Cary Grant

Cary Grant
Description de cette image, également commentée ci-après
Cary Grant dans Les Enchaînés (1946).
Nom de naissance Archibald Alexander Leach
Naissance
Bristol, Angleterre
Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Drapeau des États-Unis Américain (naturalisation en 1942)
Décès (à 82 ans)
Davenport, Iowa, États-Unis
Profession Acteur
Films notables voir filmographie.

Archibald Alexander Leach, dit Cary Grant, est un acteur anglo-américain né le à Bristol (Angleterre) et mort le à Davenport (Iowa). Il a été naturalisé citoyen des États-Unis le .

Après une adolescence troublée, ce bricoleur habile, de grande taille et qui a la particularité d'avoir un menton dit « en fesses d'ange », devient chanteur dans les comédies musicales de Broadway à New York. Son accent britannique mi-aristocratique mi-ouvrier de représentant de commerce fait de lui un spécialiste du genre dit « loufoque » (screwball comedy). Charmant mais peu stable, il se marie cinq fois. Il tourne dans plusieurs films d'Alfred Hitchcock qui, bien connu pour ne pas aimer les acteurs, dit de lui « qu'il était le seul acteur qu'il ait jamais aimé de toute sa vie ».

Ian Fleming se serait inspiré de sa séduction et de son apparence soignée pour créer le personnage de James Bond. Grant reçoit cinq nominations pour le Golden Globe du meilleur acteur et un Oscar d'honneur à la 42e cérémonie des Oscars, en 1970. L'American Film Institute l'a classé deuxième acteur de légende du cinéma américain.

Biographie

Enfance et débuts

Une rue à Horfield, Bristol

Archibald Alexander Leach naît le au 15 de la rue Hughenden à Horfield , faubourg du nord de Bristol, en Angleterre. Il est le second fils d'un couple d'anglicans, Elias James Leach (1873–1935), travaillant comme préposé au repassage dans une usine de confection, et Elsie Maria Leach (née Kingdon, 1877–1973), couturière[1]. Des biographes soutiennent qu'il s'est probablement considéré comme d'ascendance juive ; il fait plus tard des dons à la création de l'État d'Israël « au nom de sa mère juive » ou à des œuvres juives[2],[3],[4].

Le couple a un premier enfant, John William Elias Leach (9 février 1899 – 7 février 1900) qui souffre d'une méningite tuberculeuse. Elsie le veille régulièrement mais en janvier 1900, une porte se referme sur l'ongle de son fils alors qu'elle le tient dans ses bras, et au bout d'une semaine, une gangrène se développe[5]. Le soignant jour et nuit, elle cède au médecin qui lui conseille d'aller se reposer un peu mais le nourrisson meurt cette nuit-là[5]. Convaincue d'être responsable de la mort de son fils, elle ne s'en remet jamais et reporte toute son attention sur Archibald, né après la mort de son aîné. Rêvant pour lui d'un grand destin et d'en faire un gentleman, elle lui apprend le chant et la danse dès l'âge de quatre ans et tient à ce qu'il prenne également des cours de piano[6]. Elle l'emmène occasionnellement au cinéma où il peut apprécier très jeune les performances des vedettes de l'époque comme Charlie Chaplin, Chester Conklin, Fatty Arbuckle, Ford Sterling, Mack Swain ou Broncho Billy Anderson[7]. Mère surprotectrice, craignant constamment de le perdre comme le premier, elle lui donne une éducation sévère et sans affection, le battant lorsqu'il se tient mal à table[8],[9].

À quatre ans et demi, il est élève à l'école primaire de Bishop Road puis à la Fairfield Grammar School. Il vit une enfance traumatisante, malheureuse et agitée[10], avec un père alcoolique[11] et une mère souffrant de dépression chronique[12] depuis la mort de John, un couple qui ne s'entend pas et manque d'argent[13]. Elias fait placer son épouse dans un hôpital psychiatrique lorsqu'Archie a neuf ans, mais il raconte à son fils qu'elle est partie pour de longues vacances. L'enfant croit alors que sa mère a quitté la famille et l'a abandonné, et en garde une grande méfiance envers les femmes. Plus tard, son père lui annonce qu'elle est morte[11]. En 1915, celui-ci, qui a trouvé un meilleur travail à Southampton, part y fonder une nouvelle famille avec sa seconde épouse et abandonne Archibald à sa grand-mère paternelle chez laquelle père et fils s'étaient installés à Bristol après le « départ » d'Elsie[14]. Souvent livré à lui-même dans une maison glaciale, Archie doit se débrouiller tout seul[15].

Auparavant, son père l'emmenait aux spectacles de pantomime à Noël, qu'il appréciait[16]. Partant, il se lie d'amitié avec une troupe de danseurs acrobates connue sous le nom de The Penders ou de Bob Pender Stage Troupe[17]. Il se forme par la suite à marcher sur les mains ou des échasses et commence à tourner avec eux[18]. L'un des pionniers d'Hollywood, Jesse Lasky, est un producteur de Broadway à l'époque et voit le futur Grant jouer au théâtre Wintergarten à Berlin vers 1914, alors qu'il est âgé de 10 ou 11 ans[19],[20]. Son père va le rechercher à Norwich où il devait se produire, pour mettre fin à sa fugue et le ramener à Bristol[21].

La Fairfield Grammar School à Bristol, fréquentée par Grant entre 1915 et 1918

En 1915, Archibald Leach obtient une bourse pour fréquenter la Fairfield Grammar School de Bristol, bien que son père ait à peine les moyens de payer l'uniforme[22]. L'adolescent y excelle dans les sports et ses diverses qualités le rendent populaire parmi ses camarades[23]. Toutefois, il a la réputation d'être dissipé et de ne pas faire ses devoirs. Il passe en effet ses soirées à traîner ou travailler dans les coulisses des théâtres de Bristol et à 13 ans, est responsable de l'éclairage du magicien David Devant à l'Empire de Bristol en 1917, après qu'un électricien, enseignant à temps partiel de son école, l'a invité à visiter les coulisses du théâtre Hippodrome de Bristol où il devait installer un tableau de distribution d'éclairage[24]. L'été, Archibald se porte volontaire pour travailler en tant que messager et guide aux quais militaires de Southampton pour échapper au malheur de sa vie à la maison[25]. Il tente même de s'engager comme garçon de cabine sur un bateau en partance mais est refusé à cause de son jeune âge[26]. Il se fait renvoyer probablement pour « inattention, irresponsabilité et incorrigibilité » de la Fairfield Grammar School de Bristol en 1918 pour rejoindre la troupe d'acrobates de Bob Pender[27],[21] ; d'autres raisons sont évoquées comme avoir été découvert dans les toilettes des filles ou avoir aidé deux camarades de classe à commettre un vol dans la ville voisine d'Almondsbury[28].

Son père cosigne un contrat de trois ans entre son fils et Pender, stipulant les conditions de son salaire hebdomadaire à hauteur de 10 shillings et ses augmentations, ainsi que le logement, la pension, des cours de danse et d'autres formations pour sa profession, jusqu'à l'âge de 18 ans[25],[29]. Le jeune homme voyage avec le groupe dans le pays puis embarque sur le RMS Olympic, vers les États-Unis en 1920, pour une tournée de deux ans. Sur le paquebot, il fait la connaissance des vedettes Douglas Fairbanks et Mary Pickford, alors de retour de leur lune de miel[30].

À son arrivée, la troupe Pender joue pendant neuf mois dans l'immense salle de théâtre de l'hippodrome de New York puis se produit notamment à Saint-Louis dans le Missouri, également à Cleveland et Milwaukee[31]. À la fin de la tournée, Archibald a 16 ans et décide de rester sur place pour poursuivre sa carrière théâtrale. À New York, il habite brièvement un hôtel puis partage en 1921 à Greenwich Village à Manhattan, le logement de Orry-Kelly, le futur costumier prolifique de Hollywood[32],[33],[34],[35], et y demeure cinq années, au début vendant dans la rue des cravates peintes par Orry-Kelly ou faisant office d'escort boy pour dames[36],[37],[38]. Dès son installation chez le costumier, il fréquente le National Vaudeville Artists (NVA)[39] et court les castings de Broadway[40]. À ses obsèques à Hollywood Hills, des décennies plus tard, Grant est l'un des porteurs du cercueil de Orry-Kelly[36].

Entrée de Steeplechase Park où le futur Cary Grant fut homme-sandwich

En juillet 1922, il joue dans un groupe appelé les « Knockabout Comedians » au Palace Theatre sur Broadway. Il forme un autre groupe le même été, appelé « The Walking Stanleys », avec plusieurs anciens membres de la troupe Pender, et participe à une émission de variétés intitulée « Better Times » à l'Hippodrome vers la fin de l'année. Il rencontre George C. Tilyou lors d'une fête, propriétaire du parc d'attraction de Steeplechase Park sur Coney Island, qui l'embauche pour y apparaître sur des échasses en homme-sandwich, vêtu d'un manteau brillant et d'un panneau sandwich d'annonces sur les activités du lieu[41].

Grand (1,87 m)[42], beau et athlétique, Archie trouve rapidement du travail dans des comédies musicales de Broadway, malgré un léger accent anglais de la classe moyenne qui perdure[34],[40] ; encore sous son nom de naissance, il joue sur la scène de The Muny à St. Louis (Missouri), dans les spectacles suivants : Irene (1931) ; Music in May (1931) ; Nina Rosa (1931) ; Rio Rita (1931) ; Street Singer (1931) ; The Three Musketeers (1931) et Wonderful Night (1931).

Carrière à Hollywood

Cary Grant vers 1930

Ayant connu le succès dans des comédies légères de Broadway, il part pour Hollywood en 1931, où il prend le nom de Cary Lockwood. Il choisit ce nom d'après son personnage dans la pièce Nikki. Il signe avec Paramount Pictures à raison de 350 $ par semaine mais les patrons du studio sont plus impressionnés par l'acteur que par son pseudonyme. Le prénom convenait mais le nom de Lockwood prêtait à confusion avec un autre acteur. C'est en parcourant une liste de noms d'emprunt que naît Cary Grant, choisi pour ses initiales C et G qui avaient déjà porté chance à Clark Gable et Gary Cooper, deux des plus grandes stars de l'époque.

Après des participations et un premier rôle face à Marlene Dietrich dans Blonde Vénus, sa célébrité survient grâce à Mae West qui le choisit pour lui donner la réplique dans deux films à grand succès Lady Lou et Je ne suis pas un ange (tous les deux de 1933)[43]. Je ne suis pas un ange s'avère un succès très rentable, tout comme Lady Lou, nommé pour l'Oscar du meilleur film, qui sauve Paramount de la banqueroute.

Peu de temps avant de mourir, en 1935, son père lui révèle son mensonge au sujet de sa mère toujours vivante[44],[10]. Cary Grant qui a alors 31 ans, la fait sortir de l'asile et l'installe à Bristol où il lui rend régulièrement visite jusqu'à la fin de ses jours[45].

Cary Grant et Katharine Hepburn dans Holiday (1938)

En 1936, l'acteur commence à se montrer très exigeant, il ne supporte plus que la Paramount ne voie en lui qu'un sosie de Gary Cooper[46], aussi décide-t-il à la fin de son contrat de devenir indépendant. Il signe deux contrats notamment avec la RKO et la Columbia Pictures qui lui permettent de devenir un acteur indépendant, et c'est à ce titre qu'il devient l'égal de Gary Cooper et l'acteur de légende qu'on connaît[46].

Son rôle dans Cette sacrée vérité avec Irene Dunne en 1937 représente l'incarnation type du personnage de Grant à l'écran. Durant les trente années qui suivent, le Britannique Grant figure l'image romantique d'une sorte d'Américain idéal : le « Time Magazine » le décrit d'ailleurs comme « the world's most perfect male animal »[47].

Dans Indiscrétions (1940).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe en 1942 avec d’autres stars du cinéma à la Hollywood Victory Caravan [48], une tournée en train de deux semaines à travers les États-Unis destinée à récolter des fonds pour le soutien à l'effort de guerre.

Il devient citoyen américain le et change légalement son nom en « Cary Grant »[49],[50]. Au moment de sa naturalisation, l'acteur Randolph Scott qui vit à la même adresse que lui est son témoin[38] ; il donne son deuxième prénom comme étant « Alexander » plutôt que « Alec »[51]. Il désamorce ainsi le scandale résultant de sa non-incorporation à l'armée britannique. Il a pourtant servi comme volontaire dans la Royal Navy dès 1940 mais à 36 ans, il a atteint la limite d'âge d'incorporation[52]. Cela lui fait déclarer qu'il veut participer activement, même pour un poste de pompier. Mais une partie du gouvernement britannique pense qu'il serait d'une plus grande utilité en restant à Hollywood. Durant les années de guerre, il reverse l'intégralité de ses cachets aux œuvres de charité anglaises et le bruit court même qu'il travaille pour les services de renseignement de son pays, transmettant les suspicions de sympathie nazie parmi l'élite d'Hollywood. Mais ceci n'a jamais pu être prouvé, tant que les archives sur ce sujet restent classées à ce jour. En 1946, George VI l'honore de la médaille du Roi pour services rendus à la Grande-Bretagne durant les hostilités[réf. souhaitée].

Avec Ingrid Bergman dans Les Enchaînés, lors du plus long baiser du cinéma, respectant néanmoins les règles strictes du code Hays (1946)

Cette même année, Grant aborde un rôle sentimentalo-dramatique auprès d'Ingrid Bergman dans le thriller à grand succès, Les Enchaînés, réalisé par son compatriote Hitchcock[53].

Il joue précédemment dans les plus célèbres screwball comédies, dont L'Impossible Monsieur Bébé avec Katharine Hepburn, La Dame du vendredi avec Rosalind Russell, Arsenic et vieilles dentelles avec Priscilla Lane, et plus tard Chérie, je me sens rajeunir avec Ginger Rogers et Marilyn Monroe.

Ces rôles solidifient sa force d'attraction, et Indiscrétions en 1940, avec Katharine Hepburn et James Stewart, démontre son stéréotype à l'écran : l'homme charmeur mais peu fiable, précédemment marié à une femme intelligente et de caractère qui, après avoir divorcé de lui, réalise que - malgré ses défauts - il est irrésistible.

À la fin des années 1950, son enfance douloureuse et les échecs de ses relations amoureuses le mènent à une crise existentielle. Sa femme, Betsy Drake, lui fait découvrir la psychanalyse et la thérapie en vogue à Hollywood, à base de LSD. Il raconta comment un traitement à base de cette drogue hallucinogène – légale à l'époque – dans la prestigieuse clinique californienne du docteur Mortimer Hartman lui apporta la paix intérieure que le yoga, l'hypnose et le mysticisme n'avaient pu lui procurer[54],[55],[56]. Il revient plus tard sur ces propos laudatifs qu'il regrette[57].

L'acteur s'affirme comme une valeur sûre du box-office pendant plusieurs décennies. Polyvalent, il peut jouer des rôles physiques comme dans Gunga Din avec le savoir-faire acquis sur la scène. Howard Hawks dit de lui qu'il était « de si loin le meilleur qu'aucun ne pouvait se comparer à lui. »[58]. L'auteur britannique Ian Fleming s'inspire de lui pour créer son personnage de James Bond, rôle qu'on lui propose en 1961 mais qu'il refuse parce qu'à 57 ans, il se sent trop vieux pour incarner le célèbre agent secret[59].

Avec Grace Kelly dans La Main au collet (1955).

Il tourne dans plusieurs films d'Alfred Hitchcock qui, bien connu pour ne pas aimer les acteurs, dit de lui « qu'il était le seul acteur qu'il ait jamais aimé de toute sa vie »[60]. Grant apparaît ainsi dans de grands classiques du maître du suspense : Soupçons, Les Enchaînés, La Main au collet et La Mort aux trousses. Hitchcock réussit à sortir Cary Grant de la comédie pour le tirer vers des rôles plus noirs et ambigus, montrant ainsi une palette plus étendue de son talent. Le biographe Patrick McGilligan a écrit qu'en 1965, Hitchcock proposa à Grant de jouer dans Le Rideau déchiré mais celui-ci avait décidé de se retirer après son dernier film, Rien ne sert de courir (1966) ; Paul Newman prit son rôle face à Julie Andrews[61].

Avec Audrey Hepburn dans Charade (1963)

Au milieu des années 1950, il crée sa propre maison de production, Grantley Productions, et produit plusieurs films distribués par Universal, tels Opération jupons, Indiscret, Un soupçon de vison (avec Doris Day), et Grand méchant loup appelle. En 1963, il joue aux côtés d'Audrey Hepburn dans Charade.

Grant est perçu comme un électron libre du fait qu'il s'avère être le premier acteur « indépendant », à contre-courant de l'ancien système des studios, qui décidaient des évolutions de leurs acteurs. Il peut ainsi avoir le contrôle de chaque aspect de sa carrière. Il décide quels films tourner et s'implique dans le choix du réalisateur et de ses partenaires et négocie même parfois un pourcentage sur les bénéfices, un privilège rare à l'époque mais désormais courant parmi les grandes stars.

Il est nommé deux fois aux Oscars dans les années 1940 mais, étant l'un des premiers acteurs indépendants des grands studios, il ne l'obtient pas durant ses années d'activité. Ce n'est qu'en 1970 que l'Académie lui remet un Oscar d'honneur pour sa carrière. En 1981, il reçoit les honneurs du Kennedy Center.

Retraite et mort

Cary Grant à une soirée au bénéfice des enfants diabétiques à Denver (années 1980)

Éloigné des écrans, l'acteur reste néanmoins actif. À la fin des années 1960, Cary Grant accepte un poste au comité de direction de Fabergé. Une fonction qu'il assume pleinement en assistant aux assemblées et faisant de la promotion, conscient que sa présence lors du lancement d'un nouveau produit peut lui garantir le succès.

Statue de Cary Grant au Millennium Square de Bristol

À la fin de sa vie, il fait des tournées aux États-Unis appelées « A Conversation with Cary Grant » au cours desquelles sont projetés des extraits de ses films suivis de débats.

Dans l'après-midi du , alors que l'acteur fait une répétition pour une représentation à l'Adler Theater à Davenport dans l'Iowa, il est victime d'un accident vasculaire cérébral mais conduit à son hôtel et encore conscient, il refuse sur le moment d'être transporté à l'hôpital[62]. Il meurt dans la nuit au St. Luke's Hospital à l'âge de 82 ans. Son corps est ramené en Californie où il est incinéré et ses cendres dispersées dans l’Océan Pacifique[63].

Dans sa ville natale de Bristol, une statue en bronze grandeur nature[64] à son effigie est dévoilée par sa veuve Barbara Jaynes en 2001, en souvenir de l'artiste de vaudeville devenu l'une des idoles les plus appréciées de Hollywood et qui figure régulièrement dans le top cinq des « stars de cinéma préférées de tous les temps » par l'American Film Institute[34],[65].

Vie privée

Randolph Scott et Cary Grant, octobre 1933

La vie privée de Cary Grant fut agitée, comprenant notamment cinq mariages. L'acteur vécut également pendant douze ans par intermittence avec l'acteur Randolph Scott qu'il rencontre en 1932 dans les studios Paramount durant le tournage de Hot Saturday et avec qui, pour économiser leurs salaires encore modestes, selon un biographe, il emménage dans une maison à Malibu, 2177 W. Live Oak Drive, dans le quartier de Los Feliz à Los Angeles, qui est surnommé le Bachelor Hall, soit « la maison des Célibataires »[66]. Une série de photographies publicitaires prises en 1933 des deux acteurs chez eux et sur la plage soulève des rumeurs[32]. Après plusieurs de ses divorces, Grant retourne vivre avec Scott[38]. Au mariage de Grant avec Virginia Cherill, en 1934, la mariée s'installe à Bachelor Hall auprès de son mari et Scott mais au mariage de Scott avec Patricia Stillman en 1944, les deux acteurs décident de vivre séparément et restent proches toute leur vie.

Cette relation attise des rumeurs concernant l'orientation sexuelle des deux hommes, alors que Hollywood réprimait ce genre de comportement (code Hays),[68],[69],[70]. Dans ses mémoires, le journaliste de mode Richard Blackwell, qui a vécu quelques mois auprès de Grant et Scott, les décrit comme « profondément, follement amoureux ». Aussi, le documentaire de 2016, intitulé « Women He Undressed », et basé sur les mémoires jamais publiées du célèbre costumier Orry-Kelly, ne laisse aucun doute sur la relation que ce dernier avait entretenue dans les années 1920 avec Cary Grant quand ils vivaient ensemble à Manhattan[38]. Toutefois, Christopher, le fils adoptif de Scott, dément ces rumeurs ; le réalisateur Budd Boetticher, qui a dirigé Scott dans sept films entre 1956 et 1960, les qualifie de « foutaises » ; le biographe de Scott, Robert Nott, soutient aussi qu'il n'y a aucune preuve que Grant et Scott aient été homosexuels et blâme les témoignages écrits à leur sujet[71]. La fille de Grant, Jennifer, nie également[72], en précisant que son père « appréciait quand les gens disaient qu'il était gay, affirmant que cela "donnait envie aux femmes de prouver que cette affirmation était fausse" »[35]. Toutefois, quand en 1980, Cary Grant se voit traité de « gay » et de « fille » par un Chevy Chase à la télévision, il le poursuit en justice pour calomnie et gagne son procès[73],[74],[38].

Mariages

Cary Grant et sa troisième épouse Betsy Drake avec le chef d'orchestre et saxophoniste Dick Stabile en 1955.
  • La première épouse de Cary Grant, Virginia Cherrill, l'héroïne des Lumières de la ville de Charlie Chaplin, divorce le au motif de violences conjugales. Ils étaient mariés depuis le .
  • En 1942, il épouse la très riche et mondaine Barbara Hutton et devient une figure paternelle pour son fils, Lance Reventlow, qui trouve la mort dans un accident d'avion en 1972. Le couple est ironiquement surnommé « Cash and Cary », même si dans un accord prénuptial, l'acteur refusait tout arrangement financier en cas de divorce. Celui-ci survint en 1945, mais les ex-époux restèrent amis tout au long de leur vie. Grant a toujours réfuté l'accusation d'un mariage d'argent. Il a dit avec son humour typique :

    « Je peux m'être marié pour de très bonnes raisons, mais l'argent n'a jamais été l'une d'elles. »

  • Sa troisième femme est l'actrice Betsy Drake, qu'il épouse le . Ils partagent l'affiche de deux films ensemble. Ce mariage, qui s'avère le plus durable, s'achève le .
  • Le , l'acteur se marie en quatrièmes noces à Las Vegas avec l'actrice Dyan Cannon, de trente-trois ans sa cadette. Le mariage est suivi de la naissance prématurée de son unique enfant, Jennifer Grant, le alors que l'acteur est âgé de 62 ans. Il appelait souvent sa fille « ma meilleure production » et regretta de n'avoir pas eu d'enfant plus tôt. Mais ce mariage a du plomb dans l'aile dès le début et Cannon quitte Grant en décembre 1966, déclarant que ce dernier faisait souvent état de rages soudaines et la battait quand elle lui « désobéissait ». Le divorce, prononcé en 1968, est amer et public et la bataille pour la garde de leur fille dure dix ans.
  • Le , il épouse Barbara Harris, une agent chargée de relations publiques hôtelières britannique qui a quarante sept ans de moins que lui. Ses amis remarquent que Grant semble enfin heureux auprès d'elle[75]. Elle reste à ses côtés jusqu'à sa mort.

Filmographie

Années 1930

Années 1940

Années 1950 et 1960

Avec Audrey Hepburn dans Charade (1963).

Citations

« Tout le monde veut être Cary Grant, même moi. »

Après l'échec de son mariage avec Barbara Hutton : « Elle pensait qu'elle avait épousé Cary Grant. »

« J'ai probablement choisi cette profession à la recherche d'approbation, d'adulation, d'admiration et d'affection. »

« J'ai passé la plus grande partie de ma vie à osciller entre Archie Leach et Cary Grant, peu sûr de chacun d'entre eux, les suspectant tous les deux. »

Après Charade (1963) avec Audrey Hepburn : « Tout ce que je veux pour Noël, c'est un autre film avec Audrey Hepburn ! »

Voix françaises

et aussi;

Notes et références

  1. (en) Geoffrey Wansell, Cary Grant, Dark Angel, Skyhorse Publishing, , p. 13.
  2. (en) McCann, Graham, 1961-, Cary Grant : a class apart, Fourth Estate, (1997 [printing]) (ISBN 1-85702-574-1 et 978-1-85702-574-3, OCLC 53393863, lire en ligne), p. 14-16
  3. (en) Morecambe, Gary, 1956-, Cary Grant : in name only, Robson, (ISBN 1-86105-639-7 et 978-1-86105-639-9, OCLC 52459195, lire en ligne), p. 144
  4. (en) Higham, Charles, 1931-2012., Cary Grant : the lonely heart, Avon Books, 1990, ©1989 (ISBN 0-380-71009-9 et 978-0-380-71009-6, OCLC 21255784, lire en ligne), p. 3
  5. a et b Geoffrey Wansell, Cary Grant, Gremese Editore, , p. 13.
  6. (en) Wansell, Geoffrey., Cary Grant : Dark Angel., Skyhorse Publishing, Inc, (ISBN 978-1-62872-336-6 et 1-62872-336-X, OCLC 855969227, lire en ligne), p. 14
  7. McCann, 1997, op. cit., p. 20
  8. Geoffrey Wansell, Cary Grant, Gremese Editore, , p. 14.
  9. McCann, 1997, op. cit., p. 27
  10. a et b (en) « Cary Grant's LSD 'gateway to God' », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 31 décembre 2020)
  11. a et b (en) Klein, Terrance W., 1958-, Vanity faith : searching for spirituality among the stars, Liturgical Press, (ISBN 978-0-8146-3220-8 et 0-8146-3220-3, OCLC 257555187, lire en ligne), p. 32
  12. (en) Weiten, Wayne, 1950-, Psychology : themes & variations, Brooks/Cole, (ISBN 0-534-33926-3 et 978-0-534-33926-5, OCLC 34284841, lire en ligne), p. 291
  13. Eliot, op. cit., p. 27
  14. (en) Maureen Donaldson et William Royce, An affair to remember : my life with Cary Grant, New York : Putnam, (ISBN 978-0-399-13450-0, lire en ligne), p. 298
  15. Geoffrey Wansell, Cary Grant, Gremese Editore, , p. 15-16.
  16. McCann, op. cit., 1997, p. 19
  17. (en) Rood, Karen Lane., American culture after World War II, Gale Research, (ISBN 0-8103-8481-7 et 978-0-8103-8481-1, OCLC 29703154, lire en ligne), p. 140
  18. (en) Miniter, Frank., The ultimate man's survival guide : recovering the lost art of manhood, Regnery Publishing, 2013, ©2009 (ISBN 978-1-59698-804-0 et 1-59698-804-5, OCLC 778420286, lire en ligne), p. 194
  19. Miniter, op. cit., p. 194
  20. (en) Fryer, Paul, 1955-, The opera singer and the silent film, McFarland & Co. Pub, (ISBN 0-7864-2065-0 et 978-0-7864-2065-0, OCLC 61130718, lire en ligne), p. 164
  21. a et b Eliot, op. cit., p. 34
  22. McCann,1997, op. cit., p. 29
  23. McCann, 1997, op. cit., p. 33
  24. Geoffrey Wansell, Cary Grant, Gremese Editore, , p. 18.
  25. a et b McCann, 1997, op. cit., p. 34
  26. McCann, 1997, op. cit., p. 30-31
  27. Wansell, op. cit., p. 17
  28. McCann, 1997, op. cit., p. 37-38
  29. Nelson, 2002, op. cit., p. 42
  30. Eliot, op. cit., p. 35-36
  31. Wansell, op. cit., p. 118
  32. a et b (en) « reviews_and_ramblings | Cary Grant & Randolph Scott », sur reviews-and-ramblings.dreamwidth.org, (consulté le 31 décembre 2020)
  33. (en) Jay Jorgensen, Donald L. Scoggins et Turner Classic Movies, Creating the Illusion: A Fashionable History of Hollywood Costume Designers, Running Press, (ISBN 978-0-7624-5807-3, lire en ligne)
  34. a b et c (en) Michael Burge, « Orry-Kerry – the costume king from Kiama », sur Michael Burge Media, (consulté le 31 décembre 2020)
  35. a et b (en) Rebecca Pocklington, « Cary Grant 'enjoyed romance with male costume designer', documentary claims », sur mirror, (consulté le 1er janvier 2021)
  36. a et b (en) Garry Maddox, « Unravelling secrets of man who dressed the stars », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 31 décembre 2020)
  37. (en) Marc Eliot, Cary Grant: A Biography, Crown, (ISBN 978-0-307-55497-0, lire en ligne)
  38. a b c d et e (en-US) Lou Lumenick, « Inside Cary Grant’s secret life with men », sur New York Post, (consulté le 1er janvier 2021)
  39. « National vaudeville artists », sur data.bnf.fr (consulté le 1er janvier 2021)
  40. a et b Eliot, op. cit., p. 41-42
  41. McCaan, 1997, op. cit., p. 49
  42. Yann-Brice Dherbier, Cary Grant : les images d'une vie, Paris, YB éditions, , 192 p. (ISBN 978-2-35537-031-1), p. 5.
  43. Encyclopedia Britannica, biographie de Cary Grant
  44. (en) Connolly, Kieron., Dark history of Hollywood : a century of greed, corruption, and scandal behind the movies (ISBN 978-1-78274-177-0 et 1-78274-177-1, OCLC 917605216, lire en ligne), p. 209
  45. (en) Graham McCann, Cary Grant : A Class Apart, HarperCollins UK, , p. 47.
  46. a et b Yann-Brice Dherbier 2009, p. 7
  47. Eliot, op. cit., p. 4
  48. (en) « Hitting the Road with the Hollywood Victory Caravan », Kim Guise, The National World War II Museum, nationalww2museum.org, 11 janvier 2018.
  49. « Frequently Asked Questions - The Ultimate Cary Grant Pages », sur www.carygrant.net (consulté le 31 décembre 2020)
  50. (en-US) Barbara Grant Jaynes and Robert Trachtenberg, « PBS: », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 31 décembre 2020)
  51. (en) McCarthy, Andy, « A Brief Passage in U.S. Immigration History | The New York Public Library », sur web.archive.org, (consulté le 31 décembre 2020)
  52. (en) Cary Grant in the spotlight, Galley Press, , p. 60.
  53. Bertrand Tessier, Loïc Sellin, Le grand Atlas Hitchcock, Atlas, , p. 194.
  54. White, Betty. "Cary Grant Today" - Saturday Evening Post - (c/o CaryGrant.net) - March 1978
  55. McKelvey, Bob. "Cary Grant - Hollywood's Zany Lover Reaches 80" - Detroit Free Press - (c/o CaryGrant.net) -
  56. (en) Lionel Godfrey, Cary Grant : the light touch, New York, St. Martin's Press, , 224 p. (ISBN 0-312-12309-4)
  57. Morecambe & Sterling, op. cit., 215
  58. Entretien d'Howard Hawks avec Joseph McBride, in Hawks, Howard et Gerald Mast, Bringing Up Baby, p. 260. New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 1988.
  59. Yann-Brice Dherbier 2009, p. 187
  60. Nancy Nelson et Cary Grant, Evenings with Cary Grant : recollections in his own words and by those who knew him best, Thorndike, Maine, Thorndike Press, (ISBN 1-56054-342-6), p. 325
  61. (en) Patrick McGilligan, Alfred Hitchcock : a life in darkness and light, New York, Regan Books, , 850 p. (ISBN 0-06-039322-X), p. 663-664
  62. (en) Gary Morecambe, Cary Grant : in name only, London : Robson, (ISBN 978-1-86105-466-1, lire en ligne), p. 323-324
  63. (en) Gary Morecambe et Martin Sterling, Cary Grant : In Name Only, Robson, , p. 325.
  64. « Une longue campagne, dirigée par l'écrivain David Long, basé à Bristol, a permis de collecter environ 60 000 £ pour l'installation de la statue. La figure en bronze a été sculptée par Graham Ibbeson de Barnsley ». Lire en ligne
  65. (en-GB) Guardian Staff, « Cary Grant statue set for unveiling in Bristol », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 31 décembre 2020)
  66. (en) Charles Higham et Roy Moseley, Cary Grant : The Lonely Heart, Avon Books, , p. 57.
  67. (en) Higham, Charles, 1931-2012., Cary Grant : the lonely heart, Avon Books, 1990, ©1989 (ISBN 0-380-71009-9 et 978-0-380-71009-6, OCLC 21255784, lire en ligne), p. 57
  68. (en) Schickel, Richard., Cary Grant : a celebration, Pavilion, (1983 [printing]) (ISBN 1-86205-018-X et 978-1-86205-018-1, OCLC 59626112, lire en ligne), p. 44
  69. (en) Guilbert, Georges-Claude., Literary readings of Billy Wilder, Cambridge Scholars Pub, (ISBN 978-1-4438-0847-7 et 1-4438-0847-4, OCLC 827237251, lire en ligne), p. 126
  70. (en) Nott, Robert, 1960-, The films of Randolph Scott, McFarland, (ISBN 9781476610061, OCLC 55962445, lire en ligne), p. 12
  71. (en) Grant, Jennifer, 1966-, Good stuff : a reminiscence of my father, Cary Grant, Alfred A. Knopf, (ISBN 978-0-307-59667-3 et 0-307-59667-2, OCLC 772078457, lire en ligne), p. 87
  72. McCann, 1997, op. cit., p. 307
  73. (en) Seymour, Miranda., Chaplin's girl : the life and loves of Virginia Cherrill, Pocket, (ISBN 978-1-84737-737-1 et 1-84737-737-8, OCLC 1081273851, lire en ligne), p. 114-115
  74. (en) Morecambe, Gary, 1956-, Cary Grant : in name only, Robson, (ISBN 1-86105-466-1 et 978-1-86105-466-1, OCLC 47676253, lire en ligne), p. 312-314

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean-Jacques Dupuis, Cary Grant, Henri Veyrier, , 220 p.
  • Geoffrey Wansell, Cary Grant, Gremese Editore, , 192 p. (lire en ligne)
  • Martine Reid, Être Gary Grant, Gallimard, 2021.

Articles connexes

Liens externes