Bourgeois-bourrin

Le bourgeois-bourrin ou boubour est un sociostyle[réf. nécessaire] théorisé par l'essayiste Nicolas Chemla dans un essai intitulé Anthropologie du boubour. Bienvenue dans le monde bourgeois-bourrin. La figure du boubour s'oppose à la figure du bourgeois-bohème et rejette les valeurs de justice sociale, de mixité sociale et de protection de l'environnement[1],[2].

L'esthétique boubour valorise le sauvage, le gras, le lourd et le brut[réf. nécessaire]. Cela passe notamment par les figures du bûcheron, du motard et du rocker dans la publicité ou encore par l'esthétique des films comme Drive de Nicolas Winding Refn ou Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese[1].

Notes et références

  1. a et b Guillaume Gendron, « Les boubours, bobos à rebours », Libération,‎ (lire en ligne).
  2. « Le boubour, nouvel ennemi du bobo », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2018).

Bibliographie

  • Nicolas Chemla, Anthropologie du boubour : Bienvenue dans le monde bourgeois-bourrin, Lemieux Éditeur, , 152 p.

Voir aussi

Articles connexes