Jean-Pierre Bacri

Jean-Pierre Bacri
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Pierre Bacri en 2007.
Naissance
Castiglione (Algérie française)
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 69 ans)
Paris 6e (France)
Profession Acteur
Scénariste
Dramaturge
Films notables voir filmographie

Jean-Pierre Bacri est un acteur, scénariste et dramaturge français né le à Castiglione (aujourd'hui Bou Ismaïl) en Algérie française et mort le à Paris 6e.

Il est l'auteur de neuf scénarios écrits avec Agnès Jaoui dont cinq qu'elle réalise et dans lesquels il joue. Le Goût des autres est nommé à l'Oscar du meilleur film international en 2001 et Comme une image reçoit le Prix du scénario au Festival de Cannes 2004.

Il collabore à plusieurs reprises avec les réalisateurs Cédric Klapisch, Alain Chabat, Alain Resnais, Claude Berri et Pascal Bonitzer.

Au théâtre, il reçoit le Molière de l'auteur en 1992 pour Cuisine et Dépendances et le Molière du comédien en 2017 pour son rôle dans Les Femmes savantes. Au cinéma, il reçoit quatre fois le César du meilleur scénario original, remporte une fois le César du meilleur acteur dans un second rôle et est nommé six fois pour le César du meilleur acteur.

Biographie

Famille et formation

Jean-Pierre Bacri naît le à Castiglione[1],[2] dans une famille juive d'Algérie. Grâce à son père facteur en semaine et ouvreur le week-end dans la salle de cinéma Star de la ville, il découvre le septième art[3],[4].

Arrivé avec ses parents à Cannes en 1962, il rencontre Cyril de La Patellière au lycée Carnot, il veut devenir enseignant de français et de latin. Mais à 25 ans, Jean-Pierre Bacri monte à Paris et décide de travailler dans la publicité. Il devient placeur à l'Olympia pour gagner sa vie. Parallèlement, il suit une formation d'acteur au Cours Simon et au Cours de Jean Périmony, tout en écrivant des pièces de théâtre[5],[6], dont Le Doux Visage de l'amour pour laquelle il reçoit le prix de la Fondation de la vocation en 1979.

En 1987, il rencontre Agnès Jaoui, sa partenaire dans la pièce L'Anniversaire d'Harold Pinter, mise en scène par Jean-Michel Ribes. Il forme avec elle un couple à la ville jusqu'en 2012[2]. Ils demeurent ensuite proches et continuent d'écrire et de jouer ensemble au cinéma et au théâtre[8],[9].

Carrière d'acteur

Années 1980

En 1979, il joue son premier rôle au cinéma, celui d'un anesthésiste, dans Le Toubib, mais c'est sa prestation de proxénète dans Le Grand Pardon d'Alexandre Arcady en 1982 qui le fait connaître aux yeux du grand public.

Il multiplie ensuite les seconds rôles, collaborant avec plusieurs réalisateurs : Diane Kurys, Claude Lelouch, Claude Pinoteau, Luc Besson, Jean-Michel Ribes, Tony Gatlif, Gérard Krawczyk, Jean-Pierre Mocky, Pierre Tchernia, Jean-Marie Poiré, Yves Boisset et Yves Robert.

C'est en 1986 que son nom commence à figurer en haut de l'affiche : pour Mort un dimanche de pluie de Joël Santoni, puis L'Été en pente douce de Gérard Krawczyk, sorti en 1987. Il joue la même année dans la pièce L'Anniversaire de Harold Pinter, mise en scène de Jean-Michel Ribes, auprès de sa future collègue et compagne Agnès Jaoui[10].

Années 1990 : révélation et consécration

En 1993, l'acteur s'impose dans la comédie Cuisine et Dépendances, dont il signe aussi le script. Puis il s'impose comme scénariste avec la comédie d'Alain Resnais Smoking / No Smoking, dont il a co-écrit l'histoire avec Agnès Jaoui. Leur long-métrage leur vaut le César du meilleur scénario original 1994. Le tandem confirme rapidement, cette fois également en tant qu'acteurs.

L'année 1996 les révèle en effet au grand public avec la comédie Un air de famille, adaptation de Cédric Klapisch d'une autre pièce co-écrite par le tandem Jabac, selon l'expression d'Alain Resnais[11]. Le film leur vaut le César du meilleur scénario original 1997.

La même année, Jean-Pierre Bacri confirme aussi en tant qu'acteur, en menant la comédie fantastique Didier, premier long-métrage d'Alain Chabat. Bacri y cultive son personnage d'éternel râleur. Puis avec la comédie On connaît la chanson, nouvelle comédie d'Alain Resnais, dont Bacri a co-signé à nouveau le scénario. Cette fois, il décroche non seulement le César du meilleur scénario original ou adaptation mais aussi le César du meilleur acteur dans un second rôle.

En 1998, il donne la réplique à Catherine Deneuve, tête d'affiche du drame Place Vendôme, réalisé par Nicole Garcia. Il retrouve cette dernière comme actrice pour la comédie Kennedy et moi, mise en scène par Sam Karmann, qui sort en 1999.

L'année 2000 lui permet de s'imposer à nouveau comme auteur et acteur, avec le film Le Goût des autres, dont la réalisation est cette fois assurée par Agnès Jaoui. Le film est multirécompensé, et vaut au tandem leur quatrième César du meilleur scénario original ou adaptation.

Années 2000 : confirmation critique

L'acteur avec Agnès Jaoui, entourés de Karin Viard, Anne Alvaro, Agnès Varda, Jalil Lespert et Ramzy Bedia à la 26e cérémonie des César, pour Le Goût des autres.

Devenu un proche collaborateur d'Alain Chabat, il participe au script de la grosse production Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre et se charge aussi de la narration du film. Le film est un énorme succès de l'année 2002. Bacri partage quant à lui l'affiche de la comédie Une femme de ménage, de Claude Berri, avec la jeune Émilie Dequenne.

En 2003, avec Nathalie Baye, Isabelle Carré et Melvil Poupaud, il fait partie du quatuor formé par Noémie Lvovsky pour sa comédie dramatique Les Sentiments. Puis en 2004, il partage l'affiche du drame Comme une image, d'Agnès Jaoui avec la jeune Marilou Berry. Le film vaut au tandem le Prix du scénario au Festival de Cannes 2004.

En 2005, il décide de parrainer le collectif Devoirs de mémoires.

En 2006, il retrouve la réalisatrice Nicole Garcia pour tenir le premier rôle de la comédie dramatique Selon Charlie, puis en 2008 sa collaboratrice Agnès Jaoui pour la comédie dramatique Parlez-moi de la pluie, avec un Jamel Debbouze, à contre-emploi, pour parler de racisme ordinaire.

En 2009, il porte le drame indépendant Adieu Gary, écrit et réalisé par Nassim Amaouche, puis tourne le thriller de Raphaël Jacoulot, Avant l'aube 2011.

Tête d'affiche (années 2010)

Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri à une avant-première d'Au bout du conte en 2013.

En , l'acteur tient le premier rôle masculin de la comédie Cherchez Hortense, réalisée par Pascal Bonitzer.

Puis il retrouve Agnès Jaoui pour un sixième long-métrage, la comédie fantastique Au bout du conte, qui sort en 2013. Bacri y joue un moniteur d'auto-école croyant irrémédiablement que sa dernière heure est arrivée. Agathe Bonitzer, Arthur Dupont et Benjamin Biolay composent le casting principal.

L'année 2015 est marquée par la sortie de deux longs-métrages : la comédie dramatique La Vie très privée de Monsieur Sim, réalisée par Michel Leclerc, où il est secondé par Isabelle Gélinas.

En 2016, il retrouve Pascal Bonitzer pour la comédie Tout de suite maintenant, où il côtoie notamment Agathe Bonitzer, Vincent Lacoste et Lambert Wilson.

L'année suivante, il est la tête d'affiche de deux longs-métrages : en juin, la satire Grand Froid, où il est secondé par Arthur Dupont et Olivier Gourmet ; en octobre la comédie dramatique Le Sens de la fête, écrite et réalisée par un autre tandem du cinéma français, Olivier Nakache et Éric Toledano. Fidèle à Alain Chabat, il fait aussi une apparition dans la comédie Santa et Cie.

En 2018, il retrouve d'abord Agnès Jaoui pour la satire Place publique. Puis il joue les patriarches pour la comédie dramatique Photo de famille. L'acteur y a notamment pour partenaire Chantal Lauby.

Engagement politique

En 2014, il est membre du comité de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris[13].

Prises de position

Interviewé par le quotidien Ouest France en 2013, il déclare soutenir financièrement le projet Wikipédia : « J’aime Wikipédia, l’encyclopédie collaborative sur Internet [..] Bon, pour l’actu chaude, il y a peut-être des erreurs, mais pour la culture générale, c’est génial. Je leur ai filé des euros pour soutenir l’idée.[14] »

Mort

Jean-Pierre Bacri meurt d'un cancer le à Paris 6e[1], à l'âge de 69 ans[15],[16],[17]. Ses obsèques ont lieu dans l'intimité le au crématorium du cimetière du Père-Lachaise[18].

Théâtre

Dramaturge

Comédien

Filmographie

Cinéma

Scénariste

Acteur

Longs métrages
Courts métrages

Télévision

Distinctions

Cinéma

Récompense Année Catégorie Film Statut
César 1986 Meilleur acteur dans un second rôle Subway Nomination
1994 Meilleur scénario original ou adaptation (conjointement avec Agnès Jaoui) Smoking / No Smoking Lauréat
1997 Un air de famille Lauréat
1998 On connaît la chanson Lauréat
Meilleur acteur dans un second rôle Lauréat
2000 Meilleur acteur Kennedy et moi Nomination
2001 Meilleur scénario original ou adaptation (conjointement avec Agnès Jaoui) Le Goût des autres Lauréat
Meilleur acteur Nomination
2004 Les Sentiments Nomination
2005 Meilleur scénario original ou adaptation (conjointement avec Agnès Jaoui) Comme une image Nomination
2013 Meilleur acteur Cherchez Hortense Nomination
2016 La Vie très privée de Monsieur Sim Nomination
2018 Le Sens de la fête Nomination
2021 César d'honneur César d'honneur posthume pour l'ensemble de sa carrière Lauréat
Lumières de la presse internationale 1997 Meilleur scénario (conjointement avec Agnès Jaoui) Un air de famille Lauréat
2001 Le Goût des autres Lauréat
2018 Meilleur acteur Le Sens de la fête Nomination
Étoiles d'or 2000 Meilleur acteur Kennedy et moi Lauréat
2005 Meilleur scénario (conjointement avec Agnès Jaoui) Comme une image Lauréat
Festival du film de Cabourg 2000 Swann d'or du meilleur acteur Le Goût des autres Lauréat
Festival de Cannes 2004 Prix du scénario (conjointement avec Agnès Jaoui) Comme une image Lauréat
Prix du cinéma européen 1998 Meilleur scénariste (conjointement avec Agnès Jaoui) On connaît la chanson Nomination
2000 Le Goût des autres Lauréat
2004 Comme une image Lauréat
Prix René-Clair 2001 Lauréat

Théâtre

Récompense Année Catégorie Pièce Statut
Nuit des Molières 1992 Molière du théâtre privé (conjointement avec Agnès Jaoui et Stéphan Meldegg) Cuisine et dépendances Nomination
Molière du meilleur spectacle comique (conjointement avec Agnès Jaoui et Stéphan Meldegg) Lauréat
Molière de l'auteur (conjointement avec Agnès Jaoui) Lauréat
Molière de la révélation théâtrale Nomination
1995 Molière du théâtre privé (conjointement avec Agnès Jaoui et Stéphan Meldegg) Un air de famille Nomination
Molière du meilleur spectacle comique (conjointement avec Agnès Jaoui et Stéphan Meldegg) Lauréat
Molière de l'auteur (conjointement avec Agnès Jaoui) Nomination
2017 Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé Les Femmes savantes Lauréat
Prix Tristan-Bernard 1982 Le Grain de sable Lauréat

Notes et références

  1. a et b « Jean-Pierre Bacri », sur deces.matchid.io (consulté le 13 février 2021).
  2. a et b Jacques Mandelbaum, « Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui : « On bouge, on caricature moins » », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le 18 janvier 2021).
  3. Noam Mosséri, « Jean Pierre Bacri d’origine juive d’Algérie », sur le site juifs-celebres.fr (consulté le 18 janvier 2021).
  4. « Mort de l'acteur Jean-Pierre Bacri, à l’âge de 69 ans », sur le site du magazine Marianne, (consulté le 18 janvier 2021).
  5. Olivier De Bruyn, « Jean-Pierre Bacri : le colérique impérial va nous manquer », sur le site de la chaîne Radio France internationale, (consulté le 18 janvier 2021).
  6. « L'acteur Jean-Pierre Bacri est mort ce lundi, il était un ancien élève du lycée Carnot à Cannes », sur le site de la chaîne France 3, (consulté le 18 janvier 2021).
  7. « Agnès Jaoui, la douceur de vivre », Paris-Match, 26 août 2012
  8. « Le conte est bon à Six-Fours pour le duo Bacri-Jaoui », Nice-Matin,
  9. « Jean-Pierre Bacri : Sa belle déclaration à son ex, Agnès Jaoui », Pure People,‎ (lire en ligne, consulté le 6 septembre 2017)
  10. http://www.filmfestivals.com/review/gout/index_fr.htm
  11. Bertrand Gréco et Gaspard Dhellemmes, L'histoire secrète d'une élection capitale, éditions du Moment, 2014, p. 154.
  12. « Le choix des Bacri / Jaoui », Ouest France,‎
  13. « Mort de l’acteur Jean-Pierre Bacri à 69 ans », sur leparisien.fr, (consulté le 18 janvier 2021).
  14. Magali Rangin, « Mort de l'acteur et scénariste Jean-Pierre Bacri, à 69 ans », sur bfmtv.com, (consulté le 18 janvier 2021).
  15. Sophie Laubie, « L'acteur Jean-Pierre Bacri meurt d'un cancer », sur La Presse, (consulté le 18 janvier 2021)
  16. « Les obsèques de Jean-Pierre Bacri ont eu lieu dans la plus stricte intimité », sur 20minutes.fr, (consulté le 3 février 2021)

Liens externes