Groupe Carrefour

Groupe Carrefour
logo de Groupe Carrefour
Logo du Groupe Carrefour
illustration de Groupe Carrefour
L'ancien siège social du Groupe Carrefour à Boulogne-Billancourt

Création 1958 à Annecy
Dates clés 1999, fusion avec Continent
Personnages clés Paul-Louis Halley
Amaury de Sèze
Daniel Bernard
Georges Plassat
Alexandre Bompard
Forme juridique société par actions simplifiée
Action Euronext : CA
Siège social 93, avenue de Paris, Massy
Drapeau de France France
Actionnaires Au 23 mars 2021 :
Drapeau de la France Motier (famille Moulin) : 9,74 %
Drapeau du Brésil Peninsula Europe (famille Diniz) : 7,37 %
Drapeau de la France Agache (famille Arnault) : 5,53%
Drapeau de la France Invesco AM : 2,02 %
Salariés : 0,91 %
Autodétention : 1,16 %
Public : 61,19 %
Activité Distribution et commerce de détail
Produits Cash & carry
Filiales Proxi, Promocash, Fondation Carrefour (), Carrefour France () et Atacadão
Effectif 321 383 personnes
SIREN 652014051
Site web www.carrefour.com

Capitalisation 12 100 M€ (au 31/12/19)
Chiffre d'affaires 78 600 M€ (2020)[1] 
en augmentation+ 7,8 %[1]
Résultat net 641 millions d'euros (2020)[1] 
en diminution- 43 %[1]

Carrefour est un groupe français du secteur de la grande distribution, pionnier du concept d'hypermarché en 1963.

Devenu en 1999 le numéro un européen de la grande distribution en fusionnant avec Promodès, il se hisse en 2013 au 3e rang mondial de ce secteur par son chiffre d'affaires, derrière le groupe américain Walmart[2]. En 2016, il recule à la 6e place mondiale, selon Deloitte[3], du fait de la maturité de nouveaux modèles : commerce en ligne, clubs-entrepôts, notamment.

Créé en 1959 à Annecy, il est présent en Europe, en Amérique du Sud et en Asie, ainsi que dans d'autres zones du monde sous forme de partenariat local. Il est également présent dans d'autres formats de la grande distribution : les supermarchés, les magasins de proximité et le libre-service de gros.

Hormis l'enseigne Carrefour, le groupe Carrefour exploite les enseignes Ataca dao, Carrefour Bio, Carrefour City, Carrefour Contact, Carrefour Express, Carrefour Maxi, Carrefour Market, Carrefour Montagne, Docks, Globi, Gross Iper, Promocash, Proxi, Rast, Supeco, So.bio, Carrefour Outlet, Carrefour banque et assurance et plus récemment Bio c'bon.

Historique

Années 1960 : les premiers pas

Carrefour est né d'une rencontre au sein du « Gagmi » (Groupement d'achats des grands magasins indépendants), entre Marcel Fournier, dont la famille est propriétaire d'un grand magasin de nouveautés à Annecy, et les frères Jacques et Denis Defforey[4], dont les familles Badin-Defforey possèdent une maison de gros près de Lagnieu dans l'Ain[5]. Marcel Fournier veut créer un supermarché, mais est piqué au vif par les intentions de l'épicier de Landerneau, Édouard Leclerc, venu à Annecy à la bourse du travail en pour faire part de son expérience, et qui a déclaré vouloir s'implanter dans la ville. Les centrales d'achat refusant de l'approvisionner, il prend rapidement contact avec la maison Badin-Defforey pour son approvisionnement en produits alimentaires et ouvre, dès janvier 1960 une épicerie de 160 m2 dans le petit sous-sol de son magasin de mercerie situé entre les rues Sommeiller, Vaugelas et de la Poste[6]. Son succès provoque le besoin de grandir, concrétisé par l'ouverture d'un supermarché, en , au carrefour de l'avenue du Parmelan et de l'avenue André Theuriet, et par une association avec les familles Badin-Defforey pour leurs participations tant en savoir-faire qu'en capitaux[réf. nécessaire]. Ce deuxième magasin prend comme enseigne « Carrefour », du nom de l'immeuble dans lequel se trouve le magasin[7]. Au vu de son succès, un autre supermarché de 1 000 m2 est ouvert à proximité d'Annecy à Cran-Gevrier en [8].

Lors d'un séminaire de Bernardo Trujillo[9], le « pape de la distribution moderne », aux États-Unis, Marcel Fournier et Denis Defforey puisent leur inspiration. Le , Carrefour met en œuvre pour la première fois le concept d'hypermarché (bien que le terme ne soit créé qu'en 1966 par le fondateur de la revue Libre Service Actualités) en ouvrant le premier[5] dans la région parisienne à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne)[10]. Celui-ci regroupe les préceptes du théoricien américain : vaste choix, large place à la voiture, dramatisation du lieu de vente, bas prix… Ainsi la superficie est 2 500 m2 et 400 places de parking. Ce concept novateur, jugé avec suspicion, se révèle vite un succès, parce que répondant à la consommation de masse qui se développe en France. Un autre magasin -un supermarché- est ouvert en [11] à Villeurbanne en plein centre-ville[12], agrandi plus tard en hypermarché. Le magasin suivant sera un hypermarché de 10 000 m2, aux dimensions démesurées pour 1966, ouvert à Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise[13].

1963-1985 : le temps des entrepreneurs

Les premières années, celles de la création et des pionniers, sont maintenant passées et c'est le développement du concept qui s'impose, toujours sous le contrôle de leurs dirigeants-actionnaires, les Deforrey-Fournier. Pendant toute cette période de forte croissance de la grande distribution, ils vont faire croître leur entreprise en s'impliquant directement dans la gestion de l'entreprise. C'est le temps des entrepreneurs.

En 1967 la centrale de référencement du groupe Carrefour, la Samod (Société d'achats modernes), est créée afin d'approvisionner les magasins. De nouveaux hypermarchés sont ouverts à Chartres et Anglet en 1967, à Annecy-Brogny, Dijon-Quétigny et Créteil en 1968, et à Bourges, Chambéry, Grenoble, Nevers et Mérignac en 1969 et ouvre, la même année, en Belgique son premier hypermarché situé hors de France.

Profitant de l'engouement des consommateurs pour cette nouvelle forme de commerce, l'entreprise se développe rapidement, en se finançant notamment grâce à la trésorerie engrangée entre le passage à la caisse — assez rapide — et le paiement à plusieurs semaines des fournisseurs. De PME, elle devient vite un petit groupe, et le , Carrefour fait son entrée à la bourse de Paris et créé une filiale de distribution de carburants et de combustibles[réf. nécessaire].

À l'image de la grande distribution en France, Carrefour croît donc vite. Et bientôt des voix s'élèvent contre le développement des grandes surfaces, notamment celles des petits commerçants, alors une importante force électorale, par la voix de leur syndicat (CIDUNATI)[14]. En 1973 est donc votée la loi Royer, qui limite les ouvertures de magasins, en les faisant valider par des commissions départementales d'urbanisme commercial.

Parallèlement à son développement en France, la société explore de nouveaux marchés et implante des hypermarchés en Belgique en 1969, en Italie (Carugate) en 1972, en Espagne (Barcelone) en 1973 et au Brésil (São Paulo) en 1975. Un essai d'expansion de l'Allemagne (Mayence) 1977 a échoué[pourquoi ?] , en dépit de l'attitude fondamentalement francophile de la population de Mayence.

Le développement par ouverture de magasins est une chose, mais Carrefour entend vendre ses propres produits, plus rentables. En 1976, il met dans ses rayons une ligne de produits dits « libres », ne portant pas de marque, avec un packaging sobre et une promotion axée sur la composition avec des prix permanents. À la suite de la concurrence de produits sans marque dans les magasins Continent respectant un cahier des charges différent et qui brouillaient l'image des produits « libres », ces derniers prendront finalement la marque de distributeur Carrefour en 1985.
Au cours des années suivantes, Carrefour développe une déclinaison de sa marque à d'autres métiers :

  • En 1980, Carrefour crée la société des paiements, qui a pour vocation de gérer la carte de paiement Pass, lancée en 1981[réf. nécessaire] ;
  • la gamme de vêtements Tex est lancée en 1982 ;
  • les Assurances Carrefour sont créées en 1984 ;
  • la filiale Vacances Carrefour est créée en 1991[15].

Le groupe continue son développement à l'international en Argentine (1982) puis à Taïwan (1989) et créé Tex, sa marque propre pour les produits textiles et First Line sa marque d'équipements électroménagers, TV et hi-fi[réf. nécessaire].

1985-1998 : d'une grosse entreprise familiale à un géant multinational

Après un ralentissement dans sa croissance au début des années 1980, en partie à cause de désaccords au sein des familles historiques, il est décidé en 1985 de recruter pour la première fois un dirigeant à l'extérieur du groupe[16]. C'est Michel Bon, alors l'un des principaux responsables du Crédit agricole, énarque dans une famille d'entrepreneurs, qui devient le PDG en 1990. Carrefour s'implante à Taïwan dès 1989, et en Grèce et en Turquie en 1991.

Carrefour change définitivement de profil : la grosse entreprise encore familiale devient grande société française.

Jusqu'alors focalisé essentiellement sur la croissance interne, Carrefour effectue en 1991 deux acquisitions d'importance en l'espace de quelques mois.

En , Carrefour rachète pour 1,05 milliard de francs (160 millions d'euros) le groupe languedocien Montlaur, en dépôt de bilan, par décision du tribunal de commerce de Montpellier[17]. Quelques mois plus tard, le , Carrefour déclare son intention de racheter son concurrent Euromarché, avec notamment ses 77 hypermarchés, pour 5 milliards de francs[18], ce qui est réalisé dès l'année suivante. Euromarché avait participé à ce mouvement de concentration en absorbant entre 1980 et 1992 de nombreuses enseignes régionales françaises : Escale, Berthier, Sabeco, Disque Bleu, SND, GEM, Sodima[19].

Michel Bon quitte Carrefour à la fin de 1992 à la suite de la reprise en main du pouvoir par les fondateurs de Carrefour[20]. Il est remplacé par Daniel Bernard (jusqu'ici PDG de Metro AG, le géant allemand du secteur), qui a fait toute sa carrière dans la grande distribution. Peu de temps après son arrivée, il solde les participations acquises dans Castorama et dans But, avec des plus-values respectivement d'1,9 milliard et 225 millions de francs (environ 290 et 34 millions d'€)[21], et met fin aux quelques diversifications du groupe pour mieux se consacrer au cœur de métier. Sous son mandat, le groupe prend véritablement sa dimension internationale et s'implante :

1998-2000 : croissance externe

En 1995 est lancée la marque de distributeur Grand Jury pour le réseau de proximité de Promodès et sa filiale de restauration hors foyer Prodirest.

En 1998, Carrefour rachète Comptoirs Modernes, dont il détenait 22,4 %, et met ainsi la main sur environ 500 supermarchés à l'enseigne Stoc, intégrant ainsi le format supermarché, dans lequel il était encore très peu présent[22]. À la suite de cette opération de 19 milliards de francs (environ 2,9 milliards d'€), Carrefour passe de la sixième à la quatrième place mondiale, en devançant Metro et Sears.

L'année suivante, en 1999, Promodès et Carrefour annoncent leur fusion pour donner naissance au premier groupe européen et au deuxième groupe mondial de distribution après Walmart, en partie par crainte d'une OPA hostile de WalMart sur l'une des seules entreprises françaises du secteur dont le capital n'était pas entièrement verrouillé. À cette occasion, la famille de Paul-Louis Halley, patron de Promodès, devient le premier actionnaire du groupe avec 13 %. La société Promodis (future Promodès) avait été créée en 1961 par la fusion des entreprises de deux familles normandes de grossistes dirigées par Paul-Auguste Halley et Léonor Duval-Lemonnier.

Logo de Continent

Une rationalisation des enseignes est alors effectuée. Par exemple, les hypermarchés français Continent de Promodès prennent l'enseigne Carrefour. À l'inverse, les supermarchés Stoc de Carrefour deviennent des supermarchés Champion. Cette stratégie d'enseignes illustre à la fois la prééminence dans chacun des domaines (Carrefour pour l'Hyper, Champion pour le Super), et le fait que ce soit une fusion et non l'absorption de l'un par l'autre. Dans les faits, l'intégration et l'homogénéisation des deux groupes se révèlent un peu plus difficiles que prévu.

Clin d'œil de l'histoire, Promodès avait ouvert ses premiers hypers en franchise sous l'enseigne Carrefour, avant de créer sa propre enseigne Continent (tout comme Cora).

En , Carrefour rachète, en Belgique, le groupe GB (Maxi et Super) dont Promodès détenait 27,5% du capital. Carrefour crée sa filiale belge (Carrefour Belgium). L'enseigne Maxi GB devient Carrefour (56 hypermarchés) ; l'enseigne Super GB est conservée pour les supermarchés. Le groupe Carrefour travaille également en Belgique avec le groupe carolorégien Mestdagh, dont les supermarchés prennent progressivement l'enseigne Champion.

2001-2004 : un groupe dans la tourmente

Occupé par une fusion effectuée au sommet des valorisations, et accélérant son développement à l'étranger, Carrefour n'a pas vu une menace peser sur la zone France, principale contributrice à ses résultats : le groupe a perdu des parts de marché, du chiffre d'affaires et de la marge. Ainsi, le groupe publie des résultats jugés peu attrayants et perd peu à peu la confiance des marchés financiers au cours des premières années de la décennie 2000.

De fait, le groupe Carrefour perd de sa valorisation boursière, au point de faire l'objet de rumeurs d'OPA par son concurrent Tesco début 2005, qui s'ajoutent aux rumeurs récurrentes d'OPA de la part de Walmart, d'autant plus persistantes que le capital de Carrefour est éclaté.

2005-2007 : la rationalisation

En 2005, Daniel Bernard est remplacé par José Luis Duran, sous la surveillance de Luc Vandevelde, lui-même alors homme de confiance de la famille Halley. Le nouveau PDG annonce la cession de nombreuses activités situées dans des pays déficitaires, peu rentables ou pour lesquelles Carrefour n'est pas dans les trois premiers. Carrefour vend ses magasins au Mexique, au Japon et en Tchéquie. À l'inverse, Carrefour se renforce fortement dans certains pays : la Chine, la Turquie ou le Brésil, où il accélère l'ouverture de nouveaux magasins. De cette manière, Carrefour privilégie certains pays-cibles plutôt que disperser ses investissements.

En 2006, Carrefour vend ses supermarchés Champion en Chine, pour concentrer ses efforts sur les hypermarchés et le hard-discount. En Colony Capital et le groupe Arnault renforcent leurs participations.

En 2007, plusieurs mouvements dans différents pays ont lieu : le , renforcement au Brésil avec l'acquisition pour 825 millions d'euros du groupe d'hypermarchés discompteurs Atacadão (34 magasins, dont 17 dans l'État de São Paulo), devenant leader de la distribution alimentaire dans le pays[23], le , vente de la société Carrefour Corée en Corée du Sud. Le 1er juin, vente des hypermarchés Carrefour en Slovaquie. Le , acquisition en Pologne de neuf hypermarchés Ahold. Le , acquisition en Espagne - par le biais de Dia - de l'enseigne de hard-discount Plus du groupe Tengelmann. Le , vente des hypermarchés au Portugal, mais le groupe conserve ses hard-discounteurs. Le , vente pour 287 millions € des douze hypermarchés en Suisse à Coop (Suisse) (CA : 504 millions € en 2006, 1,1 % de part de marché, 2 500 employés).

2008-2011 : l'entrée au capital de nouveaux acteurs

Nouveau logo Carrefour City.

En 2008, avec l'entrée en force au capital de Blue Capital, qui réunit la société du fonds américain Colony Capital et le groupe Arnault (10 % du capital), un vif débat stratégique naît sur l'opportunité d'externaliser ou non le patrimoine immobilier du groupe. Lors de l'assemblée générale, l'Inde et la Russie sont désignées comme nouvelles cibles d'implantation pour 2008. En , la société modifie son mode de gouvernement d'entreprise, et Amaury de Sèze est nommé Président du conseil d'administration, affaiblissant la position de José Luis Duran, qui perd son poste de président du directoire pour devenir directeur général, sans poste d'administrateur[25]. Le , Lars Olofsson, ancien directeur marketing de Nestlé, est nommé directeur général par le conseil d'administration du groupe Carrefour à partir du en remplacement de José Luis Duran qui est remercié par le conseil d'administration.

En 2009, au Maroc, Carrefour conclut un accord de franchise avec Label'Vie, une enseigne de grande distribution marocaine de 19 supermarchés, créée en 1985. Le 1er hypermarché sous enseigne Carrefour, ouvre ses portes en février à Rabat-Salé. En avril, ouverture de l'enseigne Dia, branche hard-discount en France, développée en Espagne. Ces magasins proposeront des produits marque de distributeur Carrefour (MDD) et des produits Dia, présents dans les magasins Ed. Parallèlement au lancement de Dia, Carrefour teste en France trois nouvelles enseignes situées dans les petites villes[26] : Carrefour Contact, Carrefour City et Carrefour Montagne. En juin, Carrefour lance la gamme Carrefour Discount « des produits de qualité à très bas prix, essentiels au quotidien ». En octobre, Carrefour constitue un centre de design interne dans le but de faciliter la relation avec les clients et de gérer la marque Carrefour[27]. Cela représente une inflexion notable dans le métier traditionnel du distributeur[réf. nécessaire].

En Belgique, l'année se traduit par le passage des magasins GB sous l'enseigne Carrefour Market.

Le groupe Carrefour dans le monde en 2019.
  • Implantations
  • Anciennes implantations
  • En 2010, lancement de Carrefour Planet, un nouveau concept d'hypermarché composé de 8 pôles (marché, bio, surgelés, beauté, mode, bébé, maison, loisirs-multimédia) qui sera déployé dans les magasins européens. En dehors de l'Europe, Carrefour lance plusieurs partenariats avec d'autres entreprises de la grande distribution[28] : en Indonésie avec Trans Corp ou Carrefour prend 60 % de participation, en Turquie ou la filiale turque de Carrefour acquiert 100 % d'Ipek qui exploite 27 supermarchés à Istanbul sous l'enseigne Alpark. Les magasins seront convertis en Carrefour Express et Carrefour Market. En Chine Carrefour acquiert 51 % de Baolongcang, une chaine de 11 hypermarchés dans la région d'Hebei, près de Pékin. À Buenos Aires, en Argentine, Carrefour ouvre le premier magasin écologique du pays. Ce magasin est conçu et équipé en tenant compte des critères de durabilité et de limitation de l'impact sur l'environnement. Il est équipé d'un système d'éclairage par LED.

    En Belgique, 16 magasins sont cédés au Groupe Mestdagh, et passent sous l'enseigne « Carrefour Market - Groupe Mestdagh »[29].

    En 2011, en Grèce, création de la société Carrefour Marinopoulos SA. Après plusieurs mois de rumeurs, Carrefour se sépare de Dia au , Dia devient indépendant et est coté à la bourse de Madrid, son premier actionnaire est Blue Capital. En France, une nette évolution est observée chez les franchisés, leur contrat arrivant à échéance fin 2011 : en avril 2011, Coop Atlantique annonce quitter le groupe Carrefour pour Système U au . En , le groupe Carrefour se sépare de ses filiales hard-discount Ed/Dia, scission en lien avec le manque de succès du concept Carrefour Planet et le désir de ses deux principaux actionnaires, le fonds Colony Capital et le Groupe Arnault, de récupérer une partie de leur investissement[30]. Par ailleurs, le groupe a cédé au groupe Casino ses participations thaïlandaises pour 860 millions d'euros afin de pouvoir se déployer en Malaisie[31]. En décembre 2011, Carrefour annonce qu'il ne renouvèle pas son contrat avec Altis, franchisé du sud-ouest de la France, et le même mois, Carrefour annonce qu'il lance une OPA sur son 1er franchisé français, Guyenne et Gascogne, autre franchisé du Sud-Ouest de la France[32].

    Années 2010 : le recentrage des activités

    Les magasins français du groupe Dia rejoignent Carrefour en 2014

    Présidence de Georges Plassat

    Début 2012, Georges Plassat, déjà directeur général délégué, est nommé président du groupe Carrefour en remplacement de Lars Olofsson. Lors de l'arrivée d'Olofsson en tant que directeur général, le , aux côtés du président Amaury de Sèze qu'il a remplacé en 2011[33], l'action était cotée 31,77  et lors de son départ le elle ne cote plus que 14,40 [réf. nécessaire].

    Le nouveau directeur général mène une stratégie de recentrage des activités du groupe sur les marchés où l'enseigne dispose d'une position dominante via la cession des activités dans les pays non stratégiques. Il en résulte la cession des activités de Carrefour en Grèce et à Singapour durant l'été 2012 puis de la vente de ses participations en Malaisie, Colombie et Indonésie durant l'automne[34],[35] pour un montant total de 2,8 milliards d'euros.

    En Belgique, les 83 magasins Champion exploités par le Groupe Mestdagh (soit magasins en propres, soit franchisés) passent progressivement sous l'enseigne Carrefour Market.

    Le Carrefour annonce le rachat pour 2,7 milliards d'euros, de centres commerciaux à Klépierre. La nouvelle société regroupera 172 centres en France et à l'étranger[36]. Entre l'arrivée de Georges Plassat et la fin 2013, le cours de l'action a doublé.

    Finalement ce sont 126 galeries commerciales qui sont rachetées, en 2014, à Klépierre pour une montant 2 milliards d'euros environ à travers la société foncière Carmila[37]. Cette nouvelle société sera détenue à 42 % par le groupe Carrefour et les 58 % restant étant répartis entre Amundi, Axa, Blue Sky Group, BNP Paribas Cardif, Colony Capital, Crédit agricole assurances, Pimco et Sogecap[38].

    En , Coop Alsace indique avoir cédé 128 magasins de proximité au groupe Carrefour[39]. En , le groupe annonce l'entrée au capital de la famille Moulin, propriétaires du groupe Galeries Lafayette, à hauteur de 6,1 %[40]. En mai, Au Maroc, le groupe Label'Vie, partenaire et franchisé de Carrefour, ouvre à Marrakech le 40e supermarché Carrefour market et à Oujda le 4e hypermarché. En juin l'enseigne de supermarché de hard-discount Dia en France est rachetée pour 600 millions d'euros par le groupe Carrefour, soit trois ans après l'avoir cédée à Blue Capital, premier actionnaire de Dia à la bourse de Madrid[41]. Ce même mois, Carrefour annonce l'acquisition de 53 supermarchés Billa en Italie[42]. En septembre, ouverture d'un market Gourmet à Milan. Le , l'Autorité de la concurrence confirme et autorise Carrefour à reprendre plus de 800 magasins français de l'enseigne Dia exploités en direct ou sous franchise[43]. En , Carrefour a vendu 10 % de sa filiale brésilienne à Abilio Diniz[44].

    Le , Cora et Match, appartenant au Groupe Louis Delhaize adhèrent à la centrale d'achat de Carrefour, tant pour les contrats alimentaires que non-alimentaires, mais exclut les produits frais et ceux en marques de distributeur[45]. En , Carrefour commence à renommer les magasins Dia en Carrefour Contact, Carrefour City et Carrefour Express[46]. En , le groupe Carrefour acquiert, auprès d'Altarea Cogedim, la totalité du capital de Rue du Commerce[47],[48],[49],[50]. En , Carrefour annonce l'acquisition des 86 supermarchés Billa en Roumanie[51] au groupe allemand Rewe[52],[53],[54].

    Début 2016, Carrefour rachète Croquetteland[55], start-up lyonnaise spécialisée dans la nourriture pour animaux.

    Propriétaire de 173 hypermarchés, 126 supermarchés et 419 magasins de proximité et employeur de 41 000 personnes en Espagne, Carrefour, annonce, fin , qu'il va racheter 36 hypermarchés, 8 galeries marchandes et 22 stations-service attenantes à Eroski dans ce pays[56]. En août, en Chine, le groupe ouvre 2 nouveaux hypermarchés à Chengdu dans le district de Wuhou dans la province du Sichuan et à Shenyang dans le district de Shenhe dans la province du Liaoning[57]. En , au Maroc, ouverture d'un magasin Atacadão à Meknès. Toujours en septembre, la foncière Carmila, rattachée au groupe Carrefour, déclare détenir 193 centres commerciaux répartis en France, en Italie et en Espagne[58].

    Présidence d'Alexandre Bompard

    Alexandre Bompard en 2017.

    Le , le Conseil d'administration choisit Alexandre Bompard pour devenir président-directeur général de Carrefour à compter du [59].

    Le , après six mois à la tête du groupe, il annonce son plan stratégique, intitulé « Carrefour 2022 », qui fixe comme objectif pour le groupe de « devenir le leader mondial de la transition alimentaire pour tous », concept dans lequel il met la gestion des ressources, la durabilité des emballages, la réduction du gaspillage alimentaire, les achats responsables, la démocratisation du bio et la qualité des marques du distributeur[60], établissant un parallèle avec la transition énergétique[61],[62],[63]. Le programme de transition alimentaire prend forme quelques mois plus tard sous le nom de « Act for Food »[64]. Il annonce notamment le déménagement du siège du groupe de Boulogne-Billancourt à Massy (déjà siège de l'enseigne Carrefour) en 2019 et la suppression de 2 400 emplois sur 10 500 en France, via des départs volontaires, la fermeture de 273 magasins anciennement Dia déficitaires[65], et le passage de cinq hypermarchés en location-gérance.

    En mars 2018, Carrefour annonce la mise en place d'un système de traçabilité des aliments avec la mise en place d'une blockchain alimentaire sur sa filière de poulets de marque de distributeur[66],[67],[68]. Ce système est ensuite étendu à la filière tomates[69], poularde[70] et oranges. Elle rejoint aussi la blockchain du consortium IBM Food Trust en [71],[72],[73].

    Également en , Carrefour acquiert Quitoque, start-up spécialisée dans la livraison de paniers-repas[74],[75] et annonce le lancement de son application de paiement mobile, Carrefour Pay[76].

    Le , Carrefour inaugure une plate-forme logistique à Aulnay-sous-Bois, dédiée à l'e-commerce alimentaire en Ile-de-France et employant 300 personnes[77]. Également en avril, le groupe inaugure les six premiers "Drive piétons" parisiens[78], qui permettent aux clients de venir retirer en magasin leur commande passée en ligne.

    Le , Carrefour et Système U signent un accord de partenariat à l'achat sur cinq ans pour les grandes marques françaises et internationales[79],[80]. Toujours en , Carrefour et Google annoncent un partenariat dans l'e-commerce : les produits Carrefour pourront être commandés à partir du site Google Shopping et Assistant Google[81],[82].

    En , Carrefour annonce un partenariat avec Tesco, numéro un des supermarchés en Grande-Bretagne, portant sur les achats en commun de produits pour leurs marques propres et de biens non marchands[83].

    En , Carrefour annonce utiliser l'intelligence artificielle pour mieux gérer ses stocks et réduire le gaspillage[84].

    En , Carrefour annonce la vente d'une participation de 80 % dans ses activités en Chine, comprenant 210 hypermarchés et 3,1 milliards de chiffre d'affaires, à Suning.com pour 620 millions d'euros[85].

    En , Carrefour finalise la cession de 80% de Carrefour Chine[86].

    En juin 2020, Carrefour annonce l'acquisition de 224 supérettes Wellcome Taiwan situé à Taïwan pour 97 millions d'euros. Carrefour possédait déjà 137 magasins à Taïwan au moment de cette opération[87]. En août 2020, Carrefour annonce l'acquisition de 172 supérettes Supersol en Espagne pour 78 millions d'euros[88].

    Le 15 septembre 2020, via un communiqué de presse diffusé aux agences Reuters et Bloomberg, le Groupe Arnault, qui détenait jusque-là, de manière directe et indirecte, 5,5% du capital de Carrefour et 8,5% des droits de vote, annonce, par la voix de Crédit agricole CIB, son intention de céder, à très court terme, 25 millions d'actions Carrefour, détenues en couverture d'opérations dérivées. Ces actions, qui correspondent au total à 3,1% du capital de Carrefour, sont détenues par une filiale du Groupe Arnault et par le Crédit agricole CIB. Selon le communiqué de presse, la cession devrait permettre, à ce stade, une sortie, partielle du Groupe Arnault, et l'arrivée de nouveaux investisseurs institutionnels[89].

    En , à la suite d'une lutte acharnée, Carrefour met la main sur 107 magasins de la chaîne de magasins Bio c'bon qui avait déposé son bilan[90].

    Le 12 janvier 2021 un rapprochement amical entre le groupe Couche Tard et Carrefour est envisagé. Le gouvernement français y met son véto ce qui amènera les deux sociétés à stopper toute idée de rapprochement trois jours plus tard, évoquant uniquement un partenariat opérationnel[91].

    Deux mois plus tard, le 25 mars 2021, le groupe Carrefour annonce avoir conclu un accord avec Walmart et Advent International en vue de l'acquisition du groupe BIG, le troisième distributeur du pays avec Carrefour Brésil et GPA[92].

    Fin mai 2021, le mandat de PDG d'Alexandre Bompard est renouvelé pour trois ans[93].

    Début septembre 2021, à la suite du départ de Bernard Arnault du capital du groupe, son fils Alexandre Arnault et Nicolas Bazire quittent le conseil d'administration de Carrefour, remplacés par Arthur Sadoun, président du directoire de Publicis[94].

    Identité visuelle (logo)

    Le logo combiné[95] originel de Carrefour consistait en un cercle rouge contenant deux flèches convergentes blanches vers la marque verbale  noire « Carrefour », les trois couleurs étant celles du blason de la Savoie Propre, province dans laquelle s'est implanté le premier magasin en 1960[96].

    En 1966, pour l'ouverture du premier hypermarché à Vénissieux, le directeur de marketing de Carrefour Étienne Thil et le typographe Jacques Daniel conçoivent un nouveau logo combiné aux couleurs du drapeau national français qui rappellent l'origine française de l'enseigne : l'icône est constituée d'un « C » en défonce traité en blanc au milieu d'un losange rouge à gauche, bleu à droite ; la marque verbale Carrefour est écrit en police de type machine à écrire. Rapidement, le losange est rogné et les filets noirs délimitant l'icône sont retirés, mettant plus en évidence les deux flèches bleue et rouge que la lettre « C »[97], lettre que 95 % des Français ne voient pas, car ce logo crée une illusion d'optique selon le principe du motif de Kanizsa et de la ségrégation figure-fond. La notion de carrefour est également symbolisée par l'intermédiaire des deux flèches opposées, la flèche rouge (symbole de l'interdit) tournée vers la gauche (à savoir le passé) tandis que la flèche bleue tournée vers la droite représente l'avenir, mais aussi le fer d'une sorte de hallebarde (le logo dans les années 1960 arborait un poing américain dans la même veine[99]) qui caractériserait la politique agressive de l'entreprise (négociations âpres avec ses fournisseurs, prix de vente agressif)[100].

    En , pour le 50e anniversaire de l'enseigne, Carrefour adopte un nouveau logo créé par l'agence Wolff Olins : l'icône reste la même, mais les arêtes des flèches et du « C » sont moins vives, les couleurs sont plus claires. La typographie plus arrondie de la marque verbale est de type serif. Enfin, différent selon chaque format du groupe, le logo se décline en plusieurs palettes de couleur dont les transitions en dégradé lumineux horizontal mettent plus en valeur le « C »[102].

    Activités du groupe

    Carrefour intervient sur une grande partie des formats de la grande distribution[103] :

    Hypermarché

    Hypermarché Carrefour à Tomaszów Mazowiecki, en Pologne

    Le format hypermarché représente le cœur de métier historique du groupe. Il est présent sur l'ensemble des pays du groupe sous l'enseigne Carrefour, et est représenté par près de 1 500 magasins à début 2016.

    Les hypermarchés du groupe sont de dimension supérieure à 3 000 m2 pour atteindre jusqu'à 24 400 m2 (Carrefour Portet-sur-Garonne, en France), ceci pour une moyenne de 9 333 m2. Ils proposent de 20 000 à 80 000 références et emploient de 250 à 750 employés. Destinés à une zone de chalandise très large, ils représentent la conception du « tout sous le même toit » ainsi que la définition initiale de la grande distribution : nombreuses places de stationnement, spectacle permanent, bas prix…

    Depuis 1998, date du 35e anniversaire des hypermarchés Carrefour, est organisée chaque année une opération commerciale simultanée dans le monde entier sous le nom du Mois Carrefour. Il s'agissait alors de la première opération transnationale de l'enseigne Carrefour et mettant en œuvre à grande échelle les moyens du groupe.

    Fin 2006, le nombre du millier d'unités dans le monde a été atteint, avec l'ouverture d'un hypermarché à Tongzhou en Chine[104].

    Fin 2008, 1302 magasins Carrefour existent dans le monde, dont 231 en France.

    En 2010, Carrefour lance un nouveau concept d'hypermarchés : Carrefour Planet. À terme, c'est l'ensemble des hypermarchés Carrefour en Europe qui devaient devenir Carrefour Planet. Le déploiement du nouveau concept sur l'ensemble des magasins a été abandonné en 2012, avec l'arrivée de Georges Plassat à la tête du groupe.

    À la fin de l'année 2019, Carrefour détient 1 207 hypermarchés dans le monde[105].

    Supermarché

    Façade d'un magasin Carrefour Market

    Le format supermarché est représenté par les magasins de taille inférieure à la première catégorie, pour la plupart de moins de 2 500 m2.

    Le groupe Carrefour a exploité sous ce format, et selon le pays, les enseignes Champion (principalement France, Espagne et Belgique), Carrefour Express (Espagne, Turquie), Endi, GB (Belgique), GS (Italie), Gima, Globi (Pologne) et Norte (Argentine).

    En 2019, 3 412 supermarchés appartiennent au groupe Carrefour et sont regroupés sous l'enseigne Carrefour Market[105].

    Hard-discount et Soft-discount

    Développé initialement après la Seconde Guerre mondiale par les spécialistes allemands Aldi, le format dit hard-discount a été repris par Carrefour à la fin des années 1970. Le groupe Carrefour y a été présent jusqu'en 2011, date à laquelle Dia est séparé du groupe Carrefour. À début 2016, le groupe Carrefour n'est donc plus présent sur ce segment[réf. nécessaire].

    Carrefour a été présent sur l'activité de hard-discount via trois enseignes :

    • Minipreço au Brésil et au Portugal.
    • Ed : marque créée en France en 1980 au sein de Carrefour. En , Carrefour annonce que des magasins Ed en France passeront sous l'enseigne Dia avant la fin de l'année. En 2012 la transformation des magasins est terminée.
    • Dia : enseigne internationale, historiquement issue de Promodès-Espagne en 1979, et implantée en Espagne, Grèce, Turquie, Argentine et Chine. Le , l'ensemble des magasins Dia dans le monde est séparé du groupe Carrefour pour former une entité indépendante et cotée en Bourse. Le , Dia rentre à la bourse de Madrid et, en , dans l'indice IBEX35[106].

    En 2015, le groupe Carrefour rachète les magasins Dia en France, alors hard-discount, les transforme en enseignes de proximité : Carrefour Contact et Carrefour City et fait passer certains magasins Dia sous l'enseigne Contact Marché[réf. nécessaire]. En 2018, près de 270 de ces magasins, notamment tous les Contact Marché dont l'enseigne est abandonnée, sont fermés.

    Pourtant en 2019, Carrefour lance Supeco en France, une enseigne de Soft-discount crée en 2012 en Espagne pour faire face à la crise économique espagnole. le 1er site a été ouvert le 2 octobre 2019 à Valenciennes.

    Proximité

    Façade d'un Carrefour City

    Il s'agit de supérettes et petits magasins, souvent franchisés à des commerçants indépendants. Cette activité, implantée aussi bien en centre-ville que dans les campagnes, comporte des formats variés de 50 à 900 mètres carrés.

    En 2019, le commerce de proximité est présent dans quasiment tous les pays où le groupe Carrefour est implanté. Le réseau de proximité est représenté par 7 193[105] magasins aux enseignes Carrefour Bio, Carrefour City, Carrefour Contact, Carrefour Express, Carrefour Montagne et Proxi.

    Précédemment : en France, dans les années 2000 et principalement à la suite de la fusion avec Promodès, le groupe était présent via les enseignes Shopi (magasins de 300 à 900 m2), 8 à Huit (magasins citadins de moins de 300 m2), Marché Plus et Proxi (commerces ruraux) dont les commerçants sont franchisés au groupe Carrefour via la société Carrefour Proximité France. En Belgique, il s'agissait des enseignes GB Express et Contact GB, devenues Carrefour Express. En Italie, de « Dí per Dí ». En Grèce le format était représenté par 5'Marinoupoulos et Smile Market.

    Cash & carry

    Cette activité de vente directe aux professionnels est exercée en France (Promocash), en Italie (Docks Market et Gross Iper), au Maroc et en Tunisie.

    En 2019, le groupe Carrefour compte dans le monde un réseau de 413[105] magasins Cash & carry, principalement sous les enseignes Atacadao et Promocash.

    Précédemment : en Inde, de 2010 à 2014, Carrefour a opéré 5 magasins Cash & Carry.

    Services et commerce en ligne

    Carrefour propose à sa clientèle des services tels qu'assurances, voyages, produits financiers, spectacles...

    Carburants

    Le groupe possède également Carfuel assurant la distribution de carburants, produits d'appel classique dans la grande distribution[réf. nécessaire].

    Bancassurance

    Carrefour a lancé en France, en , la marque Carrefour Banque (anciennement S2P - Société des Paiements PASS et CARMA Carrefour Assurances). Filiale bancaire du groupe Carrefour, Carrefour Banque commercialise depuis 1980 des produits financiers et assurances :

    • La Carte PASS, une gamme de cartes bancaires lancée en en partenariat avec MasterCard, distribuée à 2,4 millions de clients (fin 2015)
    • Une offre de crédits à la consommation dont le rachat de crédits, représentant en 2014 un encours global de 3,2 milliards d'euros[107].
    • Des produits d'épargne avec un encours géré d'1,76 milliard d'euros en 2014.
    • Des assurances auto, habitation, complémentaire santé et prévoyance.

    Les services d'épargne, assurances et de financement sont proposés dans tous les pays où le groupe Carrefour est présent.

    E-commerce

    Carrefour possède des activités de vente sur Internet dont Carrefour Ooshop (devenu Carrefour Livré Chez Vous) et Rue du Commerce avec Top Achat, racheté en 2015. En 2016, le groupe rachète Croquetteland et Greenweez, leader français du bio sur Internet, avec un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros, dont 80 % dans l'alimentaire[108].

    En 2018, Carrefour annonce un partenariat avec Google dans l'e-commerce : les produits Carrefour pourront être commandés à partir de Google Shopping et Assistant Google[81],[82].

    Carrefour propose aussi un système de retrait des courses réservées au préalable sur internet : Carrefour Drive. Ce type de distribution compte, début 2018, 636 points de retrait en France[réf. nécessaire].

    En 2019, le chiffre d'affaires augmente de 30 % par rapport à l'année précédente et génère plus de 1,3 milliard d'euros[105].

    Présence dans le monde

    Siège du Groupe Carrefour : 33, avenue Emile Zola - 92100 Boulogne Billancourt.

    Le groupe Carrefour est présent en Europe, Amérique du Sud, Asie, Moyen-Orient et Afrique. Il est directement présent dans 10 pays et indirectement dans plus de 20 pays, sous forme de partenariat et franchise.

    Nombres de magasins du groupe Carrefour par pays fin 2017[109],[110],[111],
    Pays 1er magasin[113] Nombre de magasins
    Hypermarchés Supermarchés Proximité Cash & Carry Total
    Pays intégrés
    Drapeau de la France France 1960 (super) ; 1963 (hyper) 233 1037 3861 143 5274
    Drapeau de l'Espagne Espagne 1973 (Pryca) ; 2000 (Carrefour) 205 111 810 23 1149
    Drapeau de la Belgique Belgique 1969 40 441 308 0 789
    Drapeau de l'Italie Italie 1972 51 417 608 13 1089
    Drapeau de la Pologne Pologne 1997 89 153 664 0 906
    Drapeau de la Roumanie Roumanie 2001 37 266 44 24 371
    Drapeau de l'Argentine Argentine 1982 88 97 405 7 597
    Drapeau du Brésil Brésil 1975 100 53 125 186 464
    Drapeau de Taïwan Taïwan 1989 69 68 0 0 137
    Autres 106 9 0 0 115
    Total pays intégrés
    Partenariats
    Partenariats France

    (Outre-Mer et République Dominicaine)

    15 34 98 3 150
    Partenariats autres pays d'Europe 33 410 212 0 655
    Partenariats autres pays

    (Afrique, Moyen-Orient)

    141 316 58 14 529
    Total pays franchisés
    Total 1207 3412 7193 413 12 225
    Anciennes implantations du groupe Carrefour
    Pays 1er magasin Fermeture
    Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 1970 1988
    Drapeau de la Russie Russie 2009
    Drapeau de la Colombie Colombie 1998 2012
    Drapeau du Mexique Mexique 1994 2005
    Drapeau de la Tchéquie Tchéquie 1998 2006
    Drapeau de l'Autriche Autriche 1976
    Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 1977
    Drapeau du Portugal Portugal 1990 2008
    Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
    Drapeau de l'Iran Iran
    Drapeau du Pakistan Pakistan
    Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 1996 2010
    Drapeau du Japon Japon 2000 2005
    Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 1996
    Drapeau de la Malaisie Malaisie 1994 2012
    Drapeau de Singapour Singapour 1997 2012
    Drapeau du Chili Chili 1998 2003
    Drapeau de Hong Kong Hong Kong 1996
    Drapeau de la Suisse Suisse 1972
    2000
    1991
    2008
    Drapeau de l'Inde Inde 2010 2014[114]
    Drapeau des États-Unis États-Unis 1988 1994

    Présence en direct

    France

    Carrefour Mondeville.
    Carrefour Contact en cours de liquidation à Somain, dans le Nord, pour fermeture le 30 juin 2018.

    La France est le marché historique ainsi que la principale source de revenus du groupe Carrefour. L'ensemble des métiers y est représenté. En 2019, le groupe Carrefour y compte 5274 magasins : 233 hypermarchés, 1037 supermarchés, 3861 magasins de proximité et 143 cash & carry[105].

    Le groupe partage avec Auchan la plupart des places du top 100 des hypermarchés, dont Carrefour Antibes (numéro 5 de la liste avec 235 millions d'euros de chiffre d'affaires)[115]. Carrefour Antibes et Carrefour Paris Auteuil sont les plus productifs au mètre carré[116].

    Depuis 1976 et les premiers produits libres, Carrefour a développé des marques de distributeur au sein de ses diverses enseignes[réf. nécessaire].

    En 2018, Carrefour prévoit de réallouer 100 000 m2 de surface de ses hypermarchés (transformation en zones de services pour les clients, outlets, zones de préparation de commandes, cash & carry)[117]. Deux-mille-quatre-cents départs volontaires sont également prévus à son siège, qui compte alors 10 500 employés[118]. Dans le même temps, il est annoncé que plus de 200 magasins contact marché ex Dia, devraient fermer dans le cadre du plan de restructuration ; un plan de sauvegarde de l'emploi est annoncé pour les 2 100 employés concernés[119].

    Franchisés

    En France, et pour des raisons historiques, le groupe Carrefour coopère avec de nombreux franchisés ou affiliés exploitant des magasins. Ces franchisés sont pour la plupart hérités de la fusion avec Continent. Certains disparaissent fin 2013[120].

    • Carcoop est une société filiale détenue à 50 % par le groupe Carrefour et 50 % par Coop Atlantique, détenant 6 hypermarchés français à Bourg-en-Bresse, Moulins, Denain, Douai Flers, Liévin et Saint-Pol-sur-Mer.
    • Provencia est une société franchisée du groupe Carrefour dont les magasins sont principalement situés dans l'est de la région Rhône-Alpes[121].
    • Corema est une société dans laquelle le groupe Carrefour participait à hauteur de 26 % entre 2003 et 2009. Il s'agit d'une filiale du groupe Sherpa spécialisé dans le format petit supermarché situé dans les stations de sport d'hiver des Alpes. Le groupe livre les 98 magasins de la chaîne[122]. Depuis le , Sherpa a mis fin au partenariat avec Carrefour pour rejoindre la Centrale d'achat Casino.

    Le groupe a racheté quatre de ses franchisés français au cours des années 2000 :

    • Labruyère Eberlé est une société filiale de Carrefour[123].
    • Hyparlo, dont Carrefour détient 36,18 % directement et une autre partie au travers de Hofidis II — la holding de contrôle du groupe dont Carrefour détient 100 % des parts depuis 2006[124] —, exploite des hypermarchés en France et en Roumanie[125].
    • Guyenne et Gascogne[126], premier franchisé Carrefour, est coté sur l'Eurolist d'Euronext et rentre dans la composition du CAC Mid 100. La société détient notamment 6 petits hypermarchés Carrefour (à Auch, Dax, Mont-de-Marsan, Tarnos, Cahors, Saint-Jean-de-Luz) et 27 supermarchés Carrefour Market. Le groupe a fait l'objet d'une OPA de la part du groupe Carrefour[réf. nécessaire].
    • Sogara est une société filiale détenue à 50 % par le groupe Carrefour et 50 % par Guyenne et Gascogne[127]. Elle possède une douzaine de grands hypermarchés Carrefour dans le Sud-Ouest de la France. Elle est par ailleurs actionnaire minoritaire à 8,23 % dans Centro Commerciales Carrefour exploitant des magasins en Espagne. Elle a été absorbée car Carrefour Hypermarché SAS le [128].

    Le groupe a également arrêté sa coopération avec deux de ses franchisés en 2012 :

    • Coop Atlantique est une société coopérative de consommation basée à Saintes. Son principal actif est Carcoop, une société détenue à parité avec Carrefour[129]. Au , Coop Atlantique met fin à son partenariat avec Carrefour pour rejoindre la centrale d'achats coopérative « Système U ». 7 hypermarchés Carrefour prendront alors l'enseigne Hyper U, une quarantaine de Carrefour Market revêtissent les couleurs de Super U, un Carrefour City deviendra U express[réf. souhaitée]. Les magasins de proximité (Coop et EcoFrais[réf. souhaitée]) conserveront leurs dénominations, mais distribueront les produits U. Le sort des magasins Ed, de même que ceux détenus par Carcoop, n'est pas encore réglé.
    • Altis est une société franchisée Carrefour détenue à parité par le groupe Carrefour[130] et le groupe espagnol Eroski[131]. Les magasins rejoignent Intermarché en [réf. nécessaire].

    Europe (hors France)

    En Europe, le groupe Carrefour est présent dans 9 pays en dehors de la France, dont 5 en direct : Belgique, Espagne, Italie, Pologne et Roumanie.

    Belgique

    En 2019, le groupe Carrefour compte 789 magasins en Belgique (40 hypermarchés, 441 supermarchés et 308 magasins de proximité)[105].

    Précédemment :

    En 2000, le groupe rachète les 72,5 % de la société GB SA, entreprise leader de la distribution alimentaire en Belgique, mais en difficultés financières. Carrefour avait par ailleurs hérité de 27,5 % de la société de droit belge à la suite de la fusion avec Continent.

    Le Groupe GB exploitait[132] :

    • 60 hypermarchés Maxi GB et Bigg's Continent.
    • 73 supermarchés intégrés Super GB et 350 supermarchés franchisés (Super GB Partner, Contact GB, Unic et Nopri).
    • 1 supermarché haut de gamme sous l'enseigne ROB.
    • 7 magasins de proximité GB Express.
    • 27 supermarchés Globi en Pologne[133]. Ce rachat a fait l'objet d'un avis positif de la Commission européenne.

    Le , Carrefour annonce la suppression de 1 672 emplois et la fermeture de 21 magasins, ainsi que la possibilité de rachat de 20 magasins par le Groupe Mestdagh (Champion Belgique), à la suite d'une politique de prix agressive de ses nombreux concurrents[134].

    Espagne

    En 2019, le groupe Carrefour compte 1149 magasins (205 hypermarchés, 111 supermarchés, 810 magasins de proximité et 23 cash & carry)[105].

    Précédemment :

    Arrivé en Espagne en 1973[135], Carrefour est le leader de la grande distribution dans ce pays après El Corte Inglés. Les magasins du groupe, créés à l'origine en partenariat 50/50 avec le groupe Radar y ont longtemps porté l'enseigne Pryca, pour PRecio Y CAlidad (prix et qualité). Carrefour reprend le contrôle total de cette entité (ainsi que de Ed en France), quand le groupe Radar (ex Docks Rémois) disparaît.

    La fusion de Carrefour et Continent en 1999 s'avère le moment propice pour regrouper les magasins Pryca et Continente sous le nom unique de Carrefour. En 2007, les hard-discounteurs Plus sont rachetés à l'Allemand Tengelmann.

    Italie

    En 2019, le groupe Carrefour compte 1089 magasins (51 hypermarchés, 417 supermarchés, 608 magasins de proximité et 13 magasins de cash & carry)[105].

    Le groupe est présent dans la péninsule à travers les hypermarchés Carrefour, les supermarchés Carrefour Market (préalablement GS') et les magasins de proximité Carrefour Express (préalablement Dí per Dí). Il possède également Docks Market et Gross Iper, des enseignes de cash and carry.

    Pologne

    Après l'implantation de quelques hypermarchés dans les années 1990, Carrefour rachète en deux étapes en 2005 et 2007 tous les hypermarchés et supermarchés du groupe Ahold. En 2019, le groupe Carrefour y compte 906 magasins : 89 hypermarchés, 153 supermarchés et 664 magasins de proximité[105].

    Roumanie

    Le développement en Roumanie a été initié par le franchisé Hyparlo à la fin des années 2000. Carrefour lance une OPA sur Hyparlo en 2006. L'année suivante, en , le groupe acquiert Artima, propriétaire de 21 supermarchés dans l'Ouest du pays[136].

    En , Carrefour a racheté le réseau de 86 supermarchés Billa. Ils représentent 83 000 m2 de surface de vente[137].

    En 2019, le groupe Carrefour y compte 371 magasins : 37 hypermarchés, 266 supermarchés, 44 magasins de proximité et 24 magasins de cash & carry[105].

    Amérique du Sud

    Le groupe concentre ses efforts sur le Brésil et l'Argentine. Il a été auparavant présent au Chili (retrait en 2003) au Mexique (retrait en 2005) et en Colombie (retrait en 2012).

    Brésil
    Carrefour à Brasilia, Brésil

    Implanté au Brésil depuis 1975, le groupe Carrefour est aujourd'hui la première entreprise de distribution alimentaire du pays.

    En 2019, il possède 464 magasins : 100 hypermarchés, 53 supermarchés, 125 magasins de proximité et 186 magasins de cash & carry[105].

    Carrefour exploite au Brésil un concept de magasins centré sur les produits essentiels à prix bas : Atacadão, racheté par le groupe en 2007[138].

    Un audit interne[réf. nécessaire] révèle que le management de Carrefour Brésil négociait directement des rabais avec les fournisseurs sans passer par les centrales d'achat du Groupe et aboutissait à des provisions pour charges exceptionnelles.

    En , le groupe Carrefour annonce la signature d'un accord avec Advent International et Walmart dans l'objectif d'acquérir Grupo BIG Brasil SA (« Grupo BIG ») qui est le troisième acteur de la distribution alimentaire au Brésil. Le montant de la transaction équivaut approximativement 1,1 milliard d'euros[139].

    Argentine

    En 2019, le groupe compte 597 magasins : 88 hypermarchés, 97 supermarchés, 405 magasins de proximité et 7 cash & carry[105].

    Précédemment :

    Carrefour entre sur le marché argentin en 1982 avec un premier hypermarché. En 2000, Carrefour Argentine se rapproche de Norte, le numéro un local qui possède 26 hypermarchés et 40 supermarchés[140]. Dans le cadre de la fusion, à la suite de laquelle le groupe français détiendra 51 % des parts de la nouvelle structure, Carrefour s'est engagé auprès des autorités de la concurrence à céder 8 hypers et 26 supermarchés[141]. Les supermarchés du pays ont conservé la marque Norte alors que les hypers ont adopté la marque Carrefour.Aujourd'hui Carrefour Argentine possède un parc de 601 enseignes en 2009 (68 hypermarchés, 117 supermarchés, 416 hard-discount). Le groupe Carrefour a néanmoins entamé un processus de rénovation des enseignes du groupe à partir de . Au bout de 18 mois d'aménagements, 117 magasins sont passés sous enseigne Carrefour soit plus de 200 000 m2 rénovés. Cela permet à Carrefour Argentine de consolider sa prééminence sur le marché de la distribution et de fidéliser les consommateurs à une marque devenue omniprésente. Ce programme fut payant, car on observa une nette progression des ventes dans les magasins rénovés. Le modèle des mini-hypermarchés et la valorisation des produits non alimentaires battent leur plein.

    Asie

    Chine
    Carrefour en République populaire de Chine

    En 2018, le groupe Carrefour compte en Chine 259 magasins : 220 hypermarchés et 39 magasins de proximité. Le groupe emploie plus de 60 000 personnes en Chine. L'enseigne est alors le 1er distributeur étranger en Chine et le 5e en incluant les groupes de distribution locaux avec 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires[142]. Le nom chinois de Carrefour a été transcrit à partir de la prononciation française : 家乐福 (pinyin : jiā lè fú) ce qui signifie « La Maison de la Joie et du Bonheur ».

    En , Carrefour annonce la vente de 80% des parts de sa filiale Carrefour Chine à l'un des leaders chinois de la distribution, Suning.com, pour 620 millions d'euros[143],[144].

    Taiwan

    Le groupe Carrefour s'implante à Taiwan en 1989 et compte en 2019 : 137 magasins - 69 hypermarchés et 68 supermarchés[105].

    acquisition en 2021, auprès de Dairy Farm, de 224 magasins de proximité à Taïwan (199 Wellcome - surface moyenne de 420 mètres carrés - et 25 Jasons - surface moyenne de 820 mètres carrés) et d'un entrepôt.

    Présence sous forme de partenariat

    France d'Outre-mer

    Le groupe Carrefour est présent sous forme de partenariats aux Antilles, en Guyane (groupe Despointes), en Nouvelle-Calédonie (groupe Buhagiar), en Polynésie (groupe Wane), à La Réunion (groupe GBH) et à Mayotte (groupe Sodifram).

    Europe

    • Turquie : Carrefour s'implante en Turquie[145] en 1993 en s'alliant avec Sabancı, propriétaire de 40 % de la filiale turque du groupe français. Carrefour renforce sa position en en rachetant à Fiba Holdings la majorité des parts de l'enseigne Gima et de 82 % de celles de Endi pour cent millions d'euros.
    • En 2016, Carrefour est présent en Slovaquie via un partenariat avec le groupe RVS.

    Carrefour a été présent en Bulgarie, Chypre et Grèce via un partenariat avec le groupe Marinopoulos, qui a pris fin le [146].

    Amérique du Sud

    Le groupe Carrefour est présent à Saint-Domingue sous la forme d'un partenariat avec le groupe GBH.

    Asie

    • Kazakhstan : en 2016, Carrefour est présent au Kazakhstan via un partenariat avec Majid Al Futtaim Group.
    • Indonésie : déjà présent dans ce pays avec 39 magasins, le groupe achète 75 % du groupe Alfa Retailindo pour un montant de 49,3 millions d'euros[147]. Ce rachat permet de conforter sa place de leader avec 29 nouveaux magasins dont 13 à Jakarta. En , Carrefour annonce la cession de ses 60 % dans sa filiale indonésienne pour 525 millions d'euros au profit de son partenaire local CT Corp qui devient son franchisé[148].

    Afrique

    • Côte d'Ivoire : en 2015 [149] Carrefour s'installe dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan. Un centre commercial Playce Marcory de 20,000 m2 avec un hypermarché de 3 200 m2. Il est le fruit de la collaboration entre Carrefour et CFAO, et une première implantation en Afrique subsaharienne.
    • Kenya : le groupe Carrefour y est présent depuis via un partenariat avec CFAO.
    • Cameroun : Le groupe Carrefour y est présent depuis décembre 2017 via un partenariat avec CFAO à Douala (avec le magasin Carrefour du Douala Grand Mall comme enseigne vitrine).
    • Sénégal : le groupe Carrefour y est présent depuis juillet 2018 via un partenariat avec CFAO.
    • Algérie : le groupe Carrefour y est présent depuis via un partenariat avec UTIC.
    • Maroc : le [150], Carrefour inaugure son premier hypermarché, sur 5 500 m2 et 250 employés, à Rabat-Salé à travers un accord de franchise avec Label'Vie[151], lequel permettrait à cette dernière d'ouvrir des hypermarchés portant l'enseigne française au sein du Royaume. Il en existe déjà 4 (Fès, Marrakech, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, Casablanca, Nador)[152],En 2015, le groupe Carrefour y compte 50 magasins : 5 hypermarchés et 45 supermarchés.
    • Tunisie : en 2001[153] Carrefour s'installe pour la première fois en Tunisie avec un immense magasin à proximité de La Marsa, à travers un accord de franchise avec UTIC[154]. Par la suite, Carrefour lance une chaine de magasin, en , sous le nom de sa marque déposée : « Carrefour Market »[155].

    Moyen-Orient

    Le groupe émirien, Majid Al Futtaim Group[156], est implanté dans les Émirats arabes unis, au Qatar, en Oman, au Koweït, en Jordanie, en Égypte et en Arabie saoudite. MAF est le plus important franchisé Carrefour dans le monde en termes de chiffre d'affaires et de territoire. MAF couvre la totalité du Moyen-Orient, l'Iran (magasins exploités sous la marque « Hyperstar », propriété de MAF) et le Pakistan (magasins exploités sous la marque « Hyperstar », propriété de MAF). MAF dont le siège régional est basé à Dubaï, aux Émirats arabes unis comptait vingt-cinq hypermarchés en 2007.

    Activités et pays desquels Carrefour s'est retiré

    Au fil des années, le groupe Carrefour, parallèlement à son expansion, a cédé certaines activités jugées peu rentables, peu stratégiques ou encore trop éloignées de l'activité principale du groupe.

    Il est possible de distinguer trois grandes phases de cessions effectuées par le groupe :

    • La première représente des essais non concluants d'ouverture à certains pays, comme l'Allemagne ou les États-Unis.
    • Une phase immédiatement postérieure à la fusion avec Continent en 1999, où certains actifs ont dû être cédés pour des raisons de concurrence. C'est le cas de certains hypermarchés français et espagnols ou encore les 42 % de détention dans Cora. Par ailleurs, un nettoyage sélectif dans le portefeuille d'activités a été effectué. Ce qui a amené les dirigeants à se séparer du Chili où Carrefour avait une position trop faible, des hypermarchés de Hong Kong ou encore de Carrefour Optique.
    • Enfin, la troisième phase et la plus importante dans l'histoire du groupe est initiée par José-Luis Duran, qui a engagé un désinvestissement dans les activités non rentables ou pour lesquelles la part de marché du groupe est trop faible, le groupe n'est pas dans les trois premières places au palmarès des distributeurs (comme le Japon, la Tchéquie, la Suisse ou le Mexique par exemple). En outre, certaines ventes telles les activités coréennes ont été effectuées par simple opportunité financière. Une véritable gestion financière des actifs en fonction de leur contribution au groupe a donc été opérée.

    En 2010, le groupe s'est retiré de Thaïlande.

    En 2012, le groupe Carrefour s'est retiré de Colombie, de Malaisie, de Singapour.

    En 2016, le groupe Carrefour a mis fin à son partenariat avec le groupe Marinopoulos et s'est ainsi retiré de Bulgarie, Chypre et Grèce.

    Gouvernance de l'entreprise

    Le groupe Carrefour est une Société Anonyme à Conseil d'administration. Ce mode de gouvernance a été voté le , par l'assemblée générale mixte des actionnaires du groupe Carrefour (le régime de conseil d'administration remplace alors celui de conseil de surveillance et directoire[157]).

    Par ailleurs, les fonctions de Président et Directeur général y sont réunifiées depuis le . Amaury de Sèze avait cédé son mandat à son directeur général Lars Olofsson, ce qui avait valu au groupe des reproches du régulateur pour ne pas avoir justifié auprès des actionnaires les raisons de ce choix de gouvernance[158].

    Conseil d'administration

    En 2018, le conseil d'administration est composé de :

    Le conseil d'administration a composé cinq comités spécialisés : le comité des comptes, le comité des rémunérations, le comité des nominations, le comité RSE et le comité stratégique.

    Comité exécutif

    Peu après sa prise de fonction, Alexandre Bompard crée un comité exécutif groupe. En , celui-ci est composé de :

    Cinq responsables de zones géographiques :

    • Alexandre de Palmas : Directeur Exécutif Espagne
    • Rami Baitieh : Directeur Exécutif France
    • Guillaume de Colonges : Directeur Exécutif Europe du Nord et de l'Est (Belgique, Pologne et Roumanie)
    • Gérard Lavinay : Directeur Exécutif Italie
    • Noël Prioux : Directeur Exécutif Amérique Latine (Brésil et Argentine)

    Quatre responsables de pôles fonctionnels :

    • Marie Cheval : Directrice Executive, Services financiers (également Directrice Exécutive des Hypermarchés France)
    • Alexandre de Palmas : PDG de Carmilla (également Directeur Exécutif Espagne)
    • François Melchior De Polignac : PDG Carrefour Belgium
    • Amélie Oudéa-Castéra : Directrice Exécutive Clients, Services, Transformation Digitale et Innovation

    Cinq responsables des fonctions support :

    • Dominique Benneteau-Wood : Directrice Exécutive Communication pour le Groupe et la France
    • Matthieu Malige : Directeur Exécutif Finances et Gestion
    • Jérôme Nanty : Directeur Exécutif Ressources Humaines pour le Groupe et la France
    • Laurent Vallée : Secrétaire Général
    • Morgane Weill : Directeur Exécutif Stratégie & Transformation pour le Groupe et la France

    Anciens présidents du directoire puis du conseil d'administration

    Présidents du directoire
    Drapeau de la France Denis Defforey 1985 - 1990
    Drapeau de la France Michel Bon 1990 - 1992
    Drapeau de la France Daniel Bernard 1992 - 2005
    Drapeau de l'Espagne José Luis Duran 2005 - 2008
    Président du conseil d'administration
    Drapeau de la France Amaury de Sèze 2008 - 2011
    Présidents-directeurs généraux
    Drapeau de la Suède Lars Olofsson 2011 - 2012
    Drapeau de la France Georges Plassat 2012 - 2017
    Drapeau de la France Alexandre Bompard 2017 - « En cours »

    Sièges sociaux

    Le siège social de l'enseigne Carrefour France est situé 93 avenue de Paris à Massy, depuis . Ce complexe de 86 000 m2 bénéficie du label BBC-Effinergie et lui aussi de la certification HQE. L'accent a été mis sur :

    • Une forte isolation des bâtiments ;
    • Le recours aux énergies renouvelables qui couvrent 20 % des consommations ;
    • Une récupération de la chaleur l'hiver grâce à la ventilation double flux ;
    • Des panneaux solaires (90 m2) pour produire de l'eau chaude pour le restaurant interentreprises ;
    • La valorisation des véhicules électriques grâce à 70 places dédiées dont 50 pour les voitures et 20 pour les 2 roues ;
    • L'aménagement paysager de 8 400 m2 de surfaces dont la moitié plantées, conçu par le paysagiste français David Besson-Girard ;
    • 46 % d'économie d'eau potable ;
    • La récupération des eaux pluviales grâce à 2 bassins de 200 m3 au total[159].

    Le 93 avenue de Paris à Massy est également siège social du groupe Carrefour depuis .

    Culture et responsabilité d'entreprise

    Emploi, mixité et conditions de travail

    En 2016, le groupe Carrefour emploie 384 000 salariés, dont 58 % sont des femmes. Pour favoriser leur accès aux fonctions de management, le groupe Carrefour conduit un ensemble d'actions de recrutement, formation, aménagement du temps de travail, mentorat ou communication, qui ont fait progresser la proportion de femmes managers à 39,2 % en 2016 (contre moins de 30 % en 2011)[160].[style à revoir]

    Il a été reproché au groupe une surveillance trop active et parfois proche de l'espionnage de ses employés[161], voire de s'en servir comme motif de licenciement[162].

    L'enseigne Carrefour en France a été longtemps reconnue comme assurant à ses collaborateurs une meilleure rémunération que ne le faisait ses concurrents[21] et parfois même meilleure qu'ailleurs au sein du groupe (Champion, ex-Euromarché, établissements Sogara). Afin de préserver la paix sociale, Carrefour a privilégié historiquement le syndicat Force ouvrière à la CFDT et à la CGT[21]. Néanmoins, les magasins Carrefour connaissent des conflits sociaux (grèves) comme la journée nationale d'action dans la grande distribution du à l'appel de plusieurs syndicats. L'hypermarché Carrefour Grand Littoral est même devenu un symbole de ces revendications essentiellement salariales. Le magasin est resté bloqué 11 jours en 2008[163].

    En octobre 2008, le groupe Carrefour a été condamné à une amende de 1,287 million d'euros pour avoir pendant plusieurs années payé en dessous du SMIC 400 employés de deux hypermarchés[164]. En novembre 2010, il a été condamné par les prud'hommes de Grenoble à payer près de 400 000 euros d'arriérés de salaires à plus d'une centaine de salariés d'un hypermarché Carrefour en Isère pour la même raison[165]. En , Carrefour est condamné à indemniser une centaine d'employés d'un hypermarché de Gironde, pour un montant total de 2 millions d'euros, en raison d'inégalités salariales[166].

    En 2019, Carrefour est assigné en justice par la Confédération générale du travail (CGT) qui lui reproche d'avoir touché des centaines de millions d'euros de crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) tout en supprimant près de 2 000 emplois en France entre 2013 et 2017[167]. La plainte de la CGT est finalement déboutée : « Dans son jugement, le tribunal reconnaît que l'État a fait un cadeau fiscal aux entreprises, mais que des insuffisances dans la loi ne lui donnent pas les moyens de sanctionner les dérives », indique un responsable syndical[168].

    Problématique du gaspillage alimentaire

    Le groupe Carrefour prend un ensemble d'initiatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Sur 100 kg d'invendus alimentaires, le groupe déclare en donner 20 aux associations[169]. Les points de vente du groupe auraient distribué 92 millions de repas en 2015[170].

    Depuis 2013, le groupe Carrefour est partenaire de la marque Les Gueules Cassées dont l'objet est de lutter contre le gaspillage alimentaire en promouvant les produits qui ont des défauts d'aspects, mais sont bons pour la consommation. Le Groupe a lancé en une marque « Tous AntiGaspi » pour identifier son offre de produits déclassés[171].

    Le groupe Carrefour a également allongé les dates limites de consommation sur 400 produits en 2015[170].

    Politique environnementale et biodiversité

    Le groupe Carrefour a annoncé vouloir réduire ses émissions de CO2 de 40 % entre 2010 et 2025[172].

    De 2004 à 2015, Le Groupe Carrefour a diminué sa consommation d'énergie par mètre carré des magasins de 31 %. Les leviers utilisés incluent la mise en place de meubles froids fermés, l'installation d'éclairage de basse consommation, la transformation en biométhane de déchets organiques issus des magasins et des technologies permettant de créer du froid par du CO2[173].

    En France, après une phase de test, le groupe Carrefour a annoncé en qu'il allait mettre en circulation 200 camions roulant au biométhane dans les agglomérations de Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille et Paris[174].

    En Chine, Carrefour a mis en place une flotte de navettes électriques pour son magasin de Shanghai (Caoying Store)[175]. L'entreprise a par ailleurs arrêté la commercialisation de 7 espèces de poissons d'eau profonde et 50 références sont certifiées Marine Stewardship Council[175].

    En Italie, Carrefour Gourmet fonctionne à 100 % avec de l'éclairage à leds, ce qui réduit la consommation d'énergie d'environ 70%[175].

    En Roumanie, 15 stations de recyclage sont installées sur les parkings des magasins. Les consommateurs qui y déposent des déchets reçoivent des bons de réduction[175].

    À l'international, le groupe Carrefour a équipé une quarantaine de magasins de centrales CO2 transcritique pour leurs rayons frais et surgelés[176].

    En France, Carrefour propose depuis 2016 des produits de la mer certifiés MSC - Marine Stewardship Council (pêche durable) et ASC - Aquaculture Stewardship Council (aquaculture responsable)[177],[178].

    En 2016, le groupe Carrefour a atteint son objectif de 100 % d'huile de palme issue de la filière RSPO (Roundtable of Sustainable Palm Oil - huile de palme durable)[179].

    En , le groupe Carrefour figure à la neuvième place du classement « Carbon rankings » publié par le bureau d'étude ET Index Research, qui évalue les émissions de CO2 des entreprises cotées aux États-Unis, au Canada et dans l'Union européenne[180].

    En 2020, Carrefour annonce l'acquisition de la start-up Potager city, spécialisée dans les circuits courts. Cette jeune pousse propose la livraison de paniers de fruits et légumes en point relais et en entreprise, tout en travaillant avec plus de 700 producteurs locaux[181]. Toujours cette année, Carrefour va s'impliquer davantage dans la protection de l'environnement. Dans le but de réduire l'utilisation des plastiques, Carrefour à décider de mettre fin à la vente des sacs en plastique au niveau de ses caisses[182].

    Le marché interdit

    En , Carrefour « se lance dans la vente de légumes issus de semences paysannes « interdites » pour défendre la biodiversité », en signant un partenariat de 5 ans avec Bio Breizh et Kaol Kozh, deux groupements de producteurs bretons de légumes qui utilisent des semences paysannes[183], et propose dans une quarantaine de magasins franciliens et bretons une dizaine de légumes issue de graines produites par les maraîchers eux-mêmes[184] pour « élargir notre offre car nos clients sont demandeurs de produits sains et bio ».

    Cette action fait évoluer la loi : en avril 2018, le Parlement européen autorise la libre commercialisation de semences paysannes à partir de [185].

    Mécénat

    Le groupe Carrefour a créé en 2000 une fondation d'entreprise qui agit dans deux domaines principaux : l'alimentation solidaire (qui inclut notamment les dons et collectes de produits de grande consommation) et l'aide d'urgence (acheminement de marchandises sur les terrains d'intervention humanitaire et lieux de catastrophes). La fondation d'entreprise Carrefour est dotée d'un budget de 8,42 millions d'euros et a financé 94 projets en 2016[186].

    Bien-être animal

    En , Carrefour lance un audit dans l'ensemble de ses abattoirs et demande la mise en place de caméras de surveillance[187].

    Indicateurs clés

    Nombre de magasins

    Au , le groupe Carrefour est présent dans 30 pays à travers 12 225 magasins et 1696 Drives[105]. Le nombre de magasins sous enseigne (c'est-à-dire détenu en direct par le groupe plus les magasins détenus par des franchisés et les partenariats) est le suivant[188] :

    • Commerce en ligne : Depuis 2018, Carrefour est doté d'un site marchand unique par pays [189].

    Données financières

    Le chiffre d'affaires 2020 s'élève à 78,6 Md€ de chiffre d'affaires HT[1]. Il est réparti comme suit : 48 % en France, 30 % dans le reste de l'Europe, 19 % en Amérique latine et 2,7 % en Asie[190]

    Données financières publiées, en millions d'euros
    Années 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
    Chiffre d'affaires HT 74 497 77 901 82 148 86 967 85 359 89 325 81 271 76 127 74 299 74 707 76 945 76 645 78 897 76 199 80 672 78 600
    Résultat d'exploitation 3 175 3 274 3 291 2 776 1 705 1 836 −481 1 434 2 382
    Résultat net ajusté part du groupe 1 582 2 269 2 299 1 539 437 568 −2 176 1 316 1 364 1 367 1 123 1 031 773 802 1 314 641
    Capitaux propres 9 386 10 503 11 770 11 115 10 563 7 627 8 361 8 598 10 228 10 672 12008 12159 11286 11 675
    Endettement net[191] 6 790 6 309 7 357 4 954 4 546 4531 3743 3785 2 615

    Chiffre d'affaires publiés (hors taxe[192], en milliards d'euros) :

    Le saut de chiffre d'affaires est évident en 1991, 1999, 2000 et 2001, quatre années liées à une politique de croissance externe :

    • 1991 : impact des rachats de Montlaur et Euromarché.
    • 1999 : impact en année pleine du rachat de Comptoirs Modernes.
    • 2000 : impact de la fusion avec Continent.
    • 2001 : impact du rachat en 2000 des activités belges et italiennes.

    Actionnariat

    Carrefour est coté à la bourse de Paris depuis 1970 (code ISIN = FR0000120172) et entre dans la composition de l'indice CAC 40.

    Le , Colony Capital et Groupe Arnault, réunis dans la structure Blue Capital, annoncent avoir acquis 9,1 % du capital de la société, auquel s'ajoute 0,7 % acquis de concert par Axon Capital. Ils se sont engagés à ne pas dépasser la barre des 20 % du capital d'ici au , sauf cession des parts de la famille Halley[193].

    En la famille Moulin entre dans le capital à hauteur de 6,1 % via son holding Motier[194].

    Au , les principaux actionnaires au capital de la société composé de 756,2 millions de titres était les suivants[195] : Blue Partners 5,11 % ; Cervinia Europe 5,03 % ; Groupe Arnault 0,35 % ; Bunt 3,36 % ; Galfa 11,56 % ; Stanhore Trading International 7,67 % ; Energy Jet 0,19 % ; Salariés 0,98 % ; Auto-détention 1,25 % ; Public 64,51 %.

    Depuis le , Blue Partners ne détient plus d'action du groupe Carrefour. Le Groupe Arnault détient directement et indirectement (au travers des sociétés Bunt et Cervinia Europe) 8,77 % du capital[196].

    Carrefour distribue 350 millions d'euros de dividendes chaque année aux actionnaires. Le PDG, Alexandre Bompard, a vu sa rémunération augmenter de 27 % entre 2017 et 2018, passant à 7,3 millions d'euros. Carrefour est ainsi devenu l'une des entreprises les plus inégalitaires du CAC 40 selon le magazine en ligne Basta !, son PDG gagnant presque autant en un jour qu'un salarié moyen en un an[197].

    Principaux actionnaires

    Au 23 mars 2021[198] :

    Drapeau de la France Motier SAS (famille Moulin) 9,74%
    Drapeau du Brésil Peninsula Participações (famille Diniz) 7,37%
    Drapeau de la France Agache SE (famille Arnault) sortie du capital en 2021[199] 5,53%
    Drapeau de la France Invesco Asset Management SA 2,02%
    Drapeau des États-Unis The Vanguard Group Inc. 1,78%
    Drapeau de la Norvège Norges Bank Investment Management 1,24%
    Carrefour 1,16%
    Drapeau du Royaume-Uni Schroder Investment Management 1,08%
    Actionnariat salarié 0,91%
    Drapeau de la France Amundi Asset Management (Investment Management) 0,88%

    Activité de lobbying

    En France

    Le Groupe Carrefour est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. Il déclare à ce titre en 2013 que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 150 000 et 200 000 euros[200].

    Pour l'année 2017, Carrefour, Carrefour France et Carrefour Management déclarent à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour des montants qui n'excèdent respectivement pas 50 000[201], 75 000[202] et 200 000 euros[203].

    Auprès des institutions de l'Union européenne

    Le Groupe Carrefour est inscrit depuis 2013[204] au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2015 pour cette activité des dépenses d'un montant inférieur à 10 000 euros[204]. Le Groupe Carrefour est membre du réseau Eurocommerce[204], inscrit depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et qui indique pour l'exercice 2014 des dépenses d'un montant compris entre 400 000 et 500 000 euros[205].

    Justice

    En novembre 2020, le groupe a été condamné par la CNIL à une amende de 2 250 000 euros pour Carrefour France et 800 000 euros pour Carrefour Banques pour non-respect de la réglementation sur les données personnelles. Le groupe a notamment été sanctionné pour manquement d'informations aux utilisateurs sur le traitement des données personnelles collectées[206].

    La CNIL a souligné la « parfaite coopération » de Carrefour au cours de la procédure et note que la société a régularisé ces manquements. La CNIL précise qu'aucune donnée sensible n'était concernée et que le groupe n'en a retiré aucun avantage financier, les données conservées au-delà du délai requis n'étant pas utilisée à des fins de prospection. L'autorité justifie toutefois cette sanction par « le nombre et la gravité des manquements à certaines obligations essentielles » du RGPD[207].

    En mars 2021, le groupe Carrefour est condamné à payer une amende d'1,75 millions d'euros par le tribunal de commerce de Paris pour « pratiques restrictives de concurrence », à la suite d'une enquête de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) démarrée en 2016. Carrefour affirme avoir « immédiatement cessé cette pratique dès février 2016 »[208].

    En mai 2021, l'ACPR a infligé un blâme et une sanction de 1,5 millions d'euros à Carrefour Banque pour 12 griefs visant ses contrôles anti-blanchiment[209].

    Annexes

    Bibliographie

    • Yves Soulabail, Carrefour Un combat pour la liberté, Le Loup hurlant éditions, 2010
    • F. Carluer-Lossouarn, L'Aventure des premiers supermarchés, un livre Linéaires, 2006
    • Christian Lhermie, Carrefour ou l'invention de l'hypermarché, 2e édition, Éditions Vuibert, 2003 (ISBN 2711778142)
    • Sylvain Courage, La Vérité sur Carrefour l'épicier planétaire aux 2 millions de clients par jour, Éditions Assouline, 1999 (ISBN 2843231108)
    • Claude Sordet, Jean-François Wantz, Paul-Louis Halley - De Promodès à Carrefour, Éditions VM, (ISBN 270813227X)
    • Grégoire Philonenko, Véronique Guienne Au Carrefour de l'exploitation, éditions Desclée, 1998 (ISBN 2220040704)

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Carrefour Banque » (voir la liste des auteurs).
    1. a b c d et e « Carrefour : un résultat net en baisse, mais des ventes dynamiques grâce au Covid », sur https://www.groupe-casino.fr (consulté le )
    2. Deloitte, « Résultats de l’étude « Les champions de la distribution 2013 » » [archive du ] (Communiqué de presse), Neuilly-sur-Seine,
    3. Frédéric Bianchi, « Carrefour chute dans le classement mondial des distributeurs », sur bfmtv.com, (consulté le )
    4. Les fondateurs de Carrefour : Jacques et Denis Defforey, Marcel Fournier
    5. a et b Hugues Joublin, L'aventure du premier hyper, L'Expansion, 06 mai 1993 [lire en ligne] ; également sur l'histoire de Carrefour : Yves Soulabail, Carrefour Un combat pour la liberté, Le Loup Hurlant Éditions, 2010.
    6. L'histoire de Carrefour débute dans le magasin Fournier
    7. Hélène Vermarre, Et le « commerce moderne » fut, Le Dauphiné, 07 septembre 2005, p. 20 [lire en ligne]
    8. Étienne Thil, Les inventeurs du commerce moderne, Ed. Arthaud, 1966 (réédition ed. Jouwen, 2000, p. 173) (ISBN 2-9510673-4-8)
    9. Contenu des séminaires MMM
    10. « Encyclopédie de la grande distribution Distripedie », sur distripedie.com, .
    11. Carrefour Villeurbanne, le retour de flamme d'un vétéran, Points de vente, no 1035, 27 octobre 2008, p. 48
    12. Jean-François Berlanger, Rhône-Alpes/Villeurbanne : Cure de rajeunissement pour Carrefour, Points de vente, no 1007, 3/09/2007, p. 34
    13. Le 30 septembre 1966, Carrefour Vénissieux était avec ses 10 000 m2 l'hypermarché le plus grand d'Europe - J-F-B., Carrefour Vénissieux : la métamorphose d'une légende, Points de vente, no 1034, 13/10/2008, p. 52.
    14. Étude sous l'égide de l'École normale supérieure intitulée Les Soldes de la loi Raffarin, page 15
    15. « Vacances Carrefour compte tripler son volume d'affaires », sur Les Échos, .
    16. « 1963: Carrefour invente l'hypermarché "à la française" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    17. Le raid de Carrefour, L'Humanité, 26/03/1991 [lire en ligne]
    18. (en) Reuters, Company news: Carrefour of France To Buy Euromarche, New York Times, 25 juin 1991 [e lire en ligne]
    19. 1968-1992 Ci-gît Euromarché, Linéaires, no 59, avril 1992
    20. « Carrefour se sépare de Michel Bon », sur Les Echos, (consulté le )
    21. a b et c La Vérité sur Carrefour, l'épicier planétaire aux 2 millions de clients par jour, voir bibliographie
    22. Article issu de la Tribune du
    23. Groupe Carrefour, Le groupe Carrefour annonce une acquisition majeure au Brésil, carrefour.com, 23/04/2007 [lire en ligne]
    24. Portrait : Amaury de Seze, nouvel homme fort chez Carrefour ITR News, 20 octobre 2008].
    25. La lettre aux actionnaires, mai 2009, page 4.
    26. Interview de Philippe Picaud, directeur du design du groupe Carrefour
    27. Les communiqués de presse
    28. « La reprise des 16 magasins Carrefour dope Mestdagh », sur La Libre Belgique
    29. Julie de la Brosse, « Carrefour-Dia: feu vert à une scission controversée », sur L'Expansion,
    30. Que se passe-t-il chez Carrefour ?
    31. Article de presse sur Les Échos sur l'acquisition de la Guyenne et Gascogne
    32. Lars Olofsson est p-dg de Carrefour lineaires.com, 21 juin 2011
    33. « ANALYSE-Carrefour-Le Brésil, possible levier de la reconquête », Les Échos,
    34. Philippe Bertrand, « Carrefour passe en franchise en Indonésie », Les Échos,
    35. Carrefour va racheter une centaine de ses galeries marchandes, Challenges, 16 décembre 2013
    36. Carrefour rachète 127 galeries commerciales à Klépierre
    37. Carrefour rachète 126 galeries commerciales à la foncière Klépierre sur latribune.fr
    38. Carrefour s'offre 129 magasins de proximité de Coop Alsace
    39. La famille Moulin a annoncé lundi soir avoir acquis 6,1 % de Carrefour, un ticket à plus de un milliard d'euros.
    40. AFP, RTL, « Le groupe Carrefour va racheter Dia pour 600 millions d'euros », sur rtl.fr,
    41. Carrefour : acquisition de 53 supermarchés en Italie
    42. Challenges.fr, « Carrefour autorisée à racheter 800 magasins Dia », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    43. Carrefour closer to Brazil listing with Diniz deal, Dominique Vidalon et Brad Haynes, Reuters, 18 décembre 2014
    44. Encore une alliance : Carrefour se rabiboche avec Cora, B. Merlaud, Linéaires, 22 décembre 2015
    45. Carrefour To Convert First Dia Supermarket, ESM Magazine, 13 avril 2015
    46. Altarea persiste malgré les pertes de Rue du Commerce
    47. « Carrefour va racheter Rue du Commerce », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
    48. Pourquoi Carrefour veut racheter Rue du Commerce
    49. Carrefour annonce le projet d'acquisition de Rue du Commerce
    50. Carrefour rachète Billa Roumanie à Rewe, Jean-Noël Caussil, LSA, 22 décembre 2015
    51. « Carrefour en passe de devenir le premier groupe de supermarchés en Roumanie », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
    52. Carrefour veut acheter 86 supermarchés en Roumanie
    53. Carrefour accélère en Roumanie
    54. « Petfood : comment Carrefour veut rendre Croquetteland incontournable », sur lsa-conso.fr (consulté le )
    55. Carrefour va racheter 36 hypers Eroski en Espagne
    56. Ouverture de 2 nouveaux hypermarchés en Chine
    57. Carmila (Carrefour) porte son patrimoine à 4,6 MdsE
    58. « Alexandre Bompard sera PDG de Carrefour le 18 juillet », sur Les Échos, .
    59. « Présentation du plan de transformation « Carrefour 2022 », discours d'Alexandre Bompard » [PDF], sur http://www.carrefour.com, (consulté le ).
    60. « Carrefour se veut champion de la « transition alimentaire » - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le ).
    61. « Alexandre Bompard veut faire de Carrefour le champion de la transition alimentaire », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    62. « Que retenir du plan d'Alexandre Bompard pour transformer Carrefour? », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    63. « Act for food, So Bio... Carrefour entame sa mue vers la "transition alimentaire" », sur Challenges (consulté le ).
    64. « Big bang chez Carrefour : Alexandre Bompard s'explique », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    65. « Carrefour permet de tracer ses poulets fermiers grâce à la blockchain », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    66. « Carrefour met en place un système de traçabilité des aliments », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    67. « Carrefour lance la première blockchain alimentaire d'Europe, pour une traçabilité totale des produits », sur Challenges (consulté le ).
    68. « Traçabilité : Carrefour déploie la technologie de la blockchain à la filière de la tomate », sur lsa-conso.fr (consulté le ).
    69. « Carrefour déploie la blockchain sur la poularde fermière d'Auvergne | Les Marchés », sur lesmarches.reussir.fr, (consulté le ).
    70. « Carrefour rejoint la blockchain IBM Food Trust, chargée d'assurer la traçabilité des produits », sur usine-digitale.fr (consulté le ).
    71. Gregory RAYMOND, « Blockchain : le pari de Carrefour pour garantir la traçabilité de ses produits », sur Capital.fr, (consulté le ).
    72. « Carrefour rejoint la « blockchain alimentaire » d'IBM », sur lesechos.fr (consulté le ).
    73. « « Foodtech » : Carrefour croque Quitoque », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    74. « Carrefour croque Quitoque et s'attaque à la «food tech» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    75. « Carrefour Pay est officiellement lancé », sur lsa-conso.fr (consulté le ).
    76. L'Usine Nouvelle, « Carrefour se dote d'une plate-forme dédiée au e-commerce alimentaire en Île-de-France - Quotidien des Usines », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    77. BFMTV, « Les « drives piétons » séduisent les Parisiens », sur BFMTV (consulté le ).
    78. « Système U choisit Carrefour pour mutualiser ses achats - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le ).
    79. « CARREFOUR a signé son partenariat avec Système U », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    80. a et b « Carrefour s'allie à Google dans l'e-commerce - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le ).
    81. a et b LSA – Libre Service Actualités, « Comment Carrefour va faire de Google un e-commerçant à part entière », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    82. « Carrefour et Tesco finalisent leur partenariat sur les achats », CB news,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    83. +Bastien L, « Carrefour veut mettre fin au gaspillage grâce à l'intelligence artificielle », sur LeBigData.fr, (consulté le ).
    84. « Carrefour cède 80 % de ses activités en Chine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
    85. Zone Bourse, « CARREFOUR : News et Informations Boursières | CA | FR0000120172 | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le )
    86. Dominique Vidalon, « France's Carrefour expands in convenience stores in Taiwan », sur Reuters,
    87. « French retailer Carrefour to buy 172 stores in Spain », sur Reuters,
    88. « CA CIB place 3,1% de Carrefour liés à des opérations de Groupe Arnault », sur Boursorama, (consulté le )
    89. Philippe Bertrand, « Casino n'est plus en négociations exclusives avec Aldi sur la vente de Leader Price », Les Echos,‎ (lire en ligne).
    90. Carrefour et Couche Tard discutent finalement d'opportunité de partenariat opérationnel
    91. « Carrefour rachète Grupo Big, 387 magasins au Brésil », sur lsa-conso.fr (consulté le )
    92. « Carrefour: le mandat du PDG Alexandre Bompard renouvelé pour trois ans », sur LEFIGARO (consulté le )
    93. « Carrefour : Alexandre Arnault et Nicolas Bazire démissionnent du conseil d'administration », sur LEFIGARO (consulté le )
    94. Logo « symbole » de la lettre « C » et logo typographique de la marque verbale.
    95. Logo Carrefour des premiers magasins à la position de no 1 européen sur carrefouruncombatpourlaliberte.fr
    96. Jean-François Berlanger, Carrefour Vénissieux : la métamorphose d'une légende, Points de vente, no 1034, 13/10/2008, p. 52.
    97. Lorsque Carrefour cassait les prix
    98. Charles Nouÿrit, « 22 logos brillants avec un message caché », 13 janvier 2010
    99. (en)« Carrefour Fades (to Color) », sur Underconsideration.com,
    100. Les descriptions des métiers sont issues des rapports annuels du groupe Carrefour et du site internet institutionnel Carrefour.com
    101. « En Chine, Carrefour ouvre son 1000e hyper », Le Figaro,‎ 30 octbre 2006 (lire en ligne).
    102. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « Document d'enregistrement universel. Rapport financier annuel 2019 », sur carrefour.com, (consulté le )
    103. [1]
    104. Rapport financier 2014 Carrefour Banque
    105. François Deschamps, « Carrefour s'offre le pure player du bio Greenweez », sur http://www.lsa-conso.fr, (consulté le ).
    106. Parc de magasins sous enseignes (inclus franchisés et partenaires) à fin 2013
    107. Carrefour dans le monde - carrefour.com
    108. http://www.carrefour.com/fr/worldmap
    109. [2] Historique Carrefour
    110. [3] Article de Capital.fr du 7 juillet 2014. Consulté le 9 novembre 2014
    111. « Linéaires », sur Lineaires.com, .
    112. « Linéaires », sur Lineaires.com, .
    113. « Pourquoi Carrefour réduit la surface de ses hypermarchés en France », Ouest-France.fr (consulté le ).
    114. 20 Minutes avec AFP, « Carrefour : 2400 postes supprimés au siège et 2100 salariés des ex-magasins Dia sur la sellette », sur 20 minutes France, .
    115. H.B., « Carrefour : voici la liste des 273 magasins menacés de fermeture », sur 20 minutes France, .
    116. « Carrefour simplifie ses structures en France », sur Lineaires/com.
    117. Voir le site de Provencia.
    118. « Coup d'œil : un sherpa au carrefour », sur Brefonline.com, .
    119. Voir un article sur le codirigeant Vincent Labruyère et la résolution no 3 p. 8 de fusion avec le groupe Carrefour [PDF] du .
    120. Voir document AMF, « Groupe Carrefour — Actualisation du document de référence 2005 » [PDF], . Voir p. 11.
    121. Voir le site de Hyparlo et le rachat des parts de la famille Arlot [PDF] par Carrefour en 2006.
    122. Voir le site de Guyenne et Gascogne.
    123. Voir le site de Guyenne et Gascogne Présentation/Profil.
    124. « Fusion des sociétés » [PDF], sur cfdt-carrefour.com, p. 11.
    125. Voir le site de Coopérative Atlantique, à la page capital.
    126. Voir document AMF, Groupe Carrefour — Actualisation du document de référence 2005, 09/11/2006. Voir p. 30. Pourcentage d'intérêt retenu en consolidation [lire en ligne].
    127. Activité au 30/9/2006 : un rythme de commande en forte croissance, ses-esl.fr, 21/11/2006 [lire en ligne]
    128. CARREFOUR devient leader de la distribution en Belgique
    129. Décision de la Commission des Communautés européennes du 28/09/2000 [PDF]
    130. Carrefour taille dans ses effectifs en Belgique
    131. Christelle Magaud, Le nouveau temple européen de la distribution, Points de vente, 29/10/2007, no 1011, p. 36
    132. Communiqué du rachat d'Artima publié le 29 octobre 2007
    133. Carrefour rachète Billa Roumanie à Rewe, LSA, le 22 décembre 2015
    134. Carrefour se renforce au Brésil, La Tribune,
    135. Sébastien Larbaud, « Carrefour voit la vie en BIG | Neymar recruté par Fortnite | 100 milliards pour le foot US », sur Forbes France, (consulté le )
    136. historique de Carrefour en Argentine sur carrefour.com.ar (en espagnol)
    137. Communiqué de presse Carrefour du 11 avril 2001
    138. Le succès de Carrefour en Chine, site internet Radio86
    139. « Carrefour se désengage de Chine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    140. « Carrefour quitte la Chine », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    141. Dans la répartition géographique de ses activités, Carrefour classe la Turquie en Europe
    142. Communiqué de non-renouvellement du partenariat avec Marinopoulos
    143. Article de la Tribune du 20 janvier 2008
    144. « Carrefour cède ses 60 % dans sa filiale en Indonésie », sur lesechos.fr,
    145. « Un 1er hypermarché Carrefour en Côte d'Ivoire », sur CARREFOUR (consulté le )
    146. Lettre aux actionnaires de mai 2009 page 4
    147. http://www.dev-export.com/detailsafrique.php?numafrique=1183
    148. http://www.lavieeco.com/en-direct/14173-carrefour-se-paie-la-corniche-de-casa.html
    149. « Engouement Géant à Tunis ! – Jeune Afrique », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    150. Kapitalis 'Tunisie. Manœuvres dans la grande distribution'
    151. http://www.investirentunisie.net/index.php?option=com_content&view=article&id=2813&joscclean=1&comment_id=1020&Itemid=175
    152. Voir le site (en) Carrefour UAE et de (en) Majid al futtaim Group.
    153. Changement de gouvernance chez Carrefour, L'Express, 28 juillet 2008
    154. Le CAC 40 préfère les présidents- directeurs généraux, Les Échos, 20 décembre 2014
    155. Le Sommer Environnement. http://www.lesommer.fr/massy-campus.html.
    156. Chez Carrefour, les femmes accèdent à la direction de magasin
    157. Voir le site bigbrothersawards
    158. Article issu de l'Humanité du 20/01/2006
    159. http://afp.google.com/article/ALeqM5jJBzFt-gQzyTqXAXlwx5oH-Y62PQ Dépeche AFP du 12 février 2008
    160. « Carrefour condamné pour avoir sous-payé ses employés », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
    161. « Carrefour condamné à payer 400 000 euros à une centaine de salariés », Libération, 9 novembre 2010.
    162. « Salaires : Carrefour condamné à verser 2 M€ », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
    163. « Accusé d'avoir détourné le CICE, Carrefour se retrouve devant la justice », sur www.20minutes.fr (consulté le )
    164. « La CGT déboutée de sa plainte contre Carrefour pour fraude au CICE », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
    165. « Gaspillage dans les supermarchés : qui sont les bons et les mauvais élèves ? », L'Obs, 5 février 2016.
    166. a et b Infographie du groupe Carrefour, site officiel, 18 janvier 2016
    167. « Carrefour lance la marque «Tous AntiGaspi» pour les produits moches », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
    168. « Carrefour veut réduire de 40 % ses émissions de CO2 entre 2010 et 2025 », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
    169. Bon pour la Terre, bon pour les affaires, L'Express, 4 décembre 2015.
    170. Déploiement de 200 camions roulant au biométhane, Communiqué de presse Groupe Carrefour, 30 mars 2015.
    171. a b c et d « Comment Carrefour s'empare de la RSE », sur LSA-conso.fr, 8 juillet 2015.
    172. « Carrefour passe au froid vert », LSA-conso.fr, 27 novembre 2014.
    173. « Chez Carrefour, le rayon marée de 33 points de vente désormais certifié "MSC Pêche durable" », LSA-conso.fr, 31 août 2016.
    174. « Enfin du saumon d'élevage responsable dans les rayons », WWF, 24 juin 2016.
    175. « Huile de palme : où en sont Ferrero, Carrefour et les autres ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
    176. « Un nouvel outil pour distinguer l'efficacité carbone des entreprises », Lesechos.fr, 5 décembre 2016.
    177. AFP, « Carrefour acquiert Potager City, spécialisé dans les box de fruits et légumes en circuit court », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    178. Belga, « Carrefour va mettre fin à la vente de sacs en plastique aux caisses, réduisant de la sorte le plastique de 703 tonnes, annonce l'enseigne de grande distribution mardi. », sur https://www.lalibre.be/, (consulté le )
    179. Marine Le Breton, « Des légumes "interdits" vendus par Carrefour, mais de quoi s'agit-il? », sur Le HuffPost, Le Huffington Post, (consulté le ).
    180. « Carrefour s'engage à vendre des légumes issus de semences paysannes », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
    181. « Marché interdit de Carrefour : une campagne peut-elle changer la loi ? », la Réclame,‎ (lire en ligne, consulté le )
    182. Présentation de la Fondation d'entreprise Carrefour, Fondation-Carrefour.org
    183. Antoine Boudet, « Carrefour milite pour des caméras dans les abattoirs », sur Les Échos, (consulté le )
    184. L'Essentiel 2013 du groupe Carrefour, p. 4-5
    185. Flore Fauconnier, « Carrefour annonce un e-commerce alimentaire en croissance de plus de 30% au T3 2018 », sur lsa-conso.fr, (consulté le )
    186. « Communiqué de presse des résultats 2020 du Carrefour », sur https://www.groupe-carrefour.fr (consulté le )
    187. hors impacts IFRS 32-39 en 2004 et en deçà. Cette norme, affectant la dette des entreprises, ayant été mise en place en 2005.
    188. Le chiffre d'affaires commercial, correspondant aux facturations lors des passages à la caisse, inclut la TVA et est donc supérieur au chiffre d'affaires hors taxe
    189. Arnault et Colony s'engagent à ne pas monter au-delà de 20 % de Carrefour d'ici mi-2008 sauf si…, La Tribune,
    190. La famille Moulin a bâti via son holding Motier une position de 6,1 % au capital du distributeur Carrefour
    191. Document de référence Groupe Carrefour 2016, 31 décembre 2016
    192. « Document de référence Groupe Carrefour 2017 », sur Site officiel Groupe Carrefour, (consulté le )
    193. Olivier Petitjean, « Carrefour, Alstom, PSA, Sanofi... : ces poids lourds du CAC 40, symboles d'un système à la dérive », sur Basta !, (consulté le ).
    194. Zone Bourse, « CARREFOUR : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le )
    195. « Agache cède sa participation de 5,7% dans Carrefour », sur La Tribune (consulté le )
    196. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
    197. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique » », sur www.hatvp.fr (consulté le ).
    198. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique » », sur www.hatvp.fr (consulté le ).
    199. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique » », sur www.hatvp.fr (consulté le ).
    200. a b et c « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le )
    201. « Registre de transparence », sur eu.europa (consulté le ).
    202. Sébastien Arnaud, « Gestion responsable des données : Carrefour condamné à 3 millions d'euros d'amendes », sur RSE Magazine (consulté le ).
    203. « Délibération du 18 novembre 2020 », sur Légifrance (consulté le )
    204. « Amende de 1,75 million d'euros contre Carrefour pour « pratiques restrictives de concurrence » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    205. « Lutte anti-blanchiment : Carrefour Banque écope d'une sanction sévère de l'ACPR », sur Les Echos, (consulté le )