Guiomar de Saint-Laurent. [Son] retable était de style Renaissance. Le fondateur avait placé son écusson[51]. (...) Les quinze mystères du Rosaire étaient d'une exécution supérieure. Hélas, le constructeur de la nouvelle église, en 1856, a voué au feu ces boiseries précieuses[52]. »

Des confréries existaient dans l'église : la "confrérie de l'Adoration perpétuelle du Saint Sacrement", établie à perpétuité dans l'église paroissiale par bref du pape Paul V datant du  ; la confrérie du Rosaire, fondée en 1672.

La cale de Tariec

Le nom provient de saint Tariec ; une chapelle lui était consacrée et une fontaine de dévotion portant son nom subsiste.

Située au fond de la partie maritime de l'Aber Benoît, la cale de Tariec permettait les échanges maritimes entre les paysans de Plouvien et des environs d'une part, les marins de la côte d'autre part, apportant sable et algues. La récolte du lichen Carragheen, dit aussi "mousse d'Irlande", active au début du XXe siècle tout au long de la Côte des Légendes se faisait aussi à partir du petit port de Tariec : une publication de 1915 indique 60 tonnes récoltées annuellement[53].

Un pardon s'y déroulait chaque année au mois de septembre[54].

Les XVIIe et XVIIIe siècles

Au XVIIe siècle, les registres paroissiaux de Plouvien font mention d'un moulin à fouler le drap situé au Caumou, d'un moulin à huile à Pont-Coat, les deux appartenant au seigneur de Keragon. un autre moulin à huile existait à Pont-ar-Goarant[49].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plouyen [Plouvien] de fournir 58 hommes et de payer 380 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[55].

Deux marins originaires de Plouvien, François Simon et Louis Simon (deux frères ?) ont participé à la Guerre d'indépendance des États-Unis dans l'escadre du comte d'Estaing. Un autre, François-Marie Le Gall, mousse dans l'escadre du comte de Grasse fut grièvement blessé dans un combat le [56].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plouvien en 1778 :

« Plouvyen ; à 8 lieues à l'ouest-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 47 lieues de Rennes et à 3 lieues et demie de Brest, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Lesneven, et compte 4 000 communiants[57], y compris ceux du Bourg-Blanc, sa trève. La cure est présentée par l'Évêque. Ce territoire, arrosé par plusieurs bras de mer, est fertile en grains, lin et fruits ; les landes y sont peu étendues. (...)[58] »

Plouvien est en 1786 l'une des cinq cures léonardes ayant un revenu supérieur à 1 700 livres[59].

La Révolution française

Le tiers état de la paroisse de Plouvien envoya deux députés, Yves Cuelt et François Genguen, pour la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven[60].

Le des rebelles (« plus de 4 000 hommes »), après une fusillade à Gouesnou, attaquent un détachement de soldats à Plabennec, et le général Canclaux est envoyé de Brest avec 1200 hommes pour lutter contre les rebelles. « Les citoyens Julou et Guével, nos commissaires à Lannilis nous marquent par une lettre écrite à onze heures du matin que sur les neuf heures et demie les révoltés, s'étant montrés à l'entrée du bourg par différents chemins avaient été repoussés par le détachement et qu'ils s'étaient déterminés à demander du renfort à Lesneven. Par une lettre écrite à une heure après midi, ils annoncent que le détachement a été assailli par les rebelles au nombre de deux ou trois mille et (...) une décharge de mousqueterie les a repoussés. (...) Les commissaires préviennent que les "attroupés" (révoltés) de Plouguerneau, Tremenach, Plouvien et Bourg-Blanc »[61].

Le XIXe siècle

Les maisons à apotheis ("avancée") et les loups

Un hameau de Plouvien est dénommé Toul ar bleiz (le "trou du loup"). André Guilcher dans "L'habitat rural à Plouvien"[62] décrit une particularité léonarde, le kuz-taol (cache-table). « Entre la porte et le pignon comprenant la cheminée, le mur dessine une avancée (en breton apotheis ou avañs-taol) qui constitue à l'intérieur une sorte de petite pièce dans la grande, où on prend les repas. Le côté de ce saillant qui regarde la porte était, et est encore quelquefois, muni d'une meurtrière, le toull ar fuzuilh ("trou du fusil"), par laquelle on pouvait tirer sur les brigands. Kuz-taol et toull ar fuzuilh ont subsisté dans certaines maisons réaménagées ; mais toutes les chaumières n'en ont pas ». Lorsqu'on trouvait une nichée de louveteaux, on la portait, dans un sac ou un boutog, jusqu'à la maison ; la louve ne tardait pas à venir gratter à la porte d'entrée, et par une petite fenêtre pratiquée dans le mur de l'avañs-taol et donnant sur la porte, on pouvait facilement la tirer.

À Plouvien, certaines personnes semblent s'être fait une réputation de chasseurs de loups. Ainsi en 1812, la commune versa 21 francs à François Kerhuel, Yves Gogeur et François Leost, pour la destruction de 7 louveteaux. En 1813, elle versa 15 francs à Pierre Simon et François Leost encore pour avoir tué plusieurs loups. En 1815, elle versa 21 francs à François Leost, une fois de plus.

Plouvien vers le milieu du XIXe siècle

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plouvien en 1845 :

« Plouvien : commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, moins le Bourgblanc, son ancienne trève, devenue commune ; aujourd'hui succursale ; chef-lieu de perception. (...). Principaux villages : Poulcaër, Forestic, Kerminguy, Kerdavid, le Penher, le Créau, Mez-Guézou, Kerriou, Lannanélen. Superficie totale 3 366 hectares, dont (...) terres labourables 1 630 ha, prés et pâtures 132 ha, bois 23 ha, canaux, étangs et marais 121 ha, landes et incultes 1 285 ha (...). Moulins : 19 (de Kerbréden, Commou, Roudoux, Châtel, Kerventénant, Tariec, Penher, Ar-Querc'h, Dénès, Keriber, Kerdu. (...). La route de Lannilis à Lesneven coupe cette commune de l'ouest à l'est. On parle le breton[64]. »

La nouvelle église de Plouvien, de style néogothique, fut construite par l'architecte Joseph Bigot et consacrée le . Ce fut l'entreprise Bergot de Lannilis qui assura sa construction.

Le droit de vaine pâture

Le droit de vaine pâture s'exerçait encore couramment au milieu du XIXe siècle :

« Les terrains communaux (...) sont livrés toute l'année au pâturage au profit des habitants des communes possédant ces communs, composés la plupart de dunes et de marais peu susceptibles d'être cultivés ; c'est ce qu'on voit à Lampaul-Plouarzel, à Ploudalmézeau, à Porspoder, à Landunvez, à Rumengol, à Plabennec, à Plouvien, etc. Chacun y envoie son bétail quand et comme bon lui semble ; c'est là encore qu'on dépose et qu'on met à sécher les plantes marines. Seulement de temps en temps, les communes vendent tout ou partie des communs, qui disparaîtront insensiblement et accroîtront la masse des terrains cultivés. (...) Les landes, marais, et généralement tous terrains déclos et non cultivés sont encore soumis à la servitude de vaine pâture. (...) La cessation de l'indivision ne suffit point pour mettre fin à la vaine pâture, il faut encore qu'il y ait clôture des terres[65]. »

L'appropriation privée des terres jusque-là indivises suscitait des conflits : par exemple à Plouvien il faut un arrêt de la Cour de cassation en date du pour confirmer que « les habitants de la commune de Plouvien qui y ont constamment passé et fait paître leurs bestiaux, y ont établi plusieurs chemins, notamment un en pierres, y ont pris des terres, en ont extrait des matériaux moyennant certaines redevances (...) » pouvaient continuer à exercer leur droit de vaine pâture sur les terrains concernés[66].

L'enseignement au XIXe siècle

En 1874 est décidée la construction d'une école des filles à Plouvien : le Conseil général du Finistère vote une subvention de 3 000 francs pour la financer[67].

Fin XIXe siècle la construction de 67 écoles de hameaux a été autorisée dans le Finistère par deux décrets :

  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 18 écoles de hameaux sur l'arrondissement de Quimperlé ; toutes ont été bâties.
  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 50 écoles de hameaux sur les quatre autres arrondissements du département (Brest, Châteaulin, Morlaix, Quimper) à choisir dans les communes « dont le territoire est le plus étendu et les ressources les plus restreintes » ; 49 ont été bâties dont 1 à Plouvien (Le Tariec)[68].

En 1896, un document indique que les Sœurs de l'Immaculée Conception de Saint-Méen assistaient et soignaient gratuitement les malades de Plouvien à domicile[69].

La vie artisanale

Les potiers de Lanveur
Poteries provenant du secteur de Lanveur en Lannilis et datant des XVIIIe et XIXe siècles (Musée du Léon de Lesneven).

La lande de Lanveur est une étendue de terre argileuse à cheval sur les communes de Lannilis et Plouvien.

Des potiers exerçaient leur activité à Lannilis et Plouvien au XIXe siècle et au début du XXe siècle[70] sur le site de la « Lande de Lanveur » à Kerambo. Le Bottin du commerce de 1842 indique déjà la fabrication de poteries et de briques à Plouvien[71].

« Au XVIe siècle, l'industrie des potiers semble déjà très florissante à Lanveur. Sous la Révolution, Cambry, qui visita le Finistère en 1794; signale qu'il y avait alors 50 à 60 poteries en Lannilis et en Plouvien. En 1807, aux foires de Lannilis, on signale des poteries innombrables. (...) La Terre de Lanveur se vend partout dans le Léon. Mais, après cette période de prospérité, trois actes préfectoraux (1872, 1874, 1878) vinrent porter une atteinte sérieuse à cette industrie. Les poteries sont recouvertes d'une peinture à l'oxyde de plomb qui n'est pas sans danger. (...) 250 personnes [furent] réduites à la misère la plus noire[7]. »

L'industrie des potiers est alors en pleine période de prospérité. En 1811, on estime qu'elle emploie un millier d'individus environ dans la région de Lannilis-Plouvien. C'est à cette époque et jusqu'en 1874 que sont notées de nombreuses demandes d'achats de terrain, à la commune de Lannilis, sur la terre alors disputée de Lanveur. Disposés en ceinture autour d'elle, se peuplent les groupements de Prat-Torchen, Prat-Lédan, Kerizaouen, Kerien, Grollo, Bergot, Kerabo… C'est là que s'installent les familles Corre, Cléac’h, Guéguen, Aballéa, Cloarec, Jaffrès, Tréguer, Allégoet, Gouez, autant de noms familiers de nos jours. À ces noms, il convient de rajouter celui de Landuré, potier aveugle, né en 1827 à Lannilis. Des charrettes remplies de poteries s'en vont, par toutes les routes du Léon, écouler leur contenu sur les foires et les marchés. La terre de Lanveur se vend à Landerneau, au Faou, à Chateaulin, à Carhaix, à Saint-Pol-de-Léon[72].

Coupe et vue perspective d'un four utilisé par les potiers de Lanveur.
La potière devant son four (à Lannilis, vers 1910).

Leur travail est ainsi décrit :

« Dans la lande, il fallait creuser de grandes fosses, profondes d'environ deux mètres (…) pour en extraire une terre (…) variant du jaune indien au rougeâtre foncé. Cette terre argileuse, mélangée de sable dans de bonnes proportions, était naturellement favorable à la bonne tenue des poteries au feu. Pour piocher la terre dans ce terrain imperméable, le potier était souvent dans l'eau jusqu'aux genoux[7]. »

Alexandre Brongniart décrit ainsi les fours en 1877 :

« Les fours actuels, des plus primitifs, sont des fours couchés, à foyer latéral inférieur, placé dans la direction de l'axe du tirage, à l'opposé de la cheminée d'appel de l'air froid ; chaque four peut recevoir 14 à 15 douzaines de pièces pour le vernissage desquelles on emploie 25 à 30 kilogrammes de plomb (...). La cuisson des pièces dure environ deux heures ; elle est obtenue à l'aide de fagots d'ajoncs mêlés de bruyères. La température de cuisson est celle du rouge cerise ; on comte environ une soixantaine de ces fours dans la commune de Lannilis et dans celle de Plouvien, sa voisine[73]. »

Article publié dans le journal La Presse le concernant l'interdiction de la vente des poteries de Lannilis et Plouvien, vernissées à l'aide d'oxyde de cuivre et d'oxyde de plomb, à la suite de nombreux cas d'intoxication.

L'âge d'or fut les deux premiers tiers du XIXe siècle. L'interdiction d'utiliser l'oxyde de plomb, réputé toxique, accéléra un déclin provoqué aussi par l'essor de la céramique industrielle et de la ferblanterie. En 1912, le plomb était encore utilisé en dépit de l'interdiction (un mélange de plomb et de cendres étendu à la main sur la poterie crue avant son passage au four) ; les potiers étaient atteints de saturnisme. Selon L. Franchet « les potiers de Lannilis sont, en général, tous malingres. Au point de vue intellectuel, ils sont au-dessous de la normale, mais le manque d'intelligence que l'on observe chez la plupart d'entre eux peut provenir de la consanguinité, car ils constituent une classe à part, peu estimée des paysans cultivateurs (...). Aucun animal domestique ne peut vivre dans ce milieu spécial (...). J'ai vu (...) les enfants se plonger les mains dans cette poudre et se barbouiller ensuite la figure, en jouant (...) »[74].

La technique de fabrication utilisée restait très primitive : « [à Lannilis et Plouvien] on fabrique des poteries très grossières, celles-ci sont faites exclusivement par les femmes qui se tiennent exactement dans la même position accroupie que les potières kabyles. La petite tournette, de 0,30 m de hauteur, dont elles se servent, se compose d'un plateau en bois relié par des jantes à une pièce également en bois, faisant fonction de volant et que la potière fait tourner avec l'orteil du pied droit. Un pivot en bois ou en fer, fixé sur une pièce de bois, en forme de croix, traverse le volant et vient engager sa tête arrondie dans un évidement, ménagé sous le plateau supérieur ou girelle »[75].

La concurrence des ustensiles en fer blanc et des poteries et faïences d'autres provenances accentuèrent la crise et les derniers potiers disparurent pendant l'entre-deux-guerres. En 1935, il ne subsistait que deux potiers à Lanveur.

Cette description, qui date de 1935, illustre la fin de l'activité potière :

« Dans cette campagne bretonne du Léon, où toute rudesse est beauté à qui sait la découvrir, après l'arrêt de Plouvien, on se trouvait soudain dans une étendue de plusieurs kilomètres de lande inculte, couverte d'ajoncs ras et de bruyères, et dont la terre au ton chaud avait été creusée de place en place ; le train coupait par le milieu la terre de Lanveur, précédant de trois kilomètres la commune de Lannilis à laquelle elle se rattache en partie (l'autre partie dépendant de la commune de Plouvien). (…) Aujourd'hui, on cherche vainement autour de soi une activité, une présence même, dans cette lande à l'aspect désolé, aux crevasses béantes. À peine une fumée monte-t-elle, à longs intervalles, du dernier four de Prat-Torchen[76]. »

Les moulins

À la fin du XIXe siècle, la commune possédait 18 moulins « ayant deux à quatre paires de meules », et deux petites minoteries, l'une à Garéna, l'autre au Chastel[49].

Le XXe siècle

Gabriel Bergot, maire de Plouvien, fit partie des onze maires du canton de Plabennec qui adressèrent en une protestation au préfet du Finistère à propos de la circulaire interdisant l'usage de la langue bretonne dans les églises[77].

Par arrêté préfectoral du , l'école des filles de Plouvien fut laïcisée en vertu de la loi sur les congrégations[78].

La voie ferrée de Brest à Lannilis : la gare de Plouvien

Le est déclarée d'utilité publique la construction de la voie ferrée (chemin de fer d'intérêt local) allant de Brest à Lannilis (prolongée ultérieurement jusqu'à l'Aber-Wrac'h) par Gouesnou, Plabennec et Plouvien[79]. La ligne, exploitée par les Chemins de fer départementaux du Finistère fonctionna jusqu'au .

Le , un train de voyageurs circulant de Brest à l'Aber-Wrac'h dérailla entre Plabennec et Plouvien ; l'accident fit un mort (le mécanicien) et un blessé grave (le chauffeur)[80]. Le , en gare de Plouvien, un passager qui voulait prendre le train en marche glisse sous un wagon et est gravement blessé ; il fut amputé d'une jambe[81].

Le , un autocar de l'entreprise Romeur, de Plouvien, entra en collision avec un train circulant sur la ligne ferroviaire Plouescat-Brest au passage à niveau non gardé situé sur la route nationale 188 à 700 mètres à l'est de Gouesnou en direction de Plabennec faisant 12 blessés dont 5 graves[82].

Le pardon de Plouvien

Un pardon est organisé chaque année, début juillet. Le journal L'Ouest-Éclair décrit ainsi celui de 1906 :

« Dimanche a eu lieu le grand pardon de Plouvien, favorisé par un temps superbe. Les courses de chevaux et de vélocipèdes organisées à cette occasion ont été très réussies[83]. »

Les foires de Plouvien

Le journal L'Ouest-Éclair les décrit ainsi en 1911 :

« Les foires de Plouvien ont lieu les seconds samedis de février, d'avril et d'octobre. Depuis leur création, qui date d'octobre 1907, toutes les foires ont été très fréquentées. Aux dernières foires, on ne comptait pas moins de 400 poulains, tous de trait breton. Les éleveurs du Haut-Léon sont donc assurés de trouver à Plouvien, aux époques sus-indiquées, un beau choix de poulains de trait breton[84]. »

Le même journal L'Ouest-Éclair rajoute quelques semaines plus tard : « Les cultivateurs des cantons de Plabennec, Lannilis, Ploudalmézeau et Saint-Renan, pays où l'élevage du cheval de trait est si importante et si bien réputée, à juste titre, emmènent en foule leurs produits à ces foires »[85].

Ces foires existaient encore dans la décennie 1920, le journal Ouest-Éclair du indique par exemple l'organisation d'une foire à Plouvien le « importante pour poulains de gros trait [ = trait breton] » et elles sont encore évoquées en 1927[86] et en 1936.

Une natalité restée longtemps élevée

Selon une étude faite par le géographe André Guilcher, Plouvien a connu un taux de natalité de 31,3 pour mille entre 1920 et 1924, de 28 pour mille entre 1925 et 1934, de 25,3 pour mille entre 1935 et 1939 alors que les taux français correspondants étaient respectivement de 18,5, 16,5 et 14,8 pour mille pour les mêmes périodes) et un taux d'accroissement naturel largement positif (15,1, 13,0 et 10,7 pour mille respectivement) alors qu'il était voisin de zéro pour l'ensemble de la France. Plouvien connaît un accroissement naturel de 620 personnes pendant l'Entre-deux-guerres, mais la population communale reste stable, ce qui s'explique par l'importance de l'exode rural[87].

L'habitat rural traditionnel

En 1943, 21 % des maisons de Plouvien n'ont ni grenier, ni étage ; 5 % comportent un grenier habité ; 40 % d'entre elles sont divisées en deux ou plusieurs pièces, le plus souvent par des cloisons en bois, au rez-de-chaussée ; parmi celles-ci beaucoup ont une salle à manger « décorative » (c'est-à-dire qui n'est quasiment jamais utilisée). À cette date, les toits de chaume ne concernent plus que 4,1 % des habitations, la plupart des autres étant couvertes d'ardoises ; 91 % disposent alors d'une cuisine, mais très rare sont celles qui disposent d'un lavabo (on se lave dans des cuvettes et des seaux) et encore moins des W.C. Seul le bourg et ses alentours sont électrifiés. Le sol est souvent encore en terre battue, mais les habitations sont pourtant très propres : « Les meubles sont astiqués, le sol ou le ciment balayés. Tous les samedis après-midi, on lave à grande eau les bancs et les tables qu'on met à sécher devant la porte »[87].

En 1951, les géographes André Meynier et André Guilcher ont fait cette description de l'habitat rural traditionnel à Plouvien :

« Dans cette commune divisée en cinq "cordelées", elles-mêmes subdivisées en quartiers, le lieu habité n'a pas d'existence légale. Une liste des 144 "hameaux" risque d'être absolument artificielle étant donné la dispersion de l'habitat. La distance moyenne d'un hameau à l'autre est de 280 mètres, mais peut s'abaisser à 160. À l'intérieur d'un même hameau, la distance moyenne entre les maisons est de 64 mètres, mais peut monter à 140. un tel travail statistique était nécessaire au départ pour classer les types de lieux habités et poser le problème de leur origine. Beaucoup furent au départ de simples maisons isolées (ker), soit dédoublées ou détriplées par la suite (hameaux à maisons imbriquées), soit devenues centre d'attraction pour des constructions ultérieures (hameaux allongés au bord d'un chemin), où logeait la main-d'œuvre utilisée dans la plus ancienne exploitation. (...) La cohabitation avec les bêtes, et même la mitoyenneté (séparation par une simple cloison) ont disparu depuis plus d'une génération. Le chaume n'est plus guère employé que pour les constructions annexes. Les trois-quarts des habitations disposent d'un étage. Et seules 13 à 14 % des maisons ne comprennent qu'une pièce d'habitation ; 40 % ont des volets à leurs fenêtres. Cependant, bien que disparaissant les unes après les autres, les traces d'archaïsme sont nombreuses : sol en terre battue (55 %), rareté des latrines, maintien du lit clos (mais souvent ce n'est plus qu'un ornement), précarité de l'alimentation en eau, existence d'un bâtiment temporaire en bois et branches, le lokenn, servant de remise à charrettes ou de silos à betteraves[88]. »

Les guerres du XXe siècle

La Première Guerre mondiale
Monument aux morts de la Première Guerre mondiale.

Un camp d'entraînement pour l'armée française exista sur le site des anciennes poteries des "Landes de Lanveur"[7].

Le monument aux morts de Plouvien porte les noms de 119 personnes mortes pour la France pendant la Première Guerre mondiale[89] ; ceux des autres guerres du XXe siècle restent à préciser.

La Seconde Guerre mondiale
Plouvien : le Monument des Fusillés.

Les troupes allemandes, puis les troupes américaines, réoccupèrent le site des "Landes de Lanveur" et y creusèrent de profondes tranchées pour leur entraînement, rendant la partie sud du site presque impénétrable[7].

Le , le Combat Command B, de la 6e division blindée américaine, arrivant de Lesneven qu'ils avaient libéré et après avoir bivouaqué à proximité la nuit précédente, contourna Plabennec, mais dût repousser une contre-attaque allemande à Plouvien et Bourg-Blanc, rencontrant une forte résistance ennemie dans le secteur de Coat Laëron en Milizac où fut détruit un poste de surveillance anti-aérien[90].

« Le lundi 7 août à 10h45, les Américains passent dans Plouvien à la grande joie de la population. (..) La liesse est de courte durée. Le lendemain, mardi 8 août, est une journée noire avec l'arrivée des 266e et 343e divisions allemandes qui rejoignent Brest et entrent dans Plouvien. À la suite d'actes perpétrés contre l'armée allemande, de nombreux otages sont fusillés (...). Le mardi et le mercredi, ce sont 33 civils qui périssent dans d'affreuses circonstances (croyant garantir leur retraite, les Allemands ont pris 33 otages) (...) le long de la route de Boteden au Narret : (...) 25 à Plouvien. (..) Tout au long de ces 7 kilomètres, 128 civils sont abattus (...). un peu au-delà du Narret, ces mêmes jours, 57 autres otages sont fusillés à Plabennec, Gouesnou, Guipavas, en portant le nombre à 185. (...) Du côté américain, le général Grow (...) écrira : « les combats du 9 août furent un massacre »[91]. »

Plouvien : un des panneaux du "Chemin de mémoire".

Dans la nuit du 8 au le Combat Command Reserve, membre aussi de la 6e division blindée américaine, essuya de puissants tirs d'artillerie allemands à Plouvien, avant que dans la journée du elle attaque une compagnie de la 266e division allemande, laquelle fut anéantie ; l'après-midi du même jour, pendant les violents combats opposant Américains et Allemands, le clocher de l'église de Plouvien fut abattu[92].

Le environ 300 soldats allemands furent faits prisonniers à Locmaria (à l'est de Plouvien) par la 6e division blindée américaine[93].

Un "monument aux fusillés" commémore les 28 personnes exécutées lors de la bataille des 8 et à Plouvien, mais en tout, dans les environs, 185 personnes trouvèrent la mort pendant les combats de la Libération[95].

Le « Chemin de mémoire »

Plouvien a inauguré le un « Chemin de mémoire », dénommé en breton Hent ar Peoc'h, en souvenir du massacre de 33 civils les 8 et . Ce chemin est composé de 8 stations. Chaque panneau comporte des photos prises en 1944 et des témoignages des rescapés. Répartis dans le bourg, ces panneaux sont posés à l'endroit exact où avaient pris place les photographes les 8 et [96].

Démographie

En 1872, la population agglomérée (c'est-à-dire celle vivant dans le bourg) est de 198 habitants pour une population communale totale de 2544 habitants[97]. En 1886, le hameau de Kergrac'h comptait 87 habitants[98].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[99]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[100].

En 2018, la commune comptait 3 785 habitants[Note 3], en augmentation de 1,88 % par rapport à 2013 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6781 8302 1722 1892 2742 4003 0173 1052 505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5162 5522 6072 5442 5632 3162 3822 3712 400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5132 5242 5302 5242 5692 5352 5272 6522 335
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 2472 2912 4312 7792 8863 1873 5483 6013 654
2013 2018 - - - - - - -
3 7153 785-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[101] puis Insee à partir de 2006[102].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de Plouvien a augmenté de 1976 habitants entre 1793 et 2008 (soit + 117,7 % en 215 ans), mais l'évolution démographique a été variable selon les époques. Après une augmentation pendant la première moitié du XIXe siècle ( + 1312 habitants entre 1793 et 1846, année du premier pic démographique), la population décline ou stagne pendant la seconde moitié du XIXe siècle atteignant un minimum relatif en 1891 avec 2371 habitants ( - 734 habitants entre 1846 et 1891); une modeste remontée démographique se produit pendant la première moitié du XXe siècle, la population atteignant un maximum secondaire en 1946 avec 2652 habitants ( + 281 habitants entre 1891 et 1946). Les premières décennies de l'après deuxième guerre mondiale montrent à nouveau un déclin démographique ( - 405 habitants entre 1946 et 1962) lié à une reprise de l'exode rural ; par contre l'augmentation démographique reprend à partir de 1962 et a tendance à s'accélérer dans les premières années du XXIe siècle ( + 1370 habitants entre 1968 et 2006, soit + 59,8 % en 38 ans, le gain moyen étant de + 36 habitants par an, mais atteignant + 90 habitants par an entre 1999 et 2006), ceci en raison de l'accentuation de la périurbanisation liée à la relative proximité de l'agglomération brestoise qui entraîne une augmentation des migrants pendulaires. Par contre les estimations concernant l'évolution démographique entre 2006 et 2010 laissent présager un certain tassement démographique qui reste à confirmer[103].

L'augmentation de la population est due désormais à la fois à un solde naturel positif, atteignant + 1,2 % l'an en moyenne entre 1999 et 2008 et à un solde migratoire également positif, le record ayant été atteint entre 1975 et 1982 ( + 1,4 % l'an), mais restant positif ( + 0,3 % l'an entre 1999 et 2008). La population est jeune (24,8 % de 0 à 14 ans pour 11,4 % de 65 ans et plus en 2008), ce qui explique un taux d'accroissement naturel largement positif ( + 12,2 pour mille en 2008, le taux de natalité étant cette année-là de 17,8 pour mille et le taux de mortalité de 5,6 pour mille). Les naissances l'emportent largement sur les décès : entre 2000 et 2009 inclus, la commune a enregistré 582 naissances pour 178 décès, le record ayant été atteint en 2004 (71 naissances, 17 décès) mais restant largement positif (49 naissances et 17 décès en 2009).

Cette rapide augmentation démographique récente a entraîné la prolifération des constructions neuves et des lotissements : entre 1968 et 2008, le nombre des logements est passé dans la commune de 610 à 1509 ( + 899 logements, soit + 147,3 % en 41 ans). Ces logements sont très majoritairement des maisons individuelles (94,9 % du parc immobilier total en 2008) et des résidences principales ( 2,7 % des logements seulement sont des résidences secondaires en 2008)[104]. L'évolution du nombre des permis de construire délivrés est également révélatrice : 398 permis délivrés en 14 ans entre 1995 et 2008 inclus, soit un peu plus de 24 par an en moyenne, le record étant atteint en 1998 (70 permis de construire délivrés), seulement 6 l'étant en 2007 et 19 en 2008[1].

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires
Date Nom du maire Etiquette Qualité
François Madec (1764-1838)
Joseph Floch (1756- 1842)
Charles Chuiton (1760-1794)
François Madec
26 vendémiaire an IX (1800) Goulven Miquéal (1768-1806)
François Madec
Pierre Mathieu (1766-1841)
1826 François Chapelain (1793-1852)
Yves Jestin (1794-1846)
Florémond Le Gallic de Kerizouet
François Guillermou (1805-1877)
Étienne Tréguier (1835-1878)
Jean-François Squiban (1829-1895)
Gabriel Bergot (1846-1923)
Jean-Marie Quéouron (1855-1922)
Jean Louis Guianvarch (1862-1949)
François-Marie Kerampran (1891-1956)
Jean Bothorel (1899-1973)
Jean Jollé
François Cueff (1941-1983)
Jean Louis Le Guen
Christian Calvez Retraité Fonction publique
Président de la Communauté de Communes
Hervé Oldani[105] Officier de marine retraité

Enfance, enseignement, langue bretonne

  • Une crêche-halte-garderie existe, dénommée "Au Clair de la Lune" et les aides maternelles sont regroupées dans une association baptisée "Rayons de Soleil".
  • Deux écoles primaires existent (en tout 457 enfants scolarisés pendant l'année scolaire 2010-2011)[1] :
    • L'école des Moulins (école publique)
    • L'école Saint-Jaoua (école privée)
  • À la rentrée 2007, 8,9 % des enfants de la commune étaient inscrits dans le primaire bilingue[106].
  • L’adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le .

Monuments

La chapelle Saint-Jean-Balanant.
  • L'église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, de style néogothique, reconstruite en 1887. À l’intérieur se trouve le tombeau (mausolée de style Renaissance) d'Olivier Richard, sieur de Tariec, docteur en théologie, chanoine de Nantes, Rennes et de Léon, décédé en 1555, provenant de l'ancienne chapelle de Saint-Tariec. C'est un sarcophage supporté par des pilastres entre lesquels sont sculptées de petites figures de moines dans l'attitude de la prière et de la douleur. Au milieu d'elles est un ange soutenant un écusson aux armes d'Olivier Richard, représenté couché au-dessus du tombeau, et revêtu de ses ornements sacerdotaux[107]. Le clocher de l'église, abattu lors des combats du , fut reconstruit et inauguré le et trois nouvelles cloches baptisées[92].
  • Chapelle Saint-Jaoua. Construite sur les vestiges de l'ancienne église romane du XIe siècle, elle a été achevée au XVIe siècle. Elle abrite le gisant de saint Jaoua et est fréquemment le lieu d'événements festifs organisés par les Plouviennois, très attachés à leur chapelle.
  • Chapelle Saint-Jean-Balannant. Achevée en 1443, elle a été rénovée au XVIIe siècle.
  • Musée Skolig al louarn. Le musée de « la petite école du renard » (école buissonnière) a pour vocation de retracer l'histoire de la région de manière originale et résolument vivante !


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jumelages

Sports

  • Football : Association Sportive de Plouvien, qui évolue en DSR pour la saison 2007/2008, évolue en DHR pour la saison 2009/2010, en PH pour la saison 2010/2011 et enfin en D1 pour la saison 2011/2012.

Le club de football de Plouvien possède un complexe sportif assez moderne car il possède un terrain synthétique.

Personnalités liées à la commune

  • La famille Thépault (seigneurs de Leinquelvez et de Kervolongar, paroisse de Garlan, de Treffalégan, paroisse de Lanhouarneau et châtelains du Breignou, paroisse de Plouvien, de Rumelin et de Mesaudren en Guimaëc, etc.).

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. a b c et d http://www.plouguin.fr/index.php?rub=presentation_de_la_commune
  2. « Recensement agricole. 57 exploitations communales », sur letelegramme.com, Le Télégramme, (consulté le 29 août 2020).
  3. http://www.sill-entreprises.com/22-histoire
  4. http://www.sill-entreprises.com/25-chiffres-cles
  5. « Plouvien. Blocage d'un projet d'extension de la Sill », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2020).
  6. Journal Le Télégramme, n° du 6 février 2021, https://www.letelegramme.fr/economie/a-landivisiau-la-tour-de-sechage-de-la-sill-se-met-en-route-05-02-2021-12700169.php
  7. a b c d et e http://www.rade-de-brest.infini.fr/spip.php?article121
  8. http://www.rade-de-brest.infini.fr/spip.php?article122
  9. http://www.fetedelanature.com/ledition-2011/detail-programme?id=les-landes-de-lanveur&id2=bretagnevivantesepnb
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  13. « Unité urbaine 2020 de Plouvien », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  18. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  19. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  20. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 1er mai 2021)
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 1er mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. a b et c http://www.infobretagne.com/plouvien.htm
  24. Arthur de La Borderie, "La vicomté ou principauté de Léon", Revue de Bretagne et de Vendée, Vannes, 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f106.image.r=Plouvien.langFR
  25. Benjamin Girars, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f247.image.r=Jaoua.langFR
  26. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", édition 2, tome 3, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54062208/f136.image.r=Plouvien.langFR
  27. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier, Les bretons. 7,BROU-CARN", 1886-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58176362/f462.image.r=Plouvien.langFR
  28. Abbé Le Guen, "Antiquités du Léon et plus spécialement du canton de Plabennec", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f226.image.r=Jaoua.langFR
  29. Aucun acte de baptême, de mariage ou de décès dans cette chapelle n'est postérieur à 1588
  30. Nobiliaire et armorial de Bretagne, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f338.textePage.langFR et "Revue historique et archéologique du Maine", 1894, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k415355z/f177.image.r=Plouvien.langFR
  31. http://www.laperenne-zine.com/articles.php?lng=fr&pg=816
  32. Quelques ossements auraient été retrouvés alors dans le sarcophage, voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f95.image.r=Jaoua.langFR
  33. http://vero.blog.mongenie.com/index/p/2009/08/855148
  34. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la plupart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches... (5e édition revue et corrigée par messire Guy Autret, 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f96.image.r=Jaoua.langFR
  35. La Croix n°13950 du 24 août 1928, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k412218k/f3.image.r=Kerhuon.langFR
  36. « plouvien.fr/index.php?rub=la_c… »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?).
  37. http://ns203268.ovh.net/yeurch/histoirebretonne/terre/teneur/C/Coetivy.htm « Copie archivée » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive).
  38. Arthur de La Borderie, La vicomté ou principauté de Léon, Revue de Bretagne et de Vendée, Vannes, 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f113.image.r=Plouvien.langFR
  39. Le Brignou se situe désormais dans la commune de Bourg-Blanc
  40. Chanoine Henri Pérennès, Plouvien, monographie de la paroisse, 1942, réédition 2003.
  41. M. de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, tome huitième, 1805, consultable https://books.google.fr/books?id=RCaHPOxTOuAC&pg=PA431&lpg=PA431&dq=Kerbr%C3%A9der&source=bl&ots=2_k07KoQUJ&sig=bVkMcFTznLNi5bN3DQxabUL6H-s&hl=fr&sa=X&ei=z875TqeKNNOtsgb5q6XSDw&ved=0CCMQ6AEwAA#v=onepage&q=Kerbr%C3%A9der&f=false
  42. Présents aux montres de 1426 et 1534, voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f267.textePage.langFR
  43. Chronique d'Histoire et de littérature de la Bretagne, Annales de Bretagne, 1907-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115319g/f166.image.r=Plouvien.langFR
  44. Abbé Le Guen, "Antiquités du Léon et plus spécialement du canton de Plabennec", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f244.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  45. a b et c Abbé Le Guen, "Antiquités du Léon et plus spécialement du canton de Plabennec", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f248.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  46. Il fut évêque de Léon de 1411 à 1419
  47. on le retrouve au-dessus de la porte de la sacristie du nord dans l'église actuelle
  48. Abbé Le Guen, "Antiquités du Léon et plus spécialement du canton de Plabennec", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f228.image.r=Jaoua
  49. Pour un total de 1 000 tonnes dans le Finistère cette année-là, dont 150 tonnes à Plouguerneau, 100 tonnes à Plouescat ainsi qu'à Kerlouan, etc., voir "Le Moniteur scientifique du Docteur Quesneville : journal des sciences pures et appliquées, compte rendu des académies et sociétés savantes et revues des progrès accomplis dans les sciences physiques, chimiques et naturelles", 1915, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2152612/f178.image.r=Plouvien.langFR
  50. « Le dimanche dans la région », L'Ouest-Éclair, no 3533,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  51. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  52. "Les combattants français de la guerre américaine, 1778-1783 : listes établies d'après les documents authentiques déposés aux Archives Nationales et aux Archives du Ministère de la guerre", 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f114.image.r=Plouvien.langFR et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f124.image.r=Plouvien.langFR
  53. Personnes en âge de communier
  54. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og
  55. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1).
  56. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 3, 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49518d/f495.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  57. Abbé Peyron, "Documents touchant l'insurrection du Léon en mars 1793", 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5656046p/f30.image.r=Plouvien.langFR
  58. André Guilcher, "L'habitat rural à Plouvien", Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, année 1951, volume 6, no 3, pages 397-398, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1951_num_6_3_1986_t1_0397_0000_2
  59. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjaksPGnKLaAhUkJ8AKHdi4B_EQ6wEIKDAA#v=onepage&q=Plouvien&f=false
  60. J.M.P.A. Limon, "Usages et règlements locaux en vigueur dans le département du Finistère", 1852, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688569v/f98.image.r=Plouvien.langFR
  61. René Senly et Charles Archambault, "Dictionnaire pratique des actions possessoires et du bornage", tome 2, 1890, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54155720/f128.image.r=Plouvien.langFR
  62. Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère, 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55647045/f617.image.r=Plouvien.langFR
  63. Marie-Paule et Bernard Kernéis, Les écoles de hameaux : deux programmes d' envergure à la fin du XIXe siècle dans le Finistère, revue "Le Lien", Centre généalogique du Finistère, n° 151, septembre 2019. Site des auteurs http://www.roch-gad.eu
  64. La France charitable et prévoyante : tableaux des œuvres et institutions des départements, numéro 1, 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802221d/f627.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  65. Paul Guérin, Dictionnaire des dictionnaires. Lettres, sciences, arts, encyclopédie universelle, tome 7, fin XIXe siècle, [lire en ligne] et revue La Céramique, Paris, 1912, [lire en ligne].
  66. Sébastien Bottin, Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde, 182=42, [lire en ligne].
  67. D'après le registre des délibérations de 1828, cité par http://www.animation-lannilis.org/index.php?page=histoire-de-la-poterie.
  68. Alexandre Brongniart, "Traité des arts céramiques, ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie", tome 2, 1877, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96807249/f700.image.r=Lannilis?rk=7081580;0
  69. L. Franchet, Les poteries culinaires à glaçures plombeuses, "La Céramique : revue mensuelle illustrée", 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1241562/f97.image.r=Lannilis?rk=4485000;4
  70. L. Franchet, La technique céramique chez les Nègres de l'Afrique centrale, "L'Homme préhistorique : revue mensuelle illustrée d'archéologie et d'anthropologie préhistoriques", janvier 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5861054f/f25.image.r=Lannilis?rk=1437775;2
  71. R. Chevallier-Kervern, Cahiers de l'Iroise, n° d'avril-juin 1956, cité par http://www.animation-lannilis.org/index.php?page=histoire-de-la-poterie
  72. Journal L'Univers, n° du 30 octobre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k711249b/f4.image.r=drennec?rk=858373;2
  73. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, n° du 2 septembre 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62423436/f8.image.r=Tr%C3%A9guennec?rk=64378;0
  74. Bulletin des lois de la République française, juin 1891, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2147845/f253.image.r=Plouvien.langFR
  75. Journal L'Ouest-Éclair no 413 du 26 septembre 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639021g/f3.image.r=Plouvien.langFR
  76. Journal L'Ouest-Éclair no 1682 du 28 mars 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6402918/f3.image.r=Plouvien.langFR
  77. Journal L'Ouest-Éclair no 14591 du 19 octobre 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6606855/f4.image.r=plouvien.langFR
  78. Journal L'Ouest-Éclair n°3406 du 6 juillet 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641121t/f4.image.r=plouvien.langFR
  79. Journal L'Ouest-Éclair n°4453 du 2 avril 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642852p/f5.image.r=plouvien.langFR
  80. Journal L'Ouest-Éclair no 4398 du 6 février 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642797n/f4.image.r=Plouvien.langFR
  81. Journal Ouest-Éclair no 9388 du 8 juillet 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6120123/f10.image.r=Plouvien.langFR
  82. a et b André Guilcher, "L'Habitat rural à Plouvien, Finistère : Contribution à l'étude de l'habitat rural en Bretagne, 1950, Brest, imprimerie du Télégramme
  83. André Meynier, compte-rendu du livre d'André Guilcher, "L'habitat rural à Plouvien", Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, année 1951, volume 6, n°3, pages 397-398, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1951_num_6_3_1986_t1_0397_0000_2
  84. Memorialgenweb.org - Plouvien : monument aux morts
  85. Éric Rondel, "La libération de la Bretagne ", éditions Ouestetcompagnie, 2014, (ISBN 978-2-36428-039-7).
  86. Louis Bothorel, "Plouvien, août 1944", éditions Skolig al Louarn, 2003, 180 pages et "Bataille de Plouvien", consultable http://www.skoluhelarvro.org/culture-bretagne/batailles/detail.php?id=277
  87. a et b http://www.plouvien.fr/index.php?rub=l_eglise
  88. Éric Rondel, "La libération de la Bretagne", éditions Ouestetcompagnie, 2014, (ISBN 978-2-36428-039-7).
  89. http://fr.topic-topos.com/monument-des-fusilles-plouvien
  90. « Chemin de mémoire. Inauguration dimanche matin », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2020).
  91. Pierre Larousse, "Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique.... T. 12 P-POURP", 1877, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2053648/f1204.image.r=Plouvien.langFR
  92. Adolphe Joanne, "Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. 3, E-K", 1890-1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k733913/f703.image.r=plouvien.langFR
  93. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  94. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  95. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  96. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  97. http://recensement.insee.fr/chiffresCles.action?zoneSearchField=&codeZone=29209-COM&idTheme=3&rechercher=Rechercher
  98. http://recensement.insee.fr/chiffresCles.action?zoneSearchField=&codeZone=29209-COM&idTheme=6&rechercher=Rechercher
  99. « Plouvien. Hervé Oldani prend le relais de Christian Calvez », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  100. Ofis ar Brezhoneg: Enseignement bilingue
  101. Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, "Guide pittoresque du voyageur en France", tome V, 1888, consultable https://books.google.fr/books?id=l5HzwzEkomYC&pg=PA80-IA5&lpg=PA80-IA5&dq=Tombeau+Olivier+Richard&source=bl&ots=wTu1bad-Ks&sig=71rme5xW-tl21T06GtEVpUibpEM&hl=fr&sa=X&ei=-br0TpTKNYK8-QaVhti3AQ&sqi=2&ved=0CDcQ6AEwBA#v=onepage&q=Tombeau%20Olivier%20Richard&f=false
  102. Il s'agit d'une brisure des armes de la famille de sa mère, Catherine du Chastel (Blason Famille du Chastel.svg d'or à trois fasces de gueules), héritière de la branche aînée des comtes de Léon (Blason Léon (Bretagne).svg d'or au lion de sable), la branche cadette, les seigneurs de Léon, ayant survécu et adopté un lion morné. C'est ce qui explique peut-être la couleur des fasces.

Liens externes