Michel Winock

Michel Winock
Michel Winock 20100330 Salon du livre de Paris 2.jpg
Michel Winock au Salon du livre de Paris 2012.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Michel Joseph Winock
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinctions

Michel Winock (né le dans le 14e arrondissement de Paris) est un historien français spécialiste de l’histoire de la République française ainsi que des mouvements intellectuels et politiques. Ses travaux l'ont conduit en particulier à traiter les thèmes du socialisme, de l'antisémitisme, du nationalisme et des mouvements d'extrême droite en France. Il est professeur des universités en histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Paris, où il a enseigné, entre autres, l'histoire des idées politiques.

Il est notamment l’auteur du Siècle des intellectuels (1997), pour lequel il a reçu le prix Médicis essai en 1997, des Voix de la liberté (2001), salué par l'Académie française, et de Madame de Staël, prix Goncourt de la biographie 2010. Il a dirigé avec Jacques Julliard le Dictionnaire des intellectuels français.

Biographie

Enfant d'un milieu modeste

Dernier enfant, parmi cinq frères et sœurs, de Gaston Winock (receveur d'autobus qui meurt de la tuberculose en 1945) et de Jeanne Dussaule tenant un commerce d'épicerie-fruiterie, il grandit à Arcueil dans la « banlieue rouge » comme il le décrit dans son livre de mémoires Jeanne et les siens. Après des études brillantes au lycée Lakanal, il passe son baccalauréat de philosophie, s'inscrit en hypokhâgne, suit les cours par correspondance tout en travaillant d'abord dans la maison d'import-export Compagnie du Niger français, filiale de Lever, puis comme répétiteur. Il passe sa propédeutique à la Sorbonne[1].

Carrière universitaire

Docteur ès lettres, agrégé d'histoire (1961), Michel Winock a commencé sa carrière dans l'enseignement secondaire au lycée de Montpellier[Lequel ?] puis au lycée Hoche de Versailles et au lycée Lakanal de Sceaux. La création de l'université de Vincennes au lendemain de la réforme Edgar Faure (1968) lui ouvre les portes de l'enseignement supérieur.

Il est nommé à Sciences Po Paris où il commence en 1979 sa carrière de maître-assistant puis de professeur (après y avoir été maître de conférences extérieur).

En 1987, il soutient sa thèse, intitulée « Crises et idées de crise en France, 1871-1968 », préparée sous la direction de René Rémond, à l'Institut d'études politiques de Paris[2].

Carrière dans l'édition

Michel Winock mène par ailleurs une carrière dans l'édition : membre de la revue Esprit à partir de 1962, il devient conseiller puis directeur littéraire aux Éditions du Seuil. Il y crée les collections L'Univers Historique (avec Jacques Julliard) et Points Histoire (en 1971)[3]. Il contribue ainsi à ce qui peut être considéré comme un âge d'or de l'édition historique en France.

Un an après son départ d'Esprit, il fonde, avec Michel Chodkiewicz, en 1978 la revue L'Histoire avec pour ambition de rendre accessibles au grand public les meilleurs travaux de la recherche historique (sur le modèle de la revue La Recherche, de la même maison d'édition), dans un esprit pluraliste[4].Cette revue est rapidement un succès avec plus de 40 000 abonnés[réf. souhaitée].

Il fut l'un des initiateurs de la pétition Liberté pour l'histoire[5].

Il rédige une chronique mensuelle pour le quotidien Sud Ouest[6] depuis 2010.

Michel Winock, après ses études sur l'histoire politique et idéologique des Français (titre de sa thèse : Crises et idées de crise en France : 1871-1968), s'est lancé dans la biographie : après Clemenceau (prix Aujourd'hui), il a publié en 2010 Madame de Staël (grand prix Gobert de l'Académie française) puis Flaubert en 2013.

Mission sur l'avenir des institutions

Entre et , il copréside avec le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone la Mission sur l'avenir des institutions dite mission Bartolone-Winock, qui dans un rapport fait 17 propositions pour réformer les institutions de la Cinquième République.

Distinctions

Publications

Ouvrages

  • Les Communards, Seuil, 1964 (avec Jean-Pierre Azéma) (rééd. Thierry Marchaisse, « Octets », 2015).
  • La IIIe République : 1870-1940, Calmann-Levy, 1969 (avec Jean-Pierre Azéma) (rééd. Hachette « Pluriel », 1978 ; Thierry Marchaisse, « Octets », 2015).
  • La République se meurt : chronique 1956-1958, Paris, Éditions du Seuil, , 252 p.
    Réédition : La République se meurt : 1956-1958, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Histoire » (no 4), , 285 p. (ISBN 2-07-032300-5).
  • Édouard Drumont et Cie : antisémitisme et fascisme en France, Paris, Éditions du Seuil, , 218 p. (ISBN 2-02-006088-4, présentation en ligne).
    Réédition : Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no H131), , 504 p., poche (ISBN 978-2-7578-4307-9, présentation en ligne).
  • La fièvre hexagonale : les grandes crises politiques de 1871 à 1968, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no H97), (1re éd. 1986, Calmann-Lévy), 475 p. (ISBN 978-2-7578-1538-0, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • Chronique des années soixante, Seuil, « XXe siècle », 1987 (rééd. Seuil, « Points Histoire », 1990).
  • 1789. L'année sans pareille, Hachette, « Pluriel », 1989 (rééd. Perrin, « Tempus », 2004).
  • Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no H131), (1re éd. 1990), 504 p. (ISBN 978-2-7578-4307-9, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • Les Années trente, de la crise à la guerre, Seuil, « Points Histoire », 1990.
  • L'Échec au roi, 1791-1792, Olivier Orban, « Réserve Ouvrage », 1991.
  • 1991. Les frontières vives, Seuil, « Journal de la fin du siècle », 1992.
  • Le Socialisme en France et en Europe, XIXe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no 162), , 426 p. (ISBN 2-02-014658-4).
  • Histoire de l'extrême droite en France (dir.), Seuil, « Points Histoire », 1994.
  • La Droite depuis 1789 : les hommes, les idées, les réseaux (dir.), Seuil, « Points Histoire », 1995.
  • Parlez-moi de la France, Omnibus, « Non Fiction », 1995 (rééd. Seuil, « Points », 1997).
  • « Esprit » : des intellectuels dans la cité, Seuil, « Points Histoire », 1996.
  • L'Affaire Dreyfus, vérités et mensonges (dir.), Seuil, « Points Histoire », 1998.
  • Dictionnaire des intellectuels français (dir.), Seuil, « Histoire », 1996 (avec Jacques Julliard).
  • Le Siècle des intellectuels, Seuil, « Essais », 1997 (rééd. Seuil, « Points » 1999)
    Prix Medicis essai 1997.
  • Les Voix de la liberté : les écrivains engagés au XIXe siècle, Seuil, « Essais », 2001 (rééd. Seuil, « Points » 2002).
Prix Roland de Jouvenel de l’Académie française 2001

Audiovisuel

Michel Winock est également avec Jean-Paul Fargier le coréalisateur d'un documentaire sur la naissance de la Cinquième République, Et De Gaulle créa la Cinquième, diffusé en 2010 par France 3[7].

Notes et références

  1. Emmanuel Laurentin, « Michel Winock », émission À voix nue sur France Culture, 9 avril 2012.
  2. SUDOC 041363310
  3. Emmanuel Laurentin, « Michel Winock [archive] », émission À voix nue sur France Culture, 10 avril 2012
  4. Emmanuel Laurentin, « Michel Winock [archive] », émission À voix nue sur France Culture, 12 avril 2012
  5. Il participe au conseil d'administration de l'association éponyme.
  6. tag Michel Winock dans le journal Sud Ouest
  7. « …et De Gaulle créa la cinquième : les débuts de la politique spectacle, bientôt sur France 3 », Première, 25 mars 2010

Liens externes